Sarkozy : naissance d’un homme d’État

Posté le novembre 26, 2008, 12:00
8 mins

Je dois dire que Nicolas Sarkozy ne cesse de nous surprendre sur la durée et même sur l’espace. Ses réformes marcheront sur la durée, les Français n’ayant pas le choix, même s’il était peut-être mieux fait pour être président d’une Europe responsable et réveillée que d’une France, tout de même en train de se débarrasser de ses oripeaux socialistes, de son social-corporatisme et de sa culture de l’aigreur.

Mais au niveau de l’Europe ? Nous nous étions habitués à la voir insultée par les Américains et les néocons, depuis un peu calmés par leur faillite financière et l’Obamania qu’ils ont déclenchée par leurs mauvaises manières, non pas en France ou en Chine, mais en Ohio ou au Colorado…

Nous nous étions habitués à n’avoir qu’une Europe bureaucratique, distribuant prébendes et subventions aux quatre coins de son petit cap de l’Asie, et compliquant à souhait notre vie quotidienne.

Or, cet été, Nicolas Sarkozy, à qui l’on a tout reproché, moi le premier, ramage, plumage, style de vie, ray-ban, gourmettes, pillage du PS, j’en passe et des meilleures, a montré qu’il était un homme d’État de dimension continentale, un visionnaire de la taille d’un Bismarck.
Car c’est bien Bismarck, l’unificateur de l’Allemagne, qui avait compris avant de Gaulle, qu’on ne ferait l’Europe QUE de l’Atlantique à l’Oural, et qu’il faudrait ménager les susceptibilités de l’ours russe humilié sous Eltsine et les oligarques apatrides pour mieux l’intégrer dans notre espace continental, à la fois sur le plan économique et culturel.

Il serait catastrophique que la Tchéquie chaotique défasse ce que le président a fait cet été et cet automne. Car Sarkozy a donné enfin un sens à l’Europe : elle n’est un plus un château d’une trentaine de cartes brouillées, mais une entité réelle capable de remplacer les USA quand ceux-ci, pas encore réveillés de leur « post-binge », comme dit Friedman, se rendront compte qu’ils ne doivent plus jouer aux faux riches ou aux gendarmes butors aux frais de la planète entière.

Le plus fort, chez Sarkozy, c’est qu’il ne fait ni ne conçoit pas une Europe contre le reste du monde. Au contraire : il s’est fait élire sur une image courageusement pro-américaine et pro-israélienne, qui rompait avec quarante ans de dissidence française à ce sujet. Dans le même temps, contrairement à ce que l’on nous dit, l’opinion française n’est plus aussi hostile qu’avant aux USA ou à Israël. Le déclin de la gauche dure et de la droite nationale en témoigne.

Et tout en nous rapprochant de l’Amérique et d’Israël, Sarkozy visite la Syrie, reçoit Khadafi, et veut édifier un grand espace méditerranéen. Il a tout à fait raison, agissant d’ailleurs comme Berlusconi à qui on le compare souvent : il ne s’agit pas de créer une Europe unie volontaire et motivée CONTRE, mais POUR.

Et il vaut mieux que l’Ukraine fasse partie de l’Europe avec la Russie plutôt que de l’OTAN contre la Russie. Il vaut mieux que l’Europe ait de bonnes relations avec le Maghreb que contre le monde arabe, qui se transforme bien plus vite que ne le pensent les islamophobes de tout poil.

Je ne sais pas comment cela finira. Nicolas Sarkozy est censé remettre dans un mois l’autorité européenne à la Tchéquie, petit état mafieux et antirusse, qui n’avait même pas su voir venir l’indépendance slovaque.

Il est aussi jalousé, à l’évidence, par Angela Merkel et par beaucoup d’autres qui méprisaient la France chiraquienne et voyaient dans ses interventions métapolitiques une gesticulation bling-bling.

Mais je parie que, si les Tchèques font n’importe quoi (dans Courrier international, on les voit affirmer qu’ils traiteront mieux le problème russe que les Français ou les Allemands… Ah bon ?), l’Europe devra prendre, avec Sarkozy à sa tête, de tout autres mesures pour s’affirmer sur le champ international.
À l’aube du monde post-américain, il est temps que nous nous y mettions.

Un politique paradoxal : voilà ce qu’est Sarkozy, et c’est pourquoi nous avons été si nombreux à nous tromper lorsque nous l’analysions. On pourrait dire aussi oxymorique : tout comme Hugo parle de soleil noir, il nous a imposé l’idée de laïcité positive ou d’une identité métisse et volontaire.
Comme disait Spengler dans Années décisives, ce qui importe dans une race (il parlait de la Prusse ; nous parlons de l’Europe), ce n’est pas sa pureté, c’est son élan créateur. Eh bien ! pour une fois nous avons un chef d’orchestre…

29 réponses à l'article : Sarkozy : naissance d’un homme d’État

  1. riton

    22/12/2008

    En quoi  se montrer pro américain et pro israelien  relève du courage. de Gaulle au moins a eu ce courage de ne pas être pro-américain,  c’est à dire de ne pas lier la France à leur politique unilatérale?  La gauche est pro- américaine quand elle a un Obama  à se mettre sous la dent, quand à Israël le souci de sa perrenité demande  peut être de revenir à une politique d’équilibre et affronter la paix si cela est encore possible.  Cela suppose de ne pas être ni pro -arabe, ni pro -israëlien , mais pour une solution diplomatique , à moins que l’on préfère la guerre généralisée;  et à l’inverse, une politique de fermeté face à l’Islamisation , encouragaé par les maires , aux violences en banlieue, . Les deux ne sont pas incompatibles; Où est le courage de Sarkozy. ?   Quand  à la crise j’attends de voir les résultats  de son action..Il serait prématuré de la croire  résolue .
    En fait ce Monsieur  qui semble ne croire  à  rien, à part à lui-même ,  dit otu et son contraire,   n’ a ni fermeté face aux grévistes du secteur public,   ni envers  personnes ni une vision de son pays où sa famille a été accueillie ,.  Actuellement il bénéfice de la déliquescence de la gauche, mais surfer sur la déliquescence  générale  n’est  pas la   politique , à celui qui a voulu êtr en charge de diriger notre pays, . Il n’a pas pris la crise à bras le corps en demandant entre autre,  un arrêt des délocalisations. Son ambition de mettre pas par petit coup  à bas le dimanche,  ne répond à aucun besoin ni économique ni bien sûr  à une vision  saine du repos dominical, mais une  soumission aux lobbies hostiles à la culture de vie,    

     Maintenant le courage serait de réclamer aux E.U. des dédommagements pour l’affaire plus que scandaleuse de cet ancien dirogeant  du Nasdacq , qui n’a pu escroquer ces montants  fabuleux sans jouir de protections suspectes .Ce Monsieur s’est cru intouchable,  car enfin des ennquêtes  avaient été diligentées . Demandons  des comptes à notre allié pour défaut de surveillance car et maintenant des français payent la note

    Répondre
  2. IOSA

    02/12/2008

    @Vitruve..

    Bien sur, on n’est pas de sauvages ( comme disait popek ).

    Mais je reste pantois devant le sac à main de Mlle Dati ( sac à main qu’elle a fait venir d’Italie par voie aérienne avec un commis partant de …France) tout comme les escarpins assortits qu’elle avait "oubliée" lors de son premier achat ( donc rebelote..commis, avion puis retour en France)

    Pour ma part, je trouve un peu cher le prix de l’ensemble, mais quand on aime, on ne compte pas….l’argent du contribuable.

    Heu? pour le mec qui avait un crédit de 180.000 F et qui arrive à fructifier un déficit en du positif palpable…. C’est qui la Banque qui fait ça ?  

    En trois lettres donc deux sont identiques, ce n’est pas cette banque ?

     

    Répondre
  3. vitruve

    02/12/2008

    AVE

    @IOSA ne soyons pas basiques, à l’abri de l’humour noir, il n’a jamais été question pour Vitruve du moins, de couper des têtes mais d’instaurer un contrôle permanent ( voir la chaîne parlementaire: édifiant! ) de l’ activité réelle de nos politiques qui, devraient être couverts et assurés par strictement les mêmes lois sociales que le quidam de base, imposés sur la totalité, hors frais de fonctionnement, de leurs indemnités , ne plus bénéficier de prêts spéciaux, cigares hors taxes, immunités diverses, etc…bref des politiques rémunérés à la scandinave avec une limitation de 3 mandats et surtout une mise à la retraite à 70 ans maximum. Mais rassurez-vous, même Besancenot ne réclamera un tel changement, une fois qu’on a gouté au fromage de notre République, c’est comme quand on a essayé une bagnole avec clim un été, impossible de revenir en arrière…Et comme ce sont les rats à l’intérieur dudit fromage qui choisissent le menu…

    Il faudra un jour m’expliquer comment un ministre de la 5e , arrivé au pouvoir avec 180000F de crédit sur un studio, se retrouve 15 ans plus tard avec un patrimoine de plus de 3 millions d’€ …et je ne parle pas du mobilier!

    PS:On pouvait voir une guillotine au musée Grevin ma semble-t-il. Cordialement

    VALE 

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    02/12/2008

    "Les-4-Vérités"    – 02 12 08

    Question complémentaire à Nicolas BONNAL :

    – Est-il digne d’un homme d’Etat (fut-il français ?) de laisser pendant plus d’une semaine, dans l’incertitude et dans l’angoisse de tensions de pré-guerre civile, plus d’un millier de Français (hommes, femmes, et enfants) parqués dans des aéroports à BANGKOK, sans donner d’instructions fermes pour que leur soient envoyés sans tergiverser les avions nécessaires à leur rapatrîment ? Surtout quand cet "homme d’Etat" est celui qui avait envoyé au plus vite un avion spécial à Tripoli de Lybie pour ramener en … France des infirmières bulgares auxquelles la France ne devait rien ! Le même qui avait envoyé  – en stand by – un avion pour prendre livraison, dès sa libération, d’Ingrid BETANCOURT, certes franco-colombienne (par mariage), mais surtout élue colombienne !

    Faut-il rappeler que le Premier Ministre espagnol, lui, n’avait pas hésité à envoyer un avion pour récupérer ses concitoyens ?  Il est vai que  – faute de l’avis de Nicolas BONNAL(1) – j’ignore si Monsieur ZAPATERO est bien, lui, un … homme d’Etat ! 

            Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Heureusement, semble-t-il, tout s’apprête à rentrer dans l’ordre en Thaïlande. Mais combien faudra-t-il de temps piur que nos compatriotes retrouvent leur patrie. 

    (1) dont le silence m’étonne et m’inquiète à la fois !

    Répondre
  5. Anonyme

    02/12/2008

    @Jaurès
    Vous nous dites "Quand on veut faire la leçon, il faut être irréprochable."
    Vous avez raison quant au fond mais venant de vous, il y vraiment de quoi rire !
    Sans parler du reste, vous devriez revoir certaines magouilles récentes intéressant le PS dont vous êtes le si fidèle adepte. Un peu de pudeur SVP !
    A moins que votre propos se limite strictement à la langue française.

    Répondre
  6. Jaures

    01/12/2008

    A Guillermo qui peste contre le niveau en Français des intervenants de ce site, je signale que le verbe "fuminer" n’existe pas.

    Quand on veut faire la leçon, il faut être irréprochable.

    Répondre
  7. sas

    01/12/2008

    et maintenant betancourt représentante de commerce associatif au pérou……avec 20 garde du corps s il vous plait……

    …….le tout évidament et certainement aux frais du gros CON "tribale" français…..

    sas qui se marre devant l amplification du chao….

    sas

    Répondre
  8. IOSA

    30/11/2008

    Couper quelques têtes ne sera pas suffisant, soyons plus clair et concis et relevons davantage le tour de passe-passe du pouvoir, qui consista depuis des lustres à blanchir le fric des français en paies mirobolantes et autres avantages aux dignitaires en place.

    Ceci dit, la solution est de récuperer ce qui a été volé au peuple et de le remettre dans la caisse commune des français ( le trésor public en l’occurence) et non de diminuer encore une fois le pouvoir d’achat, par de nouvelles taxes dues à la suppression de la publicité des chaines publiques.

    En ce qui concerne M.Sarkosy, la lecture des posts démontre largement que la confiance des français à son égard est plus que basse et qu’en fait de naissance d’un homme d’état, il s’agirait beaucoup plus d’ un avortement médical suite à une grossesse compliquée.

    Il ne reste donc que les anti IVG à soutenir ce qui n’aurait pas du être, dans l’espoir d’une miette qui tombe du gros gateau.

    Faudra pas oublier de les compter dans la charrette ceux là !

     

    Répondre
  9. IOSA

    30/11/2008

    @vitruve

    La guillotine…Elle est où ?

    Répondre
  10. Jean-Cmaude THIALET

    30/11/2008

    "Les 4-Vérités" 301108

    Si, être un homme d’ETAT, consiste à s’agiter comme une véritable marionnette sur la scène internationale, un peu partout dans le monde, ALORS, OUI, Nicolas SARKÖZY EST BIEN L’HOMME D’ETAT (naissant ou pas !) que voit en lui Nicolas Bonnal ! Si être un homme d’Etat, c’est se donner le genre d’être à "tu et à toi" avec les "grands de ce monde", en leur posant familèrement la main sur l’épaule, en leur faisant la bise ou en leur caressant la tête, ALORS, OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT ! Si être un homme d’Etat consiste à accorder, sur les instances de son épouse et de sa belle-soeur (1)  –  au mépris d’un jugement rendu souverainement par un pays voisin et ami, et à celui des accords qui nous lient à ce pays –   une "grâce médicale" à une brigadiste sur le point d’être extradée (1), ALORS OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT ! Si être un homme d’Etat, c’est s’assurer – comme un gamin fier de son joujou – que ses invités ou ses hôtes, ainsi que les photographes et les camaramen n’ont d’yeux que pour sa propre épouse, ALORS OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT ! Si être un homme d’Etat, c’est courir aux cinq coins de l’Hegagone pour manifester sa compassion (même si c’est de manière sélective !), ALORS OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT ! Si légiférer (ou demander de légiférer) dans l’urgence au moindre problème, ALORS OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT ! Si être un homme d’Etat, c’est – alors qu’on n’est seulement Ministre de l’Intérieur ! – c’est faire voter une loi pour éviter éviter la "DOUBLE PEINE" (l’expulsion) à un étranger multirécidiviste(2) sous le simple prétexte de ne pas le séparer de sa femme (une femme qu’il battait régulièrement) et de ses enfants ("nés Français" !), ALORS OUI, Nicolas SARKÖZY EST UN HOMME D’ETAT !

    J’arrête là cette liste non exhaustive, tout en faisant remarquer que si l’on répond OUI à toutes les questions du questionnaire qui précède, Nicolas SARKÖZY est même un GRAND HOMME D’ETAT que le monde entier doit (devrait) nous envier ! Et nous, Françaises et Français, femmes et homme de peu de foi,

    Et ce sera le mérite de Nicolas BONNAL de nous l’ avoir révèlé. Comme cela aura été celui d’un de ses confrères de nous démontrer que George W. BUSH était le plus grand Président made in USA, et d’un autre qu’AL GORE, son rival malheureux à la 43 ème Présidentielle, méritait d’être statufié.

    Et cela me permettra de me considérer comme un iconoclaste des temps modernes….

              Bon dimanche à toutes et à tous, cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Bien entendu, je ne puis que souscrire aux propos de Nicolas BONNAL lorsqu’il écrit : "…il vaut mieux que l’UKRAINE fasse partie de l’Europe avec la Russie plutôt que de l’OTAN contre la Russie. Il faut mieux que l’Europe ait de bonnes relations avec le Maghreb que contre le monde arabe…etc." (fin de citation).  Mais ce n’est pas en faisant des coubettes, des embrassades et des salamalecks à BOUTEFLIKA, en n’osant pas lui renvoyer "ses" voyous qui encombrent de plus en plus nos prisons, en lui promettant l’assouplissement dans l’obtention des "visas", etc. que l’on s’acquerra les grâces du Monde arabe. Pas plus qu’en allant faire allégeance à Washington et à New-York comme il l’avait AVANT même son élection, et encore moins en s’impliquant de plus en plus dans l’OTAN, ou en acceptant de la part des ETATS-UNIS et de l’ISRAËL leur pression pour l’entrée de la Turquie dans l’UNION EUROPEENNE, et encore moins en prenant fait et cause pour l’UKRAINE et pour la GEORGIE soutenus par les ETATS-UNIS CONTRE la RUSSIE, qu’on facilitera l’entrée de l’Ukraine ET de la RUSSIE dans l’Union Européenne. La politique ambigüe de Nicolas SARKKÖZY  – faite d’un pas en avant, et de deux pas en arrière – ne facilitera pas les choses … A moins que le tango ne figure au nombre des qualités insdispensables à un véritable homme d’Etat !

    (1)A noter que LA STAMPA  – citée dans le n° 265 de Faits & Documents (BP 254-09 75424 Paris Cedex 09), repris par "RIVAROL" du 28/11 (http://www.rivarol.com)  –  a révélé que l’une des victimes du commando auquel appartenait Marina PETRELLA, la brigadiste rouge dont le Président de la République a refusé l’extradition, appartenait au groupe de policiers spécialement chargés de la protection à TURIN de la riche famille Bruni-Tedecschi. Une famille qui avait préféré finalement se réfugier en France et dont les filles ont su manifester à leur façon leur … reconnaissance ! 

    (2) un multirécidiviste qui ayant à peine échappé aux affres de l’expulsion s’était empresse de … récivider !

    Répondre
  11. Anonyme

    30/11/2008

    Bravo Nicolas Bonnal ! pour avoir le courage de démontrer qu’un jugement peut n’être pas irrévocable et qu’il est possible à à un homme déterminé, fut-il politique, d’influencer par son action, ceux que dérange le moindre changement imposé à leur vision étriquée des choses et la remise en cause leurs certitudes.
    D’autant plus qu’il me semble me souvenir qu’il vous arrive d’être critique.
    Il suffit en tout cas, pour se rendre compte que vous n’avez pas tort, de voir la réaction aussi bien argumentée que unanime des ringards.

    Répondre
  12. Guillermo

    30/11/2008

    "On va tous vers la Beresina".  <Jean-Pierre>.

    Il suffit de voir l’orthographe. Bien des Français ne savent même plus aligner 3 mots sans faire une faute.  J’ai vu Cuba : les gens n’y ont rien à bouffer mais au moins les Cubains sont inventifs et cultivés. 

    La France c’est bientôt plus rien à bouffer mais une population de valets ignares qui s’applatissent devant l’aristocratie moderne qui dépouille leur pays,et fuminent par derrière !

    Oui c’est bien la Bérézina, ça oui. FAN_TAS_TIQUE ce qu’est devenu le pays des lumières en une ou deux générations !

     

    Répondre
  13. Jean-Claude Thialet

    29/11/2008

    29/11/08  –  "Les 4-Vérités" –

    Pour demeurer objectif  – même si le papier dythirambique de Nicolas BONNAL ne l’est pas forcément – et après avoir rappelé que la définition donnée à l’expression "homme d’Etat" est généralement :

    Homme politique (1) ayant exercé des fonctions au sein d’un Gouvernement", ce qui fait à coup sûr de Nicilas SARKÖZY  – lui-même plusieurs fois ministre  –   un "homme d’Etat" à 100% !. (Remarque : avec la 5ème, comme avec la 4ème ou la 3ème République, cela nous en fait des "hommes d’Etat" … à vie !

    je citerai que les quelques phrases qui suivent pour que chaque internauite se fasse leur propre opinion sur Nicolas SARKÖZY en tant qu’ "homme d’Etat" (mot que d’habitude je prends avec des pincettes, et que je préfère mettre aujourd’hui entre guillemets !") :

        – "Le coeur de l’homme d’Etat doit être dans sa tête." Napoléon BONAPARTE (Remarque : quoiqu’on pense de cet empereur, il fût assurément un homme d’Etat, et même un grand. Il n’y a qu’à faire le relevé de tout ce qui lui a survécu en France. Dans tous les domaines ! Il est vrai que notre "Napoléon" à nous n’a encore que 18 mois de règne ! Mais, pour l’instant, mis à part l’abolition de la "double peine" à laquelle sont attachées les innombrables bonnes conscience bien de chez nous, je ne vois guère ce qui lui survivra …  

        – Le devoir de l’homme d’Etat n’est plus de pousser violemment les sociétés vers un idéal qui lui paraîr séduisant, mais son rôle est celui du médecin. Il prévient l’éclosion des maladies par une bonne hygiène et, quand elles sont déclaréesIL CHERCHE A LES GUERIR". Antoine DURKHEIM (2) 

        – "Le véritable homme d’Etat est celui qui s’institue arbitre impartial entre ses ambitions et l’intérêt général." Johannes VAN DEN BOSCH

        "Le grand homme d’Etat est celui dont il reste de grands mouvements utiles à la Patrie" Voltaire (Remarque : de cela, l’Histoire en jugera sans doute sans nous !)

    Mais à la réflexion, sans même s’en rendre compte, Nicolas SARKÖZY  –  si l’on en croit le mot d’Harold MacMILLAN –   serait devenu "Homme d’Etat" tout simpkement en multipliant les voyages à l’Etranger : "Quand vous êtes à l’Etranger, vous êtes êtes un homme d’Etat; quand vous êtes dans votre propre pays, vous n’êtes qu’un homme politique"(Harold MacMILLAN). Ce qui explique que Nicolas BONNAL ait confondu la "naissance d’un homme d’Etat", avec, tout simplement, l’avènement (pour six mois seulement !) de Nicolas SARKÖZY à la Présidence de l’UNION EUROPENNE. Ce qui expliquerait aussi, comme je l’explique dans un pécédent "post" (pas encore publié), qu’avant de passer le relais de la "Présidence" européenne à la Tchéquie, Nicolas SARKÖZY ait tenté d’obtenir de  Mirek TOPOLANEK, Premier Ministre tchèque, de conserver les négociations sur l’UNON POUR LA MEDITERRANEE. Plus de "Présidence européenne", beaucoup moins de voyages à l’étranger, et un "homme d’Etat" qui vient de"naître" réduit au simple  rôle d’homme politique ? That is the question…crucial ! (En français comme en anglais). On devine le déchirement au matin du 1er janvier 2009 …

             Bon dimanche, cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) avec l’arrivée des femmes en politique, il faudra revoir cette expression "macho" !

    (2) ainsi, le bon docteur SARKÖZY s’efforce de guérir les dettes et d’équilibrer le budget en accroissant les déficits, à réduire les "récidives" en supprimant la "double peine", à résoudre les problèmes liés à l’immigration (insécurité, précarité, mal ou non logement, chômahe, etc.) en faisant semblant d’instaurer l’immigration choisie, tout en promettant l’amélioration des attribution de visas à chacun de ses déplacements, à améliorer notre déséqulibre commercial en continuant à laisser envahir le pays par des produits fabriqués à bas prix par une main d’oeuvre sous-payée et mal-traitée, sans même se précoupper des contrefaçons et des produits  "frelatés" qui se multiplient, à se laisser insulter par la Chine en tant que Président de l’Union européenne comme en tant que  Président de la République française, sans même convoquer l’ambassadeur de Chine, etc. Que voilà un grand "homme d’Etat". Il est vrai qu’il vient seulement de naître. !

    Répondre
  14. Jean-Claude

    29/11/2008

    "Les 4-Vérités"   – 29 11 08

    Le "magicien SARKÖZY" a encore frappé ! Lui qui avait su embobiner au printemps 2007 des millions d’électrices et d’électeurs (particulièrement de la "Droite Nationale" non pas tant avec des fallacieuses promesses qu’en se faisant passer pour ce qu’il n’est pas), vient de séduire Nicolas BONNAL. Pas seulement en lui (en nous) imposant "l’identité métisse et volontaire" (1) et/ou à la "laïcité positive". Mais en s’imposant (au moins à lui si l’on croit ses propos dythirambiques !) comme un homme d’Etat (sic !).

    Sil l’on en croit Nicolas BONNAL, en plus du BISMARCK (2) qu’il voit en son homonyme, et outre le Napoléon (certes pas le petit) (3) que son modèle pense lui-même être, il y a du "Hercule" dans l’homme dont il ne se lasse pas d’énumérer tous les travaux. Si jamais le Président de la République devait remplacer un de ses conseillers en communication, ou compléter son équipe, il n’aura pas loin à chercher. Et je me ferai même un plaisir de faire transmettre au "chef d’Etat naissant" ce panégyrique propre à faire remonter encore de quelques points sa côte dont je conviens qu’elle a remonté de quelques points depuis qu’il a tout loisir, grâce à son képi provisoire de "Président de l’Union européenne".

          Que l’on me permette de rappeler :

        – qu’un Chef de l’Etat (ce qu’est noramelement Nicilas SARKÖZY !), investi d’un pouvoir institutionnel,  est titulaire de la Souveraineté, et qu’il représente directement la Nation. C’est lorsqu’il a été désigné comme chef de l’Etat qu’un homme politique est le mieux à même de prouver ses talents "d’homme… d’Etat" !

           – que l’Etat (avec un "E") est une entité politique constituée d’un terriroire délimité par des frontières, et d’une population homogène.

           – Et que le rôle d’un véritable homme d’Etat, outre de prendre en mains les destinées de la Nation qui l’a investi, en la projetant résolument vers l’avenir, est aussi d’assurer sa pérénnité. Un pérénnité qui est mise à mal par les dettes colossales, par le déficit budgétaire et commercial, par l’insécurité et le chômage grandissants, par une immigration de moins en moins assimilable, etc. Ce que, malgré ses bonnes paroles,et ses beaux discours, le prétendu "Chef d’Etat"  est incapable d’assurer, tout comme de résoudre ses problèmes chorniques,  comme les faits (ils sont "têtus" !) ne cessent de le montrer !

    Et pour en terminer avec les propos invraissemblables (au moins aux yeux des quelques intervenants qui m’ont précédé comme aux miens) de Nicolas BONNAL, je ne sais pas si, comme il semble le craindre, la Tchéquie (qui doit succéder pour six mois à la France, pardon, à Nicolas SARKÖZY !) seront mieux à même de traiter le "problème russe" (4) que n’aura su le faire (mal, même si après l’affaire de la Géorgie où il avait manigestement pris partie contre la Russie, celui-ci a accepté – ou fait semblant – de mettre de l’eau dans un vin qu’il ne boit d’ailleurs pas) Nicolas SARKÖZY (5), mais que l’on me permette de révéler comment le Président actuellement en exercice de l’Union européenne a essayé de négocier avec le premier ministrer tchèque, Mirek Toplanek, la passation de relais.

    Selon l’hebdomadaire tchèque "Reflex" (cité par "Métro" du 28/11) Nicolas SARKÖZY a tenté de convaincre son interlocuteur, lors d’une rencontre à Prague le 31 octobre, de lui laisser la direction de l’Union pour la Méditérranée (c’est son "machin" à lui !). Lui demandant notamment  "Savez-vous ce que cela signifie d’être seul face à tous ces Arabes ? (Note personnelle : de quels "Arabes" voulait-il parler ? De ceux qui sont "chez eux chez nous" ? ou de ceux qui n’aspirent qu’à venir s’installer chez nous ? Ou des deux ?). De les avoir au téléphone ? Les Arabes sont difficiles à gérer, vous savez" (fin de citation). Et, se faisant sinon câlin comme il sait si bien le faire (pas seulement avec certaine dame !), du moins pâtelin (les deux mots riment !) comme il l’a fait avec le succès que l’on a vu avec les électeurs et électrices lors de la dernière présidentielle !), le "chef  d’Etat" SARKÖZY de proposer à Mirek TOPOLANEK : "Aidez-moi, je vous aiderai à devenir le leader de l’Europe de l’Est… Qui croyez-vous que je préfère ? Angela MERKEL(la chancelière à l’éternel sourire narquois va être contente !) ou vous-même ?…"(fin de citatiion).

    Voilà assurément qui montre les talents de véritable "homme d’Etat de Nicolas SARKÖZY. Un homme d’Etat dont il faudra peut-être un jour faire remonter la "naissance" (je reprends là le mot de Nicolas BONNAL’) au 31 octobre, à … Prague.

    Trêve de plaisanterie. Je préfère laisser à leurs illusions Nicolas SARKÖZY et les quelques internautes qui voudront (l’un au moins s’est déjà manifesté !) bien lui tenir compagnie. Je crains bien (euphémisme) que pour reprendre certain mot qui concernait son précédesseeur, l’époux de Carla BRUNI ne soit un homme fait non du marbre des statues, mais de la porcelaine des bidets. Des bidets d’ailleurs étrangement en voir de disparition …

                      Bon dimanche à toutes et à tous, cordialement, Jean-Claude

    P.S. Je suis quelque peut étonné de voir qu’après la douzaine de "posts" qui précèdent, Nicolas BONNAL ne soit pas intervenu  – comme il le fait régulièrement, et pas seulement sur son site – pour fusriger façon "lancienne" certains intervenants…

    (1) je note que, selon le mot de Nicolas BONNAL lui-même, c’est sa nouvelle idole qui lui a (pardon ! nous a !) "imposé" (sic), outre la "laïcité positive" (bis)  "l’identité métisse(ter), le mot "imposé" allant mal avec le "volontaire" qui suit. Mais sans doute Nicolas BONNAL, pour avoir vécu en Argentine, est-il fait à l’idée du métissage. Il oublie deux choses. C’est que le métissage est imposé aux "indigènes" (des indiens, pour ce qui concerne ll’Argentine) par des "allogènes" (à l’origine essentiellement espagnols, toiujours pour l’Argentine). Et qu’en France, ce metissage est imposé aux "indigènes" que nous sommes dans notre propre pays,  non par un grand chef d’Etat, mais par des "envahisseurs" venus majoritairement d’Afrique du Nord et d’Afrique subsahélique, mahométans pour la plupart. Des envahisseurs qui ont la prétention de nous imposer (toujours ce sacré mot "imposer" !) leurs moeurs, leur cutlure, et leurs traditions, de nous prendre nos femmes et  nos biens, sans nous apporter en retour la mise en valeur de notre pays, fusse à leur propre profit comme on le reproche au colonialisme … 

    (2) celui ci- aura au moins eu le mérite de faire l’Allemagne, et même la "Grance Allemagne" !

    (3) mais celui qui a failli imposer l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, et même jusqu’à Port-Arthur ! Remarque : avec son "UPM" (Union pour la Méditérranée) Nicolas SARKÖZY prétend même l’étendre des deux côtés de la Méditérranée et même jusqu’au bout de la "Mare Nostrum"

    (4) ce n’est assurément pas un Nicolas SARKÖZY à la remorque de l’OTAN et des ETATS-UNIS qui sera le mieux à même de résoudre les problèmes avec la Russie. Les responsables politiques des anciens pays de l’URSS aujourd’hui rattaché à l’U-E., pour peu qu’il sachent faire taire leurs racunes à l’égard de celle-ci seront mieux à même de rabibocher la Russie avec une U-E. otanisée. D’autant que, Vlamdimir POUTINE, en apprenant aux Russes à se réconciler avec leur passé, aura montré que, lui, avait véritablement l’étoffe d’un homme d’ETAT. Un homme d’Etat qui ne change pas ses discours en fonction de ses interlocuteurs, à la façon d’un … Nicolas SARKÖZY !

    Répondre
  15. Anonyme

    29/11/2008

    AVE

    "Un politicien fait tout pour être élu  ET réélu, il ne voit que sa carrière, au détriment de l’avenir des générations futures." tout est dit par Mr Bainville en cette simple phrase et explique bien le cul de sac dans lequel nous sommes engagés et que ni droite, ni gauche ne veulent déchirer. Ce n’est que lorsque les politiques DE TOUS BORDS iront au boulot avec l’angoisse au ventre , comme les commerciaux payés au résultat que nous pourrons espèrer un début de changement. En attendant pour accélérer le mouvement, il n’y a qu’une solution: comme en 89, couper quelques têtes et vous verrez , ça ira tout de suite mieux…

    VALE

    Répondre
  16. Anonyme

    28/11/2008

     

    même si cet article peut laisser perplexe,  il faut mettre au crédit de nicolas bonnal , qu’il s’évertue depuis des mois voire des années à "avertir la nation".

    mais peut-être est-il trop en avance pour nombre de nationaux qui souvent s’apparentent à des chevaux à oeillères montés sur rails.

    un académicien est-il si proche de Dieu ou de ses anges qu’il ne lui faille jamais écarter ses oeillères ?

     

     

    Répondre
  17. Bainville

    28/11/2008

    Alain  Dumait, au secours  revenez, vous aviez au moins une certaine personnalité.

    Il en faut si l’on veut lutter pour défendre les Français de France, et leur épargner des siècles obscurs. oui,, je le dis bien, des siècles obscurs.

    Les peuples sont gouvernés par les morts, car les effets des décisions politiques, dont, entre autres, les abandons, se font sentir durement, mais bien longtemps après la disparition de leurs auteurs

    Un politicien fait tout pour être élu  ET réélu, il ne voit que sa carrière, au détriment de l’avenir des générations futures.

    Un homme d »Etat envisage sa responsabilité devant l’histoire, et les comptes serrés qu’il aura à rendre non pas devant un électorat, manipulable et à la mémoire courte, ou des assemblées peuplées de créatures ou de complices, mais les comptes  à rendre aux générations à venir, et pour les monarques chrétiens au Juge de tout homme comparaissant devant lui à sa mort., sans échappatoire possible..

    "Un jour viendra où la nation saura plus de gré à ceux qui l’auront avertie qu’à ceux qui lui auront caché la vérité,"

    Jacques Bainville, de l’Académie Française.

    Répondre
  18. Jean-Pierre

    27/11/2008

    On va tout droit vers la Beresina.

    Répondre
  19. Jaures

    27/11/2008

    Curieuse cette fascination des 4V (Lance est également contaminé) pour Sarkozy. A quoi peut-on juger l’action d’un homme politique ? A son activité ou à ses résultats ? Sur le premier critère, je vous l’accorde, l’homme est imbattable. Mais pour le reste ? Reprenons ses slogans de campagne.

    "Il faut travailler plus pour gagner plus". Après l’échec des heures supplémentaires, 40 000 chômeurs de plus en Août, avant la crise financière, Sarkozy veut à présent faciliter le chômage partiel.

    "Je serai le président du pouvoir d’achat". Sans commentaires.

    "Je veux que d’ici deux ans, plus personne ne meurt de froid dans la rue". Déjà 5 morts recensés et une improvisation de C.Boutin anonçant des mesures contre-productives immédiatement remises en cause. 270 morts l’an passé. Soyons net: rien n’a été fait contre la grande pauvreté en deux ans.

    "Il faut remettre les droits de l’homme au centre de la politique étrangère". Après s’être fait humilié par Kadhaffi et roulé par les russes bien installés sur le territoire voulu après un soigneux nettoyage ethnique, la Chine vient de montrer à Sarkozy toute sa reconnaissance pour s’être compromis à la cérémonie d’ouverture des J.O en renonçant à se rendre à la réunion avec l’U.Européenne que notre président souhaitait tant pour sa com.

    "Il faut remettre au vert les comptes de la nation. C’est vital". Là, on sombre dans le grand n’importe quoi. Après avoir fait affirmer par son premier ministre que la France est en faillite, il débloque des milliards d’euros d’un claquement de doigts. Après avoir supprimé des postes de professeurs (notamment les RASED qui permettent à 170 000 enfants de profiter d’un soutien spécialisé) il crée des emplois aidés destinés à amortir les statistiques du chômage. Tout le monde le dit: les déficits vont atteindre des niveaux jamais connus.

    Alors, Sarkozy, homme d’état ? A mon avis, d’ici peu, nous ne serons plus nombreux à nous poser la question.

    Répondre
  20. Bainville

    27/11/2008

    Votre article est  superficiel et bien naïf.

    Mélanger les enjeux européens des années 1860 avec l’Europe bureaucratique apatride, cela est affligeant.

    Le président français est un acteur qui se paie de mots  et lance beaucoup de sujets , sans vraiment les approfondir ou espèrer les voir avancer un peu.

    Il sait très bien maintenir toutes les politiques nuisibles au pays, de l’étatisme envahissant à l’immigration dissolvante, l’essentiel est de ne pas faire prendre de risques à sa carrière, sous la surveillance de la pensée de gauche omniprésente.

    Les 4 Vérités  commencent à tourner  au crépuscule intellectuel avec des avis aussi pâles et des regards aussi  peu assurés devant la réalié impitoyable, elle. 

    Répondre
  21. HEFF

    27/11/2008

    Les banques islamiques arrivent en France  :

    http://fr.novopress.info/?p=14367

    La ministre de l’Economie, Christine Lagarde, est aux anges : « Nous sommes déterminés à faire de Paris une grande place d’accueil de la finance islamique », a-t-elle déclaré hier lors de l’inauguration du deuxième forum français de la finance islamique. Après les mosquées, les cantines et boucheries halal, les gymnases et piscines réservés aux musulmans… bienvenue aux banques islamiques. Qui peut douter encore de l’islamisation de la France et de l’Europe ?

    Répondre
  22. daniel sachet

    27/11/2008

    c’est de l’humour?

    cordialement.

    Répondre
  23. Magny

    27/11/2008

    Bravo Hans : Sarko c’est le Napo politique du XXième siécle . Et vivement que l’élection présidentielle de 2012 soit sa retraite de Russie … avec les problèmes économiques dans le rôle des cosaques . 

    Répondre
  24. siniq

    27/11/2008

    Les similitudes de l’histoire.

    Toute ressemblance avec un personnage actuel ne serait que fortuite.

    Que peut-il ? Tout. Qu’a-t-il fait ? Rien.

    > Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eut changé
    > la face de la France, de l’Europe peut-être.
    > Seulement voilà, il a pris la France
    > et n’en sait rien faire.
    > Dieu sait pourtant que le Président se démène :
    > il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ;
    > ne pouvant créer, il décrète ;
    > il cherche à donner le change sur sa nullité ;
    > c’est le mouvement perpétuel ;
    > mais, hélas ! cette roue tourne à vide.
    > L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère
    > est un carriériste avantageux.
    > Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots,
    > ce qui sonne, ce qui brille,
    > toutes les verroteries du pouvoir.
    > Il a pour lui l’argent, l’agio,
    > la banque, la Bourse, le coffre-fort.
    > Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.
    > Quand on mesure l’homme
    > et qu’on le trouve si petit
    > et qu’ensuite on mesure le succès
    > et qu’on le trouve énorme,
    > il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise.
    > On y ajoutera le cynisme
    > car, la France, il la foule aux pieds,
    > lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue !
    > Triste spectacle que celui du galop,
    > à travers l’absurde,
    > d’un homme médiocre échappé ".
    >
    > Victor HUGO, dans " Napoléon, le petit "
    Répondre
  25. HansImSchnoggeLoch

    26/11/2008

    Angela Merkel est beaucoup plus lucide que Sarko. Avant Hartz IV l’Allemagne était dans un cas pire que la France. Depuis que des réformes douloureuses ont été mises en oeuvre et ce sous un gouvernement de coalition droite / gauche impensable en France, le pays s’est redressé et sa dette publique a été considérablement réduite sans augmentation du chômage.

    Pendant ce temps la France en toute insouciance continuait son "spending spree" et il faudrait maintenant que l’Allemagne mette la main à la poche pour l’aider à sortir de son "post-binge". Il faut arrêter de prendre les autres pour des "Dummköpfe". De toute façon Sarko est comparé en Allemagne à juste titre à Napoléon.

     

    PS: tous mes respects aux Tchèques et Slovaques qui sont arrivés à partionner leur pays en deux nouvelles entités sans avoir à se trucider.

    Répondre
  26. richa83

    26/11/2008

    estimer que Sarko est un nouveau Bismark…fallait quand même oser!

    C’est vraiment du n’importe quoi!!

    Répondre
  27. sas

    26/11/2008

    a mr bonnal…..

    quest ce que vous fumez ????? monsieur…….votre herbe doit être contaminée au cloredécone….les symptômes sont déjà présent…..

    céssité précoce et brutal…….perte neuronique importante……délirium trémince

     

    et pourquoi pas revoter pour le boutiquier initié de neully….????

     

    sas

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)