L’Europe est-elle essentiellement antisémite ?

Posté le janvier 03, 2004, 12:00
5 mins

Bien qu’il soit écrit dans un style abscons qui pourra rebuter le lecteur, le dernier livre de Jean-Claude Milner apporte une grille de lecture essentielle pour qui veut comprendre l’Europe qui se construit aujourd’hui.

L’Europe, dit Milner, se veut être la réalisation de l’idéal de la société moderne tel qu’il s’est trouvé défini dans les années 1789-1815 : une société dont tous les membres doivent appartenir pleinement au corps social, une société qui, pour cela, doit éliminer l’exception, « une société illimitée ». Éliminer l’exception, c’est éliminer les différences, les aspérités, l’histoire, les nations, la mémoire peut-être. Aujourd’hui, l’Europe élimine tout cela. Mais l’élimination a commencé bien plus tôt.

Au XIXe siècle, le « problème juif » se pose. Jusque-là, le juif était exclu, ghettoïsé : désormais ce n’est plus concevable (ce serait tellement contraire à la perspective de « société illimitée » qui se dessine). Il faut inclure : la classe porteuse de la modernité étant la bourgeoisie dit Milner, « la solution définitive du problème juif est le devenir bourgeois-cultivé des juifs ». L’inclusion semble fonctionner jusqu’au moment où surgit l’antisémitisme moderne : le juif ne peut être inclus, il est d’ailleurs, irréductible, déraciné. La Première Guerre Mondiale, dit Milner, vient fracturer tout cela. Elle est le deuil provisoire de l’illimité, le retour de l’archaïsme. Ce qui va transcender le retour de l’archaïsme et permettre la fin de la guerre, ce sera la technique. Le fascisme, le nazisme, selon Milner seront retour au projet d’inclusion, retour à la société illimitée, retour à l’idée que si le juif ne peut décidément être inclus, il doit être éliminé.

La « solution finale » sera la mise en œuvre technique de l’élimination : « le juif, écrit Milner, est celui pour qui la chambre à gaz a été inventée ». La chambre à gaz se comprend dans la perspective de la guerre, ajoute-t-il, mais surtout de « la paix que la guerre prépare et qui doit être judenrein ». L’après Seconde Guerre Mondiale va reposer sur une fiction : la défaite du Reich. La réalité, dit Milner (qui n’est pas juif), est qu’Hitler a accompli l’essentiel de ce qu’il voulait accomplir. L’immense majorité des juifs qui y vivaient ont quitté l’Europe, soit parce qu’ils sont morts, soit parce qu’ils sont partis. Il devient possible de reprendre la construction de la société illimitée, sans problèmes puisqu’il n’y a plus guère de juifs…

La naissance d’Israël en 1947 va, en ce contexte, constituer une « divine surprise », permettre à l’Europe de ne pas porter la « marque indélébile du Zyklon B » : l’extermination n’a pas été accomplie puisque des juifs se battent et survivent au Proche-Orient, ailleurs, loin d’Europe.

Quelques décennies plus tard, les paramètres vont changer. L’élimination des aspérités reprend. Une ère nouvelle s’ouvre comme une page blanche. Une mythologie européenne se met en place comme « unique rouage du consensus ». Les frontières s’effacent. L’unité avance. La paix perpétuelle s’inscrit au centre de l’horizon et « elle est un processus qui ne peut s’achever que par la compréhension complète de l’adversaire ». L’Europe va rencontrer au fil du temps un autre illimité : l’illimité musulman. Une insertion réciproque, depuis, s’opère, dit Milner. Les intrus structurels intolérables dans cette insertion réciproque : les États-Unis, qui ne s’inscrivent pas dans la logique de la page blanche et du consensus totalisant. Et Israël, bien sûr, sur qui l’Europe et l’islam font peser tout le poids de l’opprobre. Les États-Unis ne peuvent être éliminés : l’Europe peut au moins espérer les « européiser ». Israël non seulement peut, mais doit être éliminé pour que le rêve européen se construise. L’Europe n’en a pas fini avec ses penchants criminels, non…

8 réponses à l'article : L’Europe est-elle essentiellement antisémite ?

  1. chevalier de la Liberté

    09/01/2004

    L’Europe est la copie conforme de la Grèce antique. Tout ce qui est positif,elle a inventé et développé. Comme la Grèce,elle s’est suicidée dans la guerre et le totalitarisme.Mais ça,ni la Grèce ni l’Europe ne l’ont inventé.

    Répondre
  2. LA VALETTE

    08/01/2004

    Historiquement, l’Europe est, sinon le berceau, du moins le lieu de prédilection de l’antisémitisme. Celui-ci a en effet frappé tour à tour à peu près tous les pays d’Europe au cours des mille ans d’histoire européenne. Derrière « la paille des mots » des responsables de la Communauté européenne, Bas-Empire mou, aseptisé, politiquement correct et faussement consensuel, il n’est donc pas étonnant que les vieux démons reviennent. Il ne faut pas chercher ailleurs la raison profonde de la compassion des autorités européennes à l’égard des Palestiniens (qui conduit à de véritables détournements des fonds européens en leur faveur, ce qui fait que la CE peut être à juste titre accusée de financer le terrorisme arabe) et la compréhension navrée qu’ils affichent à propos du même terrorisme. De même, l’idée plus ou moins exprimée que les difficultés entre l’Occident chrétien et l’Islam seraient, au fond, essentiellement dues à l’existence d’Israel et que, si celui-ci n’existait pas, tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes entre l’Orient et l’Occident. Ainsi, d’un certain point de vue, et au risque de choquer, il faut bien admettre que la Communauté européenne est bien l’héritère du IIIème Reich.

    Répondre
  3. Nicolas

    07/01/2004

    Non,non et non.La majorite des francais n’est pas antisemite et nous soutenons la seule veritable democratie du moyen-orient:Israel. Aujourd’hui,les antisemites sont simplement plus bruyants et les autres trop silencieux.De plus, il n’y pas encore 10 millions de musulmans en France(5 a 6 au plus ).Et la,notre manque d’action et de courage est impardonnable.Chirac est un salaud qui a conforter la jeunesse arabe dans son antisemitisme en ne faisant rien les jours ou la poigne de fer etaient necessaire et legitime.

    Répondre
  4. Stéphane

    07/01/2004

    L’Europe est-elle d’essence totalitaire ? L’Europe continentale, depuis le chaos révolutionnaire en France, n’arrête pas d’enfanter le totalitarisme. De la loi des suspects aux camps de concentration ou aux goulags, il ne fait pas bon d’être différent, d’afficher sa particularité. On parle d' »Homme nouveau », que le socialisme a notamment voulu construire, et non d’hommes nouveaux. On a d’ailleurs vu en avril 2002, lors de la « quinzaine de la haine », quand le « vote citoyen était requis », que la même loi des suspects était toujours en vigueur là où elle fut édictée. Ce processus d’homogénéisation est également en cours à propos de la « citoyenneté européenne ». Si l’on examine la fameuse « construction européenne », on remarque deux choses : elle veut se faire sans consulter les peuples concernés – refaire voter ces derniers jusqu’à ce qu’ils votent « bien » fait désordre – d’une part, et elle s’achemine vers une fédération qui comme toutes les fédérations ne dit pas son nom, d’autre part. Or, à la différence d’une confédération qui respecte et met en concurrence les entités nationales, cette Europe-là est talonnée par ses vieux démons centralisateurs. On a donc avec l’Europe un exemple permanent de totalitarisme. Si l’on sait qu’Hitler souhaitait une construction européenne – étrangement semblable à l’Europe des régions qui fut la base du traité de Nice -, cela n’étonne personne.

    Répondre
  5. Gino

    06/01/2004

    M. Milliere, Vous paraissez véritablement obsédé par le « Fait Juif », ceci en trame de votre préoccupation pour la situation au Moyen-Orient. Tentons de résumer la situation avec un brin de philosophie. Les juifs ont été brimés et génocidés dans l’histoire sous toutes les cultures et toutes les latitudes. Eu égard la haine que suscite nombre d’entre eux, je ne vois pas comment l’histoire ne se reproduirait pas dans l’avenir.

    Répondre
  6. Eric

    06/01/2004

    Mr Milliere, Merci de rappeller combien la majorite des francais est antisemite mais il s agit de jalousie ; Israel, 5 millions de juifs terrifie 200millions de musulmans du moyen orient. La France est terrifiee par les 10 millions de musulmans sur son sol, alors qu il y a 50 millions de francais autour avec police armee etc…

    Répondre
  7. Domver

    05/01/2004

    Mathieu se résoud à de prochains génocides.Son esprit est visiblement aspiré dans l’Illimité de son indifference progressiste et post moderne.L’Ere de la non pensée molle envahit de sa pestilence « démocratique »l’Histoire encore ouverte (mais pour combien de temps?)de l’humain en gestation.

    Répondre
  8. Mathieu

    04/01/2004

    Votre philosémitisme est plus qu’ennuyeux : il est exaspérant. Tant le titre de votre article que celui de l’ouvrage que vous y présentez respirent la vulgaire provocation… Ce qui peut se passer en Palestine les français s’en moquent éperdument. Mon humble avis est que la saga informationnelle sur le sujet parasite les ondes. Je pronostique qu’un jour la région sera purement et simplement vitrifiée à coup de bombes atomiques : ce qui aura pour effet de ramener la paix, faute de combattant. On pourra alors changer de sujet…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)