Jean Sévillia, heureusement « Historiquement incorrect »

Posté le novembre 28, 2011, 12:00
6 mins

Note de lecture :

Un nouveau livre de Jean Sévillia, Historiquement Incorrect, remet l’histoire à l’endroit.

2004 : le journaliste Jacques Duquesne (collaborateur à La Croix) fait paraître chez Plon un livre intitulé Marie, dans lequel il s’attaque à la mère du Christ, en affirmant qu’elle n’avait pas pu rester vierge, que Jésus avait des frères et sœurs et que tous les dogmes mariaux sont dépourvus de fondement scripturaire. En 1994, Duquesne avait déjà remis en cause les miracles de Jésus, la Résurrection et la Rédemption dans un livre intitulé Jésus.

2008 : Sylvain Gouguenheim, enseignant l’histoire médiévale à l’Ecole normale supérieure de Lyon, est cloué au pilori par Le Monde des livres et la bien-pensance, pour avoir montré qu’au Moyen-Age, la transmission du savoir antique n’était pas seulement passée par les Arabes et que l’Occident n’avait jamais été coupé de ses sources helléniques.

Janvier 2006 : France 3 diffuse un téléfilm intitulé Galilée ou l’amour de Dieu. Jean-Claude Carrière, scénariste, et Claude Allègre, auteur d’une partie des dialogues , y développent une fois de plus l’idée que l’Eglise catholique est opposée à la science.

Février 2005 : l’article 4 de la loi portant « reconnaissance de la nation envers les rapatriés » préconise que les programmes scolaires « reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». Ces termes suffisent à déclencher une polémique. Au prix d’un artifice constitutionnel, Jacques Chirac fera passer l’article 4 à la trappe.

Pourquoi cette haine de soi ? 

Ces polémiques, Jean Sévillia les rappelle toutes dans son dernier ouvrage, Historiquement Incorrect, pour mieux rebondir et remettre l’histoire à l’endroit, en historiographe, en s’appuyant sur les véritables connaissances historiques, qui contredisent les affabulations de Duquesne sur Jésus et Marie, démontent les préjugés idéologiques des adversaires de Gouguenheim, ceux de Carrière et Allègre sur la science et l’Eglise, ceux qui dénaturent le rôle de la France outre-mer…

Sont abordés, de même, l’histoire de la Grande Guerre, celle de la Seconde guerre mondiale, la politique du Vatican et de Pie XII face à Hitler, les rapports entre Juifs et chrétiens à travers l’histoire, l’identité nationale et les identités françaises, la longue confrontation entre la France et l’islam…

En traitant ces différents thèmes, Jean Sévillia entend lutter contre les manipulations qui défigurent l’histoire, en s’interrogeant : « Pourquoi tant de haine ? Pourquoi cette haine de soi ? », une haine qui conduit à « jeter aux orties » notre propre histoire dans les écoles, au nom de « l’ouverture aux autres cultures ».

« En histoire, écrit-il en avant-propos, le politiquement correct se traduit par trois symptômes principaux » : l’anachronisme, le manichéisme et l’esprit réducteur, que la véritable histoire répudie. « La crise de l’histoire, en France, est une crise du lien social, une crise de la citoyenneté. (…) De nos jours, sous prétexte que le pays a subi de considérables changements, d’aucuns voudraient transformer le passé afin de l’adapter au nouveau visage de la France. Rien ne fera, cependant, que le passé soit autre chose que ce qu’il a été. »

Jean Sévillia, Historiquement Incorrect, Fayard, 2011, 20 €

En vente SUR AMAZON

4 réponses à l'article : Jean Sévillia, heureusement « Historiquement incorrect »

  1. Inspecteur Juve

    30/11/2011

    De toute façon, le problème n’est pas de savoir si Jésus était vierge  (pour faire un raccourci) mais de s’étonner que la contestation des dogmes catholiques soit complaisamment accueillie dans les pages de la presse catholique. Pour le reste, chacun est libre de ses opinion.

    Répondre
  2. HOMERE

    29/11/2011

    On nous a volé notre histoire,

    On nous a volé notre identité,

    On nous a volé notre économie,

    On nous a volé notre passé,

    On nous a volé notre religion,

    On nous a volé notre race,

    On nous a volé notre France……. que l’on ne reverra jamais plus !!

    Et tout celà sans rien nous demander……

    Notre peuple est détruit par la volonté de despotes tyrans dont l’histoire ne retiendra que leur crime.Ceux du regroupement familial, ceux de la bi nationalité, ceux du droit du sol, ceux des oficines anti françaises, ceux de la culture du néant, ceux des dhimmis, ceux des pseudos humanistes, ceux des politiques d’immigrations massives, ceux de la repentance et de la flagellation…..ils se reconnaîtrons le jour du jugement des lâches et corrompus…..

    Le châtiment ?

     

    Répondre
  3. QUINCTIUS CICINNATUS

    28/11/2011

    si vous en être encore à débattre de la virginité de Marie …
                                                      citation :
                "Jacques frère de Jésus appelé le Christ *…."
                                     in "Testimonium Flavium"
                           Flavius Josephe (37 – 100 ap J-C)
    * "khistos" traduction grecque de l’hébreux "màshiàh" c’est à dire : personne consacrée par l’Onction Sainte (comme le Grand Prêtre ou le Roi) ce qui les revêtait d’une autorité divine

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)