Les racines chrétiennes de la France sont très profondes

Posté le janvier 23, 2008, 12:00
8 mins

Tandis que Pierre Lance publiait son article sur les racines chrétiennes de la France, je lisais un livre de Frédéric Lenoir « Le Christ Philosophe » (Éd. Plon).

Tout ce qu’a écrit Pierre Lance me semble pratiquement exact. Cependant, deux précisions sur Constantin me semblent nécessaires. Il n’était pas catholique, mais il soutenait pour des raisons politiques l’église catholique. Il s’est fait baptiser sur son lit de mort, non pas catholique, mais arien, alors qu’il avait combattu pour des raisons politiques l’arianisme pendant toute sa vie… Pierre Lance a aussi oublié de dire que l’affreux Constantin avait aussi tué sa femme Fausta. Il y a peu de chefs d’État qui aient tué à la fois leur fils et leur femme pour conserver le pouvoir…

Mais Pierre Lance n’a pas tout raconté. Car, du côté de la Palestine, du temps d’Hérode, un certain juif appelé Jésus de Nazareth, s’est mis à diffuser un message prenant totalement à contre-pied tout ce à quoi croyaient jusque-là les hommes.

– D’abord, ce charpentier raconte que le Monde a une fin. Cette affirmation s’oppose totalement à celle des philosophes grecs, idéologie alors dominante. Pour eux, le monde n’avait pas de fin, et revenait systématiquement au bout de quelques milliers d’années à la case départ.

L’Église a entériné l’évolution au troisième siècle. Darwin l’a confirmée bien plus tard. Mais toute l’histoire de l’Église est parsemée de déviations « créationnistes » niant l’évolution.
Cette nouvelle vision nous pousse individuellement à construire un monde meilleur.

– Ensuite, tous les hommes sont égaux, bien que tous différents les uns des autres. Ils sont infiniment respectables, car ils ont tous en eux une âme, une petite parcelle de Dieu. Les riches et les puissants auront plus de difficulté, car on ne peut pas servir en même temps Dieu et l’Argent. Cette notion d’égalité s’opposait à l’idéologie dominante de l’époque, où les hommes appartenaient de façon héréditaire à des groupes bien précis, citoyens ou esclaves par exemple.

Le christianisme fonde la séparation du Politique et du Religieux

Cette affirmation n’a pas empêché de nombreux chrétiens de s’enrichir dans le trafic d’esclaves jusqu’au siècle dernier.
Ou les colons découvrant l’Amérique au XVIe siècle, de prétendre que les Indiens n’étaient pas des hommes, pour mieux s’emparer de leurs terres. De longues discussions furent nécessaires pour affirmer qu’ils avaient aussi une âme. Mais les Jésuites eurent de grosses difficultés pour imposer cette égalité avec les gens de couleur. Et encore aujourd’hui, l’étranger coloré est considéré par bien des Français comme un homme inférieur au Blanc.

Cette égalité absolue, jointe au respect de l’autre, annonce la Démocratie.

– La femme est l’égale de l’homme. Et parmi les femmes, la pute qui lavait de ses larmes les pieds du Christ était plus digne d’amour que la femme d’un homme riche et puissant… Cette affirmation devait être totalement scandaleuse à l’époque. De plus, la femme ne devait pas se cantonner comme Marthe dans les tâches matérielles du foyer. Elle devait aussi s’asseoir avec les hommes, comme Marie, pour écouter le Christ. Il a fallu attendre le temps de Charlemagne pour que l’Église reconnaisse que les femmes avaient une âme, et celui de Charles De Gaulle pour qu’on leur accorde enfin le droit de vote.

– Tu devras aimer ton prochain comme toi-même et savoir pardonner celui qui t’offense. Même Robespierre, Hitler, Staline ou Ben Laden n’ont pas dans leur âme que de la haine. La non-violence est supérieure à la violence. Il a fallu cependant attendre un millénaire pour que l’Église impose aux puissants la paix de Dieu : elle excommuniait, elle condamnait donc à l’enfer, celui qui abusait de son pouvoir. Gandhi a découvert la non-violence en lisant les évangiles.

– Enfin par le fameux « rend à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », le Christ annonce la nécessaire séparation des pouvoirs religieux et politique, la nécessaire laïcité de l’État. Ce qui n’a pas empêché les guerres de religion ou l’Inquisition.
Liberté, Égalité, Fraternité. Finalement, les idées révolutionnaires émises par un charpentier juif en Israël progressent depuis 2 000 ans. Ses disciples disent qu’il faisait des miracles… Curieux, non ?

17 réponses à l'article : Les racines chrétiennes de la France sont très profondes

  1. sas

    29/01/2008

    Super jean claude….ta mise en page…tu nous fais ca à la dinvici code ???? tu nous cite les ste croix ou rosicrusiens…..

    tu as viré loge …..tenue blanche ouverte…???

    sas

    Répondre
  2. UN chouka

    29/01/2008

    Le danger de la "spiritualité "de pacotille (sèctes ) est qu’elle n’amène vraiment rien de bon pour les ignards comme moi!(embrouilles et véssies colorés et rien de plus,elles ne veulent pas de savoir vérifiables ,ni de justice et pour cause 😉 ,poil au doigt )les sèctes s’emploient a cacher le principal :l’humains est avide de tout et chacun pour soi )

    je dirais meme que les meilleures connaisances ,sont gardées jalousement pour les gros "bras"ou les pseudos "grosse tronches  friquées "qui sont affranchies de  la" morale "justement,pour  entuber les naifs .

    La véritable spiritualité est de mon point de vue, vigoureusement combatue ,détruite,dénaturée etc…par les sèctateurs transfuges qui veulent garder pour eux leurs bonnes recettes 😀

    Un duo de choix:Mafias / Sèctes.

    Ben alors 🙁

    je vous salut bien .

    Répondre
  3. Jean-Vlaude THIALET

    28/01/2008

    28/01/08    – Les 4-Vérités"

    Que Pierre LANCE (1), Bernard TREMEAU et tous les autres participants à ce "forum" me permettent  de citer – au risque de passer pour je ne sais quel prédicateur, ou même donneur de leçons – un texte qui figure en préambule à un ouvrage dont je conseille régulièrement la lecture (2). Le voici :

            DOGME OU CHRIST.

    Il n’aime pas Dieu, celui qui hait son prochain,                                                                                                     Qui foule aux pieds le coeur et l’âme de son frère.                                                                                                  Qui cherche à entraver, à obscurcir son mental                                                                                                      Par la peur de l’enfer, n’a pas compris le but final.

    Toutes les religions nous ont été données par Dieu,                                                                                               Et c’est  le Christ qui est la Voie, la Vérité, la Vie.                                                                                                     Il a donné le repos à ceux qu’un lourd fardeau écrase,                                                                                        La Paix à ceux que l’épreuve ou le péché accable.

    A sa requête, l’Esprit Universel est venu                                                                                                             Dans toutes les Eglises et non pas dans une seule;                                                                                          Le jour de Pentecôte, une langue de flamme                                                                                                        Couroinna chaque apôtre, telle une auréole.

    Depuis lors, tels des vautours affamés et fécoces,                                                                                         Nous avons combattu pour des mots vides de sens.                                                                                          Au moyen des dogmes, des édits et des lois,                                                                                                       Nous avons envoyé nos frères sur le bûcher.

    Le Christ est-il donc à deux faces ?                                                                                                                    Pierre et Paul n’ont-ils pas été crucifiés ?                                                                                                          Alors, pourquoi serions-nous divisés ?                                                                                                                   Si l’amour du Christ nous inclut tous, vous et moi ?

    Son amour, fait de douyceur, n’est pas limité                                                                                                       Par les dogmes qui divisent et élèvent des murailles;                                                                                           Il comprend et embrassent tous les êtres humains;                                                                                  Quelles que soient leurs dénominations, ou les nôtres.

    Alors, pourquoi ne pas croire en sa parole ?                                                                                                         Pourqui ces dogmes qui nous désunissent ?                                                                                                  Puisqu’ici bas, une seule chose compte,                                                                                                             Que l’amour du prochain habite en chaque coeur.

    Il n’est qu’un seul idéal nécessaire au monde,                                                                                                        Il n’est qu’un seul baume pour la pauvre humanité,                                                                                                Il n’est qu’une seule voie conduisant vers le Ciel,                                                                                             Cette voie, c’est la symathie mutuelle, c’est l’amour.

                                                 Max HEINDEL

    Commentaires personnels. On peut regretter   – comme le relève Pierre LANCE sans pour autant doner l’impression de le regretter  –  que, plus de deux-mille ans après, le "message du Christ" ne soit pas passé en "profondeur". La faute à qui ? A Dieu (Auquel de moins en moins de gens veulent croire) ? Ou aux hommes qui, avec les progrès techniques (auxquels le plupart d’entre eux   – à commencer par moi – ne comprennent pas grand’ chose, sinon rien), s’imaginent qu’ils deviennent   – qu’ils sont devenus -eux-mêmes des dieux  ? L’immortalité en moins, ce qui n’est pas rien et devrait en "interpeler" plus d’un !

       Cordialement, et même fraternellement, vôtre, Jean-Claude THIALET

    (1) dont je constate qu’avec sa force de conviction habituelle,  il a tendance à déborder sur les "forums" de ses confrères, après avoir commencé par le sien. Cela n’est pas un reproche dès lors qu’il se limite à manier (ce que je m’effore toujours de faire) les arguments du bon sens et ceux de la raison (pas la Raison raisonnante des doctrinaires !). Et de la discussion naît toujours une partie de la vérité, dès lors que c’est entre des gens de bonne foi, dépouvu de tout sectarisme. (3)

    (2) "LA COSMOGONIE DES ROSE-CROIX", de max HEINDEL, Editions ENSRO, Hameau Le Cun 30444 SUMENE   < http://www.editions-ensro.com >

    (3) à ce sujet, je conseillerai de se reporter à "la Cosmogonie des Rose-Croix" où, via "google", on lira avec intérêt, toujours en "prologue" à cet ouvrage, "Un mot pour le Sage qui explique comment les gens abordent des idées nouvelles. Les uns pour s’assurer qu’elles concordent avec leurs idées personnelles, sans se soucier de savoir ce qu’elles leur apportent, les autres adoptant une atitude sceptique  et s’y enfermant dès lors qu’ils y découvrent des téories qu’ils n’ont pas conçues eux-mêmes. Prenant même un esprit de supériorité pour se donner la bonne conscience de les rejeter sans même prendre la peine de les étudier, d’y réfléchir en les passant au crible de la critique objective.

     

    Répondre
  4. centlem

    27/01/2008

    le grand problème de l’humanité ou plutôt d’une partie, c’est le mensonge par le plagiat gigantesque

    la formule pourraît être le suivante  "imitation déception" de quoi s’agit-il ?

    La philosophie chrétienne c’est une multitude d’évangile s –  copie des textes hébraiques donc vole de l’histoire d’un peuple à la base du renouveau de l’humanité

    la philosophie musulmane – même topo – mélange des textes hébraiques et chrétiens

    le tour est joué

    à partir du faux il n’est pas possible de construire le v ……

    tout le reste est verbiage

    Répondre
  5. Josick d'esprit agricole

    26/01/2008

    Je viens d’écrire ce post intitulé "Ceci est mon corps"
    http://amourpiegale3.blogspot.com/2008/01/ceci-est-mon-corps.html
    Cette parole prêtée au Christ est tout simplement révolutionnaire. Dans une société de nature pastorale, notre corps ne nous appartient pas. Il est élément non individualisé du groupe. C’est le cas en France où notre corps est perçu sous la coupe de l’Etat.
    Les mots du Christ s’appropriant son corps étaient donc proprement révolutionnaire et méritaient sanction.
    Mais comme dit Nietzsche, le triomphe d’une idée n’est bien souvent que ceci : l’associer si fraternellement à la sottise que le triomphe de celle-ci finit par entrainer celle-là dans sa victoire.
    Pas étonnant donc que le côté révolutionnaire, car individualiste, de ce message a été si longtemps occulté.

    Répondre
  6. dan870

    26/01/2008

    P. Lance

    Vos arguments sont à la fois issus de la raison et en même temps biaisés par votre besoin de mordre. Votre logique semble s’arrêter à votre intérêt: celui de l’intellectuel sûr de sa machine à penser qui a prédéfini une fois pour toutes que Dieu n’existait pas. Cette hypothèse est inacceptable car elle ferait de l’ombre à P. Lance; et à l’artillerie que vous avez mis au point pour tirer à vue. 

     Cela réduit vos démonstrations sur le sujet à des points de vue.

    Plus l’orgeuil est fort, plus les certitudes sont affirmées; et moins il reste de place pour l’évolution; moins il y a d’ouverture pour recevoir l’Esprit. Car il faut une saine humilité pour accéder à cette perception et à ce dialogue. Il faut un temple intérieur fait  entre autres de curiosité confiante et du plaisir d’apprendre.  Tout sauf des certitudes.

    Vous avez tout de même reçu beaucoup lors de la distribution. Acceptez que ce beaucoup ne soit pas "tout"! . Et si vous constatez que d’autres n’ont pas reçu autant que vous dans les domaines cependant trés limités où vous vous sentez  et êtes un excellent spécialiste,  acceptez que d’autres aient reçu dans d’autres domaines. Et que vous soyez peut être aussi nul à leurs yeux qu’ils le sont aux vôtres sur les sujets où ils vous irritent.

    Dieu n’est pas un sujet de croyances mais bien la première des REALITES à partir de l’instant où on lui a véritablement ouvert notre porte. Et chacun est totalement libre de faire l’essai, honnêtement ou non. Vous y compris.

     

    Répondre
  7. FoxRenard

    26/01/2008

    Cher Monsieur Lance,

    Tres lucide contribution. Juste une precision, ou plutot un avis different :

    "Les musulmans sont plus logiques que les chrétiens : ils n’admettent pas qu’on oppose la volonté du peuple à la volonté de Dieu. Un chrétien qui se dit démocrate est assis entre deux chaises, ou plutôt il veut être assis sur deux chaises à la fois."

    1. Dans le cas musulman, qui n’admet pas qu’on oppose la volonte…etc. ? Ce sont des Hommes envers d’autres Hommes. Mais comme ces premiers ne sont pas plus Allah que les seconds, de quel droit s’arrogent-ils le pouvoir de ne pas admettre ?
    2. D’ou le deuxieme point. On m’a toujours enseigne au catechisme que le Dieu des chretiens laissait le libre choix a l’Homme de faire ou de croire ce qu’il voulait et donc je ne vois pas d’incompatibilite avec la democratie. C’est aussi ce que j’avais retenu de l’enseignement de Jesus qui voulait la liberte des esclaves qui n’etaient pas inferieurs a leurs maitres et dont le message etait que tous les Hommes avaient des droits egaux. Je le vois mal dire ensuite qu’ils sont tous les esclaves de Dieu puisque la relation entre la creature et le Createur est la meme qu’entre fils et Pere.

    Je dirais donc que quand on est libre de croire ou non en un dieu comme dans le christiannisme et que l’on croit, c’est plus meritoire que dans l’islam ou l’on croit surtout grace a une Kalashnikov plantee dans le c..

    J’aurais aussi une objection que je ferai ulterieurement sur le fait que creationnisme et evolution sont incompatible. Je vous expliquerai pourquoi a mon sens, ils ne le sont pas forcemment.

    Et aussi, pour situer mon point de vue, je suis catholique de naissance mais non croyant ni bien sur pratiquant ( mais je respecte ceux qui croient), ce qui ne veut pas dire que je ne crois pas en l’ame humaine immortelle. Donc ma plaidoirie ci-dessus n’est pas le fruit d’un zelote chretien, mais simplement de quelqu’un qui analyse les textes qu’il lit en esseyant d’en saisir la logique.

    Salutations

    Répondre
  8. Anonyme

    25/01/2008

    Les racines chrétiennes de la France sont parties intégrantes de la CIVILISATION francaise.

    Tout comme les racines musulmanes des arabes en France sont parties intégrantes de la civilisation arabe, de la culture arabe, de la way of life des arabes, de la facon de penser et d’agir des arabes, en France, en Europe, et dans le Monde.

    Et cela est normal.
    Mais, évidemment, cela comporte quelques conséquences….

    Best,

    Mancney

    Répondre
  9. UN chouka

    25/01/2008

    Qui a le droit parmis les "humains "de décréter que ce qu’ils apèlent leur dieu est leur propriété?

    Moi modèste Dieux,je concidère les autres dieux comme des concurents, que j’ignores 😀

    A chacun ses idées et la PAIX rèste chez moi , poil au doigt:-D

    Répondre
  10. FoxRenard

    25/01/2008

    Cher Monsieur Lance,

    Tres lucide contribution. Juste une precision, ou plutot un avis different :

    "Les musulmans sont plus logiques que les chrétiens : ils n’admettent pas qu’on oppose la volonté du peuple à la volonté de Dieu. Un chrétien qui se dit démocrate est assis entre deux chaises, ou plutôt il veut être assis sur deux chaises à la fois."

    1. Dans le cas musulman, qui n’admet pas qu’on oppose la volonte…etc. ? Ce sont des Hommes envers d’autres Hommes. Mais comme ces premiers ne sont pas plus Allah que les seconds, de quel droit s’arrogent-ils le pouvoir de ne pas admettre ?
    2. D’ou le deuxieme point. On m’a toujours enseigne au catechisme que le Dieu des chretiens laissait le libre choix a l’Homme de faire ou de croire ce qu’il voulait et donc je ne vois pas d’incompatibilite avec la democratie. C’est aussi ce que j’avais retenu de l’enseignement de Jesus qui voulait la liberte des esclaves qui n’etaient pas inferieurs a leurs maitres et dont le message etait que tous les Hommes avaient des droits egaux. Je le vois mal dire ensuite qu’ils sont tous les esclaves de Dieu puisque la relation entre la creature et le Createur est la meme qu’entre fils et Pere.

    Je dirais donc que quand on est libre de croire ou non en un dieu comme dans le christiannisme et que l’on croit, c’est plus meritoire que dans l’islam ou l’on croit surtout grace a une Kalashnikov plantee dans le c..

    J’aurais aussi une objection que je ferai ulterieurement sur le fait que creationnisme et evolution sont incompatible. Je vous expliquerai pourquoi a mon sens, ils ne le sont pas forcemment.

    Et aussi, pour situer mon point de vue, je suis catholique de naissance mais non croyant ni bien sur pratiquant ( mais je respecte ceux qui croient), ce qui ne veut pas dire que je ne crois pas en l’ame humaine immortelle. Donc ma plaidoirie ci-dessus n’est pas le fruit d’un zelote chretien, mais simplement de quelqu’un qui analyse les textes qu’il lit en esseyant d’en saisir la logique.

    Salutations

    Répondre
  11. UN chouka

    24/01/2008

    Ne dit’ons pas que les miracles,sont la conséquence de l’usage des lois de la nature ?  ;-)(naturtellement 🙂

    Pour la place des femmes avec les hommes, il y a bien longtemps que les gens sensés,mais surtout honètes , les considéraient comme le complément des hommes 🙂

    Salut a vous .

    UN ch

    Répondre
  12. Anonyme

    24/01/2008

    Puisque la pensée grecque ancienne est évoquée, rappelons que Platon fait dire à Socrate, dans son Gorgias : "Le ciel et la terre, les Dieux et les hommes sont liés entre eux par une communauté faite d’amitié et de bon arrangement, de sagesse et d’esprit de justice, et c’est la raison pour laquelle, à cet univers, ils donnent le nom de cosmos, d’arrangement, et non celui de dérangement.".

    Nous sommes loin en effet du manichéisme biblique, mais l’homme tout curieux qu’il soit et habité par ses angoisses, a besoin d’être rassuré. Le confort de croyances dans lesquelles sa place est définie une fois pour toutes et de manière indiscutable lui convient en conséquence parfaitement. C’est de là que provient le succès de la Bible et sa victoire (partagée) sur des croyances antérieures.

    Quant à notre devise nationale, dans son rapport avec 1789 (comme avec toutes les révolutions antérieurement ou postérieurement menées dans le même sens – car 1789 est loin d’avoir été la seule ni la première du genre) faites héritage et héritière de la Bible, par Christ interposé, elle ne fait qu’extrapoler au plan politique des principes hissés au rang de dogme par la religion, sans rien leur ôter de leur dimension utopique, comme le démontre amplement le démenti permanent des faits.

    Répondre
  13. UN chouka

    24/01/2008

    Peut etre sommes nous tout simplement en train d’aclamer le dieu argent ?

    Celui ci pèrmet tous les désirs et toutes les injustices pourvu que nous l’ayons avec nous ?

    UN ch

    Répondre
  14. Pierre LANCE

    24/01/2008

    Cher Bernard Trémeau, Merci d’avoir bien voulu consacrer du temps à cet instructif commentaire de mon article, je me permets de commenter le vôtre à mon tour : « Il a fallu 2 millénaires pour que les idées lancées par le charpentier de Nazareth pénètrent dans le comportement de  l’humanité. Mais on y arrive.? » Ces idées n’ont absolument pas pénétré les esprits. Elles sont restées « en surface », voile d’hypocrisie bien-pensante derrière lequel ont pu se déployer toutes les turpitudes que nous connaissons. Elles s’étalent aujourd’hui à la télévision dans tout ce bazar de la bienfaisance organisée, grâce auquel des petits malins, cancérologues ignares et pseudo-chercheurs en tête, s’en mettent plein les poches aux frais des gogos. C’est ce que j’appelle le « marché de la bonne conscience », où chrétiens et socialistes vont faire leurs emplettes bras dessus bras dessous, le coeur à gauche et sur la main. . « Tout ce qu’a écrit Pierre Lance me semble pratiquement exact.   Cependant deux précisions sur Constantin me semblent nécessaires. Il  n’était pas catholique, mais il soutenait pour des raisons  politiques l’église catholique. » C’est ce que j’ai dit. « Pierre Lance a aussi oublié de dire que l’affreux Constantin  avait aussi tué sa femme Fausta. » Vous faites erreur. Je l’ai dit.. Relisez mon texte. « Mais Pierre Lance n’a pas tout raconté.  » C’est vrai. Veuillez me pardonner de ne pas être capable de tout dire sur cette Histoire en 3 petites colonnes des « 4 Vérités ». Je serais étonné si vous-même réussissiez à dire tout ce que vous voudriez dans chacun de vos articles. N’est-ce pas ? « Car, du côté de la  Palestine , du temps d’Hérode, un certain juif appelé  Jésus de Nazareth, s’est mis à diffuser un message prenant totalement à  contre pied tout ce à quoi croyaient jusque-là les hommes. » Ce que j’ai résumé en disant qu’il s’efforçait d’introduire un peu de douceur dans un monde de brutes. Cela dit, il n’était pas le premier. La doctrine chrétienne était déjà largement inscrite chez Platon et Plotin, sans parler des multiples sectes cherchant à échapper à l’étouffoir romain. « -D’abord, ce charpentier raconte que le Monde a une fin. » Ce qui est une ânerie. « Cette  affirmation s’oppose totalement à celle des philosophes grecs,   idéologie alors dominante. » Il n’y avait pas d’idéologie dominante chez les philosophes grecs, qui avaient des conceptions très diverses sur le monde et la vie. C’est d’ailleurs ce qui faisait toute la richesse intellectuelle de la civilisation grecque. La philosophie est incompatible avec une idéologie dominante. La philosophie est l’expression même de la plus totale liberté de pensée.  » Pour eux, le monde n’avait pas de fin,  et revenait systématiquement au bout de quelques milliers d’années à la case départ. » Ce qui est une autre ânerie. L’univers étant inéluctablement éternel et infini, il n’a aucune « case départ », le big-bang n’étant qu’une ânerie plus moderne. Nietzsche avait repris la doctrine absurde de l’éternel retour, pour finalement reconnaître qu’elle était le comble du nihilisme, ce dont les professeurs de philosophie, exégètes professionnels de Nietzsche, ne se sont pas encore aperçus. « L’église (s’il vous plaît, cher ami, l’Église, en tant qu’institution, doit prendre une majuscule, comme l’État) a entériné l’évolution au troisième siècle. » Je l’ignorais. Merci. Auriez-vous un texte de référence là-dessus ? « Darwin  l’a confirmée bien plus tard. Mais toute l’histoire de  l’église est parsemée de déviations « créationnistes » niant  l’évolution. » Et ça continue, surtout aux États-Unis. Ce qui est d’ailleurs logique, le concept d’un dieu créateur omniscient étant incompatible avec l’évolution, comme il l’est d’ailleurs avec la démocratie. Les musulmans sont plus logiques que les chrétiens : ils n’admettent pas qu’on oppose la volonté du peuple à la volonté de Dieu. Un chrétien qui se dit démocrate est assis entre deux chaises, ou plutôt il veut être assis sur deux chaises à la fois. « Cette nouvelle vision nous pousse individuellement à construire un  monde meilleur. » On en voit le résultat. « -Ensuite tous les hommes sont égaux. »  Faux, car l’égalité n’existe nulle part dans la nature. Il ne peut exister que l’égalité des droits, par volonté politique, telle qu’instaurée par les États-Unis et la France au XVIIIe siècle. « Bien qu’ils soient tous  différents les uns des autres. Ils sont infiniment respectables, car  ils ont tous en eux une âme, une petite parcelle de Dieu. » Mais voyons, tout le monde sait que Dieu n’existe pas. Même les prétendus croyants le savent. C’est bien pourquoi ils ont besoin de temples, de rituels, de liturgie, de mitres, de chasubles et de toute cette panoplie grotesque pour tenter désespérément de se persuader qu’ils croient. Affligeant !, « Les riches et les puissants auront plus de difficulté, car on ne peut pas servir  en même temps Dieu et l’Argent. » On peut parfaitement servir l’Esprit et l’Argent, il suffit pour cela d’être honnête et loyal, ce qui est la doctrine libérale bien comprise. Si les chrétiens et les socialistes maudissent l’argent (en paroles, surtout), c’est qu’ils ne sont pas dignes d’en avoir. « Cette notion d’égalité s’opposait totalement à l’idéologie dominante de l’époque,  où les hommes appartenaient de façon héréditaire à des groupes  bien précis, citoyens ou esclaves par exemple. » Tout comme durant le Moyen-Âge chrétien, sous des noms différents. « … Et encore aujourd’hui,  l’étranger coloré est considéré par bien des Français comme un  homme  inférieur au blanc. » Non pas inférieur, mais d’une culture et d’un atavisme ancestraux difficilement intégrables à la civilisation française, ce qui est du simple bon sens et le souci légitime de l’identité nationale. « … Il a fallu attendre le temps de Charlemagne pour que l’église reconnaisse que les femmes avaient une âme, et celui de Charles De Gaulle pour qu’on leur accorde enfin le droit de vote. » Ce qui n’était qu’un retour aux sources, car vous méconnaissez – comme malheureusement la plupart des Français – l’Histoire de la société gauloise de nos ancêtres, dans laquelle existait pleinement l’égalité homme-femme (cf. « La femme celte » de Jean Markale, Ed. Payot). C’est l’occupation romaine et l’Eglise catholique qui ont introduit le machisme dans notre pays. Ne mettez pas les choses à l’envers. Vous devriez lire mon livre « Alésia, un choc de civilisations » (Presses de Valmy). Même des catholiques l’ont trouvé excellent. « -Tu devras aimer ton prochain comme toi-même  » Ce qui est encore une ânerie, car c’est physiologiquement impossible, sans parler de ceux qui ne s’aiment pas eux-mêmes et qui sont légion, et sans compter qu’il est incongru de conjuguer le verbe aimer à l’impératif. L’amour par devoir n’est qu’une forme de prostitution demandant le paradis pour salaire.  » Même Robespierre, Hitler, Staline ou  Ben Laden n’ont pas dans leur âme  que de la haine. » C’est une évidence. Mais comme celle-ci l’emporte sur le reste, mieux vaut les pendre d’abord et leur pardonner ensuite. « La non violence  est supérieure à  la violence.  » Faux ! La violence et la non-violence ne sont que les deux faces d’une même lâcheté. L’homme juste reste digne, à égale distance de l’une et de l’autre. « Il a fallu cependant attendre un  millénaire pour que l’église impose aux puissants la paix de  Dieu : elle excommuniait, elle condamnait donc à l’enfer, celui qui  abusait de son pouvoir. » Vous voulez rire ? L’Eglise voulait seulement se réserver l’usage de la domination et ne pas tolérer d’autres abus de pouvoir que les siens. « Gandhi a découvert la non violence en lisant  les évangiles. » Gandhi a adopté la non-violence comme tactique contre l’impérialisme anglais. C’était très malin, mais n’avait rien à voir avec l’Evangile. « Liberté, Egalité, Fraternité. Finalement, les idées révolutionnaires émises par un charpentier juif en Israël  progressent depuis 2000 ans. » Si cela vous réconforte de le croire, je ne veux pas vous gâcher vos illusions. Mais votre sympathique et naïf charpentier n’était tout de même qu’un petit garçon auprès des druides gaulois et des philosophes grecs, dépositaires de l’âme européenne, dévoyée durant quinze siècles par les délires palestiniens, et enfin revenue au jour grâce aux philosophes français de l’Encyclopédie. Mais il est vrai qu’il y a encore beaucoup à faire, car si le christianisme est heureusement moribond, son héritier direct, l’Islam, qui est en plein dans son Moyen-Âge, menace le monde de ses « fous de Dieu ».  » Ses disciples disent qu’il faisait des miracles… Curieux, non ? » Dans la vie, il n’y a pas de miracles et cela vaut mieux. Si les hommes avaient besoin de miracles, ce serait le signe qu’ils ne valent rien. La vraie vie est faite d’efforts, de courage, de persévérance et de succès obtenus par mérite… sans miracles.

    Répondre
  15. Action-Réaction

    23/01/2008

    "par le fameux « rend à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », le Christ annonce la nécessaire séparation des pouvoirs religieux et politique, la nécessaire laïcité de l’État."

    ???

    Ce n’est pas parce que les francs-macs républicains de la IIIème république se sont appuyés sur cette phrase du Christ pour en détourner le sens et évacuer le christianisme de la place publique, qu’il faut répéter cela sans réfléchir avec sagesse sur le contenu et la profondeur de cette tirade.

    Cette phrase parle, non de la séparation mais de la distinction entre le spirituel et le temporel. Aux prêtres, la conduite des âmes et aux chefs politiques la conduite des affaires temporelles de la cité. Mais si les principes que défendent ces derniers s’opposent à ceux des premiers cités, vous n’avez plus de société unis, mais une société désagrégée, ou bien pour le dire autrement et faire moderne : une société du "vivre ensemble", où l’éthique des valeurs fluctuantes a supplanté la morale des principes intangibles.   

    Répondre
  16. UN chouka

    23/01/2008

    Bonjour,et merci pour ces infos sur les croyances anciènes qui constituaient souvent la seule connaisance pour les gens communs.

    Il est pourtant facile de se rendre compte que la puissance militaire ou la violence civile au sèrvice d’une poignée de gens avèrtis,complétées par la possétion des biens matèriels (consèrvés par la violence),et du savoir caché,donne a une poignée d’initiés la domination sur leurs sujets ignards et apeurés . 

    Au final, c’est a mon avis, le chacun pour soi qui aporte la libèrté sur les autres "humains".

    En réalité de mon point de vue, il n’y a pas de divinité supèrieure a nous ,que nous soyons bactérie,végétal  ou "prince guignole" .

    C’est a mon avis, notre capacité a nous adapter qui fait de nous de etres libres .

    Cela ne peut se faire qu’en ignorant les dirèctives de ceux qui souhaitent nous assèrvir pour quelques mirages illusoires .

    Ainsi ,peut etre ,nous ne sommes pas forcément en guerre pèrmanente, mais la démographie grandissante ,incite maintenant tout un chacun a faire son trou souvent au dépend des autres  ou devons nous trouver un coin tranquile ou nous exèrcerons nos talents a nous suffir a nous meme ?

    Notre réusite, icitera peut etre des opportunistes a envahir notre monde pour nous accaparer ?

    Répondre
  17. ahbon

    23/01/2008

    Votre analyse valide alors intégralement la théorie du complot. le messianisme comme prélude à la destruction des peuples via la revolution et les droits de l’homme… La prochaine étape, maintenant que la foi est conquise? Les richesses… la révolution Française comme suite logique du Christianisme? Ma foi, pourquoi pas? Cela rend les rois de France innocents de ce qu’on les accuse alors! Ils n’ont étés que des instruments et à cette aune alors, on peut penser qu’ils ont bien resisté! C’est donc pour poursuivre son « évolution » que le « christianisme » qui a fait guillotiner Louis XVI? …. J’ai toujours eu dans l’idée que la chute de Rome marquait la fin de l’occident, vous venez d’apporter de l’eau à mon moulin.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)