L’Europe de Sarkozy

Posté le octobre 23, 2007, 12:00
8 mins

Nicolas Sarkozy est donc parvenu à remettre l’Europe sur les rails et à rallier les 27 chefs d’État de l’Union à son projet de traité simplifié. C’est sans conteste un succès politique de premier ordre pour le Président français. Je regrette toutefois, pour ma part, que le nouveau traité ne soit pas soumis au référendum populaire dans toute l’Europe, puisqu’il sera seulement voté par les Parlements, dont on sait qu’ils représentent la volonté des peuples à peu près comme moi celle des papes. Or, un traité de cette importance devrait avoir l’aval et le soutien de la majorité des citoyens.

« Mais vous rêvez ! », va-t-on me dire, puisque le projet de Constitution européenne avait été repoussé par les référendums français et hollandais. Oui, et alors ? Il fut rejeté parce que c’était un projet mal ficelé, trop long, trop complexe et tellement incompréhensible que ce fut un jeu pour ses adversaires de lui faire dire n’importe quoi. Son obscurité et ses ambiguïtés permettaient de nourrir toutes les peurs nationales. C’est ainsi, par exemple, que certains opposants purent faire croire aux Français que cette Constitution permettait d’entériner l’adhésion de la Turquie à l’Europe, alors que c’était exactement le contraire, ce que les leaders du oui, à gauche comme à droite, furent incapables de démontrer.

Comme nos lecteurs le savent, j’avais moi-même milité pour le oui, car, malgré tous les défauts du texte proposé, j’estimais qu’il ne fallait à aucun prix mettre l’Europe en panne, car une Constitution peut toujours se corriger, l’essentiel étant qu’elle existe. J’étais surtout sensible au fait que dans un monde en pleine mutation, alors que les masses humaines considérables des pays émergents se ruent à l’assaut du mode de vie occidental, sur une planète qui se réduit comme une peau de chagrin et dont toutes les énergies fossiles s’épuisent, il était indispensable que l’Europe se constitue souverainement coûte que coûte pour assurer son avenir.

Le suffrage universel en décida autrement, surtout parce que, outre les craintifs, le non vit se réaliser l’union contre-nature de la droite nationale et de la gauche extrême, la première rejetant une Europe trop supranationale à son gré, la seconde une Europe trop libérale à son goût. C’était le mariage de la carpe et du lapin soudain célébré ! Mais quoique cette collusion étonnante eût été décisive, elle n’expliquait pas tout.

Les peuples de l’Europe sont attachés plus qu’on ne croit à leurs histoires et à leurs cultures respectives, qui sont toutes glorieuses et vénérables, malgré les fautes et les erreurs qui les ont parfois entachées. Les Européens sont des patriotes, chauvins même à dire vrai, et c’est bien leur droit, car chaque nation de notre continent peut ressentir la fierté d’avoir apporté à la civilisation mondiale une contribution capitale à nulle autre pareille. Aussi est-il parfaitement normal qu’ils aient éprouvé quelque crainte devant la fusion hâtive et embrumée qu’on leur proposait, sans parler des pouvoirs excessifs conférés à la bureaucratie bruxelloise si peu transparente.

Il fallait donc reconstruire le projet, le simplifier, le clarifier et le réduire à 70 articles essentiels, tout en l’accompagnant d’une définition et d’une description historiques et géographiques de l’Europe précisant clairement ses frontières et garantissant son identité et son intégrité pour les siècles à venir, puis soumettre le tout à référendum dans tout l’espace européen. Je crois que le nouveau projet eût été alors accepté par les citoyens, revêtant ainsi à la face du monde une légitimité et une puissance incomparables. Mais s’il avait été cependant refusé, eh bien tant pis ! La démocratie, c’est le droit à l’erreur et le devoir de la payer. Si les Européens ne sont pas capables de s’unir et de parler d’une seule voix dans le monde menaçant qui les encercle… qu’ils meurent !
…………..

Si l’avenir de notre civilisation vous préoccupe, ne manquez pas de vous offrir le dernier livre paru de Pierre Lance, « Le Fils de Zarathoustra » (Éditions Véga-Trédaniel), dans lequel l’auteur passe au crible d’un regard nietzschéen les incohérences et les espérances du monde moderne. (En librairie ou, par correspondance, 26 euros port inclus à « L’Ère nouvelle », BP 171, 06407 Cannes cedex.)

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

8 réponses à l'article : L’Europe de Sarkozy

  1. grepon le texan

    28/10/2007

    "Si les Européens ne sont pas capables de s’unir et de parler d’une seule voix dans le monde menaçant qui les encercle… qu’ils meurent !"

    L’Europe ne souffre pas d’etre "encercle".   Ses problemes graves viennent de l’intereur.   Les europeens ne se remplacent pas depuis des decennie, alors que les pensions, services gratuits et tout le reste doivent etre payes par  des travaillieurs.   Les travaillieurs, il y en a de moins en moins en proportion avec les inactives.   Au meme temps, les enfants et petits enfants des travaillieurs de remplacement venu du monde arabe ou turque etc, ne s’identifient pas comme francais, allemands, holladais, suedois, italiens, pour ne pas parler d’un identite ou des valeurs europeens.   Eux, ils se multiplient par leur irrespect active des droits des femmes et  autres instincts tribaux.   Qu’ils ne soient pas majoriratire avant 20xx n’est pas l’important.   L’important c’est a quand vont ils arriver a etre plus de trente ou quarante pourcent des jeunes dans les villes.   Alors a ce la qu’importe ce que est ecrit dans les constitutions ou autre traites sur les droits de l’homme?     Alors, ce qu’il y a d’important, c’est de stopper ou renverser le probleme demographique, et au meme temps l’implosion des economies, avec une liberalisation massive tout azimuths.  Laissez aux jeunes et jeunes familles l’argent qu’ils gagnent aujourdhui au lieu de le transferrer aux inactives.   Ils choisiraient des bagnoles et appartements plus grand pour ainsi faire des familles de plus d’un ou deux enfants.   Deja il faudrait cibler trois a quatre par femme pour une ventaine d’annees.   

    La constitution la-dedans?   Les documents actuels sont des prescriptions pour plus d’etat, plus d’impots, plus etat providence et de plannings centralise.

    Répondre
  2. J.D.

    26/10/2007

    Trifouiller le fondement des démocrates est le sale (j’allais écrire improprement le propre! …)de toutes politiques qui prend en otage les "masses"( j’allais écrire les fesses! …)fondamentalement incultes, et ignares, des arcanes de la ploutotechnocratie, pilier de toutes "institutions" viables et prospères…en ces temps "barbarisés" par la pression médiatique tous azimuths…(Qui ne laisse pas le temps de la réflexion et encore moins de la pensée profonde! … Notre ami P.L. en est "l’encore" vivant exemple! …) Sauf à fantasmer, il ne percute toujours pas qu’il s’assoit sur le "pal" du sarkosisme le plus fantastiquement anti-européen de toutes les impostures des siècles passés! …

    Dans quel but cette mascarade…? s’insurgera-t-il, l’air condescendant…

    Creusez mon Cher! … Creusez! … Un petit voyage "in" vaut bien un Pierrot au clair de la lune! …?

    << La loi des rues ça ne marchera pas! …>> Sarko dixit, en image sur FR3 ce jour 26/10/07 12h35……. Notre bon Ami va surement nous recadrer cette formule dans le contexte de la "déclaration des droits de l’homme" de 1789(monarchie constitutionnelle!!! …)chère à sa pensée…en lieu et place de celle de 1793…la première mise en tête d’une constitution REPUBLICAINE …/…! … Terroriste! … Echafaut! … Cayenne! … A mort! … Crient les bons apôtre de la farce ripoublicaine……me semble-t-il entendre…bien que sourd! …… Ah! …mes braves "Michu" "so ben dur d’éxister! …"                                                          

    Répondre
  3. EIFF

    26/10/2007

    Le nouveau nouveau traité est un torchon, encore plus long que le premier, un véritable marche-pied pour enterrer les identités nationales et pour préparer la Grande Oeuvre euro-méditerrannéenne d’invasion migratoire promis par Sarko, Sarko le président qui ne préside rien et qui agit contre les intérêts de la France en s’applatissant servilement devant les commissaires non-élus de Bruxelles.

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    25/10/2007

    25/10/07    -"Les 4-Vérités" –

    A bien lire Pierre LANCE, il me donne l’impression de soutenir Nicolas SARKÖZY comme la corde soutient le pendu, où d’aller vers lui comme un joueur de tango, avançant d’un pas, pour reculer de deux …. Son prétendu éloge du nouveau "sauveur" non de l’EUROPE, mais de l’UNION EUROPENNE (ce qui n’est assurément pas la même chose !) est en effet pavé d’inquiétudes, voire même de critiques.

    Quoique qu’il en soit, les FRANCAIS (les "Sarköcus") ont élu Nicolas SARKÖZY non pour "remettre l’Europe sur les rails", comme l’affirme Pierre LANCE, MAIS BIEN PLUTÔT LA FRANCE, et là, pour prétendre que le nouveau président a réussi dans sa tâche, il faut avoir pour lui les yeux que Guy MILLERE a pour … George W. BUSH. Et si la remise sur les rails de la FRANCE passait  obligatoirement par celle de "l’Europe", comment expliquer que l’ALLEMAGNE – pour ne citer qu’elle – avance très bien à bord d’une "UNION " qui a déraillé !

    Ainsi, n admettant que le "nouveau traité" permette de remettre l’UNION EUROPEENNE "sur les rails"  – ce qui reste à démontrer ! – en quoi cela sera-t-il bon pour la FRANCE ? Et quelle confiance accorder au "sauveur" qui, doutant sans doute du bon sens et du bon jugement du Peuple (ce qui est le propre de tout démocrate qui se respecte !), renie sa parole en refusant de soumettre à fererendum "son" prétendu "MINI-TRAITE". Même pour une simple lecture ! Nicolas SARKÖZY est d’ailleurs tellement peu convaincu de l’excellence de ce texte qu’il a décidé d’accélérer sa ratification par le PARLEMENT. Pour éviter que sénateurs et députés aient le temps de l’étudier sérieusement (ce que justifierait la longueur et la complexité du texte) et d’y faire des objections ? pour empêcher les partis ou associations de tous bords (on trouvait des opposants de toutes tendances au texte giscardien, et même jusque dans les rangs de l’UMP et du PS) qui avaient triomphé largement le 29 mai 2005; de trouver le temps de s’organiser pour exiger un nouveau referendum ? ou LES DEUX ?

    Une fois de plus, les règles les plus élémentaires de ce qu’on appelle ici la "démocratie" sont bafouées. Tout comme l’est d’ailleurs sans cesse la propre Constitution de notre malheureux pays. Qui s’en soucie ? Pas ceux, en tout cas, qui se moquent des véritables problèmes, des véritables plaies dont souffre la FRANCE. Il est vrai que, qu’ils soient de l’UMP, de l’UDF (Nouveau Centre ou MoDEM, si l’on préfère), du P.S., des VERTS ou du PC"F" (tous "partis gouvernementaux !) ils en sont les premiers responsables… Et que leur seul souci est de pérénniser leurs mandats, leurs sièges et leurs pouvoirs en amusant le peuple, ou en l’effrayant, selon les circonstances. En évitant surtout de faire toucher du doigt aux électeurs/électrices les vrais dangers, les vraies exigences de la situation. Ce qui me fait penser au Sage qui montre du doigt la lune à un idiot, lequel regarde le … doigt ! Celui, notamment du "réchauffement de la planète", des "bébés phoques" ou des "baleines" à sauver …

           Cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  5. Gérard Pierre

    25/10/2007
       Le projet de traité modifiant le traité sur l’union européenne et le traité instituant la communauté européenne, élaboré le 05 octobre 2007 par la conférence des représentants des gouvernements des états membres compte 152 pages.
     
       Est-ce ce document, ne comportant pas moins de 294 articles, que l’on prétend être un projet simplifié ? …… si oui je crains qu’une confusion s’instaure chez nos « élites » européennes entre simplification et caviardage. En effet, la simplification eut consisté dans le fait d’écrire une synthèse directement lisible par tout citoyen européen. Au lieu de cela ce texte, que certains énarques ne manqueront pas de qualifier de « technique » pour mieux masquer leur paresse à synthétiser, n’est qu’un ravaudage. Je vous en livre un passage significatif :
     
    « L’article 299 est modifié comme suit:
    (a) le paragraphe 1 est supprimé. Le premier alinéa du paragraphe 2 et les paragraphes 3 à 6 deviennent l’article 311; ils sont modifiés comme indiqué au point 293) ci-après.
    Le paragraphe 2 reste sans numéro;
    (b) au début du premier alinéa, le mot "Toutefois" est supprimé et les mots "des départements français d’outre-mer" sont remplacés par "de la Guadeloupe, de la Guyane française, de la Martinique, de la Réunion, de Saint Barthélemy, de Saint Martin,"; à la fin de l’alinéa, la phrase suivante est ajoutée: "Lorsque les mesures spécifiques en question sont adoptées par le Conseil conformément à une procédure législative spéciale, il statue également sur proposition de la Commission et après consultation du Parlement européen. »
     
    …… Nous comprenons bien, dès lors, qu’un tel salmigondis juridique ne saurait décemment être proposé à la digestion de nos appétits démocratiques : ……… c’est trop technique ! ! ! ……………… et si tu ne crois pas celle-là je t’en sors une autre !… comme disait quelqu’un.
     
       Comme toute bonne constitution, le « projet de traité simplifié » commence par un préambule très convenu dans lequel on rappelle que l’Europe est pour la justice, la paix, le respect des autres, ……… bref, …… que le feu, ça brûle et que l’eau … ça mouille ! Aucunes références bien sûr à nos racines gréco latines et judéo chrétiennes, mais toutefois un passage dont on peut augurer bien des exégèses à venir :
     
     « (a) le texte suivant est inséré comme deuxième considérant:
    "S’INSPIRANT des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’État de droit;" …… doit-on comprendre que les muslims ont du souci à se faire ? …… ! ! ! …… il est vrai que sur la base d’une inspiration, tout ( et aussi le contraire de tout ) est permis. Comme disait quelqu’un : " Tout est dans tout, …… et réciproquement! "
     
    …… . Ce projet constitutionnel se termine par un chapitre « dispositions finales » à la première ligne duquel est écrit, en toute limpidité : « Le présent traité est conclu pour une durée illimitée. » …………… la messe est dite !
    Répondre
  6. SAS

    24/10/2007

    NAGUY A ANNOCE:……les français ne sont pas assez endetté……et réclamé l’avennement du NUEVO ORDO SECULARUM…..

    le message est très clair…..

    sas

    Répondre
  7. Anonyme

    24/10/2007

    Quelle honte cette Constitution de 250 pages alors que celle des USA fait tout au plus 15 pages clairement rédigées.

    Il faut certes une constitution à l’Europe pour en faire une Confédération (et non une fédération), mais en faire une usine à gaz prouve l’esprit tortueux et le mental tourmenté des technocrates plutôt dérangés qui prétendent tout diriger et avoir compris tout l’univers. 

    Celà dit, Pierre Lance rêve quand il dit qu’une constitution peut se moddifier.  Rien de ce qui fait partie des réglementation administratives ne se modifie en bien ni ne se simplifie bénéfiquement pour les citoyens.  Et Mr Lance l’aura bien profond quand la Turquie sera acceptée au sein de la CEE grâce à ce traité.  Car ça en prend le chemin, sauf preuve claire et nette du contraire.

    Répondre
  8. Florin

    24/10/2007

    "Il fut rejeté parce que c’était un projet mal ficelé, trop long, trop complexe et tellement incompréhensible que ce fut un jeu pour ses adversaires de lui faire dire n’importe quoi".

    Objection votre honneur !!! Si le projet a été rejeté, c’est justement parce que, MALGRE sa complexité et son caractère incompréhensible, les citoyens ont saisi, deviné, reniflé son caractère nocif, l’odeur nauséabonde derrière les flonflons et paillettes, le poison dans les tonnes de poudre aux yeux que les politiques ont employé pour la circonstance. Ce projet visait à torpiller le fondement même de nos sociétés civilisées : la LIBERTE, le libre arbitre collectif.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)