Le seul problème des partisans du oui, c’est le peuple!

Posté le mai 15, 2005, 12:00
3 mins

Les arguments des partisans du non au référendum constitutionnel du 29 mai prochain sont peut-être souvent outranciers, mais ceux des partisans du oui sont presque tous vicieux!
Les premiers dramatisent et interprètent quasiment chaque article comme porteur du pire. Ils disent: “La France va disparaître”; “Bruxelles va tout régenter”; “Les délocalisations, qui ne font que commencer, vont envoyer au tapis les salariés français”; “L’Europe-passoire va ouvrir ses portes à la misère du monde”… Tout cela est faux ou très exagéré.
Les seconds, par contre, en général bon pédagogues – Chirac n’étant pas le meilleur… – quand il s’agit d’expliquer le texte du traité, ne peuvent s’empêcher d’ajouter à leurs démonstrations des arguments pervers ou spécieux.
Le plus caractéristique est celui-ci: “En disant non, les Français se renieraient eux-mêmes!”. Giscard est français; il est le principal auteur du texte. Les Français sont donc tous ses co-auteurs. Ce syllogisme, pas toujours explicite, justifie par exemple que certains parlent d’une constitution qui transposerait au niveau européen le fameux modèle français (que tout le monde nous envie, comme chacun sait!…).
Il a également justifié les déclarations du chef de l’État, selon lesquelles la Constitution européenne était “fille de 1789”.
Bref, à entendre les défenseurs du oui, ce texte européen a été écrit par des Français, pour des Français!
La faille de cette figure de rhétorique est évidemment que, si toutes sortes de nomenklaturistes français ont, à ce jour, apporté leur pierre – très désintéressée – à la construction européenne, cela s’est fait clairement sans que l’opinion et les électeurs français y soient jamais associés.
L’élargissement de l’Union à la Roumanie et à la Bulgarie – fameux modèles démocratiques! – aura lieu, quoi qu’il arrive, en 2007.
La régularisation des sans-papiers, en fait ou en droit, continuera globalement à se pratiquer au niveau de l’ensemble européen. Et toujours dans la proportion d’une expulsion pour cent régularisations…
Les directives bruxelloises, négociées entre “élites”, continueront à primer sur le droit national et à bien peu – ou seulement par accident – tenir compte des aspirations des Français.
Le problème des partisans du non, c’est sans doute leurs outrances “populistes”. Celui des défenseurs du oui, c’est le peuple, tout simplement!

[Notre page Référendum sur la Constitution Européenne et intégration de la Turquie]

6 réponses à l'article : Le seul problème des partisans du oui, c’est le peuple!

  1. Josick Croyal

    25/05/2005

    Red a écrit : « Le général était moins vulgaire, lui, il disait les Français sont des boeufs. » Mon premier contact avec JC Lahitte a été pour lui signaler que le mot d’origine de De Gaulle aurait été « Les français sont dévots »… de là à devenir « des veaux » puis « des boeufs » qui comme on le sait sont des « taureaux castrés »… Ce qui fait qui ne reste plus grand chose du « mâle »… Finalement on ne fait que couper… les cheveux en quatre car, au fond, quelle différence entre « dévots » et « des veaux » devenus « des boeufs » ? Vous en voyez une ? PS Cette blague d’un copain pour Alborg que j’apprécie : « Charles Martel a arrêté les arabes à … Moitié »

    Répondre
  2. ALBORG

    19/05/2005

    Un autre « pauvre Belge », comme dit RED, intervient ici. Simplement pour joindre ma voix à la vôtre, LESTORET & RED. Je pourrais noircir bien des pages pour dire ici toutes les raisons qu’il y a de voter NON.(Pour ceux qui le peuvent). Mais la messe est dite! Tout a été dit -et souvent TRES BIEN dit, et puis comme dit l’autre : il est bien tard. Je ne crois donc pouvoir rien ajouter à tout ce qui a été dit sur ce site depuis de longues semaines, sinon que je crains encore et toujours (malheureusement) une réaction moutonnière chez nos amis Français, car devant le péril de voir leur imposture enfin définitivement dégonflée, les tenants du OUI redoublent d’hystérie un peu plus chaque jour ! Voir aujourd’hui Chirac, Schroeder & le président Polonais marteler leurs excommunications sur des modes variés : le Français de base résistera-t-il aux sirènes ? ? Aussi un certain E. DI RUPO (PSB) qui constitue pour moi la pire caricature d’une certaine gauche-caviar à la pensée unique agressive sur tous ces thèmes « sociétaux » qui sont en Francophonie pain béni électoral pour les Socialos: les Homos, les islamiques, les « sans-papiers »,etc, bref, la clientèle rêvée pour le PS version WALLACON, comme ne cessent de le dénoncer « chez nous »- je veux dire en Wallaconie- les 2 seuls exemples de presse libre – et sur laquelle on a posé le fameux « CORDON SANITAIRE »(authentique !!!!) du SILENCE. Vous avez dit « Totalitarisme »? Il est là, tout près de chez vous amis Français, insoupçonné parce que si parfaitement Orwellien et apparamment inoffensif (lové sur sa pensée-unique et sa novlangue qui lui servent de trésor,il dort, tel le dragon Fafnir…) … « Inoffensif », disais-je ? Sauf que ces 2 seuls organes de presse libre plus que confidentiels ont les pires ennuis avecd la « justice » de façon répétée. Il y a d’un côté « PERE UBU », journal satirique nettement plus à droite il est vrai que « Le Canard Enchainé », et de l’autre le mensuel « BASTION » pour lequel je ne vois pas vraiment de correspondant français. Ce « BASTION » qui est le seul en Belgique francophone à représenter les espoirs d’une VRAIE droite qui se cherche encore, est actuellement poursuivi par tous les séïdes du conformisme triomphant et tous les « dignes » déjà-sujets du futur Grand Kalifat Européen. Je me flatte de connaitre suffisemment le Secrétaire général du mouvement pour affirmer que ce Major ex-Casque-Bleu est un type réglo, éclairé, et même un homme d’honneur -espèce tellement rare en notre ZEROPALAND, pas vrai? Toujours est-il que cet homme d’honneur est actuellement poursuivi à travers 3 différents procès(3″affaires » qui en réalité n’en font qu’UNE!) pour « RACISME » et « INCITATION A LA HAINE RACIALE »…. Quand je vous aurai dit que ces accusations recoupent exactement celles qu’on a énoncées en France à l’encontre de Louis CHAGNON, vous réaliserez (j’espère) à quel niveau d’imposture on se trouve(En clair: critiquer l’Islam = Racisme!) Quant au referendum interdit chez nous, cher RED, j’ai envie de dire que c’est «  » » »NORMAL » » »! (Tu peux rajouter 36 guillemets, si tu veux!) Car il y a eu bien sûr la Question Royale et tout ce qui s’ensuit (on va pas embêter davantage nos amis Français avec nos histoires Belges), mais plus fondamentalement encore une véritable haine de PLOUC très repandue (en tous cas en Wallaconie) pour tout ce qui de près ou de loin pourrait ressembler à la consulation directe d’un peuple considéré comme adulte. Cordialement à tous, et – comme dirait LAHITTE, anticonstitutionnellement vôtre… bien que dans la plus totale impuissance référendaire.

    Répondre
  3. yfmw

    19/05/2005

    certains électeurs qui voteront non ne le feront pas pour les raisons souvent avancées par les politiques français tenants du non; par exemple, en ce qui me concerne, je voterai non car: -je ne me sens pas plus européen que celà -je ne vois pas l’intérêt de figer par une constitution une alliance d’intérêt et non de nature -j’ai la nausée quand j’entends les politiciens français soi-disant « de droite » mentir de façon éhontée en mettant en valeur le caractère « social » de cette constitution, et rivaliser de véhémence feinte pour fustiger le libéralisme, modèle économique diabolique contre lequel cette constitution serait le dernier rempart, comme chacun sait…et tout cela à de basses fins électoralistes. alors je voterai non, non pas de crainte de voir la France disparaître, ou Bruxelles tout régenter, mais simplement par rejet d’une construction européenne à laquelle je ne peux trouver comme réalisation positive que d’avoir évité la guerre, et également par rejet des politiciens de droite pour lesquels mon mépris grandit à chaque salve de mensonges électoraliste que je les entends proférer.

    Répondre
  4. Brice

    19/05/2005

    Je pense que pour créer une bonne Europe, il faut commencer avec un texte de base. La 5ème République ne s’est pas fait du jour au lendemain. Alors, acceptons cette Constitution pour pouvoir l’améliorer au fur et à mesure. D’autant plus que l’Europe existe depuis des dizaines d’années et enfin arrive un texte reliant tous les traités européens qui nous réunie encore un peu plus, nous européens. Alors soit les français ont oubliés qu’ils étaient européens, soit ils préfèrent vive dans leur bulle avec des oeillères sur le monde extérieur comme des communistes.

    Répondre
  5. R. Ed.

    17/05/2005

    Moi, pauvre Belge, ce seront des politicards pourris qui répondront oui, pas non à ma place. En Belgique, il n’y a pas de référendum prévu par la contitution disent-ils . Ce sont de fieffés menteur : ils « oublient » la question royale, pour ou contre le retour de Léopold III. Cette fois là nous avons eu un référendum, pourquoi pas maintenant pour une question beaucoup plus importante ? Ceux qui nous « gèrent » , que disent-ils de nous, le vulgus pecum, que nous sommes tous des cons. D’ailleurs, en France, le chef suprême ne l’a-il pas dit: les Français sont des cons. Le général était moins vulgaire, lui, il disait les Français sont des boeufs. Ce qui pour un mâle est quand-même une insulte.

    Répondre
  6. LESTORET

    17/05/2005

    J’ai souvent regretté la manie des Français de se regarder le nombril et de se prendre pour le centre du monde. Eh bien cette fois ci, hélas, la seule fois où ils pourraient le faire, ils ne le font pas. Ils croient –pour une part toutefois — ceux qui racontent que s’ils votent NON la France va se trouver isolée et ne trouvera pas de partenaires pour revoir le texte de cette Constitution. Ils ont bien tort. Il suffit de lire la presse étrangère, de voir ce que pensent les Polonais, les Hollandais, les Anglais et d’autres qui attendent, notamment les Allemands qui apprécient mal que leur parlement ait accepté un texte qu’ils auraient volontiers refusé.Imagine-t-on d’ailleurs l’Europe continuer à fonctionner sans la France, pays fondateur et, bien que diminuée, phare sur le plan social ? Imagine-t-on que les pays qui auront voté OUI (ne vous faites pas d’illusions: d’autres pays vont voter NON après la France)vont pouvoir se réunir et prendre des décisions en regardant la chaise de la France restée vide ? Allons, il faut cesser de faire peur au Peuple, pour que le Peuple qui veut voter NON puisse le faire afin de prendre part à la remise en place et la révision des traités auxquels il n’a pu prendre part. Puisqu’on lui donne la parole, il DOIT l’utiliser, sans crainte et avec fierté.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)