L’Europe en voie de dislocation

Posté le janvier 26, 2016, 9:59
10 mins

Les nations européennes, œuvres du temps et de la tradition, ont mis plusieurs siècles à se former après de multiples conflits. On en était arrivé, finalement, à une sorte d’équilibre et voici qu’au XXIe siècle, tout paraît remis en question.

Les régions, les provinces veulent redevenir indépendantes. C’est le retour au Moyen Âge. En Espagne, la Catalogne revendique l’indépendance contre Madrid, comme le Pays basque qui, pour y parvenir, pratique le terrorisme depuis des décennies. Les populations marocaines, immigrées en Andalousie, dont le nombre augmente jour après jour, rêvent à un retour à l’émirat du Xe siècle. En Grande-Bretagne, l’Écosse veut se séparer de l’Angleterre, comme l’Irlande du Nord qui naguère assassina Lord Mountbatten, dernier vice-roi des Indes. En Belgique, Fla­mands et Wallons ne s’entendent pas et, s’agissant de la France, la Corse, ou plus précisément un certain nombre de Corses, recherchent l’indépendance en exprimant des sentiments hostiles à la « mère patrie ».

Ces mouvements, qui s’inscrivent dans la décadence du continent, ne sont pas sérieux. La Catalogne indépendante aurait quelle armée, financée de quelle façon? L’Écosse indépendante partirait en guerre contre l’Angleterre et on en reviendrait à la guerre de Cent ans ? La Belgique, État artificiel, ne tient que par la monarchie. Les Flamands, peuple d’ordre, d’essence germanique, supportent mal les Wallons francophones, dépensiers et volontiers anarchiques, au­jourd’hui envahis par les Maghrébins.

Quant à la Corse, une fois indépendante, elle serait, elle aussi, rapidement envahie par les Algériens. Elle l’est déjà en partie. Alors les Corses se réfugieraient en masse en France, comme naguère les pieds-noirs d’Algérie, laissant la place, par exemple, à l’émir Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe Al Mourabitoune, actuellement en Libye, mais qui serait encore mieux installé à Ajaccio. En attendant, c’est le budget de la république qui soutient la Corse, dont les politiciens nouvellement élus veulent s’exprimer dans une langue que la moitié des Corses ne comprend pas. Bref, l’Europe est menacée de se fragmenter dans un esprit conflictuel.

De plus, il apparaît chaque jour davantage que l’Union européenne est désunie. Dès que l’un des 28 pays de l’UE s’efforce de préserver ses intérêts par une politique de fermeté et de bon sens, il est dénoncé par Bruxelles comme « fasciste ». Et la presse de gauche le stigmatise sans concession. La Hongrie de Viktor Orban est ainsi mise à l’index, comme la Pologne et son nouveau gouvernement, pourtant démocratiquement élu. En revanche, pas un mot n’est prononcé contre la Roumanie et la Bulgarie qui, dès leur intégration dans l’UE, se sont empressées de se débarrasser de leurs populations inassimilables. Ces « gens du voyage », comme on doit dire, opèrent désormais en France par dizaines de milliers, le gouvernement et son administration veillant à ce qu’ils soient bien accueillis, confortablement installés et aidés financièrement. À ce sujet, un jeune journaliste japonais, en mission en France, me confiait sa stupéfaction de constater que les pouvoirs publics protègent les minorités immigrées au détriment des Français qui, pourtant, entretiennent par l’impôt ces mêmes pouvoirs publics !

Ce n’est pas tout. Dans le même esprit suicidaire, l’UE fait tout pour inclure dans l’Europe chrétienne la Turquie ottomane et musulmane de 75 millions d’habitants, à qui Bruxelles prodigue des milliards d’euros pour que les populations arriérées de ce pays asiatique soient à niveau et que la Turquie apporte à l’Europe le problème kurde et ceux de Syrie, d’Irak et d’Iran, dont elle est frontalière. Plus 4,2 milliards d’euros sur 5 ans, promis par Bruxelles, si les Turcs veulent bien être assez gentils pour inviter les Syriens et autres Irakiens à rester chez eux. Il faut être totalement dépourvu de réalisme pour pratiquer une telle politique. On ne sait donc pas ce qu’est l’immigration en Europe de l’ouest! En 2015, l’Allemagne a vu déferler sur son territoire 1,1 million de migrants, à 90 % musulmans, tous demandeurs d’asile, plus ceux qui bénéficient de visas, plus les clandestins. En France, il faut le rappeler, c’est aussi, tout compte fait, presqu’un million d’immigrés qui, en 2015, se sont fixés un peu partout, la majorité d’entre eux venant d’Afrique du Nord. « L’espace Schengen » facilite évidemment cette invasion, contre laquelle l’agence Frontex, onéreuse émanation de l’UE, fixée à Varsovie, est parfaitement impuissante.

L’Europe compte déjà quelque 40 millions de musulmans. Au rythme actuel de quelque 5 000 arrivées par jour, cela ferait 1,8 million par an, c’est-à-dire que, sur 20 ans, compte tenu du droit du sol et du taux de fécondité de ces populations, on aurait quelque 40 millions de musulmans supplémentaires, soit un total de 80 millions dont de nombreux djihadistes. Dans une telle hypothèse, la guerre civile est, à terme, inévitable. En attendant, ces « réfugiés » montrent ce qu’ils savent faire. À Cologne, ville aux 180 nationalités, plus de 500 d’Allemandes un millier, dit-on ont été violées dans la nuit du 31 décembre. Même constat en Autriche et en Suède, où la police de Stockholm, terrorisée à la pensée d’être accusée de racisme et punie en conséquence, n’a pas bougé. À noter que la majorité de ces criminels, tous candidats au droit d’asile rémunéré, sont des Africains venus du nord du continent.
Pour faire bonne mesure, l’Europe décadente, affaiblie, mais encore riche, paie les impôts des Grecs en état d’anarchie permanente et commence à payer ceux des Ukrainiens. Et si, un jour, la Mongolie décrétait qu’elle faisait partie de l’Europe, faudrait-il payer les impôts des Mongols ?

Cette politique d’utopie et de démagogie, qui consiste à spolier les honnêtes gens au profit des envahisseurs, n’est plus acceptable. Si l’Union européenne veut survivre, elle doit se réformer et ramener vite le nombre des nations adhérentes à un effectif de bon sens qui permettra d’agir de façon cohérente. Il conviendrait, en priorité, qu’elle s’arme contre l’invasion de toute la misère du monde. Il en va de la survie de la civilisation occidentale et chrétienne et, pour commencer, que l’on cesse de nous casser les oreilles avec le faux débat sur la déchéance de nationalité en prenant des dispositions concrètes de salut public pour que les 3,5 millions de binationaux (Français à coups de tampon sur un papier) soient ramenés à 500 000 ce serait déjà beaucoup !
Pour terminer, on saluera les 9,5 milliards d’euros coût de la campagne électorale menée par François Hollande tirés de la poche du contribuable pour « inverser la courbe du chômage », dans un pays où le taux de chômage est en réalité de 22 %.
M. Hollande, à vous et vos camarades, franchement, bravo pour tout !

Ancien Ambassadeur de France

10 réponses à l'article : L’Europe en voie de dislocation

  1. BRENUS

    31/01/2016

    Je n’ai pas un amour démesuré pour les corses qui, lorsque les « pinzutti » dont je suis font un tour chez eux, les considèrent comme des merdes et se permettent vis a vis d’eux tout et n’importe quoi. J’en ai fait l’expérience et je ne l’oublierai jamais, même si je n’ai pas l’intention de refoutre les pîeds dans ce bled faussement encensé. Ceci dit, je doute fort que les habitant autochtones – pas les « corses » magrebins- se laissent submerger par les algériens et autres refoulés de leurs propres pays qui sont trop content d’envoyer leur lie ailleurs. Les « ratonades » pourraient bien recommencer.

    Répondre
  2. Joan

    28/01/2016

    Monsieur Lambert, la Catalogne financerait des armes et armée avec le même argent avec lequel actuellement finance l’armée espagnole, le 20 % du total.

    Répondre
  3. Francesc Porras

    28/01/2016

    La pillule, le vieux!!!

    Répondre
  4. 26/01/2016

    Lisez le plan Kalergi. On y est. En France, charte des langues régionales, on y introduit langues minoritaires et voilà l’arabe. Le plan prévoit la destruction des états-nations. Une Région peut adhérer à l’UE. Directement. D’où la Catalogne où c’est la Banque qui décide, la Corse ? Elle veut défendre son littoral ? Lorsque sous la pression Talamoni, elle deviendra indépendante, avec l’accord évident du régime , elle pourra pleurer sur son littoral. Intellectuellement , les Corses n’ont pas compris le véritable enjeu. mais chapeau ! Ils savent se défendre contre les hordes du régime. Un peu de réflexion, amis Corses. Vous affrontez l’ennemi apparent. Affrontez l’ennemi caché. Même si vous l’avez élu.

    Répondre
  5. Le Ket

    26/01/2016

    Cela fait tout de même 43 ans que l’Europe en général et la France en particulier connaissent une « immigration sauvage » !

    TOUS les gouvernements, de gôche comme de droite, ont pratiqué la politique de l’autruche quand ce n’était pas celle du regroupement familial, mortifère à long terme.

    TOUS ont favorisé le melting-pot avec des arrière-pensées électoralistes.

    TOUS ont toléré l’implantation massive de mosquées et fait voter des lois liberticides réprimant les opposants à leur folle politique de submersion migratoire.

    TOUS ont vidé les églises pour remplir les mosquées, payées et gérées par des imams wahhabites envoyés par l’Arabie Saoudite, depuis plus de 30 ans.

    TOUS ces gouvernements, complices du Nouvel Ordre Mondial, ont fermé les yeux sur les dérives des ces immigrés « chances pour la France ».

    On en voit les conséquences depuis longtemps et nous en payons la note maintenant.

    STOP OU ENCORE ?

    Répondre
    • Jaures

      26/01/2016

      Pardonnez-moi mais qui empêche quiconque de se rendre dans une église ?
      Ne vous vient-il pas à l’idée que si quelqu’un n’y va pas c’est tout simplement parce qu’il n’en a pas plus envie que vous d’entrer dans une mosquée ou une synagogue ?

      Répondre
    • Rosenberg

      27/01/2016

      Le [email protected] les hauts responsables de Daesh ont bien constaté la progressive dislocation de l’Union Européenne – Ils ont donc décidé de s’en occuper !

      Répondre
    • Rosenberg

      27/01/2016

      Le [email protected] biensûr que la droite comme la gauche sont responsables du déferlement des Maghrebins; ils ont tous été marqués au fer rouge par les Accords d’Evian de sire De Gaulle !

      Répondre
      • Raùs

        29/01/2016

        [email protected] oui c’est De Gaulle qui a livré la France à la dhimmitude, bien qu’il voulait nous faire croire le contraire.
        Très rancunier il en voulait au clergé catholique de ne l’avoir suivi que très tardivement en 40-45. Il allait à la messe tous les dimanches à Colombey pour convenir à tante Yvonne.

        Répondre
      • DE SOYER

        30/01/2016

        Le centre-droit, pas la Droite!

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)