La politique Européenne en crise

Posté le 29 novembre , 2006, 12:00
8 mins

L’intégration de l’Europe a été voulue, dès 1945, par certains et dans des buts différents. Il est faux que l’un d’eux ait été la réalisation d’une « paix perpétuelle ». Au contraire, ce fut le désir de populations meurtries d’en finir avec une « guerre civile européenne » rémanente qui entraîna certains responsables dans cette voie, également suggérée par la menace d’une invasion soviétique, permanente et très réelle, on le sait maintenant, surtout après la mort de Staline, impitoyable mais réaliste.

Il y avait aussi des raisons économiques qui entraînèrent la création de la « Communauté Européenne Charbon Acier ».
Mais, les ambitions discrètes ou secrètes de certains allaient plus loin. Ainsi fut concocté un projet de « Communauté européenne de défense » que rien ne justifiait et qui fut rejeté en France (déjà) par un ensemble hétéroclite de communistes, de gaullistes et d’une majorité de socialistes en rébellion contre la direction de leur parti (déjà), sans compter bien d’autres !

Il est bizarre de voir certains “européistes” continuer à regretter le rejet d’un projet sans intérêt ni utilité et, en tout cas, prématuré.
Puis, petit à petit, furent signés et ratifiés une série de traités, sans explications claires aux populations concernées ni débat dans la presse. Finalement, on alla jusqu’à une proposition de ratification d’un « Traité constitutionnel » inintelligible, bizarre et alourdi par les ridicules parties III et IV. Las, France et Pays-Bas refusèrent, créant ainsi un vide pas encore comblé.

Quel bilan tirer de cette longue et discrète expérience ? Que faire pour l’avenir ?

L’Union européenne s’est dotée d’une administration de qualité, beaucoup plus ouverte à la discussion qu’une bureaucratie française refermée sur elle-même et sourde à toute contestation.

Ainsi, elle put imposer quelques mesures en faveur de l’environnement, diminuer l’extrême autocratisme du ministère français de l’Agriculture (d’un type quasi soviétique) et améliorer des règles juridiques en matière de libertés publiques…

Malheureusement, cette administration, allant au-delà même des exigences des « commissions » successives (censées représenter les États), a continuellement poursuivi une même politique, mélange singulier d’un certain libéralisme économique, de dirigisme tatillon et de dogmatisme.

Ainsi, comme exemple d’absurdité et d’autocratisme caricatural, on peut citer une directive interdisant la vente de gibier « en peau » ! Plus grave, car liée à certaines dispositions de traités antérieurs, fut l’impossibilité par la France d’abaisser le taux de TVA sur la restauration, mesure éminemment sociale !

Par ailleurs, un effort considérable de propagande, relayé par la quasi-totalité de la presse, fut fait pour « promouvoir » le « rêve européen ». Ainsi, il fut affirmé que l’Europe allait devenir la première puissance mondiale, qu’elle était la voie unique et inévitable amenant d’innombrables bienfaits. Pis, on annonça, voici quelques années, une « stratégie de Lisbonne » destinée, en principe, à réaliser de véritables miracles économiques. Or, le résultat de cette mirobolante stratégie, en plusieurs années, fut nul !

Cette lourde et indigeste propagande n’est pas sans rappeler, sur un mode presque comique, les tragiques litanies du communisme : « Lendemains qui chantent », « horizons indépassables ».

Le résultat est que cette Europe est devenue de plus en plus impopulaire, apparaissant presque comme cherchant à réaliser des buts ténébreux.

Ainsi, le refus du Traité constitutionnel par la France et les Pays-Bas, ou le mécontentement croissant des « Pays de l’Est » ex-communistes.

Malheureusement, les responsables de la politique européenne ne comprenaient pas et continuent à ne pas comprendre, se contentant d’invectives parfois haineuses contre les « populistes » ou les « euro sceptiques » taxés de stupidité ou de perversité.

Or, on ne peut, par directives, « changer de peuple ». Si l’on veut restaurer une politique européenne aujourd’hui encalminée, il faut faire une pause, établir un bilan objectif du bien et du mal de ce qui a été construit, réviser ce qui est mauvais ou ridicule, telles les absurdités sur la TVA intérieure (hôtellerie, restauration…). Et aussi se poser le problème de l’excessive croissance géographique d’une Europe absolument pas uniforme et agrandie démesurément, sans même parler de la très grave menace pour tous que serait l’entrée de la Turquie dans l’Union.
………………..
Voir aussi : Le portail de l’Union Européenne

6 Commentaires sur : La politique Européenne en crise

  1. Jean-Claude THIALET

    1 décembre 2006

    01/11/06

    Si j’étais grossier, je dirais que je me moque de connaître les raisons  – bonnes ou mauvaises – de la construction de ce qui n’est pas "l’Europe" (n’en déplaise à certains) mais L’UNION EUROPEENNE. On juge d’une oeuvre non pas d’après les intentions de son créateur, mais au résultat.

    Et le résultat est un "monstre". Une véritable usine à gaz, à l’image d’un projet de Traité constitutionnel qui avait la prétention d’être une CONSTITUTION. Chaque pays y parle ( pas toujours, d’ailleurs quand il s’agit du sens propre) sa propre langue(1), mais mais ses propres intérêts à la façon de politiciens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Chacun veut y apporter sa pierre (pour l’éternité), sans se soucier de l’équilibre de la construction. Et, au lieu au moins, face à l’extérieur, de raisonner en Européens pour défendre les intérêts de l’UNION eiropéenne, les gens qui se sont succédés à la tête des principaux Etats qui la composent, n’ont eu de cesse que de succomber aux diktats du mondialisme comme de l’altermondialisme. Comme pour se donner bonne cosncience. Comme pour montrer à leurs propres opinions publiques, qu’ils oeuvraient ensemble pour le bonheur de tous les peuples "européens". Et, surtout de celui des autres !

    On voit aujourd’hui le gâchis. Une UNION EUROENNES ligotée par des Traités internationaux signés par des gens qui ne se rendaient même pas compte des conséquences de leur signature, une UNION EUROPEENNE  ouverte à tous les vents :

        – celui de la concurrence de produits manufacturés fabriqués à bon marché par des salariés explootés et sous-payés. ET, déjà, celle de cerveaux ou de bras eux aussi sous-payés

        – celui d’une immigration "de peuplement" qui, progressivrement, impose aux pays d’accueil ses besoins, ses exigences, ses moeurs, ses coutumes, ses lois, etc. En attendant sa religion et la chari’a qui va avec !

    Et que l’on n’évoque pas une Administration qui …;  ou  des fonctionnaores européens qui…Je ne veux absolument pas entendre parler des qualités intrinsèques de l’une ou des autres. Ils fonctionnent en définitive comme une Administration, comme des fonctionnaires… et, pour être clair,  comme des parasites qui, pour justifier leur existence, leurs salaires et leurs avantages,  ne savent qu’édicter des lois ou des règlement qui s’empilent, souvent dans l’incohérence quand ce n’est pas dans la contradiction… sans se soucier du poids de plus en plus lourd qu’ils constituent pour les moyennes ou petites entreprises, ou pour les simples citoyens qu’ils empêchent d’entreprendre, de respirer, de vivre en gardant leur personnalité !

    Quand j’aurais rappelé l’existence de ce satané (à tous les sens du mot) euro dont personne parmi les politiciens qui nous gouvernent (façon de parler ) ne voudra reconnaître que c’est une erreur imposée par nos "amis" américains et par les financiers apatrides qui dirigent le monde, on est loin du "beau bilan" qui nous est présenté dans "Les 4-Vérités". Qui osera changer cela. Qui osera la  "rupture tranquille" ?

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) hélas, on le sait, l’anglais y règne de plus en plus en maître, malgré que le Français soit une langue "statutaire" !

    P..S. Un "candidat à la candidature" (déjà une quarantaine de "signatures") vient de se déclarer (cf. "LE POINT"). Son nom : Jean-Claude GALLAND, un ingénieur, inventeur également (de quoi intéresser Pierre LANCE qui est son voisin géographique), originaire du MAROC. Son axe de campagne : le respect absolu de la CONSTITUTION. La nôtre ! Son site :   

                       < www. courage-changeons.com > Cela n’engage à rien de le consulter !

    Répondre
  2. Anonyme

    30 novembre 2006

    L’Europe est est une bonne chose. Sans elle, jusqu’ou aurait été les socialo-communistes en Mai 81 ?

    Le probléme, c’est tout de même que les français passent leur temps à violer ses régles, et s’étonne aprés que les autres pays ne les écoutent que d’une oreille fatigués.. Par contre pour les conneries de quota de femme et autre importation d’immigrés, là, les français sont aux ordres.. Sans doute parce que ca ne géne en rien le pouvoir, et que cela semble généreux. C’est assez facile de critiquer l’Europe, mais il vaudrait mieux nous remettre en cause d’abord. Car enfin, qui va croire sérieusement que c’est la BCE qui est responsable du chomage en France, alors même que c’est elle qui permet à l’Etat français d’avoir des déficites colossaux ?

    Répondre
  3. Libre européen

    29 novembre 2006

    Bonjour la droite libre , alors je me permets de vous tenir au courant qu’hier bruxelles totalitaire tiersmondo-gauchiste a mis en garde les autoritées de mon pays natal concernant l’acceil des indous, chinois, pakistanais, et autres , ça veut dire quoi ? on veut remplacer le peuple ? de quel droit  ?  puis l’autre conard  benoit 16 dérape en disant  oui a l’entrée de la turquie asiatique venue des stepes mongoles __________ mais qui organise ce spectacle ? et pourquoi faire , est-ce que nous les européens nous sommes tellement nuls ? déja je me démande pourquoi les autoritées européennes laissent la societé americaine gangréner les pays d’europe  , regardez  a quoi ils ressemblent ces pitoyables "jeunes" , en étant moi meme jeune .

    Répondre
  4. SAS

    29 novembre 2006

    LE BUT DE CETTE EUROPE, n’est pas le libre echange, l’harmonie et la non guerre….cette europe est celle des illuminati , le destruction des etets nations, la  perte des frontières et des souverainetés……viendra la perte de la propriété privée et l’asservissment des grandes masses par le travail non rémùunéré……..la libre occupation sans argent.

    C’est exactement ca, les protocoles des sages de sion….

    sas qui dit qu’il faut revenir de suite sur maastricht et shengen….30 à 40% d’augmentation du cout de la vie avec l’euro……faut arrêter de tergiverser

    sas en parle…….JEAN MARIE le fera…..retour au franc inéluctable et conservation de la monnaie euro pour les echange internationaux (ce qui existait c’était l’ecu….mis en place par pinay et de gaule….)

    Répondre
  5. liliane servier

    29 novembre 2006

    comme d’habitude, quelle que soit la pertinence de l’analyse, elle ne peut convaincre que les convaincus – les autres restant confis dans leurs certitudes.

    Répondre
  6. gaius

    29 novembre 2006

    "Or, on ne peut, par directives, « changer de peuple » " …

    Si si on peut , en 1789 directives pour massacrer tous les vendéens , avec femmes et enfants en priorité et repopulation venue d’autres régions.

    Depuis 30 ans directives de Bruxelles pour faire entrer plus d’un million d’africains en Europe et aujourd’hui directives onusiennens  d’une accélération annoncée par l’onustiste koffi hannan et la venue de 28 millions d’africains dans un bref délais .

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)