P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non!

Posté le mai 08, 2005, 12:00
6 mins

Le 25 avril sur FR 3, nous avons pu assister en « premier temps » à une ahurissante empoignade verbale à propos du référendum qui divise les Français. Les invités devaient répondre aux questions, toutes pertinentes, de citoyens réunis dans les principales villes de France. On y a vu l’extrême-gauche la plus internationaliste et l’extrême-droite la plus nationaliste y associer leurs efforts pour tenter de démolir la nouvelle Constitution européenne. J’espère que les Français de bon sens qui ont regardé cette émission auront compris quel mauvais tour essaient de leur jouer tous ces irréalistes recroquevillés sur leurs fantasmes d’un autre âge. Y défendaient le « non » Marie-George Buffet pour le PC, Jean-Marie Le Pen pour le FN, Olivier Besancenot pour la LCR, Philippe de Villiers pour le RPF, avec des arguments contradictoires qui se télescopaient dans un effroyable capharnaüm aux limites de la confusion mentale.
En revanche, y défendaient le « oui » avec logique, précision et clarté Michel Barnier pour l’UMP, François Bayrou pour l’UDF, Jack Lang pour le PS et Dominique Voynet pour les Verts. Et malgré les différences d’optique de ces quatre personnes, je crois que le téléspectateur a bien compris qu’il s’agissait de promouvoir une Europe libérale, ce qui lui vaut le soutien de la droite centriste, mais d’un libéralisme tempéré par des garanties de protection sociale qui lui vaut le soutien de la gauche modérée. Bien sûr, pour ma part, c’est le libéralisme européen de droite que je soutiens, mais il faut aussi être réaliste, et si la gauche européenne unanime a accepté le projet, comme l’a souligné Jack Lang, c’est évidemment parce qu’il faisait des concessions à certaines de ses exigences.
Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce Traité est le fruit d’un compromis, non seulement entre 25 nations, mais aussi entre les deux grandes familles politiques que sont la droite et la gauche et qui occupent quasiment à égalité l’espace européen. Dans chacune des nations associées, il est possible, et d’ailleurs fréquent, d’avoir une alternance au pouvoir entre la droite et la gauche. Mais au niveau de l’Union européenne, c’est irréalisable, puisqu’il y aura toujours, à tel ou tel moment, certains des pays membres qui auront un gouvernement de droite et certains autres un gouvernement de gauche. Il est donc impossible d’avancer ensemble sans une solution de compromis. L’Europe ne peut pas échapper à la cohabitation politique permanente. On peut le déplorer, mais il faut l’accepter, sous peine de mettre l’Europe en panne, comme voudraient le faire les intransigeants du « non » qui campent aux deux extrêmes.

Le centre et les deux bords


L’intermède comique de l’émission eut lieu lorsque Michel Barnier fit remarquer à Marie-George Buffet qu’elle allait voter comme Jean-Marie Le Pen. La secrétaire générale du parti communiste bondit de son siège comme piquée par une tarentule et s’écria qu’on l’insultait. « Mon « non » n’est pas celui de Le Pen ! » hurla-t-elle. Bigre ! Voilà qui pose un sérieux problème, et je me demande comment ceux qui vont dépouiller les bulletins vont distinguer le « non » de Mme Buffet du « non » de M. Le Pen. Peut-être faudrait-il ajouter sur certains bulletins la faucille et le marteau et sur certains autres la flamme tricolore ? Mais non, suis-je bête, cela ferait des bulletins nuls ! Tiens, j’ai une idée : Pourquoi ne pas imprimer des bulletins « non » sur du papier de couleur rouge et d’autres sur du papier de couleur brune ? Chacun pourrait choisir à son goût. On pourrait en faire autant pour les « oui » avec un papier de couleur bleue et un autre de couleur rose, sans oublier le vert. Cela mettrait un peu de gaîté dans les isoloirs…
Bon, soyons sérieux. Pour une fois, la France ne va plus être divisée entre la droite et la gauche, mais entre les pragmatiques réalistes, qui voteront « oui », et les idéologues dogmatiques, qui voteront « non ». Entre ceux qui veulent unir les Européens face à de menaçants dangers planétaires, même avec une Constitution imparfaite, et ceux qui veulent pérenniser leurs divisions et émietter leurs forces, en rêvant à des structures dépassées ou à des doctrines obsolètes. J’ose espérer que les lecteurs des « 4 Vérités », à quelque tendance de la droite qu’ils appartiennent, sauront s’élever au-dessus de ces querelles archaïques et dire « oui » à l’avenir, à l’espoir et à l’Europe.

28 réponses à l'article : P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non!

  1. Florent

    19/05/2005

    Il est assezregrettable que Pierre Lance, que j’aimais bien jusqu’ici, nous assène lui aussi la dictature du oui à la formule si éprouvée: si on vote non, on favorisera des extrêmistes , des sales types. J’ai envie de dire , et alors? Ca ne les empêche pas d’avoir raison. D’ailleurs, je ne pense pas du tout que de Villiers soit un sale type, c’est même le seule vraiment fidèle à ses idées ( avec Chevénement et Madelin ). Donc, si le non vous déplait Mossieu Lance, allez donc voir sur la lune si j’y suis. Inutile de vous dire ce que je voterais le 29 mai. Ceci dit, pour répondre au premier intervenant, je crois qu’on a le droit ( même le devoir ) d’être contre l’entrée de la Turquie en Europe sans être traité de turcophobe ou raciste, c’est trop facile. La Turquie ne peut pas et ne sera pas européenne sauf par la conquête ce que je ne souhaite pas. Et les turcs eux-même s’y connaissent en racisme, demandez aux arméniens ce qu’ils en pensent. En somme, vous faites exactement ce que vous reprochez à Pierre Lance: du terrorisme intellectuel.

    Répondre
  2. sas

    14/05/2005

    a jc tu as raison: sur ce qu’ils en ont fait (de la france) les frères trois points…ma question c’est as tu vu la formulation de la question pour les français sur le traité constitutionnel: approuvez vous les texe de loi qui permet la ratification du traité constitutionnel…donc en clair la question posé au français est approuvez vous la le texte qui permet le mode de ratification et non le texte de la constitution européene… Voilà ce que je lis moi nb) se reconnaitre: c’est reconnaitre de l’honneur, de la patrie et de la didélité si on en croisait vu qu’en france on est en rupture de stock depuis un moment déjà….quand à se reconnaitre entre nous…Forcément puisqu’on les même analyses,les mêmes mots et les mêmes causes…les « frères », la finance internationnale,les élus, le bigberger groupe,le CFE (bureau des affaires étrangères américain mis en place par H KISSINGER)…le grouppe le siècle, les illuminatis…les protocoles des sion,le talmud et la bible chrétiene originel…et la culture en général POLITIQUE ET ECONOMIQUE SAS

    Répondre
  3. Jean-Claude LAHITTE

    14/05/2005

    Cher SAS. Désolé, mais je n’ai pas compris la question. Même si ma réponse au referendum sera « NON »,encore « NON » et toujours « NON »*. Par ailleurs, je n’ai jamais été pour le vote « blanc » (je ne suis pas « raciste » !) ou « null ». Les votes « blancs » ou « nuls », comme les abstentions, favorisent toujours les « partis gouvernementaux (UMP, PS, etc.je le rappelle) qui « triomphent » ainsi avec des majorités « démocratiques » (qu’ils disent !) représentant moins de 25% des voix de l’ensemble du corps électoral (comme le « OUI » au récent referendum en Espagne dont on nous rebat les oreilles)… Quant à se reconnaître si on se rencontrait, ceci est une autre histoire. J’ai servi en Indochine, au grand’air, et j’avoue souffrir de claustrophobie. De là à ne pas aimer les sous-mariniers ou les … tankistes ? Antitraitéconstitutionnellement, mais bien cordialement, Jean-Claude LAHITTE P.S. Moi je n’ai pas honte de la France, mais de ce qu’on en fait. Les Français ont le gouvernement qu’ils méritent. Nous aussi, hélas ! * cela me fait penser à Woody Allen qui avait répondu: « Ma réponse est « OUI », mais pouvez-vous me répèter la question ? »

    Répondre
  4. sas

    13/05/2005

    A jc lahitte, le nul ou le blanc « leurs » facilite la triche…tu as très bien compris le modèle démocratique occidentale…on triche…on ment…on vole…et on baise les gosses…je t’assure que j’ai honte de cette france et que le sursaut est indispensable.Je sui démocrate et légaliste, je suis hétéro et san casiers ni condamnation…j’ai servi la france sur la les SNLE (sous marin nucléaire) pour l’honneur, la patrie, fidélité…putain on en a pas en stock Jean Claude…j’en arrive même à me demander si on en reconnaitrait si on en croisait…donc légaliste et fervant partisan d’un droit appliquable à tous et respecté par tous …ce n’est pas le cas…donc les armes s’imposent et moi j’attend sans hargne ni passion…mais fermement;pour nos vieux, pour nos enfants c’est NOTRE DEVOIR A NOUS. NB)tu ne m a toujours pas répondu sur le sens de la question posée pour le référendum en « français » le vrai celui seul que je comprenne. sas

    Répondre
  5. Jean-Claude Lahitte

    12/05/2005

    A SAS. N’étant pas partisan du « manche » de pioche, même appliqué simplement sur les parties charnues de certains individus (Dieu m’est témoin que cela me démange !), pas plus que de la matraque, bien que n’étant pas non plus »démocrate » au sens utilisé à faux par les pseudo-démocrates(légitimiste je suis, et je reste) je persiste à croire que si les électeurs (je n’aurais garde d’oublier les électrices !) décidaient un jour TOUS ENSEMBLE (selon le mot d’ordre cher aux cégétistes et autres syndicalistes qui défendent leurs fameux « droits acquis », comme jadis certains défendaient leurs « privilèges ») de ne plus voter* pour les « partis gouvernementaux(UMP, PS, UDF, VERTS) mais pour X, Y ou Z, ou encore, le 29 mai, TOUS « NON », ce serait un sacré coup de pied dans la fourmilière sinon dans le … des CHIRAC, SARKOZY, BAYROU, HOLLANDE, STRAUSS-KAHN, LANG, AUBRY, (j’en oublie, et des pires !), etc. Le K.O. au lieu de chaos annoncé par les augures du « OUI »! Rien que ce moment me paraît valoir la peine d’être imaginé. En attendant de le savourer derrière son écran en voyant des mines déconfites, au soir du 29 mai. Ceci étant dit, je sais ce que signifie « démocratie » pour nos « bons » démocrates. On le voit en France où avec 5 fois plus de voix qu’un parti « moscoutaire » qui, lui, a une représentation à l’Assemblée dite nationale,un parti prétendu extrémiste n’en a aucune. On le voit aussi en Grande Bretagne (mère, après Athènes, de la démocratie !) où pour élire un député « libéral » il faut environ 90 mille voix, tandis que pour un « conservateur », il n’en faut que 55 mille et seulement 25 mille pour un « travailliste » (chiffres cités de mémoire, mais qui sont à peu près dans ce rapport). Alors, toujours antitraitéconsitutionnellement, mais bien cordialement, Jean-Claude Lahitte * surtout pas avec un vote « blanc » ou « nul », et encore moins en s’abstentenant, toutes sorte de votes qui sont toujours en définitive à l’avantage des « sortants ». Ceux-ci se moquent en effet toujours de n’avoir été élus que par à peine 30% de l’ensemble du corps électoral (même s’ils nous assurent toujours « avoir compris le message »!) pourvu qu’ils soient élus…

    Répondre
  6. sas

    11/05/2005

    A JC LAHITTE, tu connais l’adage le pouvoir est une pute qu’il faut prendre sauvagement…je suis sure de te convertir à ma téraphie : »celle du manche de pioche »…car « ils » préfereront assurément couler ou naufrager le bateau que de lâcher les commandes…QUANT AU VOTE (tu connais mon avis sur lé sérieux et l’hônneteté des votes en france:duement vérifié en martinique avec la consultation des listes d’émargement « obligatoirement disponible » selon le code électiral en prefecture)…ils nous feront le vote à la TOGOLAISE… plus sérieux JC ? DONNE MOI TON AVIS SUR LA QUESTION POSEE, soit dit sur la formulation.merci et sympathie sas

    Répondre
  7. Jean-Claude LAHITTE

    11/05/2005

    Cher SAS, où avez-vous trouvé que je pensais sérieusement que du haut de mes 75 ans je m’imaginais qu’après le « K.O. » du 29 mai que je souhaite ardemment CHIRAC II quitterait « gaulliennement » les fastes et le pouvoir de l’Elysée ? ne serait-ce que parce que, pour l’instant, il n’a pas encore résolu le problème de son immunité « post-présidentielle » ! Mais il me plaît d’imaginer qu’au soir du 29 mai, si le « NON » l’emportait massivement, nos partis gouvernementaux (je rappelle que je mets dans le même panier l’UMP, l’UDF, le P.S et les VERTS) seraient « K.O. » et qu’ils pourraient, en se rejetant les-uns sur les-autres la défaite, dire en coeur « Nous vous avons compris » (sous-entendu: bande de crétins qui n’avez pas voulu croire au « paradis unionniste » que l’on vous garantissait pourtant unanimement). Même à 75 ans, on peut toujours rêver ! Antitraitéconsitutionnellement, mais toujours européennement et cordialement vôtre, Jean-Claude LAHITTE

    Répondre
  8. Josick Croyal

    11/05/2005

    La différence entre les autres votes c’est qu’il s’agit là de consacrer un aboutissement qui va servir de base. Habituellement, voter c’est s’appuyer sur des promesses, du vent. Là, il s’agit d’accepter ou non pour base un texte de référence. C’est quand même grandement différent. Dire oui, c’est donc l’occasion de casser le cycle infernal de l’enchainement des maltraitances. Ce oui dans l’urne sera un geste d’autant plus méritoire car j’ai vraiment, vraiment peu d’estime pour cette bande d’enrobés qui participe au pouvoir et à sa prétendu Justice (ainsi l’exemple actuels des Zonards de la République décidant des zones à considérer sinistrées ou non, en conséquence de la sécheresse). Oui, finalement, je pense qu’il faut dire oui même avec cette bande de sinistrés qui constitue l’autorité. Fatalement nous vivons dans un monde courbe et fourbe. Il ne peut être que positif d’y faire populairement entrer une once de Droit via le Oui à ce Traité Constitutionnel Européen.

    Répondre
  9. Un contribuable

    10/05/2005

    Monsieur Lance, Je constate que vous aimez particulièrement cet argument pour faire voter pour le Oui, à savoir de ne pas mêler ses voix avec ceux que vous considérez comme infréquentables, parce qu’assimilés par le système socialiste au pouvoir comme extrémistes. Quand on trouve un filon, on ne le change pas. Je vais donc adhérer moi aussi de votre excellent et unique argument : Je ne veux pas mêler mes voix avec les syndicalistes qui votent tous pour le Oui, avec les socialistes de l’UMPS, avec Jospin le trotkiste officiel, avec les altermondialistes et avec les mondialistes, et donc je voterai Non au référendum. VOTER NON EST LE SEUL VOTE COHERENT POUR NE PAS MELER SES VOIX AUX SYNDICALISTES, AUX SOCIALISTES DE L’UMPS, AUX MONDIALISTES ET AUX TROTKISTES !

    Répondre
  10. sas

    10/05/2005

    A JC LAHITTE, tu pense vraiment qu’avec une veste monumentale , notre « faience » nationnale quiterai son poste et la politique…à 75 ans tu rêve encore ami,l’homme qui a eu la stupidité de dissoudre l’assemblé nationale , trucidant par le coup sa propre majorité ??? lui le « lupin » de la mairie de paris…l’anti mittérand dans l’ombre et le sillage de DE GAULLE…tu voudrais qu’il eut une once d’honneur, un dizième de dignité et un vague souvenir de ce qu’est le ridicule… La 5 ème ripoublique est morte et discrédité…tout comme les hommes de droite ou de gauche et au centre qui l’ont jalonné. nb) tu citais BAYROU le talocheur de « mouloud » cleptomane…en Guyanne, pris en otage par des « allumés » syndicalistes…il a accordé dans la précipitation la création de 3 rectorats…qui depuis sont dans une merde monstre et côute une « tonne »sans aucun résultats probants..bien sur…voilà un exemple de ses qualités de gestionaire a+ amicalement

    Répondre
  11. Josick Croyal

    10/05/2005

    Ouest-France a du écrire que ce référendum ranime le débat politique. Les deux bouts sont comme les deux bouts de l’Arc qui disent NON à la tension. Le centre, qui fait fi des clivages habituels, veut décocher ce Traité Constitutionnel Européen (TCE) pour le mettre en orbite. Ce référendum témoigne de l’aboutissement de multiples efforts pour une production commune -TCE-. C’est comme si cette campagne référendaire réflétait les tensions qui ont participés à son élaboration, réflétait le travail constructif préalable. Dire non n’est-ce pas avant tout dire non à cet effort unitaire herculéen ? Ne faut-il pas plutôt saluer positivement cet effort en votant Oui comme le conseil Pierre Lance ayant par ailleurs une connaissance vrai et profonde de la vie ? Bien que je n’ai aucune estime pour le « système » (Tsunami pour tous !) dont j’ai largement expérimenté les faiblesse, je suis finalement d’avis qu’il faut voter oui. Qui dit qu’on aura à nouveau le courage de mettre sur pied un nouvel arc ? Encourageons donc cette TCE même si elle est bien imparfaite.

    Répondre
  12. NONdeNON

    10/05/2005

    J’étais prêt à me payer une petite cotisation à votre journal. En lisant les commentaires de Lance (qui doit être certainement Lang), je garde mes sous. Si le oui l’emporte, j’en aurais bien besoin. Merci l’Euro

    Répondre
  13. théodore

    10/05/2005

    Face à ce non univoque, la seule cohérence du oui tient en la compromission des appareils politiques de la bande des quatre, toujours unis effectivement pour magouiller sur le dos des français, et qui ont pour seul projet politique d’abandonner leurs responsabilités à Bruxelles pour masquer leur incompétence. / dixit Ferdinand Morlan lundi 09 mai 2005 à 20:12 de —.fbx.proxad.net pour une fois, nous sommes absolument d’accord… ! bravo

    Répondre
  14. sas

    10/05/2005

    Comme tu l’ a déjà fait remarquer en France, l’intelligence,l’instruction et le courage sont les qualitées les moins bien partagées… Si le oui gagne, ce sera 1 français sur 2 qui mettra son vis à vis cul par dessus tête…ce sera peut être le début de la guerre civile…qui sait sas

    Répondre
  15. Jean-Claude LAHITTE

    10/05/2005

    Merci, Josick Croyal, ne nous avoir livré les pensées profondes de Pierre LANCE (dont j’avoue n’avoir lu que les livres « médicaux »). Si je vous ai bien lu, le Maître pense que le « chaos préalable » est nécessaire… N’est-ce pas de chaos dont nous menacent précisément les politiciens (de gauche comme de droite, ils se sont « associés » pour gouverner, je n’aurai donc garde de les séparer) qui soutiennent en alternance, sans avancer le moindre argument objectif ? Eh bien ! sans souhaiter, ni même croire, à ce « chaos », je pense qu’un « NON » massif sera effectivement salutaire, non seulement pour la France, mais aussi, sinon pour l’UNION, du moins pour l’Europe S’IL PROVOQUE ENFIN LE K.O., celui de l’UMP, du PS et de leurs affidiés. D’habitude, au soir d’élections, selon le tour donné par les électeurs,les perdants sont simplement groggies. Ceux que les résultats rejettent dans l’opposition, nous déclarent alors, la main sur le coeur, « nous avons compris votre message, etc. ». Souhaitons qu’au soir du 29 mai, un NON MASSIF, les mette non pas simplement « groggies », mais véritablement K.O. Peut-être les « partis de gouvernement » qui se sont associés sous la bannière du « OUI » comprendront-ils alors vraîment le messages d’électeurs qui en ont ras le bol d’avoir été bernés en croyant à leurs promesses. Peut-être tiendront-ils alors le langage qui s’impose: « RETROUSSONS-NOUS LES MANCHES, REMETTONS-NOUS AU TRAVAIL, NE NOUS DEMANDONS PLUS CE QUE LE PAYS DOIT FAIRE POUR NOUS, DEMANDONS-NOUS PLUTÔT CE QUE NOUS POUVONS FAIRE POUR LE PAYS (les lecteurs plus âgés se souviendront que je paraphrase là KENNEDY), DEMANDONS-NOUS CE QU’IL FAUT FAIRE POUR QUE LA FRANCE REDEVIENNE LA FRANCE, POUR ENRAYER SA MORT PROGRAMMEE dans ce TRAITE CONSTITUTIONNEL « usine à gaz », POUR QU’ELLE VIVE A JAMAIS ! Mais, je le rappelle, pour qu’il y ait vraîment « K.O. »,il faut un « NON » massif ! Alors, toujours aussi « nonnistement », mais bien cordialement à tous, Jean-Claude LAHITTE P.S. ceux qui auront suivi le « débat » sur TF1 et qui, bien que tenants du « OUI », ne sont pas encore devenus sourds et aveugles, auront pu constater la pâle mine de Nicolas SARKOZY à propos de la Turquie. Bien que se refusant (il le prétend !) à l’entrée de la Turquie dans l’UNION, tout comme son compère BAYROU (sans parler de GISCARD lui-même, bien qu’il soit le « père » d’un Traité Constitutionnel qui ouvre délibérément – oui, délibérément ! – à la Turquie), il a été dans l’incapacité de promettre à Ph. de VILLIERS: « (Moi vivants ?)Je vous le garantis, la TURQUIE n’entrera jamais dans l’UNION ! ». Pourquoi ? tout simplement parce que cette entrée est déjà programmée. Outre que le gouvernement turc a cosigné le Traité Consitutionnel (voir page 165 du document que vous a remis la Poste), la premoère visite que fera CHIRAC II après le 29 mai sera précisément pour la Turquie. Et, début octobre, les pourparlers entre l’UNION et la TURQUIE reprendront de plus belle …. Et, si par malheur le « OUI » devait l’emporter, une fois de plus les « bien pensants » de tous bords qui ne veulent jamais voter autrement que comme le leur quémandent les « gouvernementaux », n’auront plus qu’à pleurer le jour de l’entrée de la Turquie dans l’UNION. Que ceux qui ont des yeux voient, que ceux qui ont des oreilles entendent. Hélas ! la France est de plus en plus peuplée d’autruches qui ne veulent rien voir ni entendre.

    Répondre
  16. LESTORET

    09/05/2005

    Reprenons les choses à leur base: un texte qui réunit en sa faveur des gens de droite (UMP) et des gens de gauche (PS)ainsi que des gens du milieu (UDF)et qui réunit sur l’autre bord c’est à dire contre lui des gens de droite (FN) et des gens de gauche (PS encore+PC) ainsi que des gens du milieu (Chevènement et autres) ne saurait être un texte valable auquel on confierait le rôle de gérer l’Union Européenne pendant un nombre d’années indéterminé. Ce seul mélange des options des uns et des autres devrait créer la nécessisté de le revoir, de le remettre à plat et de chercher un autre consensus. Je suis convaincu que la seule manière d’y parvenir et de mettre fin aux élucubrations des uns et des autres est de voter NON. Pour peu que les lecteurs me fassent l’honneur de lire quelquefois mes commentaires qu’ils me permettent de leur recommander de voter NON. C’est, me semble-t-il, le seul moyen non pas de mettre fin aux dissensions politiques, mais de tenir compte de l’embarras dans lequel se trouvent nos compatriotes et de leur préparer un nouveau texte plus concis et plus clair sur lequel ils pourront réfléchir plus à l’aise. Je ne crois pas que cela portera d’une façon quelconque préjudice à l’Union Européenne qui elle aussi a intérêt à disposer d’un texte clair pour gérer l’union de 25 Etats.

    Répondre
  17. LESTORET

    09/05/2005

    Reprenons les choses à leur base: un texte qui réunit en sa faveur des gens de droite (UMP) et des gens de gauche (PS)ainsi que des gens du milieu (UDF)

    Répondre
  18. sas

    09/05/2005

    A CAST : bien vu mon gars ,tu me le retire de la bouche… ce site commence à me gonfler, tant il est vrai que le chat est confidentiel et ne vole pas haut.

    Répondre
  19. Ferdinand Morlan

    09/05/2005

    L’argument selon lequel le non est divisé et le oui cohérent est fallacieux. Le non vient du peuple français, des travailleurs qui voient la France sombrer inexorablement, qui subissent de plein fouet les délocalisations, le chomage, la baisse du pouvoir d’achat, et qui ne peuvent plus être dupes des mensonges des politiciens. Ces travailleurs votent à gauche ou à l’extrême gauche. Les plus lucides votent Front National car ils ont compris que le seul socialisme applicable est national et que le reste n’est qu’utopie. Face à ce non univoque, la seule cohérence du oui tient en la compromission des appareils politiques de la bande des quatre, toujours unis effectivement pour magouiller sur le dos des français, et qui ont pour seul projet politique d’abandonner leurs responsabilités à Bruxelles pour masquer leur incompétence.

    Répondre
  20. Sinedf76

    09/05/2005

    Je crois, à tort sans doute, que le vote d’un citoyen est une chose essentielle en démocratie et fort estimable. Je trouve désolant ces argumentaires developpés d’un bord comme de l’autre, s’en prenant ainsi aux idées respectables de tout citoyen, même plus ou moins illustres. Toute discution doit (devrait) se faire sur le texte que nous devons ratifier ou pas,ainsi en est-il de la démocratie. Ils existe dans notre pays un certain nombre de partis légaux, on peut les combattre, mais s’il vous plait monsieur Lance avec des arguments, non pas à coup d’anathémes, d’arguments polémistes et pour terminer pas d’amalgames aussi facils. Le TCE n’est pas ,tout le monde le reconnait, la panacée, et cela pour les oui comme pour les non . Donc probléme : Faut-il l’amender (sous un pression populaire) avant de le voter ou,le voter en espérant l’amender (de l’intérieur) à l’unanimité indiscutable des 25 protagonistes. D’autre part Il est néanmoins gênant de ce dire que l’on doit voter oui puisque les autres (Espagne…) l’ont fait, mais alors pourquoi voter en Europe si l’on doit voter en fonction des premiers suffrages exprimés. A contrario, pourquoi les Espagnoles… devraient de nouveau voter si le TCE était amendé; Pensons donc un peu à ?l’incurie de nos élus qui nous on mis dans une telle situation. Je voterais en fonction du texte qui m’est proposé en mon âme et conscience, et j’en discute calmement avec tout autre citoyen qu’il oui ou non Un petit exercice : si vous voter oui , y a t-il dans le TCE des points qui auraient pu vous faire voter non? si vous votez non y …..?

    Répondre
  21. Josick Croyal

    09/05/2005

    Pour être si belliqueux, les partisans du Non se sentiraient-ils piégés par une vue générale qui les dépassent ? Que porte de vraiment constructeur leur refus ? Rien de bien fameux comparé à la construction EUropéenne qui tente malgré tout de se faire ? Relisons PL :  » L’acte de construction, celui qui engendre une nouvelle forme d’union, ne peut évidemment s’exercer qu’à partir de pierre séparées. Le chaos préalable lui est donc nécessaire. A défaut, le constructeur devra le provoquer, dès lors que son esprit critique lui aura fait voir la nécessité d’une re-création. En ce cas, son acte sera d’abord un facteur de désordre et sera jugé criminel par les ciments de l’association antérieure, amalgame disharmonieux dont le constructeur ne souhaite la mort que pour la mieux-vie des être qui le composent, lui-même inclus. « Tout acte constructif est donc par essence même un acte de révolte, soit que l’auteur se révolte contre un chaos qu’il déplore (l’état de mort) ou contre la forme d’un ordre qu’il condamne (l’état de vie défectueux). « Cet acte générateur est donc d’essence prométhéenne, c’est-à-dire anti-divine, le mot « divin » désignant tout autre chose que ce que l’on a prétendu jusqu’ici. » (page 16 « La Naissance des dieux » PL). Pour ma part, peut-être à tord, je me désintéresse de ce monde « politique » car ma pensée est semble-t-il encore un peu jeune, tout à son émergence. Depuis 3 ans j’évite même soigneusement de voter. PL va-t-il me décider à aller voter oui ? Ce seras alors sur son seul encouragement. Il y auras-t-il des bulletins oui-PL ? ;=)

    Répondre
  22. cast

    09/05/2005

    Comme les hommes en place,Pierre Lance utilise le seul argument contre le « non »: »vous n’allez tout de même pas voter comme Buffet ou Le Pen ».Effectivement ,il vaut mieux voter comme Chirac (qui devrait être devant les tribunaux),comme Strauss-Kahn (soutenu par l’argent de la Mnef) ou comme Cohn-Bendit.C’est effectivement beaucoup plus respectable. Cet argument est lamentable,niveau 0 de la pensée. si on est un démocrate,il suffit de lire le projet pour être contre.Contre cette organisation dirigée par une obscure commission qui dirige tout,et qui dirigera encore plus puisque,entre autres,aucune loi européenne ne pourra même être présentée au Parlement sans avoir obtenu auparavant son assentiment. Contre cette commission noyautée par les américains (Barroso,employé de Carlyle Group).Quelle infamie de prétendre que l’UE pourra rivaliser avec les américains! Et il faut une dose de naïveté énorme pour croire que la bureaucratie européenne pourra nous aider à lutter contre la bureaucratie française:il faut au moins s’appeler Sarkhozy pour celà!

    Répondre
  23. Adolphos

    09/05/2005

    Que l’on cesse d’agresser M. Lance, ca devient pénible ! La droite, ce n’est pas le PCF : M.Lance à le droit d’avoir tort.

    Répondre
  24. Jean-Claude LAHITTE

    08/05/2005

    Note préliminaire. Un précédent texte ayant échappé à mon contrôle alors qu’il n’était pas terminé, je le reprends ci-après à « zéro »…Avec mes regrets, et mes excuses.JCL Après avoir tiré sa révérence à la façon théâtrale d’un Clavel disant « Messieurs les Censeurs, bonsoir ! », je m’attendais à ce que Pierre LANCE (dont j’avais admiré qu’il consente à descendre dans l’arène, avec tous les risques que cela comporte) tienne sa promesse de réfuter l’étude d’Etienne CHOUARD. Certains l’ignorent peut-être, ce professeur de droit (mais non de droit « constitutionnel »*, je le précise) qui s’était engagé pour le « OUI » (sans avoir rien lu du traité soumis à referendum) avait eu l’honnêteté et le courage (il en faut pour déchiffrer 852 pages d’un texte soigneusement rendu indéchiffrable !)non seulement d’étudier le Traité de Constitution européenne soumis à referendum, mais aussi de lire les ouvrages de tenants du « OUI », comme de tenants du « NON ». Il en était arrivé, dans un texte de 12 pages à conclure en faveur du NON…Son texte peut être consulté sur le NET… Mais pour en revenir à Pierre LANCE, le sachant fort occupé, je peux très bien comprendre qu’il n’ait pas trouvé le temps de mettre en pièces l’étude d’Etienne CHOUARD. Cela ne l’autorise pas à se rabaisser cette samaine au niveau de tous les politiciens qui défendent le OUI, en procédant à des « amalgames » indignes du défenseur de l’athéisme spiritualiste qu’il est. Il est facile d’ironiser sur la réaction indignée d’une Marie-Georges Buffet. Il eût été plus objectif de se pencher sur la joute entre Michel BARNIER (plus « commissaire européen » que jamais !) et Philippe de VILLIERS, le premier nommé ayant obtenu d’une journaliste partiale que le second ne puisse montrer un document prouvant que la Turquie (dont beaucoup de « OUISTES » refusent à juste titre, et pour des tas de raisons, l’entrée dans l’Union) avait bien partie liée avec ce Traité. Pierre LANCE qui nous assure qu’il a bien étudié ce texte aurait pu montrer l’objectivité dont il se targue habituellement, en se reportant au texte. Et en se demandant notamment pourquoi, au bas de la page 165 du « TRAITE ETABLISSANT UNE CONSTITUTION POUR L’EUROPE » que nous a remis la Poste on peut lire : « TÜRKYE CUMHURIYETI ADINA » ? Voilà qui semble donner raison à Villiers. Sinon, que vient faire la Turquie, même en trois mots, dans un Traité destiné à une UNION à laquelle elle n’appartient pas? Pas encore, diraient les CHIRAC II, BARNIER, (D)JACK LANG (je ne savais pas que P.L. pouvait avoir même un semblant d’admiration pour un Ministre qui, non content d’avoir contribué – ainsi d’ailleurs que son complice en « OUI » BAYROU – à l’effondrement de l’Education prétendue nationale, avait défilé, l’an passé, avec des élèves en colère, en leur disant « Il faut tout casser ! »), et autres HOLLANDE, STRAUSS-KAHN, and co. Mais, en lecteur perspicace, Pierre LANCE n’avait-il pas vu précédemment, dans l’Article qui prévoit un droit de pétition une sérieuse avancée démocratique ? Alors que cet Article oblige, je le rappelle, à réunir un million de signatures, réparties sur un certain nombre – non fixé – de pays, et à condition que la Commission en accepte le principe. Alors, je m’interroge – et cela, parce que, ayant lu certains ouvrages de Pierre Lance sur des sujets médicaux, je connais son sérieux et sa méticulosité – sur les raisons qui ont amené Pierre LANCE à se « dévoyer » sur un terrain politique en mêlant sa voix aux sarcasmes de politiciens réellement dévoyés, eux. Et j’en suis arrivé à penser que la seule chose qui l’intéresse dans ce texte « monstrueux » (au moins au sens éthymologique du mot) c’est de constater que, à l’instigation du tandem maudit CHIRAC/GISCARD, il refuse toute mention des origines chrétiennes de l’Europe, ou même simplement de la culture chrétienne de l’Europe. Voilà qui le réjouit peut-être parce qu’il laisse le champ libre à toutes sortes de « philosophies » (pas seulement celles des lumières), et, pourquoi pas à l’ « athéisme spiritualiste ». C’est oublier que, « les racines de l’Europe étant autant musulmanes que chrétiennes » (le mot est de CHIRAC), avec l’arrivée de la Turquie de moins en moins laïque, et de plus en plus musulmane, l’Islam, fier et conquérant, risque de devenir la réligion dominante de l’Union. Et, le fin lettré qu’est assurément Pierre LANCE, devrait savoir que, pour un musulman convaincu, le premier adversaire, ce n’est pas le Chrétien ou le Juif qui, eux, ont le mérite (la bêtise ? selon lui) de croire en Dieu, mais bien plutôt l’athée. Il sera bien temps alors de regretter d’avoir participé à la curée des « NONNISTES » et d’avoir ainsi, en cas de victoire du « OUI », participé à l’entrée de la TURQUIE dans l’UNION (nota: les politiciens du OUI, abusent du mot Europe, ce qui leur permet de prétendre que les partisans du NON sont contre l’Europe, alors qu’ils sont contre l’UNION bureaucratique et « moscoutaire » qu’on leur fabrique depûis une cinquantaine d’années. Ce qui avait justifié, il y a 27 ans, certain Appel de Cochin !Antisconstitutionnellement (ouf !) mais européennement et corfdialement vôtre, Jean-Claude LAHITTE P.S. Pour les « OUISTES » qui continueraient à croire aux promesses chiraquiennes (en l’occurrence, celle d’un referendum dans 10 ou 15 ans, et pourquoi pas dans 100 ans ? sur l’entrée éventuelle de la Turquie, je rappellerai que, la semaine dernière, lors d’une réunion UMP dans le 18°Arrondissement de Paris, Michèle Alliot-Marie qui a toute la confiance du Président (n’est-elle pas « premierministrable » ?, au lieu de dire « Il n’est pas question que… », ou bien « cela fera l’objet du referendum promis par le Président… », avait répondu à une militante qui s’inquiétait au sujet de la Turquie: « Seuls les pays répondant aux critères pourront prétendre entrer dans l’Union ». En tout cas, ce n’est pas un crière géographique, ni même un critère historique, ou culturel, et encore moins religieux, qui pourront interdire l’accès de l’Union à l’Europe, pardon… l’Union. Celle-ci ne s’est-elle pas interdit tout « critère » géographique, historique, culturel, etc. N’est-elle pas déjà la porte (largement) ouverte, à toute la misère du monde et son accompagnement de tous les trafics qui sont de plus en plus la plaie de l’Union. Une Union qui laisse ses entreprises se délocaliser et ses frontières à tous les produits de pays qui offrent des salaires de misère… Cela en vertu de « traités » signés par des gouvernants aussi incapables que prévoyants. Mais de cela, apparemment, l’ami Pierre LANCE, dans le superbe isolement de sa tour d’ivoire, n’en a cure. Il a décidé de voter OUI, ce qui est parfaitement son droit, mais de nous imposer, par le mépris ou l’ironie, son choix. * il y a des spécialistes du droit qui ne sont pas forcément des « consitutionnalistes », comme il y a des « veaux » à deux pattes qui ne sont pas forcément des « moutons », j’en conviens. Mais je rappellerai aussi qu’Alain PEYREFITTE devait démentir que De Gaulle eût traité les Français de « veaux » même s’il avait montré en maintes occasions qu’il le pensait…Mais voilà qui nous mène loin…

    Répondre
  25. Bourbaki

    08/05/2005

    L’archétype de l’article spécieux : tout irait bien si le TCE (Traquenard pour les Citoyens Européens) était un compromis, mais justement, il n’en est pas un. Ni libéral, ni social : juste inhibant, sclérosant, avilissant. Bien dans le droit fil du consensus mou, du politiquement correct, de la glaciation des idées. A jeter aux orties avec leurs propagandistes de l’UDFMPS verdâtre. Voter « NON » sera l’occasion UNIQUE d’exprimer son rejet de la nomenklatura politique ringarde qui n’écoute jamais le peuple, trop occupée de ses privilèges.

    Répondre
  26. erik dugas

    08/05/2005

    c’est NON un point c’est tout !

    Répondre
  27. Pierre

    08/05/2005

    Monsieur Lance, Je crois sincèrement que vous n’avez pas lu le traité pour tenir un discour pareil. Regardez les arguments donnés par certains professeurs de droit ou magistrats fervents défenseur du non et vous reviendrez peut etre sur votre avis. Cordialement.

    Répondre
  28. Ktorza

    08/05/2005

    M. Lance, bonjour (méritez-vous encore mon bonjour?), Je viens de lire votre nouvel article sur la Constitution européenne et comme d’habitude, je suis en désaccord avec vous. Selon vous, étant donné que des infâmes personnages (et c’est bien notre seul point d’accord) votent non au texte, nous devrons voter oui, sinon nous sommes bêtes. Avec votre arrogance, le non devrait l’emporter, du moins, parmi les lecteurs des 4 vérités qui sont bien plus intelligents que vous ne le dîtes et qui, j’espère, parviendront à obtenir votre renvoi, de M. Dumait. Pour l’instant, M. Dumait persiste à garder un type aussi stupide que vous l’êtes. Votre stupidité transparaî d’ailleurs dans ce nouvel article: décidément, je crois que nous n’avons pas la même vision de l’Europe: vous voulez une Europe-Puissance sans la Turquie; je veux une Europe-Espace avec la Turquie. Car, contrairement à ce que vous nous rabâchez constamment, la Turquie est une véritable démocratie qui a toute sa place dans cette Europe-Espace. Votre « Turcophobie » ne triomphera pas: vos sondages échoueront car vous avez, de toute façon, une mentalité de perdant, M. Lance. Vivement le jour où vous aurez quitté le site,…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)