La splendeur fracassée du Moyen-âge espagnol

Posté le 06 février , 2012, 12:30
13 mins

Je suis outré par les mensonges permanents que nous distille l’Histoire Officielle. Les historiens ne font pas leur boulot. Ils connaissent très bien l’Histoire, la Vraie, et toutes les « tricheries » à son sujet… mais ils se taisent.\n

An 711 après Jésus-Christ. Au sud de l’Espagne, un royaume wisigoth, vassal de Byzance depuis l’an 534, brille de tous ses feux : la Bétique, la superbe Bétique.

C’est, après Byzance, la région la plus prospère et la plus civilisée du bassin méditerranéen. On y trouve des bibliothèques privées, d’immenses bibliothèques municipales comme celle de Cordoue, des routes, des ponts, des aqueducs, des systèmes d’irrigation, des thermes… On y exploite le charbon, le fer, le cuivre, le plomb, l’étain. Les forges de Tolède fabriquent le meilleur acier d’Europe. Les céramiques héritées des artisans byzantins comptent parmi les plus belles. En architecture, les Xisigoths utilisent l’ « arc outrepassé », très élégant. Mais…

Mais au début du VIIIe siècle, le roi Witiza meurt et comme chez les Wisigoths la monarchie est élective, on élit un nouveau roi, Rodrigue, qui s’installe.

La jeune veuve du roi Witiza, fort dépitée, complote pour renverser Rodrigue. Quelques seigneurs lui sont restés fidèles, mais ce n’est pas assez. Il lui faut des forces supplémentaires… De l’autre côté de la méditerranée vivotent des berbères très frustes, fraîchement islamisés. La reine leur envoie un émissaire. C’est d’accord. Ils offrent 400 soldats, mais comme ils n’ont pas de bateau, les Wisigoths viendront les chercher.

La reine réunit ses troupes, 3 000 hommes, ce qui est beaucoup pour l’époque, l’Espagne d’alors comptant à peine 6 millions d’habitants. Si l’on ajoute les 400 hommes qui doivent venir en renfort et avec l’effet de surprise, la reine devrait arriver à ses fins.

Donc, le jour J arrive et pendant que la reine Witiza fait avancer ses troupes, on fait venir les renforts. Les Berbères ayant obligé les bateaux wisigoths à faire plusieurs navettes, les 400 hommes sont maintenant 3000…

Ils arrivent. La reine engage durement la bataille. Les renforts attendent puis, soudain, attaquent ce qui reste des troupes de la reine, usurpent la victoire et prennent le pouvoir pendant que Rodrigue bat en retraite. Peu après, les Arabes, plus organisés et impitoyables s’engouffreront dans la brèche.

 

Huit siècles d’exploitation

 

Un peu plus tard, en 732 (en fait 733), les Francs les attendent dans la plaine de Vouillé, près de Poitiers. L’armée d’Abder Raman II se compose de 16 000 hommes : 2 000 arabes, 6 000 Juifs, 8 000 berbères. L’armée franque compte 10 000 hommes.

Ces deux armées sont très importantes pour l’époque, la Gaule à peine « francisée » comptant moins de 8 millions d’habitants. Les soldats arabes utilisent des boucliers francs, des épées germaniques, des lances en roseau égyptiennes, des casques de cuir hindous. Les soldats francs, lances franques, casques de fer francs, armures de fer franques, épées franques, boucliers francs, sont lourdement armés.

Si l’armée franque est beaucoup moins nombreuse, sa cavalerie a un gros avantage. Elle utilise les étriers. Etriers que personne n’a encore fabriqués pour les Arabes. Dès les premières minutes, leur cavalerie pourtant plus nombreuse est percutée, culbutée, écrasée, laminée et Abder Raman II tué. C’est la déroute totale. Ils retournent en Espagne. Pauvre Espagne !

Leur domination pendant près de huit siècles va être une véritable horreur : le musulman ne doit pas travailler, ne paie pas d’impôt, n”est pas tenu de donner un fils à l’armée. Toute l’élite doit parler arabe et tout traduire en arabe, de même que porter un nom arabe. Ceux qui n’obtempèrent pas sont tués, ou leur famille, ou tout le monde. Les juifs arrivent en grand nombre, commerçants hors pair. Le marché des esclaves est presque tout entier entre leurs mains. Dans le seul port d’Alméria, par exemple, sont vendus chaque année plus de 150 000 esclaves blancs razziés un peu partout dans les villages côtiers de la Méditerranée.

La domination arabe, parlons-en ! Tel petit chef local exige une vierge de moins de 14 ans par jour, que les notables d’un village lui apportent en grande pompe. Une fois violée, on lui coupe la tête. Tel autre chefaillon va brûler toutes les forêts, tel autre… J’arrête, cela dépasse l’imagination… Leur principale occupation va être de tuer, rançonner, terroriser, tout faire pour paralyser de peur les populations afin de mieux les utiliser.

La grande bibliothèque de Cordoue va être alimentée par des scribes et des traducteurs chrétiens. Quant à la grande mosquée de Cordoue, elle va être construite par des architectes et des maîtres d’œuvres chrétiens, tout comme plus tard la grande mosquée Al Aqsa de Jérusalem, ou celle de Casablanca plus récemment… Les 800 colonnes de marbre de la grande mosquée de Cordoue ont été tout simplement pillées sur des ruines romaines maghrébines.

L’Alhambra de Grenade, de style wisigoth-byzantin, que l’on appellera plus tard style « arabe » ou « mudéjar », est une construction très fine, mais très décevante… presque ridicule. Rien à voir avec nos cloîtres, monastères, abbayes, châteaux, palais, jardins et cathédrales de la même époque, qui eux sont d’une force, d’une élégance et d’une beauté absolument remarquables, à couper le souffle.

La belle, la magnifique Espagne wisigoth-byzantine va être utilisée, exploitée, pompée, sucée, saccagée pendant près de huit siècles.

 

La civilisation des Bédouins du désert

 

Quand je vois aujourd’hui ce que l’on dit de l’Espagne musulmane dans les manuels scolaires et, d’une façon générale, ce que l’on en dit partout… j’ai envie de hurler !… « La magnifique cohabitation de trois cultures ! »… je crois rêver, je me pince ! L’architecture arabe… mais c’est l’architecture wisigothe ! Les azulejos, les plafonds à caissons… mais c’est wisigoth-byzantin ! Toutes les constructions marocaines prestigieuses sont bien postérieures à l’occupation de la Bétique. En fait, ce n’est pas la Bétique qui ressemble au Maroc, mais bien l’inverse : le Maroc qui ressemble à la Bétique.

Il y avait à Cordoue une partie du mur d’enceinte que l’on appelait le « mur des martyres » où les gens qui n’en pouvaient plus de la domination musulmane venaient crier leur haine et étaient mis immédiatement à mort.

En fait, on garde le juif et on garde le chrétien, sinon qui va travailler ou commercer ? On peut devenir musulman, mais c’est très difficile. De toute façon, les convertis subissent moins la servitude mais la subissent quand même.

« La magnifique cohabitation de trois cultures ! »… Encore une fois, je crois rêver, je me pince !

Tout n’est que discours convenus, politiquement corrects, où l’on apprend que les Arabes nous ont apporté ceci, cela… alors qu’ils n’ont fait que le prendre ; que leurs savants… alors que ce sont à la base et majoritairement les savants autochtones des pays occupés et portant de force un nom arabe ; que l’algèbre… mais ce sont les Grecs, qu’ils ont fait traduire ; un des meilleurs grammairiens arabes n”était autre qu’un des neveux de la reine Witiza, un Wisigoth. Averroès lui-même était berbère, Avicenne persan… etc.

Quant aux chiffres arabes… c”est Fibonacci, un mathématicien italien qui, au XIIe siècle, a décidé de prendre les premières lettres de l’alphabet arabe tunisien pour figurer les chiffres, et c”est cette notation qui s”est ensuite répandue partout…

Le dictionnaire encyclopédique Larousse en 15 volumes (édition 1985) est assez clair à leur sujet : « Il n’y a de civilisation arabe à proprement parler que celles des bédouins du désert. » Qu’il y ait eu une civilisation musulmane, oui, ça ne fait aucun doute. Qu’elle ait été brillante, ça ne fait aucun doute non plus, car une élite vraiment brillante subsistait encore dans les pays occupés et utilisés jusqu’à l’épuisement.  Combien de génies ont-ils tués ou empêché ?

En 644 la prestigieuse grande bibliothèque d’Alexandrie, fondée par les Grecs en 288 av JC et qui contenait toutes les connaissances du monde d’alors, fut incendiée sur ordre du Calife Omar, qui trouvait que le seul livre au monde intéressant était le Coran. Sur 150 000 volumes, environ 30 000 furent sauvés… qui furent traduits en arabe, évidemment, ce qui fit encore une fois dire à l’Histoire Officielle que grâce aux Arabes, nous avons connu ceci, cela et que sans eux le monde ne se porterait pas aussi bien. Mais c’est à hurler, c’est archifaux : c’est l’inverse !

Il est certain, par exemple, que sans les musulmans, le moyen-âge espagnol aurait été vraiment brillant, beaucoup plus brillant, infiniment plus brillant… brillantissime. L’Espagne était partie pour cela.

Et puis, ils sont arrivés…

Christian Weiss

 

2 Commentaires sur : La splendeur fracassée du Moyen-âge espagnol

  1. Lectoure

    11 juin 2015

    et quand l’on lit le politiquement correct nikipedia
    sur charles Martel !
    et ce qui est écrit à Moussais ( reportages récents de
    Riposte laique ) !
    merci mr Weiss

    des articles suplémentaires sur ces 8 siècles me plairaient beaucoup

    Répondre
  2. DE SOYER

    1 juin 2015

    Merci pour ces magnifiques informations. On ne peut qu’encourager tous ces gens de grande culture qui tentent de sauver l’Occident.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)