L’Union européenne et les contribuables français

Posté le novembre 05, 2014, 10:01
4 mins

Tout récemment encore, les télévisions rappelaient que l’Union eu­ropéenne recommanderait, ou exigerait, de corriger le budget 2015 de la France. Trop dépensière !

Pourquoi, alors, ne pas examiner ce que le budget français fournit au budget européen ?

Adopté en mars 2014, ce dernier prévoit que la France contribuera pour 21,9 milliards d’euros, soit 17,6 % des contributions nationales. Pour mémoire, le produit net de l’impôt sur le revenu est de 74 milliards.

Contrairement à Jean-Jacques Rousseau, nous préférons le préjugé au paradoxe. Ainsi, depuis de nombreuses années, manifestons-nous, sans être entendus, notre désapprobation de la politique étrangère à l’égard de la Turquie.

Récemment, nous avons signalé le rejet d’un amendement à la loi de finances visant à réduire « la participation de la France au budget de l’Union européenne d’un montant représentant la part de la France dans l’aide européenne à la pré-adhésion attribuée à la Turquie (163 mil­lions d’euros) ».

Nous avons sollicité notre député, M. Deflesselles, pour interroger le gouvernement au sujet des sommes mises à la charge des contribuables pour la pré-adhésion de la Turquie à l’Europe.

Pour nous, il s’agit de cadeaux, seulement de cadeaux, car nos dirigeants avouent que la Tur­quie n’entrera jamais dans l’Europe. D’autant que l’Union européenne (UE), engagée dans une guerre au Moyen-Orient, ne trouve pas dans la Turquie un allié efficace et elle le dit.

En outre, nous apprenons maintenant que l’UE a décidé de fournir 450 millions d’euros en 2015 pour la reconstruction de Gaza, soit 80 millions d’euros (17,7 %) à la charge des contribuables français. Ceci nous conduit à trois remarques et à un vœu :

1) Il est paradoxal de demander à ces contribuables des sacrifices et d’utiliser le produit de leurs sacrifices à réparer les erreurs ou les fautes de ceux qui ont pris l’initiative et la responsabilité d’engager un énième conflit armé.

2) Nos députés pourraient interroger le Quai d’Orsay au sujet de ce qu’ont coûté, au cours des dix dernières années, à la France et à l’Europe, l’Autorité palestinienne et le Liban et quel en a été le résultat.

3) L’Europe est une « grande impotente ». Elle est vouée aux rodomontades. Bachar Al-As­sad, ne tardera pas à être notre allié… L’UE a échoué dans le conflit ukrainien… Son rôle se limite souvent à être le tiroir-caisse d’actions inefficaces. Elle n’épargne pas, hélas, à notre pays le doublement de ses erreurs.

Le vœu ? En matière de politique étrangère, les deniers des Français doivent être utilisés avec parcimonie. L’expérience prouve que, comme un miroir aux alouettes, ce domaine n’apporte de prestige – et encore ce prestige est-il éphémère ! – qu’aux hommes d’État, et suscite ensuite la désapprobation (rappelons la campagne de Libye).

Puisse l’évocation de nos erreurs en la matière avoir des vertus préventives !

Gabriel Lévy

8 réponses à l'article : L’Union européenne et les contribuables français

  1. Magne

    07/11/2014

    Trois pays ont toujours payés pour l’Europe et ils ont été les seuls .
    Grande Bretagne , France et Allemagne .
    Tant que l’Allemagne était coupé en deux ( au fait c’est le 9 novembre que l’on fête une des plus grandes fêtes de l’Humanité après la chute du nazisme , la chute du communisme véritable fléau ) l’Allemagne se tenait sagement . Maintenant qu’elle n’a plus besoin de personne , elle n’en fait qu’à sa tête , selon ses intérêts , et qui pourrait la blâmer .
    Reste un petit fléau ( si on les compare aux deux précédents ) , celui des paradis fiscaux dont le Luxembourg est le prototype en Europe . Seuls les populistes montent au créneau , pour dénoncer cette situation .
    Tant que la Turquie ne dira pas clairement qu’elle autorise l’apostasie en Turquie , il serait suicidaire de l’accepter dans l’Europe .

    Répondre
    • euréka

      07/11/2014

      @Magne « Maintenant qu’elle n’a plus besoin de personne , elle n’en fait qu’à sa tête , selon ses intérêts , et qui pourrait la blâmer ? . »

      Qui pourrait la blâmer ? Mais tous ses alliés, surtout ceux qui sont dans l’euro.

      Répondre
    • euréka

      07/11/2014

      @Magne
      « Tant que la Turquie ne dira pas clairement qu’elle autorise l’apostasie en Turquie , il serait suicidaire de l’accepter dans l’Europe . »

      S’il n’y avait que l’apostasie…Mais la Turquie a dans ses gènes (par l’ancien empire ottoman) le califat.
      Et dans l’empire qui a duré plus de 600 ans, les califes avaient recours aux enlèvements d’enfants pour en faire des janissaires, les soldats au service de la sublime porte. Ces enfants européens étaient enlevés à leurs parents puis mis en esclavage, ensuite les meilleurs intégraient les corps de janissaires.
      Des pratiques qui commandent de nous tenir à distance d’Erdogan et de ses islamistes.

      Répondre
  2. euréka

    06/11/2014

    – pré-adhésion attribuée à la Turquie (163 mil­lions d’euros) .
    – 80 millions d’euros (17,7 %) à la charge des contribuables français pour la reconstruction de Gaza

    On en a rien à foutre !

    Répondre
    • euréka

      06/11/2014

      C’est Israël qui doit dédommager les Palestiniens.
      C’est pas le problème de la France.
      Quant à aider la Turquie , non mais quoi, c’est un système de fous qui nous oblige à mettre la main à la poche pour servir des intérêts géopolitiques essentiellement américains.

      Il faut vraiment sortir de cet enfer.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        07/11/2014

        si vous attendez qu’ Israël  » dédommage  » les  » Palestiniens  » ( ici les Gazaoui je pense ) vous risquez d’ attendre jusqu’ aux calendes …. grecques !

        Répondre
  3. JLB

    06/11/2014

    Pourquoi ne parlez-vous jamais du fait que les banques d’affaires sont exonérées de TVA, qui, si elle était payée, rapporterait de quoi effacer la dette de tous les Etats ?

    Répondre
  4. DA85

    05/11/2014

    Excellent article parfaitement clair. Il ne sert a rien de payer pour la Turquie puisque son fondamentalisme islamique ne lui permettra pas d’intégrer l’UE on devrait même lui demander de rembourser les subventions reçues.
    Pour les conflits de la Palestine du Liban et d’Israel il serait normal de demander a quoi on servi les subventions versées. En quoi sommes nous tenus de reconstruire GAZA puisque dès le prochain conflit Israel va recommencer à tout détruire. Le tonneau percé de l’UE les contribuables en ont assez.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)