L’Union européenne, prix Nobel d’économie ?

Posté le octobre 24, 2012, 12:05
6 mins

Certes, c’est le Prix Nobel de la paix qui a été décerné à l’Union européenne, mais cela aurait pu être tout aussi bien le prix Nobel d’économie.

Les génies qui ont conçu l’euro et le pacte fiscal européen mériteraient d’être dignement ré­compensés. Grâce à eux, c’est toute la construction européenne qui est en train de se disloquer. Elle devait finir ainsi, de toute façon, comme toutes les constructions élaborées sur un mode constructiviste, mais avoir accéléré sa fin, et l’avoir fait en suscitant du chômage, de la pauvreté, une remontée de courants extrémistes et en risquant de provoquer un cataclysme économique et financier mondial est un exploit qui aurait mérité d’être salué.

Le comité Nobel d’économie est passé à côté d’une belle occasion de se distinguer : le prix est décerné en général à des gens sérieux, certes, mais il a été remis en 2008 à Paul Krugman, chroniqueur gauchiste au New York Times. Dès lors, pourquoi pas l’Union européenne ?

Le Prix Nobel de la paix est plus approprié, direz-vous ? C’est ce qu’on ne cesse de répéter dans les journaux. Cela fait des années qu’on dit partout que « l’Europe c’est la paix ». On le dit tellement qu’il est logique que certains finissent par le croire. Néanmoins, le dire quand des émeutes ont lieu en Grèce et en Espagne peut prêter à sourire avec tristesse.

Ajouter une mention sur l’intégration à l’Europe des pays d’Europe centrale délivrés de l’emprise soviétique pourrait conduire à demander à ceux qui profèrent cette énormité quelle substance illicite ils consomment : croient-ils que c’est par la force, la puissance et la détermination des Européens que le mur de Berlin est tombé et que l’empire soviétique s’est effondré ?

Suggérer que c’est grâce à l’Europe que les dictatures portugaise, espagnole et grecque ont laissé place à des démocraties est tout simplement se moquer du monde.

Dans le monde occidental, les dictatures sont devenues, fort heureusement, des anomalies, et attribuer leur obsolescence à la construction européenne est ridicule. L’Europe, en ce cas, doit aussi être pour quelque chose dans la démocratisation du Chili après Pinochet ou dans celle de Taïwan après Chang Kai-Tchek, non ? Serait-elle pour quelque chose dans le fait que le soleil se lève tous les matins ?

Il faudrait rappeler à ceux qui disent que « l’Europe c’est la paix » que l’Europe a été délivrée du nazisme et du fascisme par les puissances alliées conduites par les États-Unis d’Amérique en 1945, et que c’est la puissance américaine qui a permis que disparaisse quelques décennies plus tard ce que Winston Churchill avait appelé le « rideau de fer ».

Il faudrait leur rappeler que la structure qui a permis que l’Europe reste libre et en paix depuis 1945 ne s’appelle pas Union européenne, mais OTAN, et il faudrait leur rappeler que ce qui fait de l’OTAN une alliance militaire crédible est que l’OTAN inclut l’armée américaine. Il faudrait leur rappeler aussi que la reconstruction de l’Europe occidentale au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale s’est faite grâce à une aide américaine massive.

Les services qui ont ultérieurement bâti l’Europe étaient d’ailleurs au commencement ceux qui distribuaient l’aide américaine. Depuis, les pays d’Europe ont surtout utilisé l’argent qu’ils n’ont pas dépensé en matière de défense pour construire d’utopiques États-providence et des bureaucraties hautaines qui sont en train de s’effondrer.

L’Europe, ce n’est pas la paix, c’est la confiscation graduelle de la liberté, de la souveraineté et des procédures démocratiques. C’est une absence de mémoire et une histoire reconstruite. C’est la diabolisation du sentiment national rendu indûment responsable du nazisme et du fascisme, et le remplacement du sentiment national par un relativisme culturel où se broient les valeurs de la civilisation occidentale. C’est la prétention à construire un modèle eu­ropéen et à regarder avec dé­dain les États-Unis sans lesquels l’Europe n’existerait pas.

Nul, hors d’Europe, ne voit dans l’Europe un modèle. Mais, dès lors que le comité Nobel a donné le Prix Nobel de la paix à Barack Obama tout juste élu, et l’avait donné auparavant à Le Duc Tho, Mikhaïl Gorbatchev, Al Gore, Rigoberta Menchu et Yasser Arafat, on peut songer que l’Union européenne méritait de figurer sur la liste.

15 réponses à l'article : L’Union européenne, prix Nobel d’économie ?

  1. QUINCTIUS CINCINNATUS

    28/10/2012

    @ grepon

    si , à part le  » mafieux  » de Las Vegas , les juifs votent en masse pour Romney , je me fais circoncire ( ce qui est déjà fait … naturellement ! )

    Répondre
    • grepon

      29/10/2012

      En masse, bien sur que non. Les hedonistes pro-etatistes vont voter majoritairement Democrat, mais cette election comme les trois dernieres est serree. Nous le savons trop bien, que Al Gore a perdu l’election en perdant la Floride, et quelque comptes ont ete particulierement serres. Voila que Clinton et Janet Reno ont degoute un peu trop de cubains avec l’affaire Elian Gonzales.

      Aujourdhui en 2012, le traitement d’Israel par Obama/Clinton a outrage suffisamment de juifs pour lui perdre des votes en nombre (bien que pas la majorite) cette fois ci, faisant la difference ici et la ou la decompte sera apparamment tres serree, donc consequentielle. Pas en Californie, NY ou Texas ou Utah, bien sur, ou le resultat est a peu pret certain par l’avance, mais dans Ohio, ou Nevada par exemple, si. Les juifs bobo gaucho hedonistes de NY pourraient, theoriquement ne pas voter, ou meme voter deux fois pour Obama, et je suppose que dans les deux cas cela ne ferait aucune difference sur le sort des votes des grands electeurs pour l’etat de NY. Si je comprend la politique et la demographie de cet etat et le polling aujourdhui.

      Aillieurs, dans les « swing states » des « flyover country » ou les deux camps font campagne furieusement, il faut tout simplement que des blocs de l’electorat sensibles dans des etats cles se fatiguent suffisamment d’etre decu a repetition par ce clown et son VP malade au neurones pour qu’ils perdent l’election. La Floride a beaucoup de juifs, plus ages(on devient plus conservateur avec age), et je croirais facilement que les pollings actuels donnant la Floride probablement a Romney sont expliquable en partie par la politique moyen-orientale d’Obama.

      Le desastre Benghazi signe Obama/Clinton, ou ils ou laissee pour compte plusieurs americains et l’ambassadeur, malgre drones armees au dessus, et gunships AC 130 pres et prets, lui perdra votes dans des coins ou les familles de militaires sont concentres. Idem pour ses commentaires lapidaires et stupide sur les affaires militaires lors des debats.

      Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    28/10/2012

    Quinctius, l’or et et le tungstène ont grosso modo la même densité. La Chine est spécialisée dans le panachage de ces deux métaux, d’autres pays également mais à moindre échelle, d’où la précaution légizime des Allemands.
    Le jour où le tungstène sera plus rare que l’or ce sera l’inverse.
    PS: quelque chose me dit que faire garder ses possessions par son voisin, fut-il chemise et cul avec vous, n’est pas une idée géniale.

    Répondre
  3. QUINCTIUS CINCINNATUS

    27/10/2012

    une information choc  » made in Germany  » ( c’est donc du solide , de l’inusable , du fiable )

    la BundesBank a décidé de  » rapatrier  » 150 tonnes d’or lui appartenant et actuellement détenues par la F.E.D. à raison de 50 tonnes par année sur trois ans …
    mais ce qui est significatif de la confiance que les  » rigides  » Teutons ont en l’honnêteté historique et proverbiale des Banques Privées américaines , principalement et pour , tout dire entièrement newyorkaises , en particulier  » La Firme  » ,qui contrôlent cet organisme de crédit et d’émission , il est bien précisé que cet or sera coulé à nouveau , analyser par les méthodes les plus modernes de la chimie des minéraux , pour  » éliminer  » toute trace de … tungstène qui aurait pu être substituée à l’or

    rappelons au passage que Nicolas Sarkozy a vendu l’or de la B. de F. à la F.E.D. au moment où son cours était le plus bas … pour nous désendetter … un visionnaire comme toujours ; d’ailleurs il fallait s’en douter : Jacques Chirac n’avait il pas affirmé dans ses Mémoires tome II ( avant Alzheimer ? ) que N.S. était l’homme politique le plus doué de sa génération ( mais il voulait sans doute parler d’un homme politique STRICTEMENT français … comme lui ! )

    Répondre
  4. QUINCTIUS CINCINNATUS

    27/10/2012

    @ grépon

    je sais bien que les juifs  » orthodoxes  » de N.-Y. sont par nature toujours insatisfaits . J’ai des ami(e)s juifs ( juives ) dans la Belle Pomme et un des grands problèmes de ce Pays est justement , selon eux , ce  » communautarisme  » religieux orthodoxe

    Répondre
    • grepon

      27/10/2012

      Ah, quelqun a remarque qu’il y a deux types majeurs de juifs americains,

      d’abord les juifs quasi-athees, seculaires, etatistes, et d’aillieurs peu feconds et Democrats reflexifs,

      et les puis il y a des juifs religieux.

      Obama a ete si mauvais pour la securite d’Israel que meme les juifs americains sauce Democrat ne vont pas voter pour lui au meme taux qu’en 2008. Il parait que le Shoah reste meme dans les memoires les juifs bobo-hedonisto-democraticus.

      Répondre
  5. QUINCTIUS CINCINNATUS

    26/10/2012

    à pie

    Contrairement à ce que nous assène Monsieur Guy Millière avec opiniâtreté , JAMAIS avant Obama un Président U.S. n’a soutenu aussi fermement ( idéologiquement , politiquement , financièrement et militairement ) Israël … et ce n’est pas moi qui l’affirme c’est le Premier Ministre israélien en personne … avec Millière ce n’est ni de l’information , ni de la désinformation c’est de l'(a) -information (  » a  » privatif ) et que ce Monsieur continue à faire le buzz ( et la buse ) sur le blog ne me laissera jamais sans voix !

    Répondre
    • grepon

      26/10/2012

      Quincitius, les juif americains, tres largement Democrats, ne sont pas, tres largement, du meme avis que vous sur le traitement d’Israel par Obama. Les Democrats perdent des votes d’habitude sures la dessus, et non seulement pour president et VP, mais aussi pour le senat, ou les Democrats ont un tres mauvais cycle devant eux.

      Répondre
  6. pi31416

    26/10/2012

    Jaures: « Que dira Millière des Etats-Unis si Obama, qui selon lui, fait le lit de l’islamisme mondial et conduit son pays vers le collectivisme, est réélu ? »

    Il en dira la même chose que h16 dit et répète de le la France: « ce pays est foutu. »

    Répondre
  7. QUINCTIUS CINCINNATUS

    25/10/2012

    @ Jaurès

    – on peut ( potentiellement ) discuter avec un  » analphabète  » , ce qui est par contre impossible c’est de lui écrire , encore qu’il puisse avoir recours à un … lecteur

    – dans la  » compétence  » il faut distinguer ( au moins ) deux choses :

    – la lucidité

    – qui ne va pas ( forcément ) de paire avec … les « connaissances académiques  »

    von Köpernicke en est l’illustration la plus classique

    Répondre
  8. Jaures

    25/10/2012

    François, vous vous méprenez. Je ne qualifie personne de supérieur ou inférieur. Cela n’a aucun sens. Des Prix Nobel ont à leur époque pris fait et cause pour Hitler quand des ouvriers et des paysans prenaient le maquis. Qui était alors supérieur ou inférieur ?
    Ce que je dis, c’est qu’en matière économique il convient de rester humble, de ne jamais s’engager de manière péremptoire. Je ne me considère ni supérieur ni inférieur à Millière. Je constate, et je l’ai souvent montré, qu’il s’est souvent imprudemment avancé et que ses opinions méritent pour le moins d’être critiquées à la lumière de l’expérience. On ne peut se contenter de mettre en cause en une ligne les compétences d’un Prix Nobel, il convient de le démontrer, sinon on en reste au stade du slogan.
    Dans un précédent article, Millière qualifiaient ceux qui ne partagent pas ses idées « d’analphabètes économiques ». N’est-ce pas là une manière de couper court à tout débat (qui discuterait avec un analphabète ?) et de se scléroser dans le confort de ses opinions ?

    Répondre
  9. francois

    25/10/2012

    jaures,
    vous avez raison :il est pitoyable de voir qq un d’inférieur contester qq un de qualifié;c’est comme si un vulgaire syndicaliste de quartier se permettait de cracher sur un prof de fac. comportement meprisable au possible…..

    Répondre
  10. F

    24/10/2012

    Beau et bon résumé, Monsieur Millière. Analyse à laquelle je souscris totalement.

    Répondre
  11. grepon

    24/10/2012

    Quand ce prix sera donnee au US Marine Corps, ou le US Navy dans son entier combine au Strategic Air Command, peut-etre que qu’ils aurait commence a appliquer le sens stricte de « paix », respectant un constant de l’histoire:

    Toujours, partout, la paix a ete un resultat de victoires. Quand elle a perdure c’etait grace a un etat de preparation, une position de pouvoir livrer une raclee terrible.

    Il en est de meme avec la periode de « paix » actuelle en Europe (laissons de cote les balkans, rien a voir, passez), ou les Etats-Unis d’Amerique ont ete garants de la souverainete des nations pacifico-socialo-fin-de-l’histoiriciste-hakuna-matata-faineantistes de l « union » europeen.

    Un coucou a Jaures bien sur qui veut imaginer que « l’Europe » a permis et cree son etat de paix. Non, il avait, et il y a toujours, une supervision parentale de cet adolescent permanant, avec les resultats qu’on pouvait predire trop facilement.

    A un certain moment le parent se fatigue. Peut-etre que les 5 mille milliards de dette nouvelle signe par Obama(et 5 de plus si il sera re-elu), et Obamacare, acheveront les capacites des Etats-Unis a maintenir l’ordre actuelle, c.a.d. libre circulation des biens sur les mers et dans les airs, et souverainete et prosperite pour les democraties de la planete. Ne priez pas trop que Romney sera en mesure de renverser vapeur par contre. Meme le plan suppose radicale de Ryan est une blague, un rien, en rapport avec ce qu’il nous faudrait pour eviter le pire, chez nous et pour le reste du monde. A moins que quelques revolutions technologiques nous donne encore quelques decennies pour rattraper. Seul la croissance par une productivite massivement accrue pourraient payer les « droits acquis » votee aux Etat-Unis. En Europe, cette idee est fantaisiste, mathematiquement impossible a tenir.

    Répondre
  12. Jaures

    24/10/2012

    Il est sûr que remettre un Prix Nobel à un économiste est un non-sens. L’Economie n’est pas une science exacte et l’on voit ainsi régulièrement, selon l’air du temps, des Prix remis à des économistes défendant des théories parfaitement opposées. On peut voir ainsi un anonyme professeur d’une quelconque université de banlieue prendre de haut un économiste comme Paul Krugman professeur à l’Université de Princeton, institution qui a donné rien moins qu’une quinzaine de Prix Nobel dans toutes les disciplines. L’Economie permet ce genre d’incongruités.
    Il est en de même pour le Prix Nobel de la Paix dont on ne compte plus les assassins à qui il a été attribué.
    Ce qu’on peut reconnaître à l’Europe n’est pas d’avoir oeuvré positivement pour la paix dans le monde,en ce sens Millière a raison, mais d’avoir mis fin (provisoirement ?) à 20 siècles de conflits sanglants pour une durée jusqu’alors jamais vue.
    Pour le reste, que dire ? L’Europe est certes mal placée pour donner des leçons d’Economie mais qui est en meilleure place ? Les Etats-Unis ? Le Japon ?
    Et qui regarde l’autre avec dédain ? Les candidats à la présidence n’ont même pas prononcé le mot « Europe » au cours de leurs débats. Et si le mode de vie de l’autre côté de l’Atlantique est différent de celui de l’Europe, en quoi peut-il nous être donné comme modèle ?
    Que dira Millière des Etats-Unis si Obama, qui selon lui, fait le lit de l’islamisme mondial et conduit son pays vers le collectivisme, est réélu ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)