Nicolas Sarkozy contre Vaclav Klaus

Posté le février 11, 2009, 12:00
4 mins

Les élections européennes se rapprochent, la campagne commence un peu partout, mais on ne sait toujours pas dans quel cadre institutionnel elles se dérouleront : traité de Lisbonne si celui-ci est ratifié d’ici juin par les 27 pays membres ou traité de Nice.

Il est parfaitement extravagant que, moins de quatre mois avant une élection, on ignore encore – entre autres choses – le nombre de députés que nous allons envoyer à Strasbourg. Mais cela nous donne du moins l’occasion de faire le point sur la ratification de ce fameux traité de Lisbonne, que tout le monde semble avoir oublié en France.

À ce jour, presque tous les pays de l’Union ont ratifié – par voie parlementaire, cela va sans dire ! – ce traité qui, pour l’essentiel, reprend les dispositions du Traité constitutionnel européen, naguère rejeté par la France. Manquent à l’appel l’Irlande, la Pologne et la Tchéquie.

Comme les élites européennes savent mieux que les peuples européens ce qui est bon pour eux, malgré sa « mauvaise réponse », l’Irlande aura une « deuxième chance ». Et, pour que, cette fois-ci, les Irlandais ne se trompent pas de bulletin, Bruxelles leur a fait savoir qu’en cas de victoire, l’Irlande garderait « son » commissaire européen…
Il n’est pas certain que les électeurs apprécient ce chantage. Cependant, les dernier sondages laissent supposer que, cette fois, l’Irlande ratifierait le traité de Lisbonne à 58 %.

Le problème pour l’UE vient maintenant de l’Est. Le Président polonais ne se presse pas pour promulguer le traité, ratifié par la Diète. Mais, c’est surtout à Prague que se joue actuellement le sort des institutions européennes. Et manifestement, les « grands » pays, tout spécialement la France, font tout pour irriter Vaclav Klaus. Ce dernier n’a pas besoin de cela pour être fort réservé devant la construction européenne, mais, en un mois et demi, Nicolas Sarkozy a multiplié les gaffes, les boulettes et les insultes.

Il a récemment, à propos du plan de relance de l’automobile, critiqué les délocalisations « en Tchéquie ou ailleurs ». Et il vient de demander une réunion de l’Eurogroupe pour parler de la crise. Or, la Tchéquie, qui préside actuellement l’UE, n’est pas dans l’euro. Vaclav Klaus n’a pas apprécié le geste. Nicolas Sarkozy veut-il torpiller le traité de Lisbonne ? En tout cas, après Chirac taclant les Polonais à propos de l’Irak, nous constatons que les présidents français ne sont décidément pas doués pour les relations avec les nouveaux pays de l’UE !

11 réponses à l'article : Nicolas Sarkozy contre Vaclav Klaus

  1. Jean-Claude Thialet

    18/02/2009

    @sdez : je suis allé faire un tour sur le site que vous proposez. Ne le trouvez-vous pas un tantinet compliqué ? Pas seulement dans l’accès ? Cordialement, Jean-Claude Thialet

    P.S. Sans le savoir, vous avez pris pour pseudo (SDEZ) le patronyme d’un blanchisseur-teinturier installé à Lambersart, Nord !

    Répondre
  2. sdez

    17/02/2009

      Hors de l’Europe, il y a la Francophonie et la défense de nos intérêts vitaux !

    Je présente à cette adresse http://www.la-france-contre-la-crise.over-blog.com/ ma contribution sur la question centrale de la dette dans nos économies, ainsi qu’ une solution portant sur plus de 1200Md d’euros dans le cadre de la Francophonie pour une sortie de crise et l’émergence de fait d’un monde multipolaire…

    Répondre
  3. sas

    16/02/2009

    Bien vu jean claude ,une fois de plus …..il est aussi a noter que le grand malheur de haiti et son indépendance est que duvallier etait aussi franc maçon que les reseaux (nationnaux et internationnaux)sont très implanté la bas et très très puissant ,empêchant toute prise en main par des structures institutionelle libres,independantes et profanes…c’est devenu une simple plate forme de parachutage de l aide internationnale qui ne tombe jamais jusqu’au peuple profane…(même problème en afrique)

    Il faut réellelement en finir avec ce modèle maçonnique qui truste et sape les rouages institutionnels et interdit de facto : la LIBERTE l EGALITE la FRATERNITE autre que celle des loges….

    Pour la martinique et la guadeloupe , un 1 er test de referendum sur un statut d autonomie ayant été refoulé par le peuple (pas fou), un 2 eme est en preparation mais déjà contesté, alors le clash est autofabriqué pour que comme la constitution européene, les autochtones soient devant le fait accompli…

    notons que ca chauffe entre les reseaux de chirac et ceux de naguy bocsa….qu il y a ici une source incroyable de richesse détourné qui alimente la politique mafieuse de la france et cet enjeu est la captation des deniers de juda afin d alimenter la guguerre clanique française qui n’a pas de nom mais dont tous les stigmates nous indiques l importance.

    Jego secreytaire de l outre mer donc franc maçon…..veut relancer ici la consommation alors que l on consomme justement de trop et à crédit…..il veut donner une prime pour les cantines….c’est la datex dont les actionnaires sont les mêmes que ceux qui font la une des emissions opportunes et incendiares de canal + et thalassa ….encourrant à l opposite raciale….mais pas un mot sur le credit agricole qui a blanchie 1,6 milliard d euros dans les îles (les demons du credit agricole 5 700 milli sociétaires floués) ni du credit martiniquais (banque privée békée en faillite avec malversations )renflouée par le contribuable hexagonal…..toutes les plaintes pénales sur des delits avérés ayant eté etouffées…

    Les grevistes :les syndicats de la fonction publique surémunéré (à 80%) interdisant les acces et le travail du privé déjà exsangue…..et des chiffres a faire tourner la tête : budget de la formation professionnelle colossal pour des résultats pitoyables,budget de l hopital  publiquede la Meynard digne du pib d un etat africain., la qualité morale et personnelle des politiques locaux  dont nombres drevraient coucher en taule., nompbre de chômeurs et rmiste vrais ou inventés alors que le departement est le 1 er importateur de 4X4X , de champagne, de be,nefivciaire de pont et vacances coutumières.etc…..etc…;etc

    autant dire que ce ne sont pas des danseuses pour rien…..et que les bonnes solutions ne sont certainement pas celles proposées , l etat et ses fonctionaires etant les alliés et protecteurs objectifs des barons locaux coloniaux adeptes des rentes coloniales et des passes droits au nom de l histoire du pays…..merci au passage pour les telé dite d etat RFO, qui bien qu’en grève , se force a diffuser par des trublions de chez eux (lisa david ou billé)déjà condamné en correctionnel ou dejà gravement mis en cause dans d autres affaires de ce type….de souffler publiquement sur les braises  raciales ….afin qu’enfin sa parte en tous sens…

    nous y sommes donc….et leurs responsabilités seront grande si d ‘aventure ca fini dans le sang…ce qui est assurément planifié.

    Pour cette raison kje ne suis a peine surpris de la qualité des 2 médiateurs envoyés assurément franc maçons aussi  lopez et bessiere….mais ils se sont fait econduires.

     

    le vin est tiré , il va falloir le boire.

    SAS

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    15/02/2009

    "Les-4-Vérités"   –   15 02 09

    A SAS. Bonjour, ami.. Et merci pour vos appréciations. Concernant la MARTINIQUE, la GUADELOUPE, et sans doute bientôt la GUYANE et la REUNION, un mot que je reprends au langage créole, me vient à l’esprit : DEWO ! Je ne pense d’ailleurs pas qu’à des départements lointains en écrivant cela !

    Mais, dans l’immédiat, à la place d’Yves JéGO (1), et du Gouvernement, sans parler des deux "médiateurs" (2)  j’improviserai un charter (aller et retour, je le précise, malgré que l’idéee contraire me démange l’esprit) dans lequel j’embarquerai les meneurs (syndicalistes, communistes, et indépendantistes…). Destination : Haïti !

    Je me souviens d’avoir voyagé naguère entre Fort-de-France et Port-au-Prnce en compagnie d’un vieil Haïtien. Celui-ci m’avait beaucoup ému aussi bien par ses propos remplis de bon sens que par son accoutrement (3) et par la profonde dignité qui émanait de sa personne. Il revenait d’un séjour passé dans sa famille. Et, entre autres choses, il m’avait dit en substance : "j’en avais plus qu’assez d’entendre les Antillais se plaindre de la Métropole qui n’en faisait jamais assez pour eux… Ils devraient simplement venir passer quelque temps à Haïti et voir la misère qui les attend après un siècle et demi d’indépendance". On pense au fameux "les porteurs de pancartes, s’ils veulent l’indépendance, qu’ils la prennent !" gaullien. Faut-il rappeler que ces "porteurs de pancartes" avaient obtenu "leur" indépendance. Et qu’eux-mêmes ou leurs descendants en récoltent aujourd’hui les fruits… amers ! 

      Bonne semaine à toutes et à tous, cordialement, Jean-Claude Thialet

    (1) quand on sait que le ministre de l’Outre-Mer avait l’outre…cuidance, quelques jours avant d’être obligé de s’envoler vers Point-à-Pitre de, je cite "réconcilier les Français avec le Capitalisme" !. Lui qui s’avère incapable de "réconcilier" les manifestants antillais avec … la République, et même entre eux !

    (2) "médiateur de la République", que voilà un métier d’avenir dans notre République dont les dirigeants, par lâcheté et/ou incompétence, s’avèrent incapables de régler les problèmes que les partis qu’ils représentent (sans jamais s’en être désolidarisés !), quand se n’est pas eux-mêmes, ont laissé pourrir. Des problèmes qui se multiplient, comme les scorpions dans le bled marocain chaque fois qu’on soulève une pierre ! Il y aura bientôt dans notre malheureux pays autant de "médiateurs" que de "psychologues" (payés par la "République" avec l’argent de contribuables non-consentants !), ceux que l’on appelle chaque fois que se produit un incident ou un drame dans une école, un bus, ou ailleurs ..

    (3) bien que ce voyage remonte à plus d’un quart de siècle, je m’en souviens encore. Mon compagnon d’avion était vêtu  – très proprement – d’un costume hors d’âge, de couleur marron et à fines rayures claires. Et il avait, pour tout bagage, une simple musette taillée dans le même tissu que celui de son costume… Ce qui m’avait profondément remué. Et ce qui m’émeut encore chaque  fois que je pense à ce brave homme sans doute aujourd’hui disparu  !

    Répondre
  5. sas

    14/02/2009

    A jean claude…..

    bonjour , de retour? tes écrits m ont manqués…..une bouffée d oxygène dans un brouillard incohérent et suffoquant……comment vas tu ?

    peux tu commenter la situation en martinique et guadeloupe ? avec tes instruments et ton savoir personnel , ton avis m interesse….

    a te relire

    sas

     

    Répondre
  6. Jean-Claude THIALET

    13/02/2009

    "Les-4-Vérités"   – 12 02 09

    Coîncidence, l’article de Jean ROUXEL sort dans un "4-Vérités" daté du 11 février alors que, sous le titre révélateur "Si l’Allemagne disait non..", les DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace) édité à Strasbourg publie sous la signature de Jean-Claude KIEFER (non, ce n’est pas un de mes pseudos!) un texte qui pourrait remettre en cause le "Traité de Lisbonne" accepté en Allemagne fédérale par voie parlementaire. 

    Que l’on me permette de citer partiellement ce texte (paru sous quatre colonnes) qui, loin de remettre en cause le questionnement de Jean ROUXEL le rend encore plus crédible. Même si on s’en tient à son "chapeau" (celui de l’artcile de JCK, et non celui de JR). Le voici :

    "Après deux jours d’audience, la Cour consitutionnelle allemande, à KARLSRUHE, se prononcera dans les prochaines semaines sur la conformité du traité de Lisbonne avec la Loi fondamentale allemande. Une surprise n’est pas à exclure". (fin de citation).

    Et l’article fort bien documenté se poursuit comme suit :

    "Si l’Allemagne a bien ratifié par voie parlementaire le traité de Lisbonne, le texte n’a pas encore été promulgué par le président fédéral, dans la mesure où il y avaitce reours devant la Cour constitutionnelle. En fait, plusieurs recours, émanant à la fois du parti d’extrême gauche Die Linke, de juristes, de personnalités indépendantes et de députés bavarois pourant europhiles mais effrayés par ce "monstre" (1) juridique que serait Lisbonne". Et si l’affaire passionne Outre-Rhin, c’est aussi parce que les requérants ont pour avocat des ténors du barreau et des professeurs de droit constitutionnel qui font autorité." (fin de citatiin)

    Commentaire personnel : on comprend mieux la précipitation de Nicolas SARKÖZY à faire voter le Traité de Lisbonne par le Parlement. Par dessus la tête des électrices et électeurs qui avaient rejeté très majoritairement le Traité de (prétendue) "Constitution" européenne certain 29 mai. Et au mépris d’une règle démocratique (non écrite, certes) qui aurait voulu que ce que le "Peuple" a rejeté par referendum ne lui soit pas imposé par un vote parlementaire … Mais on peut aussi regretter qu’il ne se soit pas trouvé en France des partis minoritaires, de gauche comme de droite, des parlementaires (même "européïstes" convaincus, des juristes, etc. pour avoir déposé, comme en Allemagne, un recourz devant la Cour constitutionnelle. Il est vrai qu’ils ont sans doute été  pris de cour (sans jeu de mots) par un "lucky lucke" sarközien qui tire plus vite que son ombre.

    Il me paraît intéressant aussi de citer les dernières lignes de l’artcile de "JCK" . Ils ne pourraient que partiellement donner leur feu vert au  Traité de Lisbonne en "gommant" telle ou telle disposition, ce qui entraînerait une nouvelle crise en Europe . Et il y a toujours le couperet du referendum (2) que la Loi fondamentale allemande n’autorise que s’il s’agit de remplacer ou "surclasser" ladite Consitution par un autre texte régalien." (3)

     Les "sages de Karlsruhe" devraient intervenir en mai ou en juin. Je rappel que les Tchèques se priononceront par voie parlementaire le 17 février. Et qu’il est question de refaire voter par referedum à l’automne prochain. "Nos’" journaux, après la visite-éclair de Nicolas SARKÖZY venu en irlande pour convaincre les Irlandais de la bienfaisance de "Lisbonne", ont affirmé qu’ils étaient "mûrs pour voter "OUI", en contradiction avec leur récent vote. Pour preuve de ce revirement : les Irlandais, échaudés par la "Crise" voydraient se mettre à l’abri sous le "parapluie" de l’euro. Un "parapluie qu’il n’a en rien protégé, que l’ionsache, la France;, l’Itralie, la Grèce et lEspagne…

    Alors, reposons avec Jean ROUXEL : les prochaines européennes se dérouleront sous quelle signe ? Lisbonne ? Nice ? J’ajouterai ou sous signe du sauve-qui-peut-général d’un euro qui se révèle de plus en plus désastreux ?

                                 Cordialement, jean-Claude Thialet

    (1 comme l’était d’ailleurs le Traité de "Constitution" concocté par Giscard d’Estaing  et son équipe de "crânes d’oeuf". L’ancien Président de la république avait d’ailleurs reconnu que ce "Traité de Lisbonne" reprenait pratiquement in extenso "son" traité, mais dans un ordre différent ! Parmi les reproches adressés par les juristes allemands figure le fait que "Lisbonne" donnerait trop de pouvoir à la Cour de Justice de Luxembourg…Mais les juges cionstitutiuonnels "ont souligné ici ou là des incompatibilités entre Lisbonne et la Loi fondamentale" (je cite là  encore Jean-Claude KIEFER)

    (2) on se souvient que les sondages avaient révélé à l’époque que les Allemands, comme d’ailleurs une majorité d’autres nations de l’U-E étaient largement défavorables au "Traité de Constitution giscardienne".

    (3) on le sait, en France, notre République bananière se borne à faire rectifier par un Parlement de plus en plus "croupîon" la Consitution française, chaque fois qu’un Gouvernement (de gauche, comme de droite) veut la violer … Cela s’appelle la … Démocratie !

     

    Répondre
  7. siniq

    11/02/2009

    La France intégrera bientôt le grand Magrheb , les tchéques ne pourront pas dormir tranquilles les Sudétes ne seront pas suffisantes, il ne s’ agira pas des Goths mais cette fois , nous les vendrons au Bey d’ Alger et pour la libération l’ Oncle Sam se fera tirer l’ oreille.

    Répondre
  8. Anonyme

    11/02/2009

    Florin:

    Dans ce cas qu’ils quittent l’Union Européenne. Ou est le problème? Rien n’obligait les tchéques à adherer à l’Union.

    Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    11/02/2009

    Les Tchèques ont une raison légitime et historique de se méfier de la France. Le compromis honteux de Munich est encore vivant à leur mémoire.
    Mais le masque de la France est en train de tomber. La banqueroute du gouvernement français ne faisant plus l’ombre d’un doute, sa voix au chapître sera réduite à la portion congrue. Tant mieux pour les autres partenaires européens.

    Répondre
  10. Florin

    11/02/2009

    Vàclav Klaus est un patriote, qui n’a pas faim, lui … Pas comme les autres à l’Est, prêts à tout pour goûter à la soupe européenne – une pluie de subventions ne fait de mal à personne, sauf à ceux qui les paient …

    Klaus, vu son âge, a connu d’autres "étrangers", qui voulaient accrocher leur drapeau sur le Château de Prague. Avant les étoiles, il y a eu la faucille et le marteau, avant les commissaires, les komissars, avant Bruxelles, Moscou !!!

    Toujours avec le même plan, le même discours, les mêmes (presque !!!!) méthodes : ôter le pouvoir des mains du peuple souverain.

    Bon, on a fait des progrès tout de même : si vous n’êtes pas d’accord, on ne vous fusille plus … on vous fait revoter !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)