Alexandre Soljénitsyne : ni totalitarisme, ni relativisme

Alexandre Soljénitsyne : ni totalitarisme, ni relativisme

Alexandre Soljénitsyne : En finir avec l'idéologie Daniel MahoneyVoici quelques mois, à l’occasion de la mort de Soljénitsyne, j’avais eu l’occasion de lui rendre hommage dans ces colonnes. J’ignorais alors qu’allait paraître un très bel ouvrage sur l’oeuvre du grand écrivain russe. Et cet ouvrage me donne le plaisir à la fois de redire mon admiration pour le dissident et de joindre à l’éloge l’auteur de l’ouvrage : Daniel Mahoney.

J’ai eu l’occasion d’apprécier le talent, l’érudition et la gentillesse de cet excellent historien des idées politiques américain, au cours d’un colloque (assez modérément bolchevique, je dois l’avouer !) auquel nous participions tous deux. En outre, très bon connaisseur et ami de la France, ce qui n’est pas si rare dans l’élite intellectuelle américaine, mais qui ne gâche rien.

Daniel Mahoney, donc, vient de publier en français une réflexion sur l’oeuvre de Soljénitsyne, sous-titrée : « En finir avec l’idéologie ». La raison de cet ouvrage était de répondre à une accusation fréquente. Depuis le discours de Harvard, à la fin des années 1970, la majeure partie de l’intelligentsia occidentale a décidé une fois pour toutes que Soljénistyne était un tsariste forcené, un orthodoxe obscurantiste et un antisémite indécrottable.
On voulait bien l’entendre encore sur l’enfer concentrationnaire du goulag.  On refusait de l’entendre sur l’avenir de la Russie. Et, plus encore, sur l’Occident lui-même.

Daniel Mahoney reprend donc les derniers ouvrages du prix Nobel pour montrer qu’on aurait tort de souscrire sans autre forme de procès à ces accusations et surtout qu’on aurait tort de se satisfaire de ces griefs pour se dispenser de lire les derniers livres de Soljénistyne.
Nous avons alors droit à une passionnante enquête dans « Comment réamanéger notre Russie »,  le cycle de la « Roue rouge » ou encore « Deux siècles ensemble » – livres trop peu connus que Dan Mahoney nous donne envie de lire ou de relire.

Au terme de l’enquête apparaît une évidence : Soljénitsyne n’envisage nullement un retour à l’autocratie, une restauration du servage, que sais-je encore ?
Il défend simplement une voie russe d’appréhension de la modernité. Et, nous Français, qui à bien des égards sommes si proches des Russes (avec qui nous partageons une lourde responsabilité en matière de fanatisme révolutionnaire), aurions intérêt à étudier cette voie avec soin.

En gros, dans la fidélité à une très grande tradition intellectuelle occidentale, d’Aristote à Tocqueville, en passant par Burke, Soljénitsyne lutte contre le moloch étatiste, sans vouloir céder le patrimoine national aux prédateurs oligarques.

Peu de temps après la mort de l’écrivain, la crise est venue assez largement lui donner raison.
Oui, sous couvert de liberté du marché, il est possible de constituer des monopoles irresponsables et dangereux pour les libertés – de même que, sous couvert de protection de l’État, il était possible non seulement d’étouffer les libertés, mais aussi de négliger les plus élémentaires besoins des malheureux.

Soljénistyne ne s’oppose donc pas à l’économie de marché en tant que telle ; il considère au contraire qu’elle est l’unique chemin viable à l’heure actuelle. Mais il réclame que celle-ci fasse droit aux besoins de la nation et que d’anciens officiers du KGB ne soient pas habilités à dépecer vivant le corps de la Russie.

Pour résister à ces prédateurs, il propose un recours au « self-government », c’est-à-dire aux libertés communales de Tocqueville :
une large autonomie de petites communautés à taille humaine, assurant ainsi les libertés et la prospérité.
S’il n’est pas un rétrograde, Soljénitsyne ne consent pas pour autant à tout recevoir de la modernité. En particulier, dans ses dernières oeuvres, Dan Mahoney relève (sans en paraître particulièrement choqué !) bien des critiques à l’égard des « Lumières » du XVIIIe siècle, en particulier à l’égard de leur matérialisme, mais aussi bien des critiques à l’égard du relativisme de notre âge post-idéologique.

Comme lui, je suis persuadé que ce relativisme est aussi lourd de menaces que l’était en son temps le socialisme russe ou le racisme allemand.

Refusant de distinguer le bien du mal, cette modernité radicale ou hypercritique, nouvelle forme du totalitarisme, sous prétexte de nous « libérer », nous aliène dangereusement…

Nous devons une nouvelle reconnaissance à Soljénitsyne pour nous en avoir avertis

ACHETER AVEC AMAZON

Partager cette publication

(27) Commentaires

  • vox populi Répondre
    "Personne ne vous traite d’escroc, ni de suppôt de la CGT. Lisez mieux mes posts avant de répondre à côté".
    Monsieur "SEMBOUR", je ne réponds pas à côté de vos posts et je crois savoir assez bien lire.
    Petit retour en arrière et flash sur votre phrase initiale :   " (…) sont aussi imaginaires que l’est la lutte des classes que vous claironne la CGT et tant d’autres". Je vous ai alors répondu :  "(…) le plus beau, faire de moi un petit soldat qui marcherait aux injonctions de la CGT, tout cela est aussi impertinent que non-pertinent ….". Ce qui était donc, sauf pour vous,  indéniablement en concordance avec votre déclaration. 
    A mon tour par conséquent de vous recommander de mieux comprendre ce que vous écrivez. A l’appui de cette recommandation, puis-je aussi vous rappeler vos… trébuchements sur la dénomination du pélagianisme et sur l’emploi des subjonctifs ?
    Quant à l’éclipse de Soljénitsyne par ce débat sur Pierre Lance, dites, c’est en grande partie à vous qu’elle est due, par votre attaque sans objectivité ni aménité de ce dernier. Mais il est assez évident tout au long de vos interventions que la nuance, la sincérité, la bonne foi, la modestie, ne sont pas des contrées que vous fréquentez, ou alors juste en lisière, le dimanche matin.
    Je vous souhaite bonne continuation.
     
    26/03/2009 à 10 h 31 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    A Antonio Sanchez,

         mais il ne tient qu’à vous de nous les montrer à l’avenir (les hameçons). Pas de généralités: des faits.

    24/03/2009 à 23 h 12 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    A vox populi,

         Votre rameau d’olivier est le  bienvenu, même s’il est un peu superflu puisque je ne vous ai pas déclaré la guerre.

         Personne ne vous traite d’escroc, ni de suppôt de la CGT. Lisez mieux mes posts avant de répondre à côté.

         S’il était encore de ce monde, le prix Nobel de littérature SOLJENITSYNE serait probablement impressionné d’avoir été ici laissé entièrement de côté dans nos échanges relatifs à un livre qui reprend l’ensemble de son message idéologique, surtout pour un discours exclusivement relatif à un auteur de l’envergure de P. LANCE.

         Afin de voir qui lui a ainsi fait indirectement de l’ombre, il prendrait probablement connaissance de quelques-uns des écrits de P. LANCE, s’il en trouvait traduction, ce qui serait difficile. Une idée de thèse philosophique serait d’imaginer les réactions du grand SOLJENITSYNE à cette désormais impossible lecture. J’ai mon idée. 

         Mais P.LANCE n’a peut-être eu qu’une grippe passagère, et il sera alors de retour avec son légendaire "goût du contact humain" et sa lénifiante« pondération »comme dit WULFGAR, pour donner le martinet à ceux qui oseraient commenter les sujets qu’il aborde, sans son visa, et distribuer les bons points aux autres.

    LS

     

    24/03/2009 à 23 h 06 min
  • Antonio Sanchez Répondre

    Si je comprend bien LS voit des pailles dans les yeux de PL mais comment peut-il voir cela et comment peut il voir également tous les hameçons qui pullulent dans les religions puisque ce sont des poutres qu’il à dans ses yeux . Bon j’admets que de temps en temps  il  lui arrive de les enlever  et nous offre de  bons très commentaires.

    24/03/2009 à 9 h 03 min
  • timeo danaos Répondre

    Pierre Lance pas assez cosmopolite?

    23/03/2009 à 11 h 37 min
  • vox populi Répondre
    A Luke.
     
    Holà, tout doux mon beau ! Comme vous enfourchez vite le dada ! Qu’est-ce qui vous prend ? Retenez Jolly Jumper je vous prie. Attention, si votre selle est comme votre pseudo, c’est-à-dire « sans bourre », vous risquez ne pas pouvoir aller très loin. C’est que le Paradis, ça n’est pas la porte à côté.
     
    OK., je vous ai un peu taquiné. Pour autant, oser me qualifier d’escroc, remettre sur le tapis ma soi-disant prétention à parler au nom du peuple alors que je vous ai écrit noir sur blanc que ma voix ne parlait qu’au nom d’elle même (« I am just a poor lonesome fellow ») et, le plus beau, faire de moi un petit soldat qui marcherait aux injonctions de la CGT, tout cela est aussi impertinent que non-pertinent (puisque vous êtes habitué du site, en cherchant dans les archives vous trouverez peut-être quelques-unes des interventions par lesquelles je ferraillais contre les « Joresse », « Kamarad » et consorts).
     
    « Ceci n’engage que moi , mais c’est mon opinion et je dois dire que je la partage pleinement avec moi-même, à l’unanimité, sans réserve, ni objection ». Je vois avec plaisir que pour faire pendant à mes références au personnage de Morris vous êtes allé piocher dans les répliques des Dupont et Dupond de feu Hergé (en radicalisant quand même quelque peu leur célèbre phrase). Voyez comme finalement vont les choses ! Je vous propose qu’on arrête de se chamailler au profit d’une séance de lecture de BD chacun de son côté. Paix des braves et petit moment de bonheur terrestre, pas du tout incompatible avec des aspirations plus hautes qu’il n’est pas interdit de mettre de temps en temps entre parenthèses.
     
        
    23/03/2009 à 11 h 16 min
  • Antonio Sanchez Répondre

    Il se trouve des personnes (pas besoin de les citer) qui profitent de ce que PL est bâillonné pour s’en donner à coeur joie……… mais merci a vox populi pour exprimer ce que certains comme moi ressentons sans pouvoir l’écrire…….nous ne sommes pas pour autant des benêts et ne gobons pas les hameçons aussi facilement…………….Si je continue à venir encore quelque-temps sur ce site c’est que j’ai espoir que les articles de Pierre Lance reprennent de nouveau

    23/03/2009 à 10 h 29 min
  • WULFGAR Répondre

    Au grand  Duduché  du Luxembourg .

    Ne vous inquiétez  pas pour les lecteurs  de Pierre  LANCE , ce sont  certainement les derniers qui mordrons  à un quelconque hameçon idéologique . La lecture de ses livres conforte  l’homme libre dans ses choix de vivre debout et responsable . Un esthète , selon vos propres termes , sa grande érudition , son style et son écriture limpide , son gout du contact humain  et sa pondération ( il en faut pour converser avec vous ! ) tout cela constitue des "appas" qui me conviennent très bien !

    23/03/2009 à 9 h 53 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    A vox populi,

         Les exhalaisons d’odeurs que vous reniflez dans mes modestes posts, sont aussi imaginaires que l’est la lutte des classes que vous claironne la CGT et tant d’autres.

         Par contre, réflexion faite, il est toujours bon pour tout le monde, plèbe comprise, de mépriser celui qui parle au nom du peuple. Ce ne peut être qu’un escroc. Il est charitable de ne pas être tendre avec les escrocs, non ?

         Si vous ne voyez pas les hameçons de LANCE, vous manquez effectivement d’esprit critique. Ceci n’engage que moi , mais c’est mon opinion et je dois dire que je la partage pleinement avec moi-même, à l’unanimité, sans réserve, ni objection.

         Mais vous les voyez probablement ces hameçons, et alors vous êtes comme moi : nous pouvons avoir la berlue et passer à côté de magnifiques vers de terre qui ne demandent qu’à être gobés sans réserve, avec la ligne, le flotteur, le pêcheur et le tabouret.

         Votre phrase avec usage « des temps qui n’ont plus cours » du subjonctif me parait meilleure que la mienne. Elle est plus belle. C’est dit, je l’adopte.   

         J’apprécie bien que vous laissiez au vestiaire vos autres verges pour me fouetter car vos craintes sont justifiées : vous pourriez aisément devenir insupportable. N’appelez pas LANCE à la rescousse.  Lui l’est déjà et vous rangerait dans sa catégorie.

         Peace and love, pacem in terris etc…

    LS

    23/03/2009 à 0 h 07 min
  • vox populi Répondre
    « vox populi signifie voix du peuple. Quiconque prétend parler au nom du peuple (mais ça n’est peut-être pas du tout votre cas) risque de s’enliser dans le populisme, la démagogie, la médiocrité, l’utopie, la mégalomanie, la lévitation intellectuelle, le décollement rétinien, la déception, etc., car le peuple est vaste. Par définition, il a tous les défauts et toutes les qualités ».
     
    Cher Luke.
     
    J’ai été heureux d’apprendre que vous ne vous embourbiez en aucune façon. A votre tour vous le serez certainement de lire que ne m’enlise pas davantage dans les si nombreuses ornières que vous avez listées, d’où s’exhalent fortement des odeurs de condescendance et de mépris, et dont vous estimez que le risque est grand pour le « Peuple » d’y trébucher. Vous le serez tout autant, j’en suis sûr, par la confirmation que je ne prétends nullement parler au nom de celui-ci : j’ai choisi ce pseudonyme simplement pour signifier que je suis issu de ce tonneau là, une voix parmi d’autres, rien de plus. Mais vous avez raison : le « Peuple », en tant qu’entité, amalgame forcément tous les défauts et toutes les qualités, le pire et le meilleur. On lui reconnaît toutefois globalement (loi des grands nombres) l’apanage d’un certain bon sens qui semble faire défaut dans les sphères dites « hautes ». Il est vrai que son quotidien, généralement âpre, le confronte plus que d’autres à certaines réalités.
     
    Je vous avais parlé de différence et de tolérance, du droit de chacun à suivre son chemin et en ne plaçant surtout pas le mien au-dessus du vôtre (ni inversement non plus d’ailleurs). Alors pourquoi cette acrimonie et cette salve nourrie d’appréciations désobligeantes tirée plus vite que votre ombre ? Je ne la prends pas pour moi puisque vous avez eu l’habileté d’énoncer que je n’étais peut-être pas le porte-parole plébéien que pouvait laisser entendre « vox populi ». Mais bigre, votre regard n’est pas tendre (charitable) pour ceux qui sont visés.
     
    A propos de Pierre Lance vous écrivez : « J’aime bien le lire mais m’agace seulement d’imaginer combien d’innocents poissons gobent son propos sans voir l’hameçon ». Curieux quand même que vous ne vous rendiez pas compte qu’en écrivant cela vous déniez aux lecteurs du susnommé toute capacité d’analyse et d’esprit critique et que vous les mettez sans nuances dans la catégorie des benêts. « Je ne me crois pas détenteur de la vérité » disiez-vous ?
     
    « Je n’ai pas à vous pardonner de ne pas m’encenser et j’eus été choqué que vous m’encensassiez ». Dites, ça sert à quoi d’exhumer ces temps des verbes qui n’ont plus cours ? En plus, en voulant faire « style », il me semble que vous vous êtes pris les pieds dans le tapis. Au lieu de : « …j’eus été choqué que vous m’encensassiez », je pense que c’est : « …j’eus été choqué que vous m’eussiez encensé » qui grammaticalement convenait. Mais comme la répétition du verbe n’est vraiment pas…esthétique, permettez-moi de suggérer la phrase suivante : « Je n’ai pas à vous pardonner de ne pas m’encenser et j’eus été choqué que vous l’eussiez fait », qui euphoniquement me paraît également plus satisfaisante. Mais laissons si vous le voulez bien ces subjonctifs alambiqués aux quelques très rares poètes qui seraient encore capables de jouer avec pour en enrichir leurs rimes sans affectation.
     
    J’aurais bien encore quelques verges pour vous fouetter, mais je crains que vous ne finissiez par me trouver insupportable, ou pire, que vous y preniez goût. J’arrête donc là en sachant que Pierre Lance ne manquera pas de prendre le relais à la première occasion, avec toute sa verve et son acuité. 
     
    Courtoisement et sans rancune j’espère. Que chacun s’épanouisse dans le terreau qu’il a choisi.
     
    22/03/2009 à 15 h 59 min
  • Jaures Répondre

    Tiens ! Je ne savais pas que c’était P.Lance l’auteur de "L’archipel du Goulag".

    22/03/2009 à 11 h 45 min
  • Daniel Répondre

    Merci à Luc Sembour d’argumenter, entre autres,  sur ce qui constitue des tours de passe passe dans les réponses de Pierre Lance quand il sent que la victoire verbale lui échappe. Il est regrettable que son choix d’opposition systématique au christiannisme n’ait construit  chez lui le dogme opposé et la liberté conditionnée qui va avec.   

    Mais pour ma part, une fois intégré que ce côté mauvaise foi sur certains sujets fait partie de la mécanique Pierre Lance, j’ai pu ressentir une amitié pour la totalité de l’homme qui a cherché toute sa vie à n’emprunter que des chemins de liberté.  Cette recherche permanente de se débarrasser de tous (presque) les conditionnements culturels nous permet de prendre connaissance d’arguments originaux, dépouillés des politesses culturelles. Ce sont des propositions d’arguments  qu’on peut prendre ou laisser,  C’est le cadeau de la différence à partir du moment où aucune recherche de pouvoir sur quiconque n’en découle .  

    Qu’il prenne le temps d’intervenir sur le forum, de motiver ses arguments et de s’exposer à la critique est tout à son honneur et suffisamment exceptionnel pour que Pierre Lance soit traité avec le respect dû à ses multiples mérites. 

    Ferait-il de l’ombre?

      

    22/03/2009 à 11 h 02 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    A vox populi,

         Je n’ai pas constaté que je m’embourbais, mais si c’est votre perception, je vous remercie d’avoir fait l’effort d’essayer de me sortir du bourbier . Tout le monde ne le fait pas.

         Non, je ne crois pas que LANCE s’érige en seul détenteur de la vérité. C’est plus subtil que cela. Il fait fausse route de façon plus grave encore : il attaque gratuitement et à contretemps d’autres personnes,  systèmes de croyances,  idéologies, religions, lignes politiques en leur faisant (assez souvent) des procès d’intention gratuits. Il le fait pour montrer son verbe fleuri et ses syllogismes ne tenant pas la route mais émaillés de beaux morceaux de bravoure qui donnent le change et font illusion. Il le fait donc dans un souci d’esthétique. LANCE est un pur esthète. Il aime et comprend bien un certain type d’art, il aime et comprend les belles femmes, etc. . Il a un style agréable et une aptitude à la polémique qui relève de l’art, mais malheureusement pas de la logique. Il est un peu fâché avec les belles démonstrations mathématiques ou logiques et s’est depuis longtemps résolu à en cacher les fêlures, sous des trompe- l’œil étonnants de réalisme. J’aime bien le lire mais m’agace seulement d’imaginer combien d’innocents poissons gobent son propos sans voir l’hameçon.

         LANCE est peut-être plus grenouille de bénitier qu’on ne croit car un de ses sujets favoris est le christianisme et surtout le catholicisme. Il y revient trop souvent pour être honnête et de la façon la plus incongrue qui soit, au détour de maints articles sans rapport avec ce sujet.   

         Je ne me crois pas détenteur de la vérité. Par contre je prétends apprendre à beaucoup qu’elle peut se trouver là où très précisément, ils hurlent leur conviction qu’elle ne peut pas être.

         Le christianisme ne supprime pas une once de ce que vous percevez de Dieu. Il n’enferme pas vos perceptions dans un flacon et vous laisse entièrement libre. C’est même la condition indispensable de la foi (nous revenons au libre-arbitre). Si vous vous y sentez restreint, engoncé et pris dans un piège, il ne faut absolument pas y entrer car vous avez manqué un chapitre et ne comprendrez rien à la suite de l’histoire. Vous baillerez jusqu’à la fin de la représentation, donc de votre vie.

         Je n’ai pas à vous pardonner de ne pas m’encenser et j’eus été choqué que vous m’encensassiez. Je ne le mérite pas. Et nous sommes évidemment dans la même galère. Ramons en cadence et dans le même sens, jusqu’en Amérique s’il le faut et sans nous échouer ni attaquer la falaise.

         Je préfère pélagisme à son exact synonyme pélagianisme, par esthétisme (j’y ai droit moi aussi).

         vox populi signifie voix du peuple. Quiconque prétend parler au nom du peuple (mais ça n’est peut-être pas du tout votre cas) risque de s’enliser dans le populisme, la démagogie, la médiocrité, l’utopie, la mégalomanie, la lévitation intellectuelle, le décollement rétinien, la déception, etc., car le peuple est vaste. Par définition, il a tous les défauts et toutes les qualités.

    LS

    22/03/2009 à 1 h 38 min
  • vox populi Répondre
    A Luc qui s’embourbe.
    Le pélagisme, c’est quoi ? Une maladie de peau ? Ou bien ce mot est-il un barbarisme que vous avez forgé pour qualifier la pêche à l’ineptie à laquelle se livre Pierre Lance selon vous ?
    Mais peut-être vouliez-vous tout simplement parler du pélagianisme ?  
    Merci de cette démonstration de rigueur dans la conduite de vos discours et de vos argumentations, rigueur que certainement l’accusé Pierre Lance, après lecture de votre "post", a dû apprécier comme il se doit, lui que vous citez à comparaître pour en manquer gravement, toujours selon vous.
    En relisant votre texte il me semble en outre que plus que lui vous péchez par l’un des travers dont vous l’affublez  : la prétention de détenir le monopole de la vérité. Si vous pensez trouver Dieu dans les chapelles, églises et cathédrales, grand bien vous fasse. Mais ne pouvez-vous reconnaître à d’autres le droit d’estimer qu’il en est le grand absent (de même que dans les mosquées, temples, synagogues etc…) et celui soit d’emprunter d’autres voies spirituelles, soit de n’en emprunter aucune ? Pour ma part, je le vois à chaque seconde dans toute expression de la VIE et dans la contemplation de la Nature. Et en toute liberté : pas de doctrines, pas de dogmes, pas de Livres, par d’Institution, de hiérarchie, de décorum, de péché, d’excommunication, pas besoin de courber la tête, de s’agenouiller ou de s’aplatir devant des images ou des officiants. Ca vaut ce que ça vaut, mais je bois ainsi la quintessence du nectar à jet continu sans m’encombrer d’un flacon. Et croyez-le bien, je ne me conduis guère plus mal que si j’avais votre foi (ceci est un petit clin d’œil à l’infiniment regretté Georges BRASSENS). Mais contrairement à vous, loin de moi l’idée que ces chemins buissonniers sont La Vérité et encore plus loin de moi celle de déconsidérer ceux qui arpentent d’autres lieux. 
    Pardonnez- moi, cher Luc du Grand Duché, de ne pas vous avoir….encensé ! Vous estimerez à juste titre que je vous ai cherché des crosses (Pontificales, bien sûr). Si vous croyez bon d’y apporter une réponse, j’escompte vivement que c’est en y tendant la joue gauche. 
    Avec mes sentiments de fraternité, bien sincères, car, quels que soient les chemins suivis pour trouver le port, nous sommes, vous et moi et tous les autres, dans la même galère.
    (p. s. :   texte collé à partir de Word, dont j’espère qu’il n’apparaîtra pas complètement chamboulé comme cela s’est déjà produit)
    21/03/2009 à 20 h 08 min
  • Florin Répondre

    @LS: votre texte flaire bon la lettre de licenciement …

    … Qui serait sans juste cause, votre honneur : vous attaquez en fait Lance uniquement parce qu’il n’est pas une grenouille de bénitier, et en plus ne s’en cache pas !

    Pour ce qui est de la qualité de ses articles et des ses informations, je constate qu’il est loin devant "certains" (suivez mon regard …) dont les articles ne sont lus que par une poignée de gens, et qui, (signe qui ne trompe pas !) ne sont quasiment pas commentés, tellement leurs écrits manquent de sel et d’intérêt …

    c’est peut-être la raison de sa mise à l’écart ?

    La censure d’un auteur qui reste dans les "normes" (de plus en plus étroites !) légales LIMITE CONSIDERABLEMENT l’intérêt de ce site.

    21/03/2009 à 18 h 20 min
  • Lambda Répondre

    Très bel article de monsieur LS ci-dessus :
    au moins, un chant quelque peu dissonant parmi le concert de louanges… Fichtre, comme c’est agréable !..
    Décidément, je me plais bien à lire ce site, les avis sont assez variés, en général fort intéressants, si l’on excepte  deux ou trois farfelus qui n’ont pas grand chose à dire…
    En conclusion, je dirais que les 4V, ça nous amène vraiment à considérer d’autres points de vue : quel contraste avec la pensée unique qui fait rage….

    21/03/2009 à 11 h 52 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

         Je suis pas de ceux qui regretteraient P. LANCE pour 2 raisons :

           la 1-ière est la faible profondeur de ses idées. Pour ceux qui ne sont pas convaincus, je conseille 2 de ses ouvrages « Démocratie gauloise » ou « Le crépuscule des idéologies ». 2 navets idéologiques. Il n’y a pas de secret ni de cabale : si LANCE est un auteur de quasi-clandestinité depuis des décennies, c’est qu’il n’a pas l’étoffe. Il n’y a pas lieu de s’en réjouir, au contraire.

           la 2-ième est son agressivité gratuite, méchante et sa mauvaise foi contre-productive avec quiconque se permet de lui désigner ses fautes de logique, les ruptures de continuité de ses raisonnements, la fausseté de ses informations, ou le parachutage incohérent de ses conclusions.

         Ceci étant, je ne connais pas P. LANCE, ne l’ai jamais rencontré et n’ai aucune liaison avec ses amis ou ses ennemis. L’admire la quasi-perfection stylistique de certains de ses articles sur des sujets divers : son attaque de l’art moderne par exemple est excellente. Mais là au moins pas besoin de démonstration : les goûts et les couleurs restent des choix personnels souverains et légitimes.

         Comme je l’ai amplement démontré dans d’autres posts, les connaissances de P.LANCE sur beaucoup de sujets qu’il aborde sont insuffisantes. Sur le catholicisme, elles sont à peu près nulles. Entre autres « scoops » n’a-t-il pas affirmé plusieurs fois sans mollir que la notion chrétienne de Libre-arbitre, a été "inventée" par un nommé PELAGE assez obscur moine breton, celte, père d’une hérésie appelée pélagisme, sans adeptes connus aujourd’hui. 

         Or malheureusement pour M. LANCE, le Libre-arbitre est le fondement intangible du christianisme et la base de tout l’édifice philosophique chrétien, notion déjà présente dans le judaïsme. Le pauvre PELAGE n’a donc rien inventé. Il a juste tenté de passer à la trappe deux autres notions chrétiennes essentielles: la Grâce et le Péché originel. Le grand AUGUSTIN s’est occupé de régler son sort à PELAGE. Il aura fallu P.LANCE pour exhumer l’hérétique, et en plus pour déformer sa pensée, en lui attribuant l’invention du Libre-arbitre, ce que PELAGE n’a jamais revendiqué.

         On se demande quelle satisfaction intellectuelle P.LANCE trouve à attaquer le christianisme, corpus d’idées suffisamment  inconnu de lui, pour qu’il y fasse figure d’illettré. Une attaque plaisante et fructueuse pour LANCE, impliquerait d’étudier réellement et de se pénétrer profondément des idées chrétiennes, afin d’y trouver (s’il le peut) une superbe faille à désigner, une faiblesse rédhibitoire à y dénoncer. Hormis cet effort à faire, Il n’y aurait pour lui aucun risque de sécurité physique car le christianisme a le dos large, à la différence de l’islam qui a le dos en lame de couteau ultra-mince.

         Probablement parce qu’il sait que ses idées peu profondes, M. LANCE ne supporte pas la contradiction. Ainsi son monde est dichotomique, divisé entre les gens qui soutiennent ses conclusions et tous les autres. Il ne lit pas les contributions des lecteurs. Il les parcourt et y prélève une ½ phrase, parfois deux, lui permettant de répliquer en fonction du bord présumé de l’auteur. L’agressivité robotisée de ses réactions fait fi de tout. Sa plume acerbe, ses expressions fleuries, et ses descriptions, que je trouve pour ma part souvent excellentes, lui tiennent lieu de raisonnements et d’affirmations à l’emporte-pièce sur des sujets qui ne sont jamais simples.

          Lui démontre-t-on que son information est fausse ou que son raisonnement ne résiste pas à l’analyse, il n’en a rien à faire. Il doit estimer qu’à son âge, il ne peut pas se permettre de faire amende honorable, de reconnaître une erreur, de s’excuser élégamment, encore moins de manger son chapeau, de revenir complètement sur une idée à la lumière d’un fait nouveau, inconnu, qu’il aurait grossièrement sous-estimé  auparavant. Nul n’a la science infuse (surtout pas moi). Mais P.LANCE lui l’a. Il SAIT.

         Mais au fait, qui dit que LANCE à quitté 4V?

    LS 

     

    21/03/2009 à 2 h 12 min
  • Lambda Répondre

    Dommage: c’est compliqué de garder le niveau…

     

    Eh oui, c’est le moins que l’on puisse dire…

    Cela dit, et si je me souviens bien des publicités trouvées dans ma boîte aux lettres, le journal, "Les 4 vérités" avait pour emblème : "Halte au bourrage de crâne"…

    Mais il est possible que le journal papier continue sa lancée, et que le site – qui se veut un organe de "recrutement" ne soit plus vraiment utile, et en conséquence, on le laisserait aller plus ou moins sciemment, à la dérive, pour arriver à le fermer, ou tout au moins, à le remanier pour évoluer vers du payant. D’autres ont eu cette démarche, ce ne serait donc pas une première.

    L’individu

    20/03/2009 à 9 h 52 min
  • vox populi Répondre

    A la Direction.

    Vous le voyez bien, quand Lance Pierre est censuré c’est…la fronde !

    Ne mettez pas au piquet SVP le Prix d’Excellence de la classe. 

    Cordialement.

    Cliquez-moi!

     

    20/03/2009 à 9 h 20 min
  • GUS Répondre

     

             Il y a ,dans ce forum, deux types qui, manifestement, sortent de l’ordinaire. Il s’agit de Lance et de Thiallet.

    Il est d’usage, dans notre belle république,de se debarasser des personnages hors du commun. On se souvient ou on se souviendra du Goncourt perdu par Céline au bénéfice d’un obscur Mazeline, Churchill dégommé par Attlee, Clemenceau ( le tigre ) dégommé par Deschanel, vérolé notoire, et d’autres: une tète qui dépasse, on la coupe…

    Nos deux types sont des gens cultivés, qui vu leurs références ont connu la guerre et ses à-cotés, ont de la mémoire, ont beaucoup lu, manient parfaitement la langue et ses nuances, sans fautes s’il vous plait, et ont un argumentaire bien étayé…

    Bref, le risque n’est pas négligeable que l’on retombe dans la médiocrité du bolchevique de service, le discours mal torché sur les franc-macs, les textes illisibles de confusion et bourrés de fautes et de français et d’orthographe, et au fond, sur une vulgarité très mode: en somme, un concentré de ce que la télé nous bazarde à jet continu…

    Dommage: c’est compliqué de garder le niveau…

    19/03/2009 à 17 h 05 min
  • Magny Répondre

    Je suis de tout coeur en accord avec les commentaires précédents ( même si moi je pense que je continuerai à fréquenter ce site même si monsieur Lance n’y participe plus ) .

    J’ai "connu" Pierre Lance lorsque j’étais abonné à "L’ère Nouvelle" , et la puissance de sa pensée m’a poussé à acheter certaines de ses oeuvres , où j’ai pu admiré que sa pensée n’était pas seulement énergique mais aussi profonde , logique et d’une grande finesse psychologique . "L’ère Nouvelle" quelle ivresse de liberté , redevable avant tout à son rédacteur en chef ( bien que je ne minimise pas la contribution des autres , tel que le regretté jean Brasier ) . D’ailleurs , en admirateur sincère je lui avais envoyé mon premier livre , et il avait eu la gentillesse de m’en faire la critique ( alors qu’il est toujours occupé à milles choses ) 

    J’ai toujours aimé la philosophie , ma bibliothèque regorge de livres qui traitent de cette noble matière et je reste attristé qu’un penseur de la trempe de Lance n’ait pas la réputation qu’il mérite . Entre un livre de Bernard Henry-lévy et un de Pierre Lance je vous assure qu’y a pas photo ! Et dire que l’un passe pour un des meilleurs philosophes français contemporains tandis que l’autre est confiné dans une quasi-clandestinité !  

    Voilà , je tenais à le dire , et j’espère qu’il vivra heureux et longtemps pour partager avec nous l’air des cîmes , cet oxygène pur qui grise un peu certes , mais qui nous en apprend tellement sur nous … 

    En ce qui concerne l’article il existe un très bon livre : "L’esprit de Soljenitsyne" d’Olivier Clément ( il date de 1974 ) qui met en valeur les lignes de force de la pensée de Soljénitsyne , le sens de sa <<vérité-justice>>contre toutes les idéologies . 

    19/03/2009 à 11 h 56 min
  • WULFGAR Répondre

    Comme le dit fort  justement  Guillermo , Pierre LANCE  c’est le top des rédacteurs  , et  ma décision sera la meme  qu ‘ Antonio Sanchez  : plus de Pierre LANCE  , plus d’abonnement  ! 
    Je pense également  qu’il n’y aura jamais d’explications  de la part de la direction sur cette mise à  l’écart .

    19/03/2009 à 10 h 08 min
  • Guillermo Répondre

    Au modérateur,

    merci d’avoir levé le malentendu.  Il semble donc qu’il y ait deux "affaires" qui se soient superposées.

    Donc, pour le censure, la chose est bien comprise.  Sinon, s’agissant de la non parution de Pierre Lance cette semaine, je ne sais si c’est dans la politique du journal ou plus une raison d’ordre technique.

    Pour me résumer, si PL devait ne plus appaitre dans les colonnes des 4V, à mes yeux ce journal y perdrait beaucoup de son ame.

     

    19/03/2009 à 9 h 05 min
  • Anonyme Répondre

    Message du modérateur :

    S’agissant des commentaires non validés : Pierre Lance n’a pas été plus censé que les visiteurs du site.
    Le but de la modération est aussi d’empêcher que les débat ne se transforment en foire d’empoigne.

    Je refuse donc de valider les messages contenant des insultes ou des attaques personnelles trop violentes.
    Monsieur Lance l’a parfaitement compris, et lorsque je supprime l’un de ses messages nous échangeons quelques e-mails afin qu’une autre version du premier message soit validé.

    Quand à la publication des articles de Pierre Lance, ce n’est pas de mon ressort.

    19/03/2009 à 8 h 13 min
  • Guillermo Répondre

    Je partage l’avis des deux commentateurs ci-dessus, Lambda et Antonio Sanchez. 

    Je trouve que Pierre Lance est le top des chroniqueurs sur les 4V. Et j’apprécie aussi beaucoup sa façon d’intervenir dans les commentaires, ce qu’il est pratiquement le seul à faire. Je précise que je  suis parfois diamétralement opposé à certains de ses avis. Entre autres, je ne comprends absolument pas pourquoi il insiste envers vents et marées à défendre Sarko par exemple.  Mais globalement c’est un intervenant que je trouve fort intéressant. 

    Pour autant, Il a été censuré à plusieurs reprises. Ceci est étonnant dans la mesure où il n’a jamais tenu des propos gratuitement injurieux ou déplacés.  En plus il est absent dans l’actuelle parution. 

    Vu sous cet angle, il me semble un peu indécent que l’on encense un écrivain étranger qui clame haut et fort son gout de la liberté, si à coté de ça, dans les 4V, on censure (ou présure) un écrivain qui est l’archétype même du libre-penseur.

    18/03/2009 à 21 h 22 min
  • Lambda Répondre

    Oui, il semblerait que monsieur Lance ne soit plus guère en odeur de sainteté auprès de la direction. Déjà, voir un de ses commentaires censuré par la modération peut laisser perplexe…
    Bien entendu, monsieur Lance aurait pu (aurait du ?…) user et abuser de l’anonymat que confère le système. Et je suppose que c’est ce que font d’autres auteurs. Après tout, quand on publie, il ne me paraît guère raisonnable de s’enliser dans des discussions interminables où chacun démontre qu’il a raison ! Mais bon, à chacun sa manière de voir les choses.
    Si monsieur Lance n’est plus publié, je crains de devoir ressentir un réel manque dans cette tribune. Même si les intervenants sont de qualité – parfois inégale, il est vrai, il n’en reste pas moins vrai que la diversité proposée fait que j’attends vraiment chaque semaine la nouvelle mouture !..
    Cela dit, il y a parfois des excès, certainement regrettables, mais qui n’a pas un jour ou l’autre "oublié" de maîtriser son impatience ?…
    Je regrette pourtant certains emportements, et un langage qui frise parfois le vulgaire – dans les commentaires, s’entend. Je voudrais à l’occasion rendre hommage à notre sympathique Jojo National Rose qui, malgré les déferlantes qu’il prend régulièrement sur le coin de la figure, a toujours réussi à garder son calme et ses arguments foireux pour nous les inlassablement resservir ! Si le fait de garder des lunettes roses entraine de surcroît une conduite de courtoisie, j’engage quelques intervenants ici où là en faire l’acquisition d’une paire ou deux…

    Que les grands Dieux de la modération veuillent bien me pardonner ce commentaire totalement hors sujet…
    Merci de votre attention.

    L’individu

    18/03/2009 à 13 h 16 min
  • Antonio Sanchez Répondre

    À l’adresse de la direction des "4 Vérités" :

    Si Pierre Lance n’est plus publié, je quitte le navire.

    Antonio Sanchez, futur ex abonné.

    En espérant que d’autres feront de même. À vous de voir.

    18/03/2009 à 11 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: