Eloge permanent de l’Allemagne éternelle et multiraciale

Posté le juillet 16, 2010, 12:00
8 mins

On compte toujours sur eux : les Allemands ne déçoivent jamais. Ils étaient les maîtres des guerres, des forêts, des poèmes et de la philosophie. Ils sont restés, en ces temps de la post-apocalypse, les maîtres de la bagnole et du football. On ne sera jamais, ou si rarement, déçu par une BMW, une Porsche, ou la National Mannschaft, l’équipe nationale allemande. D¹ailleurs, regardez ce clip filmé par les Monty Python, au meilleur de leur forme : le match entre les philosophes grecs et allemands, peuples les plus méditatifs du monde.

 

Je dois commencer par cela : l’Allemagne est devenue multiraciale, rapidement et totalement, et c’est pour cela, non pas qu’elle gagne, mais qu’elle est devenue populaire, nous expliquent LeMonde ou Libération. On est bien d¹accord : il y a deux Turcs, un Tunisien, deux métis africains et un Brésilien (depuis quand faisons-nous une différence avec nos frères chrétiens d’Amérique du Sud, d’ailleurs ?). Cependant, au coup de sifflet final, lors de la raclée infligée à l¹Argentine que j¹aime tant, il n¹y avait que des « indo-germaniques » sur le stade, Slaves compris. On connaît le fameux Miroslav Klose, on connaît aussi Podolski. Et les autres.

Je souligne ce fait, mon épouse étant slave, mes écrivains préférés aussi, et mes livres étant traduits en russe ou en ukrainien. Etce qu’il y a de bien, dans cette équipe allemande onirique, je dirais même novalisienne, c’est qu’elle refuse la division est-ouest et la séparation entre les germanophones et les autres. Car le drame historique de l’Europe est venu de Guillaume II, qui veut la guerre contre la Russie, et bien sûr d’Hitler, qui ne connaît rien, et n’a pas compris l’osmose naturelle entre des peuples de langue différente, et qui a eu lieu depuis des siècles en Europe, quand la Prusse même se polonise, ou que la Russie de la grande Catherine se peuple d’Allemands. Allemands de laVolga qu’Alexandre III, froissé par le pangermanisme pré-hitlérien du Kaiser, chasse de leurs plaines et envoie d¹ailleurs en Argentine ou ailleurs.

« Nimitz », dit Eisenstein.Nimitz, c¹est le nom qu’Alexandre Nevski, joué par le membre du soviet suprême Tcherkassov, donne aux Teutoniques. Et Nimitz, comme le dit mon épouse, c¹est « celui qui ne parle pas La langue ». Pour ce malheureux accident, Hitler a lancé l¹opération Barbarossa.  Pour ce malheureux accident, Guillaume II a célébré le pangermanisme. Pour ce malheureux accident, l¹Allemagne américanisée s’est trop rapprochée de l’atlantisme et de l’Amérique nihiliste et océanienne (Obama est plus océanien que quoi que ce soit d’autre) et ne comprend encore pas que son génie doit la rapprocher de la Russie et du monde slave.

L’Allemagne aura retenu la leçon. On espère qu’elle ne sera pas emportée par le reste. Mais on se doute que les Allemands demeurent sérieux. Ils sont la dernière usine, la Chine finalement demeurant fort textile. Et c’est d¹ailleurs pourquoi leurs immigrés, et leurs rejetons issus de l’immigration, sont plus sérieux que les nôtres. Ils n’insultent pas leur entraîneur, ils font des efforts sur le terrain, ils célèbrent leur drapeau. Surtout, s’ils ne sont pas bons, on les remplace. Contre l’Argentine, on a fini entre grands blancs (les Teutons et les Slaves) et petits blancs (mes Argentins).

Enfin, ils ne sont pas racistes entre eux : il n’y a pas de cabales entre Antillais, subsahariens ou autres (on ne voit d’ailleurs plus de maghrébins dans notre équipe, malgré Zidane ou mon cher Sabri Lamouchi, autre Tunisien), ou pas encore. On ne joue pas aux enfants gâtés, on n’est pas en France. J’imagine que l’Allemagne aurait pu étendre sa mission civilisatrice en Afrique ou ailleurs, alors que la France, à l’image de son équipe de foot, aura laissé derrière elle l’Algérie du FLN, le Cambodge de Pol Pot ou Haïti.

L’anarchie verbale des Français aura ruiné notre pays, réputé jadis le plus riche du monde, et sans doute notre continent, et en attendant elle aura ruiné bien des pays. L’effet oratoire aura eu ses ratés, n’est-il pas ? A l’heure où j¹écris ces lignes, j’ignore si l’Allemagne gagnera la coupe du monde : que ce soit elle ou l’Espagne impériale, peu m’importe. En hommage à la mission civilisatrice des Boers, interrompue par les prédateurs anglo-saxons de Cecil Rhodes, j’aimerais même que ce soit les Pays-Bas. Ce serait un curieux retour de bâton, quelques décennies après l’arrivée au pouvoir de Mandela. Mais tout de même, l’Allemagne éternelle, celle qui encouragerait le président Kruger.

Une réponse à l'article : Eloge permanent de l’Allemagne éternelle et multiraciale

  1. isocrate

    17/07/2010

    Un panégyrique qui aurait sûrement fait grand plaisir à Charles Maurras…..

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)