Une politique économique absurde

Posté le novembre 13, 2013, 9:10
3 mins

Depuis un an, l’économie française va de plus en plus mal et le chômage ne fait qu’augmenter.

Pour que le chômage diminue, il faudrait que la croissance du PIB soit supérieure à 2 %. Mais, avec un pouvoir d’achat stationnaire, des milliers d’entreprises sont détruites tous les mois. Pas les grosses entreprises du CAC 40 qui font leurs bénéfices à l’étranger, mais les petites entreprises.

La fermeture d’une usine transforme en chômeurs tous ceux qui y travaillaient. Ils cessent d’acheter ce qui n’est pas indispensable et de nombreux commerces disparaissent à leur tour, ce qui augmente à nouveau le nombre des chômeurs.

Les responsables politiques français croient qu’en imposant les entreprises, on rétablit la « justice sociale ». Nos entreprises payent ainsi beaucoup plus de charges que les entreprises étrangères. Elles sont donc condamnées à disparaître. De la sorte, entre juillet et octobre 2013, 12 790 entreprises installées en France ont déposé leur bilan, soit 14 dépôts de bilan tous les jours. Au lieu de diminuer les impôts frappant nos entreprises pour les rendre compétitives, le gouvernement actuel en augmente presque chaque jour les charges. Un tel comportement est totalement illogique.

En même temps, le gouvernement a décidé d’aider les salariés des entreprises en difficulté. Les responsables politiques fi­nancent, d’une façon ou d’une autre, les entreprises en difficulté, pour que leurs salariés ne soient pas mis au chômage. Ils subventionnent donc les entreprises en difficulté.

Plus de 1 200 plans sociaux ont été mis en place depuis un an. Donc trois par jour, dimanche compris.

Cette politique incohérente est sévèrement jugée par l’agence de notation Standard and Poors. Elle a donc décidé de diminuer la note de la France. Or, la France doit emprunter beaucoup d’argent pour équilibrer ses budgets. La mauvaise note donnée par S & P va automatiquement augmenter le taux des intérêts que devra payer la France. Ce qui aggrave encore la situation…

Telle est la curieuse situation de notre pays, gouverné par des hommes politiques qui semblent totalement ignorer le fonctionnement des petites entreprises et la dure réalité de la concurrence.

4 réponses à l'article : Une politique économique absurde

  1. 08/12/2013

    Au final, n’y aurait-il pas une correlation , à partir d’un certain point entre le salaire net, le cout patronal de ce salaire net et le chomage ?

    Répondre
  2. Jaures

    13/11/2013

    Encore un ramassis de contrevérités qui vaudrait un zéro pointé si Tremeau présentait sa copie en première ES.
    Ainsi, l’Allemagne avec 0,7% de croissance a vu son chômage baisser en 2012. Cette règle des 2% que nous présente Tremeau ne se vérifie donc pas. Bien d’autres facteurs entrent en compte.
    Secundo le fait qu’une agence de notation baisse sa note n’a aucun effet sur les taux d’intérêt. Ainsi, après la première dégradation, les taux d’intérêts ont atteint leur plus bas historiques quelques semaines plus tard et, aujourd’hui, ces taux sont au même niveau qu’en octobre. C’est que personne ne prend au sérieux ces agences qui ne sont que des officines idéologiques.
    Enfin, les fameuses « charges » des entreprises ne sont pas des boulets inutiles: elles participent au financement de la sécurité sociale, la santé, les retraites, les indemnités chômage, etc…Bien sûr, le rêve des libéraux est de privatiser tous ces machins, pour les transformer en dividendes. Mais l’intérêt pour l’Economie n’est en rien avéré. Ainsi, les charges patronales sont plus de 3 fois inférieures au R.U. Ce pays échappe-t-il pour autant aux déficits ? A la dette ? Les salariés y sont-ils mieux payés ? Mieux traités ? Le montant des retraites y est-il supérieur ? Le niveau des soins est-il exemplaire ? La pauvreté est-elle jugulée ?
    On voit que ce discours est purement idéologique, ne s’appuie que sur la croyance sans réel argument rationnel.
    Zéro pointé, disais-je !

    Répondre
    • quinctius cncinnatus

      14/11/2013

      J’attends de vous ( et avec quelle impatience ! ) la copie en économie qui va redresser le budget de la France …
      Votre comparaison taux de chômage français / taux de chômage allemand référé aux taux de croissance de ces deux pays ne tient pas la route … vous devriez lire Challenge’s ( du groupe Nouvel Obs ! ) ; divers auteurs y expliquent régulièrement le pourquoi du comment et c’est beaucoup plus multi-factoriel que vous semblez le penser Une seule chose est certaine : seul un taux de croissance ( de produits et de services réels ) supérieur à 2,5 % et de façon pérenne pourra inverser durablement la courbe du chômage … bien entendu vos  » amis  » peuvent aussi manipuler les chiffres, mais ce n’est pas LA solution

      double correction : zéro pointé ( l’élève syndicaliste @ Jaurès devra remettre une copie plus élaborée pour remonter sa moyenne )

      Répondre
      • Jaures

        14/11/2013

        Le lien entre taux de croissance et chômage est tellement évident qu’on le révise régulièrement. Autrefois on disait 3%. Vous avancez celui de 2,5% mais la moyenne de croissance des 4 dernières années en Allemagne est de 1,675% par an. Or, le chômage est dans le même temps passé de 8,4 à 5,4%. On voit que bien d’autres aspects de l’Economie influent sur le taux de chômage.
        Merci de donner ma copie à quelqu’un d’assez compétent pour la juger.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)