Impossible de remonter la pente sans rupture

Posté le 27 novembre , 2007, 12:00
8 mins

La culture de l’ignorance, du mensonge, et de l’auto-satisfaction, promue en France par le laisser-faire d’une classe dirigeante fortement marquée par le marxisme, et amplifiée par des médias intellectuellement complaisants, gèle, en vérité, toute possibilité de réforme de l’État et de la fonction publique.

De plus en plus inquiets de cette impasse politique, sociale, et économique du pays, la majorité de nos citoyens, ont décidé d’élire Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, sur sa promesse de rupture avec le passé. Cette majorité lui a confié une mission claire : sortir le pays « du rouge et des rouges », en assainissant les finances de l’État, en restaurant l’autorité d’un appareil judiciaire défaillant, en redonnant aux entreprises de l’oxygène pour l’emploi, en réhabilitant le travail bien fait et bien rémunéré. Partager des fruits, c’est d’abord permettre aux graines de pousser librement !

Depuis 1945, la classe politique qui avait conduit le pays à la défaite de 1940, s’est ralliée « au libérateur », désignant le gouvernement légal de Vichy comme seul bouc émissaire de quatre années d’occupation nazie. Grâce à l’appui de nos Alliés anglo-américains, le gouvernement provisoire du Général de Gaulle, après avoir été chercher Thorez à Moscou, a dû payer le prix du pouvoir conquis, en laissant l’idéologie marxiste et ouvrière s’installer durablement dans la fonction publique, les entreprises et l’Éducation nationale. Avec pour résultat, aujourd’hui, outre 2 000 milliards d’euros de déficits, dépensés pour payer 6 millions de fonctionnaires et assimilés, la perte de sens du service public, ses employés à vie ne s’attachant plus à satisfaire les « citoyens clients », mais à assurer une prestation minimum auprès d’usagers considérés comme des otages potentiels.

C’est ainsi que la pyramide du pouvoir, une fois inversée, la tête en bas, les pieds en haut, tous les maux de la société française ont pu se répandre de 1945 à nos jours dans un corps social culpabilisé, chloroformé, et formaté au nom de l’égalitarisme, sésame de la nouvelle classe politique. Comportement qui favorisa le corporatisme en ouvrant les portes à la désobéissance civique.

Ainsi, au lieu de réformer ce qui pouvait l’être, les IVe, et ve Républiques préférèrent-elles éradiquer le nationalisme et l’identité française qui s’y rattachait, condamner la droite républicaine assimilée au « pétainisme », saborder au passage l’esprit des valeurs « travail, famille, patrie » devenues bourgeoises, déconsidérer l’Église catholique, vilipender l’armée, montrer du doigt les entreprises de la période coloniale, tout juste bonnes à servir au devoir de repentance officielle auprès des millions d’immigrés qui exigent aujourd’hui assistance, “au nom de la loi” sur notre territoire.

Ainsi le socialisme, qui a trahi sans état d’âme Jean Jaurès, a durablement installé au pouvoir la mentalité du syndicalisme, des cercles d’intellectuels, et des médias nationaux.

La rupture souhaitée par la majorité avec cette mentalité obsolète, est-elle possible aujourd’hui ?

Non, si nous laissons en l’état les circuits d’éducation et d’information flatter les plus bas instincts, l’égoïsme, le laisser-aller, dévoyant l’esprit critique dans un nihilisme sans issue, instituant la distraction permanente comme finalité durable !

Non, si la classe politique laisse à des minorités de fonctionnaires employés à vie, la possibilité de s’opposer à la majorité des citoyens par la grève et le sabotage, les prenant en otages par la paralysie des circuits de transports, de l’électricité, de l’Éducation nationale, et de la fonction publique, décidant ainsi du sort du pays.

Oui, si nos réseaux de veilleurs et d’intelligences en action sont capables de redonner vie à l’ordre établi, remettant la pyramide du pouvoir sur sa base, revalorisant les valeurs porteuses de sens, la famille, le travail, et l’identité nationale.
Oui, si nous laissons le sang de la libre entreprise circuler librement dans le corps social !
Oui, si nous redonnons à l’Éducation nationale la mission de préparer nos jeunes à s’assumer dans une société de droit, de justice et de fraternité !

Dans l’hypothèse où le gouvernement laisse faire les minorités de blocage, nuisibles au corps de la nation toute entière, la majorité des citoyens devra exiger du gouvernement de s’imposer par la force, en déclarant illégitime le droit de grève dans la fonction publique, et en privatisant les entreprises qui peuvent l’être.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

28 Commentaires sur : Impossible de remonter la pente sans rupture

  1. Anonyme

    6 décembre 2007

    Scottkiller a Jaures : " (…) par contre comprenez que nous n’en avons rien à faire de vos occupations, nous ne souhaitons pas payer pour des branleurs de votre espèce, comprenez bien cela."

    Bien dit et parfaitement clair.

    Mancney

    Répondre
  2. Jaures

    5 décembre 2007

    Mon cher Jacques, je vais finir par penser que vous pourriez être de mauvaise foi.

    En 1999, les  pays européens qui ont la plus forte croissance sont les Pays Bas, l’Espagne, la Suède et La France avec plus de 3%. Les autres sont loin. En 2000 la France dépasse encore les 3%.

    "De 1997 à 2000 la France avait le plus bas taux d’inflation des grands pays européens, la plus forte croissance et le plus fort excédent de la balance courante." (consulfrance). Voir également le site lecercledeseconomistes (graphique 22) la croissance française plane au-dessus de celle de l’ Europe.

    Le chômage passe de 12,6 à 9,7%. Celui des jeunes diminue de 37%!

    Quant à la Suède, si avoir l’un de 5 plus haut niveau de vie du monde, une protection sociale généreuse, un taux de chômage très bas, une éducation parmi les plus performantes et une délinquance faible est un échec, je souhaite alors le même pour le mien et le vôtre.

    Cessez définitivement vos remarques aussi hautaines qu’éronées. Vous ètes riche ? Tant mieux pour vous si vous en avez besoin pour être heureux.Inutiles de vous légitimer par une chimèrique théorie démentie par les faits. Personnellement ce que j’ai me suffit et mes activitées syndicales et associatives m’enrichissent bien plus qu’en espèces sonnantes et trébuchantes. Vous devriez essayer. Portez-donc secours une fois, deux fois. Vous verrez, vous finirez par y prendre goût.

    Répondre
  3. jacques

    4 décembre 2007

    Pour Jaurès:

    " Les résultats économiques de Jospin ou de la Suède socialistes sont incontestables. "

    C’est ça votre problème. Vous n’apprenez jamais. Vous répétez sans cesse comme un disque usé. Tout  à l’heure je vous explique fait et références à l’appui que le Canada s’est réformé LORSQUE LES PRIX DU PETROLE ETAIT A UN PLANCHER, et puis après vous reparlez du Canada comme si on ne vous aviez rien dit, vous ignorez les faits qu’on vous donnes.
    Pour le Canada je vous ai montré également que vos chiffres bidons sur la pauvreté était tiré d’un document syndical qui a fait l’objet d’une mise en garde spécifique de Statisque Canada vis à vis de cette falsification de leurs données. Mais vous continuez à répéter la même chose comme si Statistique Canada n’avait rien dit.
    Pour la Suède il y a quelques semaines passées je vous ai cité des dirigeants suédois SOCIALISTES qui ont dit il y a quelques années que le socialisme suédois avait été un échec et qu’il vallait se réformer. Et c’est ce qu’ils ont fait: ils se sont réformés et ont libéralisé de grands pans de leur économie avec succès. Mais tout ça, ça servait à quoi de vous le dire, vous faites comme si on ne vous avait jamais répondu.
    Pour Jospin: je vous ai donné au moins à 2 reprises au cours des derniers mois des données détaillées, précises, issues de statistique de l’état socialiste français (publiée par l’administration Jospin lui-même!) qui montre qu sous Jospin la France avait une croissance très significativement inférieure aux pays libéraux et un chomage double mêmes s’il diminuait significativement (mais 2 fois mois) que dans les pays libéraux et ceci, nullement à cause de Jospin (puisque la diminution du chomage était ralentie par ses mesures idiotes comme les 35 heures reprises par Sarkozy) mais bien grâce à la période de prospérité économique amenée par la diminution des dépenses militaires américaines (sous le très libéral Clinton) redirigée vers l’informatique civil dans la Silicon Valley qui fut alors une locomotive économique mondiale. Mais à quoi cela sert-il de vous informer? Dès qu’on vous réfute, vous ignorez tout de qu’on vous dit, puis retourner à réécrire votre script dicté par vos patrons du parti socialiste ou de votre syndicat.

    A votre différence, je suis libre, libre d’attache politique, libre d’attache économique, libre d’attache syndicale et libre d’attache patronale. Je suis libre de critiquer aussi bien Jospin que Sarkozy, la CGT aussi bien que le MEDEF. Et je ne me suis pas retenu! Je suis sûrement sur la liste noire de la Cgt, de Sarkozy et du Médef! Je décris la réalité économique telle qu’elle. Je l’étoche de chiffres et référence précises. Je suis ouvert à tout argument ou réfutation.

    Mais de votre côté cher Jaurès je regrette de dire que vos connaissances économiques insuffisantes et vos oeillières idéologiques syndicales (si ce n’est possiblement votre emploi lui-même) conduise nécessairement à un comportement d’autruche de votre part. La solution: devenez libre, changez de travail si on vous oblige à écrire comme vous écrivez. Vous ne le regretterai jamais et vous serez à plus long terme non seulement plus riche et plus heureux, mais aussi plus utile à vos concitoyens.

    Répondre
  4. Jaures

    4 décembre 2007

    Au Webmaster: Je m’étonne que vous me censuriez régulièrement des post dénués de toute injure ou vulgarité et que par ailleurs on se (me) traite allégrement de "branleur" ou de "vieux con" sans que vous réagissiez. C’est vrai, j’oubliai que je suis sur un site d’extrème droite.

    A J.C.Thialet: Vous citez les "guignols", grande référence économique, mais ne répondez pas sur le fond. Les résultats économiques de Jospin ou de la Suède socialistes sont incontestables. Leur transformation en victoire politique est plus aléatoire. L’alternance a joué en Italie, en Espagne, en Australie en faveur de la gauche. Parfois en faveur de la droite. Est-ce toujours pour des raisons économiques ?

    Répondre
  5. scottkiller

    3 décembre 2007

    A jaures :

    ""Ainsi , selon ZHP, l’avenir de la France c’est "Travail, Famille Patrie". Voilà en effet une conception moderniste de notre pays. Je la lui laisse.""

    Jaures, respectez au moins les gens qui ont une conception de la vie. Pour moi effectivement c’est celle là .

    si vous ne la partagez pas, pas de soucis, par contre comprenez que nous n’en avons rien à faire de vos occupations, nous ne souhaitons pas payer pour des branleurs de votre espèce, comprenez bien cela.

    je comprends les gens qui ne souhaitent pas bosser, alors comprenez que certains aimerai partager avec leur famille, les richesses qu’ils obtiennent pas leur travail.

    Scottkiller

     

    Répondre
  6. ozone

    3 décembre 2007

    "(SANS ENRICHISSEMENT PERSONNEL, nous rassurent-ils)."

    Ils ont de hauts revenus,voir; des fortunes.

    Mais alors,quand ils baissent les impots des hauts revenus,voir; des fortunes.

    Que font ils??

     

    Pour jacques.

    Ont ne doit pas parler de la mème immigration peut étre,je pense que le but d’avoir une economie plus ou moins "hysterique" ne vaut pas de mettre en pointillés l’avenir d’une nation,d’ailleurs,il parait qu’au Canada méme ils commencent a en prendre conscience.

    Prenez le cas de l’Espagne,ou la flexibilité du marché du travail est bien plus grande qu’en France (au grand damn méme de pas mal d’economistes liberaux,les salaires ayant tendence a la baisse),bref,quelques "responsables" disent avec un grand sourire d’autosatisfaction "nous n’avons pas beaucoup d’immigrés parce que nous avançons,mais nous avançons parce que nous avons beaucopus d’immigration".

    Aprés avoir coller a enormément d’etrangers un remboursement immobilier a rendre en quatre confortables décénnies la construction a flambé,des emplois a la clé pour ces mémes joyeux acquereurs,le paradis quoi,et la speculation,qui ne l’oublions pas,gage le "systéme" un peu partout est repartie a cent a l’heure.

    Maintenant,avec la crise immobiliére qui menace, nombre de joyeux acquereurs se retrrouvent de plus en plus au chomage,la facture passe,et en plus,ils se retrouvent avec les "quartiers" communautaires,en échange d’activité ils ont une grosse question sur l’avenir,en plus de ceux que nous avons ici deja,ils se retrouvent avec une enorme population d’ex Europe de l’Est,pas les plus recomandables d’ailleurs,et surtout d’une arrivé massive de Sud Americains,en grande majorité d’indiens,lesquels arrivent avec une haine ancestrale du  "Conquistador",il suffit pour se convaincre de lire certains forums.

    Je passe sur les troubles de plus en plus graves et nombreux.

    Alors,on peut considerer que le risque vaut bien la chandélle,je n’en suis pas du tout certain,quelques uns peuvent se dire,surtout ceux qui se sont le plus enrichis avec ce modéle,que si la situation tourne au vinaigre ils pourront se barricader dans un quartier,ou mieux encore,une ville privé,tandis que ceux qui auront été le plus en concurrence avec les arrivants se retrouveront pleinement exposés.

    Répondre
  7. Anonyme

    3 décembre 2007

    J.C. Thialet : " permettez au (parfois) "vieux con" (dixit MANCNEY)" que je suis (…) "

    Mancney n’a PAS écrit ca. Il a écrit : " Vous écrivez parfois comme (…)".
    J.C.T. d
    éforme les propos…. Pourquoi?

    De meme, écrire : " Depuis la "LIBERATION"  – et n’en déplaise à ses thuriféraires, on doit cela à Charles De GAULLE ! – l’Education (prétendue) Nationale est truffée de franc-maçons, de communistes et même de trotskystes"
    …  c-a-d que l’on doit ces joyeux guignols au G
    énéral de Gaulle, c’est encore biaisé; c’est un peu comme écrire que l’on doit la vérole aux femmes.


    Best,

    Mancney

    Répondre
  8. Jean-Claude THIALET

    3 décembre 2007

    03/12/07    – "Les 4 Vérités"

    JAURES. Votre appréciation des bilans tant de la Suède que de Linel JOSPIN, me fait penser à cette émission des "Nuls" sur "CANAL +" où l’on faisait dire à Edouard BALLADUR "Beau bilan" alors que le "FRANCE TITANIC" continuait à s’enfoncer, et qu’il n’a cessé, après lui (et même sous JOSPIN !) de le faire …

    Pour ce qui concerne la SUEDE, il faut savoir que les Suédois eux-mêmes en sont revenus du "TOUT SOCIALIE" qui était en train de couler le pays. Et que ce sont les Suédois eux-mêmes, mais aussi leurs dirigeants qui ont eu l’intelligence pour les premiers, le courage pour les seconds de reconnaître qu’il était temps d’en finir avec l’assistanat à perpétuité. J’aimerais que les Français, leurs gouvernants et leurs politiciens, à commencer par les socialistes et les syndicalistes, en fassent autant.

    Pour ce qui concerne Lionel JOSPIN, quand on sait que la croissance (même si, comme l’a promis Nicolas SARKÖZY, on va "LA CHERCHER AVEC LES DENTS") ne vient pas toute seule, et qu’elle dépend d’un tas de facteurs extérieurs au pays, il est permis de ne pas attribuer à l’ermite de l’Ile de Ré (1) tout le mérite d’une croissance à 3%. Lui-même, que je sache, n’en a pas fait état de manière triomphale. Et en tout cas, cela ne lui a pas suffi pour être élu en 2002. Pas même pour jouir d’un certain prestige auprès de ses pairs … Notamment Marie-Ségolène ROYALE qui vient de l’achever dans un "opus" qui vient juste de sortir.(2)

    Quoiqu’il en soit, selon la formule (non mathématique, j’en conviens, mais pleine de bon sens d’Albert EINSTEIN, selon laquelle

              "ON NE PEUT PAS RESOUDRE LES PROBLEMES AVEC CEUX QUI LES ONT CREES"

    il est certain que ce ne sont pas des gouvernements "UMP" (et leur vassal UDF, aujourd’hui "MoDem" et "Nouveau Centre) ou "P.S." (et leurs vassaux "VERTS" et "PC"F") qui pourront sortir la FRANCE de la mouise dans laquelle ils l’ont mise.. DEHORS, donc,  tous ces politiciens lâches, ou corrompus, ou incompétents, ou imprévoyants, quand ce n’est pas tout à la fois, qui ont transformé le paquebot "FRANCE" en "FRANCE TITANIC". Ils se tiennent tous par la barbichette et donnent l’impression que, sachant qu’ils se sont mis dans une fosse à purin, ils ont peur que, le premier qui essaie de bouger leur fasse boire la tasse !

          Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Il y a deux semaines environ, dans un "post", j’avais cité de mémoire un "entrepreneur" d’origine maghrébine qui avait déclaré à "L’EXPANSION", qu’il fallait "SUPPRIMER TOUTES LES AIDES AUX ENTREPRISES". Pour les deux ou trois sceptiques qui mettaient en doute ma parole ou ma mémoire (de "parfois vieux con" ?), ayant retrouvé le n° de l’EXPANSION CONCERNE (n° 718, avril 2007), et même pour toutes et tous, je retranscris la  totalité de la citation au demeurant aussi brève que percutante :

    "IL FAUDRAIT SUPPRIMER TOUTES LES AIDES AUX ENTREPRISES CAR, POUR UN PATRON DE TPE, COMME LA MIENNE, C’EST UN VRAI JOB DE LES RECHERCHER ET AUTANT DE TEMPS PERDU POUR PROSPECTER DE NOUVEAUX MARCHES" (Mourand ZAÏED, gérant associé et fondateur de CVFAX – envoi de fax via internet – MASSY, Essonne

    Quel ministre aura le courage de prendre au mot ce courageux ched d’entreprise, et de comprendre que, "les caisses étant vides" (dixit Nicolas SARKÖZY lui-même) le temps n’est plus à l’assistanat permanent. Non seulement des entreprises, mais aussi de tous les paresseux qui profitent de la situation. Et même des Assoces. .. C’est alors que l’on y verrait plus clair. Et que la FRANCE entière se remetftrait au travail !

    (1) il est permis de supposer, connaissance le prix à l’île de Ré de la moindre bicoque entourée dun jardinet, que l’ancien Premier Ministre est assujetti à l’iSF !

    (2) c’est fou ce que l’on s’aime au P.S. par les temps qui courent. Et pas seulement au P.S. si j’en juge par les invectives (relatées dans une "Lettre" par l’intéressé lui-même dont j’ai apprécié le courage) dont a été victime, de la part de députés de l’UMP, le député-marie de MAISONS-LAFFITTES (Jacques MYARD° lors d’une intervention à la la tribune de l’Assemblée nationale, à la rentrée !

    Répondre
  9. Jaures

    2 décembre 2007

    A richard: J’ai cité de nombreuses fois l’exemple de la législature Jospin: croissance de 3% en moyenne, plus que la moyenne européenne, baisse de 25% du chômage, 1,5 millions d’emplois créés et tout cela en créant la CMU, en baissant d’un point la TVA, en supprimant la vignette et en baissant les impôts sur les bas revenus (PPE). A l’époque, personne ne critiquait les 35h, la sécu était en équilibre et le déficit largement en dessous des 3% réglementaires. Les services publics n’étaient pas négligés et les emplois jeunes avaient créés une nouvelle vague de confiance.
    Avec un tel bilan émanant d’un gouvernement de droite libérale, tous ici auraient crié au miracle.
    Sinon, le bilan de la Suède, 8 décennies des socialistes au pouvoir, n’est pas négligeable et montre qu’on peut allier une croissance économique dynamique et une réelle justice sociale. L’arrivée de la droite n’a d’ailleurs pas fondamentalement changé ces acquis. Les socialistes français se réclament de l’expérience scandinave (flexsécurité, investissement dans la recherche et l’enseignement, partage des richesses, services publics). Certes, les bilans positifs des expériences socialistes ne se sont pas toujours suivies de victoires électorales: la politique est plus complexe qu’un simple regard sur un bilan. Mais elles démontrent que la régulation du capitalisme est possible et souhaitable pour le bien-être des populations.

    Pour ce qui concerne les pays comme l’Irlande, la Nouvelle Zélande ou la Suisse, il est difficile de la comparer à la France. Les 3 pays représentent la population de l’Ile de France ! La Suisse a bâti sa prospérité sur la neutralité et le blanchiment d’argent. L’Irlande a bénéficié de larges subventions européennes (dont la France) qu’elle souhaite d’ailleurs, pas folle, préserver même si la Pologne ou la Roumanie en ont autrement besoin. J’ai souvent rappeler que si la France de Jospin avait bénéficié de la même aide par habitant que l’Irlande, sont budget aurait été excédentaire!
    Quant au Canada, outre qu’il bénéficie d’une large manne pétrolière, bien que Jacques le nie, toute sa population ne jouit pas de la croissance, loin s’en faut (voir le site de statistiques Canada: pour voir ce que nous autres appelons "pauvres", c’est à dire ceux qui ne reçoivent que 50% du salaire moyen, il faut regarder la rubrique "faibles revenus".La pudeur des statisticiens.)

    Répondre
  10. Jean-Claude THIALET

    2 décembre 2007

    02/12/07    – "Les 4-Vérités"

    Cher CAHIER, permettez au (parfois) "vieux con" (dixit MANCNEY) que je suis, de vous dire, à propos des "forums" du  "Journal du Rond-Point" (1) que, ces temps derniers, j’ai constaté, à propos des émeutes de VILLIERS-LE-BEL que, non seulement "LE FIGARO", mais "20-MINUTES", comme sans doute beaucoup d’autres confrères avaient retiré de la Toile certains "forums". "20-MINUTES" ayant même précisé qu’il l’avait fait à cause du grand nombre de propos injurieux, racistes, etc. "Le FIGARO" préférant, quant à lui éviter d’ouvrir un "forum" sur certains sujets "à risques". Mais ne nous plaignons pas trop, il faut reconnaître qu’avec l’ouverture de "forums" un certain espace de liberté s’est ouvert, tout comme cela s’était passé naguère en Chine avec les Dazibao. Ne nous en plaignons pas… D’autant que, pour être honnête, je suis régulièrement surpris de voir paraître, pas seulement dans "Le Figaro", certains de mes "posts", mais aussi, et surtout, d’autres bien plus "incisifs". Notamment à l’égard des "princes qui nous gouvernent" …

    Ceci étant dit, je suis tout aussi surpris de la "découverte" de Philippe ZELTNER-HERING. Depuis la "LIBERATION"    – et n’en déplaise à ses thuriféraires, on doit cela à Charles De GAULLE ! – l’Education (prétendue) Nationale est truffée de franc-maçons, de communistes et même de trotskystes qui ont fait   – font encore la loi – pour "déstructurer" et "décerveler" les enfants qui – avant la Guerre – étaient confiés à l’Instruction des "hussards noirs" de la République chers à Jules FERRY, et le sont depuis la LIBERATION (merci qui ?), à leur EDUCATION (2). 

    Le mal s’est aggravé avec "Mai-68" où l’on a vu, après le retour peu glorieux de BADEN-BADEN du même De GAULLE (3), s’installer partout, et notamment dans l’ECOLE, la "chienlit" l’esprit soixante-huitard, celui de la permissité, du laisser-aller, du laisser-faire, du IL EST INTERDIRE D’INTERDIRE, qui a permis à tous ceux (cités précédemment) qui veulent achever la dissolution de la famille, laquelle est la base essentielle de la FRANCE, de continuer l’oeuvre de démolition entreprise lors de la Révolution française.

    La presse a eu dans cette démolition un rôle essentiel. En généralisant la "pornorgraphie" sous des formes plus ou moins insidieuses, et, surtout, en faisant considérer comme "normales" des choses contraires non seulement aux bonnes moeurs, mais aussi à la MORALE. Pas seulement celle enseignée par les Religions, la CATHOLIQUE particulièrement qu’il était  – est toujours – bon de tourner en dérision, mais aussi celle chère à l’Ecole de JULES-FERRY, que des générations de maîtres, majoritairement "laïcs", sinon athées, totalement étrangers, sinon hostiles, au christianisme, enseignaient, avec succès, comme on enseignait le catéchisme.

    On en voit aujourd”hui les résultats : l’individualisme (celui du chacun pour soi, l’ETAT-PROVIDENCE pour tous !), le laisser-aller, le je-m’en-fichisme, les familles décomposées et non "recomposées" !), etc. mais aussi, l’hédonisme, le "consummérisme" forcené, le manque de goût pour le travail (pas seulement le travail bien fait), et encore plus pour le sacrifice, le reniement de la culture, des traditions, de l’oeuvre de la France (pas seulement son oeuvre coloniale !), et bien sûr de ses valeurs, particulièrement les valeurs chrétiennes ! ET CELA, DANS TOUTES LES COUCHES DE LA POPULATION, DU SOMMET AU BAS DE l’ECHELLE. Nos politiciens se chargeant régulièrement de les bafouer (SANS ENRICHISSEMENT PERSONNEL, nous rassurent-ils). Comment veut-on, après cela, avoir la prétention d’INTEGRER les centaines de milliers d’étrangers (étrangers particultièrement à la civilisation chrétienne) que nous laissons inconsidérément (mais délibérément, pour ce qui concerne les gens qui nous dirigent, mais aussi ceux de l’Education nationale  – voir plus haut –  gens auxquels j’ajouterai, sur ce point précis de l’immigration, ceux de certains "lobbies" qui se reconnaîtront !).

    Comment veut-on, après ce beau gâchis, parler de "reformes" au "peuple le plus spirituel de la terre" qui est devenu le plus abruti par des années d’EDUCATION NATIONALE et de REVOLUTION SOIXANTE-HUITARDE ? Aussi, plutôt que de parler de "REFORMES" au pluriel, je pense qu’il vaudrait mieux parler de "REFORME" au singulier : celle des mentalités, des esprits et des moeurs. Et ce qu’une, et même deux, si l’on pense à la REVOLUTION FRANCAISE, DEUX REVOLUTIONS ont fait, SEULE UNE AUTRE REVOLUTION POURRA LE DEFAIRE ! Je n’ose pas prononcer le mot d" REVOLUTION NATIONALE " …

    Bon dimanche de réflexions, cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. régulièrement, je lis, ici ou là, des messages qui se plaignent de voir, progressivement, "nos" églises être mises plus ou moins à la disposition de l’islam. Je réponds en substance à mes interlocuteurs : la faute à qui ? la nature a horreur du vide ! Vous ne mettez plus les pieds dans "vos" églises que pour les mariages (je n’ose plus parler de "baptêmes !) et les enterrements, même plus pour en découvrir les splendeurs et les trésors que d’aucuns se charge de piller allègrement … Je me souviens d’avoir entendu un de mes vieux amis, honnête artisan, athée et laîque comme on l’est dans certaines de nos campagnes (il s’agit, dans l’anecdote que je relate, du Périgord cher à mon coeur !), se plaindre que des Anglais (notre ennemi héréditaire !) aient pris possion de l’église du village. Eglise où, comme la plupart de ses concitoyens   – pas plus lui d’ailleurs que son épouse  –   il n’allait jamais (sauf, comme indiqué prédédemment, pour les mariages et enterrements). Je lui avais répondu vertement : que préférez-vous ? y voir des anglicans, ou des musulmans ? Bien que ", non "raciste", il avait choisi prudemment de répondre par le silence … Combien de fois faudra-t-il rappeler aux gens que le Christianisme est partie intégrante de notre Civilisation (pas seulement dans l’Art, d’ailleurs), mais aussi, DE NOTRE PERSONNALITE ? Et qu’en fauisant profession de "nier"  tout cela, en bafouant ou en laissant bafouer la religion catholique, le christianisme, ils creusaient leur tombe ! Et faisaient le lit de la chari’a !

    (1) c’est comme cela que l’on appelait naguère "LE FIGARO" parce qu’il était installé Rond- Point des Champs-Elysées

    (2) il n’est pas neutre que l’on soit passé de l’appellation "INSTRUCTION PUBLIQUE" à celle d’EDUCATION NATIONALE". Cela impliquait, avec la première, que si les maîtres étaient chargés d’INSTRUIRE (les parents, la famille, étant chargés d’EDUQUER) avec la seconde appellation, l’ECOLE se substitutait aux parents, à la famille, pour les EDUQUER. Avece le bau gâchis que l’on voit aujourd’hui : des parents démissionnaires (pas seulement dans les banlieues) et une Ecole non seulement incapable d’EDUQUER, mais aussi d’INSTRUIRE. On le voit avec les dizaines de milliers d’enfants qui entrent en sixième sans savoir ni lire ni écrire, pas même parler français, et des centaines de milliers qui, un peu plus tard, restent chaque année sur le carreau, faut d’une formation, mais faute aussi d’une éducation qui leur ait donné un minimum de repères pour se (bien) comporter dans la vie …

    (3) il n’est pas surprenant de voir que Nicolas SARKÖZY   – digne continuateur en cela du "démolisseur" que fut De GAULLE  – s’imagine combattre les maux par les invectives ("voyous", "nettoyage au kärcher", etc.). Comme l’avait fait l’homme de COLOMBEY-PAS-ENCORE-LES-DEUX-MOSQUEES, en Mai "68", avec son fameux "la chienlit". Et comme d’autres se chargent d’éloigner le Diable avec des imprécations …

    Répondre
  11. richard

    1 décembre 2007

    Outre le canada, il faudrait aussi parler de la Nouvelle Zélande!!!
    n’en déplaise à Jaurès, le socialisme ça ne marche pas!! j’attends qu’il me démontre le contraire avec un exemple précis!

    Répondre
  12. charles

    30 novembre 2007

    Pour Cahier:

     

    J’ai été moi aussi sensuré cette semaine, par le Figaro. En effet, j’avais eu l’outrecuidance, de faire remarquer qu’aprés l’assassina de la jeune étudiante de 23 ans dans le R.E.R, on se cachait bien d’évoquer le nom ou le prénom de l’agresseur (agresseur sexuel multirécidiviste et porteur de couteau..). 

    Pauvre "Gaulois", nous avons gentiement perdu notre liberté de parole, il y a des choses à ne pas dire dans notre beau pays…et des loies sont là pour nous le rappeler…Votées par qui au fait???

    Répondre
  13. Anonyme

    30 novembre 2007

    Merci, Cahier, de nous rapporter votre aventure Figaresque, car celle-ci est tres symptomatique, et representative de notre pays.
    Merci aux 4 V de nous permettre de lire cela.
    Best,
    Mancney

    Répondre
  14. Anonyme

    29 novembre 2007

    La France est-elle réformable avant qu’elle ne s’auto-détruise? Telle est la quesion, n”est-ce-pas?

    J’aimerais aider à répondre de façon indirecte, en racontant une petite histoire caractéristique qui m’est arrivée aujourd’hui. Je vais sur le site du Figaro, et je vois un article:
    "Le gouvernement songe à une taxe de 5 % sur les billets TGV"
    Bla-bla habituel, avec mensonges habituels du style: "La branche Voyageurs France Europe, qui comprend notamment le TGV, a ainsi réalisé 686 millions d’euros de résultat courant en 2006. Cela compense les pertes du transport public (–39 millions de résultat courant en 2006), et des infrastructures (–84 millions)."

    Je prends ma plume-clavier, et je poste le commentaire suivant:
    "Je suis toujours époustouflé par la mauvaise foi manipulative des journalistes en France. La SNCF est un sujet exemplaire à ce sujet, car les chiffres publiés dans les gazettes ne sont jamais les vrais chiffres, mais ceux que le gouvernement (et la SNCF) veulent qu’on publie.
    La vérité est que la contribution des Français à la SNCF, tous les ans, qu’ils prennent le train ou non, représente 1% du PIB (500 Euro par an et par Français), soit environ 11 Milliards d’Euros par an (suivant les millésimes).
    La SNCF, c’est un Crédit Lyonnais tous les deux ans, et cela depuis 20 ans.
    La SNCF c’est dix fois (oui, 10 X !) plus de personnel qu’au Japon en rapport
    voyageurs transportés/agent de personnel: ça s’appelle l’efficacité à la française.
    J’attends de voir un journaliste d’un grand média français publier ces chiffres, vérifiables si l’on s’en donne la peine. Voir le rapport de la mission parlementaire d’évaluation et de contrôle, si on en a le courage, les chiffres sont là:
    http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i1725.asp"

    Je vérifie, le commentaire est effectivement publié. Bien. Une heure plus tard je reviens pour vérifier (méfiant), et mon commentaire a disparu! Censuré! J’ajoute, censuré sans raison et sans prévenir
    (j’avais fait une capture d’écran, et j’ai pu vérifier).

    Ce n’est pas la première fois que je suis censuré au Figaro. Il y a visiblement une véritable vérification permanente destinée à maintenir "la ligne éditoriale du journal", c’est à dire celle du Groupe Dassault, proche de Sarkozy, c’est à dire celle du pouvoir en place. CQFD.

    Sachant que la presse et les média sont tous dépendant du pouvoir et de la finance qui contrôle ce pays, pensez-vous vraiment que la France soit réformable?

    PS On peut remplacer "SNCF" par "SECU" et obtenir le même résultat. Et doubler la mise.

    Répondre
  15. Jaures

    29 novembre 2007

    A Jacques: Bien entendu, quand on amène la contradiction à vos idées préconçues et mécaniques, on est un simplificateur. Tout est si compliqué. Heureusement que vous ètes là pour expliquer. Par exemple que sous Jospin, la croissance était supérieure à la moyenne européenne, sans licencier, sans brader les services publics, en baissant les impôts des plus modestes (PPE), en baissant la durée du travail, en créant la CMU, etc..
    + de 3% de croissance, 1,5 millions d’emplois créés, 10 milliards de surplus fiscal, …
    Mais je simplifie. Tout est si compliqué.
    Pour le Canada, je maintiens ce que j’ai dit (voir le site de radio Canada) et rappelle que si la croissance existe, les inégalités stagnent: lorqu’un pauvre gagne 1 dollar, un riche en gagne 17.
    Mais, c’est vrai, je simplifie.

    Répondre
  16. Adolphos

    29 novembre 2007

    Pourquoi payer des droits de sucession en France alors qu’il est si facile d’y échapper ?

    Sinon, je recommande la patience. Même Thatcher à dû céder aux syndicat lors de son premier mandat : on connait la suite…

    Répondre
  17. jacques

    29 novembre 2007

    Pour Ozone qui écrit:
    "l’occasion de monnayer ses efforts a de meilleurs conditions,mais avec tous ces "morts de faim" préts a tout,cela risque d’étre illusoire"

    Si vous libéralisez vraiment l’emploi et l’entreprise vous allez manquez de main d’oeuvre.

    Cela paraît surprenant mais c’est ce qui se passe dans ce cas. Voyez tous les pays avec de telles mesures: Irlande, Canada, etc. Partout immigration massive, chomage parmi les plus bas au monde.

    La raison est qu’une abondance de main d’oeuvre créé ipso facto dans un pays LIBRE, et SEULEMENT dans un pays libre (l’exemple de la France, de l’Uruguay et de nombreux autres pays présentement ou auparavant inflexibles sont là pour le montrer a contrario), une abondance de nouvelles entreprises, attirent les capitaux et les entrepreneurs. Très vite il s’établit un nouvel équilibre.

    Oui, les jobs non spécialisés sont mis à rude concurrence, mais n’oublier pas qu’actuellement les jeunes français non encore expérimentés ou spécialisés ont ZERO salaire puisqu’il sont en chomage, et ZERO espoir de se spécialiser ou de prendre de l’expérience donc ils resteront TOUJOURS dans un état sous-développé (à l’inverse des chinois). Ils sont condannées à une sous-existence dans le système français actuel. A moyen terme on voit mal comment guerre civile pourra être évitée sauf à faire sombrer la France dans la faillite sous le poid d’un assistanat abêtissant et déshumanisant.

    N’oubliez pas non plus que l’abondance des travailleurs (et donc par conséquent des capitaux et des entreprises qui suivront) REDUIT les coûts de production, diminue le coût des produits et donc ACCROIT le pouvoir d’achat. Ceci évidemment affecte BEAUCOUP plus un salarié modeste qu’un François Hollande ou un Nicholas Sarkozy pour qui 20% de plus ou de moins pour un réfrigérateur est sans importance. Cela affecte d’autant plus la classe présentement la plus démunie qu’elle passerait d’un pouvoir d’achat actuellement NUL (puisqu’en chomage) à des revenus, modestes mais réels.

    Si le libéralisme était seulement une théorie économique non validée par la réalité, vous auriez très raison d’être sceptique. La différence, c’est qu partout où le libéralisme a été mis en oeuvre (Irlande, Nouvelle-Zélande) ou est déjà en place (Canada,etc) c’est un succès formidable: plein emploi, prospérité, optimisme. A contrario, dans les pays enchainés vous connaissez vous-mêmes quelle est la situation, encore mieux que moi. Je crois que vous conviendrez qu’elle n’est pas trop bonne. Si vous avez des doutes, ouvrez votre téléviseur ce soir.

    Répondre
  18. Gérard Pierre

    28 novembre 2007

       Je dois avoir un clone dénommé Philippe Zeltner-Héring. Aprés avoir terminé la lecture de son article j’ai d’abord cru que je venais de me relire.

    Répondre
  19. ozone

    28 novembre 2007

    "laissant aux employeurs et employés le soin de contruire leur propres contrats de gré à gré adaptés à leurs besoins, avec la flexibilité requise par chaque situation. "

    Trés bien Jacques,mais avec une immigration massive,choisie ou pas,et surtout une directive Bolkenstein(évolutive) deja approuvée pour aplication prochaine les dés sont pipés.

    La loi de l’offre et de la demande joue que dans un sens dans cet etat de choses.

    Auparavent le branleur donnait au bosseur l’occasion de monnayer ses efforts a de meilleurs conditions,mais avec tous ces "morts de faim" préts a tout,cela risque d’étre illusoire,mis a part quelques surdoués dans quelques metiers en vogue.

    D’ou la perniciosité de l’europe bolkenstennisée qui finira par évoluer vers les régles du "pays d’origine",prévu a terme,malgré les accords actuels.

     

    Répondre
  20. Anonyme

    28 novembre 2007

    Il voulait en finir avec mai 68 et il renoue avec la droite mièvreuse tout juste plus médiatique que Chirac, le petit Nicolas n’a pas fait l’ENA mais soit dit en passant celà m’est égal.

    A force de trop promettre voici ce qui va advenir de la France: elle va passer du status de république quasi bananière à un pseudo république démocratique ou pseudo république sociale de France.

    Certe le pouvoir d’achat mérite d’être défendu en revanche les droits de succession….
    Trimmer toute sa vie pour laisser un petit quelque chose à votre descendance n’a pas à être taxé pas plus que les retraites.
    En revanche on devrait me taxer de koko ou collabo… Ni l’un ni l’autre pour info.

    Tant va à l’eau la cruche qu’elle finit par casser et la France est cette cruche, pardonner le jeu de mot, mais le pays du veau d’or risque à terme non pas l’implosion mais sa disparition, une disparition qui pourrait être synonyme de génocide pour les autochtones issus de cette région.

    Et que dire du petit nicolas ? Un bel ouvrage bien illustré, présenté comme le candidat de la dernière chance il s’agissait d’avantage du vrai candidat de la paix civile loin devant mme Royale.
    Mais le petit nicols n’a pas bien appris sa leçon: certe on peut être président sans avoir fait l’ENA, mais encore faut-il un peu de bon sens, promettre la croissance c’est bien, diminuer ses moyens…. ( Alors que l’Etat à une capacité d’endettement phénoménale qu’il ne remboursera peut-être jamais, mais encore faut-il s’endetter pour quelque chose)

    Et que dire du fameux pouvoir d’achat ? Ah le petit nicolas a bien vu son intérêt en s’augmentant, mais n’aurait-il pas du d’abord augmenter le pouvoir d’achat du peuple avant ?

    Non je ne suis pas anti Sarkozy, j’irai même plus loins que lui :
    Suppression de la delivrance de nouveau visas
    Restauration d’un service militaire obligatoire de deux ans ramenné à un an et demi pour ceux qui se sont acquitté de la fameuse journée d’appel à la défense.
    Refonte totale du système judiciaire et refonte totale de la doctrine judiciaire :  la loi doit être appliquée.
    Privatisation des budgets de l’enseignement supérieur.
    Reconduite  à la frontière de tous les sans papiers qui ne bossent pas, qui ont déjà été explusé, qui sont  connus des services de police, par l’armée.
    Application d’un réel programme anti drogue, les dealeurs et autres narco trafiquants seront executés.
    Restauration de la peine de mort pour les meutres, viols, la vente de drogue.
    Passage à une sixième république qui interdit les dérives grévistes en intégrant un service minimum total et interdit le droit de grève au profit de la négociationentre l’Etat  (represant les salariés) et les entreprises.
    Rétablissements des frontières y compris douanières avec les effectifs qui vont avec.
    Rénovation totale de l’armée.
    Financement actif de la recherche
    Création d’un service d’intelligence économique au profit des entreprises françaises ( pas celles dont les capitaux sont majoritairement étrangers)
    Mise en place d’un protectionnisme éconolmique face aux BRIC qui ne respectent aucune règle du jeu.
    Réforme du code du travail, inscription des stagiaire comme personnel dépendant des mêmes devoirs et obligations qu’un salarié c’est à dire payé.
    Indexation temporaire du pouvoir d’achat sur l’inflation.
    Création massive de pièce d’un et deux euros (toujours frappées par le trésors à ce que je sache ).
    Création d’un ministère offensif aux affaires européennes. Idem pour les affaires étrangères et  à l’économie.
    Rénovation du corps professoral.
    Suppression du statut de fonctionnaire remplacé par un staut plus exigeant dont le nom est encore à définir.
    Instauration de nouveau président de chaîne d’info (essentiel pour lutter contre le mattraquage de masse)
    Abrogation de la loi DADVSI pour une raison simple elle va à l’encontre de droits similaires antérieurs, seuls la distribution de fichiers musicaux payant sera interdite ( en dehors des entreprises).
    Suppression de l’impôt sur le revenu.
    Création d’un sytème d’amende spéciale contre les fou du volant, les toxicos, contre les dealeurs, contres les sympathisants terroristes ( confiscation pure et simple des actifs quelque soit leur nature et internement en camp de détention surveillée).
    Lancement de grand chantier notamment dans les secteurs de la recherche, de la recherche appliquée, de la recherche fondamentale, de l’enseignement, des arts.
    Supression de la discrimination positive ( la discrimination positive : expression désignat une discrimination censer aider les wesh wesh zyva à trouver un emploi et autres majorités invisibles)
    Suppression du poste de premier ministre pour un poste de vice président.
    Fin de la préférence communautaire avec les pays où des barrières existent ou avec les pays qui plombent nôtre balance commerciale. —-> Egalement valable pour tous les pays !

    Là vous vous dites c’est quoi ce taré ? Ouais seulement il faudrait seulement un taré, un seul type assez taré, suffisament taré pour ne pas suivre comme un mouton ses 3 décenies de prédécesseurs au bas mot pour redresser la France.
    Quant à ceux qui preferrent sarko ou l’exile, il peuvent toujours se consoler en se disant qu’il trouveront pas cher des boule de neige souvenir de paris qui n’aura malheureusement plus rien à voir avec ce qu’il ont connu.

    Répondre
  21. pique-à-sots

    28 novembre 2007

    Cetta analyse est fort juste , la France est,comme les democraties populaires de l’Est ,passée de l’occupation allemande au regime communiste ….non,bien sûr de manière identique mais sous la botte idéologique perverse et efficace d’une cinquième colonne rouge qui a habilement compris que sa fortune politique etait liée à celle d’un (particulier) Géneral ….et bien entendu les deux se sont nourris l’un de l’autre ! aujourd’hui ,les usufruitiers ont tout intérêt à non seulement conserver leurs titres en Bourse mais encore à les faire fructifier d’ou la pléthore dans toutes les allées du pouvoir (toutes catégories) de fils ou petits fils de “resistants de la première heure ” ou de F T P voire de porteurs de valises etc.. (N.B) La RUPTURE viendra mais à la vitesse généralement admise dans notre pays …la veille n’est pas pour demain …… à moins que des évenements imprévisibles ferment la Bourse aux fausses valeurs et permettent enfin LA LIBERATION …la vraie ! n.b : la filiation n’est pas forcément due à la consanguinité mais reléve aussi de parentèle electorale et de parrainage philosopho-religioso-bancaire

    Répondre
  22. Anonyme

    28 novembre 2007

    Jaures : " J’attends d’Hugo Chavez des conseils sans doute aussi avisés que ceux de notre assidu  Jacques."

    Oui, en tout cas, so far, le pere Chavez tiens des propos proches des votres, Jaures, et vous avez au moins un ennemi commun, n’est ce pas?
    Alors, on ne reconnait plus ses petits camarades?

    Quand au sujet de l’article, le "changement", pour lequel les Francais votent sans cesse depuis 68, n’a rien a voir avec l’économie et les richesses pétrolieres, il doit se faire dans la tete, et particulierement dans la tete de et des Jaures.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  23. Observateur

    28 novembre 2007

     

    A Jacques,

    Vous avez raison à 100 %.

    Mais le seul problème en France, ce n’est pas que les habitants, qui ne sont pas plus cons que les autres,  ne veulent pas réformer (comme le prouve tous les sondages), mais que le pouvoir politique en France, de « droite », comme de « gauche », est occupé par des idéologues et des arrivistes , largement inspiré par l’égalitarisme, le nivellement qu’ils se gardent bien de s’appliquer à eux-mêmes naturellement (car eux, ils vivent royalement comme toute nomenklatura qui se respecte) et les idées altermondialistes, tout en faisant semblant de vouloir réformer. Chirac était passé maitre dans l’art de dire quelque chose pour faire plaisir à son auditoire de droite, et de faire exactement le contraire. D’ailleurs, Margaret Thatcher l’avait aussi remarqué, puisqu’elle disait : "Avec Chirac, on ne peux jamais tenir compte de ce qu’il dit car il fait toujours le contraire" (quelque chose comme ça). Sarkozy a été bien formé à l’école de son maitre et en est donc le digne héritier. 

    Vous avez raison de souligner d’ailleurs comment il serait extrêmement facile de réformer (et vos mesures sont excellentes), pour peu qu’on le veuille réellement. Seulement voilà : Sarkozy ne pas veut pas réformer, se contentant de faire semblant de vouloir le faire et donc, pour ce faire, on utilise les mêmes techniques du passé qui ont fait leurs preuves. Toute la nuance est là !

    Répondre
  24. jacques

    28 novembre 2007

    Pour ce pauvre Jaurès, M. Grand Deformatur.

    "Nous appliquerons en France les remèdes qu’ils préconise et qui fonctionnent si bien au Canada. A condition qu’il transfère également les réserves de pétrole de l’Alberta, les deuxièmes du monde, et de gaz. On sait que l’économie du Canada doit beaucoup aux cours du pétrole, bien plus qu’à ses réformes de la fonction publique"

    Le petit problème avec votre théorie… c’est que….

    Lorsque les réformes ont été appliqués dans les années 90 par Paul Martin (ministre des finances), le pétrole était A SON PLUS BAS NIVEAU en terme réel des 50 dernières années (voir ici le graphique http://www.wtrg.com/prices.htm) …. !
    Et la réduction de la dette qui est passée de 70% du PNB à < 50% a eu lieu pendant cette période, c’est-à-dire AVANT l’envolée spectaculaire des prix du pétrole des quatres dernières années et au moment où en fait l’Alberta était en marasme économique justement à cause de ces bas prix du pétrole.
    Et le déficit gouvernemental qui avait été de toujours plus de 30 milliards de dollars TOUS LES ANS entre 1983 et 1996 a été éliminé COMPLETEMENT vers 1997 (voir le graphique historique ici: http://www.fin.gc.ca/ec2005/ec/ecc3e.html), c’est-à-dire
     PENDANT LA PERIODE OU LE PETROLE ETAIT TRES BAS et AVANT l’envolee récente des prix du petrole.

    Et toujour si on accepte vos idées hyper-simplistes digne de votre niveau de connaissance économique, si on continue votre raisonnement, des pays sans resources pétrolières (ou naturelles tout court) comme: la Suisse, Singapore, le Japon, etc.. seraientt les pays les plus démunis de la planète, tandis que le Nigeria serait le pays où il fait le mieux vivre! Allez donc y faire un tour pour voir, cher ami…

    Vous faites partie du problème de la France, Jaurès. Au lieu de réfléchir, de vous informer, de faire vos recherches, de vérifier les faits, vous repetez betement les propos stupides des médias, ou encore les propos de propagande de partis politiques (j’inclus ici TOUS les partis) avec le résultat que sans pensée indépendante et réfléchies votre pays croûle et que vous AUSSI vous croûlez (=à moins que vous ne soyez un des ces propagandistes grassement payés par des caisses plus ou moins secretes ou officiels) avec votre pays.

    REFLECHISSEZ BIEN A CECI:
    L’Uruguay était PLUS prospère que la France en 1934… 50 ans de socialisme débridé (socialisme qui faisait alors sont orgueil puisque les dirigieant se targuait d’avoir le  "pays le plus socialement avancé de l’hémisphère sud", avec des mesures qui ferait mourir d’envie la CGT tel que: avec impossibilité de renvoyer un employé du gouvernement même pour faute grave (incluant voies de fait contre des confrères!) … sans une LOI SPECIALE SPECIFIQUE POUR CET EMPLOYE qui doit faire l’objet d’un vote majoritaire soit à la chambre des députés ou au sénat ! <— c’est dans la constitution (disponible sur l’internet) !!!!!!)  (ce qui me fait penser que les syndicats publics français ont encore beaucoup de pain sur la planche en France, s’ils veulent au moins égaler les "avancées sociales" de d’autres pays….)

    donc, 50 ans de socialisme débridés, ont mené le pays tranquilement et inexorablement à la ruine. Cela a pris 4 décennies.

    C’est je crains ce qui pourrait se passer en France.

    Répondre
  25. Jaures

    28 novembre 2007

    Ainsi , selon ZHP, l’avenir de la France c’est "Travail, Famille Patrie". Voilà en effet une conception moderniste de notre pays. Je la lui laisse.

    Quant aux conseils avisés de Jacques, j’y souscris volontiers. Nous appliquerons en France les remèdes qu’ils préconise et qui fonctionnent si bien au Canada. A condition qu’il transfère également les réserves de pétrole de l’Alberta, les deuxièmes du monde, et de gaz. On sait que l’économie du Canada doit beaucoup aux cours du pétrole, bien plus qu’à ses réformes de la fonction publique (le Canada a dû réembaucher les 45 000 fonctionnaires qu’il avait licencié dans les années 90). Avec une telle rente pétrolière (la province d’Alberta a le double de croissance des autres provinces canadiennes) il est facile de donner des leçons. Même le Koweit ou le Vénézuela peuvent s’ériger en champions de l’Economie. J’attends d’Hugo Chavez des conseils sans doute aussi avisés que ceux de notre assidu  Jacques.

    Répondre
  26. sas

    28 novembre 2007

    Ce qui tue la france plus surement que le mensonge et la mésintelligence……..est assurément la maçonnerie et le corporatisme sous toutes ses formes…..puisque la subversion et le socialisme sont leurs inventions…..

    c’est là le noeud gorgiens du problème….. tant qu’il y aura des gens qui ont plus de droits que d’autre en france(le seul racisme qui existe en fait ) appélé……spécificités……france du haut et france du bas…..particularisme…..dyscrimination positive…..communautarisme….initiation etc,etc,etc

    donc tant qu’il y aura les uns et les autres……il n’y aura pas de destin commun et c’est d’ailleurs l’assurance du chao qui poind…

    sas

    Répondre
  27. beligue

    28 novembre 2007

    Je plébiscite cet article. Sarko arrivera-t-il à faire aller la droite dans la rue?? Au fait combien de Karcher a-t-il ramené de Chine? Pas beaucoup apparemment !!

    Répondre
  28. jacques

    28 novembre 2007

    Il faut BEAUCOUP de courage si on veut réformer en France. Visiblement Sarkozy n’a pas la personalité requise car il ne cherche qu’à être "adulé" par tous. Il faudra donc attendre qu’il passe pour les vrais réformes. Mais combien d’années encore. (En fait Fillion a possiblement la personalité requise mais il sera bloqué par Sarkozy)

    Un vrai réformateur aurait:

    – dans la semaine suivant son élection: 1) aboli les 35 heures, 2) aboli l’ISF 3) AUGMENTER les droits de succession; 4) geler le salaire des députés et SURTOUT du président jusqu’à ce que des résultats positifs n’aient été obtenus pour la France (il est EXTRAORDINAIREMENT indécent de réclamer aux autres des "sacrifices" alors qu’on commence par se vautrer avec une augmentation digne de dictateurs africains comme Sarkozy l’a fait)

    – dans le premier mois:  remplacer les contrats de travail gouvernementaux par un contrat "de minimis" dictant des conditions de travails de défaut hyper-minimales (comme au Canada) et laissant aux employeurs et employés le soin de contruire leur propres contrats de gré à gré adaptés à leurs besoins, avec la flexibilité requise par chaque situation.

    – dans les deux premières années:  dégraisser l’état de façon spectaculaire en donnant la tâche  à un comité spécial d’étudier chaque programme, chaque fonction et d’évaluer sa pertinence, son utilité, vs son coût et immédiatement abolir et supprimer le bois mort laissant piailler et crier tout le monde affecté (ce que Sarkozy est INCAPABLE de faire) sachant que le bien-être de la France à long terme passe avant la popularité à court terme. Cele a été fait au Canada… exactement comme cela… avec un résultat SPECTACULAIRE.

    La question: combien faudra-t-il encore d’années pour que le Français moyen enlève les oeillières aveuglanges, et sort du sommeil que le  langage sopirifique que l’establishment (gauche et droite confondu) entretient?

    La réponse: des décennies. Ce n’est pas pour demain. En attendant, comme chacun n’a qu’une vie à vivre et que la vie est courte, il faut penser à d’autres solutions. En particulier, le Canada vous ouvre tout grand la porte et aura le plaisir de vous accueillir et de vous aider à prospérer.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)