Les européennes : Et après ?

Posté le juin 16, 2009, 12:00
8 mins

Après les élections européennes, que va-t-il se passer ? Eh bien ! je vais vous le dire. Il ne se passera rien.
En France, l’insécurité continuera à s’aggraver, la fiscalité à s’alourdir, l’immigration à déferler et le chômage à augmenter et, dans 15 jours, on n’en parlera plus.

On peut tout de même tirer quelques enseignements de cette agitation électoraliste. La France reste le pays de l’Union le plus à gauche, avec l’UMPS. La droite authentique ne représente que 12 % des électeurs. Il faut savoir aussi que, si le vote avait été obligatoire comme dans certains pays, le PS et l’extrême gauche auraient eu des résultats bien meilleurs. On s’accorde à dire, en effet, que la majorité des 60 % d’abstentionnistes qui n’ont pas jugé bon de se déplacer le 7 juin sont des électeurs potentiels de gauche.

Quant aux électeurs écologistes, beaucoup d’entre eux ont voté « écolo », non pas par adhésion à l’écologie (on ne sait pas trop ce que c’est), mais par opposition à la politique politicienne des politiciens au pouvoir.

Ceci dit, on compte, c’est vrai, des écolos convaincus. Que veulent-ils ? Ils veulent préserver la planète. Tout le monde est d’accord, mais « pratiquement » – le mot-clé – leur guide et grand-prêtre, c’est Cohn-Bendit, de nationalité allemande, agitateur responsable des très importants dégâts et dommages causés en France en mai 1968. Imaginons, mutatis mutandis, qu’un agitateur de nationalité française ayant suscité et dirigé des émeutes à Berlin se présente à des élections en Allemagne, un pays où l’on trouve encore bon sens et dignité, je peux vous assurer qu’il aurait été flanqué dehors, et vite. M. Cohn-Bendit n’en est pas moins en fort bons termes avec le président Nicolas Sarkozy…

Autre écolo en chef, José Bové, agitateur professionnel maintes fois condamné pour atteinte au bien d’autrui. Tous ces gens sont évidemment de gauche. C’est tellement vrai que les communes de la banlieue parisienne, traditionnellement à gauche, ont voté « écolo », comme à St-Denis où le parti de José Bové arrive en tête.

Pour autant, je ne suis pas sûr que leur succès d’aujourd’hui se confirme demain. L’écologie est une utopie à la mode. Le soufflé retombera. Les trottoirs de Paris seront toujours aussi sales, les mers aussi polluées – la Méditerranée d’abord, réceptacle de toutes les latrines d’Afrique du Nord –, le réchauffement climatique sera de plus en plus élevé (parce qu’il s’agit là d’un cycle s’ajoutant à bien d’autres qui ont engendré au cours de millions d’années, tour à tour une Europe glaciaire et tropicale).

Évidemment les émissions de gaz par les voitures n’arrangent rien, mais on fait tout pour que les voitures soient toujours plus nombreuses. Dans ce domaine-là, comme dans tant d’autres, on voit Gribouille à l’œuvre. Je crois savoir aussi que nos écolos sont très favorables à l’immigration et à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

En revanche, force est de constater que, presque partout ailleurs qu’en France, les élections européennes font apparaître une prise de conscience de l’extrême danger que représente l’immigration-invasion.

En Italie, la « Ligue du Nord » et « l’Italie des Valeurs » sortent renforcées. En Espagne, le principal parti d’opposition, d’origine franquiste, accédera probablement au pouvoir prochainement. Même évolution en Grande-Bretagne et progrès sensible de tous les partis anti-immigration en Autriche, aux Pays-Bas, en Belgique, en Finlande, en Lituanie, en Roumanie, en Pologne, en Hongrie, en Slovaquie où la population commence à en avoir plus qu’assez des « Roms » (tsiganes) qui se répandent partout…

Espérons que la France ne continuera pas à faire bande à part. En attendant, il faut féliciter les 736 députés européens nouvellement élus dont 72 Français, assurés d’un emploi fort luxueux, sans même, pour certains, mettre les pieds à Strasbourg, tous largement rétribués par le contribuable.
Le contribuable remboursera également les dépenses de campagne électorale des partis dès lors qu’ils ont atteint 5 % des suffrages. Sans parler des très nombreux fonctionnaires de l’UE qui, à l’instar de la reine-mère des termites, pondent sans arrêt, non pas des termites, mais des textes toujours plus compliqués…

Ainsi se construit à grands frais une Union généralement désunie, qui n’a ni diplomatie, ni armée, ni langue commune. À Paris, on contemple la Tour Eiffel, à Bruxelles la tour de Babel !

4 réponses à l'article : Les européennes : Et après ?

  1. Pierre L'Esprit Libre

    22/06/2009

    Une bonne partie de nos amis europeens s’inquiete a raison de l’immigration invasion qui helas perdure et s’intensifie. Tout le monde sauf les politiciens francais….Il nous font le coup avec la burka (ils ne parlent meme pas des arrangements musulmans speciaux pur les piscines, l’interdiction du porc dans les cantines…) mais ne remettent en rien la folle politique de l’immigration incontrolee.

    Il faut bien dire qu’ il y a longtemps que les "grands" medias francais ne font plus leur travail, pourtant  democratie, transparence et neutralite devraient s’imposer.  Les verites ne sont pas bonnes a dire? alors, si tel est le cas, c’est deja la fin (et la faim arrive)!

     

    Amities

     

    Pierre L’Esprit Libre

    Répondre
  2. Baveraven

    19/06/2009

    A j"uu"ghurta..: ? parce que constater que l’aboutissement de tous les égouts se fait directement en mer sans passage préalable par une station d’épuration tout le long de la côte d’Afrique du nord c’est du "racisme" ???…..Si  vous en êtes là….ce n’est plus du parti pris c’est…beaucoup plus affligeant pour vous ! Essayez de vous documenter vous apprendrez peut-être quelque chose ! BV

    Répondre
  3. juughurta

    18/06/2009

    Méditerrannée réceptacle de toutes les latrines d’Afrique du nord ? . . . . . les racistes grouillent toujours !

    Répondre
  4. Florin

    17/06/2009

    On ne peut que s’en réjouir : les abrutis qui se sont abstenus le 7 n’auront que ce qu’ils méritent : une situation qui ne fait qu’empirer.

    Pour ceux qui votent, ce n’est guère mieux : ils votent à gauche aux régionales, à droite aux législatives,  "verts" aux européennes, et Delanoë aux municipales … comme un chauffard fin saoul, un coup en avant un coup en arrière, du vomi sur le volant et de la m…de sur le siège.

    Bon voyage Messieurs-Dames !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)