Sarkozy : du souverainisme au fédéralisme

Posté le décembre 21, 2011, 12:00
3 mins

Dans ses multiples in­terventions sur la cri­se de l’euro, Sarkozy adopte des attitudes contradictoires dans le même discours, à la fois fédéraliste et souverainiste.

Il est vrai que pour cette dernière option, il tente de reproduire le coup de 2007, en captant les voix du Front National.
Dans le discours de Toulon, le 1er décembre, en évitant de prononcer le mot de « fédéralisme », il réaffirme le principe de la souveraineté nationale, tout en déclarant : « L’Europe, ce n’est pas moins de souveraineté, mais davantage de souveraineté, par­ce que c’est davantage de capacité d’agir » ! Dans le même temps, il annonce les grandes lignes d’un nouveau traité européen sur le modèle d’un fédéralisme intergouvernemental… Comment peut-on avoir davantage de capacités d’agir en re­mettant ses pouvoirs à un organisme supra-national ?

Cela ne l’empêche pas d’affirmer : « L’euro n’inspire pas confiance… L’Europe inquiète, au lieu de rassurer. »
Le 9 décembre, au congrès du PPE à Marseille, il a conclu en définissant les trois piliers de la refondation européenne : « Plus de solidarité, plus de discipline, plus de gouvernance », cette dernière via l’Eurogroupe, base d’un gouvernement économique de l’Europe qu’il appelle de ses vœux.

D’ailleurs, après le référendum de 2005 sur le traité européen de Giscard, refusé par les Français, Sarkozy n’a-t-il pas concocté en douce le traité de Lisbonne, qu’il a fait adopter par un Parlement aux ordres, traité à orientation fédéraliste ?

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

6 réponses à l'article : Sarkozy : du souverainisme au fédéralisme

  1. quinctius cincinnatus

    24/12/2011

    @ S.D.Z. :  l’I.R.C qu’est ce que c’est que ce bidule ?

    Répondre
  2. sdz

    23/12/2011

    Honnêtement si vous voulez voir à quoi ressemble un programme souverainiste, les partis politiques sont connus: upr, irc, mpf… Tous défendent la sortie de l’UE et de l’euro, avec quelques nuances. Une position très éloignée de celle de Sarkozy, mais aussi de Bayrou, de Hollande! L’IRC est par ailleurs le seul parti qui défende une refonte de l’appareil d’Etat central chère aux libéraux… http://www.la-France-contre-la-crise.over-blog.com

    Répondre
  3. twina

    23/12/2011

    Il ne faut surtout pas que Sarközy engage la France de quelque façon que ce soit dans un nouveau traité européen avant les présidentielles. Ceci devra être posément étudié après les élections.

    Répondre
  4. galbert

    23/12/2011

    Les arguments de Pinocchio sont comme d’habitude tordus et vicieux. Avec lui, le poison est dans la confiture, mixture qui lui est proposée par des communicants maîtrisant mieux que lui la langue française. Il nous a roulés dans la farine et trahis pendant 4 ans et demi. Voulons-nous que cela continue et même s’aggrave ? François Bayrou, homme propre, peut nous faire échapper à la fois à la peste et au choléra. Allons-nous manquer cette occasion exceptionnelle ? Aidons cet homme concrètement, pas seulement en parlant devant notre télévision. A cette invitation, ceux qui sont incapables d’initiative réagissent toujours par le mot : « comment ? ».

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    23/12/2011

    Mon "mèl" n’a pas franchi le jugement du modérateur ( raisonnable sur ce site )
    Formulons le dans un style plus " soft " ( en supprimant un mot sud-américain et un adjectif oriental)
    Nicolas Sarkozy n"a pas d’opinion ( sauf celle qu’il a haute de sa personne ! )
    Ce traine cuir vous vendrait aussi bien un faux morceau de la vraie Croix qu’un lot de savons d’Alep
    Ce texte exprime  une opinion pamphllétaire  …mais correcte dans son vocabulaire

    Répondre
  6. ozone

    21/12/2011

    Il y a les dires (souverainiste) et les faits (fédéraliste)

    Ses tendences autocratiques ne sont pas a prendre pour du souverainisme.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)