L’Europe est en plein effondrement moral

Posté le avril 12, 2007, 12:00
8 mins

À force de pratiquer le relativisme de ne plus faire la distinction entre le bourreau et la victime, la démocratie et la dictature, la liberté et la servitude, l’Europe d’aujourd’hui présente un spectacle pitoyable.

Nous allons vers un effondrement démographique sans précédent. Mais de quoi parle-t-on ? De l’effet de serre et des possibilités de ralentir ou d’arrêter une croissance économique déjà poussive. Nous sommes dans une guerre mondiale. Mais qu’en dit-on ? Dès lors que cette guerre ne ressemble pas aux précédentes, qu’elle se mène en réseaux, repose sur le terrorisme et l’intimidation, on nie son existence, on fait du défaitisme préventif, on adopte le langage de l’ennemi, on relaie sa propagande et on lui fait la cour, en espérant un peu de mansuétude.

Les attentats de Madrid ont montré la façon dont on réagit en Europe face à la violence islamiste : on se couche et on implore aux fins d’être épargné en bredouillant « la paix, la paix ». Quand des journalistes français ont été pris en otage en Irak, voici des mois, on est entré dans un processus de négociation accompagné, de gestes d’apaisement vis-à-vis des kidnappeurs, et du versement d’une forte rançon. Discernant que c’est une activité rémunératrice, d’autres kidnappeurs au Proche-Orient, en Afghanistan ou au Sahara ont pris des Italiens, des Allemands et quelques autres et ont obtenu les sommes escomptées.

Le gouvernement Prodi a même fait pression sur Hamid Karzaï pour qu’il relâche des meurtriers talibans, car c’est, en supplément de l’argent, ce qu’exigeaient ceux qui s’étaient emparés d’un homme dont Prodi voulait obtenir la libération. L’enlèvement de quinze soldats britanniques au sud de l’Irak par un groupe d’Iraniens khomeynistes s’est inscrit dans la suite logique de tout cela. On ne voit pas pourquoi le régime des mollahs se serait gêné.
Prendre des Européens, c’est facile, même quand il s’agit de soldats (les soldats venus d’un continent en voie d’euthanasie sont rarement dangereux), cela paie très bien, cela constitue un moyen d’échange si on veut obtenir quelque chose ou quelqu’un, et on peut même se payer le luxe d’humilier ceux dont on s’empare et de les utiliser comme des marionnettes à des fins de propagande. Que dis-je ? On peut, encore plus fort, aller jusqu’à obtenir que les chaînes de télévision d’Europe diffusent docilement les images de propagande.

Je ne sais quelles concessions et compromissions ont été nécessaires à la libération des quinze soldats. Ce qui semble évident est qu’il y a eu un prix à payer, et que ce prix est allé de pair avec des concessions dont on mesurera la pleine ampleur dans les prochains jours. Ce qui semble plus évident encore est que les médias de toute l’Europe se sont conduits en complices en diffusant les vidéos de propagande venues de la télévision iranienne, et ont placé sur le même plan les déclarations de Tony Blair, dirigeant politique d’un pays démocratique, et celles des crapules totalitaires de Téhéran.

Ce qui crève les yeux est que les soldats anglais capturés n’ont fait preuve d’aucune dignité, puisqu’ils ont accepté de dire les mensonges qu’on leur demandait de dire et de jouer la comédie qu’on leur demandait de jouer. Ce qui crève les yeux davantage encore est que, chez des gens qui ne respectent que la force et qui méprisent la faiblesse, tout cela laissera des traces aux conséquences dévastatrices.

Les dirigeants européens clament que l’Europe est « civilisée » : après avoir été la matrice des totalitarismes du XXe siècle, elle a fait repentance en s’enlisant dans le masochisme et l’autodestruction. Elle se transforme peu à peu aujourd’hui en paillasson sur lequel les barbares du XXIe siècle s’essuient les pieds. L’effondrement démographique dans lequel nous sommes est vraisemblablement irrémédiable parce qu’il va de pair avec un effondrement moral. C’est révoltant. C’est lamentable. Je n’ai de peine que pour tous ceux qui discernent ce qui se passe avec lucidité, et qui assistent, impuissants, au naufrage de ce que l’Europe a pu porter de plus noble et qui, bientôt, n’existera vraisemblablement plus sur ce continent. L’idée de liberté et de dignité de l’être humain est née en Europe. Elle y est morte une première fois, entre nazisme et léninisme. Elle est en train de mourir une seconde fois, et, cette fois, ce sera sans doute la dernière.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

20 réponses à l'article : L’Europe est en plein effondrement moral

  1. sas

    28/04/2007

    a manceney…..oui mais nous c’est dans 2 semaines qu’on sera dans une merde monstre….

    sas

    Répondre
  2. Annika

    20/04/2007

      Grutjack : On ne vous l’a peut être pas annoncé en France, mais la recompte FUT finalement faite en Floride – loin des 3 contés démocrates du sud floridien qui causèrent tous ces problèmes… le bilan ?  Bush remportait la Floride par 537 voix – dont la mienne !  Afin de représenter tout le peuple dans les vastes territoires qui composent l’Amérique, c’est le collège électoral qui compte ; et la légitimité du système constitutionnel n’est pas à être mis en cause par les perdants, point final.

    Quant a votre interprétation de l’Amérique a laquelle Bush aurait rendu « vigueur » et « moralité », j’ai le plaisir de vous dire Cher Grutjack, que vous vous trompez gravement sur les américains.  Les américains que j’aime et respecte, ce ne sont pas ces véreux inventés par Hollywood, ou ce menteur libidineux  (interesting word !) élu par un peuple a qui il fit honte – New York City et la Californie pourraient se décrocher du continent et s’en aller drifter vers l’Europe… je n’en serais pas triste… après tout, ils pensent comme des européens.  Il nous resterait en grande partie l’Amérique profonde, cette Amérique ou l’on ne ferme pas sa porte a clé – car on n’a pas de serrure !  Cette Amérique ou le voisin vient avec son flingue s’il entend un bruit anormal chez moi.  Cette Amérique chrétienne ou ‘le bien’ est choisit et ‘le mal’ est maudit par la culture et par le peuple.  Cette Amérique ou l’on se marrie avant d’avoir des enfants, because it’s the right thing to do.

     HYPNOS a raison quand il dit que le pourrissement moral se retrouve à New York et en Californie (entre autre).

    Répondre
  3. CANNIBAL CORPSE

    18/04/2007

    C’est dingue à quel point je vois juste

    Bravo Mr Milliere , toujours en pleins dans le mille . J’ose imaginer que les reactions suite à votre article serons violentes , un peu comme d’habitude . Il est clair que les laches , les soumis , et les traitres n’appreciront pas

    Répondre
  4. Anonyme

    17/04/2007

    très bon article !!! 

    "Jean-Claude THIALET"

     

    Répondre
  5. Anonyme

    17/04/2007

    La dégénérescence morale de l’Europe tient essentiellement au fait que cette dernière a tourné le dos à la religion chrétienne dans la seconde moitié du XXeme siècle. 

    Cet abandon, encouragé par le communisme et les mouvements anarchistes, a fait place à un mode de vie ultra-matérialiste et relativiste dont nous commençons, à peine, à mesurer les conséquences.

     Les références au bien et au mal ont été abolies. Le collectivisme rejette la faute, et donc le mal, sur la collectivité. L’individu devient un maillon irresponsable de la chaîne collectiviste. Si quelqu’un est pauvre, c’est que le système capitaliste l’a rendu pauvre, ou ne lui a pas donné sa chance. Si quelqu’un a tué, cherchons bien, car il doit bien être victime de quelque chose ou de la société elle même. Voilà pourquoi, l’Europe rejette la peine de mort. Car condamner un assassin à mort, serait reconnaître sa culpabilité individuelle et non celle de la société entière. Toujours dans la même logique La barbarie est devenue une conséquence de la pauvreté. La violence en tant que mode de comportement n’est pas reconnue, elle ne peut-être le fait que d’une révolte ou d’un mode d’expression. Ainsi la violence n’est qu’une conséquence matériel et non une cause morale (ou amorale)…

    L’existence du christ et de la foi chrétienne sont, en europe, constamment bafoués et tournés en ridicule; piétinés par la bougeoisie bohème et les journalistes néo-cons. Tandis que l’islam, par la peur qu’il inspire, ne trouve en face de lui que des baise-babouches tétanisés.

    Le pourrissement mental dans lequel se trouve l’occident européen risque malheureusement de se propager au reste de l’occident et donc de gagner le continent nord américain et l’australie.

     Les mêmes symptômes de pourrissement se retrouvent en californie ou à New-York. Les mouvements féministes ultra-puissants au USA sont également les complices involontaires de la dénatalité et de la dégénérescence morale. Tous ces symptômes, ainsi que l’élection récente d’un gouverneur musulman aux USA me font penser que le  mal progresse à grands pas.

    Je suis triste quand je vois le débat évoluer dans une diatribe USA vs France. ou Europe. L’ensemble de l’occident est concerné et la maladie se trouve à des stades plus ou moins avancés dans ces différents pays. L’amérique est provisoirement sauvée par la présence d’un christianisme renaissant et par l’apport des latino catholiques. Mais combien de temps encore ?

    Je vous suggère de lire le livre de Claire Berlinski "Menace in Europe:  Why the Continent’s Crisis Is America’s, Too"

    Répondre
  6. grutjack

    16/04/2007

    Comme J.C. Thialet l’a bien montré, la diatribe de Millière contre l’Europe avachie sous-tend un éloge de l’Amérique glorieuse et combattante. Mais l’Amérique est-elle tellement différente de l’Europe? N’est-ce pas elle qui a inventé bon nombre de maux dont souffre actuellement le vieux Continent, comme le multiculturalisme, l’immigration à outrance, le goût de la drogue, le laxisme hippie et j’en passe.  Bush, en dépit de tous ses défauts, a rendu un semblant de vigueur et de moralité à son pays, mais il est beaucoup moins représentatif de l’Amérique réelle  que l’avocat véreux et libidineux qui l’a précédé à la Maison-Blanche.

     Quand il prend le pouvoir en 2001, Bush n’a aucune légitimité. Il a été battu au suffrage direct et l’a emporté d’un cheveu au Collège électoral, simplement parce que la Cour suprême a arrêté le recomptage des voix en Floride. Ce sont les attentats du 11 septembre qui lui donneront l’autorité dont il avait besoin. Dès lors, Bush gouvernera comme s’il avait été élu par un  raz-de-marée, entraînant son pays dans deux guerres. Il est pourtant réélu en 2004, mais surtout par un effet indirect de l’adoption par le Canada du mariage homosexuel. Les Américains ont déjà de sérieux doutes sur le bien-fondé de la guerre en Irak , mais ils savent que leur Président, un peu confus dans sa lutte contre l’extrémisme musulman,  a des principes moraux et que cela compte à une époque où tout fout le camp. Mais les élections de 2006 montrent bien que cette fois, les Américains en ont assez de ce Président guerrier entouré de stratèges minables genre Rumsfeld. Et l’on peut être quasiment sûr que le prochain hôte de la Maison blanche, quel qu’il soit, mettra fin  à l’aventure irakienne. Alors on sera moins tenté d’opposer la "mollesse" de l’Europe à la "vigueur" des Etats-Unis.

    Répondre
  7. Anonyme

    15/04/2007

    J.C. Thialet : " Il y a des pétro-dollars à ramasser à la pelle, des pétro-dollars qui empêchent précisément nos (je dis bien "nos") amis américains de voir qu’il y a des victimes, un manque de démocratie et de liberté dans un tas de "pays-amis" avec lesquels commerce sans complexe l’Oncle SAM !"
    Et la France aussi, merci pour elle.
    Quel est votre point, Jean Claude? Voulez vous que l’on ne commerce qu’avec des D
    émocraties en boycottant le reste du Monde, (Pas de tourisme non plus, hein, finies les petites balades a Cuba) ou bien voulez vous que l’Amerique "intervienne" dans ces Pays ou regne " un manque de démocratie et de liberté" pour tenter de leur apporter ce qu’ils ne sont pas capables d’obtenir par eux-meme?  J’avais pourtant cru que vous n’approuviez pas les interventions US extérieures.
    Jean Claude, connaissez vous le "Bush Derangement Sybdrome" ? Parmi ceux qui sont atteints, on trouve Michael Moore, Cindy Sheehan, Rosie O’Donnel… Des amis a vous?

    Best,
    Mancney

    Répondre
  8. Jaures

    15/04/2007

    A ceux qui se demandent pourquoi je ne signe aucun commentaire cette semaine, demandez-donc au Webmaster dont les critères de selection m’échappent.

    Répondre
  9. Anonyme

    14/04/2007

    Bravo Mr Milliere , toujours en pleins dans le mille . J’ose imaginer que les reactions suite à votre article serons violentes , un peu comme d’habitude . Il est clair que les laches , les soumis , et les traitres n’appreciront pas

    Répondre
  10. ozone

    13/04/2007

    Off topic

    Quelqun se souvient’il du titre d’un programme de tele passè il y a un peu plus d’un an sur Arte un dimanche soir (telefilm Francoanglais)le sujet est un recit scenarisè a travers les derniers siecles de la recherche sur la matiere et qui culmine a Einstein est l’ère nucleaire.

    Merci

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    13/04/2007

    13/04/07    – "Les 4-Vérités" –

    De quelles victimes et de quelle démocratie Guy MILLIERE veut-il parler lorsque, s’adressant aux élèves ignares que nous sommes ppur le professeur amérocanophile et américanomane qu’il est assurément, il nous reproche de ne plus savoir faire la distinction entre le bourreau et la victime, la démocratie et la dictature, etc ?

    Veut-il nous parler des victimes et du bourreau Saddam HUSSEIN ? ou de celles qui, ayant échappé à feu le dictateur, prient chaque jour ALLAH pour remercier l’Oncle SAM de leur avoir appporté démocratie et liberté, tout en se demandant si la prochaine bombe qui éclatera à la sortie de la mosquée il ne seront pas victilmes d’une bombe qu’ils doivent à l’instauration chez eux de la démovratie ? Veut-il encore nous parler de la "démocratie" et de la liberté qui régnent désormais en AFGHANISTAN où les seigneurs de la guerre (pires que feu SADDAM HUSSEIN) ont repris leur juteux trafic d’opium avec la bénédiction de la CIA, tandis que les Taliban réoccupent progressivement le pays depuis leur base arrière (le Talibanistan) installée dans cette  "démocratie" qu’est assurément  le PAKISTAN, pays-ami des ETATS-UNIS, où règne en maître omnipotent, avec l’appui de l’armée, Pervez MUSHARRAF tandis que les rues des villes sont de plus en plus le théâtre d’affrontements entre la police et des milliers d’opposants ?

    Veut-il encore nous parler de la "démocratie" et de la "liberté" installées solidement dans cet autre pays-ami des ETATS-UNIS qu’est  l’ARABIE SEOUDITE ? De la CHINE avec laquelle ces mêmes ETATS-UNIS entretiennent de bonnes relations. Au point de se laisser envahir par des produits "made in China" qui sont en train de ruiner leur économie (1).

    Veut-il enfin (j’utilise le mot "enfin" même si la liste qui précède n’a rien d’exhaustif) parler de la démocratie et de la liberté étatsuniennes ? Certes, pour les gens qui vivent à Cuba, au Pakistan, en Arabie-Séoudite, etc. les ETATS-UNIS, mais aussi la bonne viielle EUROPE, passeraient pour des modèles de liberté. Mais rien n’est plus trompeur. Outre que nos libertés individuelles  – notamment celle de penser et de s’exprimer librement sur TOUS LES SUJETS  –   sont de plus en plus contraintes par des lois écrites ou non écrites, imposées par le dictature du "POLITICALLY CORRECT", de la PENSEE UNIQUE, sans parler de celle de certains lobies (oui, ce mot mérite aujourd’hui le pluriel), les Américains comme les Européens sont victimes d’une dictature invisible, mais implacable, celle du pouvoir de l’argent, celle du consumérisme.

    Mais, on le sait, avec sa pratique soviétique de l’amalgame, Guy MILLIERE sait appuyer ses arguments sur des exemples tirés de son chapeau de démocrate, même si ces exemples n’ont rien à voir avec ses propos. C’est ainsi qu’il nous sort l’exemple de journalistes français (comme s’il n’y avait eu qu’exux) pris en otages et libérés après force gestes d’apaisement (on demande des précisions) contre rançon. Oubliant que, dans l’affaire des marins britanniques libérés récemment, le Gouvernement britannique  – le vassal des ETATS-UNIS – n’était pas sorti grandi. Même s’il n’a pas versé de rançon, ou négocié on ne sait quel arrangement secret (ce qui reste à démontrer) l’accueil réservé aux captifs libérés sous les ricanements iraniens, les sommes versées par les journaux britanniques à de faux héros, etc. ne sont pas à gloire du Lion Britannique, pas même à celle de la démocratie couchée qu’est aussi l’Angleterre. On en rira longtemps dans les mosquées iraniennes, et même dans les boîtes qui accueillent ce qui reste de jeunesse dorée.

    Alors, s’il vous plaît, Monsieur Millière, commencez donc par balayer devant la porte des ETATS-UNIS. Il y a des pétro-dollars à ramasser à la pelle, des pétro-dollars qui empêchent précisément nos (je dis bien "nos") amis américains de voir qu’il y a des victimes, un manque de démocratie et de liberté dans un tas de "pays-amis" avec lesquels commerce sans complexe l’Oncle SAM ! Mais sans doute, lui aussi pratique-t-il le relativisme. Celui qui, selon vous, l’empêcherait de "faire la distinction entre le bourreau et la victime, la démocratie et la dictature, la liberté et la servitude". Eh oui, le biseness fait tout relativiser. Au non du réalisme ? Ce qui n’empêche pas les gouvernants américains (à l’image d’ailleurs des nôtres dont ils prennent  progressiveemnt – et pour cause – la succession ) d’être de grands donneurs de leçons es-démocratie… Et d’avoir trouvé chez nous leur hérault bénévole !

       Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) les ETATS-UNIS commencent à vouloir prendre des mesures de rétorsion dans ce domaine. Les élections sont en vue …

    Répondre
  12. Anonyme

    13/04/2007

    Remarquables explications d’Helios.

    A copier, retenir, diffuser, reciter :
    "Dixit un expert musulman du nom de Zabouri, avec les islamistes, a-t-il dit, vous n’avez que deux choix, tuer ou être tué, le reste c’est de la sensiblerie occidentale."

    All the best,
    Mancney

    Répondre
  13. Annika

    13/04/2007

      Guy : On peut toujours compter sur vos bons articles !  Merci.   «Apres les attentats de Madrid (…) la paix, la paix bredouillaient les espagnoles ».

    On pourrait faire une étude de caractère sur la différence entre les Européens et les Américains, en utilisant comme référence les attaques respectives des islamistes sur ces deux continents.

    Les espagnoles ont réagit comme des chiens battus, un symbole du caractère sans moelle de beaucoup d’européens qui pratiquent le paix a tout prix.

    Alors que le peuple américain unit et volontaire se dressa en soutient pour la guerre contre Al Quaida/taliban, suite aux attaques du 11 Sept. de ce premier.*

    Ces deux réactions totalement différentes symbolisent le Canyon qui divise la vieille Europe de son fils insolent… Americus … Et ce « Canyon », c’est en autre la force de caractère de ce dernier, démontrée par leur détermination à se battre quand attaquésOn ne s’attaque pas à l’Amérique impunément.**

    *Oui, n’en déplaise aux pacifistes du monde, les républicains, les démocrates ainsi que le congrès ont tous été pour des représailles contre Al Quaida/taliban en Afghanistan.

    ** Sauf bien sur sous Clinton… mais c’est une autre histoire…

    Répondre
  14. Helios

    13/04/2007

    S’agit-il d’un effondrement moral ou simplement du refus de s’adapter à la réalité? Du point de vue de Prodi et de Blair, la sauvegarde de leurs citoyens est un objectif noble, il a priorité sur toute autre considération incluant la fierté nationale. On constate ici l’incapacité ou l’absence de volonté des dirigeants européens de reconnaître la nature du conflit dans lequel ils sont plongés et la façon la plus appropriée pour y faire face.

    Musharraf en visite au Canada s’est moqué du tapage médiatique entourant la mort de quelques soldats canadiens en Afghanistan, au Pakistan a-t-il fait remarquer la mort d’une centaine de soldats aurait à peine été mentionnée dans les journaux. Que retenir de cet exemple si ce n’est que Musharraf, en bon musulman, n’est pas peu fier de mépriser la vie, cependant qu’il se ri des canadiens parce qu’ils attachent trop d’importance à la vie de leurs soldats.  

    Face à un ennemi qui méprise la vie et qui de ce fait constitue l’antithèse de ce que nous sommes, l’action doit viser à le mettre systématiquement hors d’état de nuire. Il faut connaître la mentalité de l’ennemi et agir de telle sorte qu’il finisse par accepter sa défaite. Les musulmans en général et les islamistes en particulier sont convaincus qu’Allah leur donnera la victoire, la barbarie sanguinaire dont ils font preuve est un outil de combat légitime approuvé par Allah, la guerre les exonère de toutes obligations morales, les crimes contre l’humanité deviennent de ce fait permis et ne suscitent ni remords ni examen de conscience. Les attentats islamistes en Irak en font foi.

    Face à un tel ennemi, la meilleure approche est de transporter la guerre sur son terrain et de faire en sorte qu’il subisse régulièrement la défaite. Perdre avec constance finit par créer le doute chez les islamistes même les plus bornés.

    Seuls des musulmans comprennent  d’autres musulmans, l’approche choisie par  Assad et Moubarak pour faire échec à leurs islamistes est remarquable. Ces deux compères, aussi bons musulmans que les islamistes, n’ont fait preuve d’aucune pitié à leur égard, les islamistes ont reçu le message cinq sur cinq et n’ont pas tardé à s’écraser. Du moment qu’Allah ne veut pas leur donner la victoire ils n’ont d’autres choix que se soumettre à son décret. À présent ouvrons bien les yeux et attendons de voir si de son côté Bouteflika a retenu la leçon et s’il agira avec ses islamistes comme un bon musulman doit agir.

    Dixit un expert musulman du nom de Zabouri, avec les islamistes, a-t-il dit, vous n’avez que deux choix, tuer ou être tué, le reste c’est de la sensiblerie occidentale.

    Le jour où les leaders européens et leurs concitoyens saisiront cette vérité essentielle, les choses deviendront plus simples, malheureusement la leçon ne s’imposera pas toute seule, comme à son accoutumée l’Europe, esprit munichois oblige, attendra un désastre d’envergure pour accepter l’évidence.

    Helios 

    Répondre
  15. Anonyme

    13/04/2007

    SAS : " les chinois (…) dans 50 ans ils seront dans un merdier monstre…"
    Ton Altesse, je vais te l’expliquer, moi, qui c’est qui va etre dans un merdier monstre dans 50 ans!
    Best,
    Mancney

    Répondre
  16. Hugo

    13/04/2007

    A thousand pardons in advance for errors in translation.

    —-

    Terrorism, the West, and Europe

    By dint of practicing a relativism that no longer distinguishes between the executioner and the victim, democracy and dictatorship, or liberty and slavery, today’s Europe present a pathetic spectacle.

    We are heading toward an unprecedented demographic collapse. But what’s on everyone’s lips? The greenhouse effect and the prospects of a slowdown in or cessation of already wheezy economic growth. We are engaged in a world war. But what do people say about it? Given that this war doesn’t resemble previous wars, in that it is carried on in networks, relying on terrorism and intimidation, one denies its existence, one engages in preventive defeatism, one adopts the enemy’s language, one repeats his propaganda and tries to get chummy with him, while hoping for a little leniency.

    The attacks in Madrid showed the manner in which Europe reacts when faced with Moslem violence: one lies down and one begs to the end to be saved while mumbling "peace, peace." When some French journalists were taken hostage in Iraq, it took months, entering into a process of negotiation accompanied by gestures of appeasement to the kidnappers, and of the payment of a large ransom. Seeing that this was a lucrative activity, other kidnappers in the Near East, in Afghanistan, and in the Sahara have taken some Italians, Germans, and others and have obtained the expected sums.

    The Prodi government even put pressure on Hamid Karzaï to free some Taliban murderers, because that was, in addition to money, what was required by those who had seized a man that Prodi wanted to liberate. The abduction of fifteen British sailors in the south of Iraq by a group of Iranian Khomeinites was the logical continuation of this. One doesn’t see why the régime of the mullahs would feel embarrassed.

    It’s easy to capture Europeans, even if they’re members of the miliary (service personnel from a continent on the way to being euthanized are rarely dangerous), as it pays very well, it constitutes a means of exchange if one wants to get something or someone, and it can also pay for the luxury of humiliating those seized and using them as puppets for propaganda purposes. What am I saying? One can, pressing onward, go as far as to get European TV channels to submissively distribute the propaganda images.

    I don’t know what concessions and base actions were necessary for the liberation of the fifteen sailors. What seems obvious is that there was a price to pay, and that this price went along with concessions whose full extent will be measured in the next few days. What seems again more obvious is that all European media acted as accomplices in broadcasting propaganda videos originating from Iranian television, and placed the declarations of Tony Blair, a political leader of a democratic country, on the same plane as those of the totalitarian thugs in Tehran.

    What was vividly apparent was that the captured English sailors exhibited no trace of any dignity, since they agreed to tell lies they were asked to tell and to play the comedy they were asked to play. What was also more vividly apparent was that all of this will leave some traces that will result in devastating consequences to those who do not respect force and despise weakness.

    European leaders protest that Europe is "civilized." After having been the womb of 20th century totalitarianism, Europe now expresses its repentance by encumbering itself with masochism and self-destruction. Europe is today slowly becoming a doormat on which the barbarians of the 21st century are wiping their feet. The demographic collapse we find ourselves in is presumably irreversible because it is accompanied with a moral downfall. This is revolting. This is lamentable. I feel only pain for all those that watch what is happening with lucidity, and that wait, impotently, for the ruin of that which Europe could have supported as the noblest and that, soon, very likely won’t exist any more on this continent. The idea of liberty and human dignity was born in Europe. It died there once, between Nazism and Leninism. It is dying a second time and this time, it will probably be the last.

     

    Répondre
  17. linvisible

    12/04/2007

    Comme toujours M.Milliére, cinglant de vérité..

    Répondre
  18. sas

    12/04/2007

    A notre prof d l’erradication dite nationnale…..la politique maltrhusiene n’est pas née hier….comment des peuples quelques peu sociabilisé et instruit pourraient avoir plus d’enfant…..si par aileurs les elever et les eduquer côute des fortunes ????

    1) le transfert et la substitution de popuilation est prévu depis des lustres….

    2)le cout de la vie des pays dit developpé , implique une maitrise des naissances…

    3) les chinois avec leur gosse unique (et surtout pas de fille) est à ce titre pas mieux loti….dans 50 ans ils seront dans un merdier monstre…

    C’est quoi l’intéret de la question posée…

    sas

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)