51% des Français contre les monopoles d’État

Posté le mai 08, 2005, 12:00
6 mins

Le 25 avril, sur France 3, un débat sur le oui ou le non à la Constitution rassemblait plusieurs partisans  du non : Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot, Jean-Marie le Pen et Philippe de Villiers et plusieurs partisans du oui: Michel Barnier, François Bayrou, Dominique Voynet et Jack Lang. Un heureux mélange. Barnier a fortement animé le débat, quand il a annoncé qu’il était « désolé » en constatant que Madame Buffet votait comme Monsieur Le Pen…
Mais les huit débatteurs unissaient sans aucune difficulté leurs efforts pour bien montrer que l’Europe ne pouvait se faire que si elle respectait, conservait, voire augmentait les services publics  à la française. Il se dégageait sur ce point un consensus total entre tous. Depuis 60 ans, nos médias, nos syndicalistes ou nos hommes politiques nous rabâchent qu’il n’y a rien de mieux au monde que les services publics à la française et que tous les pays nous les envient.
Puis, au milieu de l’émission dominée par les dégâts que fait le chômage depuis l’entrée de la France dans l’Europe, tombe le résultat d’un sondage. La question posée était simple, sans aucune ambiguïté: « Seriez-vous favorable à la mise en concurrence d’un service public ? »  51% des Français ont répondu oui. Quand on entend un tel résultat, on n’en croit pas ses oreilles. Mais le chiffre de 51% était bien écrit sur l’écran.  La France d’en bas croit aux vertus de la concurrence.
Depuis toujours, les économistes condamnent le monopole privé, car la situation de monopole permet de vendre plus cher un produit médiocre. Seule la concurrence oblige le producteur à réduire ses coûts pour rester compétitif et à innover pour offrir un service supérieur à celui qu’offrent ses concurrents. Les hommes politiques, les médias et les syndicalistes  français ont tous facilement assimilé et accepté ces notions économiques de bon sens.
Mais, depuis 60 ans, au nom de l’égalité, la France a volontairement créé des services publics particuliers, qui sont des monopoles d’Etat. On a donc mis hors concurrence EDF, la SNCF, l’école de nos enfants ou l’assurance maladie.
On s’aperçoit, au bout de 60 ans, que les maux qui touchent les monopoles privés touchent tout autant les monopoles publics. 
En créant un monopole d’État, on retire  d’abord à tous les Français la liberté de choisir. Ils sont obligés de mettre leurs enfants à l’école qui n’apprend plus à lire et à écrire correctement. Ils sont obligés de prendre les transports étatiques qui se mettent en grève sans arrêt.
En créant un monopole d’État, on met ensuite ceux qui y travaillent dans une situation de privilégiés. Ils ont un emploi à vie et ne connaissent pas le chômage. Ils peuvent se mettre en grève sans risquer de mettre en faillite leur entreprise : c’est l’État qui paiera.
Ils ont ainsi obtenu en 60 ans des avantages salariaux ou sociaux qui font pâlir d’envie les pauvres salariés du privé. C’est au nom du principe d’égalité que le monopole d’état avait été mis en place. Il a créé une nouvelle classe de privilégiés, solidement protégée dans le sein de l’État.
Enfin, en créant le monopole d’État, on met le consommateur dans une situation de dépendance et d’irresponsabilité. Pourquoi ne pas abuser de la consommation médicale, puisque notre chère (très chère) Sécu paiera ?
51% des Français ont aujourd’hui découvert les vertus de la concurrence et pensent que leur intérêt personnel est d’introduire la concurrence dans les services publics. Le matraquage politico-médiatique qu’ils subissent aujourd’hui avec le référendum ne les touche absolument pas.
Si on leur posait une deuxième question économique du genre: « Seriez-vous favorables à la suppression des contraintes qui rendent nos entreprises non compétitives ? », ils seraient encore plus nombreux à répondre oui, du fait des délocalisations.
Chez tous nos voisins européens, ces idées de bon sens sont prises en charge par des partis politiques. Quand aurons-nous enfin un parti politique français qui proposera ces réformes? Il sait qu’il a déjà la majorité derrière lui. ..

8 réponses à l'article : 51% des Français contre les monopoles d’État

  1. Laurent

    15/05/2005

    ça me fait rire de vous voir pour une libéralisation de certains services publics tel que EDF ou la SNCF….. la raison en est simple, étant aller en Grande Bretagne et aux USA, je peux vous assurez que leur libéralisation de ces secteur est trés d’être une réussite….. A l’inverse de ce que prone le libéralisme, l’investissement dans les structures est ridicule et l’état est déplorable!!!!! Le fait que ces 2 secteurs soient publics n’est pas un problème, En revanche, l’incompétence des gens à travailler efficacement en est une (et je ne parle même pas de laur direction et des sindicats qui sont totalement hors du temps!!!!!)….. le problème n’est pas le système, mais les gens!!!!! en France, c’est l’incompétence et la feignantise de certains et dans les pays anglo-saxon, c’est la volonté de se faire du pognon par tous les moyens existants….. Laurent PS: Pour toutes les attaques à 2 balles qui pourraient fuser, je précise que je ne suis pas fonctionnaire, je ne suis pas de gauche, je ne suis pas syndiqué et je voterai NON à la constitution européenne (c’est quoi cette constitution qui privilégie, en cas de guerre, la protection de l’économie pultôt que celle de son peuple….. Certes c’est souvent ce qui se passe, mais mettre ça dans une constitution………)

    Répondre
  2. Laurent

    15/05/2005

    ça me fait rire de vous voir pour une libéralisation de certains services publics tel que EDF ou la SNCF….. la raison en est simple, étant aller en Grande Bretagne et aux USA, je peux vous assurez que leur libéralisation de ces secteur est trés d’être une réussite….. A l’inverse de ce que prone le libéralisme, l’investissement dans les structures est ridicule et l’état est déplorable!!!!! Le fait que ces 2 secteurs soient publics n’est pas un problème, En revanche, l’incompétence des gens à travailler efficacement en est une (et je ne parle même pas de laur direction et des sindicats qui sont totalement hors du temps!!!!!)….. le problème n’est pas le système, mais les gens!!!!! en France, c’est l’incompétence et la feignantise de certains et dans les pays anglo-saxon, c’est la volonté de se faire du pognon par tous les moyens existants….. Laurent PS: Pour toutes les attaques à 2 balles qui pourraient fuser, je précise que je ne suis pas fonctionnaire, je ne suis pas de gauche, je ne suis pas syndiqué et je voterai NON à la constitution européenne (c’est quoi cette constitution qui privilégie, en cas de guerre, la protection de l’économie pultôt que celle de son peuple….. Certes c’est souvent ce qui se passe, mais mettre ça dans une constitution………)

    Répondre
  3. sas

    13/05/2005

    tu as en parti raison, sauf que dans le publique l’incompétent on le garde »c’est obligatoire »…au pire on le mute…mais son statut empêche son congédiement… Quand aux EPIC,aux SEM je n’en connais pas une qui soit viable…dès qu’il y a gestion de « budget » et pas de CA…c’est le bordel, de suite les frais de fonctionnement explose et dépasse les investissements à la vitesse du son…quand aux frais fixes charges de personnel et « acquis sociaux » c’est du DELIRE…moi je te dis que la gestion privée est un peu plus rationnelle, ce qui la fausse également sur le fond c’est la cooptation maçonnique qui perturbe les appels d’offres et les attributions de marché….c’est très simple et très vérifiable et comme l’etat est irresponsable et souverain , il n’y a pas de contrôle externe…sauf à faire des audites par ceux là même qui pourrissent le système. Je te dis publique payé comme dans le privé :OK…mais compétence et licenciement immédiat en cas de carrence? ET SI LE SERVICE PUBLIQUE NE MESURE PAS SA PRODUCTIVITE EN TERME DE CA, qu’on puisse le juger en terme de rendement et d’organisation cohérente…les branleurs de mouches et les peigneurs de girafes…à l’instart des surveilleurs de gommes (emplois jeunes) IL FAUT ARRËTER sauf à dire que c’est une mesure communiste et un salaire d’etat…ALORS QU ON LE DONNE 0 TOUS LES FRANCAIS. NB° c’est édifiant le nombre de politicards et fonctionnaires (souvent les mêmes) qui ne savent pas la différence entre gérer un budget et faire un chiffre d’affaire. amicalement bien sure sas

    Répondre
  4. christophe.azzolin

    12/05/2005

    a noter que je ne suis ni pour le oui ni pour le non n etant pas inscrit sur les listes electorales je tiens a preciser egalement que mon statut ne me protege pas des huissiers je ne suis pas non plus contre le liberalisme je suis simplement pour la verite je peux admettre que les syndicats empechent la modernisation et l efficience du service publique mais dire qu un monopole publique est forcement plus cher n est pas une verite et pour l irresponsabilite travaillant dans une epic bientot privatisee croyez moi mes superieur ne sont pas des tendres et n importe qui peut se faire briser c est juste une question d envie dernier point je pense que des gens qui font mal leur travail il y en a partout et pas seulement dans le publique

    Répondre
  5. sas

    10/05/2005

    A christophe…bien sure qu’il y a des « petits » fonctionnaires …qui sont d’ailleurs largement utilisé par les gros e…és outrageusement privilégiés…mais ami rien ne t’y oblige , vient dans le privé te défoncer au boulot, tu verra que les 35 heures sont un mythe…les 1200 euros t’ès même pas sure de les toucher …et si tu as une embrouille , alors là l’irresponsabilité chronique :connait pas , les huissiers viennent volent ta femme, viole ton chien et se barre avec le poisson rouge…(ou dans le sens contraire selon)…En résumé , des fonctionnaires il en faut , et ils doivent être normalement rémunérés…mais aussi , ils doivent servir les population et être responsables et en nombre raisonnable….point Pour tes analyses du semi privé…il est clair que « l’économie à la française » qui marche et s’exporte…surtout en afrique et les pays du sud…c’est les combines,les réseaux maçonniques,les dérogations ou des systèmes de monopoles.D’où le prix de la flotte,des telecoms,des médicaments, des transports etc,etc …avec l’arrivée des russes à l’économie de marché à l’occidentale: on est mort(au sens propre vu qu’ils sont armés tels des mafieux : des vrais) …va expliquer ce qu’est une CA 12 à un albanais,ou un ROUMAIN ou mieu une TVA intracommunautaire…je me marre et les tennants du OUI , vous êtes trop forts. Mais je te rassure TOTAL et AIRBUS feront d’énormes profits (peut être et si le pétrole ne continu pas à flamber artificiellement.

    Répondre
  6. christophe.azzolin

    10/05/2005

    ah les monopoles publics!quels boulets en effet ,quand je pense au prix de l eau qui augmente pour payer les indemnitees de monsieur messier,a la secu qui engraisse les groupes pharmaceutiques,a l entente des compagnies de telephone qui empechent les prix de baisser,quand je pense que mr pinault est exonere d isf en se constituant un patrimoine d oeuvre d art,quand je pense que je suis un privilegie en etant fonctionnaire a 1200 euros par mois que je paie mes impots et que je me leve a 5h du matin pour aller travailler,je me dis que la france c est vraiment un beau pays ou l on peut dire tout et n importe quoi

    Répondre
  7. sas

    09/05/2005

    Il faut bien comprendre une chose en France: que ce soit un monopole public (edf)…à travers nos enarques technocrates « franc maçons »….ou les monopoles privés(eau)toujours aux « mains des frères cooptés »…ils mutualisent les pertes et privatisent les gains…et dans le privé ils font un peu plus attention à l’outil industriel à étriller les « profanes »… et cela nous coûte 4 fois le prix normal du produit point sas

    Répondre
  8. Ktorza

    08/05/2005

    M. Trémeau, bonsoir, je partage votre cri de rage face à cette campagne référendaire: les politiciens, qu’ils soient pour le « oui » ou le « non », ont tous un ennemi commun: le libéralisme. D’ailleurs, France 3 n’a pas choisi un libéral parmi ses 8 invités. Le plateau était bien garni: Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot,… sans oublier notre ami Le Pen qui n’a cessé de grômeler contre l’ultralibéralisme (quand on passe que l’Humanité assimile extrême-droite et libéralisme,…) et cette Constitution européenne. Or, on a peu entendu les libéraux. Où se cache Alain Madelin? Mieux: il ne veut pas dévoiler son opinion, ce qui ne l’empêchera, sans doute pas, de voter non. Du moins, je l’espère,… mais avec les politiciens, ne sait-on jamais! En tout cas, je suis heureux que la rédaction des 4 Vérités ait un écrivain aussi talentueux que vous, M. Trémeau. Cela rompt avec la stupidité de Pierre Lance et l’inconscience de M. Dumait qui ne veut pas renvoyer cet infâme personnage, cet anti-Américain, voire cet anti-sémite qui admire Yasser Arafat, ce grand homme de paix. Continuez à nous régaler de la sorte: les 4 vérités ot plus que jamais besoin de vous, M. Trémeau. A bientôt, j’espère.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)