Lu dans la presse : L’identité révolutionnaire d’Eric Besson

Posté le 15 février , 2010, 12:00
9 mins
Le 3 novembre dernier, à l’Assemblée nationale, le premier ministre, François Fillon, s’exprimait sur l’identité nationale, une question « aussi vieille que la France elle-même », affirmait-il, en ajoutant : « Cette nation citoyenne, elle accueille et elle a assimilé depuis des siècles des générations d’étrangers. Eh bien, il n’y a rien de choquant à dire ensemble qu’il est normal que ceux-là même qui sont venus dans notre pays s’approprient l’héritage du pays des droits de l’homme. »
Nation citoyenne, pays des droits de l’homme… Tout était dit avant que le débat sur l’identité ne soit engagé. Mais le débat, dans le fond, a-t-il jamais été engagé ? Ce n’est pas l’avis de Bruno Larebière, qui remarque dans Minute du 10 février que « dans toutes les régions de France, chacun a pu constater que ces réunions étaient ou non ouvertes au public selon le bon vouloir des préfets. »
Ainsi, dans l’Hérault, certaines réunions publiques ont été annulées pour éviterque les Identitaires de la Ligue du Midi, a expliqué la presse locale, ne prennent « un malin plaisir », comme ils l’ont fait à Nîmes et à Carcassonne, « à "animer" et "pimenter" les réunions officielles de réflexions peu goûtées par les autorités. »
En somme, le gouvernement veut bien débattre, mais avec ceux qui pensent comme lui…
« La vision bessonienne de l’identité nationale, finalement, ce n’est rien d’autre qu’une conception dite républicaine de la société, déconnectée de toute réalité historique, dégagée de toute filiation autre qu’idéologique, où le mot patrie (le pays des pères) n’a plus sa place et où les ancêtres n’ont droit de cité (républicaine, démocratique et laïque) que si leur nom peut être inscrit au Panthéon des Grands Ancêtres de la République », poursuit l’éditorialiste de Minute.
Bruno Larebière dénonce une « dérive totalitaire qui est en train de se mettre en place petit à petit ». De ce totalitarisme, écrit-il encore, l’école est appelée à devenir « l’un des vecteurs privilégiés », comme dit Eric Besson qui souhaiterait « que dès l’école primaire et tout au long de leur parcours scolaire, les jeunes citoyens puissent être sensibilisés aux valeurs de la République et du civisme. »
« Ce qui est effrayant, s’indigne Bruno Larebière, c’est que ces enfants, nos enfants, soient désormais vus, comme dans n’importe quel régime totalitaire, comme des agents du système politique en place qui seront ensuite chargés d’aller porter la bonne parole auprès de leurs parents ! »
L’histoire bégaie : Saint-Just rêvait déjà d’arracher les enfants à la néfaste influence de leurs parents pour en faire de parfaits petits révolutionnaires…
Le journaliste de Minute exagère-t-il ? Il ne le semble pas, à considérer les explications données par Eric Besson le 8 février à propos de La Marseillaise : selon lui, le souhait concernant le « sang impur » qui devrait abreuver nos sillons ne viserait pas les étrangers – horresco referens – mais les mauvais Français contre-révolutionnaires !
Le « sang impur » était français !
Cette fois, c’est Bernard Anthony, président de Chrétienté Solidarité qui fulmine, dans un communiqué de presse : « "Le sang impur" était donc, selon lui, celui des Français que la Révolution se devait d’exterminer », écrit-il avant de dresser le martyrologe du terrorisme révolutionnaire.
« Sang impur », celui de la famille royale, des prêtres catholiques insermentés, des Français guillotinés sous la Terreur, « dont une immense majorité d’ouvriers et d’artisans attachés à leurs anciennes libertés », des « centaines de milliers de paysans vendéens et de Bretons »exterminés au cours du « premier populicide de l’histoire moderne », des victimes des noyades de Nantes et des colonnes infernales, des femmes et des enfants vendéens jetés dans les fours à pain, des populations des villages basques « suspects de tiédeur républicaine », des catholiques du Vaucluse « mis à mort atrocement », des ouvriers de Lyon massacrés… ?
« Désormais, et tant que l’on n’aura pas remplacé « sang impur » par d’autres paroles, je ne chanterai pas La Marseillaise », conclut Bernard Anthony.
On n’ose imaginer quelles « valeurs citoyennes » seront invités à faire leurs, dans les écoles, les « enfants de la patrie ». Avec la bénédiction de Nicolas Sarkozy et de François Fillon, Besson marche sur les traces des « Grands Ancêtres ». Il ne fallait pas en attendre davantage de ce transfuge du parti socialiste, devenu ministre de l’« Identité nationale » avec la mission essentielle d’accommoder ladite identité pour la rendre recevable par les populations immigrées.
Reste à savoir pourquoi il croit bon de leur expliquer que le « sang impur » de La Marseillaise ne concerne pas les étrangers. Tout le monde n’est donc pas français ?

8 Commentaires sur : Lu dans la presse : L’identité révolutionnaire d’Eric Besson

  1. Scipion

    16 février 2010

    En complément à l’éditorial de Bruno Larebière, voici la conclusion d’une intervention que j’ai faite hier sur AgoraVox – sous le pseudonyme Marc Gelone – en réponse à un texte condamnant le débat sur l’identité, pour "droitisme", voire pour "extrême droitisme" :

    "…vous n’avez pas compris ce que voulait le duo Sarkozy-Besson en lançant un débat sur l’identité nationale. Pendant la campagne de 2007, le futur président avait dit en au moins une circonstance, que pour lui c’était « Liberté-Egalité-Fraternité ». Le but de la manœuvre était donc de dégager une identité sans aucun lien avec ce qui distingue les Français de ceux qui ne le sont pas – le « fond de permanence »**, dont parle Siegfried par exemple.

    "Cette identité devait être le produit d’une réflexion, une démarche intellectuelle, une construction complètement artificielle, qui était censée réunir en une même entité nationale le chirurgien cardiaque de Bichat et l’éboueur burkinabé, le physicien nucléaire de La Hague et le plongeur sénégalais, l’historien de l’Antiquité et le terrassier maghrébin, le programmeur informatique et l’épicier chinois…

     "C’est cette mission impossible qui a foiré. N’est pas Jim Phelps qui veut !"

     * « Il y a dans la psychologie des peuples, un fond de permanence qui se retrouve toujours. Nous sommes encore, par combien de traits, semblables aux Gaulois nos ancêtres, et les caractéristiques que Tacite notait chez les Barbares ou les Juifs de son temps, sont encore reconnaissables dans les Allemands, les Israéliens d’aujourd’hui. » André Siegfried, « L’Ame des peuples ».

    Répondre
  2. Anonyme

    16 février 2010

    On touche le fond la…les 4 verites citant Minute comme exemple. Je ne vois pas ce qu’il y a de Droite Liberale dans l’encessement d’un courant ethno-nationaliste de Droite Collectiviste. Certains Francais devraient en finir avec leurs fantomes. La Guerre d’Algerie est finie!!!!!! Le probleme n’est pas l’Islam, car il n’y a pas 1 seul Islam, mais divers courant. L’Islam est un reseau de sectes, de tribus de pensees, toutes interpretant l’Islam selon le contexte local. l’Islamisme cad l’interpretation politique du Coran est la creature de Frankenstein creer par l’Occident pendant la Guerre Froide: un peu d’ideologie millenariste, un peu de socialisme et beaucoup de wabbisme. Tout cela comme arme pour destabiliser le Moyen Orient et l’Asie Centrale contre l’URSS et la Chine. Malheureusement apres la Guerre Froide, le monstre s’est retourne contre ses createurs, cad l’Arabie Saoudite, les USA (Al Quaida) et la France (Komheini). l’Occident se croit en guerre contre l’Islam, mais c’est faux, nous subissons les dommages collateraux d’une guerre civile a l’interieur de l’Islam depuis des centaines d’annees. Beaucoup ici pensent que le but principal des Terroristes est d’attaquer l’Occident et de l’envahire. C’est en partie vrai, mais c’est aussi en parti faux. Le but principal des Islamistes est de polariser les musulmans moderes a l’aide de precheurs, de gauchistes, et du racisme myope de l’Europe. Il s’agit pour eux de faire croire a l’Occident que tous les musulmans veulent la guerre sainte. Il sagit pour eux de pousser les musulmans moderes de tous les pays et de divers courant vers une seule et unique voie, l’Islamisme, le Califat. Si aujourd’hui les musulmans se sentent menacer dans leur ensemble, c’est par la combinaison des politiques opportunistes des gouvernements de gauche comme de droite dans l’ensemble des pays occidentaux, mais c’est aussi par le pillonage incessant de la propagande islamiste. Ne nous laissons pas manipuler par les Islamistes, ni par les Gauches ou les Droites racistes et opportunistes et manipulatrices, aidons nos amis arabes, africains, asiatiques a reformer leurs islams et a vivre en paix avec l’Occident. Ne jouons pas le jeu des islamistes, n’alienons pas les musulmans de France. Aidons les a mieux integrer leurs brebis egares. Le Spectre

    Répondre
  3. Antoine George

    16 février 2010

    Nier qu’il existe un pb d’identité nationale et un intérêt à en parler ensemble me semble une fuite facile. Recourir à la polémique n’est pas mieux. En refusant le débat ou en le faisant dériver dans la caricature, on perd une liberté fondamentale qui est celle du droit à l’expression. Quant au sang impur, d’où qu’il vienne, il est temps de l’oublier dans nos sillons et de passer à d’autres espérances. C’est bien le caractère français de réveiller une polémique vieille de plus de 200 ans… Pour aboutir à quoi ? À la repentance de l’état français au nom de la continuité républicaine ? Il est temps de regarder devant nous et de chercher ensemble comment affronter les défis du 21ème siècle plutôt que d’excommunier les démons du 19ème.

    Répondre
  4. pier42

    16 février 2010

    Il ne faut pas comparer le conteste de la révolution Française avec le danger que court l’identité nationnale en train de se diluer dans l’invasion de l’immigration incontrolée et encoutagée par des associations de gauche et èxtrème gauche dans le but de dèstabiliser le gouvèrnement actuel , critiquer sans cesse la volonté de réforme de notre Président  et encourager l’islam radical en France .

    Répondre
  5. IOSA

    16 février 2010

    lauent@..

    ".Premiers génocides et premiers crimes de masse."

    Bien avant la révolution, les premiers crimes de masse furent perpétrés par le vatican…une religion parmis tant d’autres.

    Besson ne fait que parachever la venue d’une autre religion avec son lot de cortèges d’ignares assoiffés de sang au nom d’un Dieu invisible.

    IOSA

    Répondre
  6. LAUENT

    15 février 2010

    Merci  pour  ce très bon article.La gauche française,toujours aussi virulente à l’assemblée nationale  et dans le pays a émergé dans la révolution de 1789,par la haine et dans le sang.La terreur et la barbarie générale ont été engendrées par cette idéologie destructrice .Premiers génocides et premiers crimes de masse.

    Répondre
  7. La bête blonde Teuton

    15 février 2010

    http://www.statistics.gov.uk/cci/nugget.asp?id=461

    En Grande-Bretagne aussi, l’identité nationale est une question brûlante ! ( voir graph education *  Chinese pupils have best GCSE results )

     

    * avec dans l’ordre :

    – Chinois

    – Indiens

    – Blancs

    – Métis et autres groupes ethniques

    – Bengalis et Pakistanais

    – Noirs africains

    Répondre
  8. dbp

    15 février 2010

    m’sieu tout le monde il est français ; meme les habitants de la planete zoglon III  croutant du zyrconium ( a tous les repas !)

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)