Céline, le communisme et l’éducation (vue de gauche !)

Posté le juillet 11, 2011, 12:00
9 mins

Si l’on “rapprochait” vraiment il faudrait travailler ensemble, sans fraude, sans chichis, sous discipline, méthodiquement, recréer l’Europe.

Dans ses pamphlets qu’on a limités à l’antisémitisme, Céline s’en prend à la modernité, à la France éternelle, à l’Angleterre, à l’alcoolisme, au cinéma. Il comprend que le monde moderne crève de matérialisme, et qu’il a organisé mécaniquement l’humanité pour en retirer du profit et lui retirer toute fantaisie. A l’heure où, de Shanghai à Santiago en passant par Oslo ou Luanda, tout le monde vit entre sa voiture, son iPod, son immobilier qui flambe et son supermarché, en ayant oublié toutes ses traditions spirituelles et temporelles, on appréciera :

« L’imagination matérialiste nous condamne à l’infini dans la destruction, la philosophie matérialiste, la poésie matérialiste nous mènent au suicide par la matière, dans la matière. Tous ces acharnements prosaïques ne sont qu’autant de trucs de la matière pour nous dissoudre, nous rattraper. Les hommes épris de matière sont maudits. Lorsque l’homme divinise la matière il se tue. »

Céline propose alors, dans Les beaux draps, un curieux communisme magique et presque médiéval qui tourne le dos à la démocratie bourgeoise et au fascisme. Pour lui, d’ailleurs, tout le monde devrait gagner cent francs par mois, avoir un jardinet (comme un moine ou comme un kolkhozien !) et se remettre à danser !

« Le Communisme raisonnable crèvera dans cette civilisation sans poètes comme tout le reste.

Le Communisme doit être folie, avant tout, par dessus tout, Poésie. »

En effet,« le communisme est avant tout vocation poétique. Sans poésie, sans ferveur altruiste brûlante, purifiante, le communisme n’est qu’une farce, le dépotoir de toutes les rages, de toutes les rancunes plébéiennes… »

Il consacre alors de belles lignes à l’éducation, tout à a sa haine du monde scolaire dont à l’instar de tant de génies ou d’esprits originaux il a beaucoup souffert ; et il voit la famille comme une petite nation :

« Il faut que les enfants des autres vous deviennent presque aussi chers, aussi précieux que les vôtres, que vous pensiez aussi à eux, comme des enfants d’une même famille, la vôtre, la France toute entière. »

Pour lui comme pour d’autres libertaires supérieurs (je pense aux révolutionnaires médiévaux britanniques William Morris ou Ruskin), l’école moderne tourne le dos à la poésie de la réalité humaine :

« Il faut un long et terrible effort de la part des maîtres armés du Programme pour tuer l’artiste chez l’enfant. Cela ne va pas tout seul. Les écoles fonctionnent dans ce but, ce sont les lieux de torture pour la parfaite innocence, la joie spontanée, l’étranglement des oiseaux, la fabrication d’un deuil qui suinte déjà de tous les murs, la poisse sociale primitive, l’enduit qui pénètre tout, suffoque, estourbit pour toujours toute gaîté de vivre. »

C’est qu’en effet il faudrait prendre modèle sur les animaux et les oiseaux :

« Tous les animaux sont artistes, ils ont leurs heures d’agrément, leurs phases de lubies, leurs périodes de rigodon, faridon, les pires bestioles biscornues, les moins engageantes du règne, les plus mal embouchés vautours, les tarentules si répugnantes, tout ça danse ! s’agite ! rigole ! le moment venu ! »

Céline poursuit par cette belle envolée lyrique, qui balaierait la tristesse noire et nocive du monde moderne :

« Le Salut par les Beaux-Arts !

Au lieu d’apprendre les participes et tant que ça de géométrie et de physique pas amusante, y a qu’à bouleverser les notions, donner la prime à la musique, aux chants en chœur, à la peinture, à la composition surtout, aux trouvailles des danses personnelles, aux rigodons particuliers, tout ce qui donne parfum à la vie, guilleretterie jolie, porte l’esprit à fleurir, enjolive nos heures, nos tristesses, nous assure un peu de bonheur, d’enthousiasme, de chaleur qui nous élève, nous fait traverser l’existence, en somme sur un nuage. »

La référence à la danse et à la musique est éminemment traditionnelle. C’est presque du Platon, c’est presque du John Ford. Enfin, Céline l’anticlérical retrouve son catholicisme pour célébrer la poésie franciscaine de la vie :

« C’est ça le Bon Dieu à l’école, s’enticher d’un joli Bel-Art, l’emporter tout chaud dans la vie. Le vrai crucifix c’est d’apprendre la magie du gentil secret, le sortilège qui nous donne la clef de la beauté des choses, des petites, des laides, des minables, des grandes, des splendides, des ratées, et l’oubli de toutes les vacheries. »

Car perdre sa musique intérieure est le pire des châtiments ; Céline le disait déjà dans leVoyage : « On n’a plus beaucoup de musique en soi pour faire danser la vie, voilà. ».

Cette phrase annonce bien le XXIème siècle. Notre civilisation matérielle finissante est devenue bien incapable de faire danser la vie, ici, en Amérique ou même ailleurs.

4 réponses à l'article : Céline, le communisme et l’éducation (vue de gauche !)

  1. Arcole78

    12/07/2011

    Il a raison Nicolas Bonnal. Tout ce passage de Céline contient ce qui nous manque le plus: la musique de la vie. Malheureusement pour elle, la cigalle ayant chanté tout l’été…se trouva fort dépourvue quand l’hiver fut venu…

    La musique est bien plus belle et enchanteresse après un long effort…de travail, de création, de fabrication, d’artisannat, d’enseignement intelligent et sensible.

    Céline le savait bien.

    Répondre
  2. Jaures

    12/07/2011

    "Pour aider l’agriculture bretonne à vivre, il faut manger du cochon trois fois par semaine au minimum.."
    Vous avez pensé aux algues vertes…

    Répondre
  3. IOSA

    11/07/2011

    Pour aider l’agriculture bretonne à vivre, il faut manger du cochon trois fois par semaine au minimum….on devrait inscrire cette obligation dans les devoirs de l’immigrant qui vise la nationalité française.

    Parce que moi, le poulet aux hormones, j’aime pas !

    IOSA

    Répondre
  4. RaLeBolHenri

    11/07/2011

    AHHHHHH,,,,SUPERT,,,une petite question à la coco prédatrice….. Qui va nourrir ce beau monde d’artistes dégénérés……ils vont nous jouer un air de pipo ????? Et encore des hommes croient à ces idéologies dévastatrices qui ont massacrés des millions d’hommes,,,,une chose le retour au moyen age arrangerait trés bien nos gauchos illimunés ,,,un peuple soumi,illétré,corvéable à merci,,,,et pourquoi pas le droit de cuissage ??,,,,,,notre gauche moraliste nous donne un excellent exemple avec leur grand dieu annoncé …..DSK,,,,, adorateur du veau d’or,,,persécuté ,,des complots planétaire,,il est pur,sage,humain !!! ,,,,,que voulez vous les chrétiens cherchent encore le sexe des anges,,,,les rouges connaissent  le sexe de leur divinité élue !!!,,,il y a progré !!!! .Pauvre France,,,si les cons vollaient la moitier de la France se prendrait pour des pigeons,ils ont pas encore ,compris??,,,on les plume pas assez ?? ,,,je propose à Céline d’immigrer en Chine,cuba,ou en corée du nord,,,dans des pays rouges…..pensées rouges,BON VOYAGE,et surtout sans retour . RaLeBol . RDV ,,,2012,,,,,on va tuer un poulet halal et regarder ses antrailles ,,,,AHHHHH,,le retour aux sources !!!! ,on saura qui est le futur président,,,ou présidente . Détruisez vos ordinateurs,,,ils polluent .

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)