Lu dans la presse

Posté le février 28, 2010, 12:00
4 mins
Pie XII pas sans « grandeur »

Le Point fait des miracles. Et facilement, encore ! Dans un article sur Pie XII, publié dans le numéro du 25 février et signé par François-Guillaume Lorrain, on lit que ce pape « avait été glissé (sic !) dans une liste de douze sanctifiables, parmi lesquels Jean-Paul II et Jerzy Popieluszko. Or, on n’a parlé que de Pie XII, qui n’a besoin désormais que d’un miracle attesté pour être canonisé. »

Ce « que d’un miracle » est du plus réjouissant effet. J’espère que les journalistes du Point vont nous en concocter un vite fait, bien fait : une petite guérison d’un paralytique, par exemple, ferait très bien l’affaire. On pourrait prier Claude Imbert de s’en charger…

L’histoire de Pie XII « glissé » dans la liste des candidats à la béatification n’est pas mal trouvée non plus. Notre confrère pense-t-il que Benoît XVI espérait qu’il passerait ainsi inaperçu ? Ce serait croire le pape actuel plus naïf qu’il ne l’est.

Dans la série des bourdes dont Le Point est coutumier lorsqu’il traite du catholicisme (l’article de François-Guillaume Lorrain, par ailleurs intéressant, est loin d’être le plus mauvais qu’on y ait lu), une interview de Saül Friedländer, l’un des premiers historiens à avoir dénigré l’attitude de Pie XII pendant la guerre, en laisse passer une belle. Le Point n’en est d’ailleurs pas responsable, puisque c’est Friedländer qui s’exprime.

Au journaliste qui lui fait observer que la dénonciation publique par le primat de l’Eglise de Hollande de la persécution contre les juifs, en avril 1942, se traduisit par une aggravation des persécutions et par la déportation des catholiques néerlandais d’origine juive (parmi lesquels figurait sainte Edith Stein), et que « parler pouvait donc faire empirer les choses », l’historien répond superbement : « Mais s’il avait parlé, même s’il y avait eu des représailles, on se serait souvenu de la grandeur de l’Eglise. »

Venant d’un de ces censeurs moraux qui pèsent l’action des hommes et rendent leurs sentences plus d’un demi-siècle après les faits, confortablement installés au coin du feu les pieds dans des charentaises, l’aveu est magnifique. Pie XII, qui abrita de nombreux juifs au Vatican et à Castel Gandolfo, préféra sauver les hommes que les apparences. Vraiment, quel salaud !…

16 réponses à l'article : Lu dans la presse

  1. arcole78

    09/03/2010

    IOSA est un membre du troupeau qui crie avec les loups… c’est logique!

    Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre… pour rester dans son petit confort! évidement!

    Il est curieux que IOSA et les autres, préférant noircir le noir du nazisme, se taisent sur une réalité autrement dangereuse, et à nos portes: le terrorisme islamique, la barbarie qu’il représente, et le MAL ABSOLU qui va nous envahir grâce à nos élites bobo pleines d’autosuffisance!

    Le pape PIE XII est décrié comme le maréchal PETAIN l’a été en France. Seul, le jugement des "libérateurs" compte pour l’Histoire! Tout ce que ces responsables ont pu faire pour résister à l’occupant barbare, est systématiquement passé sous silence depuis plus de 60 ans!

    Mais la vérité triomphe toujours derrière l’imposture et le mensonge, fussent-ils institués!

    Répondre
  2. Vendée

    08/03/2010

    @Iosa…

    Vous-même également faites la réponse ! L’Eglise ne peut agir que selon vos desiderata lesquels prouvent votre ignorance. Mais sur ce point "Philippe a parfaitement répondu.

    Répondre
  3. IOSA

    03/03/2010

    Vendé[email protected]…. votre question:

    "à IOSA (et à d’autres…):

    Expliquez- moi donc, vous qui ne voulez rien avoir à faire (je pèse mes mots ) avec l’Eglise  catholique, en quoi vous concerne ce que peuvent  faire et dire les responsables de notre Eglise d’autres membres de cette Eglise ????"

    Heu ? Sans vouloir faire un fromage, mais votre question donne déjà la réponse, mais bon, il est vrai que des siècles d’obscurantisme ne facilite absolument pas la tâche.

    Donc voilà ma réponse:

    Le prosélytisme religieux est le non sens du raisonnement et à plus forte raison lorsque la foi aveugle ne permet aucunement la discussion ( ex: je pèse mes mots ou encore le post de [email protected]…  qui ne semble pas comprendre qui est le salaud en question).

    Car selon vous, en dehors des croyants de l’Eglise, personne n’aurait le droit de juger les actes des prélats chrétiens ( comme celà, c’est beaucoup plus facile de faire de la manipulation d’esprit).

    Vous vous dites chrétien et vous n’aimez pas la critique, il y a là un non sens de votre foi, qui elle ( la vraie foi) se gausse du "quand dira t’on" et se suffit à elle même en laissant aux autres le véritable choix. 

    Le choix de Pie XII en ce qui concerne la question juive, ne peut être assimilé à un acte de bravoure ni même de grandeur car d’autres moins important ont fait la même chose en risquant réellement leurs vies et pourtant leurs paroles ne valaient rien à cette époque.

    Ne donnez pas le change en prétendant qu’il ne pouvait pas faire autrement, car sinon vous mettez vous même en doute l’existence de votre Dieu.

    IOSA

    Répondre
  4. Philippe

    03/03/2010

    [email protected]

    Quand M. Menou, auteur de l’article, utilise l’expression "vraiment quel salaud!", il s’agit de second degré et d’ironie, car il veut signifier par là ce que les accusateurs-calomniateurs de Pie XII lui reprochent désormais, ne pouvant plus masquer certaines vérités.

    A savoir, ces gens disent désormais "le pape Pie XII a été un salaud car plutôt que de sauver discrètement et efficacement des vies, il eut mieux valu qu’il fasse de grandes déclarations".

    Ces discours auraient été non seulement inutiles, auraient aggravé le sort des juifs, auraient certainement mis l’existence du pape en danger et du coup, il n’aurait rien pu faire. Mais vous pouvez être sûr  et certain que si le pape avait fait ça, les mêmes diraient aujourd’hui que Pie XII est un monstre qui n’aurait fait que parler pour sauver les apparences, et qu’il eût mieux valu qu’il agisse pour sauver des vies! J’y mets ma tête à couper sans crainte!

    Tout ce qui intéressent ces calomniateurs, c’est de déverser leur haine anti-catholique. La vérité au fond, ils s’en foutent. Et même si vous leur amenez les preuves irréfutables sous le nez, ils diront que ce n’est pas vrai.

     D’ailleurs, au lendemain de la guerre, de très nombreuses personnalités juives ont remercié chaleureusement le pape pour son action. Ca voudrait dire que ces gens-là, après ce que leur peuple a souffert, sont des sado-masos? Et si aujourd’hui, il y en a qui ont des discours différents uniquement pour des raisons idéologiques et politiques, ce serait quand même étrange que d’autres comme Arno klarsfeld ou Bernard Henry-Lévy (qu’on ne peut quand même pas accuser d’être des gens "d’extême-droite" quand même!) reconnaissent que Pie XII a fait pour le mieux avec les moyens dont il disposait.

    Répondre
  5. maylis

    02/03/2010

    si c’ est Pie 12 que vous traitez de salaud , (bien que Mr karlsfeld ait reconnu son action en faveur des juifs ) ce n’ est plus la peine de m’ envoyer votre courrier

    Répondre
  6. IOSA

    02/03/2010

    [email protected]…..

    Je crains un quiproquo entre nous….

    Varsovie et sa révolte contre le nazisme c’était hélas le massacre assuré par défaut d’armes et ce dont vous semblez oublier de mentionner, c’est le refus des forces alliées de fournir en armes les juifs de Varsovie et l’attente criminelle des forces soviétiques à quelques kilomètres de Varsovie, tandis que les juifs armés en tout et pour tous d’une vingtaine de pistolets se battaient contre les tanks nazis ( les survivants des combats ont été passés au lance-flamme).

    Il n’y avait pas que le Pape à être au courant des camps d’extermination……tout le monde le savait mais personne ne voulait le savoir.

    Il y a quelques années ( plus de 20 ans) des documents retrouvés démontraient que même le Général De Gaule était au courant, mais l’affaire fut vite "oubliée".

    Reste donc les témoignages des survivants que l’on peut apprécier dans le livre " Au nom de tout les miens" de Martin Gray et se faire une véritable approche de la volonté des juifs à se battre pour survivre…que se soit à Varsovie ou dans les camps de concentration ( extermination est le mot juste).

    Mettre le monde entier face à ses responsabilités, voilà ce qu’un discours du Pape aurait pu faire.

    Mais ce ne fut pas le cas et tous ceux qui prétendent le contraire ne font que se voiler les yeux pour mieux fuir la triste réalité…..de peur de comprendre ce qu’ils savent déjà, celle d’un Dieu sans existence.

    IOSA

     

     

    Répondre
  7. Philippe

    02/03/2010

    A [email protected] et à tous ceux qui ont posté des commentaires et ceux qui les liront…

    Le livre du rabbin David Dalin s’intitule "Pie XII, le mythe du pape d’Hitler", le titre mentionné par erreur laisserait croire le contraire de son contenu réel. C’est un livre qui, documents et sources à l’appui (et non pas idéologie anti-catholique primaire, sans évidemment aucune source ou preuve), démontre réellement ce que Pie XII a fait pour les Juifs pendant la guerre (et ce sans armée, ni aviation, ni tanks, ni bombe atomique, au contraire de Churchill, Roosevelt et même de Gaulle, qui n’ont rien dit et pas bougé le petit doigt, pourtant on ne leur reproche pas).

    Il fallait bien encore un juif de plus (après Eugenio Zolli, Golda Meir, etc., etc.) pour remettre une fois de plus la vérité à l’endroit, et dénoncer les mensonges sans cesse propagé et répété depuis une pièce de théâtre de 1963 d’un communiste allemand, Rolf Hochluth, ayant pour titre "Le vicaire". Le scénario en a été repris en 2002 pour le film "Amen" de Costa-Gavras qui, tiens mais quelle coïncidence!, est un communiste affiché. En tout cas, prendre les inventions d’une oeuvre de fiction écrite vingt ans après, pour des preuves historiques, montre bien que la propagande et la diffusion du mensonge par les mass-médias ont encore de beaux jours devant eux.

    Entre parenthèses, Rolf Hochluth, a depuis apporté publiquement son soutien au négationniste (des camps de concentration) David Irving. Et c’est aux calomnies lancées par ce type en 1963 qu’on accorde crédit?

    Il y a d’autres livres d’historiens sérieux ou témoignages qui disent la vérité sur l’attitude de Pie XII, mais on peut effectivement lire celui-là parmi les plus récents. Bonne lecture à ceux qui n’aiment pas la désinformation…

    Répondre
  8. Vendée

    02/03/2010

    à IOSA (et à d’autres…):

    Expliquez- moi donc, vous qui ne voulez rien avoir à faire (je pèse mes mots ) avec l’Eglise  catholique, en quoi vous concerne ce que peuvent  faire et dire les responsables de notre Eglise d’autres membres de cette Eglise ????

    Répondre
  9. Haumonte

    02/03/2010

    Bonjour,

    Pour ceux qui hésitent à juger Pie XII et l’Eglise catholique  sans connaitre le dossier!
    Je vous conseille de lire le livre du rabbin Dalin aux éditions Tempora: Pie XII, le pape d’Hitler…bonne lecture!

    Répondre
  10. sitbon

    02/03/2010

    à l’attention de mr Menou.

    pourriez-vous me préciser votre pensée, qui traitez-vous de salaud ?

    merci de me répondre.

    Répondre
  11. Nat

    02/03/2010

    pas de résistance chez les juifs?

    Et le la révolte du ghetto de Varsovie en 1943, qui devait annoncer celle de Varsovie l’année d’aprés? Honte plutôt aux parisiens qui ont gentillement attendu que les amerloques viennent les sauver….aaaah, les résistants de la dernière heure.

    Rappelons aussi la révolte du camp d’extermination de Sobibor.

    SI les juifs ne se "défendaient pas", c’est qu’ils n’en avaient pas forcement les moyens. Beaucoup d’entre eux ont rejoint la Resistance, mais vous preferez vous focaliser sur la "resistance" des communistes!

    Les populations juives de France, de Pologne (et autres) ne possédaient pas d’armes (les gouvernement de ces pays, méfiants envers les juifs, ne se risqueraient pas à armer le peuple "déicide").  La plupart a cru que l’Etat les protegerait, que le pouvoir de la Démocratie serait supérieur à la barbarie nazie.

    Ensuite ca va de soi. Vous êtes chez vous, toujours avec cet espoir, et des soldats allemands, accompagnés de brave miliciens débarquent en nombre et vous embarquent. "Pourquoi moi, je suis un français comme un autre aprés tout!". et bien non,vous n’êtes pas. et vous n’avez pas de Sten, ni de grenades MK chez vous pour vous défendre. Votre respect de l’autorité de l’Etat, malgré tout, est forte et vous n’imaginez pas que des braves hommes civilisés peuvent se changer en fanatiques génocidaires.

    Vous savez, proportionnellemnt, le nombre de français (par rapport à la population totale) qui ont resisté est largement inférieur au nombre de juifs qui ont resisté. Apparemment, les juifs étaient plus enthousiates à défendre leur peuple (menacé directement par le nazisme) et la France que les français catholiques eux mêmes (leur indépendance étant menacée directement par le nazisme).

    Enfin, si les juifs n’ont pas "beaucoup" resisté comme les glorieux français, ils ont, contrairement à ces derniers, retenu la leçon. La France, elle, a cessé de se défendre,idéologie social ‘communiste oblige.

    Quant aux juifs, on leur reproche justement aujourd’hui de se défendre contre ceux qui veulent les exterminer.

     

    Répondre
  12. Le Solognot

    02/03/2010

    Quel salaud ! Bravo. Rien à ajouter

    Répondre
  13. picardet

    02/03/2010

    Bravo pour cet article, mais les tas de "salauds" comme lui se reconnaîtront-ils?
    Je suppose qu’ils se seraient bien planqués à l’époque.
    Nous risquons d’ailleurs de revivre ce genre de période totalitaire. Il faut veiller!

    Répondre
  14. Burgat Jean-Paul

    01/03/2010

    Une fois de plus, on n’est pas surpris. L’Eglise romaine souffle toujours le chaud et le froid.

    Elle doit se tirer d’affaire par tous les moyens, étouffée qu’elle est par ces dognes et sa tradition.

    Avec Rome, on est toujours à des lieues de la Bible, des pratiques du christ et de ses apôtres.

    Je crains qu’elle ne changera jamais, sa puissance et son influence est si grande, religieuse, politique et financière.

    Sortez du mileu d’elle, dit la Bible.

    Jean-Paul Burgat, pasteur et éditeur.  

    Répondre
  15. REIN Achille

    01/03/2010

    Bravo de prendre ainsi la défense de l’Eglise catholique, quand on sait qu’une église à été profanée, tabernacle brisé à coups de hache, à Morangis en Essonnes, et qu’aucun  grand  média de France n’en a parlé. 

    Si c’était une mosquée…. 

    Répondre
  16. IOSA

    01/03/2010

    Si ce Pape avait ouvert un tant soit peu la bouche pour dénoncer le génocide juif, je me demande si les juifs que la gendarmerie & police française menaient hardiment dans les convois à bestiaux….se seraient laissés faire ?

    Voilà ce que cet article ne dit absolument pas, mais est il vraiment nécessaire d’en parler si on ne veut pas comprendre ?

    Qui de vous tous (lecteurs des 4V) ….se serait laissez menez à l’abattoire si vous saviez ce qui vous attendait ?

    Alors sauvez une centaine ou même deux ou trois milliers de juifs en pensant que rien ne peut sauver les autres durant cette guerre est certes honorable mais seulement en apparence.

    Quelle chance le pape a t’il laissé au deux, trois voire quatre millions de juifs morts par son silence ( 6 six millions au total morts dans les camps) ?

    Pour ma part et je parle en tant qu’ homme, je préfère mourir en combattant car je tuerai des ennemis à mon peuple avant de mourir, que de périr comme un animal dans un abattoire ( et encore je ne parle pas des expériences faites sur les juifs ou autres ethnies).

    M.Menou, saviez vous que certains docteurs SS pratiquaient dans les camps ?

    La vérité est souvent difficile à admettre, mais les faits sont là et bien là.

    Les nazis auraient eu du fil à retordre avec des juifs armés et pret a tout pour sauver leurs familles et leurs vies et sans aucun doute….la guerre aurait durer moins longtemps avec par conséquence moins de morts parmis les résistants, les forces armées et les civils pris en otages.

    N’oublions surtout pas que les nazis ont tout fait pour cacher leurs crimes aus yeux de tous y compris des allemands et celà est significatif du doute engendré sur le soutien du peuple allemand à cette extermination.

    Une armée sans le soutien de son peuple est vouée à l’échec ( ex: la guerre du viet-nam/usa).

    Je gage que les lecteurs des 4V feront le bon choix si leurs vies sont menacées.

    IOSA

     

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)