Une reprise économique en trompe-l’œil

Posté le octobre 27, 2009, 12:00
7 mins

La quasi-totalité des analystes économiques acceptent l’augure d’une reprise de l’activité. Et les satisfecits de pleuvoir d’autant plus drus que les mêmes n’avaient rien vu venir et ne comprennent toujours pas que rien n’est réglé.
La morphine monétaire a fait son effet, mais l’ensemble du monde est devenu monétaro-morphinomane, sans que quiconque envisage de changer son style de vie et surtout d’abandonner ses théories stupides.

Tout d’abord, des réflexions de bon sens.

1) La dictature des pourcentages pris dans n’importe quel sens nous conduit à de graves erreurs d’analyse. Ainsi on annonce une reprise de 0,3 %, après 3 trimestres de baisses consécutives de 0,2 %, 1,5 %, et 1,2 %. Partant d’une valeur de 100, cela nous donne une valeur du PIB de 97,32 auquel une croissance de 0,3 donnera une valeur de 97,61. Le PIB étant de 1 800 milliards d’?, cela signifie qu’il a perdu 43 milliards d’?…

2) Il est en outre fort vraisemblable que tous ces chiffres soient biaisés par la spécificité française du poids administratif. Sachant que la « production des administrations » est comptabilisée au coût des facteurs et que, par ailleurs, les coûts desdites administrations ont continué d’augmenter, il en résulte mécaniquement que le tissu productif français s’est encore affaibli.

3) On se réfère à la tenue du marché boursier pour espérer la reprise. Or, ce marché était toujours au mois d’août sujet à des variations erratiques qui n’ont que peu de signification, eu égard au petit nombre des transactions.

4) Par ailleurs, l’évolution favorable de la bourse n’est pas significative de l’amélioration de l’activité, je pense même que c’est souvent le contraire. Les masses monétaires disponibles sont infiniment plus importantes en valeur que la masse des opportunités d’investissement dans les financements des entreprises. Mécaniquement, il en résulte une appréciation des valeurs mobilières.

Alors, autant le dire tout net, je ne crois pas à la résorption des difficultés, ni même à une reprise durable. Du côté positif de la balance, mettons l’extinction de l’explosion financière de septembre 2008. Due aux subprimes, elle a été étouffée par la mise sur le marché monétaire de masses considérables. Je pense qu’une fois l’explosion arrivée, il n’y avait guère d’autre moyen d’agir. Le drame c’est qu’on a étouffé l’explosion en la noyant sous de l’explosif.

La procédure d’urgence ne doit pas masquer toutes les conséquences négatives qui en sont résulté pour l’économie. Car, à chaque crise, après avoir affirmé qu’on a pris toutes les mesures, tout recommence comme avant, et la pseudo-croissance induite par l’inflation de la valeur des actifs entraîne les mêmes explosions.

Pour la première fois, les actifs toxiques des banques ne correspondent pas à des surévaluations d’actifs réels, mais à de faux actifs puisqu’il s’agit de créances garanties par des dettes irrécouvrables. Or, les estimations les plus basses de ces actifs s’élèvent à 70 000 milliards de $ (alors que la richesse mondiale est de l’ordre de 70 à 80 000 milliards de $).
Intéressons-nous à présent aux effets sur l’économie réelle.

La première conséquence entraîne la léthargie du financement des projets nouveaux et de l’éventuel redémarrage de l’activité.
La deuxième conséquence consacre l’irresponsabilité bancaire. À quoi bon la prudence puisqu’on sait que les États viendront toujours renflouer les banques ?

La troisième conséquence, c’est la disparition de tout un tissu qui ne renaîtra pas. La quatrième erreur est celle de l’emprunt. Comment un pays endetté de plus de 2 000 milliards d’? selon les chiffres officiels peut-il envisager de faire un emprunt ?
Enfin, à beaucoup plus long terme, nous aurons des mécanismes qui viendront nécessairement limiter le potentiel de croissance réelle, avec l’inévitable inflation et la croissance de la fiscalité.

Tout est réuni pour une activité en tôle ondulée de faible amplitude et donc un chômage fluctuant autour d’une moyenne élevée
. Incapables de rembourser nos emprunts, incapables de satisfaire les légitimes aspirations des Français, incapables de poursuivre la politique de redistribution avec laquelle on achète la paix sociale, nous perdrons notre indépendance économique, militaire et finalement politique…

6 réponses à l'article : Une reprise économique en trompe-l’œil

  1. françois

    03/11/2009

     Je ne sais pas où Ares a vu que l’état a " donné" 340 milliards aux banques. Des preuves et des arguments ( mathématiques) s’il vous plaît? Moi, j’ai vu des prêts et des garanties, pas des dons.

    Répondre
  2. IOSA

    30/10/2009

    Hans…@

    Exact, on repeint une vieille poubelle et de loin elle a l’air neuve, mais elle pue toujours autant.

    C’est comme le logo de l’ANPE, il a changé et toujours pas de travail, par contre celà a rapporté gros au designer…..via nos poches.

    IOSA

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    29/10/2009

    Il n’y a aucune reprise du tout, on continue tout simplement avec les vieilles méthodes. C’est un ravalement de façade sans avoir nettoyé la couche de moisissures se trouvant en-dessous. Summa summarum: du bricolage!

    Répondre
  4. Jaures

    28/10/2009

    J’adore les conseils de tonton Grepon nous expliquant de sa villa texane qu’il faut nous virer et nous expulser de nos logements afin que tout s’arrange.

    Cher Grepon, que ne vous occupez-vous du chômage, de la délinquance, de la dette publique, du coût du système de santé, du logement (3,5 millions de sans-abris selon le Urban Institute en 2005)dans votre propre pays. Un sacré challenge !

    Répondre
  5. grepon

    28/10/2009

    "Incapables de rembourser nos emprunts, incapables de satisfaire les légitimes aspirations des Français, incapables de poursuivre la politique de redistribution avec laquelle on achète la paix sociale, nous perdrons notre indépendance économique, militaire et finalement politique…"

    D’abord, sachez que la France et L’Europe qui l’entoure n’a pas d’independance militaire depuis tres longtemps.   L’economie de l’Europe depend des echanges commerciaux avec le reste du monde, qui dependent du libre navigation des mers et des airs, une monnaie d’echange internationale, et du retien chez les divers regimes totalitaires.    Ceci est guaranti le Pentagon, avec derriere eux l’impose americain, depuis longtemps, et ca continuent.   Les forces europeens, pour peu que =quelques unites= parmi eux  soient bien entrainees, bien motivees, et pas mal equipes, sont de peu d’envergure/ a part vos forces speciales, peu de vos troupes peuvent combattrent effectivement a cote d’unites de base du Army, du Navy, des Marines americaines.   ET le C3-I, command control communications et intelligence, couple avec les systemes d’armement et logistique americaine sont toute une autre monde.

    Ensuite "la paix sociale" que vous avez est comme d’habitude chez les europeens une liste de tensions se resumant a une guerre civile larvee, prete a exploser le moment venu du point du bascule.

    Le tout peut etre attribue, dans ses origines, a la Planification Centralisee a la sauce Etat Providence Technocratique.     Mais aujourdhui, pour renverser vapeur, il faudrait que les francais formattes de l’enfance au doctorat par le Mammouth prennent magiquement conscience de verites diabolise le long de leur vie par le Mammouth.   Il faut commencer par la primatie de la propriete prive, commencant avec le soi, et la defense du soi, puis le droit de disposer de ses biens et terres, et de les proteger et pouvoir faire contrats prives les concernants.    Pour baisser le taux de chomage et farie bouger le marche du travail =il faut pouvoir virer facilement=.    Pour favoriser le batiment, il faut que les proprietaires aient le droit de virer et choisir locataires.   Bien sur que l’etat centrale ne devrait pas representer plus de 20% de impots, et ne doit pas se retrouver en train de fabriquer choses et donner services qui peuvent etre mieux fourni par le prive(au revoir SNCF et universites publics, entre tant d’autres).    Les regions doivent pouvoir faire lois et politiques qui leur conviennent dans un esprit de concurrence avec d’autres…pour mieux localiser les decisions au lieux meme des faits.   Etc.    Ce serait pas inutile de faire un cours televise sur Hayek, Friedman, ou meme l’esprit des nouvels d’Ayn Rand.   D’accord ses nouvels ont ete illisible d’un certain point de vue, mais tout de meme ce que nous observons aujourdhui n’est pas loin de Atlas Shrugged.

    D’aillieurs, et bien sur la recherche de la France d’une "independance economique" a ete une stupidite a repetition a travers l’histoire de la France.   Comme a si bien explique Adam Smith dans son "Wealth of Nations" c’est par des echanges avec d’autres producteurs plus productifs que vous dans leur domaines propres que vous pouvez vous enrichir.   Le Colbertisme est un chemin vers la ruine et/ou la guerre, a terme.    Insister etre "independant" economique c’est insiste sur la pauvrete et la croissance anemique….mais aussi des relations internationale quand meme bestiale.   Regardons un peu les relations entre Chirac et Saddam Hussein, au benefice des boites francaises diverses, au nom du sauvetage des industries franchouille et/ou du simple corruption politique au sein de votre pays.   C’etait catastrophique pour les francais (car la dictature a fini par etre decapite sans devoir paye) et bien sur pour les iraquiens, qui ont du souffir des annees de plus merci au besoin de la France a maintenir ce regime barbare au pouvoir….

    Répondre
  6. Ares

    28/10/2009

    Votre analyse est pertinente. Ce que vous soulevez, nous le voyons tous les jours un peu plus se réaliser !

    Nous voyons se fissurer sans cesse un peu plus, les fondements même de la nation France car nos bonimenteurs et charlatans que sont les députés, sénateurs et suppôts de Sarkozy n’ont pas conscience du gouffre immense apparut avec cette crise.

    Nous avons donnés 340 milliards d’euros (et je dis bien DONNER) aux banques pour qu’elles continuent allègrement à spéculer !

    Nous le savons maintenant (mais même un enfant sans serait douté) qu’elles ne rembourseront jamais !

    Dans le même temps, nous avons vu apparaître une myriade de nouvelles taxes venant grever un peu plus, chaque jour, notre pouvoir d’achat. Des mesures ineptes et iniques prises par les représentants du peuple :
    – Taxe carbone,
    – Loi Hadopi,
    – Suppression de la surtaxe bancaire de 10 %,
    – accidents du travail,

    Bientôt, le vote sur le passage à 4 jours de carence pour les arrêts-maladie sera réalisé.

    Sans compter, toutes les autres taxes et mesures venant réduire les droits des citoyens.

    Je voudrais m’arrêter sur ce que vous écrivez : "Incapables de rembourser nos emprunts, incapables de satisfaire les légitimes aspirations des Français(…)"

    Avec ce qui a été donné aux banques, il est légitime pour les français de voir :
    1- La suppression du gouffre "artificiel" (inventé de toutes pièces par l’Etat depuis 20 ans !) de la Sécu
    2- L’augementation des petites retraites d’au moins 40 %
    3 – L’augmentation des salaires d’au moins 30 %. (Bien que je sois contre, étant de droite, pourquoi ne pas mettre le smic à 1500 euros nets et 20 % à 30% d’augmentation sur tous les autres salaires !

    Après tout, cela ne représenterait que 150 à 180 milliards, soit quasiment 2 fois moins que le DON de 340 milliards fait aux banques !

    Attention, le fait d’avoir aidé et d’aider encore les banques s’apparente à l’ouverture de la boîte de Pandore.

    Pensez-vous sincèrement que les français vont digérer facilement cela, alors que la plupart ont des problèmes pour boucler les fins de mois.

    Un exemple : l’autre jour au guichet de ma banque, une dame âgée ayant des problèmes financiers, s’est vu refuser un retrait de quelques centaines d’euros pour motif que son compte n’était pas approvisionné.
      En temps normal, j’aurais trouvé la réponse de la salariée de la banque tout à fait justifiée, or cette personne s’est vue insulté littéralement par cette personne d’au moins 70 ans, qui avait besoin de cet argent. Le conseiller s’est alors approché et lui a signifié qu’exceptionnellement, il lui autorisait un découvert pour l’aider.
      J’ai trouvé la réaction de cette personne âgée tout à fait remarquable et justifiée. D’ailleurs, des commentaires des clients fusaient dans tous les sens en disant que puisque les banques avaient été aidées, elles se devaient de donner un découvert à tous !
      De nombreux noms d’oiseaux (que la morale réprouve) ont fusés de l’assistance.
      Les guichetiers et conseillers voulaient certainement être ailleurs à ce moment-là !

    Je pense que ce sont pour l’instant des hoquets… de simples incartades…

    La révolution de 1789 a commencée comme cela !

    L’Etat n’y prête aucune attention ! Cela est dangereux.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)