Vers la banqueroute du système de retraite français

Posté le décembre 10, 2019, 9:47
6 mins

Au moment où ces lignes paraîtront, on en saura peut-être davantage sur la réforme des retraites qu’envisage le gouvernement.

Pour l’heure, et au moment où j’écris ces lignes, les discours tenus sont imprécis, mobiles, jamais énoncés clairement.

Fait partie du projet, semble-t-il, une abolition graduelle des régimes spéciaux, et c’est pleinement légitime.

Que le personnel roulant de la SNCF puisse partir à la retraite à un âge précoce ne se justifie, par exemple, pas du tout: le temps des locomotives à vapeur est révolu, et conserver des règles archaïques est inepte et scandaleux.

Ce qui vaut pour le personnel roulant de la SNCF vaut pour d’autres professions.

Fait aussi partie du projet, cela semble assuré, un système par points qui fait craindre à nombre de futurs retraités de se retrouver démunis au moment où ils cesseront de travailler, mais nul ne sait comment fonctionnera ce système.

Peu importe ce qui sera dans le projet: ce sera un vain bricolage, et, au vu des discours qu’on entend jusqu’à présent, nul ne dit ce qui doit l’être.

Ce qui doit être dit est que le système par répartition établi après la Deuxième Guerre mondiale est une forme d’escroquerie ressemblant aux pratiques de financiers véreux qui se sont retrouvés en prison.
On persiste à dire aux Français qu’ils cotisent pour leur retraite, alors que c’est totalement faux.

La plupart d’entre eux le savent. Les actifs d’aujourd’hui paient les retraites de ceux qui sont retraités aujourd’hui, et devront espérer qu’il y aura assez d’actifs pour payer leurs retraites quand ils seront retraités à leur tour.

Ils discernent qu’il se peut fort bien qu’ils n’aient pas grand-chose, voire rien du tout à ce moment-là, ce qui les inquiète à juste titre.

Quand il y avait cinq actifs pour un retraité, le poids du retraité sur les actifs n’était pas très lourd.

Quand le nombre est tombé à quatre, puis à trois actifs pour un retraité, le poids du retraité s’est fait bien plus lourd.

Il y a aujourd’hui deux actifs pour un retraité, et le chiffre va tomber très vite en dessous de deux, ce qui fait que le poids du retraité va se faire littéralement écrasant.

Les réformes tentées depuis des années (et la réforme présente ne sera pas différente) ont été des subterfuges pas du tout à même d’éviter la banqueroute du système.

Même en allongeant la durée des années de travail requise pour toucher une retraite à taux plein, même en diminuant le montant des retraites versées, le compte n’y sera pas.

Le compte y sera d’autant moins que la durée de vie s’allonge et que l’époque où un retraité avait tout juste quelques années à vivre encore en étant à la retraite appartient au passé.

Des imposteurs disent, quand on les place face à la réalité, qu’il faudrait davantage d’immigration, dans la mesure où la population française vieillit et que le remplacement des générations ne se fait plus.

Cela ne tient pas debout: les immigrants hautement qualifiés se font rares, les immigrants sans qualification sont surabondants et ont souvent tellement peu de qualifications qu’ils ne peuvent pas trouver d’emploi.

Un immigrant chômeur et assisté ne peut remplacer un salarié hautement qualifié.

Un immigrant sans qualification, s’il trouve un emploi (simple hypothèse), ne serait lui-même pas rémunéré à la hauteur d’un salarié hautement qualifié.
La situation est véritablement catastrophique.

Établir un système par capitalisation aurait dû se faire voici deux, voire trois décennies.

On peut craindre qu’aujourd’hui il soit trop tard.

Des années de propagande anti-capitaliste sont de toute façon passées par là, et font que lorsqu’on parle de capitalisation, nombre de Français tombent en catalepsie et préfèrent écouter les marchands d’illusions.
Nul ne sait quels seront exactement les composants de la réforme envisagée, non.

L’inquiétude règne, et il est logique qu’elle règne.

L’avenir s’annonce difficile et douloureux. Il s’annonce d’autant plus difficile et douloureux que la banqueroute du système de retraites n’est que l’un des multiples problèmes qui rongent la France. J’aimerais pouvoir dire le contraire. Je mentirais si je le faisais.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)