L’Union européenne entre nazisme et URSS

Posté le juillet 05, 2016, 4:25
4 mins

Jacques Delors avait déclaré en 1999 lors d’une conférence à Strasbourg, que l’Union européenne était « une construction technocratique progressant sous l’égide d’une sorte de despotisme doux et éclairé ».

Jean-Claude Juncker, actuel Président de la Commis­sion, vient d’enfoncer le clou, disant que « la démocratie n’est pas dans les gènes de l’UE ». Nous voilà prévenus.

Le Brexit est l’occasion de se demander d’où vient ce trait anti-démocratique si contraire à notre culture.

François Asselineau a fini par trouver la réponse.

Le schéma d’intégration des pays d’Europe a été imaginé par Hitler en 1936, pour être mis en œuvre dès sa prévisible victoire.

Le projet, fondé sur un processus de normalisation juridique, a été confié à un groupe de juristes nazis, sous la direction d’un professeur de droit du nom de Walter Hallstein. Récupéré par les Américains, nommé à l’Uni­versité de Georgetown, il a été poussé au poste de premier président de la Commission européenne en 1958, pour instaurer l’organisme conçu par lui.

Et, en effet, on retrouve dans le mode de fonctionnement de la Commission de Bruxelles tous les traits des systèmes socialistes, aussi bien du « national-socialisme » allemand, que de l’URSS.

Le dissident soviétique Vladimir Boukovski nous expose cela en détail dans « L’Union européenne, une nouvelle URSS ? » Grâce à son incomparable et douloureuse expérience, il relève bon nombre de ressemblances de structures administratives.

On peut y ajouter la corruption qui, comme en URSS, règne aussi bien dans les États européens qu’à Bruxelles à la faveur des attributions de marchés ou des redistributions d’aides.

Mais, surtout, il observe que les socialistes « ont compris que l’Union européenne pouvait être le moyen le plus sûr de parvenir à leur fin, qui est, au-delà de l’Europe proprement dite, d’instaurer un gouvernement mondial socialiste ». Et il ajoute que, parmi les « élites », « ils bénéficient du soutien de ceux qui ne se disent pas socialistes, mais qui agissent comme s’ils l’étaient », concluant que, de cette façon, sous couvert de « construction européenne », « le so­cialisme est en marche sur le vieux continent ». Il ajoute : « Ils [les eurocrates] savent très bien qu’aucune nation sur Terre ne votera jamais pour leurs idées qui ont fait faillite partout… Alors, ils se servent de toutes les tromperies possibles pour dissimuler la vraie nature du monstre qu’ils tentent de faire naître. » Et il nous avertit que « les structures et les concepts socialistes sont irréformables. Ils ne peuvent que s’effondrer sous le poids de leurs propres contradictions, comme l’URSS elle-même. »

Comment s’en débarrasser ?

Il faut « accélérer l’effondrement car, plus tôt il se produira, mieux ce sera pour tout le monde… La seule stratégie valable repose sur les citoyens eux-mêmes. »

Voilà qui nous ramène au Brexit. Messieurs les Anglais, tirez-vous les premiers!

Article précédent

El Khomri

Article suivant

Brexit

14 réponses à l'article : L’Union européenne entre nazisme et URSS

  1. quinctius cincinnatus

    12/07/2016

    Monsieur Delmau, vous avez le soutien inconditionnel de [email protected] Goldman-Sachs-Eltsin … ce qui, personnellement, m’ inquièterait si j’ avais à faire du  » renseignement  » grand-public

    … renseignez vous *** ; une faute avouée est à moitié ( seulement à moitié ) pardonnée

    *** au sujet de mon message du 10 juillet 22 h

    bien à vous

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    11/07/2016

    Monsieur Delmeau , avez vous vérifié vous même ?

    réponse :

    Répondre
    • Jacky Social

      11/07/2016

      Monsieur Delmau: ne faites pas attention a notre Max la Menace cad. le sieur Kwinksius, un vieux marechaliste epais et chirurgien orthopediste casse-pied. Votre article est tres bon et vous etes tres lucide. J’espere encore vous lire sur ce site. Merci pour votre analyse.

      Répondre
  3. Jacky Social

    11/07/2016

    Que cherchez-vous au juste Quinctius Cincinnatus, qui se revendique facho ? Je confirme ce que Momsieur Delmau a ecrit. La finance apatride? Et le football apatride, le denoncez-vous? Et les migrants apatrides les denoncez-vous avec autant de virulence? Evidemment non. Et puis si l’on vous abreuve avec des films tendancieux tels que « Capital » de Costas-Gavra, l’allergie francaise pour tout ce qui est economie et entreprise privees n’a rien d’anormal. C’est meme plutot tendance. Votre Jaures est meme dans le deni, puisqu’il nie que les trotskystes ne sont pas le produit de l’EN, que vous avez par ailleurs critiquee egalement. Pour moi, vous etes le francais typique, cad grande gueule et incoherent. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la Belgique tient encore, car personne ne veut etre rattache a un pays tel que le votre, ou on est oblige d’apprecier positivement le multiculturalisme, ou un mur des cons est erige aux victimes par ceux qui sont censes faire respecter le droit, la paix civile et par-dessus tout le citoyen. Ou les matches de football et ls Fetes de Noel sont emaillees par des incendie de voitures et un climat permanent de gueria urbaine multiculturelle. Hein Quinctiussiusse (la moi), que cherches-tu, pignouf?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/07/2016

      c’ est très bien de confirmer une erreur biographique, ainsi on avance en clarté … mon slogan du jour :  » libérez l’ Histoire !  » et libérez nous des pensées obsessionnelles du d’[email protected] et du [email protected]ès

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/07/2016

      reprenez vos médicaments !

      Répondre
      • Jacky Social

        11/07/2016

        Lesquels? Et puis, ca, c’est pas un argument, mon Quinctius.

        Répondre
    • DESOYER

      13/07/2016

      Jacky, vous avez en partie raison, du moins sur la France. Il faudrait néanmoins que notre Droite parvienne à se rabibocher sur les sujets qui nous sont les plus chers!

      Répondre
  4. Jean-Pierre Delmau

    09/07/2016

    Vérifiez vous-même cher Monsieur, c’est public :
    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/09/11/rappel-walter-hallstein-un-nazi-1er-president-de-la-commission-europeenne/
    De même Barroso, alors leader étudiant trotskiste, a été cornaqué par l’ambassadeur américain (CIA) à Lisbonne, envoyé pour « formation », d’abord à Genève, puis à l’université Georgetown à Washington. S’est finalement retrouvé à la Commission, et ensuite Président lui aussi.
    Ainsi va le monde bruxellois… Et il vient d’y revenir, propulsé par Goldman-Sachs.
    On voit donc qui commande là-bas.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      09/07/2016

      si c’ est à moi que ce discours informatif s’ adresse je précise ma pensée : ma seule ennemie c’ est la Finance Apatride …. et ses laquais en livrée ou en bourgeois … on en trouve jusque dans les rédacteurs des  » 4V² « 

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      10/07/2016

      hé bien cher Monsieur j’ ai eu le temps et la curiosité d’ aller consulter la biographie du Herr Professor Walter Hallstein

      je suis désolé pour vous mais cet économiste n’ a jamais appartenu au Parti Nazi ni à aucune association académique ou professionnelle de ce Parti

      votre  » amalgame  » n’ est donc pas recevable … vérifiez toujours vos sources ( ce que beaucoup de journalistes aux  » 4V²  » devraient faire eux aussi )

      le » renseignement  » c’ est un métier !

      bonne soirée

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    09/07/2016

    j’ ignorai que Wall-Street se situait si précisément entre le nazisme et le marxisme-léninisme … on en apprend tous les jours

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)