Beppe Grillo, l’Europe et la révolte italienne

Posté le mars 01, 2013, 1:55
8 mins

 Je découvre un peu tard la personne troublante de Beppe Grillo, activiste politique et bateleur d’estrade qui dirige depuis quelques années, sous l’œil captivé des médias branchés américains, la révolte du peuple italien contre sa classe politique, aussi incompétente et épouvantable qu’ailleurs. Il se trouve qu’après les expériences sexuelles de Berlusconi et technocratiques de Monti, les Italiens, comme au temps de Jules César ou de Dante, n’en peuvent plus et demandent autre chose que les partis, la dette, les combinaisons, la soumission et la rigueur éternelle. Enfin, une partie des Italiens. Avec les autres, comme dit Sartre quelque part, cela peut continuer !

Beppe Grillo fut acteur (il a pu tourner avec Risi et Comencini), homme de télé, animateur de rue ; il gagne beaucoup d’argent, ce qui lui est naturellement reproché et il incite aujourd’hui le peuple à la rébellion, ce qui lui est aussi sainement reproché. Il me fait penser à Coluche en 1981, lorsque notre comique national, qui trouvait que le racisme, comme les immigrés, ne devrait pas exister, promettait de faire 12 % des voix, y compris celle de Gilles Deleuze, et cela avant que la pression non de la rue, mais des sévices secrets et la mort opportune de son directeur de campagne ne lui fissent renoncer à sa tentative.

Je suis allé voir Beppe Grillo sur son blog, convaincu de l’hostilité crasse de wikipedia (j’en parle en connaissance de cause ; tout ce que cette encyclopédie de la contrefaçon planétaire a écrit sur moi, par exemple, est malintentionné et faux ; mais tout : y compris la liste des bouquins ou la date de naissance !), et j’y ai trouvé ces bonnes vérités que je ne traduirai même pas tellement elles me semblent cristallines en français et frappées au coin du bon sens.

Gli italiani, questo mosaico di popoli antichi, nei millenni hanno visto tutto, hanno creato ogni cosa. Cinici, distaccati, impermeabili, ma anche pazzi, capaci di invenzioni sociali inaudite. La Storia è sempre passata da queste parti. E noi siamo ancora qui, ancora a Roma per ricominciare ancora una volta.

Belle périphrase, cette mosaïque de peuples antiques qui a tout inventé, y compris les gouvernements d’extrême-droite inefficaces, et qui d’ailleurs va vite être remplacée par l’africanisation du continent à la botte, c’est le cas de le dire, des commissaires de la mondialisation. 3000 ans d’histoire vont ainsi disparaître, et sur ordre. Le cynisme italien (« il y avait des scandales… mais il n’y en a plus ! ») est certes à toute épreuve, et ce depuis la renaissance, le moyen âge, la Rome ancienne, ce qu’on voudra, y compris la risible monarchie piémontaise et même le fascisme qui, après vingt ans de rhétorique guerrière, fut incapable d’en faire un peuple de combattants, des Italiens. Mais l’Italie est grâce à Dieu aussi le pays du talent, de l’ingéniosité (on reproche à Grillo sa maison toscane ou sa Ferrari, il faut le faire tout de même ! et pourquoi pas sa femme iranienne ?) et du baroque créateur. On verra si l’agitation de  Grillo peut encore réveiller un peuple vieillissant, sclérosé, de plus en plus ennuyé de vivre ; il me fait penser le peuple italien, à la France bien sûr, et aussi à toute la race blanche en général, et cette sensation si bien décrite par Tolkien d’avoir été du beurre étalé sur trop de pain. Bilbo ajoute même alors qu’il a besoin d’un changement…

Grillo écrit très justement ce qui suit sur son blog, un peu à la manière de Soljenitsyne (l’homme de la rue qui ne sait plus s’il est vivant…). Ici encore je ne vois pas l’intérêt de traduire :

L’italiano ha perso l’idea di bellezza, di felicità, persino la coscienza di sé stesso, del suo valore, della sua identità.

Qui dit mieux ? Nietzsche disait déjà que la laideur qui entoure le monde moderne est une laideur destinée à nous faire dégénérer.

Grillo défend un concept qui m’est cher, celui de la démocratie communale médiévale, celui qu’aurait dû défendre la ligue lombarde avant d’aller à la soupe et de se lancer dans des délires racistes (je précise : racistes anti-italiens, puisque l’on sait qu’en Europe, entre Hitler et Chamberlain, le racisme s’attaque toujours aux autres blancs, comme d’ailleurs l’antiracisme ; ce n’est pas là le moindre de leurs points communs). Il voit que les partis et le système parlementaire trahissent toujours sur ordre les intérêts du peuple, qu’il a même été mis en place pour cela (lisez ou découvrez le superbe William Hartpole Lecky à ce propos*). La grandeur  vraie démocratique des municipes du moyen âge,  chère à Tocqueville et Chesterton, pourrait être ainsi recyclée et revitalisée par Grillo et ses électeurs :

Lo Stato siamo noi e ci hanno convinto del contrario, ci hanno persuaso che lo Stato sono i partiti, che sono le banche, Equitalia, che è la burocrazia inflessibile con gli onesti. Ci hanno convinto che la democrazia è essere sudditi (inférieurs), che ribellarsi è populismo, qualunquismo, antipolitica.

L’État c’est nous. Nous sommes bien d’accord ! Aujourd’hui l’État, ce n’est même pas Louis XIV avec Molière et Lully, l’Etat c’est la grosse commission de Bruxelles chargée de nous ruiner et de nous détruire et excellant à le faire. On verra la suite.

Bonne chance Pepe Grillo, qui nous change de la bouse habituelle et des factices partis populistes et extrémistes qui commencent à nous taper sur le système en France aussi.

*) Democracy and liberty, 1898, disponible sur archive.org.

9 réponses à l'article : Beppe Grillo, l’Europe et la révolte italienne

  1. quinctius cincinnatus

    04/03/2013

    voilà , je sais qui est maintenant derrière le Beppe
    il s’agit d’un certain Gianroberto Casaleggio
    qui est le créateur et actuel propriétaire d’une entreprise de  » conseils en stratégie digitale  »

    deux vidéos circulent

    – la première dont le titre est  » Prometeus  » affirme que :

     » l’Homme est Dieu , il est partout et il sait tout  »

    ( le Sur-Homme de Nietzsche est , à côté , un médiocre , un non-fini pas même une ébauche )

    – la seconde

     » il nuovo ordine mondiale : Gaia  »

    nous transporte ( dans le temps seulement et pas au sens figuré ) dans un nouvel ordre mondial où l’élection du Gouvernement ( universel ) est cybernétique

    tout cela n’est pas sans nous rappeler un livre , n’est ce pas ?

    Répondre
  2. IOSA

    02/03/2013

    N’empêche que plus je le regarde et plus je trouve qu’il ressemble à Roland Magdane.

    IOSA

    Répondre
  3. JEAN PN

    02/03/2013

    L’italie a une dette de 2000 milliards. La France, 1900 milliards. Alors qu’attendons-nous pour faire la révolution ?

    Répondre
  4. Dr oetcler

    01/03/2013

    Puisque NB boude la traduction (dans laquelle il excelle pourtant) voici une (mauvaise) tentative:

    « Les Italiens, cette mosaïque de peuples de l’Antiquité qui au cours des millénaires ont tout vu, ont tout créé. Cynique, détaché, imperméable, mais aussi fou, capable d’inventions sociales sans précédent. L’histoire est toujours passé par ici. Et nous sommes toujours là, toujours à Rome pour recommencer. »

    « L’Italien a perdu l’idée de la beauté, le bonheur, même la conscience d’elle-même, sa valeur, son identité. »

    « L’Etat c’est nous et on nous a convaincu du contraire,(…), et que la rébellion c’est le populisme, l’indifférence, l’anti-politique. »

    Sinon, la -plutôt- bonne chronique de Vedrine sur FranceCulture ce jour:

    http://www.franceculture.fr/emission-le-monde-selon-hubert-vedrine-vers-un-risque-de-post-democratie-en-europe-2013-03-01

    Répondre
  5. IOSA

    01/03/2013

    Bah !!!! Finira comme Coluche.

    IOSA

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      04/03/2013

      il n’est pas un adepte des  » gros cubes  » !

      Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    01/03/2013

    l’auteur découvre le grillon qui parle , qui parle , qui parle …
    ce qui est tout de même étonnant pour un journaliste cultivé ( même parfois à coups d’abstracts ) et qui s’intéresse à la chose politique .. Le Beppe c’est en fin de compte le Benito d’Internet … sans les  » faisceaux  » …et l’hiver prochain il se mettra au chaud !

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      02/03/2013

      « Il se mettra au chaud »
      Si les fourmis n’ont pas émigrées au Tessin entretemps.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        04/03/2013

        rassurez vous , pour bien connaître les Italiens , les Piémontais , les Lombards , les Vénitiens , les Toscans , ceux d’Emilie Romagne et de Ligurie auront trouvé la parade … on peut faire confiance à leur esprit d’adaptation et à leur immenses ressources de créativité !

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)