Voter aux Européennes n’est pas une obligation

Posté le juin 02, 2009, 12:00
3 mins

Nous sommes appelés à voter le 7 juin pour désigner nos représentants au Parlement européen. Pour l’UMP, Rachida Dati prendra la place de Jacques Toubon, tandis qu’au PS, son éminence Harlem Désir poursuivra son œuvre inoubliable…

72 personnes, sur 3221 candidats, auront ainsi, pour cinq ans, une situation matériellement enviable, en tout cas très enviée. Mais pour quoi faire ?

Le renouvellement du mandat du président de la Commission, Manuel Barroso, semble assuré, quoi qu’il arrive, aucune autre personnalité n’étant parvenue à résoudre la difficile équation politique nécessaire.

Quant à la philosophie qui inspirera ce Parlement, on sait seulement que les majorités s’y forment au gré des circonstances, selon les sujets et les textes… Avec, en socle, un consensus de fait entre le centre droit du PPE (dont l’UMP fait partie) et le centre gauche des socialistes et des sociaux démocrates.

Pour simplifier, ces élections européennes se présentent sans enjeu précis et sans alternative politique claire. Pour l’Europe, l’important est ailleurs. Le Traité constitutionnel dit de Lisbonne a peu de chances, sauf coup de force, de pouvoir jamais être mis en œuvre. La gouvernance de ce machin est si compliquée qu’à peu près personne ne s’y retrouve. Mais une dérive inquiétante est néanmoins en marche : vers toujours davantage de protection, dans tous les domaines et, a contrario, moins de concurrence (désormais stigmatisée comme « ultra-libérale »…).
Avec la crise financière mondiale, la vérité apparaît crûment : onze pays ont une monnaie commune, sans politique économique coordonnée. Combien de temps, l’euro, dans ces conditions, peut-il survivre ?

Vingt-sept pays ont des frontières commerciales communes, mais rien en matière de défense ou de contrôle de l’immigration… Participer à la désignation des représentants de l’ex-ethnie française au Parlement européen (qui siège à Strasbourg, mais travaille à Bruxelles…) est un droit.
Mais aller voter le 7 juin, dans le contexte présent, avec les choix qui nous sont présentés, ne constitue certainement pas une obligation !

http://www.dumait.fr

26 réponses à l'article : Voter aux Européennes n’est pas une obligation

  1. Anonyme

    10/06/2009

    Au fait, quel est la profession de Mr Yvan Rouffiol…. journaliste. Ah, il avait oublié de nous informer de la pédophilie de l"un, du sectarisme des autres ….

    Qu’il démissionne et qu’il aille faire autre chose et ne plus se faire un méa culpa de judas sur reichman tv

    Répondre
  2. Florin

    10/06/2009

    à Hans : il y a les beaufs qui s’abstiennent de voter … et il y a aussi ceux qui regardent la téloche avachis sur le sofa, et votent ensuite …

    J’ose pas imaginer qu’est-ce que cela aurait donné, si Goering avait eu la télé et Internet à disposition …

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    09/06/2009

    Yann Arthus-Bertrand, le zèbre qui s’est illustré il y a quelque temps en Amérique du Sud et lui a même valu un article de N.Bonnal aux 4V, vient donc d’influencer les élections françaises avec son film de propagande "Home". France 2 n’a pas eu de blâme, une TV privée serait à l’heure actuelle déjà interdite de séjour.

    Je cite un passage de l’article d’Ivan Rioufol disponible sur le site suivant:
    http://claudereichman.com/articles/rioufoleuropeecologie.htm

    <<Les électeurs d’Europe Ecologie savent-ils exactement pour qui ils ont voté ? Le doute est permis, d’autant que la multidiffusion du film apocalyptique de Yann Arthus-Bertrand, "Home", à la veille du scrutin, a probablement éveillé chez le public des émotions dont l’affable Cohn-Bendit a pu tirer profit. Plus de 8 millions de téléspectateurs ont vu ce documentaire, esthétique mais sans nuance, dont Arthus-Bertrand lui-même a dit (Le Parisien, 5 juin) : "C’est un film de propagande", avant d’indiquer qu’il votera pour Europe Ecologie.>>

    Répondre
  4. Florin

    08/06/2009

    Oui, un lundi triste et pluvieux sur la France : il fait froid, les routes sont remplies de bouchons, et Barroso est toujours à Bruxelles …
    Pendant ce temps-là, dans le 3ème arr de Paris, con-bandit empoche plus de 35% des voix … à croire qu’à Paris, on met des trucs dans l’eau du robinet …

    Répondre
  5. Anonyme

    08/06/2009

    FN+Libertas= 13%

    Dommage…..c’est un échec pour nous. Lot de consolation: la droite progresse en Europe. Hélas, à part quelques casse cou, tout le parlement Strasbourgeois votera d’une seule et même voix en faveur de l’évolution technocratique de l’Europe. Je ne sais plus s’il faut se réjouir ou non lorsque l’UMP écrase des adversaires directs…

    2ème lot de consolation: 60% d’abstention en France, 55% en Europe. Hélas, ces "votes" de défiance auraient du se traduire en faveur des adversaires de l’Europe technocratique…

    Répondre
  6. Magny

    07/06/2009

    Voilà , j’ai fait mon devoir , et les trois premiers partis de notre pays peuvent s’asseoir sur mon vote ( arf arf arf ) .

    Remarquez : ils s’en foutent un peu , ils ont tellement d’autres voix de leur côté .

    Bon commentaire Florin , sauf le << gouverner sans le peuple ce n’est pas si gênant que ça >> . Moi ça me gêne un peu beaucoup quand même . Vous voulez sans doute exprimer que sans est mieux que contre , et bien sûr la démagocratie est moins pire qu’une dictature ( même "molle" ) .

    Mais le << pour et sans le peuple >> on en crève à petit feu justement . 

     

    Répondre
  7. ozone

    07/06/2009

    Prendre a l’ultraliberalisme ce qui arrange le plus la bonne vielle bourgeosie française la plus réactionaire

    Répondre
  8. Anonyme

    07/06/2009

    Mancney:

    C’est vrai ce que vous dites là!

    Je rajouterai, puisqu’en en parle, que cette déliquescence des valeurs féminines s’appelle "féminisme"……..et que là aussi, c’est un domaine auquel on a etendu cette fameuse égalité: on l’a nommé "parité".

    Bon dimanche à vous et bon vote!

    Répondre
  9. Anonyme

    07/06/2009

    Merci pour vos excellentes et satisfaisantes réponses, Nathaniel, avec beaucoup de "Bon sens", ce qui manque le plus aujourd’hui.
    Pour les femmes, ne vous bilez pas, personne ne se risquera a critiquer, ni meme a "étudier" leurs actions depuis l’apres guerre, et pourtant leur role a été immense dans notre chute, bien que celui ci fut completement "imbriqué" dans NOS responsabilités masculines. Pour faire une longue story short, elles ont merdé car nous les avons encouragé a merder. Surprenant? Possible, mais rigoureusement exact. L’ennui est que quand la femme détruit son aura et se désintéresse de son role de "gardien de la famille et des traditions", et bien la societé est mal barrée, tres mal barrée. D’une certaine maniere, la femme palestinienne ou arabe qui pousse ses momes au conflit contre l’Ouest, est beaucoup plus "efficace" et concernée, par le futur de ses enfants que ne le sont les femmes occidentales, meme si elle en perd qqs uns dans le lot. On a tous vu le resultat… et ce n’est pas fini.
    Rien ne se passe vraiment sans l’accord des femmes. Jamais et nulle-part.

    All the best, Nathaniel.

    Mancney

    Répondre
  10. Edidoudou

    05/06/2009

    Lambda : tu as écrit "Ne PAS voter signifie implicitement que l’on reconnaît d’avance le résultat, aussi tordu, faussé, fabriqué soit-il."

    Je voulais juste dire que c’est le contraire, non ?

    Voter normalement, c’est accepter le résultat de l’élection et le candidat élu (en espérant que ce soit le sien qui..). Voter blanc, c’est accepter le résultat mais pas le candidat élu (aucun n’est estimable). Ne pas voter, c’est "refuser" candidat élu et résultat de l’élection, ou en tout cas, ne pas l’adouber. Je me contenterais bien de voter blanc mais comme ces votes ne sont pas comptabilisés..

    Répondre
  11. sas

    05/06/2009

    A chouka…..alors parfait tu es comblé au-delà de tes espérances….

    tu es un heureux….

    sas

    Répondre
  12. Anonyme

    05/06/2009

    Florin :

     

    Figurez vous que je n’ai qu’un choix limité de restaurants et mes repas y sont soigneusement choisis par expérience (je n’aime pas m’aventurer dans l’inconnu, vous aurez compris).

     

    Ah, j’ai du mal l’exprimer. Evidemment qu’il est hors de question de lire dans son intégralité le projet de Constitution. J’estimais juste que le minimum était d’avoir compris l’essentiel ainsi que les enjeux concernant l’évolution des Institutions.

    Et comme je déteste parler de quelque chose que je ne connais peu ou pas…

    Comprenez par là que loin d’avoir lu un paragraphe de cette Constitution, beaucoup se sont contentés de répéter ce que les divers dirigeants politiques en disaient (que c’était bien, que ca renforcerait l’Europe etc. etc., pour l’UMPS, et que c’était mal, que ca affaiblirait la souveraineté de chaque pays, pour les souverainistes etc. etc.)

     

    Une chose, Florin, je pense que le référendum de 2005 avait une dimension nationale sur certains points, car Chirac avait fait de l’intégration de la Turquie un combat personnel, ce qui l’a affaibli dès l’annonce des résultats. De la même manière aujourd’hui, plus personne parle d ‘ Europe dans les débats. Les Britanniques viennent de sanctionner Brown et les Italiens s’apprêtent à plébisciter Berlusconi.

     

    Gouverner sans le Peuple est gênant, car c’est justement ça le fondement de la Démocratie (le Peuple qui gouverne). Diriger CONTRE le Peuple est le degré supérieur de l’ignominie (largement atteint aujourd’hui).

    Répondre
  13. Anonyme

    05/06/2009

    Mancney :

     

    Ce sont de bonnes question que vous posez là.

     

    Premièrement, oui, la Gauche a sa part de responsabilité dans la décadence de la France (au risque de me mettre un certain nombre d’entre vous à dos) et même une grande part.

    Je ne vais pas m’attarder sur la définition et la nature du socialisme depuis la Révolution Française mais je peux commenter celui d’aujourd’hui.

     

    Ce socialisme là peut être rebaptisé progressisme. Le progressisme consiste à rejeter les valeurs dites « traditionnelles » au profit de (en vrac) : l’ouverture sur le monde extérieur, la solidarité, l’égalité étendue à tous les domaines de la vie, même ceux ou elle n’a pas sa place (on peut appeler ceci l’hyper-démocratie), la compassion envers tous les malheureux de la Terre, l’amenuisement de la conscience patriotique et nationale au profit d’un sentiment d’appartenance à un « village mondial »….. (j’en passe)

     

    Ces nouveaux principes sont censés se substituer aux précédents dans des délais assez courts (globalement depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale), en utilisant des méthodes indirectes (mais pas toujours) : Halde, Droits de l’Homme, Mondialisation, Dérégulation, multi-culturalité…………..

     

    Loin de moi l’idée de critiquer les Droits de l’Homme qui ont apporté la paix et la justice à des populations entières. Ce à quoi je fais allusion est l’absence de limites à l’application de ces Droits (par exemple, de quel droit un meurtrier devrait bénéficier de ces Droits et de quel droit (excusez la répétition) un élève devrait être considéré comme égal au maître ?)

     

    Afin d’abréger, c’est la gauche (dans son intégralité, écologistes compris) et même un partie de la droite (centre droit=UMP) qui sont aujourd’hui porteurs (à quelques exception près) de ces nouvelles idées.

     

    Deuxièmement, au sujet des femmes. Il n y a rien à dire, je n’ ai jamais critiqué les femmes pour ce qu’elles sont. Une ombre cependant au tableau : lorsqu’un Imam Saoudien (je crois) déclare : « nous vous aurons (l’Occident) grâce aux ventres de nos femmes ». Vous aurez compris le danger auquel nous sommes exposés, ici en France.

     

    Dernièrement, la démocratie.

    Pour être franc, elle n’existe plus vraiment. On nous dit que nous élisons nos représentants et que ceux ci sont juste la voix du Peuple. Non seulement ces « représentants » dirigent sans nous, mais aussi CONTRE nous (comme le fait justement remarquer Florin). Vous l’aurez remarqué et j’aimerais juste rajouter, revenant à un point précédent, que, dans le cadre du progressisme ambiant, nos représentants ont étendu la démocratie à des domaines ou celle ci n’est pas souhaitable si on attend de notre civilisation qu’elle ait un futur. Ces domaines sont : l’Education (la baisse générale du niveau dans le but de le rendre abordable à l’integralité des enfants (comprenez même à ceux qui viennent de débarquer en France et qui ne parlent pas un mot de la langue)), la Justice (non pas dans l’égalité des droits, mais dans celle des traitements (un condamné à perpétuité aura désormais droit à la télévision, à une bonne cuisine, à des divertissements et à des activités destinées à « favoriser sa réinsertion » (SIC !!!!!!!!))), la Famille (une récente étude du Monde (le journal) qui montrait qu’il subsistait des « inégalités » dans le partage de la vie familiale (comme quoi les femmes faisaient trop la vaisselle et les hommes pas assez le ménage). J’ai rarement été aussi frappé par une telle ingérence dans la vie privée des nouveaux promoteurs du progressisme)……… en d’autres termes trois des domaines les plus importants dans nos vies.

     

    J’espère n’avoir pas été trop long 😛

    Bonne journée à vous, Mancney

     

    Nathaniel.

    Répondre
  14. Florin

    04/06/2009

    Nathaniel : "les français qui ont voté contre (et ceux qui avaient voté pour, par la même occasion) en 2005 n’avaient même pas lu la constitution".

    Vous reprenez un argument éculé des représentants du ‘système’, qui nous expliquent qu’en gros, l’on se doit de mépriser automatiquement le vote populaire, car les gens n’ont pas lu la tonne d’immondices qu’ils ont reçu pourtant (TOUS) par la Poste.

    FAUX ! Dites, lorsque vous allez au resto, et qu’un plat est immangeable, vous forcez-vous à avaler la dernière miette avant de dire ou au moins de comprendre que c’est de la daube ? Biensûr que NON !

    Pareil avec le texte de Giscard : il suffit de lire quelques articles, pour comprendre le piège dans lequel on voulait nous jeter : le but principal était de FIGER, pour l’éternité, la politique économique et sociale en Europe, de manière à ôter aux peuples le CHOIX politique. Lisez la Constitution de la défunte URSS, il était écrit que le PC dirige, et que le communisme est la seule voie. Pour changer le système, il a fallu attendre que le pays s’écroule et soit démantelé.

    Alors, point besoin de TOUT lire. Les gens ne sont pas tous sortis de l’ENA, mais ils ont TOUS suffisamment de bon-sens pour savoir que l’on n’épouse pas une pute, surtout si le divorce est intérdit … Ce n’était nullement un vote anti-Chirac (personne ne brûle sa propre maison pour cramer un cafard égaré dans la cuisine).

    Quant au "gouverner sans le peuple", ce n’est pas si gênant que cela, mais "gouverner CONTRE le peuple", ça oui, c’est intolérable. 

    Répondre
  15. Jaures

    04/06/2009

    Une bonne solution lorsque l’on sait que ses idées ne représentent plus rien: appeler à l’abstention.

    On est à peu près sûr, surtout lors d’élections européennes, de représenter un fort courant d’opinion.

    Répondre
  16. Anonyme

    04/06/2009

    Nathaniel ; " Eh bah non, en France, la totalité des partis de gauche fait plus que la totalité des partis de droite……"

    –  Oui, bien sur, la France n’est plus un pays de droite depuis Giscard (environ). Et y aurait-t-il un rapport avec la descente vertigineuse en cours? Autrement dit, quelle est le role de la Gauche dans la chute de la société Francaise, de sa culture, de son peuple? Tiens, tant que vous y etres, vous pouvez aussi me dire quelle est le role des femmes, supposées etre les gardiennes des traditions et de la Civilisation,  dans l’immigration excessive et destructrice? Enfin, avez vous l’impression que la Démocratie francaise a atteint une "limite"? Par limite, comprenez un point a partir du quel elle ne pourra plus perdurer.

    Mancney

    Répondre
  17. UN chouka

    04/06/2009

    Il est clair a mon avis @ SAS,que toute libèrté de fabriquer doit etre controlée pour controler le marché ,ses prix, ses mode de fabrication,ses caractéristiques aussi ?

    Pas quèstion d’inover ,de sortir des rangs surtout ?

    Ainsi ,nous avons l’employabilité ,la fabrication/consommation,les cours parfaitement contolés ? 

    Répondre
  18. Anonyme

    04/06/2009

    Florin:

    Bon sang, les français qui ont voté contre (et ceux qui avaient voté pour, par la même occasion) en 2005 n’avaient même pas lu la constitution et ne savaient même pas ce qu’il y avait dedans! Ils ont voté non pour plusieurs raison, mais une d entre elles , et peut être la principale est qu’ils n y comprenaient rien, qu ils avaient l impression qu on se foutait de leur gueule (ce qui est vrai) et qu’ils voyaient la façon dont les pays se déchiraient entre eux sur tel ou tel point du texte.

    En d’autres termes, peu ont voté en connaissance de cause. La plupart a voté pour sanctionner Chirac ou pour exprimer son mécontentement vis à vis de la distance prise par l’élite européenne envers le peuple.

    Je pense qu’encore beaucoup de personnes ne comprennent rien à ce qui se passe à Bruxelles. Alors quite à dire NON à cette Europe technocrate, mieux vaut voter Libertas que s’abstenir…

    Je vous le répéte. L’ Union Européenne a choisi sa voie: gouverner sans le peuple. C’est leur son choix. Inutile de le nier, Florin, le peuple est maintenu loin des décisions, depuis toujours d’ailleurs. L’abstention monstrueuse est justifiée, mais inutile puisque qu’il y ait 10% ou 60% d ‘abstention, le même nombre de députés sera envoyé et les sondages montrent que ce seront UMPS. Donc au lieu de rester chez soi à siroter une limonade en regardant les déboires de la représentation "française" de football Black Beur Black, allez voter CONTRE.

    Mancney:

    J ai parlé du français moyen en exemple, j’aurais trés bien pur en prendre un autre: vous êtes polonais. allez dire au français que les Etats-Unis seraient un meilleur partenaire stratégique qu’une éventuelle force militaire européenne (c’est le point de vue d’un polonais moyen).

    Ou bien dites à ce français que le parlement polonais a bien fait de purger les députés communistes et que le débat politique se fait désormais entre droite libérale et droite conservatrice, sans ces salauds de socialistes complétement delégitimisés depuis la fin du communisme. Eh bah non, en France, la totalité des partis e gauche fait plus que la totalité des partis de droite……

    Répondre
  19. Anonyme

    03/06/2009

    Nathaniel : " (..) certains points de vue divergent tellement d’un pays à l’autre qu’il est inconcevable d’envisager de quelconques compromis. (..) Allez dire aux Polonais que les Etats-Unis sont méchants (c’est l’etat d’esprit d’un français moyen).

    – C’est ca, l’Europe ne marchera pas parce que des "francais moyens" seraient stupides et ingrats. Remarquez, c’est probablement ce que l’histoire retiendra.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  20. sas

    03/06/2009

    Bravo chouka…tu as compris…

    Qui controle la REGLEMENTATION TATILLONE contrôle le marché……qui contrôle le marché quasi seul sur le créneau fait sur mesure avec le cahier des charges précis de l industriel iniyié….INTERDIT LA CONCURRENCE ET FABRIQUE DE FAIT UN SYSTEME DE MONOPOLE

    encore une des nombreuses incohérences et contradiction de cette europe libertaire et adoratrice du veau d or…

    sas

    ex: en martinique le seul service de la région qui est querellé pour le conserver: la reglementation…

    pour quoi a ton avis ?

    Répondre
  21. Florin

    03/06/2009

    @Nathaniel : "Tant que les dirigeants européens ne se seront pas mis d’accord sur un programme clair est concis, il sera impossible (malgré notre volonté) d’approuver quoique se soit."

    Vous attendez comme un gamin de 5 ans à ce que maman cuisine, prépare la table, et vous invite à vous y asseoir, si possible après vous avoir lavé les mains …

    Mais bon sang, réveillez-vous ! Des millions de gens à travers l’Europe ont dit m… à cette machine totalitaire, en arrivant à la gripper (pour le moment en tout cas). Souvenez-vous 2005 : trois pays disent NON, les technocrates commencent à avoir la trouille, annulent le reste du cirque (il n’y a plus eu de référendum depuis, sauf en Irlande … qui leur a joué le dernier tour en date).

    Envoyons à Bruxelles une cinquantaine de députés aux couleurs LIBERTAS, par exemple – et que chaque pays fasse de même, on verra après la gueule des Barroso et comp.

    à Paris et à Bruxelles : TOUT SAUF l’UMPS !!!! du facteur à Le Pen, tout est bon à prendre.

    à lambda : ce n’est pas parce que vous refusez de "reconnaître" le système, que celui-ci ne s’impose pas à vous. A travers, biensur, ses facettes les plus barbares. A vous et aux autres comme vous : en 1940, vous auriez fait quoi ??? Je comprends mieux la solitude du Général … et le manque de place dans les palaces de Vichy de l’époque.

    Répondre
  22. UN chouka

    03/06/2009

    Je vais pousser trés loin le bouchon,en disant qu’ a part les commèrces souterrains intèrdits (hors taxe),les activités en générale, risquent de se trouver tellement "encadrées" qu’elle vont devenir une sorte de sèrvice publique a leurs façons ? 

    Répondre
  23. Anonyme

    03/06/2009

    Isocrate:

    Afin d’accomplir ce à quoi vous faites aluusion, nul besoin d’avoir une telle politique européenne. Tout bonnement car certains points de vue divergent tellement d’un pays à l’autre qu’il est inconcevable d’envisager de quelconques compromis. Par exemple la politique étrangére. Allez dire aux polonais que les Etats-Unis sont méchants (c’est l’etat d’esprit d’un français moyen).

    Par conséquent, vous n’aurez jamais une politique étrangére commune à tous les pays de l’Union Européenne, et c’est presque tant mieux.

    Politiquement, la situation est identique. Allez dire à un polonais que le socialisme mode française est la preuve de la réussite du "modéle que tout le monde nous envie".

    une autre chose: à quoi bon voter s’il n y a aucun projet ni aucune direction à suivre?

    Tant que les dirigeants européens ne se seront pas mis d’accord sur un programme clair est concis, il sera impossible (malgré notre volonté) d’approuver quoique se soit.

    en d’autres termes, comment dire oui à quelque chose d’inexistant ou d’improbable?

    Que les tecnhocrates européens proposent enfin des clarifications sur des points essentiels comme les limites de l’expansion européenne, la politique étrangére, commerciale et immigrationniste, et qu’ils rendent ces politiques accessibles à la compréhension générale.

    C’est seulement à partir de là que vous aurez le plaisir d’assister à un sursaut d’intéret (l’efficacité politique qui sucite un engouement civique).

    Ce ne sera pas l’inverse (l’interet qui donne l’efficacité politique) comme vous l’ésperez.

    Répondre
  24. Lambda

    03/06/2009

    Voter ne servira effectivement à rien … de concret…
    Est-ce une raison suffisante pour ne pas aller voter ?…
    Ne PAS voter signifie implicitement que l’on reconnaît d’avance le résultat, aussi tordu, faussé, fabriqué soit-il.
    Les députés européens ne servent strictement à rien, en ce sens que ce ne ne sont même pas eux qui présentent les projets de lois, on leur demande juste de les approuver, ce qu’ils font bien sagement, ils sont très grassement payés pour cela. Et si par miracle ils n’étaient pas d’accord, ils voteraient une seconde fois, ou mieux, on se passerait de leur avis : c’est ça la démocratie !
    En conséquence, voter pour un candidat quelconque, c’est reconnaître implicitement le système, et l’approuver de surcroît, car il n’y a aucune possibilité d’en sortir sortir démocratiquement, tant il est bien verrouillé…
    Les électeurs ont donc le choix entre le déshonneur et la bassesse…
    Au fond, cela revient à offrir l’alternative suivante :
    "Vous préférez être fusillé ou guillotiné" ?…..
    A cette question primordiale, ma réponse est toujours la même :
    "Je préfère vivre, et en Homme Libre, s’il vous plaît" !…
    J’irai donc voter, mais … pas pour un candidat….
    Je serai donc en accord avec ma conscience "citoyenne", et je ne cautionnerai personne, ni aucun système.

    Répondre
  25. isocrate

    03/06/2009

    Ce n’est pas une obligation, mais c’est un devoir!
    Le rêve européen est effectivement mis à rude épreuve, mais  ce n’est pas une raison suffisante pour baisser les bras face au vide d’idées, à la faiblesse de pensée et à la médiocrité des candidats au Parlement que vous soulignez à juste titre. 
    Sans autre ambition que de se regarder le nombril  ou de  se complaire dans des configurations politiques passéistes,  dans un monde  aujourd’hui dominé par les puissances absolument  non démocratiques que sont la Chine, l’Inde (malgré sa bien fausse appellation de "plus grande démocratie du monde"),  voire l’Iran ou les Emirats, c’est un devoir absolu   pour les peuples de l’Europe qui ont fabriqué le monde contemporain  (hé oui!) de s’unir et de montrer qu’ils ne sont pas complètement amorphes face à des concurrents qui ne nous veulent pas que du bien et qui sont prêts à nous vassaliser (c’est déjà fait dans bien des domaines du commerce) , et à  nous imposer des modes de vie et de société totalement contraires à ceux que sous tendent les précieuses  valeurs accumulées au fil des siècles  de notre civilisation, celle du droit, de la justice,  de la dignité de l’homme et de la place suprême de l’individu face à la masse.  
    Alors face à cette   manière d’abandon crépusculaire, face à ce dépit,   face à ce fatalisme de mauvais aloi, instillés  par M. Dumait, il n’y a qu’une  réponse possible: votez, votez! votez pour qui vous voulez, mais votez. Car sans  une Europe forte, offrant un projet d’une ambition formidable, face aux défis,  voire aux provocations des nations émergentes, nous  ne serions plus qu’une province lointaine et désolée,  le finistère  d’un immense empire totalitaire qui courrait de la Mer du Japon à celle d’Iroise.

    Répondre
  26. Florin

    03/06/2009

    M. Dumait, lever le drapeau blanc devant la Kommission Soviétique de Bruxelles, mais vous n’y pensez pas ! Je suis abasourdi de lire ce type de consigne de non-vote, venant de vous !!!

    L’on se doit, à tout moment, d’épauler des patriotes honnêtes, qui se font cracher dessus tous les jours par le système politico-médiatico-mafieux, le pouvoir et ses acolytes, journaleux à la petite semaine,  et les traîtres que je n’ai pas le droit de nommer ici, mais que tout le monde connaît depuis 1968 …

    Voulez-vous que je vous donne la liste des patriotes en question ? elle est bien longue. Vous avez reçu à la maison, comme chacun d’entre nous, les "professions de foi" (bonne ou mauvaise, c’est selon …) et les bulletins de vote. Vous les avez peut-être regardé de près … Certains sont à vomir, d’autres sont porteurs d’espoir, ou tout au moins, de révolte.

    Pouvons-nous rester ce dimanche au balcon avec une clope au bec et un pac de bière chaude à nos cotés, lorsque l’on peut lire des énormités, genre "l’ère des patries est définitivement révolue", "je suis résolument partisan d’une Europe fédérale", "l’avenir de l’Europe passe par la Turquie, qui  [ … ] est une assurance-vie pour l’Europe" ??? 

    Barroso et les siens ne sont pas indéboulonnables. Même les pires dictateurs, autrement bien accrochés à leurs fauteuils, ont fini par céder leurs places. Alors, point ne faut se résigner devant quelques technocrates de malheur, qui s’enfuiront au premier sifflet.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)