La tentation anti-libérale des Européens

Posté le juin 12, 2005, 12:00
6 mins

Les Français ont voté non, car depuis que l’Europe est en marche, le chômage envahit la France.
Ils n’ont pas vu qu’en dehors de cinq pays socialo-sclérosés (dont la France, l’Allemagne et l’Italie ), l’immense majorité des pays unis par le Marché commun (vingt aujourd’hui) avaient une économie dynamique réduisant le chômage. Comme le faisait remarquer Jacques Delors, ce n’est pas le Marché commun qui introduit le chômage, ce sont les États qui refusent de se réformer.
Pendant toute la campagne électorale, tous les partis politiques français, de l’extrême droite à l’extrême gauche, ont dénoncé sans aucune exception le libéralisme, source de tous nos malheurs. C’est le libéralisme  européen qui est responsable du chômage français. C’est en plus le vilain libéralisme  anglo-saxon qui inspire les technocrates de Bruxelles.
Afficher aujourd’hui  en France des idées libérales, devient plus blâmable que d’annoncer qu’on a voté pour le Pen.
Or, les pays qui n’ont pas de chômeurs sont ceux qui mettent en pratique la libre entreprise. Les USA en sont devenus le modèle honni. Plus la politique mise en place est libérale, plus le chômage et la pauvreté régressent rapidement.
Maintenant que le Non est passé, soit nos hommes politiques cessent de dire des mensonges, et se mettent à copier ce qui se fait dans les pays qui n’ont pas de chômage. Nous sortirons rapidement  de l’ornière. Soit ils continuent à considérer le libéralisme comme la cause de tous nos maux. Ils continueront à freiner notre développement économique. Ils continueront surtout à être responsables d’une des sociétés la plus inégalitaire qui soit, avec ses millions de privilégiés  d’un côté, installés à vie dans un service public, et ses millions d’exclus sans emplois et sans avenir de l’autre, réduits à tendre la main vers un État dont les caisses sont plus que vides.

Sortir de l’euro ou réformer l’État?

À partir du moment où aucun pays européen ne veut adopter notre génial système socialo-égalitariste, la seule solution  envisageable pour une France qui souhaite encore rester dans le Marché commun est de freiner des quatre fers la libéralisation des échanges. D’où un Non spectaculaire à la libéralisation des services (70% de l’économie européenne) et un autre Non spectaculaire  à l’introduction de produits textiles chinois..  Alors que, depuis plus de dix ans, la France a totalement approuvé la libéralisation   des échanges, elle s’y oppose brutalement sur deux points essentiels…
Quand vingt pays européens sont favorables au libre échange qui amène chez eux richesse et stabilité, il est utopique de penser que nos partenaires européens vont nous suivre dans ces nouvelles errances.
Curieuse coïncidence. Pendant que la France, incapable de se réformer,  accuse les autres pays européens d’être responsables de ses malheurs, l’Allemagne et l’Italie, en train de se réformer, accusent la Banque centrale Européenne (la BCE) d’être responsable de leurs propres malheurs. Pour les hommes politiques français, nos malheurs  économiques sont dus à l’ultra-libéralisme des autres. Pour les hommes politiques allemands ou italiens, leurs malheurs économiques sont dus à la trop grande rigueur de la BCE. Dans les deux cas, c’est toujours un autre qui est coupable.
Que les Français aient voté oui ou non, qu’ils soient de droite ou de gauche, leurs hommes politiques ont proclamé qu’ils ne tolèreront plus l’évolution libérale de l’Europe. De leur côté, les hommes politiques allemands et italiens ne tolèrent plus la rigueur de la BCE.
Après toutes ces affirmations mensongères, il va maintenant être très difficile  aux responsables politiques de trouver une solution négociée pour l’Europe. Cela les obligerait à dire la vérité à leurs peuples. Les responsables politiques vont donc s’opposer de façon fondamentale.
La sortie de l’euro devient une solution de facilité tentante. Ce serait une très grave erreur…

12 réponses à l'article : La tentation anti-libérale des Européens

  1. R. Ed.

    20/06/2005

    Un peu de sémantique: le chômage « n’envahit » pas la France. Le chômage c’est le « résultat de l’invasion » de la France. En effet, pourquoi « acceuillir » des centaines de milliers de « demandeurs » d’emploi (à défaut de demandeurs de RMI)chaque année si la population autochtone ne trouve déjà pas elle-même du boulot. Et le système: le patron paye pour deux ouvriers alors qu’il n’en a qu’un à son service ! C’est l’état, le plus mauvais gestionnaire que l’on puisse trouver qui s’occupe de redistribuer le second salaire qu’elle a perçu. Ou plutôt « extorqué ». En 50 ans,la population française a augmenté de 50% Les fonctionnaires, eux, de 100 %. Et leur principale fonction c’est d’emmerder ceux qui travaillent encore, avec des contrôles incessants, une inquisition fiscale digne des procédures moyenâgeuses. Et vous croyez que cela va changer ?

    Répondre
  2. Marc L

    18/06/2005

    Vous voulez exonérer l’Ue du chômage en disant que cela ne touche que cinq pays. Il n’empêche que celui-ci augmente même au Luxembourg (4,6%) et aux Pays-Bas (6,2%) et que la moyenne de la zone euro est de 8,9%. Pendant ce temps là, le chômage Suisse est à 3,7% (en baisse) et Norvégien est à 3,6%. Ne parlons pas non plus de la croissance dont les prévisions ont été revues à la baisse par le FMI (1,6%) et par l’OCDE (1,2%).

    Répondre
  3. Un contribuable

    18/06/2005

    Je savais qu’en défendant d’une manière pragmatique ces idées comme le font les USA, la Chine, le Japon…, je m’opposerais au dogme libéral orthodoxe du laissez-faire libre-échangiste mondial qu’on ne doit pas discuter. « Si c’est pour financer le CNRS, non merci ! » Non, il ne s’agit pas du CNRS qui est un machin inefficace de fonctionnaires. Il s’agit d’appliquer seulement un peu de pragmatisme pour permettre de financer par l’état des programmes coûteux de recherche appliqués ambitieux. Et la recherche est effectuée par des entreprises privées. C’est ce qui est appliqué aux USA que les libéraux orthodoxes prennent comme modèle, en Chine, au Japon… Donc si vous voulez être un peu cohérent, il faudrait aussi vous en prendre aux USA, à la Chine, au Japon, à l’Inde, au Canada, à la Corée du Sud… « Pas franchement sur que ce soit rentable.. D’ailleurs on ne l’a jamais vendu ce truc. » D’un point de vue technique, le TGV apporte un plus incontestable au niveau technologique. Après il y a le problème des coûts de fabrication, mais c’est une autre histoire, qui peut être atteint par plus d’externalisation ou la concurrence entre les entreprises, ce qui n’est pas le cas actuellement, car tout est produit par une seule entreprise, Alstom. «  »Et c’est plutôt l’inverse qui se produit : des entreprises stratégiques disparaissent. » Par exemple Thomson, Philips, Alcatel réduisent fortement leur activité industrielle, leur recherche et leur usine, tout cela pour satisfaire au dogme libéral orthodoxe de libre échange absolu. Au rythme actuel, l’Europe ne jouera plus qu’en seconde catégorie des pays développés. Avec l’application de la doctrine libérale orthodoxe, Ariane aurait déjà disparu depuis longtemps, car Ariane n’est plus rentable, en ce moment … Alstom aurait également disparu depuis longtemps, et on aurait à la place un gros monopole de Siemens. Voilà pour le dogme libéral orthodoxe, qui serait sensé abaisser les prix pour les consommateurs. «  »le dogme libéral orthodoxe impose des barrières douanières à l’entrée dans l’Europe les plus faibles du monde, » Oui, le libre échange est une trés bonne chose. » « alors que les autres pays ne le font pas » Tant pis pour leur population, qui payent donc plus de taxes. Bien sûr, bien sûr, puisque c’est un dogme. « ce qui entraîne la disparition définitive d’Europe de nombreuses industries d’avenir comme l’électronique » ?? Il y a de l’électronique en Europe ??? » Il y en avait avant et il y en a encore mais de moins en moins. Mais faisons confiance aux libres échangistes mondiaux pour faire disparaître les autres d’Europe. « Cela montre tout de même une relation étrange à la seconde guerre mondiale. » Oui, je sais. Je connais la propagande du système politico-médiatique français mafieux. Enfin, que dit Maurice Allais, notre prix Nobel d’économie, du libre-échangisme mondialiste ? « Le Credo libre-échangiste : —————————– Selon ce nouveau Credo, la disparition de tous les obstacles aux mouvements de marchandises, de services et de capitaux doit permettre à chacun de voir sa situation améliorée. Les lois du marché sont universelles, bénéfiques pour tous et vont conduire à l’instauration d’un nouvel âge d’or. Ceci est un dogme qui n’a besoin d’aucune démonstration et ceux qui contestent ce dogme sont des ignorants et des demeurés. Il est exact que le libre-échange aboutit à une spécialisation de chaque pays dans le domaine d’activité où il est le mieux placé et le plus capable. Il en résulte une augmentation du niveau de vie moyen dans ce pays pour les personnes du secteur considéré, qui paraît ainsi avantageuse. Faut-il pour autant généraliser ceci à l’échelle mondiale ? La réponse ne peut être que négative. Si, à titre d’exemple, on considère le domaine de l’agriculture, le libre-échange n’aurait d’autre effet que de faire disparaître presque totalement l’agriculture européenne en raison des avantages relatifs de caractère permanent détenus par des pays comme les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou l’Argentine. Il est permis de considérer cette disparition comme non souhaitable. La libéralisation totale des échanges à l’échelle mondiale, objectif affiché de l’O.M.C., doit être considérée à la fois comme irréalisable et non souhaitable. Pour ce qui concerne la France en particulier, la libéralisation mondiale des échanges ne peut qu’entraîner, à terme, une détérioration profonde du niveau de vie français. Par contre, cette libéralisation est possible et souhaitable à l’intérieur d’un ensemble régional homogène, comme l’Europe, groupant des pays de développement économique comparable, sous réserve que l’Europe se protège raisonnablement vis à vis des autres. On voit ainsi que ceux qui veulent ouvrir l’Union Européenne à tous les vents d’une économie mondialiste dominée par la loi de la jungle sont les défenseurs d’une idéologie abusivement simplificatrice et sont finalement les naufrageurs de la Construction Européenne qu’ils prétendent promouvoir. » « La confusion entre le libéralisme et la chienlit laissez-fairiste de la mondialisation libre-échangiste : ———————————————– Tout d’abord on confond constamment le libéralisme et la chienlit laissez-fairiste de la mondialisation libre-échangiste. Cependant pour l’essentiel le libéralisme ne se réduit pas à une doctrine économique. C’est fondamentalement une doctrine politique dont l’essence est de définir les conditions sous lesquelles les hommes peuvent vivre ensemble. L’organisation économique n’en constitue qu’un chapitre et elle a pour objet de préciser le système institutionnel dans lequel prennent place toutes les actions économiques dans le cadre d’une économie de marchés. » (…) Et on peut prédire en toute certitude que la poursuite de la politique actuelle conduira à la destruction de notre économie et à la destruction de la société française. Comme disait autrefois Jacques Rueff : Ce qui doit arriver, arrive. »

    Répondre
  4. Adolphos

    17/06/2005

    « D’autres se disent libéraux, alors qu’ils sont en fait anarcho-capitalistes et leurs positions sont voisines de celles des libéraux mondialistes.  » Oui, je connais les anarchos-capitalistes. Des gens curieux, mais d’un « libéralisme » dévoyé. Car le libéralisme, ce n’est pas le bordel : c’est le respect des contrats privé, sous la protection d’un Etat fort. L’immigration n’a rien à voir la dedans. Et si quelqu’un veut faire venir des étrangers, il doit s’engager à pourvoir à tous ses besoins pour le temps de sa présence. Quant à l’immigration étatique, c’est une question purement politique, donc qui regarde la souveraineté, car les Français sont les maitres chez eux. « permettre aux états de financer des programmes de recherche d’avenir » Si c’est pour financer le CNRS, non merci ! Les USA ont 2 types de recherche : les labs (=CNRS) et les université (privé, contrat d’association pour le financement). C’est que les labs comme le CNRS ont pris comme modéle … l’URSS (!). Mais dans le même temps les USA, qui avaient au sortir de la guerre les moyens, ont aussi instauré le systéme de partenaria privé. Resultat ? Les labs ont largement prouvé leur inutilités. Bref, tuons le CNRS, et laissons les entreprises trouver. D’ailleur le probléme en France n’est pas un probléme de % de dépense public, qui est dans la moyenne -avec des résultat inférieurs, bien sur. C’est le privé qui ne fait pas de recherche ! « France en l’occurrence, qui a permis la création du TGV » Pas franchement sur que ce soit rentable.. D’ailleur on ne l’a jamais vendu ce truc. « Depuis que le dogme libéral orthodoxe a imposé le culte de la non intervention des états, plus aucune entreprise de pointe importante n’est apparue en Europe depuis 20 ans c » Avecle budget de la SNCF vous pourriez vous acheter Microsoft, Intel et Cisco. Ne dites donc pas que l’Etat n’intervient pas, car au contraire, il intervient bien trop. « Et c’est plutôt l’inverse qui se produit : des entreprises stratégiques disparaissent. » Evidement, car pourquoi rester en France pour financer la SNCF ? Pourquoi les chercheur voudraient-ils rester pour financer par leurs impôts les petits gars des cités ? Ils préférent partir aux USA ! « le dogme libéral orthodoxe impose des barrières douanières à l’entrée dans l’Europe les plus faibles du monde, » Oui, le libre échange est une trés bonne chose. C’est grâce à lui que notre pouvoir d’achat augmente et que nous pouvons dégager de l’argent pour de nouveaux produits que les autres ne font pas. « alors que les autres pays ne le font pas » Tant pis pour leur population, qui payent donc plus de taxes. « De plus certains pays comme la Chine faussent la concurrence internationale en sous-évaluant la valeur de leur monnaie » Bof, j’ai toujours entendu dire qu’une monaie était trop ou pas assez évalués. Avant l’Euro, c’était ainsi en Europe, selon les années et les pays. Nous n’en sommes pas mort. Et puis cela augmente le pouvoir d’achat des français, non ? « ce qui entraîne la disparition définitive d’Europe de nombreuses industries d’avenir comme l’électronique » ?? Il y a de l’électronique en Europe ??? « Même si je suis d’accord que les propos étaient ambigus, il n’y a pas de quoi en faire un plat, sauf si on veut accuser son chien de la rage.  » Justement, pourquoi être ambigue ? Cela montre tout de même une relation étrange à la seconde guerre mondiale.

    Répondre
  5. AMeladius

    17/06/2005

    Bonjour, « Liberaux orthodoxes » ? C’est quoi ca ? En quoi vouloir plus de liberte, plus de responsabilite pourrait-il etre nuisible ? Le prive fait tourjours mieux que le public. Ce qui empeche l’emmergence de grand groupes c’est les reglementations etatiques !!! Pas le liberalisme. De plus ce qui importe ce n’est pas l’emmergence de « Grand groupes », mais de compagnies qui repondent aux souhaits des GENS. Peu importe qu’elles soient grandes ou petites. Et vous avez tord, on peu citer: ALDI, IKEA, NOKIA, INFOGRAME qui sont des compagnies qui sont devenues de grand groupe dans les 20 dernieres annees. « Le dogme libéral orthodoxe entraîne l’appauvrissement de l’Europe.  » HAHAHA. Et vous vous dites conservateur liberal. Permettez moi d’en douter. L’Angleterre est sorti de la ruine grace au liberalisme. La Suede liberalise son economie, elle a percu que le socialisme etait un echec. Les pays de l’est qui reussissent ont tous adopte le liberalisme et vont donc s’en sortir. De meme que AZENAR en Espagne qui a reduit le chomage de MOITIE !!! L’Irlande qui rattrape tres rapidement son retard, l’a fait grace au liberalisme. LES SEULS PAYS QUI S’APPAUVRISSENT sont les pays anti-liberaux: France, Belgique, Allemagne. Si la Chine nous vend ses produits a perte en sous-evaluant sa monnaie TANT MIEUX POUR NOUS. Cela veut dire que nous, les CONSOMMATEURS europeens sommes subventionnes par les Chinois. C’est tout a notre avantage. Par exemple supposons que si la monnaie Chinoise etait correctement evaluee, nous paierions une chemise 20 euros. Comme la monnaie est sous evaluee, nous n’en payons que 15. Donc nous ECONOMISONS 5 euros !!! Tant mieux pour nous. C’est le gouvernement chinois qui perd 5 euros, et donc nous subventionne. Il faudrait etre idiot pour se plaindre de cela. Enfin, si une chemise produite en france coute 20 euros. La meme produite en Chine 15 euros. Si on n’accepte pas le libre echange ont achete la chemise francaise on se retrouve une chemise pour 20 euros. Si on accepte le libre echange ont achete la chemise chinoise et on se retrouve avec une chemise ET 5 EUROS. Nous sommes donc PLUS RICHE DE 5 EUROS. Ainsi le libre echange est une tres bonne chose pour TOUS les francais !!! Cordialement Meladius

    Répondre
  6. Un contribuable

    16/06/2005

    Tout d’abord, je précise que je suis libéral et conservateur, ce qui suffit à déclencher l’ire de la part de certains libéraux orthodoxes. « Le mondialisme (l’Etat mondial) n’est pas du tout une idée libérale. » Si le libéralisme orthodoxe ne peut se réduire au mondialisme, certains « libéraux » et non des moindre sont des libéraux mondialistes. On les reconnaît par leur discours qui, sous une apparence libérale, consiste en particulier à s’attaquer à tout ce qui a trait à l’identité culturelle et nationale d’un pays, aux partis qui défendent l’intérêt national et à prôner l’absence de contrôle par l’état de l’immigration. D’autres se disent libéraux, alors qu’ils sont en fait anarcho-capitalistes et leurs positions sont voisines de celles des libéraux mondialistes. « En fait avec la mondialisation, l’immigration devient complètement inutile. Pourquoi faire venir chez soi des gens pour travailler dans le textile ???  » Bravo. C’est une position conservatrice (et en particulier souverainiste) et non libérale orthodoxe. « LA NON INTERVENTION DES ETATS DANS CERTAINS DOMAINES » Pour bien préciser les choses, il ne s’agit de créer des entreprises gérées ou financées par l’état, comme Bull dont on connaît l’échec, mais de permettre aux états de financer des programmes de recherche d’avenir, d’où seront créés les emplois de demain, comme le font les USA, la Chine, le Japon… Pour donner des exemples, c’est justement l’intervention d’un état, la France en l’occurrence, qui a permis la création du TGV, d’Ariane et d’Airbus qui ont été financés à l’origine par l’état. C’est le programme Apollo financé par l’état qui a permis de développer aux USA l’industrie spatiale et les retombés dans l’industrie comme le circuit imprimé. Depuis que le dogme libéral orthodoxe a imposé le culte de la non intervention des états, plus aucune entreprise de pointe importante n’est apparue en Europe depuis 20 ans comme Airbus, et l’Europe perd pied dans l’informatique, les biotechnologies, l’électronique, la robotique, les nano-technologies… Et c’est plutôt l’inverse qui se produit : des entreprises stratégiques disparaissent. Le dogme libéral orthodoxe entraîne l’appauvrissement de l’Europe. Pour donner un autre exemple, le dogme libéral orthodoxe impose des barrières douanières à l’entrée dans l’Europe les plus faibles du monde, et prévoit de les diminuer encore plus dans la constitution, alors que les autres pays ne le font pas. De plus certains pays comme la Chine faussent la concurrence internationale en sous-évaluant la valeur de leur monnaie, ce qui entraîne la disparition définitive d’Europe de nombreuses industries d’avenir comme l’électronique… On pourrait en dire beaucoup plus. « Hum.. Parce que les Républicains n’ont jamais fait d’humour avec les chambres à gaz ? » Si vous n’avez que ça à leur reprocher, c’est bien maigre. Même si je suis d’accord que les propos étaient ambigus, il n’y a pas de quoi en faire un plat, sauf si on veut accuser son chien de la rage. Quand un système politico-médiatique totalitaire veut abattre quelqu’un, il est facile de trouver une citation annexe de sa part pour l’accuser, d’autant plus que le FN est harcelé en permanence par les médias de gauche qui ont le monopole dans les médias et qui lui posent des chausse-trappes en permanence. Les vrais totalitaires ne sont pas où on le croit.

    Répondre
  7. Adolphos

    16/06/2005

     » je ne connait pas, historiquement, d’autre solution trouvée par quelque gouvernant que ce soit, pour sortir de la situation de faillite, de banqueroute objective, concrétisée par nos mille milliards d’Euros (à monter) de dettes, que la dévaluation massive de la monnaie dans laquelle cette dette est libellée.  » Nos dettes sont détenues surtout par des étrangers. Votre solution n’en est donc pas une. Elle peut marcher pour les retraites par contre -c’était d’ailleur ce qui était prévu ! « LES SOUVERAINISTES NE REJETENT PAS LE LIBERALISME, MAIS CERTAINES DEFORMATIONS UTOPIQUES DU LIBERALISME COMME LE MONDIALISME, L’IMMIGRATION INCONTROLEE, LA NON INTERVENTION DES ETATS DANS CERTAINS DOMAINES » Le mondialisme (l’Etat mondial) n’est pas du tout une idée libérale. L’OMC nous suffit. « L’IMMIGRATION INCONTROLEE » ce peut être libéral, mais en France, ca m’a surtout l’air d’être des idées de gauche. En fait avec la mondialisation, l’imigration devient complétement inutile. Pourquoi faire venir chez soi des gens pour travailler dans le textile ??? De plus si les biens et services sont consommés (c’est à dire détruit) il n’en est pas de même des immigrés. La simple observation prouve que l’immigration ne suis pas les Loi du marché, car elle n’est pas de même nature que les bien et service. Ainsi par exemple , selon les loi du marché, il serait logique que les universitaires les plus diplômés travaillent en Afrique (prestige, surprime énorme, niveau de vie incroyable). Ce n’est pas du tout le cas. « LA NON INTERVENTION DES ETATS DANS CERTAINS DOMAINES » Là ou l’Etat intervient, des lobby se forme, et la corruption, et le pouvoir passe aux fonctionnaires contre les salariés et les employeurs, l’ineficacité total finis par regner. Bref, évitons les crédit lyonnais et de perturber le marché, cela décourage l’investissement.  » Vous ne diriez pas que le parti conservateur aux EU est d’extrême droite, alors pourquoi le faites vous pour le FN ?  » Hum.. Parce que les Républicains n’ont jamais fait d’humour avec les chambres à gaz ?

    Répondre
  8. bruno

    14/06/2005

    Ceci n’est pas vraiment un commentaire, mais une question. La dernière phrase de l’article me laisse sur ma faim: Pourquoi la sortie de l’Euro serait-elle une très grave erreur? En effet, je ne connait pas, historiquement, d’autre solution trouvée par quelque gouvernant que ce soit, pour sortir de la situation de faillite, de banqueroute objective, concrétisée par nos mille milliards d’Euros (à monter) de dettes, que la dévaluation massive de la monnaie dans laquelle cette dette est libellée. C’est à dire transformer les créances en monnaie de singe; c’est très malhonnête, mais quoi d’autre? Et repartir avec des comptes apurés. Or pour faire ainsi, il faut être seul décideur de la gestion de sa monnaie! Il me semble que récemment encore l’Argentine, qui avait un temps lié sa monnaie au dollar, est revenue à cette solution pour se débarrasser de ses dettes himalayennes, en décrochant son peso. Qu’il faille ensuite changer de mode de gestion économique pour ne pas replonger illico, c’est le bon sens même, je vous l’accorde. mais encore une fois, avec le boulet d’une telle dette en Euros, même les réformes les plus rigoureuses et pertinentes n’ont plus aucune chance de réussir. Il faudrait relire les oeuvres complètes du Doctor Hjalmar Schacht qui géra la sortie de la banqueroute allemande de l’entre-deux guerres. Si quelqu’un dans la salle à une autre solution, qu’il parle maintenant, comme on dit dans les films. . .

    Répondre
  9. Un contribuable

    14/06/2005

    Mais je distingue : – la fausse droite (UMP-UDF) qui est en fait un parti socialiste comme le PS et largement inspiré par le marxisme (cf. Chirac) et classée à l’extrême gauche en Europe, – et les libéraux orthodoxes et les libéraux mondialistes qui sont bien de droite, mais qui ont une fâcheuse tendance à se dire victimes des médias et seuls libéraux au monde, alors qu’ils passent leur temps à diaboliser ceux qui à droite ne sont pas d’accord avec des idées utopiques, ou très contestables comme le mondialisme (état mondial), l’immigration incontrôlée, ou la non intervention ABSOLUE des états en matière économique (idées non appliquées dans le monde, que ce soit aux USA, comme en Chine, en passant par le Japon, la Corée du sud, l’Inde, Singapour,…). Cette attitude reste pour moi un mystère incompréhensible. Alors qu’une simple analyse objective permet de conclure que les partis libéraux et conservateurs de la vraie droite proposent DES REFORMES LIBERALES TRES IMPORTANTES. Alors que de simples sondages d’opinion et les élections en France (comme les chiffres d’abstention) montrent que les français en majorité plébiscitent les réformes libérales et sont victimes de la désinformation des médias de gauche qui les culpabilisent de voter à droite. Serait-ce alors la culpabilisation de l’idée de défendre les intérêts de son pays ? La cause des blocages n’est due qu’à la fausse droite, l’UMP-UDF (et non aux français ou à une mythique « extrême droite » qui n’existe pas), une fausse droite qui est dirigée par socialo-communistes, qui trompe ses électeurs, qui ne veut pas faire de réformes et veut conserver ses privilèges de la fonction publique !

    Répondre
  10. sas

    13/06/2005

    au contribuable du dessus…c’est simple « ils » diabolisent le FN ET LES NATIONALISTES(qui existent dans tous les pays du monde , non comme une tare comme en france, mais commes des patriotes fifèles et sincères…) car il est plus facile pour eux,(francs maçons,comuno trotskystes,déviants et baiseeurs de gosses)…de diaboliser que de discuter sur une base de vérité et de probité…cqfd C’est pour cela aussi qu’ils maintiennent la représentation nationale dans un système de cooptation (plutôt sectaire)…le référendum a prouvé au moins une chose…C EST QU ILS NE REPRESENTENT QUE EUX MEME;;;c’est à dire R I E N…les citoyens doivent le comprendre et rejetter cette droite d obédience GNLF…affairiste mafieuse…et imbue d’elle même (les reliquats de la monarchie…)Mais en aucun cas il convient de se laisser aller à gauche…râclures doctrinaires et maçonniques aussi ;version GO….qui avec les 15 années mitterandiene ont institués en dogme…le mensonge, la contrevérité, l’ASSISTANAT,ET LA DETTE PUBLIQUE…. C’est simple les français et européens en général doivent adopter une ligne intermédiaire entre l’ultraliberalisme et la soviétisation de l’éconimie….donc un modèle basé sur l’ordre naturel des choses et des marchés,la recgerche du travail bien fait et durable avec une marge raisonnable (2)….et le respect de l’environnement et du côut réel des matières premières que l’on doit mégager…. le reste est suicidaire…et nos étlites maçonniques le savent pertinament. SAS

    Répondre
  11. Didier

    13/06/2005

    Cher Monsieur, J’aimerais savoir comment vous rattachez l’euro au libéralisme. Une nation de taille réduite ou moyenne peut être à la fois réellement indépendante et parfaitement libérale. Je comprends que les socialistes intelligents soient pour un Super-Etat européen avec une super-monnaie et une politique monétaire nécessairement inadaptée à la moitié des pays participants… Les socialistes ont besoin d’un Super-Etat pour redevenir crédibles : la France est trop petite pour leurs ambitions grandioses. Mais un libéral ? Sa politique d’Etat modeste et réaliste peut être conduite à l’échelle de la Nouvelle-Zélande ou de l’Estonie…

    Répondre
  12. Un contribuable

    12/06/2005

    Monsieur Rouxel, Je regrette que vous connaissiez si mal la droite. Vos propos m’inspirent les précisions suivantes : 1) POURQUOI UTILISEZ-VOUS LE TERME EXTRÊME-DROITE ? Alors que ceux que vous appelez ainsi sont en fait des partis libéraux-conservateurs dont le programme est assez proche du parti conservateur aux Etats-Unis. Vous ne diriez pas que le parti conservateur aux EU est d’extrême droite, alors pourquoi le faites vous pour le FN ? (Si vous ne me croyez pas, alors renseignez-vous sur le programme du FN aux élections présidentielles 2002, tout simplement au lieu de vous fier aux médias de gauche français). Par exemple, je parie que vous ne saviez pas que le FN proposait de fortes réductions d’impôts de toutes sortes, l’inscription dans la constitution du poids de l’état limité à 30 % … Vous ne pouvez pas dire que c’est anti-libéral. Comment éviter pareil méprise à l’avenir, en se renseignant sur les programmes politiques en dehors de toutes idées préconçues propagées par les médias de gauche ou l’UMP. 2) VOUS UTILISEZ LE TERME EXTRÊME DROITE POUR DESIGNER DES PARTIS DE DROITE, ALORS QUE VOUS N’UTILISEZ PAS LE TERME GAUCHE POUR DESIGNER L’UMP ET L’UDF. Alors que vous n’êtes pas sans ignorer que l’UMP et l’UDF ont toujours fait une politique de gauche quand ils ont été au pouvoir, ils ont toujours menti et jamais appliqué leur pseudo-programme de réforme (qui est déjà une gigantesque farce quand on regarde de programme de Chirac aux élections 2002). Par ailleurs, ces deux partis sont imprégnés par les idées gauchistes comme l’égalitarisme, la non discrimination, la solidarité qu’ils utilisent à toutes les sauces, et même chez Sarkozy que vous aimez bien, avec sa discrimination positive, son dumping fiscal en Europe qu’il faut combattre en pénalisant les pays qui payent le moins d’impôts… De plus, vous n’êtes pas sans ignorer que l’UMP-UDF serait classé à l’extrême gauche en Europe, car ils sont beaucoup plus à gauche que les socialistes Blair ou Schröder. 3) CONTRAIREMENT A UNE LEGENDE VEHICULEE PAR LES LIBERAUX ORTHODOXES, LES SOUVERAINISTES NE SONT PAS CONTRE LE LIBERALISME Le souverainisme signifie seulement le refus que des décisions soient prises à un niveau supra-national, alors qu’elles peuvent être plus efficaces au niveau national, régional ou local. Contrairement à un mythe véhiculé par certains libéraux, le souverainisme n’est pas incompatible avec le libéralisme, mais au contraire permet de l’appliquer mieux, car il est par essence anti-centralisation et c’est la centralisation qui est le principal ennemi du libéralisme. Vous avez même des libéraux convaincus chez les souverainistes, comme JJ Rosa ou Henri de Lesquen. Vous avez aussi des libéraux souverainistes sans le savoir comme Patrick Simon. D’ailleurs, la plupart des libéraux sont des souverainistes sans le savoir, dès qu’ils défendent les intérêts de la France. Dans le cas contraire, ils sont européistes ou mondialistes. Ecoutez maintenant De Villiers, vous verrez que son discours même s’il est parfois maladroit et ambigu, n’est pas contradictoire avec le libéralisme ; De plus il propose de nombreuses réformes qui vont dans le bon sens (comme celles énoncées dans le livre d’Alain Bourdu «La Réforme de la France »). Il rejette seulement l’ « ultra-libéralisme », ce qui signifie le libéralisme orthodoxe qui est appliqué nulle part dans le monde (immigration incontrôlée, non intervention absolu des états, mondialisme…) Donc, je répète que le souverainisme, doctrine de la défense de la nation, n’est pas anti-libéral. LES SOUVERAINISTES NE REJETENT PAS LE LIBERALISME, MAIS CERTAINES DEFORMATIONS UTOPIQUES DU LIBERALISME COMME LE MONDIALISME, L’IMMIGRATION INCONTROLEE, LA NON INTERVENTION DES ETATS DANS CERTAINS DOMAINES (comme dans tous les pays du monde y compris dans le très libéral parti conservateur aux USA).

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)