Sept raisons de dire non à la Turquie

Posté le janvier 04, 2007, 12:00
8 mins

Margaret Beckett, secrétaire au Foreign Office, dans “Le Monde” du 14/12/2006, donne sept raisons en faveur de l’entrée de la Turquie au sein de l’Union Européenne. Toutes ces raisons militent contre, ou sont indifférentes ! Ainsi, « la volonté de l’Europe de jouer un rôle plus actif dans le monde », volonté pas très évidente d’ailleurs, incite plutôt à rechercher des rapprochements vers toutes sortes d’autres pays : Japon, Russie, Amérique Latine, pays Caraïbe, Australie.

« Les menaces sur notre approvisionnement énergétique » n’ont guère de rapport avec un pays sans beaucoup de pétrole, et « les problèmes apparemment insolubles du Proche-Orient » ne peuvent qu’inciter les Européens à se tenir éloignés de ce brasier, raison pour laquelle l’idée suggérée par d’aucuns d’une intégration d’Israël, ne fut guère retenue. Ce sont les pays musulmans qui ont des problèmes insolubles, en raison notamment de l’agitation extrême d’une minorité ivre de Djihad pour qui l’intégration de la Turquie ne pourrait qu’être comprise comme une nouvelle croisade. Ainsi donc la « montée d’un extrémisme visant à élargir le fossé entre musulmans et non musulmans » est suffisante pour rejeter cette intégration.

Venons-en à l’essentiel : « la nécessité de s’attaquer aux problèmes de la drogue, du crime organisé et de l’immigration clandestine ». Or cette même Turquie héberge l’une des criminalités organisées les plus puissantes et surtout violentes, spécialisée dans « la drogue ».
On ne voit pas l’intérêt de lui ouvrir tout grand les frontières, et est extravagante l’idée gribouille de les ouvrir à des immigrants transformant automatiquement des clandestins en légaux. La chose serait grave car, à côté d’une faible minorité de gens largement occidentalisés et souvent cultivés, il y a en Turquie une quantité considérable de paysans anatoliens frustes, pauvres, et prolifiques, or ce pays est très peuplé et une conséquence immédiate de son intégration serait l’arrivée massive de millions d’immigrés inadaptés.

La question de l’immigration a rarement été étudiée objectivement. En général, la venue d’immigrés provoque, surtout sans les milieux populaires, des réactions assez hostiles, puis, petit à petit, celles-ci diminuent pendant que ceux-là s’intègrent, pour l’essentiel. L’origine raciale joue beaucoup moins qu’on ne le pense trop souvent, en revanche la culture initiale, les coutumes et surtout la religion jouent un rôle essentiel, sans négliger la nationalité.

Ainsi les Russes se sont beaucoup plus mal intégrés que les Ukrainiens et les Noirs originaires d’Afrique Centrale (Cameroun, Congo…) bien mieux que ceux venus du Mali. Et la venue de nombreux Asiatiques (Chinois, Indochinois) a été presque toujours fort bien prise, parfois considérée comme un enrichissement. Mais il faut constater que le rejet tout comme la faible intégration concerne essentiellement les Musulmans qui ont une grande tendance à s’isoler, aidant ainsi à la constitution de ghettos dont ils ne sont pas seuls responsables.
Il ne faut pas oublier que si trop souvent, l’immigration nord-africaine est intolérable à ses voisins, une grande partie s’intègre parfaitement, comme en témoigne le nombre des « mariages mixtes », notamment ceux assez nombreux contractés par les femmes « maghrébines ». On ne peut donc considérer uniquement l’importance de la délinquance, juvénile en particulier, ni l’insupportable pression de certains imams, souvent venus d’ailleurs du Proche-Orient, pression dont témoigne la multiplication des femmes voilées. Une des causes de l’hostilité de beaucoup contre les immigrés musulmans est justement leur conception, pour beaucoup d’entre eux, du rôle de la femme.
Or ceux d’origine Turcs, en Alsace comme en Allemagne, constituent des minorités très fermées où mariages arrangés, voire « crimes d’honneur », ne sont pas rares, et il n’y a guère de contact avec la majorité. Vieillissement de la population ?

Justement, c’est une raison de plus pour éviter la venue de millions de gens inassimilables. La concurrence croissante de l’Asie ? Certes ! Mais la Turquie n’est-elle pas en Asie Mineure ?

Le problème turc n’est pas celui des relations avec Chypre, ni de la reconnaissance d’un génocide. Il est bien plutôt démographique : il s’agit de l’entrée en Europe d’une communauté totalement inassimilable. L’entrée de la Turquie sonnerait le glas d’une Europe déjà assez malade.

59 réponses à l'article : Sept raisons de dire non à la Turquie

  1. Alex B

    10/09/2010
    NON à La Turquie: 10 raisons irréfutables d’une Française qui vit en Turquie
    Je tenais à vous présenter de l’intérieur et en toute objectivité 10 bonnes raisons de ne jamais laisser ces gens là rentrer dans l’Union Européenne.
    Cette lettre est littéralement un appel au secours. Je suis citoyenne Française. Et je vis en Turquie. Le cauchemar de racisme quotidien que m’impose ce pays ma poussé à accomplir un geste citoyen et à vous écrire cette lettre. J’estime que la Turquie est très mal placée pour nous demander à nous Européens de faire preuve de tolérance envers eux quand eux sont incapables de nous accorder la même chose dans leur pays.
     
    1.        Un pays qui refuse de se prendre en main : L’engagement politique est extrêmement limité en Turquie. 80% de la population se contente de voter pour le parti qui a organisé le plus de fêtes de quartier, qui a mis la musique le plus fort et qui a donné le plus de subventions. Il n’y a absolument aucune conviction politique réelle. Que les subventions viennent de partis soutenus par des pays défendant le radicalisme, obscurantisme, l’instrumentalisation des religions ne leur fait ni chaud ni froid ! C’est même au-delà de leur portée et le cadet de leurs soucis. Ceci est complètement incompatible avec notre culture politique Européenne. Nous n’en sommes plus au populisme !
    2.        Ils sont prêts a manger a tous les râteliers : pourvu que vous ne soyez ni un officiel ni un journaliste, vous allez vite entendre le véritable discours des Turcs de Turquie. On veut se développer, et il nous faut des sous. Donc les aura soit pas les USA, par les pays Arabes, par l’Europe ou par la Russie. Il suffit de faire jouer les relations internationales : chaque jour, selon les interlocuteurs, on change notre discours ! La preuve étant que cela a déjà commencé avec les pressions subies par l’Europe pour la construction du Gazoduc qui traversera la Turquie : le gouvernement en place fait jouer les luttes d’influence entre l’Europe, la Russie, les pays Arabes voisins et les Etats Unis pour obtenir le plus de concessions possibles! C’est pourquoi nous ne devons avoir aucune confiance en leurs promesses : les politiques Européens ont demandé la reconnaissance du génocide arménien et des efforts sur les droits de l’homme. Je ne vois pas en quoi la position que peut adopter la Turquie sur sa propre histoire est en quelconque relation avec l’avenir des europeens et peut etre une quelconque garantie de leur bonne foi vis à vis de l’Europe.  La fin justifie tous les moyens: l’argent de l’Europe est une manne trop alléchante pour être ignorée facilement. Tôt ou tard le gouvernement Turc finira par publier un joli communiqué de presse pour entériner leur acceptation génocide et leur integration dans l’union, on fera un beau feu d’artifices aux couleurs de l’Arménie et de la paix, et nous Européens resteront en face de nos nouveaux problèmes.
     
    3.        Une mentalité ignorante des droits de l’homme : si vous êtes blond, roux, noir, asiatique, juifs, bouddhiste ou indien, il vaut mieux venir ici sous escorte ou avec une idée précise de ce qui vous attend. Insultes dans la rue, jet de projectiles, railleries de bandes d’enfants sous les yeux de leurs parents, arnaques sur les prix lors de vos achats ou si vous prenez un taxi, refus de vous laisser monter / descendre des bus. Heureusement, je n’ai pas vécu toutes ces situations moi-même. Malheureusement, elles ont toutes été réellement vécues par des minorités visibles vivant à Istanbul, Antalya, Ankara et İzmir, et issues de témoignages. Et la police ne fait rien : absente au bataillon, lorsqu’elle daigne se déplacer, elle vous explique courtoisement que vous auriez du savoir qu’en Turquie les personnes comme vous il y en a peu et qu’il faudra vous y habituer au plus vite. Quand dans leurs villes les plus « modernes » ils ne respectent même pas le droit à la différence et à la libre circulation des gens, ils peuvent toujours courir pour qu’on les considère comme des gens civilisés. J’ai moi-même assisté à l’agression d’une jeune femme de couleur dans la rue, de manière complètement gratuite : elle ne faisait que passer, mais elle a eu droit aux insultes xénophobes et au jet de projectile ! Consternant ! Cette jeune femme étant française également, j’ai pu dialoguer avec elle et elle m’a dépeint un tableau navrant de la situation ici. La Turquie ne respecte en aucun cas les individus. Je me demande comment le Président Erdoğan aurait réagit si lors de sa visite à Paris des automobilistes avaient baissé la vitre de leur voiture pour insulter sa femme et sa fille en pleine rue parce qu’elles portent le voile ?
     
    4.        Le respect pour les femmes est encore trop limité : parmi les 20% de la population Turque développée, beaucoup de femmes vont jusqu’à l’université. Cela n’est absolument pas représenter dans le rôle qui leur est accordé dans la société. L’université a pour beaucoup un rôle matrimonial et sert à se trouver un mari avec une position sociale plus confortable ou un travail permettant d’accéder à une position sociale confortable. Elles sont complètement absentes de la vie civique, politique, sociale de leur pays. Pas parce qu’on les en empêche, mais parce que c’est traditionnellement considéré comme une affaire d’hommes ! Et qu’elles ne voient pas pourquoi elles devraient comprendre l’environnement dans lequel elles vivent : ca toujours été comme ça, il n’y a pas de raison que cela change voyons !
     
    5.        Ils nous mentent depuis le début : seul 20% de la population Turque est conforme aux images de modernité, tolérance, progrès et civilité que l’on nous rabâche sans cesse depuis les 5 – 10 dernières années. Ces 20%, mandatés par leurs gouvernements et les lobbys Turcs viennent chaque année en Europe dans leurs costumes griffés pour investir nos émissions télé, nos débats politiques et nos conférences universitaires afin de nous faire gober que 80% de leur population est a leur image, et qu’ils sont prêts à se joindre à nous. La Turquie doit d’abord s’attaquer à ses problèmes : même les laïques se comportent en oppresseurs avec les populations traditionnellement religieuses et Arabes qu’ils critiquent sans cesse, et les accusent de tirer leur pays vers le bas. Comment les laisser nous convaincre que tout va bien, et que nous n’allons pas nous même pâtir de ces relations instables ?
     
    6.        Cela nous coutera cher : 80% de la population Turque vis dans des conditions plus que discutables, voire catastrophiques. Immeubles insalubres, mauvaise scolarisation (un fort pourcentage de la population des moins de 35 ans ne sait pas écrire le turc correctement), délinquance juvénile galopante, taux de natalité douteux, pollution des eaux et de l’air inquiétante, travail précaire et informel. Bref que des casseroles qu’ils attendent que l’Europe ramasse à leur place.
     
    7.        Un pays en régression : La Turquie actuelle a atteint un niveau d’intolérance jusque là jamais égalé. Les convictions laïques et progressives d’Atatürk ne sont absolument plus respectées, la diversité culturelle et la tolérance mise en place à l’époque de l’empire Ottoman est piétinée. J’encourage vivement tous mes compatriotes et la presse à venir constater par eux même la situation ici : surtout, n’allez pas dans les bulles préfabriquées que sont les clubs de vacances et autres destinations réservées aux touristes. L’hypocrisie et la poudre aux yeux sont de mise. Infiltrez vous normalement, sans titre officiel ni appartenance à un groupe de presse visible : la vérité vous attend là dans toute sa splendeur !
     
    8.        Une mentalité butée et fermée : Les jeunes du pays ont la même mentalité que leurs parents à leur âge. Cela est alarmant. La culture Turque est très axée sur le nationalisme. Chaque jour, le sentiment de conservatisme et de « suprématie » de la culture Turque est entretenu par des campagnes de communication, de publicité, des programmes télé, des réformes de programmes scolaires et j’en passe. Le résultat est sans appel : la conception des rapports aux autres cultures se fait sur la seule base de leur référentiel. Ne nous voilons pas la face : la culture Turque n’a aucune vocation à l’intégration. Ne nous attendons pas à ce qu’une fois arrivés en Europe ils aient un quelconque attachement à nos valeurs, l’intention d’apprendre notre langue ou même l’idée de s’adapter de leur plein gré à nos règles de vie et nos lois.
     
    9.        Les Turcs tentent de nous Obliger à les laisser entrer chez Nous : il est dit que l’Europe a promis depuis « longtemps » à la Turquie son intégration. Ce n’est pas parce que vous avez invitez la famille qui occupe le bungalow voisin de votre maison de vacance à visiter votre résidence principale que cette famille peut se permettre de vous harceler par téléphone, e-mail et lettres papier afin que vous les receviez chez vous ! Et bien là, c’est pareil ! Quand on voit l’état de la Turquie à l’heure actuelle, on peut aisément penser que cette invitation était une regrettable erreur, et que tout simplement nous la retirons ! C’est notre plein droit ! Les Turcs s’assurent chez Groupama, font les courses chez Carrefour et roulent en Renault (et cela marchent aussi pour Aviva, BMW et Coca cola). Ces habitudes de consommation ont laissé beaucoup de Turcs penser à tort que cela suffisait à réclamer le droit d’entrée.
     
     
    10.     Les lobbys Européens tentent, à tort, de nous forcer la main : les intérêts économiques de l’Europe en Turquie sont énormes. Rien qu’à titre indicatif, sachez que les plus grandes enseignes françaises, britanniques et allemandes ont réussit à avoir de véritables empires ici (investissements, filiales, joint ventrues, franchises, participation dans les capitaux de groupes oligarchiques Turcs…). Mais il s’agit là de faire des affaires. Et l’argent n’a jamais obligé une nation toute entière (à plus forte raison 27 nations toutes entières) à accepter de tourner le dos a nos valeurs morales, culturelles ou politiques les plus précieuses ! Les Européens ont sans doute bien besoin des profits économiques générés en Turquie. Mais les turcs ont aussi besoins des millions d’emplois et d’euros apportés par les Européens par les placements, les enseignes, la manne touristique et l’argent rapatrié en toute légitimité par les membres de la diaspora Turque établie en Europe qui vit et travaille grâce à nos modèles sociaux économiques !
     
    Conclusion :
    L’Europe n’est peut être pas le paradis, et chaque région du monde a ses défis et ses défauts. Nous n’avons pas besoin de nous rajouter des problèmes : les récents évènements qui ont vu les relations avec la population des gens du voyages se détériorer sont un indicateur certain que nous ne sommes pas prêts ni en mesure d’accueillir des populations qui compliqueront d’avantage notre vie. Les turcs sont beaucoup plus nombreux que les citoyens roumains récemment expulsés.
     
    La coopération économique : OUI. Améliorer les échanges culturels dans le respect des populations : OUI. Mettre en sursis l’avenir déjà incertain de nos pays : NON.
    Ainsi, j’encourage tous les européens, de tous bords, de toutes ethnicités à rejeter massivement l’adhésion de la Turquie à l’union Européenne. Un NON ferme, unilatéral et non négociable. Ce ne sera pas la première fois que nous prenons des positions diplomatiquement difficiles pour nos gouvernements et que nous survivrons : la guerre en Irak, les tensions avec la Chine sur le Tibet, et même la lutte contre l’agriculture OGM et l’élevage bovin douteux.
     
    On ne peut pas laisser les autres décider à notre place. La destinée d’une nation est systématiquement définie par les choix et les actions entrepris pas les peuples qui la compose.
     
    Une française qui aime sont pays, et qui estime qu’il est très bien qu’il y ait des français à l’étranger et des étrangers en France tant qu’on RESPECTE les individus et les pays dans lesquels on met les pieds !
    Répondre
  2. angelo

    23/04/2009

    non a la Turquie elle a toujours été l’ennemie de l’Europe pendant des siecles ils ont essayé de nous envahir en massacrant et déportant des européens. L’a t’on oublié? A t’on oublié le sort des 2 millions d’arméniens massacrés que le Turquie refuse de reconnaitre? OUi parce qu’on ne se souviendra que des juifs malheuresement. Non a la Turquie et  à ses fanatiques à ses clandestins débiles qui n’ont rien à faire en Europe. Ce n’est pas de l’intolérance c’est du bon sens. L’empire Romain a éclaté parce qu’il a donné la citoyenneté à des barbares nous ne devons pas faire la meme chose. Trop de tolérance= intolérance. Mort aux ottomans vive le Vatican . Croyez moi s’ils entrent en UE on les attendra au fusil à pompe avec tous les mafieux siciliens

    Répondre
  3. Turkic

    23/11/2008

    Je suis opposé à l’entrée de la Turquie dans l’UE donc. Si vous voulez, turcs, des amis européens; les Bosniaques et les Albanais sont des Européens Musulmans. On a un diaspora d’1.5 millions dans les Balkans (1 million de Turcs en Bulgarie…).

    Donc, il nous sera même possible d’étendre nos territoires vers l’Ouest.

    C’est l’Europe qui a besoin de la Turquie et non le contraire.

    Répondre
  4. Turkic

    23/11/2008

    Pour la Turquie, il y a 2 chemins à suivre;

    1) L’U.E

    2) L’U.Islamique.

    En tant que Turc, je pense qu’il nous est très gênant de voir que notre Patrie attend, depuis 1959, à la porte d’une Union qui n’est la nôtre. C’est une honte pour l’Histoire Turque. Et les Turcs que je vois ici, c’est encore plus gênant.

    J’ai été très fier de voir les commentaires français à l’encontre de la Turquie. J’attends qu’ils disent un grand "NON" à la Turquie; ceci mettra fin à cette aventure folle. Nous irons là où nous appartenons, l’Union avec les pays arabes, les arabes que nous méprisons tant.

    Cette aventure de nous européaniser dans les 1820 avec les premières réformes, il a été interdit d’appeler "Gavur", les Gavurs. LOL.

    1,5 milliards de musulmans ont tendu les bras, ils nous attendent; allons-y. Il est temps de réparer les préjudices du passé; en Turquie, les blacks ont été appelés "Arabes" pour que les Turcs se refroidissent de l’Islam et des Arabes.

     

    En plus, l’UE est un projet juif-sioniste; les peuples y étant membres, emportés par la culture occidentale perd toutes leurs valeurs. A long terme, vu les vagues d’immigration, tous ces gens seront métissés avec tout ce qu’il rencontreront et ils disparaîtrons. En plus, cela entraînera des mouvements tels que le féminisme, l’homosexualité, etc…

     

    Nous on est turc. On est musulman. Le futur est à nous.  Les Turcs ont été en Europe, oui, pas avec ces biesses compromis et des négociations sans but définitif, mais bien avec Kilij Arslan, avec Attila, avec Mehmet II le Conquérant, avec Soliman le Magnifique.

    On a juste besoin d’un peu de repos, de penser ce dont on est, qui on est… Si nous retournons à nos racines. Dès que nous prendrons la décision nécessaire et nous retournerons à nos racines, il n’y aura plus de civilisation occidentale.

    Renseignez-vous sur le

     

     

     

     

    Répondre
  5. chillaoui

    12/11/2008

    allé vous fer vous et voeu loi nique la france

    Répondre
  6. Vox populi

    15/10/2008

    Cher ‘né en France de parents turc’,

    Vous avez écrit : regardez votre propre nation ou l’on interdit de contredire les faits historiques, j’ai envie de dire : et la liberté d’opinion? voltaire a dis : "je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je defendrai jusqu’a la mort le droit que vous avez de le dire"…

    Regardons aussi la Turquie (n’oublions que c’est elle qui veut -exige?- entrer dans l’Europe et non l’inverse) et sa liberté d’expression actuelle, que je n’aurai pas l’indélicatesse de considérer depuis le 18è siècle, période à laquelle vous faisiez allusion :

    14/10/2008 20:15

    L’écrivain turc Ohran Pamuk, prix Nobel de littérature, a accusé mardi la Turquie de restreindre la liberté d’expression, lors de la cérémonie d’inauguration de la Foire du Livre de Francfort, à laquelle assistait aussi le président turc Abdullah Gül.

    "L’Etat turc continue malheureusement à punir des écrivains et à interdire des livres", selon le texte distribué à l’avance du discours de M. Pamuk, alors que la Turquie est le pays invité de l’édition 2008 du grand rendez-vous de l’édition. "Sur la base de l’article 301 du code pénal turc, avec lequel on essaie d’intimider des écrivains comme moi, des centaines d’auteurs et de journalistes sont traînés en justice et condamnés", a regretté le prix Nobel 2006, qui s’est exprimé en turc, selon la traduction. L’auteur de "Neige" avait été brièvement inquiété par la justice turque en 2006 en raison de propos sur le massacre des Arméniens. Le texte de loi qu’il mentionne permet en Turquie de poursuivre les personnes qui se seraient rendues coupables de "dénigrement de l’identité turque, de la République et des organes ou institutions d’Etat." …

    source : http://www.levif.be/belga/generale/78-6-70107/liberte-d-expression–l-ecrivain-turc-ohran-pamuk-accuse-son-pays.html

    Si ça continue comme ça, la Chine aura déjà rejoint l’Europe que la Turquie n’en sera toujours qu’à tergiverser sur ses propres faits historiques…

    Répondre
  7. né en france de parents turcs

    18/07/2008

    j’en ai vu un en haut de page qui dit qu’il y aurait plus de 200 millions de turcs de nationalité potentiels en europe en comptant la population de Turquie…(hum)

    j’en voit encore un autre parler de supporters de matchs de foots, mais qui apperement ne connait pas la violence et la haine qui sevissent dans les tribunes d’europe, par exemple en angleterre, le royaume uni, the united kingdom, de populace civilisée selon certain(s), et je ne citerai aucun film parmis les nombreux traitant de ce sujet, notament des grosses productions…

    j’en vois d’autres qui parlent de communauté chrétienne, mais ne savent ils pas qu’en Europe existe une communauté non chrétienne composée de croyants et d’hatés qui se foutent éperdument d’une quelconque assimilation a la communauté chrétienne, mais qui en revenche revendiquent leur appartenace a l’europe

    j’en vois un particulierment, jouant les intellectuels, mais qui parle sans savoir que, l’empire ottoman est mort avec la vie politique de ses dirigeants, conformement aux desirs de… l’Europe des vainqueurs.

    regardez votre propre nation ou l’on interdit de contredire les faits historiques, j’ai envie de dire : et la liberté d’opinion? voltaire a dis : "je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je defendrai jusqu’a la mort le droit que vous avez de le dire"

    la democratie telle qu’on l’apprend a l’ecole est morte avec lui

    l’europe n’est pas un ideal, la turquie ne devrait pas se tordre devant pareille gabegie

    et vous vous complaisez du haut de privileges que ne vous ont accordé que vos bien-naissances

    j’attends la pluie qui viendra balayer ce chaos, pour tout effacer, pour tout recommencer a zero

    Répondre
  8. TURQUIE OUI

    10/05/2008

    La chypre est un archipel appartenant a la turquie depuis des années et des années ! Alors en quoi sa vous pose un problème, la corse appartient bien a la france !

    La turquie vous pose un problème ? et bien vous n’avez qu’a pas l’aacepté; a ce jour la Turquie na jamis eu besoin l’aide de l’Europe et elle n’en n’aura pas besoin a l’avenir !

    juste révolté

     

    Répondre
  9. Une jeune fille révoltée

    09/03/2008

    Bonjour à tous et à toutes!

    Le problème de la Turquie est très compliqué.
     
    Lors des cours d’économie générale, nous avons évoqué ce délicat sujet aussi dérisoire qu’il soit et porteur de polémiques diverses.

    Le professeur nous a demandé notre avis sur la question.

    Je vous cite mes paroles:" Je suis contre l’entrée de la Turquie parce qu’elle ne respecte pas les principes d’une démocratie et refuser de reconnaître le génocide arméniens est une honte pour un pays qui se dit prêt à être membre de l’UE."

    Voilà ce qu’on m’a répondu: "Tu es une sale raciste de française qui ose parler de la Turquie sans la connaître!" Bla Bla … Je vous laisse de côté les insultes et menaces tels qu’on les connait.

    Je me suis faîte insulter de "sale raciste de française" car j’ai dis mon opinion.

    Moralité: Je me suis tue et la jeune demoiselle s’est prise une trois jours d’exclusion. Le professeur est intervenu et il l’a sanctionnée.
     
    Conclusion: On peut dire son opinion mais sans déborder du cadre !

    J’ai lu tous vos articles du début à la fin et j’ai vu des mots incompatibles avec ma façon de m’exprimer tels que" racistes", "ignards" , "islamo-frustré" mais arrêter vous bordel! Vous êtes adultes, on croirait des règlements de comptes dans la cour de récréation virtuelle. Le meilleur moyen de répondre à la bêtise des autres est de se taire et non de répliquer à ces personnes incapables de faire la différence entre "être  raciste" et "exprimer son opinion".

    Il ne faut pas faire d’un cas une généralité! Ce qui m’est arrivé m’a choqué et de voir ce même scénario se reproduire sur le net est incompréhensible!

    Je ne règle pas des comptes mais je donne mon avis et le plus important c’est le fait de penser ce qu’on dit sinon on garde toujours "le cul entre deux chaises" comme la Turquie (cf: Un commentaire)

    Une jeune fille révoltée.

    Répondre
  10. Anonyme

    29/10/2007

    la Turquie est et restera un grand pays laïc. Forte et puissante, elle n’aura cure dans quelques années des élucubrations stériles de vieux édentés qui déversent leur frustration sans fondement aucun.

    A

    Répondre
  11. arikh.lecohen

    15/08/2007

    à tous ceux qui, pour des raisons très diverses et aussi très antagonistes, s’opposent à une Turquie en Europe, j’oppose plusieurs facettes de réflexions, plusieurs angles de discussion, et à contrer l’intégration de cette Turquie n’est que la première partie du problème, la deuxième étant alors de savoir ce que l’on propose à la place!: Or, face à la montée d’un arabo-islamisme de plus en plus féroce, on oublie que la Turquie fait partie de ces pays qui n’ont encore jamais été agressés par aucun pays arabe, ni de ceux arabes laics nationalistes, ni des autres qui arguent d’un retour à un islam violent dans le giron de conquérants qui visent à unifier l’islam et l’imposer dans le monde entier! j’engage les "anti Turquie en europe" à réfléchir qu’un jour ce n’est plus la Turquie qui tapera à la porte de l’Europe mais bien plutot les Européens qui supplieront la Puissance militaire turque de venir à sa rescousse pour barrer la route à la férocité arabe! les mêmes qui veulent empêcher la Turquie de devenir membre de L’Europe sont ceux qui verraient à certaines conditions d’un oeil bienveillant l’intégration d’un Maghreb dont ils considèrent que lui, est, légitime! allez comprendre! sommes nous amnésiques au point d’oublier que si l’Union Soviétique de Staline n’a pas pu envahir l’Europe par le Sud, c’est grace aux Turcs qui ont cassé la tete de l’Armée Rouge! nous ne voulions pas de l’Europe nazie, soit! mais sans les Turcs, c’est la russification stalinienne qui nous guettait en échange! c’est ainsi, donc que les Turcs ont gagné leur ticket d’entrée dans cette Europe qui prétend être une puissance economique continentale mais qui oublie que l’on n’est la puissance économique que celle de ses moyens militaires, et que point d’Europe il n’y aura, sans puissance militaire de premier plan! de ce point de vue, je préfere encore avoir la puissance militaire kemaliste de la Turquie de notre coté que la voir s’associer par dépit, à un autre ensemble géopolitique qui pourrait alors, lui devenir un vrai danger à nos portes!l’argument de l’islam pour justifier de notre refus est lui aussi fallacieux, et notre méconnaissance de la société turque nous fait regarder les turcs d’une façon stupide et tres limitée! bien sur qu’une montée du fondamentalisme en Turquie est une réalité, mais ne voyons nous pas que l’islamisme est un adversaire masqué qui n’a que faire de l’islamisation, et qu’en fait derrière lui avance plutot une volonté larvée de l’arabisation du monde! et pour cause la prise de conscience que prennent les arabes de ce que dans le monde musulman ils ne représentent plus que la portion congrue et que leur hégémonisme arabophone perd pied! l’Islam en Turquie est un faux probleme! que nous veillions à ce que la Turquie continue ses réformes sociétales dans le cadre d’un cahier des charges de compatibilité juridique et sociale est une chose, mais il est certain que si l’Europe ne s’organise pas avec une structure sécuritaire militaro économique plus sérieuse, L’Europe sera regardée comme un mort né, parce que l’on ne peut etre une puissance economique et industrielle sans sécurité et défense conséquente! et la Turquie, (comme la Grande Bretagne d’ailleurs) peut y jouer un role de premier plan! l’Europe ayant forcément des limites géographiques, la Turquie pourrait servir de référentiel d’une Europe qui s’arrete là ou les Arabes commencent! il n’est peut etre pas inutile d’y réfléchir avant qu’une catastrophe ne nous submerge!

     

    Répondre
  12. tête chenue et lucide

    16/04/2007

    A tous les tenants de l’intégration de la Turquie dans l’Union Européenne, je livre ici quelques-unes des réflexions d’un qui, ayant  vécu un peu plus longtemps que d’autres, trouve bien inquiétants les dérives, lâchetés, reculades et entêtements coupables, délibérément anti-démocratiques, de nos "homo politicus"  ou "homo technocratus".

    1) il faut être atteint de cécité grave, ou être malhonnête intellectuellement, ou être paralysé par des dogmes imbéciles (les dogmes ont l’inconvénient rédhibitoire d’être figés, quand la vie et le monde changent à la vitesse "grand V" autour de nous), ou avoir quelque part un intérêt à la chose, ou faire preuve d’un cynisme écoeurant, ou bien être totalement naïf (mais à ce niveau, cela confine à la niaiserie ;  je peux pardonner aux plus jeunes, mais pas à ceux qui sont supposés être matures)….ou bien être d’origine immigrée, pour nier les problèmes générés par l’afflux massif de populations étrangères sur le territoire européen. En France en particulier, qui "hérite" en masse, et essentiellement  à son corps défendant, de contingents croissants de ressortissants de ses anciennes colonies. Que d’exigences extravagantes n’entend-on pas de leur part, au nom d’une vision dévoyée des Droits de l’Homme, d’une incompréhension patente de leur esprit, ou encore d’une repentance à laquelle ils entendent nous vouer et qui nous obligerait à leur égard. Que de malversations, d’actes délictueux et criminels commis en toute conscience, et souvent en toute impunité, par des membres de ces communautés, que d’insultes, voire de menaces explicites, à notre encontre. Il n’est que d’ouvrir ses yeux et ses oreilles, sans fermer son esprit, pour le constater chaque jour. 

    2) on ne mélange jamais impunément des populations d’origine, de culture, de confession différentes. Il suffit de voir les antagonismes viscéraux, séculaires, et pour certains atrocement meurtriers, qui ont sévi ou sévissent encore, en Irlande du nord (catholiques / protestants), en Belgique (wallons / flamands), en Italie (italiens du nord / italiens du sud), en Espagne (désir exacerbé de sécession de la part de basques), en Côte d’Ivoire (populations catholiques du sud / populations musulmanes du nord) etc….pour être convaincu que c’est toujours la source de difficultés graves. Et pourtant, les différences entre ces populations là ne sont pas aussi grandes que celles qui existent de fait – inutile de s’en défendre – entre un européen et, pour faire court, un maghrébin, un africain, un asiatique, un russe…. Et, de plus, leur cohabitation est ancienne. Elle n’est pas encore pacifiée pour autant.  Dois-je aussi rappeler les endroits où, hélas, ça a plus que dérapé : Rwanda, balkans, entre autres, ça devrait vous dire quelque chose ! 

    3) dans ces conditions, ouvrir en grand les portes de l’Union Européenne à la Turquie constituerait plus qu’une faute, une erreur gravissime, une catastrophe annoncée. Pays musulman, soi-disant laïc mais dirigé par le chef d’un parti islamiste qui recouvre de voiles, de la tête aux pieds, sa femme et ses filles, pays plus peuplé que le plus peuplé de l’Union actuelle, qui obtiendrait par conséquent d’emblée, grâce à (ou plutôt, à cause de) nos lois démocratiques, le plus grand nombre de députés au Parlement européen, son intégration aggraverait de façon considérable la situation actuelle déjà plus que préoccupante et acterait le début de la fin de nos valeurs et de notre liberté. Vous ne vous êtes pas rendu compte que l’islam menait une guerre intestine contre l’occident  ? (je parle bien de l’islam, pas de l’islamisme radical : là au moins les choses sont claires, la guerre n’est pas intestine, elle est déclarée et sanglante).  Descendez un peu de votre nuage, par pitié. Et l’annonce de monsieur Erdogan de donner la nationalité turque à tous les turcophones de la planète qui en feraient la demande, c’est-à-dire de multiplier potentiellement par plus de deux le nombre actuel de ressortissants turcs ainsi autorisés à déferler sur nos territoires, ça ne vous empêche toujours pas de dormir ? Ca devrait pourtant vous rappeler une menace souvent proférée par des musulmans "de chez nous" : "la France, on l’aura avec le ventre de nos femmes" . Toujours pas affolés ? Alors je vous envie car vous êtes bienheureux. Mais votre réveil sera plus douloureux que le mien. Et vous trouverez alors bien puérils pseudo-arguments que j’ai pu lire ici où là dans les commentaires, tels que :  "il ne faut pas être frileux", "il faut savoir accepter l’autre", " l’immigration est une chance pour la France"….J’en passe, et des plus inconsistants et des plus irréfléchis encore…. 

    4) beaucoup de ceux qui interviennent dans les débats, sur ce site ou ailleurs, mettent en avant les valeurs d’humanisme, de solidarité, pour justifier un soutien inconditionnel envers les gens qui débarquent chez nous, même quand ils n’y ont pas été invités. Je veux leur dire ceci : nous ne sommes pas responsables de la situation qu’avaient ces personnes dans leur pays, pas plus que nous sommes responsables de leur devenir quand ils sont chez nous. Pour ma part, pétri toute ma vie d’humanisme universel (concept issu du christianisme et de la philosophie des Lumières mais pas partagé par l’islam), attentif aux autres et  soucieux de justice, je suis bien obligé aujourd’hui d’admettre les limites de ces valeurs élevées de la civilisation occidentale. Est-ce ma responsabilité ou bien celle de ses parents, celle des dirigeants de son pays, si un enfant africain ne mange pas à sa fin ? Est-ce ma responsabilité ou bien est-ce le fait de l’aveuglement des uns, de la fréquente corruption des autres, d’un niveau d’éducation ou de conscience insuffisants, du poids excessif ou des travers condamnables d’une religion, de celui des rigidités, tabous, incohérences et défis au bon sens élémentaire d’une culture et d’une organisation sociale inadaptées aux réalités du monde d’aujourd’hui ? Et si ces populations sont incapables de maîtriser leur natalité ou, ce qui est pire, s’y refusent en raison de préceptes culturels ou religieux, induisant par là même l’insuffisance de leurs ressources et de leur espace vital, est-ce une raison pour que mon pays devienne le déversoir de leurs inconséquenses ? Le rêve irrationnel d’eldorado qui met tous ces migrants en mouvement constiue-t-il à lui seul, comme certains esprits égarés le proclament, la justification suffisante, quasiment un droit non susceptible de remise en cause, de leur installation chez nous ? La réponse à toutes ces questions est très claire dans mon esprit, C’EST NON ; sans aucun sentiment de haine ou de racisme. A chacun de prendre et d’assumer ses responsabilités. Ma responsabilité à moi c’est de tout faire pour que mes enfants et mes petits-enfants puissent continuer de vivre en paix dans le pays où ils ont leurs racines, pour que continuent de s’y exercer les règles démocratiques, l’esprit républicain et l’Etat de droit, pour qu’y soit garantie la cohésion sociale, de plus en plus menacée par ces invasions non maîtrisées, pour que le nombre de ses habitants demeure compatible avec le niveau de ses ressources, avec son espace géographique qui n’est pas extensible, avec la qualité de l’environnement  et  la sauvegarde de paysages naturels, etc…Il ne me paraît que normal et salutaire, y compris pour eux-mêmes, que ceux qui violent nos frontières et transgressent nos lois soient expulsés. Avec l’observance sans faille de toutes les règles de respect dû aux personnes, il va sans dire. A eux de trouver chez eux les solutions pour mener une vie digne. Ce qualificatif ne signifiant nullement que celle-ci doive être calquée sur le mode de vie occidental, lequel souffre par ailleurs de tares évidentes et a un besoin urgent de se réformer. 

    Bien à vous, en formulant le voeu que ces quelques lignes suscitent votre réflexion, sans à-priori, et affranchie de tous les terrorismes de la pensée, quel que soit le bord doù ils émanent.

     

     

      

    Bien à vous, en espérant que ces quelques considérations feront leur chemin dans votre vision des choses.

     

      

    Répondre
  13. sas

    21/01/2007

    Si tous nos arguments economico/socialo/religieux sont resté vains et inutiles…….gageons que la chasse aux "journalistes" sera considéré par nos enarques maçons…..comme rédibitoire…

    sas

    Répondre
  14. Anonyme

    14/01/2007

    Bonjour,

    D’après ce que j’ai pu lire, je constate une haine pour la communauté Turc considérait comme extréimiste islamiste, incapable illétré, analphabète et j’en passe!

    Pour sa je dis et j’espère que la Turquie n’entrera pas dans l’Europe elle vaut mieux que ça!!!!!

    Vous savez la Turquie est un pays fantastique, vous ne trouverez pas de personnes aussi chaleureuses, sympatiques, conviviales, honnêtes, courageuses, intelligentes que là-bas!

    Trouvez ici dan svotre France, quelqu’un qui vousporte de l’intérets poour la personne que vous êtes et non pour votre argent ou ce que vous représentez!

    Trouvez quelqu’un ici qui vous ouvre la porte lorque vous êtes en galère!!!

    Parce que vous vous considérez comme personne puissante qui vit dan sun pays riche, alors un pays comme la Turquie n’a pas le droit d’avoir de qualités!!!! Et bien, ce pays est plus riche que vous (je ne met pas tout le monde dans le même panier, je ne suis pas pour  "généraliser")

    Vous savez, tous els turcs ne sont pas musulmans! comme tous les français ne sont pas chrétiens! un pays n’est pas une religion! arrêtez de tous mélanger, je constate que chacun fais sa salade comme il le sent!

    Je peux vous dire qu’un turc n’est pas plus mauvais ou bête qu’un français ou européen! C’est un être humain comme vous et moi!

    Bien sûr il y a des gens bien et moins bien dans chaque pays, mais s’il vous plait arrétez de faire des GENERALITES, cela vous portera préjudice un jour ou l’autre!

    Ne restez pas fermé d’esprit! Ouvrez vos yeux en grand et observez comme ils sont fort ces Turcs!

    Méditez!!!

    Répondre
  15. Francoturc

    14/01/2007

    Bonjour,

    Lorsque je lis l’article et les commentaires qui y sont ajoutés, je constate simplement du rascisme!

    En faite, les gens traitent les turcs de barbares quasiment et d’extrémistes, à ce que je sache la Turquie et un pays démocrate et laïque, le voile par exemple est interdit à l’école, alors s’il vous plaît arrétez de raconter des bêtises en disant que nous sommes islamistes à fond!  Et bien, tous ces gens qui voient les turcs ainsi, je les incitent à aller en Turquie et constater que ce pays est remplis de richesses, de gens sympatiques, d’hônnetes, de courageux, de conviviales de chaleureux, d’intelligents  et plus encore! Vous savez, en France allez trouver quelqu’un qui vous ouvre sa porte et son amitié avec autant de sincérité qu’un Turc, ici si vous êtes en galère personne ne va vous tendre la main!!!

    Je peux vous dire que la Turquie est peut être même plus européen que certains pays faisant partie de l’U.E!

    Vous savez lorque je vois tous ces commentaires, je me dis que le peuple turc et très bien chez lui, et j’espère qu’il n’entrera pas dans l’europe car les européens qui ont une pensée comme les votre ne méritent pas un pays aussi merveilleux!

    J’oubliais! S’il vous plait si vous n’aimez pas les étranger arréter d’acheter des produits ne provenant pas de la France!

    Répondre
  16. Gérard Pierre

    09/01/2007

    A monsieur SABRI:

    Bonjour.

       Si je lis bien entre les lignes, vous êtes musulman, voire peut-être même originaire d’un pays du Maghreb ou d’une autre région d’Afrique. Vous dites travailler dur et payer vos impôts. Permettez moi de vous dire que celà vous donne droit à toute notre estime et à toute notre considération. De la même manière qu’a droit à l’estime toute personne qui se comporte de façon citoyenne et avec civilité envers ses semblables.

       Vous souffrez , dites vous, des insinuations racistes dont vous faites l’objet et je comprend parfaitement que vous trouviez celà désagréable car stigmatiser une personne en raison de son origine géographique ou ethnique autre est une faute inexcusable

       Celà étant, si vous êtes attentifs à ce que j’ai pu écrire, ce ne sont pas les Berbères, les Arabes, les Africains, les Indonésiens ou les Luxembourgeois en tant que personnes qui me posent problème. C’est l’islam. Non pas l’islam intégriste, invention sémantique d’intellectuels occidentaux pour nous faire croire qu’il en existerait un qui ne l’est pas, mais l’islam intégral. Car il n’existe pas plus d’islam intégriste qu’il n’existe d’islam modéré. L’ISLAM  EST  INTEGRAL  OU  N’EST  PAS.

       Si vous prenez des distances avec telle ou telle pratique recommandée, si vous interprétez de façon light des versets ou des hadiths qui sont extrémement rudes, vous n’êtes déjà plus dans l’islam. Vous êtes déjà apostat sans le savoir et il se trouvera toujours un imam autoproclamé pour vous le reprocher et vous exhorter sous peine de ……. ( c’est lui qui la fixe ) ……. à revenir à l’ INTEGRALITE.

       Vous ne tombez pas dans le racisme anti français, et celà aussi vous honore. Pour autant, pouvez vous concevoir que les Français non musulmans puissent, sans étroitesse d’esprit, nourrir beaucoup d’inquiétudes lorsqu’ils voient ce qu’on leur montre, lorsqu’ils entendent ce que quotidiennement on leur dit. Et ce n’est pas LES 4 VERITES qui leur montrent ou leur disent, mais bien des chaînes de télévision du Moyen Orient et des personnes représentatives de ces pays.

       J’attend de voir et d’entendre un jour, sur le sol français, des manifestations trés massives composées de personnes de bonne volonté comme vous semblez l’être, et proclamant avec force en direction des imams, des mollahs, des rappeurs, des recruteurs et autres djihadistes ou exhorteurs plus ou moins discrets:

       ARRÊTEZ  VOS  IMPRECATIONS

                    NOUS  N’EN  AVONS  RIEN  A  FAIRE

                                LAISSEZ  NOUS  VIVRE  TRANQUILLES,  NOUS  SOMMES  INTEGRES

                                             VOTRE  ISLAM ,  ON  S’EN  FOUT  ! ! ! ………..

                                                               VOUS  NE  NOUS  FAITES  QUE  DU  TORT  ! ! ! ! ! ! ……………………

       Malheureusement, jusqu’à présent, nous n’avons vu que l’inverse, …………. et pas une seule exception qui aurait pu nous donner un peu d’espoir à nous autres non musulmans qui tenons par dessus tout à le rester parce que c’est encore un droit fondamental et imprescriptible dans ce pays. Seuls, quelques individualités courageuses et trés vite condamnées par leur communauté ont pris le risque de s’exprimer et de dénoncer les excès de cette doctrine. C’est bien peu, pour être vraiment rassurant.

       J’espère que ces quelques lignes que je vous adresse seront lues par vous dans l’esprit où j’ai tenu à les rédiger, c’est-à-dire avec respect, tout en essayant de vous sensibiliser aussi à ce qui constitue le fond même de notre inquiétude.

       Monsieur Sabri, on peut être d’avis différents sans que l’un ou l’autre n’en soit pour autant blessé. J’espère être au moins parvenu à celà. Par conséquent, soyez assuré de toute ma considération.

    Répondre
  17. Sabri

    08/01/2007

    Sa ne sert à rien de parlé avec vous, vous faites de tout les musulmans des terroriste en puissance. S’est déplorable.

    Moi qui travaille dur et qui paye des impots, je suis constamment soumi à des insinuations raciste alors que 90 pour cent des personnes que je fréquentes sont des francais….Dans ces conditions la, comment ne pas etre raciste envers les francais ??? Je ne tombe pas dans le racisme meme si quelque fois s’est difficile.

    Je ne fais pas une généraliter en disan ca fort heureusement, contrairement à se que l’on peu lire sur ce forum.

    Je vous laisse avec votre etroitesse d’esprit.

     

    Répondre
  18. R. Ed.

    08/01/2007

    Exact !

    Je ne suis pas également islamophobe (excusez le néologisme) parce que je ne me sens ni malade ni effrayé.

    Je suis tout à fait anti-moslim, contre les musulmans, ceux qui appliquent le coran à la lettre et ceux qui laissent faire ceux qui l’appliquent .

    Je me rappelle encore la stupeur des gens à la vue de la destruction des Twins, et les "manifestations" de joie un peu partout dans la sphère musulmane.

    Ce qu’est un musulman, merci, j’ai malheureusement déjà donné, ayant eu pendant quelque temps un "beaufils" de cet accabit. Exit cet avatar après deux ans, sans rejeton, quel bonheur pour la famille.

    J’ai la soixantaine, je suis athée, et cela ne me dérange en aucune manière de vivre dans un continent "judéo-chrétien".

    Par contre, il ne me viendra jamais à l’idée de devoir me prosterner 5 fois par jour pour la gloire d’un pédophile (selon ma conception d’Occidental) ayant vécu dans les sables du désert il y a plus de 1400 ans.

    Il faut que l’on se rende compte que le porblème du versement des retraites futures ne pourra pas venir de l’immigration de pauvres analphabètes pour la plupart et pas qualifiés.

    Ils nous coûtent chaque jour de l’argent au lieu d’en apporter, il est donc évident que l’on va droit dans mur et que "tout" finira par être "nivelé" par le bas. A force d’accepter de plus en plus de pauvres, on finira pauvres aussi.

    Sauf naturellement ceux qui nous "gouvernent", eux, ils ont pris leurs précautions.

    Après nous le déluge, tel pourrait être leur devise, assûrément.

    Merci Chirac, merci Jospin, Merci feu Mittérand, un grand merci à celle ou celui à venir, Sarkolène, Ségozy, au choix.

    On est les pieds dans la merde, profitons-en on sera bientôt dedans jusqu’au cou.

    Ce ne sera plus malheur aux vaincus, mais malheur aux petits.

    Répondre
  19. Gérard Pierre

    07/01/2007

       Observant qu’à plusieurs reprises, sur ce site, certains intervenants utilisent le terme de  ISMAMOPHOBE  je tiens à faire une mise au point.

       Ce terme est totalement inepte. Il n’a grammaticalement aucun sens. Pour autant, son invention sémantique et sa mise en circulation ont été sciemment pensés par certains idéologues comme monsieur Tarik Ramadan, le petit fils de monsieur Hassan Al Bana, l’inventeur des tristement célèbres FRERES MUSULMANS.

       Qu’est-ce qu’une phobie ? …… L’Encyclopédie Universelle Larousse nous apprend que c’est une crainte angoissante et  INJUSTIFIEE  d’une situation. On peut donc parfaitement être agoraphobe parce qu’on ressent une peur injustifiée des espaces découverts et des lieux publics. A l’inverse, on peut être claustrophobe par peur injustifiée des espaces clos. Et ainsi de suite, …..

       Or,  la répulsion que nous éprouvons envers l’islam est loin d’être injustifiée.  Au contraire, elle se fonde sur des éléments objectifs, donc totalement observables et justifiés par les textes, les paroles et les actes des pratiquants purs et durs qui s’en réclament.

       Et d’ailleurs, personne n’a jamais été communistophobe ou naziophobe ! ! ! …… car là non plus les aversions n’ont jamais été injustifiées. On était simplement anticommuniste ou antinazi comme d’autres ( au nombre desquels je figure ) sont simplement antiislamiques,  CE QUI,  JUSQU’A  PLUS AMPLE INFORME DU CONSEIL D’ETAT,  EST ENCORE UN DROIT IMPRESCRIPTIBLE DANS NOTRE DEMOCRATIE ! ! ! …….. reste tout de même à savoir pour combien de temps encore !

    Répondre
  20. Gérard Pierre

    07/01/2007

    A monsieur Loris:

    Bonjour.

       Tout d’abord, une question si vous me le permettez: quel passage, terme ou locution dans tout ce que j’ai pu écrire jusqu’à présent sur ce site vous autorise à me traiter de raciste, ce qui, vous en conviendrez, est tout de même une accusation trés grave ?

       Vous dites que j’appelle à la violence ! ! ! …… mais en quoi, s’il vous plait ?…… je vous recommande de me lire en utilisant votre cerveau gauche de préférence à votre système nerveux. Le premier capte les idées, notamment abstraites, tandis que l’autre n’émet que les humeurs qui constituent l’essentiel de votre prose.

       Je vais donc reprendre, point par point, votre phraséologie, caractéristique d’ailleurs des éructations que j’ai coutume de lire sous la plume de ceux qui entretiennent un point de vue viscéralement différent du mien sur ce type de sujet.

    1) –  Vous êtes européen et donc pour la démocratie. Ca tombe bien, …moi aussi ! …… à propos précisément de démocratie, rappelez moi à quel moment les peuples d’Europe ont été consultés sur l’opportunité d’une candidature à l’entrée éventuelle de la Turquie dans leur sein ?

    2) – Vous avez habité en Turquie durant cinq ans. C’est trés bien. Qu’est-ce qui vous permet de penser que je n’y suis jamais allé et d’en déduire arbitrairement que je suis un ignare ?

    3) – La Turquie prend un sérieux envol économique. Mais figurez vous que je m’en réjouis autant pour elle que pour le groupe industriel auquel j’ai appartenu et qui a implanté là-bas un savoir-faire qui faisait défaut jusque là à ce pays. On peut trés bien concevoir le développement d’accords bilatéraux sur la base d’intérêts partagés sans pour autant aller jusqu’à envisager l’intégration du partenaire circonstanciel dans un ensemble plus vaste et définitif. Quant à comparer son envol économique à celui d’une relative stagnation de la situation européenne, qu’il me soit permis de vous rappeler qu’il est plus facile d’avoir un taux de progression élévé lorsqu’on part d’assez bas que lorsqu’on est proche du sommet. Cette vérité fut régulièrement rappelée à tout un chacun aprés la mort de Franco lorsqu’on vit l’Espagne afficher des taux annuels de 7%, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui vu le niveau qu’elle a déjà atteint.

    4) – Vous avez vu plus de femmes voilées en France en un mois qu’en Turquie pendant cinq ans. Vous êtes excessif. Mais malgré tout vous mettez le doigt sur ce qui me préoccupe justement: l’islamisation galopante de la France et du continent européen, sans consultation préalable des populations établies là depuis de nombreux siècles, ET QUI ELLES NE SONT PAS MUSULMANES……. ( vive cette démocratie qui nous est si chère à tous deux ! …… )  Pour avoir courageusement lu le coran, sourate aprés sourate, et avoir calé aprés l’ingestion de quelques centaines de hadiths indigestes de la sunna, JE NE SUIS PAS FAVORABLE A L’ENTREE D’UN PAYS ISLAMIQUE DANS L’EUROPE. C’est mon droit le plus strict de défendre ce point de vue, et celà ne constitue en rien une forme de racisme car je vous rapelle que L’ISLAM N’EST NI UNE RACE, NI UN PEUPLE, NI MÊME UNE RELIGION. C’EST UN SYSTEME POLITIQUE TOTALITAIRE BASE SUR UN PRETEXTE RELIGIEUX. C’est un point de vue tout à fait défendable en démocratie et celà ne constitue un appel qu’à la prudence, et à rien d’autre.

    5) – N’ayant jamais évoqué les 98% auxquels vous vous référez,  je ne me sens pas tenu à la justification d’écrits, de chiffres ou de pourcentages qui n’émanent pas de moi. Encore que vous auriez beaucoup de difficultés à vouloir convaincre qui que ce soit que la population turque soit aujourd’hui  majoritairement constituée de chrétiens orthodoxes ou catholiques. Si ce fut vrai à l’époque où Constantinople rivalisait avec Rome, ça ne l’est plus depuis Istambul et l’islamisation de cette contrée par la vertu convaincante de l’épée à l’ombre de laquelle, c’est bien connu, se trouverait le fameux paradis d’Allah.

    6) – Istambul est, d’aprés vous, la ville qui abrite le plus d’églises au monde. Tant qu’à être excessif, pourquoi vouloir s’arrêter en si bon chemin. Rome et Rouen, pour ne citer que ces deux villes, ne regorgent pas que d’estaminets. Mais il y a une part de vrai dans ce que vous alléguez, sauf que pour être tout à fait objectif vous devez préciser que, dans bon nombre d’entre elles, on y pratique exclusivement qu’un culte: celui de l’islam…… exit notamment la fameuse Sainte-Sophie ( transformée en musée ), chef d’oeuvre d’équilibre architectural à laquelle les turcs ajoutèrent quatre minarets lorsqu’ils en firent une mosquée.

    7) – La Turquie a plus de vestiges grecs que la Grèce. Vous allez alimenter les ressentiments des Grecs, mais tant pis, ils n’en sont plus à celà prés. Celà étant, compte tenu de l’antériorité de la civilisation grèque par rapport à l’islam, je ne saisis pas trés bien l’intérêt de cet argument, …… sauf à nous expliquer que les Turcs eussent grandement gagné à faire en sorte que la culture grèque ne fusse point pour eux qu’un vestige, ce en quoi je vous suis parfaitement.

       L’incohérence verbale qui succède à ces considérations et semble vous tenir lieu de suite dans les idées ne mérite pas qu’on s’y attarde. Par contre, vous terminez mieux que vous n’avez commencé en citant l’admirable Orhan Pamuk qui a fait l’objet de menaces sérieuses contre sa vie pour avoir dit à un journal suisse qu’entre 1915 et 1917, je cite: " un million d’Arméniens et 30 000 Kurdes ont été tués sur ces terres, mais personne d’autre que moi n’ose le dire."  Aprés cette déclaration, les autorités turques décrétèrent la destruction de tous les livres de cet écrivain. Poursuivi pour insulte délibérée à l’identité turque, l’écrivain n’a du qu’à la pression de l’opinion internationale ( ET NON A SA PROPRE OPINION PUBLIQUE ) et notamment européenne de n’être pas condamné. Qu’en pense le parangon de démocratie que vous prétendez être ?

       Passez une excellente année 2007, …… et que Dieu, plutôt qu’Allah, vous garde !

    Répondre
  21. Sed

    07/01/2007

    Loris: "la Turquie n’est pas un pays d’analphabètes,loin de la et je vous rapels le nom du laurea du prix nobel de littérature:Orhan Pamuk"

    Vous me semblez mal placé pour juger de l’alphabétisme des autres quand vous-même êtes analphabète ("je vous rapels" (du verbe "rapelir" ou "rapeloir"?), "laurea" sans "t" et sans accent aigu, "nobel" sans majuscule, joli score, et en moins de deux lignes encore).

    Or, voici un autre prix Nobel de littérature: Naguib Mahfouz. Egyptien. Assénez-nous maintenant les Pyramides, le temple de Louqsor, et, pourquoi pas, l’obélisque de la place de la Concorde, pour nous démontrer que l’Egypte a sa place dans l’Union Européenne. Hé, après tout, les classes supérieures égyptiennes étaient déjà hellénisées depuis longtemps à l’époque de la conquête romaine! Et la plus grande bibliothèque de l’Antiquité, où était-elle? Mais oui, en Egypte, à Alexandrie. Alors, vous voyez, l’Egypte étant plus Européenne que la Turquie, donnons-lui la priorité.

    Répondre
  22. Raptor

    07/01/2007

    Tiens mais il revient à la charge notre islamo frustré préfèré, car c’en est un, pas de doute.

    Pour votre gouverne, chaque fois que la Turquie est venue en Europe, ce fut pour conquérir, colonniser, piller, tuer et toutes options indénombrables qui vont avec.
    Ce que l’ont fait pour l’intégration des musulmans en Europe? On finance des mosquées, on leur créé des conseils représentatifs, on met les tribunaux à leur botte pour condamner tous les détractaires de cette euh religion (ah!ah!ah!), mais vous avez parfaitement raison, cela n’intègre pas l’islam et ne l’intègrera jamais car l’islam n’est pas intégrable en Occident.
    La Turquie ne serait pas un état terroriste? Et les loups Gris, mafia nationaliste manipulée par les services secrets d’Ankara, c’est peut être un fantasme d’européen raciste?Quant à l’ETA, ne confondez pas les sujets, du reste, ces nationalistes socialistes semblent avoir beaucoup de sympathie pour vos frères barbus.
    Ah, maintenant Istanbul ets le centre du monde? Bah, après tout les romains ont longtemps pensé de même pour leur ville. Seulement, c’était au temps de la Rome antique.
    Au dessus de tous? Nan, rassurez-vous, seulement de vous-même et de tous les islamos de la terre réunis, sans aucun problème.
    La Turquie n’est pas gouverné par des Mollahs? Ah bon? Et le parti au pouvoir n’est pas islamiste? Notez que les fascos Kemalistes ne valent guère mieux.
    Ah, nous sommes tous de vilians islamophobes, bon, là c’est clair et net, vous auriez du commencez par là, ça m’aurait évité d’avoir à argumenter.
    Enfin, les islamistes, à l’instar de leurs amis gauchistes, sont un peu comme le vieux Clémenceau: tout vieux, tout pourri, incapable de rien faire d’utile, mais encore très encombrants.

    Répondre
  23. Philippe Landeux

    06/01/2007

    D’accord avec Aude. Il n’y a pas besoin d’aller chercher midi à 14 heures : la Turquie n’est pas européenne, sur quelque plan que ce soit, et n’a rien à faire en Europe.

    Les Européens, dans l’ensemble, ne ressentent pas la Turquie comme un pays européen. L’adhésion de la Turquie à l’Europe, manigancée par des politiques, serait un anéantissement total de son identité, d’une identité  ressentie instinctivement par les peuples mais que les politiques n’ont pas encore eu le courage de définir car elle est avant tout raciale et secondairement religieuse. (On retrouve exactement le même problème au niveau de la France.) Les Européens ne veulent donc pas de la Turquie en Europe et ils n’ont pas besoin de se justifier. Car une adhésion à l’Union européenne est une sorte de mariage (entre peuples). Or,  comme dans un mariage (libre) entre individus,  il doit y avoir consentement mutuel. Pourquoi est-ce que l’un des deux refuse de se marier avec l’autre ? C’est son affaire.  Est-ce parce qu’il le hait ?  Pas forcément.  On peut être ami avec quelqu’un sans désirer coucher avec lui. En attendant, le refus d’une des parties, quelle qu’en soit la raison, empêche l’union.  C’est la même chose entre l’Europe et la Turquie. Il ne peut manifestement y avoir entre elles qu’un mariage forcé, forcé par des politiciens qui se prétendent les apôtres de la liberté. C’est là un nouveau crime à leur actif.

    Le plus malheureux dans cette affaire est la haine que fait naître ce projet. Qu’avait-on besoin de faire miroiter à la Turquie, sans jamais avoir consulté les peuples européens, l’idée qu’elle pourrait un jour entrer dans l’Europe ? Il est évident que la Turquie, du point de vue de l’Europe et des Européens, n’est pas un pays comme les autres, comme ceux qui en font déjà partie (même depuis peu). Elle n’est pas plus européenne qu’il fait jour la nuit. Des réticences légitimes étaient donc prévisibles. La poursuite des négociations (je me suis toujours demandé ce qu’il y avait à négocier), malgré des opinions publique majoritairement défavorable à l’entrée de la Turquie en Europe, devait fatalement produire de l’exaspération de part et d’autre. C’est ainsi que nos politiques ont créé des tensions qui n’avaient pas lieu d’être, obligeant chacun à justifier laborieusement sa position, rendant des dérapages inévitables. Alors que l’Europe est la Turquie auraient pu nouer d’étroites relations, la perspectives de relations pour ainsi dire intimes envisagées par certains risque au contraire de les refroidir pour longtemps. Tout ça par la connerie de nos soi-disant élites !

    Répondre
  24. Anonyme

    06/01/2007

    D’accord avec Aude. Il n’y a pas besoin d’aller chercher midi à 14 heures : la Turquie n’est pas européenne, sur quelque plan que ce soit, et n’a rien à faire en Europe.

    Les Européens, dans l’ensemble, ne ressentent pas la Turquie comme un pays européen. L’adhésion de la Turquie à l’Europe, manigancée par des politiques, serait un anéantissement total de son identité, d’une identité  ressentie instinctivement par les peuples mais que les politiques n’ont pas encore eu le courage de définir car elle est avant tout raciale et secondairement religieuse. (On retrouve exactement le même problème au niveau de la France.) Les Européens ne veulent donc pas de la Turquie en Europe et ils n’ont pas besoin de se justifier. Car une adhésion à l’Union européenne est une sorte de mariage (entre peuples). Or,  comme dans un mariage (libre) entre individus,  il doit y avoir consentement mutuel. Pourquoi est-ce que l’un des deux refuse de se marier avec l’autre ? C’est son affaire.  Est-ce parce qu’il le hait ?  Pas forcément.  On peut être ami avec quelqu’un sans désirer coucher avec lui. En attendant, le refus d’une des parties, quelle qu’en soit la raison, empêche l’union.  C’est la même chose entre l’Europe et la Turquie. Il ne peut manifestement y avoir entre elles qu’un mariage forcé, forcé par des politiciens qui se prétendent les apôtres de la liberté. C’est là un nouveau crime à leur actif.

    Le plus malheureux dans cette affaire est la haine que fait naître ce projet. Qu’avait-on besoin de faire miroiter à la Turquie, sans jamais avoir consulté les peuples européens, l’idée qu’elle pourrait un jour entrer dans l’Europe ? Il est évident que la Turquie, du point de vue de l’Europe et des Européens, n’est pas un pays comme les autres, comme ceux qui en font déjà partie (même depuis peu). Elle n’est pas plus européenne qu’il fait jour la nuit. Des réticences légitimes étaient donc prévisibles. La poursuite des négociations (je me suis toujours demandé ce qu’il y avait à négocier), malgré des opinions publique majoritairement défavorable à l’entrée de la Turquie en Europe, devait fatalement produire de l’exaspération de part et d’autre. C’est ainsi que nos politiques ont créé des tensions qui n’avaient pas lieu d’être, obligeant chacun à justifier laborieusement sa position, rendant des dérapages inévitables. Alors que l’Europe est la Turquie auraient pu nouer d’étroites relations, la perspectives de relations pour ainsi dire intimes envisagées par certains risque au contraire de les refroidir pour longtemps. Tout ça par la connerie de nos soi-disant élites !

    Répondre
  25. Anonyme

    06/01/2007

    Pour l’ anonyme

    Votre Turquie est gourvernée par un islamiste qui voile son épouse de pied en cap,allez donc à Istanbul et vous y verriez des femmes en Hijab ce qu’ un certain Atatrurk réprouverait certainement mais pas le premier ministre de la Turquie actuelle.

    Aujourd’hui un islamiste demain les mollahs ou les derviches tourneurs qu’ Ataturk avait interdit .

    L’ ETA ne menace pas le monde mais demande à l’ Espagne son indépendance u pey comme les Kurdes qui furent les bons serviteurs de l’ empire Ottoman pour le génocide armémien.

    Que faites vous des zones de non droit comme certaine banlieue du 93 où le livre le plus vendu est "Le protocole des sages de Sion",où des musulamns demandent une séparation des filles et de sgraçons ou encore que leurs garçons soient servi par des femmes voilées,la supression des "Sapin de Noël" dans les écoles maternelles même les communistes n’ avaient pas osé!

    Alors quand la transformation de "Notre Dame" en mosquée rose et inaugurée par le maire actuel.

    Svez vous que ce premier ministre a eu cette phrse extraordinaire la Turquie est la patrie de tous les turcophones et il leurs suffira de demandre la nationalité turc pour l’ obtenir et il me semble qu’ ils sont 250 millions,c’ a fait beaucoup quand même pour une Europe

    Répondre
  26. Montgargan

    06/01/2007

    Sezer vient, encore une fois, de refuser des droits aux minorités non musulmanes. Ce racisme d’Etat est insupportable et doit empêcher toute entrée de la Turquie dans l’UE. Pour ce qui est du club chrétien que représente l’UE, que penser de la Turquie qui faut tout pour se débarrasser de ses minorités non musulmanes : génocide arménien, pogrom de 1955, échange de population, ostracisme des dhimmis. En plus, la Turquie est membre de l’organisation islamique qui ne reconnaît pas les droits de l’homme et prône ouvertement le retour du califat avec application de la charia.

    Répondre
  27. Loris

    06/01/2007

    Premièrement je dirais a Calmos et à toute cette bande de rascistes comme Mr Gerard Pierre de se calmer. Etant Européens je suis pour la démocratie et ce que vous êtes en train de faire Mr Pierre est un apel a la violence et je trouve cela lamentable. J’ai habité en Turquie cinq ans,je n’ai pas envie de vous traiter d’ignare mais allez donc y faire un tour vous meme. -La Turquie prend un serieux envol économique,quelle est la situation de l’Europe? -J’ai vu plus de femmes voilées en france en un mois quand Turquie en 5 ans -Vous dites,très chèr,que 98% des habitants sont musulmans.Pardonnez moi c’est faux.Détail de plus certifiant votre ignorance ou votre arogance mesquine voulant écraser les autres. -Istanbul est la ville au monde abritant le plus d’églises -La turquie a plus de vestiges » Grec » que la Grèce (parlons d’histoire commune) Mais malgrès tout il y a une chose qui est vrai dans ce que vous dites.C’est que la Turquie n’a absolument pas besoin de l’Europe.L’Europe des conservateurs rascistes et xénophobes,l’Europe des vieux qui se marginalise et laisse le monde se développer sans elle. Alors a vous tous un message,turques ou francais:essayer un peu d’accepter les autres et si ils ne vous accèptes pas faites en sorte qu’ils le regrettent sans utiliser la violence,mais en montrant de quoi vous êtes capable sur le plan intelectuel car la Turquie n’est pas un pays d’analphabètes,loin de la et je vous rapels le nom du laurea du prix nobel de littérature:Orhan Pamuk

    Répondre
  28. Calmos

    06/01/2007

    A Monsieur Sabri

    " Une toute petite minorité……" comme c’est joliment bien écrit…….

    Allez voir aux Baumettes si ce n’est qu’une " petite minorité…" qui y végéte à nos frais

    Un fait divers sur deux est perpetré par cette petite minorité……Surtout les plus violents ou s’exprime la haine qu’a cette "petite minorité " envers  tout ce qui est Français…..

     80% de Français rejette cette " petite minorité " dans un sentiment de légitime défense le plus élementaire…………

    Que Vous appeliez  cela  du  " racisme" …….c’est bien commode et simpliste à la fois……….

    Alors quand on  veut nous imposer  la Turquie….avec ce qui en découlera…..on n’est pas trés chauds…..NON…….ça va……merci……On a déjà donné………….

     

    Répondre
  29. Scottkiller

    06/01/2007

    A sabri :

     

    L’ETA est un mouvement terroriste LOCAL pas à echelle mondiale, ils leur indépendance, ils ne veulent pas anéantir les autres religions,

    "

    Pour se qui est de l"édification d’églises enTurquie, je ne suis pas au courant."  ça ne m’etonne pas !

    Je connais istanbul et je ne pense pas que cette ville soit le reflet du pays entier, tout comme NY ne represente pas l’opinion generale des USA ou Pris ne represente pas plus l’opinion de la france entière !

    Ce que je fais pour integrer l’islam.

     je travaille sans rien dire et paie mes impots pour que l’on puisse verser les aides a toutes la famille qui vient s’installer. Alors que la majorité des "jeunes font du traffic et gagnent 3 ou 4 fois mon salaire sans payer d’impots !!! Si tu veux je peux t’emmener dans les cites que je connais, à marseille, avignon, lyon, on verra le train de vie de ces gens.

    Maintenant j’arrive à un stade ou je ne veux plus rien donner, nous verrons bien comment les personnes dépendantes des aides vivront sans ressources. Il faudra bien qu’elles se demmerdent.

    Répondre
  30. Anonyme

    06/01/2007

    A Scottkiller

    Je me suis mal exprimé il est vrai : tout les européen ne sont pas raciste, je parle seulement des gens qui font allusion au étranger de france pour se qui est de la criminaliter dans ce pays.

    Une toute petite minorité de ceux la est responsable et comme d’habitude on met tout le monde dans le meme sac.

    Pour se qui est de l"édification d’églises enTurquie, je ne suis pas au courant.

    Que faite vous de si concret pour l’intération de l’islam ??????? Pas grand chose je pense: la moindre vue d’une personne avec une grosse barbe et vous nous imaginé un remake du 11 septembre.

    Je ne pense pas que la Turquie pratique le terrorisme à l’échelle mondiale, arreter de faire un melange entre Ben Laden et la Turquie. Chaque pays, n’importe ou dans le monde à son lot de criminels. Vous entendez parlé de l’ETA? Cette organisation terroriste qui fait régner la panique en Espagne. Je ne crois pas qu’elle vienne de Turquie…

    Pour se qui est de la culture, allez faire un tour à Istanbul et on en reparlera apres.

    Pour RAPTOR

    Je ne suis pas un islamo-frustré mais je décrit simplement se qui se passe. Ne vous sentez pas au dessus des gens, surtout avec un speudo comme le votre…

     

    Pour CALMOS.

    Je n’ai pas fui ce pays, je suis née en France et je n’ai vecu nul part ailleur.

    Ne confondez pas Turquie et Iran. Ce pays n’est pas gouverné par des mollah…

    Je pense que vous etes un islamophobe endurci tout simplement. Sortez un peu de chez vous sa vous fera le plus rand bien .

     

    Répondre
  31. sas

    05/01/2007

    Une seule raison de dire NON  à la TURQUIE……….:   non

    Car non c’est non……..et on a déjà dit non

    alors c’est NON

    non

    sas

    Répondre
  32. Raptor

    05/01/2007

    "Les européens tous des racistes ignares"
    Voila, je crois que tout est résumé dans cette phrase admirable de nuance, de profondeur et de subtilité de Sabri (et châtie-la?), encore un islamo frustré ou un islamophile rampant, au choix.
    Pour le reste, tout a été dit et fort bien, notamment dans l’article de Mr Barrucand. Mais de toute façon, comme l’a déjà dit un intervenant, la Turquie nous sera imposée tôt ou tard par les petits fonctionnaires collabos de type Chirac et Barroso, et là, on rigolera bien lorsqu’on verra tous ces bobos en subir les conséquences, ils verront à quel point ils sont civilisés, sympathiques et porteurs de chance pour l’Europe leurs amis turcs. Moi, pour ma part, je me serai déjà barré depuis longtemps pour l’Amérique du Nord ou la Pologne au choix.

    Répondre
  33. Gérard Pierre

    05/01/2007

    A Hassan Madjaliwa:  

       Vous avez parfaitement bien cerné le problème qui est effectivement celui d’une incompatibilité de l’islam avec le christianisme toujours présent en Europe. Cette incompatibilité n’est pas inhérente au christianisme, religion qui enseigne l’amour de son prochain, qu’il soit ou non de même foi. Cette incompatibilité est inhérente au coran qui professe, entre autres, trois inégalités fondamentales qu’un musulman croyant ne peut transgresser sous peine d’être apostat:

    * l’inégalité homme / femme

    * l’inégalité entre le croyant ( en clair le musulman ) et l’incroyant ( qu’il soit chrétien, Juif et à fortiori athée)

    * l’inégalité entre le maître et l’esclave, l’islam n’ayant d’ailleurs toujours pas aboli le principe de l’esclavage qui se pratique encore dans certaines contrées du globe.

       D’autre part, parmi les 114 sourates du coran, plus d’une centaine de versets sont en contradiction avec la législation des pays européens ( appel au meurtre, antisémitisme, etc, … ). Il en va de même pour bon nombre des milliers de hadiths de la sunna.

       L’islam et la Turquie ne peuvent à la fois exclure de facto des populations ( Juives, chrétiennes, etc, .. ) ou des pays ( Chypre, l’Arménie, …) et exiger en même temps le respect et l’admiration de la part des entités bafouées.

       Tant que la Turquie campera sur des positions aussi radicales que le coran et la sunna, mieux vaut que chacun reste raisonnablement chez soi….. ce qui n’empêche pas des accords ponctuels et bilatéraux sur des sujets incluant des intérêts réciproques.

    A Turkoman:

    Bonsoir.

       On peut être opposé, comme c’est mon cas, à l’entrée de la Turquie dans l’Europe pour les raisons que j’évoquais ci-dessus ( et qui sont loin d’être exhaustives ), sans être pour autant anti turcs. Je suis opposé à un système de pensée qui est l’islam, je ne suis pas pour autant ennemi des personnes qui subissent son endoctrinement, même si à priori elles le défendent, car je les en considère comme les premières victimes.

       J’espère que vous admettrez également que l’on puisse avoir un avis différent du vôtre sans être pour autant tout à fait inculte.

    Répondre
  34. Gérard Pierre

    05/01/2007

    A Hassan Madjaliwa:  

       Vous avez parfaitement bien cerné le problème qui est effectivement celui d’une incompatibilité de l’islam avec le christianisme toujours présent en Europe. Cette incompatibilité n’est pas inhérente au christianisme, religion qui enseigne l’amour de son prochain, qu’il soit ou non de même foi. Cette incompatibilité est inhérente au coran qui professe, entre autres, trois inégalités fondamentales qu’un musulman croyant ne peut transgresser sous peine d’être apostat:

    * l’inégalité homme / femme

    * l’inégalité entre le croyant ( en clair le musulman ) et l’incroyant ( qu’il soit chrétien, Juif ou à fortiori athée)

    * l’inégalité entre le maître et l’esclave, l’islam n’ayant d’ailleurs toujours pas aboli le principe de l’esclavage qui se pratique encore dans certaines contrées.

       D’autre part, parmi les 114 sourates du coran, plus d’une centaine

    Répondre
  35. Scottkiller

    05/01/2007

    A Sabri;

    Pourquoi tous les européens sont racistes ??

    Qui vient mettre la pagaille chez nous ??

    Qui interdit l’edification des églises en turquie, ce sont bien les turques musulmans, non ??

    Qui fait tout pour integrer l’islam ?? nous

    Qui pratique le terrorisme a echelle mondiale ? en bande organisée ?

    Donc, c’est pas parce qu’on est contre l’entrée de la turquie en europe que l’on est raciste. Nous n’avons pas la meme culture, nous n’avons pas la meme religion, je ne vois pas pourquoi on les integrerait.

    D’autre part nous faisons bcp d’effort, lorsque la reciprocité existera, j’envisagerai peut ^^etre de revoir mon jugement !

     

     

    Répondre
  36. Calmos

    05/01/2007

    C’est vrai Monsieur Sabri….personne n’est parfait……vous parlez en connaissance de cause….vous qui vivez ….prospérez…….dans un de ces pays rempli de Racistes ignares…..

    Vous pouvez meme vous y  exprimer….y donner des " leçons de morales " qui n’abusent personne et surtout pas Vous qui avez fui cette si  belle Terre d’Islam……

    Pourrais-je le faire en Terre d’Islam…..???…….je n’attends meme pas la réponse…….n’étant pas parfait moi-meme …….je n’irais pas en Terre d’Islam ……Vous m’en avez guerri définitivement…………

    Riez…Monsieur Sabri……votre intervention est salutaire

     

    Répondre
  37. laurent

    05/01/2007

    Tres mauvais article. Arguments d’un niveau minable.

    Les arguments avances par Gerard Pierre sont beaucoup plus convaincants. Merci a lui pour ce post.

    Quelques remarques :

    – d’apres ce que j’ai pu observer, les turcs semblent s’integrer plutot mieux en Allemagne que le maghrebins en France. Je pense qu’ils seraient assimilables (au mois en nombre limite) dans une societe qui encourage le travail plutot que l’assistance et qui n’encourage pas le communautarisme et le repli sur soi. Ce qui ne signifie pas que nous devions laisser la porte grande ouverte a un pays de pres de 100 millions d’habitants, ni que nous devions financer leur "mise a niveau".

    – les americains soutiennent l’integration de la Turquie, alors qu’eux-memes construisent un mur pour tenter de se preserver de l’immigration mexicaine. C’est pour le moins paradoxal. S’ils se contentent (a juste titre) d’un accord de libre-echange avec le Mexique, pourquoi ne devrions-nous pas faire la meme chose avec la Turquie?

    – je suis pour la liberte des echanges, donc contre les subventions, droits de douane et autres mesures protectionnistes qui engraissent l’etat et les lobbies les plus influents au detriment du peuple. L’echange adoucit les moeurs et est source de richesse pour tous.

    Mais, comme j’ai coutume de dire, echangeons a distance…

    Répondre
  38. Calmos

    05/01/2007

    J’ai fais un blanc….exc….

    C’est une évidence….la Turquie n’est pas en Europe…..

    Y serait – Elle ….cela ne changerait rien aux problèmes que son entrée y causerait….et ce ne sont pas les élucubration de Emre et de ses camarades qui y  changera quelque chose et augure bien ce que serait cette adhésion..

    Cet " amour " des Turcs pour l’Europe est des plus suspect……pour le moins…..à la vérité Ils n’ont que mépris pour Elle…..en bons musulmans qu’ils sont……

    La Turquie….grand exportateur de noisettes…..n’a Rien  qui puisse  justifier son adhésion…..

    Que son éventuelle adhésion soit appuyée par la G.B et les E.U d’Amérique n’est pas un hasard…mais une recherche de régression de l’Europe….qiu n’a pas besoin de cela pour ce faire…..La Roumanie , la Bulgarie et consorts y contribuent  largement…. 

    L’Europe à 15 ou 16…..sans la G.B…..suffisait ….c’ eut été  supportable…..cela devient une "grosse merde "…..incontrolable….. et incontrolée…….il ne manquerait plus que la Turquie marche dedans pour en liberer les odeurs……et dans un sens ce serait bien fait pour Elle ……

    Répondre
  39. Sabri

    05/01/2007

    En lisant ce texte, on a la nette impression que l’auteur est un raciste de haut vol qui ne sort pas tres souvent de chez lui.

    Arretez de penser que l’Europe est constitué de perfections.

    Vous nous parlez de réseau mafieux spécialisés dans le traffic de drogue ???? Avez vous oublié les Pays Bas qui sont les premier producteur et exportateur d’extasy au monde !!!

    La France quand à elle, est le plus gros "importateur" de cocaine d’Europe. La faute à qui me direz vous ? Au traffiquant sud américain !!!! Laissez moi rire.

    Le probleme de la TURQUIE ne vient ni de sa politique, ni de sa position géographique mais simplement de la religion dominante du pays: l’Islam. Car comme tout le monde le sait, l’Europe est peuplé de racistes ignares.

     

    PERSONNE N’EST PARFAIT NE L’OUBLIONS JAMAIS.

    Répondre
  40. Anonyme

    05/01/2007

    pour entrer en europe , les turcs doivent se convertir au chréstianisme.

    ah ils me font rire ces turcs….ils ont le cul entre deux chaises…laic mais gouvernement islamiste,démocrate mais c’est l’armé qui est au sommet du pouvoir.ils ont une langue indo-europeéne avec alphabé latine mais ils sont de culture oriental.

    pourquoi isael est contre l’idée que la turquie reconnaisse le génocide arménien?

    c’est pour que les juifs soient les seul victimes de génocide?

    Répondre
  41. Mehmet 5

    05/01/2007

    Un Pays qui met démocratiquement à sa tête un Islamiste (Erdogan) n’a rien à faire avec les vraies démocraties Européennes. La femme de ce "grand démocrate" est voilée des pieds à la tête ainsi que celles de la plupart de ses ministres dont Gul,. ce Monsieur a le culot de venir ensuite perorrer sur le caractère "Chrétien de l’UE" pour un rapprochement des civilisations.
    Mais nous ne demandons rien à la Turquie et aux Turcs, ce sont EUX qui souhaitent beneficier de l’argent du contribuable européen pour se democratiser, se moderniser, s’améliorer. Ne l’oublions jamais !
    Qu’il (Erdogan) commence donc par montrer l’exemple à son niveau en "démocratisant" sa femme avant que  de demander quoique ce soit aux européens.
    Un pays , la Turquie qui présidant , sous la houlette de son premier ministre toujours Erdogan, la Conférence Islamiste en 2003, affirmant que la Lapidation en tant que tradition coranique et donc d’inspiration divine "ne peut être abolie ou proscrite" n’a rien à faire avec nous.

    Qu’ils aillent s’allier avec la Mongolie, le Khazakstan et faire du business entre eux.

    Parce que pour nous, c’est sans façon , NON MERCI

    Répondre
  42. TURKOMAN

    04/01/2007

    Bonsoir,

    Les Turcs font partie de ces rares peuples et civilisations qui ont une Histoire et un passé multi-millénaire. Ils ont connu des heures de gloires et des moments plus difficiles, mais n’ont jamais été soumis par une autre civilisation.

    Inutile pour moi donc de palabrer avec des Arméniens frustrés ou plus généralement des anti-turcs incultes.

    Nous, Turcs, travaillons chaque jour pour notre étoile qui se lève à nouveau

     

    Répondre
  43. TURKOMAN

    04/01/2007

    Bonsoir,

    Les Turcs font partie de ces rares peuples et civilisations qui ont une Histoire et un passé multi-millénaire. Ils ont connu des heures de gloires et des moments plus difficiles, mais n’ont jamais été soumis par une autre civilisation.

    Inutile pour moi donc de palabrer avec des Arméniens frustrés ou plus généralement des anti-turcs incultes.

    Nous, Turcs, travaillons chaque jour pour notre étoile qui se lève à nouveau

     

    Répondre
  44. emre

    04/01/2007

    Alors la je n’ai qu’une seul phrase a dire:

    SVP regarder cette petite comédie qui pourra de façon très juste répondre a cette artcile.

    Le site est le suivant:

    http://www.armeniens.net/article318.html Merci d’aller voir et me dire ce que vous en pensez comme réponse SVP SVP

    Cela me choque, mais toute foi chèr auteur de cette article j’oubliai un truk c’est que vous vivez en TURQUIE et que vous voyez la violence quotidienne, moi meme en regardant quotidiennement les infos turcs et internationnal j’ai pas pu trouvez ceci je vous félécite c’est très fort a je vous jure c’est magnifique. Quand je me dit que ma tante, mon oncle agées respectivement de 79 et 84 ans font du trafique olalalalalalallalala ça me dégoutte….. NON A LA TURQUIE mais quand meme 70 000 000 de turcs c’est insuportable tous des criminels. En plus ils n’ont meme pas reconnuent le soit disant génocide arménien

    Répondre
  45. emre

    04/01/2007

    La suite dsl, je disait qu’ils ont meme pas reconnuent le  soit disant génocide arménien olalalllaa et la chypre et les kurdes,……

    je vous laisse imagnier le suite. Cela me fait comprendre un truk NON AUX MUSULMANS DANS L’UE mais n’oublier pas arrières grand parents a moi ils on réussit a coucher avec des femmes dans tout les continent mdr….

    AMICALEMENT EMRE

    Répondre
  46. Erkan

    04/01/2007

    "il s’agit de l’entrée en Europe d’une communauté totalement inassimilable"

    Avec cette simple phrase, on comprend tout suite bien mieux le fond de votre pensée (fond, d’ailleurs, que vous cachez habitelement durant l’article fleuve que vous avez rédigé).

    D’ailleurs, en bonus, je crois fermement que votre emploi du mot "assimilation" montre bien que le but du jeu selon vous n’est pas d’accepter l’Autre, mais de le rendre comme nous.
    Ce qui collerait avec l’attitude et l’approche qu’ont aujourd’hui nos dirigeants de la Turquie et des Turcs… un peuple brut qu’il faut "éduquer"; un peu à la mode de la mission des conquistadors avec les "sauvages".

    Affligeant…

    A croire que c’est en recourant à la magie que l’on a pur "assimiler" Suédois (nordiques) et Espagnols (méditarrénéens) (2 simples exemples. On peut en trouver d’autres à opposer au sein de l’UE) dans un même éspace Européen.
    Ces deux cultures étant TOTALEMENT différentes l’une de l’autre.

    Pour ce qui est de l’incitation à la peur du Turc, je vous donne 10/10. BRAVO !

    Répondre
  47. Gérard Pierre

    04/01/2007
       Que monsieur Pierre Barrucand me pardonne une réaction un peu abrupte mais sa démonstration laborieuse tient essentiellement au fait qu’il escamote la présentation de l’article du 14 décembre 2006 auquel il fait référence et que je tiens à citer in extenso :
        « Demandez à n’importe quel homme politique européen de dresser la liste des défis auxquels sont confrontés ses compatriotes, voici la liste qu’il vous établira :
     * La concurrence croissante de l’Asie ;
     * Les menaces sur notre approvisionnement énergétique ;
     * Les problèmes apparemment insolubles du Proche-Orient ;
     * La montée d’un extrémisme visant à élargir le fossé entre musulmans et non-musulmans ;
     * Le vieillissement de la population ;
     * La volonté de l’Europe de jouer un rôle plus actif dans le monde ;
    * La nécessité pour elle de s’attaquer aux problèmes de la drogue, du crime organisé et de l’immigration clandestine, à la fois sur son terrain et à ses frontières. »
    ……. après quoi Margaret Beckett tente de nous démontrer point par point, souvent au forceps, que l’entrée de la Turquie dans l’Europe constitue stricto sensu la panacée de ces sept défis. Ce n’est déjà plus tout à fait la même chose.
       Monsieur Pierre Barrucand a sans doute bien ressenti le côté plutôt « tiré par les cheveux » de l’argumentaire de la secrétaire d’état au foreign office. Il a tenté de la reprendre sur la forme mais comme celle-ci était déjà de mauvaise qualité il ne pouvait que s’enliser en restant sur ce registre. Il aurait pu par contre, sur le fond, opposer sept raisons bien senties ( pour ne se limiter qu’à cette quantité) :
    1)      – Avant de songer à accueillir un nouvel état, il faut d’abord être soi-même en capacité de le faire. Qu’est-ce que l’Europe ?
    *    un conglomérat d’états sans réalité politique ( où est le président des Etats-Unis d’Europe ?) sans politique de défense ni politique intérieure communes
    *    Un conglomérat d’états où la moitié d’entre eux ( à commencer par le pays de madame Beckett ) a rejeté la pratique de l’€uro
    *   Un conglomérat d’états où certains ratifièrent un projet de traité constitutionnel en recourrant à la complaisance parlementaire sans se soucier de l’avis de leur peuple, tandis que d’autres le rejetaient.
       L’Europe a donc une pause à marquer avant de s’embarquer dans une aventure avec un pays exotique.
    2)    – La politique du foreign office a toujours été plus pro américaine que pro européenne. Ce n’est pas une nouvauté, c’est un constat sur le long terme. Or qui ne cesse d’encourager monsieur Erdogan à maintenir contre vents et marées une candidature d’entrée de la Turquie dans l’union européenne, sinon monsieur Georges Bush lui-même ? Le fait-il par désintéressement ?… bien sûr que non. Chacun sait qu’en politique « les intérêts de mes amis ne sont pas forcément MON intérêt », d’où la nécessité de décrypter l’article d’une secrétaire du foreign office avec une grille de lecture géopolitique, en y incluant surtout bien le prisme britannique.
     
    3)    – La Turquie est un pays asiatique dont une petite enclave se situe sur le sol européen en raison d’anachronismes historiques. Elle est autant fondée à revendiquer une appartenance à l’Europe que la France à l’Amérique en raison de la position géographique de Saint-Pierre-et-Miquelon.
     
    4)    – L’islam est un système politique totalitaire basé sur un prétexte religieux. En cela il est compatible avec d’autres pratiques totalitaires, comme le communisme par exemple ( pour ne citer que celui-là). En revanche il est TOTALEMENT INCOMPATIBLE avec le principe de démocratie revendiqué et laborieusement pratiqué par les nations européennes.
     
    5)    – Il est inacceptable qu’un pays qui sollicite son admission au sein d’un organisme nie tout droit à un autre pays qui en fait déjà partie. Chypre n’est pas négociable.
     
    6)     Quel serait par exemple, au sein d’une défense européenne composée d’une juxtaposition de forces nationales budgétairement anémiées, le rôle d’une armée turque de huit cent mille hommes dirigée par trente cinq mille officiers ? Il sera difficile de cantonner à la photocopieuse de l’état-major de l’ Eurocorps une telle force dont le commandant en chef est en réalité le numéro deux de la nation ottomane ! 
    7)     – Un pays qui nie son passé ne saurait être considéré comme un partenaire fiable pour l’avenir. Nous sommes dans un jeu de menteurs et les règles de ce jeu ne font pas partie de l’éthique européenne, ce qui condamne l’Europe à refuser de jouer ou à perdre à coup sûr si d’aventure elle se risque au jeu. 
    Cela étant, rien n’empêche l’Europe de nouer des rapports commerciaux bilatéraux avec la Turquie, comme elle en noue avec la Chine, le Japon ou le Baloutchistan. Les risques seront beaucoup plus limités et les règles du jeu plus clarifiées.
    Répondre
  48. Anonyme

    04/01/2007

    La Turquie n’est tout simplement pas européenne, ni géographiquement, ni culturellement, ni religieusement. Il n’y a pas à chercher plus loin. Pour ceux qui n’en sont pas encore persuadés, je recommande l’excellent livre d’Alexandre Del Valle « La Turquie dans l’Europe Un cheval de Troie islamiste ? ».

    Répondre
  49. Anonyme

    04/01/2007

    Il est vrai que l’ article est trés virulent mais je suppose que si l’on demandait aux Kurdes,aux Grecs et autres peuple ayant subit l’ occupation ottomane ce qu’ ils en pensent,leurs commentaires seraient peut être encore plus extrémistes.

    Tous les turs ne sont des djihadistes en puissance,mais ce peuple a mis au pouvoir unparti trés extrémiste voir trés islamique.

    Si l’ armée est le garant de la laïcité de ce pays si demain,elle est noyauté par les islamistes que deviendra ce pays,je rappelle que l’ armée turque est des plus puissante du Moyen Orient.

    Quelles sont les garanties que vous nous proposez,vos belles paroles,simplement en reconnaissant le génocide arménien et le libre choix des Chypriotes grecs,nous pourrions vous croire mais le chemin sera long vers "Tipperari"

    grandpas

    Répondre
  50. EIFF

    04/01/2007

       Selon la police de Blackpool, la petite Charlene Downes, 14 ans, a été enlevée, violée, prostituée et finalement assassinée par deux musulmans dont un "travailleur social" qui, pour faire disparaître le corps, l’ont dépecé et vendu sous forme de kebab. Seule l’édition du Manchester du gratuit Metro a rompu le silence sur cet effroyable crime raciste.

    Tout roule dans le royaume anglais, l’intégration à l’anglo-saxonne prend des tournures inattendues.

    Répondre
  51. Hassan Madjaliwa

    04/01/2007

    Tous les arguments avancés ne sont pas fiables.Les Européens ne veulent pas de la Turquie parce que c’est un pays musulman alors que la tradition Européene est chrétienne.Inutile donc de passer à gauche à droite car le problème est très claire.

    Répondre
  52. sas

    04/01/2007

    Si ca vient du " foreign office", FCR……..ou du bilberger grouppe……c’est le plan illuminati…cqfd

    tout est déjà dit….

    sas

    Répondre
  53. gaius

    04/01/2007

    je réponds aux premiers intervenants pro-muslim, commendités pour réagir à des forums résistants.

     Les turcs ont ils des bons côtés ? je dirai jusqu’à présent aucun , des millions d’européens morts et mis en esclavage aux cours des siècles jusqu’en 1974 avec l’attaque de chypre et son invasion , depuis je cherche mais je ne trouve rien …mmm , il faudrait peut être demandé aux suisses …la dernière fois qu’ils sont allé jouer aux foot ils se sont fait massacré dans les vestiaires par les joueurs turcs , les supporters et les flics supposés les protéger …vous comprenez ils avaient osé gagner le match malgré les intimidations dés l’arrivée de l’équipe elvétique à l’aéroport et l’empèchement de dormir par une émeute bruillante devant leur hotel toute la nuit , quel honnèteté ces turcs , quel peuple courtoieet rafiné , quelle politesse de leur part, quel etc etc  …

    Ce texte n’est pas bon ou mauvais , il reflète juste la vérité , rien que la vérité , et personne je dis bien personne ne pourra me contredire . On n’a vraiment pas besoin des turcs.

    Répondre
  54. R. Ed.

    04/01/2007

    La "construction" de l’ Europe, cela devient un vrai bordel.

    On vient de "récupérer" deux pays supplémentaires, pays "pauvres", et qui en plus possèdent chacun une maffia très puissante et très organisée. Il faudra faire avec. Là, c’est encore l’Europe.

    La Turquie, ce n’est plus l’ Europe, c’est l’ Asie, musulmane à 98 %. Avec aussi une belle maffia très organisée. Quand on se rend compte (pour certains du moins) à quel point nous avons des problèmes avec les adeptes de la religion du prophète, qu’est que cela serait avec quelques dizaines de millions supplémentaires.

    Un petit rappel de la loi turque, pour ceuss qui ne sont pas au courant.

    En France, pays "moderne", la population est "estimée à "environ" 60 millions, plus  3 ou 4 millions de semi-clandestins, on ne sait pas au juste.

    La Turquie, c’est 70 millions, paraît-il, laissez-moi rire, comment ont-ils compté, dans ce pays d’analphabètes ? C’est entre 70 et 85 millions.

    Que dit la loi turque ?  Un "turcophone" qui en fait la demande à Ankara obtient la nationalité turque. Et là, les "turcophones" sont environ 110 millions, soit une bonne centaine de millions de Turcs en réserve. La Turquie en Europe, ce n’est donc pas 85 millions de citoyens ayant libre circulation dans la communauté mais bien 200 millions "potentiels".

    A ce moment, les musulmans, en comptant les 50 millions "officiels" déjà présents  et prolifiques seront majoritaires et c’est eux qui "décideront".

     

    Répondre
  55. Charles

    04/01/2007

     

    Je suis tout à fait d’accord avec Mr BURRUCAND, et le soutiens.

     Notre communauté nationale n’a rien à gagner à intégrer la Turquie (et oui, je raisonne au niveau national…..). La grande majorité des turques n’ont rien de commun avec la communauté européenne et chrétienne. Vous pouvez hurler, insulter, mépriser, menacer, rien n’y fera….l’huile et le vinaigre…..

    Mais rassurez-vous messieurs pro immigrationnistes, la Turquie nous sera IMPOSEE… et la France disparaîtra doucement mais sûrement.

    Répondre
  56. Anonyme

    04/01/2007

    Vraiment nul!!!!

    Pas d’autre mot.

    Répondre
  57. Vinykhi

    04/01/2007

    Bonjour,

    J’hésite entre de nombreux superlatif…..

    Donc en résumé, tous les Turcs sont sont : Djihadiste, inassimilable, communautaire, trafiquant de drogues, violents et intellectuellement vides…..

    …finalement, ca va, ils s’en sort plutôt bien ce cout ci……

    Juste une question? Pour intégrer une communauté, il faut peut etre se mettre en disposition de…..non? Si on ne parle que de haine, si on ne fait que stigmatiser, comment voulez vous qu’une communauté veuille s’intégrer ?

    Enfin, ces turcs…ils ont pas un seul bon coté?? Quand meme dans tout ca n’y en a t il pas un au moins ?

    Cordialement,
    Viny,

    PS: pour info je fais parti de ces turcs barbares, violents, voleur…enfin pour tous les qualificatifs lire l’article….

    Répondre
  58. Chichetour

    04/01/2007

    Bonjour,

    Un article vraiment déplorable qui manque en argumentation et surtout en crédibilité. Seulement du superflus pour inciter les gens à hair encore les turcs.

    Une meilleure réflexion serait bienvenue et plus intéressante. J’ai du mal à comprendre les idées de votre article.

    Cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)