De Gaulle, mythe et imposture

Posté le juin 21, 2010, 12:00
10 mins

« Lorsque la pierre tombale de l’Algérie Française aura été scellée par la volonté acharnée d’un homme* épaulé par la lâcheté de tout un peuple, je n’abandonnerai jamais l’idée de pouvoir débarrasser mon pays du personnage qui a corrompu l’âme de la France » Ces mots du brillant officier que fut le Colonel Antoine Argoud ne cessent, depuis des années, de résonner à ma mémoire.

 

Quand l’Histoire et la postérité jugeront Charles De Gaulle, elles diront : « Il a demandé son succès à l’astuce et au mensonge ; il l’a déshonoré par ces milliers de morts qui ont cru à ses paroles. Et ses crimes d’avoir appelé les musulmans à servir la France pour ensuite les abandonner au massacre**, d’avoir trompé ses soldats, d’avoir abusé de cette candeur sublime sans laquelle il n’y a pas de héros, d’avoir privé du rayonnement de leur Patrie plus d’un million d’êtres après les avoir livrés à la hache des bourreaux, d’avoir couvert les enlèvements et laissé mourir dans d’indescriptibles souffrances des milliers d’êtres humains innocents… sont inexpiables ». Ce que l’Histoire ne lui pardonnera pas, c’est d’avoir souillé la grande œuvre d’unité que des générations précédentes avaient entreprise ; d’avoir taché l’histoire de la France.

Pour la majorité de la presse française et le peuple français par trop naïf et crédule, De Gaulle, ce bradeur qui jamais durant la guerre d’Algérie ne fit preuve d’amour, de générosité et de dignité humaine, est objet d’admiration et d’enthousiasme. « Il était grand ! », dit-on. Sous ce vocable de grandeur, on exclut le critère du bien et du mal. Il n’est aucune horreur qui puisse être imputée à crime à celui qui est « grand » !

Parmi sa génération de soldats, il y eut pourtant de « grands hommes », des vrais ceux-là : Leclerc, Juin, De Lattre de Tassigny… Mais lui, De Gaulle, était d’une autre race, brutal, ambitieux, assoiffé d’honneurs, hautain, cassant, craint de ses propres ministres. Alain Peyrefitte rapportera dans ses mémoires les mots méprisants qu’il eut à l’égard des harkis lors du Conseil des ministres du 4 mai 1962 : « Les harkis, ce magma dont il faut se débarrasser sans attendre ! » Que de cynisme de la part d’un chef d’Etat !

Et quand ce même Peyrefitte, pris de remords à la vue du désastre humain que représentait l’exode des Français d’Algérie exposera au « général Président », le 22 Octobre 1962, « le spectacle de ces rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles personnes qui ont perdu leurs repères, de ces harkis agglomérés sous des tentes, qui restent hébétés… », il lui répondra cyniquement : « N’essayez pas de m’apitoyer ! » On est loin du « C’est beau, c’est grand, c’est généreux la France ! »

L’acceptation du chantage américain

Dans son livre « Les damnés de la terre », Alexis Arette a rapporté une information qu’il tenait de GeorgesBidault, l’ancien Président du Conseil National de la Résistance sous l’occupation allemande : lors de la conférence de Casablanca qui se tint du 14 au 24 janvier 1943 afin de préparer la stratégie des alliés après la guerre à l’égard de l’Europe, Churchill parvint à réunir non sans mal Giraud et De Gaulle en face de Roosevelt.

Giraud était indispensable dans l’élaboration de cette stratégie. Général de grande valeur, à la tête de l’armée d’Afrique, il ne devait aucune de ses étoiles aux « arrangements politiques du temps » et depuis son évasion, l’opération Torch et la prise d’Alger, jouissait d’un grand prestige aux yeux des Américains qui le considéraient comme le chef militaire de la France combattante. Ils envisageaient une coopération unifiée où tout naturellement, De Gaulle aurait été placé hiérarchiquement sous ses ordres, ce que le « général micro » n’appréciait guère. Les deux hommes se détestaient. Tout les opposait : le sens du devoir, la fidélité à la parole et à l’Etat, la valeur militaire, etc.

Roosevelt posa clairement la question aux deux officiers Français : « Les Etats Unis seraient susceptibles de débarquer en France à la condition que la France accepte d’ouvrir son empire au commerce américain et prenne l’engagement de décoloniser dans les trente ans. » Giraud eut un haut de cœur et claqua la porte… De Gaulle resta.On connaît la suite.

Peu de choses ont été dites officiellement sur ce marchandage et le refus de Giraud d’accepter les conditions honteuses du démantèlement de l’Empire colonial français, conditions auxquelles De Gaulle souscrit sans le moindre scrupule… Je me suis souvent demandé quel aurait été le sort de l’Algérie sans De Gaulle. L’Histoire aurait assurément été écrite différemment.

José Castano

*« A l’occasion de votre élection à la présidence de la République algérienne, je vous adresse mes félicitations. Cette indépendance algérienne, nous l’avons voulue et aidée », message de Charles De Gaulle à Ben Bella, le 4 septembre 1963.

**« La France a jeté les harkis dans les basses-fosses de l’Histoire. Il y a eu 80.000 morts. Paris a systématiquement entravé leur sauvetage. De Gaulle est bel et bien complice d’un crime contre l’humanité », Georges-Marc Benamou, Paris-Match, 30-10-2003.

22 réponses à l'article : De Gaulle, mythe et imposture

  1. Argo

    29/06/2018

    Au moins il ne nous coûtait pas cher en frais vestimentaires. Toujours habillé en troufion. On aurait dit que le tailleur de l’armée ne savait pas prendre les mesures!

    Répondre
  2. Argo

    29/06/2018

    La réussite d’un grand homme est un chemin semé de cadavres!

    Répondre
  3. Argo

    29/06/2018

    Bon, je vais la refaire : je vous ai compris!

    Répondre
  4. mulb

    27/03/2017

    DE GAULLE était trop grand (1;96 m) et c’est pour cette raison qu’il ne voyait pas ce qui se passe au niveau de ses orteils !
    En 14/18 déjà il s’est rendu aux Allemands, car trop de trop haute taille, ses fesses dépassaient des tranchées, et Charles craignait
    que les teutons lui arrache son cul ! En 14/18 comme en 40/45, il a toujours déserté et réhabilité le déserteur Thorez. Qui se ressemblent s’assemblent. CQFD

    Répondre
  5. Jean-Bernard Brisset

    25/11/2011

    Commentaire sur la XVII ième Dévotion de John Donne Nul homme est une île, entité en elle-même ; Du Continent chaque humain est parcelle, Une part de l’ensemble ; Si un morceau de terre, Pris par la vague, est lavé par la mer, L’Europe n’en que plus réduite, Tout comme un promontoire, Tout comme le serait un manoir De tes amis ou le tien propre. Ainsi la mort de chaque homme prend Une partie de moi-même, qui ne suis qu’un atome De l’humanité toute entière ; Quand donc le trépas sonne, Il serait vain que tu t’enquière Pour qui sonne le glas, Car il sonne pour toi. O, Merveilleux John Donne, qui écrivit ces lignes De toi et de ton temps sommes nous encore dignes, Nous qui, tous , croyons être centre du monde, Mortels que nous sommes du berceau à la tombe ?. Non, rien n’a changé si ce n’est la mémoire, Qu’on efface un peu plus quand se meurt un ancien. De ton temps, tout comme un héritage, L’histoire était transmise de l’aïeul à l’enfant. De nos jours, avec l’homme on enterre l’histoire, Des témoignages du passé, il ne doit rester rien. Ainsi, semble t-il, saurions nous tout sur Hadrien, Quand du siècle passé, des trous noirs ou obscurs, Des mensonges et des mythes perdurent : Héros préfabriqués, médiocrités au pinacle élevées, Quand courage et talent pouvant leur faire ombrage Sont condamnés ou rayés des ouvrages ; Ainsi nos enfants sur la Shoah sont incollables, Mais ignorent Katyn et des maîtres incapables, Souvent l’ignorent aussi. De Gaulle, nouvelle Jeanne, A libéré la France, a l’écart des bombes anglaises, Quand elles saccageaient Rouen, Saint-Lo, Caen ou Falaise Parle t-on aux enfants du déserteur Thorez Acclamé en héros, la Libération faite ?. Aux futurs historiens, je souhaite bien du plaisir, Trop d’archives détruites, de mensonges, et bien pire ! Des témoins rendus muets. Mais je ne puis rien dire Car mon discours s’arrête là. Mais soudain je réalise Que moi aussi, je fus témoin, et nos enfants n’en ont que faire. Mais après tout que nous importe ! demain, c’est leur affaire ! Jean-Bernard Fontebrice 3 février 2010

    Répondre
  6. Anonyme

    23/06/2010

    Hello Magne,

    Vous écrivez : "En plus si 18 % d’Algériens se sentaient Français pourquoi ne pas leur avoir tendu la main . "
    Je suis désolé, je me suis mal fait comprendre. C’est vrai que j’explique assez mal, sorry (je deteste expliquer et je deteste ecrire).

    Les 18% ca vient de la : si on avait gardé l’Algérie française et les Arabes y habitant français, on aurait eu en population française totale de : 40 millions de métropolitains, plus 9 millions d’arabes algériens, plus 1 million de français pied noirs d’Algérie. Total : 50 millions, dont 9 millions d’arabes, ce qui fait les 18%  de la population totale…  Tout ca en 1962.  Je vous laisse imaginer combien en 2010, et vous pouvez être absolument certain que l’on aurait deja un gouvernement arabe chez nous, musulman ou non. Au fait, je me demande si on est loin des 18% aujourd’hui. Merci, Giscard, merci, Mitterrand, merci, Chirac.

    Maintenant, sur le fond, en faisant, par jeu, une supposition avec ces 18%, je ne pense pas qu’une population, qu’elle qu’elle soit, puisse intégrer 18 % de son nombre sans rencontrer de graves problèmes. Cette question serait a poser a un biologiste, mais je pense avoir lu quelque part que les tolérances d’une population pour les "corps étrangers" sont de l’ordre de moins de cinq pour cent… Sans cela, choc des cultures, melange des races trop important, etc..  gros bordel et destruction au moins partielle de la société receveuse… Ce n’est quand meme pas le but recherché, n’est-ce-pas?

    Bon, pour De Gaulle, la liste de ce qu’on lui doit est énorme: le nucléaire et notre indépendance énergétique (rien que ca), Airbus Industrie (apres le projet Super Caravelle qui est devenu le Concorde, sans lequel Airbus n’aurait jamais "décolle´", notre image dans le monde qui a permis l’essor économique etc.. etc.. 
    Les gens vulgaires sont ingrats, ce n’est pas mon cas, et je sais que ce n’est pas le votre non plus.  Ne nous associons pas a ces peines-a-jouir jaloux et stupides qui gueulent des qu’ils voient quelqu’un de plus brillant qu’eux et qui sont incapables de voir clair et de reconnaître leurs erreurs ( j’ai dit cent fois que j’etais POUR l’Algérie français en 62, j’etais bien jeune, je me suis trompé et je serais bien emmerdé si l’Algérie faisait toujours partie de la France aujourd’hui). Cela aurait pu se passer mieux, tout peut toujours être mieux, mais De Gaulle a quand meme fait ce que de multiples politiques de la IV eme ont été incapables de faire… c’était un peu le bordel comme aujourd’hui, et vous voyez ou l’on va. 
    Je ne me sens pas de reprocher une réussite a quelqu’un, meme si ce ne fut pas fait dans le meilleure des Mondes… On ne pourrait pas vivre dans le meilleur des mondes de toutes façons. Et je suis absolument certain que si De Gaulle était la aujourd’hui, il ne laisserait pas la France être envahie. Et pour moi, ceci est important.

    Ah, j’oubliais…  Vous disiez l’Empire? A tort ou a raison, ce n’est plus l’ordre des choses aujourd’hui.. Il n’y a plus d’empire nulle part… Et ca aussi, De Gaulle l’avait compris.

    Best, Magne.

    Mancney

    Répondre
  7. Claire

    23/06/2010

    Depuis que je m’attarde sur ce genre de commentaires, je ne peux m’empêcher de remarquer des termes qui reviennent, lourds comme des notes de mauvais goût, "hors sujet", par rapport à ce qui est honnêtement exposé. Il  s’agit d’abord du mot "nostalgique" avec lequel jongle constamment l’extrème gauche, irritée par la simple évocation de l’existence de ces pieds-noirs, soumis pourtant au silence depuis presque cinquante ans. Dès que j’entends ce terme de "nostalgique" je peux parier qu’une inconsistance d’esprit va suivre… et ça ne manque jamais ! Ca vire à de la philosophie de bistrot ou de la logique à trois sous ! Bref, cette balise pue l’échappatoire merdeux ! …Ensuite, bien qu’il fut exposé un constat juste et clair, vous verrez également apparaître un sermon déplacé sur la haine, la rancune, la page poussièreuse "ressassée" ( tellement elle serait délectable pour des vieux tarés masochistes qui s’accrochent afin qu’on ne la tourne pas ! ). Cette suite de jokers affligeants émerge automatiquement, en constant procès "d’intention" ou plutôt de procès de "sentiment" car évidemment, on ne saurait attribuer plus de noblesse d’âme ni d’essence démocratique à ces Français nés en Algérie, dès lors qu’ils osent s’exprimer ! Cette réaction procède d’un profond manque de respect , d’une grande lâcheté à se confronter à un réel impliquant la conscience collective, et d’une prétention aussi vaniteuse qu’imbécile à se faire juge de "l’inconnu". Ce qui reviendrait à condamner sa propre ignorance. Mais le pire est de constater qu’il y a des êtres qui osent poser la négation de votre réalité, des êtres face auxquels vous n’êtes pas susceptibles d’énoncer une vérité, face auxquels l’espace de la relation disparaît, et avec lesquels l’idée même d’échange s’avère absente !…Enfin, se permettre de jeter la carte du mépris sur cette histoire dénote le peu d’ouverture de conscience dans l’exigeance de clarté qui fonde l’édification de l’homme et sa liberté. Car une génération qui préfère ignorer par quels chemins sont passés celles qui l’ont précédée, se prive de lanternes pour son avenir !  Dieu merci toute la jeunesse ne se contrefout pas de l’histoire de sa nation, sauf peut-être celle qui préfère s’offrir des diaporamas virtuels pour autruches d’élevage…

    Répondre
  8. Anonyme

    22/06/2010

    Gérard : " Il n’est pas reproché au Général d’avoir mis fin à l’Algérie française, mais d’avoir abandonné à leur sort tous ceux qui avaient servi la France jusque là !"

    –    C’est ca, et comme vos propos le montrent clairement, on comprend que vous etes un homme qui avait pris beaucoup de décisions importantes dans votre vie et l’on comprend que vous auriez fait mieux que le Général De Gaulle. Ok.

    Allez, rassurez vous car cette fois-ci, De Gaulle étant mort, on n’abandonnera pas tous ces pauvres étrangers, arabes, africains, asiatiques, etc.. qui servent la France aujourd’hui.

    Prétention, suffisance et vanité… C’est bien vrai, que le ridicule ne tue plus… pas plus que l’ingratitude.

    Mancney

    Répondre
  9. Anonyme

    22/06/2010

    Mazoutor : " La guerre d’Algérie n’est qu’une bataille perdue au milieu d’un mouvement plus vaste de décolonisation généralisée"

    –   Bataille perdue? Mais ca va pas, non? La french army a foutu la tannée du siecle aux Arabes du FLN, la rébellion a été complètement anéantie, il a meme fallu faire sortir leurs chefs de prison pour les faire signer les accords et leur refiler l’Algérie dont la France ne voulait surtout plus, pas plus que des états africains…. Et ce, uniquement pour ne pas avoir a donner la Nationalité Francaise a tous ces étrangers qui nous aurait envahi, uniquement pour conserver un semblant de cohérence au Peuple de France.
    Bataille perdue? Vous etes sur d’avoir bien compris? Faut pas trop rever quand meme!
    Et by the way, le déclin de l’Europe, c’est exact, il est en route, mais la partie n’est pas finie… et comme disait John Paul Jones a bord du "Bonhomme Richard", nous n’avons "meme pas encore commencé a nous battre".

    Mancney

    Répondre
  10. MAGNE

    22/06/2010

    Jose Castano : " Ce que l’Histoire ne lui pardonnera pas, c’est d’avoir souillé la grande œuvre d’unité que des générations précédentes avaient entreprise ; d’avoir taché l’histoire de la France."

    –   "C’est ca, on aurait du garder l’Algérie – ce pourquoi je militais moi-même en ce temps la – ce qui aurait fait 18% d’Arabes français d’un seul coup en 1962, et combien aujourd’hui? J’espere bien que « Cette indépendance algérienne, nous l’avons voulue et aidée », et il était bon de préciser qu’elle ne s’est pas faite "contre la France", mais avec l’aide de la France, meme si elle a flanqué une tannée au FLN un peu avant."

    Mancney , il ne s’agit pas d’ " Arabes " , mais d’arabophones .

    Bien que de  Gaulle ne soit pas ma tasse de thé , il faut quand même souligner dans cette affaire , si on se réfère à l’histoire , que ce qu’a fait De Gaulle , un autre aurait pû aisément le faire et ce qu’il a fait pour l’Empire , le réduire en confetti , ne confère pas le titre de grand homme .
    Le général Giraud , en juin 43 co – dirige la Résistance avec le Général de Gaulle . Le matafrançais ( tueur de Français ), c’est indéniable : il le dit lui – même : " je suis le Français qui a tué le plus de Français dans l’histoire de France " .
    Sa popularité dans le Tiers – monde s’explique par le fait qu’il ait cédé à leur désirs . Il est vrai que la France , à l’époque , a contre elle Le Monde arabe ,  , la Chine , l’Amérique , le Monde communiste … que au moins 30 % de la population française est d’obédience communiste ( son chef Maurice Thorez aurait même déserté pour soutenir les Russes et les Allemands ) . Pourquoi De Gaulle ne le fait pas fusiller à son retour … et Boudarel , etc…

    Nous présenter De gaulle comme un recours est le fait de plaisantins , de farceurs ..

    Inutile de lui consacrer d’autres articles …

    En plus si 18 % d’Algériens se sentaient Français pourquoi ne pas leur avoir tendu la main .

    Répondre
  11. Mazoutor

    22/06/2010

    Les nostalgiques de l’Algérie française qui ressassent éternellement leur défaite n’intéressent plus grand monde. La jeunesse se contrefout des combats perdus d’avant-hier et on n’a jamais édifié grand monde avec des geignements. La guerre d’Algérie n’est qu’une bataille perdue au milieu d’un mouvement plus vaste de décolonisation généralisée et de rétractation de l’Europe. La guerre d’Algérie, pour dramatique qu’elle soit, reste anecdotique dans l’histoire du grand déclin européen.

    Répondre
    • Descendants de pieds noirs

      10/10/2014

      COMMENT???
      Mais de quel droit parlez vous au nom de la jeunesse????
      Je suis certainement plus jeune que vous et l’histoire de ma famille ainsi que de millions d’autres m’intéresse! !
      Vous faites preuve du plus abject des racismes en crachant sur le sacrifice de millions de pieds noirs et de milliers de harkis.
      Les geignements comme vous dites, seraient ils différents des plaintes légitimes de tout ces peuples spoliés, croates, birmans, afghans, juifs??
      Mais vous me dégoutez!
      Vous auriez certainement fait le bonheur d’Heidrich…

      Répondre
  12. arnera

    22/06/2010

    il serait temps de débaptiser tout ce qui glorifie encore ce diviseur du peuple français qui n’avait de grand que son incommensurable orgueil . L’orgueil va devant l’abaissement sauf chez les idolâtres.

    Pourquoi ne pas honorer Argoud qui ne fut pas un fauteur de guerre civile

    Répondre
  13. Clément

    22/06/2010

     

    Quelle désastre: tant de mépris pour des peuples sacrifiés sur l’autel d’une ambition PERSONNELLE!

    Non, vous n’avez rien compris à nos malheurs! Vous ne pouvez pas COMPRENDRE vous qui êtes secs et sans âme! Quand un empire est constitué – et c’était le cas de la France dans les années 50 – il ne peut pas reculer, s’il le fait il se détruit!

    Faire du mensonge et du parjure un moyen de la grandeur, ni l’empereur ni nos rois n’y auraient songé – sauf Louis XI paut-être.

    De Gaulle c’est le mensonge plus la haine: il a criminalisé le patriotisme et l’armée avec l’aide de la gauche communiste et – déjà – gauchiste. Il a affublé les nationaux du terme de "fascistes" qu’ils subissent encore, il a fait tirer par les gardes mobiles sur le drapeau français, brisant TOUS les tabous et autorisant ceux qui aujourd’hui se torchent avec ou qui le brûlent à le faire avec bonne conscience. Il a fait tuer sur ordre une centaine de civils européens manifestant avec ce drapeau, il a fait le blocus de Bab el Oued pendant une semaine tuant des enfants et des femmes par le char et l’avion (Il donna même à la marine l’ordre de tirer ce qu’elle refusa: gloire au Surcouf!)

    Il a déshonoré le sentiment national et donc ouvert la porte au désordre qui nous étreint aujourd’hui.

    On ne peut pas bâtir une grande nation sur le mensonge. Il l’a fait et vous l’approuvez encore.

    Le reste, c’est à dire l’avenir de ce territoire qu’on nomma la France et qui fut la Gaule, ne nous appartient pas, mais surtout ne VOUS appartient plus, à vous, les métropolitains.

     

    Répondre
  14. L' Inédit

    22/06/2010

    Par la capitulation de la France, honteusement appelée " Accords d’ Evian", De Gaulle a signé la soumision de sa Patrie aux terroristes du FLN et de l’ Islam pour le plus grand malheur de la France et de l’ Humanité.

    Une pensée émue à la mémoire de Bastien Thiry à qui le généreux général a refusé la grace.

    Répondre
  15. Gérard

    22/06/2010

    Il n’empêche ! cet homme qui avait soi disant une haute idée de la France a corrompu son âme. Il n’est pas digne de l’admiration que les pleutres lui ont porté. Il aurait été bien plus grand, bien plus généreux et moins meutrier de donner son indépendance à l’Algérie d’une autre façon que par la trahison et l’imposture. Ce criminel de guerre est d’autant plus condamnable par l’Histoire, qu’il était loin d’être le visionnaire que l’on dit. En refusant que son village devienne "Colombey les Deux Mosquées" il a provoqué le phénomène inverse. D’autre part, je me fiche du quart comme du tiers que la France ait laissé au FLN des écoles, des hopitaux, des routes, une administration et toute son âme. Mais la France a crée en Algérie une Nation qui n’existait pas. C’est la seule chose dont les algériens devraient au minimum être reconnaissants envers les français. Mais ils crachent sur leur bienfaiteur à la façon dont ils ont assassiné les moines de Tiberine qui ne leurs faisaient que du bien. De Gaulle n’avait pas prévu ça  … non plus.

    Répondre
  16. sas

    22/06/2010

    Il n’est pas question d entretrenir des rencoeurs ou un mythe inexistant….le texte est bon et avéré , il merite d être lu et débatu objectivement…et pour la bonne comprehension de notre situation actuelle…envisageons  1 minute que le modèle GAULLIEN revendiqué haut et fort par toute la chianlit droitière de france etait vérolé…..??? à la base :origine, formation,qualité et carractere humain…

    n aurions nous pas les résultats que nous percevons tardivement à ce jour ????

    moi je le crois profondément…..cette droite c’est fourvoyé depuis des lustres ,en plus dêtre la plus bête du monde…il semble que ce soit en plus la plus combinarde et naive du règne politicard…. et la fausse alternatice gauchisante s en inspirant aussi , notre remède ne se trouve donc ni a droite maconique ni à gauche maconique…..et mieux ni dans la maçonnerie centriste…

    La vérité est donc ailleurs…

     

    sas qui est obligé de revoir systématiquement les enseignements passés et faisandés de notre erradication internationnale….

    Répondre
  17. Gérard

    21/06/2010

    Il n’est pas reproché  au Général d’avoir mis fin à l’Algérie française, mais d’avoir abandonné à leur sort tous ceux qui avaient servi la France jusque là !  Les pieds noirs , les harkis et les soldats du rang se sont fait couper en rondelles ou ont été déportés par le FLN sans qu’il n’émette une réclamation ! Ils ne lui étaient plus d’aucune utilité. Le grand homme avait tourné la page.

    Alors à tous les blaireaux qui estiment que le souvenir se limite dans le temps, à tous ceux qui ont la mentalité d’un Martin Grey, je dirais simplement que nous n’avons pas les mêmes valeurs.

    Si tant de peuples comme les Espagnols, les Polonais, les Serbes, les Croates, les Russes,.. et tant d’autres ont pu tourner la page, c’est qu’ils ont pu faire leur deuil, grâce à la reconnaissance, par les autres états, des horreurs qu’ils ont subies, ce qui n’a jamais été le cas de tous les martyrs de la décolonisation, du côté français.

    Répondre
  18. araminta

    21/06/2010

    Et voilà encore un nostalgique de l’Algérie française!
    Franchement, est-ce que l’avenir de la France de 2010 passe encore par ces haines ressassées des anciens de ce qu’il faut bien appeler "une colonie française".
    Je comprend les douleurs, les souffrances, les rancoeurs de celles et ceux qui ont tout perdu dans l’abandon de cette parcelle d’Afrique, et pas de France, répétons-le, mais 50 ans après n’est-il pas temps de regarder devant soi plutôt que d’entretenir ces haines qui aveuglent.
    Si l’Algérie était restée française, on en serait-on aujourd’hui ? Nos problèmes d’immigration multipliés par 10, 100 ?
    Si la même haine entretenue l’avait été vis à vis de l’Allemagne, l’Europe aurait-elle avancé ?
    Et si la même haine l’avait été face à l’Angleterre, y aurait-t-il eu "l’entente cordiale" qui nous a permis de gagner la "Grande Guerre" ?
    Les passions ont un temps. Les "pieds noirs" adultes lors des événements sont très anciens maintenant et tous les autres n’ont pas connus ça. Et puis de Gaulle est mort. Alors?
    Faut-il donc continuer à entretenir ces rancoeurs au détriment d’une vision d’avenir ?
    Personne ne doit oublier son passé, s’il le veut, mais vivre avec n’a jamais permis de se battre pour son avenir.
    Enfin, ne pensez-vous pas qu’il existe des Polonais, des Serbes, des Croates, des Espagnols, des Russes, des Allemands et tant d’autres qui ont vécus des horreurs sans pour autant obérer leur avenir avec des rancoeurs qu’on peut qualifier en 2010 de stériles.

     

    Répondre
  19. SAS

    21/06/2010

    aU REGARD DE L HISTOIRE …effectivement  c’est discutable …..la lecture du 1/2 VERRE PLEIN ET DU 1/2 VERRE VIDE…….

    mais peu on penser raisonnablement avoir conservé l algerie française ainsi que d autres nations par l épée et  l or ?????

    Compte tennu des problèmes actuels avec nos "invité" apatrides…..imaginons qu il eut été totalement français qu en serait il pour nous à ce jour ???? la connerie geante est peut être après la rupture de les avoir recu et admi en france avec en plus la nationalité francaise qu ils refuusaient de l autre côté…..le decret MERIEUX n at il pas généré et initié la chose ????

    De gaulle n’est effectivement pas le grand homme que l on prétend……mais son choix dans le temps ,la durtée et nos interets collectifs…….se défend

    sas

    Répondre
  20. Anonyme

    21/06/2010

    Jose Castano : " Ce que l’Histoire ne lui pardonnera pas, c’est d’avoir souillé la grande œuvre d’unité que des générations précédentes avaient entreprise ; d’avoir taché l’histoire de la France."

    –   C’est ca, on aurait du garder l’Algérie – ce pourquoi je militais moi-même en ce temps la – ce qui aurait fait 18% d’Arabes français d’un seul coup en 1962, et combien aujourd’hui? J’espere bien que « Cette indépendance algérienne, nous l’avons voulue et aidée », et il était bon de préciser qu’elle ne s’est pas faite "contre la France", mais avec l’aide de la France, meme si elle a flanqué une tannée au FLN un peu avant.
    Pour une fois ou l’on avait un chef d’Etat intelligent et courageux et qui ne pensait qu’a la France et non pas a lui-même. Pensez-vous que le Général aurait accepté l’invasion arabe, africaine et asiatique en France aujourd’hui?
    Si seulement les Arabes pouvaient se dégotter un DeGaulle et qu’il donne l’indépendance a la France et ordonne le départ des Arabes de France…
    Cet article est plus ridicule que déplaisant. Please, remballez vos émotions ridicules et naïves et ouvrez un peu les yeux. Si vous le pouvez.

    Mancney

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)