Hollande à Alger : cela n’est pas la France !

Posté le décembre 27, 2012, 1:08
7 mins

Voici bien des décennies, Jean Madiran avait pu­blié dans l’excellente revue « Itinéraires » qu’il dirigeait un article pour dénoncer l’accueil par la IVe République du Premier secrétaire du PCUS. Cet article était intitulé, si ma mémoire est bonne : « Khrouchtchev en France : cela n’est pas la France ».

Ce titre s’applique peut-être mieux encore, s’il est possible, à la scandaleuse visite que François Hollande vient de rendre à Alger.

À vrai dire, ce ne fut pas vraiment une surprise. Même l’annonce que le chef de l’État n’irait pas, de l’autre côté de la Méditerranée, faire repentance, mais défendre la vérité, ne m’avait guère rassuré.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que M. Hollande nous a accoutumés à une conception de la vérité historique qu’en d’autres temps, quand on parlait un meilleur français, on eût qualifiée de propagande grossière. Nous avions encore en tête les absurdités débitées sur la manifestation FLN du 17 octobre 1961…

Mais, là, M. Hollande a atteint des sommets dans le mensonge, dans la science, si en vogue, des carpettes, et dans les opportuns silences.

Permettez-moi d’évacuer rapidement les deux derniers chefs d’accusation. Non certes qu’ils soient insignifiants, mais le plus grave reste le mensonge d’État – surtout prononcé devant une assemblée étrangère (et, qui mieux est, une assemblée dominée par le FLN qui n’a jamais renié son attachement au terrorisme anti-français).

La science des carpettes, « notre » président la possède à la perfection. Qu’il se trouve « honoré », comme il a osé le dire, de se présenter devant une sorte de tribunal populaire pour y dénigrer publiquement son propre pays, passe l’entendement. Je vous conseille, amis lecteurs, si vous voulez savoir ce qu’est le socialisme apatride, de lire le texte intégral de cette allocation au parlement algérien. Tout y est dégoulinant d’une répugnante flagornerie pour une caste politico-terroriste, dont tout le monde connaît le haut degré de corruption, et le rejet par une très large partie du peuple algérien. Et tout y est insultant pour la France.

à propos de cette « science des carpettes », les quelques images que j’ai vues de cette sinistre visite m’ont laissé perplexe : j’y ai vu maintes fois des drapeaux FLN (devenus depuis drapeaux de la république algérienne), mais aucun drapeau français. Je ne suis pas sûr qu’il n’y en avait point, mais, dès le soir du 6 mai, l’homme qui prétend présider aux destinées françaises nous a appris quel cas il faisait du drapeau français…

Quant aux silences opportuns, il est fascinant que rien ne soit dit sur les exactions du FLN. Que rien ne soit dit sur le contexte de la répression. Que rien ne soit dit, même, de ce qu’a apporté la colonisation à l’Algérie. Sans parler des responsabilités réelles de l’État français dans les massacres de harkis et de pieds-noirs.

Mais c’est le mensonge qui est le plus inadmissible.

Le cœur du message présidentiel tient dans cette phrase : « Pendant 132 ans, l’Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal, ce système a un nom, c’est la colonisation, et je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. »

Il est faux que la colonisation ait été « profondément injuste et brutale ». Il est faux qu’elle n’ait rien apporté à l’Algérie et aux Algériens. Il est faux surtout que la colonisation ait pu faire souffrir un peuple algérien qui n’existait pas avant 1830.

Que M. Hollande relise donc l’histoire. Nous ne sommes pas allés à Alger pour faire souffrir qui que ce soit. Ni même d’abord pour coloniser quelque terre que ce soit. Nous y sommes allés pour chasser les pirates barbaresques qui infestaient la Méditerra­née. Mais il est vrai que les socialistes ont un sens de la propriété et du pillage qui est si proche de celui des pirates qu’ils ne comprennent peut-être pas la réaction de nos aïeux !

M. Hollande a déclaré aux parlementaires algériens : « La vérité, elle n’abîme pas, elle répare, la vérité, elle ne divise pas, elle rassemble. »

Pour une fois, je suis d’accord avec lui. Mais alors, Monsieur le Président, pourquoi aller mentir de façon aussi éhontée dans une circonstance aussi solennelle ?

Vos mensonges, Monsieur le Pré­sident, ne préparent pas la « paix des mémoires » à laquelle vous dites aspirer. Ils entretiennent la division, entre les Français eux-mêmes d’abord, entre les Français « de souche » et les immigrés algériens ensuite, entre la France et l’Algérie enfin.

Cette visite d’État a sans doute coûté des millions aux contribuables. Mais elle a coûté encore plus aux citoyens. Non, Monsieur le Président, à Alger, vous n’étiez pas la France !

5 réponses à l'article : Hollande à Alger : cela n’est pas la France !

  1. quinctius cincinnatus

    30/12/2012

     » Hollande à Alger , ce n’est pas la France  »

    MAIS SI C’EST LA FRANCE !

    à quoi bon se leurrer , soyez REALISTES !

    Répondre
  2. philippe 01

    28/12/2012

    Hollande a fini l’année comme il l’avait commencé, par des mensonges dont il ne croit pas un traitre mot : une démagogie grossière à usage interne en janvier pour capter les voix de la gauche plurielle et multiculturelle, une démagogie éhontée à usage externe en décembre pour se concilier les bonnes grâces d’une Algérie qui tient un rôle central en Afrique et dont on a toujours besoin. Nous sommes demandeurs et nous payerons les services politiques et les commandes de Bouteflika par un nombre encore accru de visas et d’autorisations de séjour.
    L’Algérie nous coûte toujours aussi cher sinon plus qu’avant l’indépendance, nous payons le gaz au prix fort et nous avons sur notre sol une population dont une part importante ne peut pas ou ne veut pas s’intégrer et qui vit de l’assistanat ou du trafic de drogue. Mais ce sont des électeurs qui font basculer les élections locales et nationales…vous avez tout compris.

    Répondre
  3. 28/12/2012

    La position a alger de Hollande est a vomir, mais conforme aux principes de cette gauche dévoyé.
    Le voyage du numéro deux du FN a Colombey sur la tombe a de Gaulle, est pour les PN, Harkis une trahison, pour un parti qui a vu le jour avec de nombreux partisans de l’Algérie Française, et donc opposés a de gaulle.

    Répondre
  4. AZ

    28/12/2012

    Guillaume de Thieulloy

    – Je m’en tiens ici à mon unique commentaire.

    – Il est faux de dire que l’expédition française a été menée pour débarrasser la Méditerranée de la piraterie. Cette opération aurait pu être menée au moins depuis un siècle, et en collaboration avec les autres puissances européennes riveraines de la Méditerranée, voire avec le Royaume-Uni (comme le proposèrent à plusieurs reprises les Britanniques). Et il n’était pas nécessaire de se lancer dans une conquête de 40 ans de la totalité du pays, c’était comme de couper un bras pour soigner un ongle incarné.

    – La piraterie n’a été qu’un prétexte pieux avancé après coup pour justifier une vulgaire opération de concurrence impérialiste avec le Royaume-Uni – et il en est de même de la totalité des expéditions guerrières (comme les croisades) menées par les Occidentaux. Elles ont toujours des soubassements bien plus prosaïques et bien moins nobles.

    – Le fait qu’il n’existait pas de peuple algérien avant 1830 est une argutie. Ce fut le cas de la plupart des ex-peuples colonisés. Partout, la conscience nationale est née de l’oppression de la métropole.

    – La colonisation a été injuste et brutale. Pour oser le nier, il faut que les notions Code de l’Indigénat et de Travail forcé ne soient jamais arrivées à vos oreilles. Non plus, d’ailleurs, que les 875 000 morts de la conquête (sur 3 millions d’habitants) de 1830 à 1842. Non plus que les 85 % d’illettrés algériens en 1955. Non plus que le niveau de vie moyen des Algériens musulmans égal au quart de celui des Français à la veille de la guerre d’Indépendance. Non plus que le statut inégalitaire infligé jusqu’au bout aux Algériens musulmans.

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    27/12/2012

     » le pacte de Tlemcen  » ( source le Canard Enchaîné  » )

     » on a fait un pacte , a expliqué le très démocrate Bouteflika aux journalistes * , il dit du bien de moi , je dis du bien de lui  »

    si ce n’est pas de la haute diplomatie et respectable qu’est ce donc ? je vous le demande ?

    * à propos de journalistes : un journaliste , proche du P.S. , a demandé à ses confrères :  » qu’est ce que c’est que les accords d’Evian ?  » (en français dans le texte)

    aussi  » éclairé  » que Hilary Clinton , le bac plus 5 !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)