Ville de Lyon : absence d’efforts pour éviter les augmentations d’impôts

Posté le janvier 22, 2015, 10:47
3 mins

CANOL dénonce l’insouciance avec laquelle Monsieur COLLOMB et son équipe décident d’augmenter à nouveau les impôts locaux :
 
De 2008 à 2014, la taxe d’habitation a augmenté de 17,84% alors que l’inflation n’a été que de 7,7%. En 2015, compte tenu d’une nouvelle majoration de 4% elle aura augmenté de 22,5%, 15% de plus que l’inflation !
 
Pour la même période, la taxe foncière bâtie a augmenté de 18,86%. Avec l’augmentation de 6,17% pour 2015, elle aura augmenté de 27,3%, 20% de plus que l’inflation 
 
En lisant les comptes-rendus du vote du budget 2015 de la ville de Lyon, il apparaît que ces élus manquent totalement d’imagination pour faire des économies et éviter d’augmenter la fiscalité.

Sans chercher beaucoup, voilà quelques idées :

Le récent rapport de la Chambre Régionale des Comptes a également donné des pistes d’économie :
Elle rappelle, comme CANOL, que « les baisses des dotations de l’Etat n’ont pas vocation à être compensées au niveau local par des hausses d’impôts, qui conduiraient à reporter les efforts à accomplir sur le contribuable. »

Michel VERGNAUD
pour plus d’informations, consultez http://canol.fr et http://canol-tv.fr

Respecter la loi en faisant travailler le personnel de la ville 1 607 heures au lieu des 1 567 h actuelles. Cela permettrait d’économiser l’équivalent de 171 agents, soit 7 millions d’économie par an !

Diminuer l’absentéisme : il est aujourd’hui de 33,2 jours par an chez l’ensemble des agents de la ville : le ramener à 15 jours, moyenne observée dans les entreprises privées, permettrait de dégager progressivement l’équivalent de 622 agents, soit une économie annuelle supérieure à 25 millions d’euros !

Réduire de 5%  les subventions, ce qui procurerait 3 millions d’euros

Mieux contrôler les marchés à procédure adaptée et les partenariats divers, ce qui devrait procurer entre 6 et 10 millions d’euros d’économies.


Etablir le budget, non en fonction du budget de l’année précédente, mais au vu des réalisations de l’année. Cela permettrait d’avoir un budget sincère, où les dépenses ne seraient pas gonflées et les recettes amoindries.

Respecter les plans d’économies annoncés, ce que la ville n’a pas su faire lors du dernier mandat

Etablir une plus grande mutualisation des services avec la Métropole,

Mettre en place des critères régissant l’attribution ou la modulation des subventions sollicitées et établir un meilleur contrôle à postériori.

Obtenir le remboursement des frais de personnel des agents mis à disposition (250 agents pour l’Opéra : 8 millions d’euros !)

8 réponses à l'article : Ville de Lyon : absence d’efforts pour éviter les augmentations d’impôts

  1. De Soyer

    30/01/2015

    En bonnes statistiques, il s’agir de 15 points de plus que l’inflation et non de 15% de plus: ce n’est pas du tout la même chose. C’est 3 fois fois plus que l’inflation!

    Répondre
  2. BRENUS

    24/01/2015

    Eh oui, Quinctius : vanité des vanités, tout est vanité. Et les lyonnais n’y ont pas échappé. Mais quand on est gône, il faut le montrer. L Olympique lyonnais va devoir refaire son refrain avec « qui ne casque pas n’est lyonnais, nais….)

    Répondre
    • quinctoius cincinnatus

      24/01/2015

      vous êtes lyonnais ?

      Répondre
  3. BRENUS

    23/01/2015

    Ah! le musée de la confluence, quelle merveille. Et comme sa réalisation a fait exploser toutes les prévisions de budget on peut dire comme les djeuns que les lyonnais sont « pétés de thunes ». Alors, qu’ils crachent au bassinet ces bobos, rien de plus normal

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23/01/2015

      et vous ne savez pas encore à combien vont s’ élever les frais dits de fonctionnement , ni les sommes qu’ il faudra débourser dans moins de deux décennies pour le remettre en … état … tout est éphémère , tout est éphémère et aujourd ‘ hui plus qu’ hier

      Répondre
  4. jean baud

    22/01/2015

    Selon le titre,il s’agirait d’absence d’efforts pour éviter les augmentations d’impôts alors qu’il s’agit plutôt de dénoncer des efforts pour aggraver la dépense de cette ville …La réduction des gaspillages se pare du nom vertueux d’économie..
    Peu importe les citoyens et au delà de lui,si l’insupportable est dépassé ,l’emprunt boucheront les trous,nous savons bien que c’est toujours en dernier lieu le contribuable qui est mis à contribution à l’insu de son plein gré comme il est dit fort justement…
    Oui,vous avez bien raison de dénoncer auprés des lecteurs ces comportements inqualifiables ,mais des langages rentrés dans l’usuel sont utilisés pour travestir la situation ,comme par exemple quand on parle d’économies à réaliser alors qu’en fait,il ne s’agit pas de faire des économies,mais de réduire la dépense voire les gaspillages pour viser l’équilibre budgétaire.
    Si nous gérions nos entreprises personnelles et notre foyer avec autant de légéreté et d’inconscience,voire de camouflage,cela ne durerait pas bien longtemps.!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23/01/2015

      la  » réduction des gaspillages  » c’ est déjà un premier ( et bon ) pas ; le problème réside dans le fait que d’ autres | gaspillages ] prennent la place de ceux qui ont été dénoncés et plus ou moins supprimés pour des raisons … d’ idéologie ; pour vous en convaincre regardez comment sont  » distibuées  » les subventions ( publiques )

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    22/01/2015

    pourquoi nous présenter une image de Bercy … le Musée de  » Confluence  » aurait été plus indiqué !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)