Le sondage en faveur du oui arrive trop tard!

Posté le mai 08, 2005, 12:00
3 mins

Il est certain qu’il y a un criant déséquilibre entre les temps de parole. Mais les tenants du non auront du mal à faire croire qu’ils ne s’y attendaient pas!
Il reste que ce sondage arrrive trop tôt ou trop tard pour faciliter la victoire du oui.
Si ce sondage était arrivé après deux ou trois sondages en faveur du non, on aurait pu croire que ces deux ou trois sondages précédents constituaient un « point aberrant », et ainsi les passer par pertes et profits. Actuellement, ce n’est plus possible. Le non a été clairement majoritaire en France pendant quelques semaines. Et, par conséquent, tous les électeurs, notamment les indécis, vont être portés à admettre la thèse du camp du non: le oui est monté à force de propagande.
Ajoutons que ces quelques semaines où le non dominait la politique française ont eu des répercussions à l’étranger: le non français a entraîné une montée du non ailleurs, notamment en Hollande! Ce qui réduisait à néant la portée de l’argument annonçant la perte d’autorité de la France dans l’Union, si le non l’emportait. Au contraire, le non français semblerait plutôt de nature à entraîner d’autres non. Certains gouvernements ont d’ailleurs annoncé, sous l’effet de la panique, qu’ils renonceraient à la voie référendaire!
Ce sondage en faveur du oui est donc arrivé trop tard: les Français commençaient à s’accoutumer à l’idée du non…
On a même le sentiment que les médias qui, dans l’ensemble, paraissent sympathisants du « oui de gauche » sont déçus que l’apocalypse annoncée ne se produise pas et qu’ils font tout pour redonner la parole au non, ou au moins pour rappeler que la situation n’est pas si idyllique que veulent bien le dire les tenants du oui…
Or, ce sondage est également arrivé trop tôt: il n’est pas certain du tout que le camp du oui ait l’énergie suffisante pour faire la course en tête pendant un mois. À l’inverse, le camp du non et, en particulier, du non d’extrême gauche, appuyé sur les syndicats, a les moyens de durcir les « mouvements sociaux », de la SNCM au lundi de Pentecôte en passant par Carrefour…
La victoire du non est loin d’être certaine, mais, paradoxalement, ce sondage en faveur du oui pourrait bien la faciliter!

[Notre page Référendum sur la Constitution Européenne et intégration de la Turquie]

15 réponses à l'article : Le sondage en faveur du oui arrive trop tard!

  1. liber mundi

    15/05/2005

    A tous etoui à Cast Titre IV: Les organes et institutions de l’union, pages 12 et 13. Article I-26: La commission européenne, paragraphe 2: « Un acte législatif de l’union ne peut etre adopté que sur proposition de la Commission, sauf dans les cas où la Constitution en dispose autrement. Les autres actes sont adoptés sur proposition de la Commission lorsque la Constitution le prévoit. » Quid du pouvoir d’un parlement, base de toute société réellement libérale et démocratique. Attention les libéraux du oui, on vous fait regarder l’habituel match de tennis gauche-droite, libéral-social, etc, mais c’est ce sujet qui est primordial au reste et vous vous faite avoir. Je me sens libéral au sens noble, politique, du terme, et c’est non.

    Répondre
  2. Gino

    13/05/2005

    OK sas merci de ton intervention. Je vais me doc sur ce sujet.

    Répondre
  3. sultan

    12/05/2005

    n’ayons aucune crainte de ces menteurs d’instituts de sondage à la botte du pouvoir c’est une déferlante digne d’un tsunami qui se presente et notre guide suprème le 30 mai tel un vrp prendra son attaché-case pour aller défendre la volonté du peuple j’aimerai qu’un sondage soit fait auprés des politiques et médias pour savoir qui a lu en détail cette constitution , nous aurions bien des surprises en commençant par le premier d’entre -eux

    Répondre
  4. sas

    12/05/2005

    A gino, excuse les fautes de plumes (moi je bosse à mon compte dans le privé et je n’ai pas beaucoup de temps)il faut lire CALIFA l’homme d’affaire algérien(fils de général installé par la france et appartenent aux réseaux) escroc ami de depardieu… sas

    Répondre
  5. sas

    11/05/2005

    A gino, ha pas d’accord avec toi, les DEPARDIEU,HUSTER sont nos maîtres à penser…mis en avant par nos médias libre et supèrieurs…cela vaut les footeux et les perec…ce sont nos nouvelles références intelectuelles les plus répendues chez nos jeunes et les militants socialogauchos…pour la porale et la citoyeneté voit plutôt l’affaire « calista »…son AMI CHEF DENTREPRISE ET HOMME D AFFAIRE ALGERIEN….depardieu a déjà commencé la délocalisation vertueuse de l’économie subventionnée française… c’est sure qu’il y a de quoi rire.. sas

    Répondre
  6. Gino

    10/05/2005

    Je partage tout à fait cette argumentation. Je suis totalement favorable au NON. Mais même si je n’apprécie pas Chirac, je lui suis reconnaissant d’avoir fait ce référendum et je regrette de devoir méler ma voix à celle des débiles comme « citoyenencolère » ci-dessus, qui attendent sans doute le retour de JOSPIN_LE_LACHE, JOSPIN_LA_BLABLATTE pour sauver le pays de la banqueroute. Si je dis NON, c’est avant tout : – NON aux vaniteux suffisants et rétrécis que sont Giscard le technocrate absolu et Barosso le vendu aux Américains – NON à Jospin et Hollande qui salivent tels des vautours en espérant le Oui – NON aux technocrates Européens et aux Américains qui les manoeuvrent par lobbies interposés – NON aux artistes écervelés tels que Depardieux qui vient nous donner une leçon de civilisation ou tels que Francis Huster, le bénet absolu, qui vient nous dire que nous n’avons rien compris à l’Histoire – NON à tous ce ouistes qui n’ont, en guise d’arguments, que des slogans de caniveau : « n’ayons pas peur »,…, « ce traité est un progres considérable », …, « nous devons faire face » etc … Je crois que rarement une élection aura révélé autant de mépris du Politique à l’égard du que nous sommes. A nous de leur retourner ce mépris.

    Répondre
  7. NON deNON

    10/05/2005

    M. Rouxel, bravo Que Dieu vous entende !

    Répondre
  8. cast

    10/05/2005

    à de sellezac Quel magnifique libéralisme et quelle leçon de démocratie,qu’une Commission qui décide de tout,sans aucune transparence,qu’un parlement réduit à l’état de chambre d’enregistrement.(dispositions que le traité va aggraver) Il ne faut pas chercher plus loin les raisons de l’ineficacité économique et sociale de l’UE

    Répondre
  9. sas

    10/05/2005

    A stéphane, c’est la deuxième option de tes craintes qui va se produire….les raptes d’élections en FRANCE on déjà eu….c’est cela l’emprunte coloniale. SAS

    Répondre
  10. Magic Malik

    10/05/2005

    Les analyses politiques de Rouxel sont toujours sans intérêt. Franchement, débattre pour savoir si tel ou tel sondage arrive trop tôt ou trop tard, on s’en contrefiche totalement, puisque ce qui compte ce sont les idées, les enjeux. Ce genre d’analyses naïves qui tentent de décrypter avec une candeur désarmante les subtilités de la politique politicienne reviennent à édulcorer encore plus ce qui ne présente déjà aucun intérêt.

    Répondre
  11. de sellezac

    09/05/2005

    c’est l’économie libérale qui depuis le Marché commun a permis la construction européenne, et ce sont les entreprises de l’économie privée qui, par leur création de richesses et d’emplois, nous ont globalement enrichis, tout en permettant la redistribution sociale et le progrès social. Un libéral social se doit de voter oui au Traité pour la constitution européenne. Un VRP à la retraite

    Répondre
  12. Thierry

    09/05/2005

    Belle victoire pour le libéralisme serait celle du non ! Vous imaginez les visages gloussant d’aise du troskyste Besancenau, de la marxiste Buffet, de l’oportuniste Fabius et de l’anti-sémite Le Pen ! Chirac et Raffarin sont de toute façon condamnés, alors pourquoi nous ridiculiser encore plus? Je vote oui !

    Répondre
  13. cast

    09/05/2005

    Le jour même où plusieurs sondages donnaient une remontée spectaculaire du « oui »,un autre sondage resté relativement confidentiel donnait une nouvelle percée du « non » à 62%.Immédiatement après la campagne prenait une allure sovietoide en faveur du « oui ». La conclusion est claire:les tenants du « oui » ont joué leur va-t-ou pour endiguer la montée du « non ».Il ont vraisemblablement réussi,au moins partiellement.Ils comptent évidemment remettre ça dans la dernière semaine,pour ne pas trop lasser les gens. Ceux qui s’imaginent que les hommes en place sont incapables de commander des sondages truqués n’ont qu’à voir la manière dont les medias sont à la botte.Est-ce que les sondeurs seraient à l’abris de toute influence;

    Répondre
  14. Stéphane

    09/05/2005

    Cette remontée du « oui » m’inquiète car elle sent mauvais : ou les Français sont des girouettes influençables par le battage médiatique en faveur du « oui » : ce qui est inquiétant pour la démocratie (il faut se rappler le score de Chirac en 2002…), ou il faut craindre des irrégularités dans les élections dignes du Togo… : pour faire passer le bourrage des urnes comme une lettre à la poste, ont bourre d’abord les crânes ! J’espère qu’aucun de ces scénarios catastrophe ne se réalisera.

    Répondre
  15. citoyenencolère

    08/05/2005

    Je voterai NON car je veux par dessus tout , ridiculiser chirac et raffarin ainsi que le bande de menteur, voleurs et incapables qui nous gouvernent. Je veux que ce gouvernement, au lendemain de l’élection soit la risée des 24 autres pays de l’UE. Cela s’appelera un coup de pied au cul ! Et s’ils « en ont dans le pantalon » ils partiront ! Rappelez vous de Gaulle, lorsqu’il a été désavoué il est parti ! Il ne s’est pas accroché au pouvoir. Fabius a raison : il n’a jamais été dit qu’un NON empêcherait un reaménagement de cette constitution. un fonctionnaire qui en a plus qu’assez d’être pris pour un con !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)