La rafle : un film qui falsifie l’Histoire

Posté le mai 13, 2010, 12:00
7 mins

La représentation caricaturale de René Bousquet, Pierre Laval, et Philippe Pétain par des personnages fantoches et sinistres, dans le film de Roselyne Bosch La Rafle, est tellement outrancière qu’elle disqualifie le film en tant que témoignage historique. Les personnalités des enfants et des adultes mis en scène sont, par contre, remarquables et attachantes.

Dire que cette rafle a été organisée sous la responsabilité du gouvernement français, est une falsification de l’histoire
, que Guy Millière n’a pas relevée dans son article des 4 Vérités du 19 mars. En effet , c’est dès 1941 qu’elle fut préparée par Himmler lui même, avec Dannecker. Bousquet ne rejoignit le poste de Secrétaire général de la police qu’un an plus tard, en 1942. Il ne pouvait donc pas, comme le veut la légende répandue par Serge Klarsfeld, en avoir été l’initiateur, ni l’organisateur.

Au contraire, Bousquet, grâce à son talent, son courage, sa forte personnalité, obtient des chefs SS, Himmler et Oberg, au cours de réunions parfois violentes, les garanties que les Juifs français ne seront plus arrêtés, ni déportés, la police française ne sera plus subordonnée à la police allemande, elle n’aura plus à désigner les otages en cas de représailles. Il refuse, avec le plein appui de Pierre Laval, la dénaturalisation des Juifs français, le port de l’étoile jaune ,la communication des listes de Juifs. Il fait libérer clandestinement 32 000 Juifs allemands des camps d’internement. Sans ces multiples actions , on peut estimer qu’il y aurait eu au moins 150 000 déportés de plus, à l’instar de la Hongrie où 400 000 Juifs disparurent en quelques semaines.

En France, 86% des Juifs français et 70% des apatrides survécurent au génocide, tandis que 7% seulement de leurs coreligionnaires purent en réchapper dans les autres pays Européens. Ce fut la présence d’hommes de la trempe de Bousquet ,de Laval et des préfets (dont 40 environ furent déportés) qui fit la différence par rapport aux pays dont les gouvernements s’étaient réfugiés à l’étranger et qui furent remplacés par un gauleiter. Le gouvernement français s’était, lui, refusé à déserter, dans une époque dangereuse.

René Bousquet et le général Oberg au départ d’un train de déportés vers l ‘Est

Le 24 janvier 1943, Bousquet et Oberg remontent le long du train dont les portières sont encore ouvertes. En passant ,Bousquet désigne à Oberg une femme avec un bébé, un enfant, une femme enceinte, etc., en plaidant leur cause. Chaque fois, d’un signe, Oberg les fait descendre. A la fin, 110 personnes sont réunies sur le quai où des camions français arrivent pour les prendre. En 1946, Oberg raconte cette scène : jamais, dit- il je n’avais vu Bousquet aussi nerveux, aussi tendu. A diverses reprises, je m’aperçus qu’il avait les larmes aux yeux.

Lettre de Lucienne Scheid, avocate, à René Bousquet, le 27 Juin 1949, après qu’il fut innocenté par la Haute Cour : « Je tiens à vous dire toute mon admiration… au regard du talent, au regard du courage, au regard de la générosité. Je regrette seulement, et du fond du cœur, tout ce que vous avez eu à souffrir avant d’être jugé, et dont nous devons tous avoir honte. »

Pour avoir fait échec au plan d’éradication raciale d’Hitler, fin 1944, Bousquet est déporté. Il échappe par miracle à son exécution, programmée par Himmler. Libéré, il est emprisonné pour quatre ans par le nouveau gouvernement de la France, sous les pressions des lobbies politiques et religieux, alors qu’il aurait du être accueilli en archange sauveur. Il est acquitté par la Haute-Cour, au grand dépit de ses persécuteurs. En 1993, il est assassiné. Le procès de l’assassin et sa libération anticipée m’ont toujours laissé un doute.

En criminalisant des hommes totalement innocents, les fanatiques de l’instrumentalisation de la Shoah visent, en fait, à porter une marque d’infamie au visage de la France
. Ne commettent-ils pas ainsi, à leur tour, des crimes contre l’humanité ? N’amènent ils pas un grand nombre de leurs coreligionnaires à penser comme Lucienne Scheid : « …et dont nous devons tous avoir honte » ?

Jean Boyer

12 réponses à l'article : La rafle : un film qui falsifie l’Histoire

  1. Anonyme

    18/05/2010

    Misanthrope modéré@…

    Mais justice a été faite puisque Pétain a été condamné à mort et emprisonné.

    Condamné à mort et mourir de vieillesse dans son lit, c’est la même chose ?

    Un sens de la justice quelque peu émoussé par l’érosion du temps et c’est bien là que le bât blesse, car en effet les souvenirs s’effacent en même temps que disparaissent les victimes et leurs bourreaux.

    Il manque une autre suite logique dans vos affirmations:

    Ainsi selon votre raisonnement, toute personne commettant un méfait par la contrainte, peut se prévaloir du pardon acquis automatiquement par le simple fait d’avoir été forcé par la dite contrainte….

    Donc dans un futur prévisible, les musulmans intégristes qui prendront pour territoire la terre de nos ancêtres, nos femmes et nos enfants pour esclaves….seront pardonnés parce que poussés par la force contraignante qu’est le Coran ?

    Il me semble que votre analyse fait abstraction du libre arbitre, ce qui entre autre chose, nous définit comme des êtres doués de la pensée, capables de choisir leur destin, de prévoir leur avenir et non de le subir, comme le font les animaux domestiqués.

    Le jugement de nos actes est toujours rendu par les générations futures, fort heureusement, car sinon la terre serait toujours plate, comme le prétendait l’ Eglise.

    IOSA 

     

    Répondre
  2. Anonyme

    18/05/2010

    A propos des judenrat, Misanthrope modéré,

    ils ne représentaient pas le peuple juif mais les prisonniers juifs des ghettos et étaient situés à l’intérieur de ceux ci.

    Ils n’existaient pas avant la guerre et ont été créés sur ordre des nazis afin d’assurer un minimum de cohésion dans les ghettos, et faire croire à leurs occupants qu’ils n’avaient rien à craindre.

    Le peuple des ghettos n’a pas donné "son aval à son extermination". En 1943, le ghetto de Varsovie se souléve contre les allemands, mais, faute d’armes, d’hommes et de provisions, il est vite et durement reprimé. Il en fut de même à Bialystok et Wilno.

    Dès le début de la guerre, des juifs formérent des unités combattantes qui opéraient dans les maquis ou à la regulière dans les armées alliées. 

    Et ce qu’on reproche à la France, ce n’est pas tant d’avoir envoyé des gens dans les camps (ce dont elle est coupable, mais c’est bon, on a compris, inutile de le rappeler sans arret) que d’avoir rappelé à une catégorie de population totalement integrée et consciente de sa francité, sa non appartenance à la communauté nationale, d’ou le sentiment d’impuissance qui a caracterisé l’attitude des juifs durant la guerre. Ceux ci se sentant absolument français, ils avaient confiance dans les autorités et ne jugeait pas utile de s’en méfier (ce qui était normal pour un français de l’époque, on faisait confiance à l’Etat). C’est pour cela qu’ils n’ont pas pris les armes dans l’immédiat (idem dans les autres pays d’Europe).

    En y repensant, le communautarisme juif n’existait pas ou que très peu avant la guerre. Ce n’est qu’aprés qu’il est apparu, aprés qu’on ait définitivement rappelé aux juifs qu’ils n’étaient pas des français à part entière. Le sentiment que l’histoire pouvait se répeter a donc provoqué chez les juifs une conscience solidaire qui les a peut être un peu "désassimilé"….pour certains, évidemment.

    Répondre
  3. valandre

    18/05/2010

    Bonjour à tous et à toutes,

    Pour information, Guy Bousquet, le fils de l’ancien chef de la police de l’Etat français, a mis en ligne une mise au point sur le film ; elle est consultable ici :

    http://www.rene-bousquet.com/pdf/dr4.pdf

    Pour ma part, je ne suis pas allé voir LA RAFLE, il m’a suffi de voir la bande-annonce à la télévision pour que je m’abstienne.

    Bien cordialement,

    Frédéric Valandré.

    Répondre
  4. Misanthrope modéré

    17/05/2010

    >>> Celà aurait eu le mérite pour nous tous actuellement, d’être dans un pays à qui on ne pourrait pas rabacher la complicité de la Shoah, parce que justice aurait été faite. ++++++++++++ Mais justice a été faite puisque Pétain a été condamné à mort et emprisonné. De toutes façons, quand bien même aurait-il été exécuté, ça n’aurait pas empêché certains de reprocher à notre pays de ne pas avoir assez reconnu ses torts dans la Shoah. On aurait dit, simplement, que nous transférions tout le poids de notre responsabilité collective sur un (trop) petit nombre de chefs pour mieux nous auto-amnistier en globalité, comme certains Allemands imputent toute la responsabilité du nazisme à Hitler. Ce serait là, bien entendu, une analogie parfaitement injuste puisque le nazisme procède de facteurs proprement internes à l’Allemagne, ce qui n’est pas le cas du pétainisme vis-à-vis de la France : quand bien même le peuple allemand n’aurait-il pas majoritairement approuvé le nazisme, il n’a su empêcher qu’il l’emporte sur les forces politiques concurrentes, et ce dans une compétition exclusivement allemande (1). En revanche, le pétainisme – même s’il s’appuie sur des forces proprement françaises – n’a pas dû son ascension à quelque dynamique propre à la France, mais seulement à la violation de la souveraineté de celle-ci par une puissance tierce, l’Allemagne, donc à un évènement imprévisible, irrésistible, et intégralement externe à notre pays ; de sorte que ce dernier ne saurait en être tenu pour responsable. Ou bien, si l’on tient pour responsables de leurs actes les individus, peuples ou personnes morales qui agissent sous la contrainte, on devrait aussi bien acter que le peuple juif a donné son aval à sa propre extermination dès lors que des institutions représentatives de celui-ci, les Judenrat, ont accompagné la politique nazie. En fait, dès lors qu’on s’en tient à la bonne explication de l’Histoire, celle de René cassin (celle qui avait cours avant la déclaration chiraquienne du Vel d’Hiv reconnaissant la responsabilité de la France dans Vichy) alors il n’y a pas lieu d’accepter de quiconque qu’il nous « rabache la complicité de la Shoah » pour quelque motif que ce soit. Puisque les torts imputables au pétainisme étaient ceux d’une faction envers la France et non ceux de la France envers « l’humanité » ou « les Juifs », il appartenait aux seuls représentants du peuple français (restauré dans sa souveraineté) de rendre la Justice. Leur décision sur le cas Pétain était par hypothèse la bonne. Il n’appartient en revanche pas aux tiers (ni aux Français faisant valoir un intérêt distinct de ceux de la France) de s’estimer insatisfaits du jugement d’un Français par la France. _________________ (1) A cette aune, le Peuple français est certes responsable du bonapartisme et du colonialisme, mais ce reproche n’a pas la même portée que l’accusation de nazisme ou de complicité avec le nazisme puisque autocratie (bonapartiste) et colonialisme caractérisaient des comportements assez conformes aux « normes » universelles de l’époque où ils prévalaient en France.

    Répondre
  5. IOSA

    16/05/2010

    [email protected]….

    Pétain s’étant autoproclamé Chef de l’Etat Français dès 1940 (avec l’accord de l’Allemagne) depuis son fief situé en zone libre, on peut s’interrogé sur le pourquoi des légionnaires volontaires français (LVF) et la création en 1943 d’ une Waffen SS Française, si ce n’est la collaboration active avec l’ennemi ?

    Bouc émissaire, je veux bien….mais dans cas, il aurait du démissionner de son poste et rejoindre De Gaule, tant qu’il exercait en zone libre et un autre aurait porté le chapeau, ce ne fut pas le cas.

    IOSA 

    Répondre
  6. sas

    15/05/2010

    Iosa…..

    SUR CE SUJET…….tu t’égare grave…..

    Comme déjà rabâché inutilement…..LORS DE LA CREATION DU GOUVERNEMENT DE VICHY…..les allmands vainqueurs etaient déjà en FRANCE descendait sur la mediterranée…….les socialos communistes etaient defaient et en fuite……

    ……Pétain s y est collé non volontaire….. a donc jugulé l hemmoragie au plus pressé…..et effectivement A SAUVE CE QUI POUVAIT ENCORE L ËTRE :NOTTAMMENT EN PERMETTANT A LA FLOTTE FRANCAISE  DE FOUTTRE LE CAMPS avec ce qui ressemblait au reste de l armee francaise lessivée….et de protéger ses navires de gueeres encore disponible en afrique du nord…

    ….Personne d inteligent , d instruit et de censé ne peut accabler le vieillard…..et encore moins ramener sa gueule aujourd hui…….les conquérants armées et flingueurs n étant plus là….

    C ‘est pas Dugueclin ni charles Martel , ni un de nos plus illustres……mais ces mesquineries et cet acharnement post mortem inique et infondé me gonfle…..Pétain fait part de l histoire de france et si les tribunaux l ont condamné ,c’est simplement un boucq émissaire expiatoire du manque de courage, d honneur et de réussite du peuple français dans son entier.

    SAS

    Répondre
  7. IOSA

    15/05/2010

    Heu? je crois que cet article n’est pas très au fait de l’histoire 39/45….

    A croire que l’auteur est le descendant direct  soit de Bousquet ou pire de Pétain le chef des traîtres à la France.

    Pétain le brave, qui durant la guerre de 14/18 fit exécuter des soldats qui soit disant refusaient de se battre……Il aurait du avoir le même sort que l’on reserve d’habitude aux lâches, poteau, cagoule, 12 balles+1 dans la tête.

    Celà aurait eu le mérite pour nous tous actuellement, d’être dans un pays à qui on ne pourrait pas rabacher la complicité de la Shoah, parce que justice aurait été faite.

    IOSA

    Répondre
  8. Anonyme

    14/05/2010

    Houlààààà

    Bousquet innocent? Pourquoi pas Heydrich innocent aussi car s’il avait voulu, il aurait pu raser la Tchéquoslovaquie?

    Ou Staline innocent? Car il aurait pu faire beaucoup plus de victimes encore que ce qu’il n’a fait!

    Vous tues 50 personnes, vous en sauvez une devant les caméras et les journalistes, et on fait de vous un héros de la résistance….

    "Bousquet, grâce à son talent, son courage, sa forte personnalité"  lui firent surtout suggérer aux allemands de ne pas déporter uniquement les juifs de la Zone Occupée, mais aussi ceux de la Zone Libre! Oui! rendons justice à ce brave homme, Juste parmi les Nations!

    rappelons au passage que Bousquet était socialiste, membre du gouvernement du Front Populaire et par conséquent responsable de la défaite de la France

    Répondre
  9. sas

    14/05/2010

    Royale…..l erradication nationale etant défaillante par l auriculaire volonté syndicales et maçonique…..

    ….nos jeunes gaulois vont donc apprendre l histoire de france au cinéma….

    ….a quand aussi des lois afin d’apprendre le créationisme à l ecole de la ripoublik pour nous expliquier l origine de l homme….

    …..a quand les UV de crétinisme nationale…..délivrés par nos élites exogènes importées…..une chance pour cette france.

    N’aie crainte Maréchal….finiront bien par comprendre …….un jour

    sas

    nb) le propre du con c’est d être con…..le propre de l irrécupérable pauvre con c’est de s entêter…

    Répondre
  10. caligula

    14/05/2010

    Ce qui est sûr c’est que si le Maréchal Pétain n’avait pas été là, la France aurait été sous la houlette d’un gauleiter du style de Hans FRANK (celui qui était à la tête du "General Gouvernement" de Pologne) et que le résultat eût été l’extermination de 99% des Juifs de France. C’est la moindre des justices que l’on doit rendre à Pétain et à Bousquet. Merci à l’auteur pour avoir eu le courage d’écrire cet article qui va à l’encontre de tous les mensonges systématiquement entretenus par la police de la pensée.

    Répondre
  11. sas

    13/05/2010

     

    LE TOUS SUR FONDS PUBLICS ET AVANCE SUR RECETTE……

    et vive l intermittance du spectacle……APR7S CA ON RETOURNE AUX ASSEDICS TOUCHER DES 4 A 5 000 EUROS DE CHÖMAGE……

    …..quelle aubaine cette france pour ces gens là….

     

    sas

    Répondre
  12. Anonyme

    13/05/2010

    Félicitations pour cet article remarquable ! « En criminalisant des hommes totalement innocents, les fanatiques de l’instrumentalisation de la Shoah visent, en fait, à porter une marque d’infamie au visage de la France. » Guy Millière qui se fait ici le vecteur d’une propagande Israëlienne sans limites devrait s’interroger sur le patriotisme. Trainer dans la boue la France et exalter sans nuances une puissance étrangère est une position qui est détestable. Il ne mérite pas de félicitations.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)