Lu pour vous : Considérations sur la nature de la Révolution

Posté le février 03, 2009, 12:00
2 mins

Mallet du Pan est sans doute beaucoup moins connu que Joseph de Maistre ou Edmund Burke parmi les critiques de la Révolution de 1789. Pourtant, ce grand journaliste mérite largement d’être redécouvert et il faut remercier les éditions du Trident de publier ce remarquable petit ouvrage que sont les « Considérations sur la nature de la Révolution française et sur les causes qui en prolongent la durée ».
Contrairement à un Maistre ou un Bonald, mais comme Burke par exemple, Mallet du Pan, ne défendait pas l’Ancien Régime. Il luttait contre le jacobinisme, qu’il assimilait aux invasions barbares qui mirent fin à la grandeur de Rome.
Mais la véritable originalité de Mallet du Pan tient à sa réflexion sur les « causes qui prolongent la durée » de la Révolution. Il écrit en 1793 et voit bien que le processus révolutionnaire n’est pas près de s’arrêter. Et il note avec amertume l’absence de véritable opposition. Il moque entre autres (dès 1793 !) cette « solution », qui sera si fréquemment invoquée au XIXe siècle, de la « réunion des intérêts conservateurs ».
Non pas que le conservatisme soit mauvais, bien au contraire. Mais on ne s’oppose pas efficacement à la démagogie par la défense de la propriété. Il faut également gagner la bataille des idées.
Ce programme reste d’actualité !

ACHETER AVEC AMAZON

3 réponses à l'article : Lu pour vous : Considérations sur la nature de la Révolution

  1. Jean-Claude THIALET

    10/02/2009

    "Les-4-Vérités"   – 10 02 09

    A Vitruve. Merci pour votre "ajout". S’il est encore temps avant que ce "forum" se ferme, permettez-moi de compléter comme suit la phrase du Général Charles-François du BARAIL (1) que vous citez  fort justement :

     –  "Une révolution devant l’ennemi est un crime, et  quand c’est à bord d’un bateau en train de couler, c’est un suicide !"

    Mais, on le sait, il y a en France des gens aussi bien au nouveau NPA d’Olivier Besancenot (le chouchou des médias), des syndicats (particulièrement "Sud") et des Assoces, sans parler de la Finance apatride, qui n’attendent que le "Grand soir", la faillite de la France sans se soucier  – sauf pour les derniers de ma liste qui sont, eux, bien à l’abri) de couler avec le "France-Titanic".

       Permettez-moi de reprendre  votre Vale !

                                              Cordialement, Jean-Claude Thialet

    (1) je ne sais pas si Nicolas SARKÖZY, en tant que maire de Neully sait que ce héros des guerres du Mexique, d’Algérie, etc. est mort dans sa "bonne" ville…

    Répondre
  2. VITRUVE

    09/02/2009

    AVE Monsieur Thialet

    pour (petite) contribution encore une citation, celle du général Barail à propos du 4 septembre 1870:

    "une révolution devant l’ennemi est un crime"

    à rapprocher des grèves actuelles alors que la crise fait rage…

    salut et fraternité à vous

     

     

    Répondre
  3. Jean-Claude THIALET

    07/02/2009

    "Les-4-Vérités"   – 07 02 09

    Puisqu’il est question ici de "révolution", parlons-en à travers les quelques citations que voici :

    – "Les révolutions font perdre beaucoup de temps" (Henry de MONTHERLANT, in "Malatesta")

    – "A toutes les époques révolutionnaires, les évènements ont été produits non pas les mots écrits, mais par les mots parlés" (Adolf HITLER, in "Mein Kampf")(1) (ndlr : cet "expert" oubliait que s’il avait effectivement beaucoup parlé, il avait aussi écrit un "pavé". Il est vrai que c’était en prison où il ne pouvait guère parler !)

    – "des sottises faites par des gens habiles, des extravagances dites par des gens d’esprit, des crimes commis par des gens honnêtes… voilà les révolutions !" Louis de BONALD)

    – "La révolution est une transition entre un ordre qui tombe et un ordre nouveu qui se fonde." (Emile LITTRé)

    – "La révolution, comme Saturne, dévore ses propres enfants." Georg BÜCHNER

    – "En temps de révolution, prenez garde à la première tête qui tombe, elle met le peuple en appétit." (Victor HUGO, in "les Derniers Jours d’un Condamné")

    – "ce ne sont point les hommes qui mènent la révolution, mais la révolution qui emploie les hommes" (Joseph de MAISTRE, in "Considérations sur la France)

              A toutes et à tous, salut cordial et … fraternité !!! Jean-Claude THIALET

    (1) étrangement, des Associations communautaristes s’indignent de voir que "MEIN KAMPF" se vende (très bien, en ce moment !) en TURQUIE, l’allié que soutient perinde ac cadaver l’ISRAËL, notamment pour (presque) exiger, avec l’appui de son autre allié les ETATS-UNIS D’AMERIQUE , son entrée dans l’UNION EUROPENNE. Ces mêmes Associations ne s’étonnent pas que le "livre maudit" se vende aussi en ISRAËL.! Il est vrai que ces "Assoces" (Crif, Licra, etc.) n’ont cessé d’appuyer l’arrivée en FRANCE sans le moindre contrôle d’immigrés dont elles se plaignent aujourd’hui de constater les violences … "antisémites"  ! Eternelles contradiction du "peuple élu" !

     

                                                                                             

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)