Vers une sortie de l’Italie de la zone euro

Posté le 12 juillet , 2019, 9:50
5 mins

Voici quelques années, le 14 décembre 2016, John Mauldin, économiste américain, avait publié une analyse passionnante sur la situation économique italienne.

À la faveur des débats européens actuels sur la dette italienne, j’ai retrouvé le résumé que j’avais fait de cette analyse à l’époque – que je publie telle quelle, avec un complément d’actualité.
Analyse de décembre 2016:

Quelle est la situation en Italie après la démission de Matteo Renzi et la formation d’un nouveau gouvernement ? Il y a une lueur d’espoir.

Unicredit, la plus grande banque d’Italie, vient d’annoncer des réductions de personnel et d’importantes ventes d’actifs. Cela permettra de gagner un peu de temps.

En revanche, Monte dei Paschi di Siena (la plus ancienne banque du monde – fondée en 1472) est aux abois et appelle l’État à son secours.

Wolfgang Münchau, du «Financial Times», est convaincu que l’Italie sortira de la zone euro. La seule incertitude est le délai.

Ambrose Evans-Pritchard, du «Telegraph», pense que le Professeur Claudio Borghi, économiste de la Ligue du Nord, pourrait bien devenir un jour le ministre des Finances qui gérera la sortie de l’Italie de la zone euro.

Le Pr Borghi a déjà réalisé le travail, ingrat mais nécessaire, d’analyser les étapes pour que l’Italie recrée sa propre monnaie.

Le Trésor italien émettra des bons pour payer ses dettes, ce qui donnera le temps de créer la nouvelle monnaie.

«Quand le moment sera venu, nous basculerons vers la nouvelle monnaie. Cela peut se faire électroniquement. Nous n’aurons même pas besoin d’imprimer du papier.»

Le Pr Borghi pense que l’option la plus nette serait que l’Allemagne quitte la zone euro.

Si cela n’est pas possible, l’Italie peut voter une loi pour convertir ses dettes en lires – ou en florins pour rappeler le prestige de cette monnaie de Florence au temps des Médicis.

Wolfgang Münchau et Ambrose Evans-Pritchard sont deux analystes qui font autorité sur les problèmes économiques de l’Europe. S’ils se font du souci pour l’Italie, tout le monde peut s’en faire aussi.
L’Italie est une bombe à retardement!

Ajout de juin 2019:
Cette analyse de décembre 2016 était plus que prémonitoire.

Le Professeur d’économie Claudio Borghi a été élu député de la Ligue du Nord, et il est actuellement Président de la Commission des Finances de la Chambre des Députés.

Celle-ci vient de voter la création de bons du trésor baptisés «mini BOTs» (Bons Ordinaires du Trésor) que le Pr Borghi avait évoquée il y a 3 ans.

Dans un premier temps, ces bons seront utilisés par l’État italien pour payer ses dettes envers les entreprises, qui s’élèvent à environ 50 milliards d’euros.

En retour, les entreprises pourront aussi utiliser ces bons pour acquitter leurs dettes fiscales envers l’État.

Ces mesures inquiètent beaucoup l’Union européenne. En effet, les mini BOTs ressemblent beaucoup à des billets de banque.

Si leur usage s’étendait à des transactions entre particuliers, ce serait une infraction très grave aux règles de l’UE, qui pourrait entraîner l’exclusion de l’Italie de la zone euro.

De nombreux observateurs pensent que c’est justement le plan de Matteo Salvini: sortir de l’euro, non par une décision du gouvernement, mais par un diktat de l’UE.

L’économie italienne pèse 10 fois plus que l’économie grecque et Salvini n’est pas Tsipras.

Déjà en novembre 2018, quand l’UE a formulé des critiques sévères sur le budget italien, sa réponse a été: «Me ne frego! (Je m’en fous!)»

Un «Italexit» devient une éventualité plus que probable.

Nos dirigeants doivent enfin comprendre qu’une monnaie n’est pas une fin en soi, mais qu’elle est un outil au service d’une économie.

ARTICLE PRÉCÉDENT

Émeutes au Val-de-Reuil

ARTICLE SUIVANT

Autre Europe

12 Commentaires sur : Vers une sortie de l’Italie de la zone euro

  1. quinctius cincinnatus

    16 juillet 2019

    avec omer douille, brenus et lomkavulomkavulos vous avez sur ce site la plus vulgaire Trinité de la Beaufitude franchouillarde, bien sûr réunie en un seul ” troll “, étonnez vous après que les ” nationaux ” n’ arrivent ni à s’ entendre et encore moins aux responsabilités

    ave

    quinctius cincinnatus

    et bon(s) vent(s) … de Charybde en Scylla

    Répondre
    • BRENUS

      16 juillet 2019

      Pour les autres, je ne sais pas, mais pour moi BRENUS , je te réplique que tu as la plus mauvaise “simplitude” maghrebouillarde que je récuse. Si ce site et ce pays ne te convienne pas, je vais te dire comme les Tunisiens à Ben Ali : “DEGAGES” . Nous les autochtones européens n’avons pas besoin de leçons et conseils de gens bi-tri ou multi nationaux profiteurs qui fuient leurs bleds où ils n’oseraient même pas faire le quart du bordel qu’ils font en France. Alors, comme on dit Afrique : fait bakou. Trouduc. Si les européens, malgré tous leurs défauts, ne vous avaient pas apporté la santé, vous seriez encore en train de croupir submergés par les pandémies.

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    14 juillet 2019

    le problème de Salvini :

    Même s’ il a quelques bonnes idées, son parcours personnel et sa personnalité le desservent comme leader politique ” européen ” : depuis étudiant il n’ a fait que de la politique et rien d’ autre et maintenant son discours outrancier réveille les instincts les plus primaires et même les plus bas chez les beaufs

    c’ est un Mussolini mais sans fàsci ( faisceaux )

    cet homme excessif en tout est une impasse politique pour une Droite Nationale , préférons lui le Hongrois ( plutôt que le Polonais )

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    14 juillet 2019

    je lis ici et là des louanges aux ” exiteurs ”

    comme les Français n’ ont pas le courage de le faire ou même seulement de menacer de le faire ils poussent les autres devant eux pour faire le boulot !

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    13 juillet 2019

    tiens, Borghi pense comme moi et depuis longtemps, que l’ Allemagne sorte d’ elle même de l’ euro c’ est aussi bien de son intérêt que du nôtre !

    les miniBots ce sont, en plus ” réaliste ” ou pragmatique les équivalents de nos ” crédits d’ impôt ”

    bonne chronique comme à l’ habitude de Mr Croella

    Répondre
    • BRENUS

      15 juillet 2019

      Toujours aussi modeste le sieur quinctius. Dès que quelque chose d’original sort quelque part, c’est inévitablement suite à une de ses propres idées. Du temps de la Pravda, on ne faisait pas mieux. Quel minable qui n’est capable que de vouloir d’attribuer les idées des autres à défaut d’être capable d’en produire lui même.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        15 juillet 2019

        relisez plutôt mes messages passés, irascible Brenus , car s’ il est quelqu’ un qui est à court d’ idées c’ est bien vous si jamais vous en avez eu une seule dans votre insignifiante vie !

        Répondre
        • BRENUS

          16 juillet 2019

          C’est bien parce que je vois tes messages d’auto-satisfaction continuels que je t’écris cela. Mais ta nature de dérangé t’empèchera toujours de comprendre. Et pour le coup de l’inversion accusatoire, tu repasseras : j’ai assez connu de Trotzkystes pour connaitre la manoeuvre par coeur. Malheureusement, je n’ai pas de conseils à te donner pour soigner ton délire, sinon un petit séjour à l’asile.
          P.S. Ne te trompes surtout pas : je ne m’appelle ni PAUL ni HANS et je “maintiens”, généralement.

          Répondre
  5. OMER DOUILLE

    12 juillet 2019

    L’Italie est la championne des l’inventivité en même temps que de la combinazione. Si un pays peut se sortir de l’euro sans y laisser ses os, c’est bien l’Italie, même si elle devra boire la potion amère. Je la vois mal aller lècher les pompes des teutons que la plupart des Italiens ne peuvent pas blairer. “Piave, fiume sacro…”

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 juillet 2019

      pour ceux qui ne connaîtraient pas cette citation , celle ci est, pour les Italiens, l’ équivalent patriotique de notre ” ligne bleue des Vosges ”

      ” Piave, fiume sacro alla Patria “

      Répondre
      • OMER DOUILLE

        15 juillet 2019

        Merci au répétiteur. Mais que ce dernier ménage ses efforts : chacun est capable d’aller sur Wikidépia, pour complèter. Qui travaille sans effort triomphe sans gloire (paraphrase de la célèbre, également consultable sur WIKI, etc…)

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          15 juillet 2019

          pas du tout c’ est l’ aîné de mes petits fils italiens, actuellement chez nous, qui me l’ a soufflé ! quant à la ” ligne bleue des Vosges ” il ignorait ce que c’était ; nous nous sommes donc ” cultivés ” mutuellement tous les deux

          sacré omer douille peut être un autre avatar de l’ excellent Brenus Kavulomkavulos !

          le blog s’ enrichit de personnes de cette classe, sans aucun doute !

          et avec elles un retour d’ une droite ” nationale ” s’ éloigne !

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)