Afghanistan : des précisions nécessaires

Posté le septembre 09, 2008, 12:00
8 mins

Le mot a été employé par le père de l’un des soldats français tombés en Afghanistan sous les balles des talibans : « abject ». Ce dont cet homme parlait était un reportage photo où l’on voyait des terroristes islamistes poser avec des armes, des vêtements, et une montre pris à leurs victimes. Les photos étaient accompagnées d’un article où les mêmes terroristes se voyaient donner la parole pour dire que, si les Français ne partaient pas et ne cessaient pas de suivre les « ordres » des États-Unis, ils seraient tués, tous, jusqu’au dernier. Publier cet article et ces photos quand des soldats français sont exposés au danger et quand la France est impliquée dans une guerre, ce n’est pas informer : c’est se faire le porte-voix et l’agent d’influence de l’ennemi.

Qu’aurait-on dit si, pendant la guerre d’Algérie, des criminels du FLN avaient pu non seulement donner des rendez-vous à des journalistes français, mais poser pour faire la première page d’un magazine et donner des interviews « exclusives », leur permettant d’insulter l’armée et le peuple français ? Il existe dans ce pays une perte graduelle de toutes les valeurs et un enlisement dans le relativisme qui sont consternants et donnent la nausée.

Retrouver les valeurs impliquerait qu’on discerne à nouveau tout ce qui sépare un assassin de sa victime effective ou potentielle, un soldat de l’armée d’un pays démocratique d’un djihadiste barbare. Pour que cela se fasse dans le contexte afghan, il faudrait expliquer, plus nettement que ce n’est fait aujourd’hui, ce que sont les enjeux du combat qui se mène en Afghanistan, et dire que les choses sont claires : ou bien l’Afghanistan redevient une base arrière du terrorisme islamique international, ou bien on y combat ce même terrorisme pour qu’il finisse par s’éteindre.

Il faudrait aussi expliquer, bien sûr, que le terrorisme peut être vaincu, souligner qu’il l’a été en Irak, et souligner, en outre, que la guerre en Afghanistan fait partie d’une guerre plus vaste dont la bataille d’Irak a fait partie : explications et soulignement, c’est un fait, sont difficiles à mener dès lors que la France officielle, politique et médiatique, persiste à considérer que l’intervention en Afghanistan est juste, mais que l’intervention en Irak était « injuste » et sans la moindre légitimité…

Sortir du relativisme supposerait, en supplément, qu’on sache précisément dans quel camp se trouve la France, et que quelqu’un, en très haut lieu, fasse un exposé précis de la situation planétaire, des objectifs et des finalités de la politique étrangère de la France aujourd’hui.

On ne peut pas envoyer des soldats se battre en Afghanistan et pratiquer en parallèle l’apaisement vis-à-vis de l’Iran ; critiquer les propos d’Ahmadinejad et avoir au même instant des attitudes équivoques vis-à-vis de la Syrie ou de la Libye ; prétendre défendre Israël et l’indépendance du Liban, et considérer le Hezbollah comme un interlocuteur politique ; affirmer être du côté de la démocratie et apaiser la Russie poutinienne…

On ne peut, surtout, continuer à se taire sur ce qui s’est passé du côté de Bagdad, car le silence et le mensonge sur le nouvel Irak constituent le grand point aveugle de tout ce qui se dit en France sur la situation planétaire, sur la lutte contre l’islam radical et contre l’esprit de dictature, et sur la possibilité de gagner dans cette lutte.

Il y a, dans tout cela, un manque de cohérence et de clarté, une absence de ligne directrice visible et définie qui ne peuvent être sans conséquences.

L’abjection d’un article et de photos peut heurter un instant, et conduire certains, fort heureusement, à une réaction salubre de dignité blessée. Mais il est, sur un plan plus vaste, logique, hélas, que dans le contexte tel qu’il est, un nombre croissant de gens se demande à quoi cela sert de mourir pour Kaboul. Leur répondre qu’il s’agit d’infiniment davantage que Kaboul est difficile, très difficile en ce pays aujourd’hui.

Entre la lâcheté socialiste, les vestiges de la politique arabe héritée du gaullisme, les invocations vides concernant l’Europe, la myopie des nationalistes d’extrême-droite, reste-t-il, en France, un chemin, une possibilité de rappeler qu’à la mondialisation économique correspond une mondialisation des dangers, et qu’il s’agit, encore et toujours, à l’échelle planétaire, du combat entre la liberté et l’oppression ? Nous le saurons très vite…

44 réponses à l'article : Afghanistan : des précisions nécessaires

  1. Magny

    24/09/2008

    Bien vu Feravec : c’est Massoud qui nous manque comme allié en Afghanistan . Je me souviens ma rage de voir que pas un pays européen ne lui avait tendu la main quand il était venu demander de l’aide contre les talibans . Quels imbécles ces "leaders" qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez .

    Bien vu aussi Aspidephoros : la critique récurrente des chasseurs , ces soi-disant excités de la gâchette , c’est vraiment la tarte à la crème du politiquement correct . Ces dépendants qui achètent leur boeuf sous cellophane qui osent traiter de barbares ceux qui expérimentent en direct le prix de la vie : sauvegarder la sienne en sacrifiant une autre , c’est à vomir . Mais de quel droit les planqués jugent-ils ceux qui ont le courage de leurs opinoins ?  

    Répondre
  2. ozone

    22/09/2008

    Le tir cela s’apprend,faut bien régler le fusil,avec un peu d’application cela marche.

    Reste la question,avons nous intérét que tous les jeunes soient de bons tireurs,that is the cuestion…..

    Répondre
  3. Anonyme

    20/09/2008

    Au sujet de l’ adresse des combattants afghans au fusil, il y a une expliaction toute simple.

    Il 60 ou 70 ans , la population française était en majorité rurale, les fils pour la plupart suivait leurs pées à la chasse et apprenaient donc à tenir un fusil et à tirer mais au fur et mesure de désrtification de la province et l’ installation en ville des français beaucoup moins d’ hommes suivirent leurs péres dans les chasses dominicales.

    La mauvais edu chasseur vu comme un tueur dans les médias nationaux et dans la population qui va chercher son steack au coin de la rue dans une barquette plastifiée a produit une génération de jeunes garçojns ne sachant plus tenir un fusil, la prémière que ces jeunes gans épaulée fut le Mas de l’ armée lors de leur service miltaire.

    Cette évolution n’ échappa pas aux militaires qui diminuérent le calibre des armes d’ épaule en passant du 7,65 au 5,56, une ogive moins lourde donc moins de poudre pour la propulser ce qui permet d’ emporter plus de cartouches au combattant lui offrant la possibilité de tirer sans se soucier du manque de cartouches.De plus un soldat bléssé mobilise plus de personnele qu’ un combattant mort, n’ oublions pas que nous sommes dans un systéme occidental de la guerre ou il faut perdre le moins d’ hommes possible alors que les guerriers afghans eux se préoccupent moins de cet aspect humain.

    Les Taliban viennet de tribus ou l’ art de la chasse existe toujours et peuvent donc allumer à 400 métres n’ importe qui, ce qui pour un occidenatle demandera un entrénaiment suivi, une sorte de ré-apprentissage de la chasse tout simplement .

    Il y certainement des races plus aptes à faire des travaux, des équations mathématiques, de voir la nuit ou de faire la guerre dans le passé, les royaumes combattants employaient des mercenaires venant de différentes régions(Suisses, Lansquenets, Ecossais des Higlands) pur défendre ou ravager les régions de leurs ennemis.Lors de la deuxiéme guerre mondiale, les vigies des navire snippons étaient de meilleurs observateurs que celles des vaisseaux américains ce qui n’ empécha pas ces derniers de vaincre les premiers.

    A tous les biens pensants de ce site qui seront peut être choqués pas certains de mes propos qu’ ils m’ expliquent pourquoi lors de la finale du 100 métres tous les concurents sont d’ origien sub sahariennes et cela même pour les dames qui au demeurant sont toutes de magnifiques jeunes femmes.

    J’ attends avec impatience leurs explications.

    Répondre
  4. Anonyme

    18/09/2008

    St Tex ; " les Afghans font mieux car il semble qu’ils aient un sens innée de la balistique"

    –  Sens inné, je ne sais pas, mais quand on lance des caillous aux chiens jaunes depuis l’age de deux ans, le cerveau acquiert probablement suffisamment de datas pour évaluer correctement une trajectoire vingt ans apres, meme si elle est plus importante.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  5. Anonyme

    18/09/2008

    St Tex : " Je mettais à la fin 8 balles (avec lunette) dans une boite d’allumettes (surface) à 400 m"

    Kudos! St Tex. Felicitations.

    Mancney

    Répondre
  6. Anonyme

    17/09/2008

    Drakkar : " 400 m en conditions "réelles – pas au calme au stand – les spécialistes vous le diront, c’est pour les pros.’

    Pas de problemes, Drakkar, je vous crois tout a fait. I guess j’ai juste voulu mettre mon grain de sel, et vous montrer que je vous lisais!

    All the best, mon ami,

    Mancney

    Répondre
  7. Anonyme

    17/09/2008

    A DRAKKAR.

    Et si, les Afghans snipers sont nombreux, et ces gens de tendance hypermétrope naturelle ont une vue d’aigle que favorise aussi l’altitude.  Quand à tirer correctement, il font mouche à l’aise à 200 m avec un Enfield (.303) de la WWI, alors.  Le 7.62 court soviet (Kalashnikov) se prête mal au tir à longue distance. Cette munition est trop lourde.  Le 30.08 est meilleur mais pas optimal. Je ne vias pas entrer dans le détail toutefois. Le 7.62 européen est un peu plus intéressant.  Celà dit, je tire à la carabine depuis l’âge de 7 ans et j’ai eu pas mal de flingues entre les mains, passant des concours.  A l’armée, on m’a affecté au FSA lunetté puis au FRF1.  Je mettais à la fin 8 balles (avec lunette) dans une boite d’allumettes (surface) à 400 m, mais les Afghans font mieux car il semble qu’ils aient un sens innée de la balistique (j’adorais ça en physique).  L’intérêt est le calcul de la trajectoire selon la T°, le vent, l’altitude.  mais maintenant, il y a des computer qui calculent tout.  Celà dit, la culture sniper US inclus le tir au cal .50, ce qui n’est pas facile mais n’est pas délicat non plus.

    Répondre
  8. ozone

    16/09/2008

    Encore une fois,l’armée Française se retrouve dans une guerre impossible a gagner,personne ne va tuer autants d’afghans que les russes,cela leur a servi a quoi?

    Le monde est pleins d’occasions merveilleuses,Blackwaters embauche,un nouvel avenir s’offre a tous.

    Ne vous en privez pas…On ne vit que deux fois…

    Bush et Cie n’ont qu’un but,le petrole,la lutte contre l’islamisme n’est que du pipo,(pourquoi favorisent’ils son extension en Europe?)un conte pour enfants sages,tout leur complexe militaro industriel vit de cela,assurer les lignes de communications.

    Et devinez qui va s’inviter dans leur campagne electorale un ou deux jours avant le jour J,;

    Pourquoi B Laden vit encore des jours heureux? Hein,pourquoi?

    Allez,allez,chaque cayuco qui arrive aux Canaries ou a Lampedusa est un danger bien plus grand que des talibs qui courrent entre les collines Afghannes.

    Répondre
  9. Drakkar

    16/09/2008

    OK Mancney, voir est une chose. Je confirme ce que vous dites, j’ai des exemples … bien en vue si je puis dire.

    Mais faire mouche avec une arme est une toute autre histoire et je m’y connais un tout petit peu. Faire un centre à 200 m au .308 à lunette demande quelques boîtes de cartouches en entraînement. Y arriver sans lunette demande une longue expérience.

    400 m en conditions "réelles – pas au calme au stand – les spécialistes vous le diront, c’est pour les pros. Alors avec une Kalash, il faut vraiment l’aide d’allah (à conditions qu’il se soit entraîné).

    Mais c’est un détail comparativement à la gravité du sujet. Les snipers de l’armée US sont foutrement bons !

    Salutations.

    Répondre
  10. Aregundis

    16/09/2008

     

      Jean-Claude THIALET nous gratifie d’une « analyse » que ne renieraient pas les plumitifs du Monde diplomatique et de Rouge – d’où il ressort que l’humanité n’a qu’un seul ennemi tutélaire : les États-Unis d’Amérique. Une antique rengaine qui date de Marx et Lénine qu’il ressert comme une nouveauté. Chacun comprend qu’au travers de G.W. Bush, c’est la grande démocratie américaine et ses valeurs qui sont désignés à la vindicte. Nous sommes ici dans une confusion totale. Mais « l’antiaméricanisme est le socialisme des imbéciles. » dit Julliard du Nouvel Obs.
    Mes interventions concernant l’article de G. Millière valent ce qu’elles valent et n’ont nulle prétention à assener des vérités.

    Par respect pour nos soldats morts au combat, j’ai évité de commenter le papier de Match. J.C. Thialet nous parle « d’impréparation » de nos soldats, sans nous dire ce que devrait être, a contrario, selon lui, une préparation militaire.
    Sur zone, des fautes ont pu être commises. Lesquelles ? Manque de soutien logistique ou aérien? Une enquête le dira peut-être. En tant qu’ancien Marsouin je ne me souviens pas d’avoir été « préparé », sinon psychologiquement, à prendre une balle dans le buffet. Il y a que nos soldats se sont trouvés pris dans une embuscade. Tous les vétérans d’Indo et d’Algérie savent de quoi il s’agit. Qu’on soit aguerri ou un bleu-bite ne change rien à l’affaire. Dans une embuscade les balles sont pour tout le monde.

    L’Occident est en guerre. Il s’agit d’éradiquer la plus mortelle menace qui pèse sur la civilisation. Et J.C. Thialet – que je ne prends pas pour un idiot en dépit de ses vociférations – devrait pourtant comprendre que ce combat là dépasse très largement le cadre et les intérêts des seuls Afghans. Nos soldats seraient sans doute bien mieux à se prélasser dans une garnison exotique aux Antilles ou aux Seychelles qu’à risquer leur peau pour des couilles-molles ingrates. Le « jusqu’auboutisme », n’est pas de notre fait. Cette guerre nous est imposée. Le fait que l’armée US soit « engluée » en Irak, n’implique en aucune manière que sa mission est illégitime. Elle ne l’était pas davantage jadis quand il s’agissait de défendre le monde libre contre la peste nazie ou le choléra bolchevique. L’Irak débarrassé d’un tyran a un gouvernement légitime reconnu par la communauté internationale. C’est un conflit religieux qui met aux prises deux communautés irakiennes,  tout comme la guerre Iran-Irak.

     J.C. Thialet procède par affirmations sans apporter l’ombre du moindre repère, d’un fait, d’une date, d’une référence quelconque. C’est la bouillie de chat habituelle déversée sur le web :
     
    « Les Américains ont mis en place un régime hyper-corrompu dont les responsables, à tous les niveaux, s’en mettent plein les poches aussi bien avec l’argent des subventions qu’avec celui de la drogue. ». Qu’en sait-il ? Quels sont les faits précis ? Quelles sont ses sources ? Et comment peut-on s’abaisser à une telle phraséologie haineuse ?

    « Même en comptant les victimes du World Trade Center où, que je sache, aucun Afghan, aucun Taleb n’était d’ailleurs impliqué… » Impliqué dans quoi ? Dans l’attentat ou parmi les victimes ? Des commentaires ne brillent pas par leur clarté. Si toutefois on peut appeler ça des commentaires…

    « il me paraît bon de rappeler que les Services spéciaux américains (sur ordre, j’imagine, de leur Gouvernement) ont actionné le Gouvernement GEORGIEN, etc… » .

    J.C.
    Thialet trouve bon de « rappeler » ce qu’il imagine ! En somme, ce sont les gens de la CIA qui ont poussé le président géorgien à agresser la petite Ossétie*, et  ceux-ci excitent l’Ukraine « à se détacher de la mouvance russe », comme il dit. Ouai! Et même que Poutine est un agent de l’ex-KGB infiltré à la CIA. Et ma soeur est une taupe des services secrets chinois, ouai, parfaitement! Et Sarko est un curé défroqué. Et pis d’abord, c’est eux qui ont crashé les avions sur les tours jumelles, ouai! Et pis, ils sont jamais été sur la Lune, oua
    Cela fait un demi-siècle que la presse castriste dénonce chaque semaine un nouveau complot de « l’impérialisme ».  La prose de J.C. Thialet est de la même eau. Si seulement J.C. Thialet pouvait juste un peu s’informer avant de crachoter ce qui lui traverse le crane. Oui, juste un peu. 
    Je pourrais aisément, en citant mes sources, démentir tout ce qu’il raconte. Je m’en tiendrai ici à quelques faits concernant l’Ukraine :
    •  1er décembre 1991, l’Ukraine proclame son indépendance, confirmée par un référendum.
    •  14 janvier 1994 : le président Kravtchouk signe avec les présidents russe et américain un accord qui prévoit le démantèlement de 1 500 ogives nucléaires ex-soviétiques stationnées en Ukraine.
    • 8 juillet 1994 : les dirigeants du G7 réunis à Naples décident de contribuer financièrement à la fermeture de la centrale nucléaire de Tchernobyl, théâtre d’un grave accident en avril 1986.
    • 1er juin 1995 : l’Ukraine signe un accord de partenariat avec l’Union européenne. Kiev s’engage à renforcer ses liens avec l’O.T.A.N.
    • 6 février 2001 : c’est la révolution orange avec son égérie, la belle Ioulia Timochenko.
    •  2 novembre 2004 : Le président Viktor Iouchtchenko se trouve défiguré par une tentative d’empoisonnement à la dioxine.
    • 13 mai 2005 : les présidents des Parlements ukrainien, lituanien et polonais créent une assemblée interparlementaire dans le but de renforcer la coopération régionale et de soutenir la marche de l’Ukraine vers l’Union européenne.
     C’est ce qu’il appelle appelle « l’attachement de l’Ukraine à la Russie" ! Je cite ici des faits et non mon état d’âme. Ces faits qui ont été largement couverts et commentés, sont connus et accessibles à qui veut se donner la peine de les vérifier : dans les archives de la presse ; dans l’Encyclopedia Universalis ; ou même en moins officiel, mais tout aussi intéressant, dans Wikipedia. Mais ce doit être trop fatiguant de vérifier ses dires…

    En conclusion, je dis que J.C. Thialet a parfaitement le droit d’éructer les mêmes boniments que l’extrême-gauche antidémocratique, antisémite et antiaméricaine. Mais alors qu’il le fasse savoir ouvertement en disant qui il est. Tout simplement. Et pour cela il n’est nullement nécessaire de faire de Guy Millière sa tête de Turc.  Aregundis.

    * Rappels : en 1990, des milices géorgiennes assiégèrent Tskhinvali, capitale de l’Ossétie du Sud. Bilan : 800 morts. Deux ans plus tard, l’armée géorgienne occupa Soukhoumi, la capitale de l’Abkhazie. Source : E.U.

    … Et je n’ai toujours pas compris comment  ce truc là fonctionne à partir de Word.

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    16/09/2008

    MANCNEY. Même si j’ai bien compris ce que vous vouliez dire en évoquant le "vieux chibani" (NB. par définition, "chibani" = VIEUX !), je vous rappelle que le Maghreb, pas plus que l’Afghanistan n’ont l’exclusivité des "snippers". Rappelez-vous qu’à STALINGRAD des "snippers" soviétiques (l’un d’entre eux particulièrement qui était devenu un "héros national") ont fait des merveilles (façon de parler !) en descendant systématiquement  des hauts gradés su Commandement allemand. So long ! Jean-Claude THIALET

    Répondre
  12. Anonyme

    15/09/2008

    Drakkar : " Mouche à 400 m sans lunette ? Cette affirmation doit faire lever les sourcils à ceux qui ont déja tiré à cette distance."

    J’ai chassé, un peu quand j’étais mome, qqs part au Maghreb…
    Et je me souviens, en crapahuttant dans les champs labourés, que le vieux chibani qui m’accompagnait pouvait voir ces foutus alouettes huppées a des kilometres… enfin presque. Il voyait tres loin, en tout cas, et c’est pas gros, une alouette huppée, je devais en flinguer des douzaines pour faire qqs brochettes.
    Certains peuples sont plus entrainés a voir de loin que d’autres… On en revient toujours aux "différences" entre les peuples, entre les races.  Et c’est tres bien comme ca..

    Best,

    Mancney

     

    Répondre
  13. Jean-Claude THIALET

    15/09/2008

    "Les-4-Véris"  15 09 08

    Premières remarques.

    Guy Millière, dans la première partie de son article s’interroge – nous interroge – en se demandant, avec une apparence d’objectivité, à propos du reportage (très controversé) de "MATCH" en Afghanistan qui faisait suite à la tragique embuscade dans laquelle une dizaine de soldats français avaient péri : "Qu’aurait-on dit, si, pendant la guerre d’Algérie, des criminels du FLN avaient pu seulement donner des rendez-vous à des journalistes français ?"  Sans parler des tous les reportages et/ou d’interviiews de ce genre que publie la Presse américaine beaucoup plus libre que la nôtre, je répondrai qu’outre que cela s’était produit, il n’y a pas besoin de remonter à 50 ans en arrière : dans un passé récent, les chaînes de télévision (notamment France-Télévision) ont montré périodiquement des interviews où l’on voyait des indépendantistes corses encagoulés donner leur point de vue. Sans que cela provoque de la part d’un Gouvernement, prompt à s’enflammer au moindre tagage d’une croix gammée, le moindre tollé, la moindre sanction ! "MATCH", dont on peut sans doute critiquer certains aspects du reportage aura certes provoqué un électro-choc  sur la manière dont certain soldat a été "zigouillé" (chose courante en Afghanistan comme en Algérie !), et que les Autorités avaient jugé bon de cacher, mais il aura aussi incité les Français à se poser les bonnes questions aussi bien sur l’impréparation de la mission dans laquelle ont péri nos soldats, que sur les raisons de l’engagement de nos forces en AFGHANISTAN. Et c’est sans doute ce qui irrite le plus le jusqu’auboutiste de la guerre qu’est assurément Guy MILLIERE.(1)

    La France, pas plus que les autres nations engagées dans ce bourbier, pas plus d’ailleurs que les Etats-Unis qui les y ont entraînées, N’A RIEN A FAIRE DANS CETTE AVENTURE. Et les beaux discours tant de George W. BUSH que du professeur Millière ne changeront rien à cela. Loin de s’améliorer depuis l’arrivée des forces occidentales, la situation générale du peuple afghan n’a cessé de se détériorer depuis le départ des Talibans. Sauf, bien sûr, pour quelques individus qui savent toujours tirer leur épingle du jeu dans ce genre de situation où les millions de dollars tombent. Si l’on interroge les gens du peuple, ceux qui n’aimaient pas forcément les Taliban, ils regrettent le temps de la chari’a qui leur permettait de vivre en paix sans avoir la trouille, où les voleurs qui pullulent aujourd’hui à KABOUL étaient châtiés sans pîtié. Et quand on invoque la burka chère aux Taliban, il n’y a qu’à regarder les reportages pour voir qu’elle cntinue à dominer. Le comble étant atteint lorsqu’on voit à la Télévision des journalistes femmes s’affubler d’un voile ! Et quand j’aurais ajouté que les Américains ont mis en place un régime hyper-corrompu dont les responsables, à tous les niveaux, s’en mettent plein les poches aussi bien avec l’argent des subventions qu’avec celui de la drogue. Une drogue qui empoisonne l’Occident tout entier (en commençant par les G.I’s sur place) et que les Taliban avaient au moins eu le mérite d’éradiquer pratiquement. Oui, je sais, George W. BUSH et son ami Guy MILLIERE argueront, une fois de plus, qu’en intervenant en AFGHANISTAN, c’était pour détruire un repaire d’islamo-terroristes. Ce à quoi je répondrai, outre que cela reste à prouver  : qu’est-ce qui fait le plus de ravages dans le monde occidental ? la drogue, ou l’islamo-terrorisme ? Même en comptant les victimes du World Trade Center où, que je sache, aucun Afghan, aucun Taleb n’était d’ailleurs impliqué…

    Deuxièmes remarques

    Le brillant géopoliticien qu’est assurément Guy MILLIERE, tente d’abuser les "croyants" (pas les Musulmans, mais ceux qui croient dur comme fer que, quoiqu’il arrive, quoiqu’il se passe, George W. BUSCH a toujours raison) dans une sorte de syllogisme : "le terrorisme a été vaincu en IRAK" (c’est lui qui l’affirme !) donc "il peut être vaincu" (sous-entendu en AFGHANISTAN et partout ailleurs dans les pays où il est plus ou moins en germe.

    Ce qui, par définition, autorise par avance les ETATS-UNIS à intervenir là où ils estoment que le danger de l’islamo-terrorisme se manifeste ! Pourquoi pas au PAKISTAN (NB. ce qui vient de se produire à la frontière) dont on sait que ce pays est l’allié des ETATS-UNIS. Un allié à majorité musulmane, où les attentats islamistes se multiplient, disposant de la bombe atomique, et que financent et arment depuis des lustres les ETATS-UNIS ! Que se passera-t-il si demain, avec la logique implacable qui préside à WASHINGTON, l’Oncle SAM décidait d’intervenir "en grand" dans ce pays, comme il l’a fait en AFGHANISTAN et en IRAK. Deux pays qui, pour les Américains, sont devenus de véritables bourbiers et qui engloutissent des milliards de dollars, sans parler de vies américaines. Et je ne parle pas là, de ce qu’on appelle pudiquement des dégâts collatéraux qui coûtent des milliers de victilmes civiles et provoquent d’innombra.bles dégâts …

    Guy MILLIERE nous l’affirme : le "terrorisme a été vaincu … en IRAK". Outre qu’il s’est multiplié comme le constatent des millions d’Irakiens qui vivaient en sécurité du temps de Saddam HUSSEIN, il me paraît au contraire s’être développé un peu partout. Et même en Inde ou en Chine. Mais de cela, Guy MILLIERE n’a cure dans la mesure où, pour lui, dès lors que le terrorisme ne touche pas  – ou plus – directement les Etats-Unis, cela n’a pas tellement d’importance. C’est sans doute pour cela que, en toute bonne fois, il est persuadé que "GWB" est dans son bon droit !

    Troisièmes remarques.

    Comme il est permis de le penser, l’article qui m’occupe a été écrit AVANT que la charmante Sarah PALLIN (précision je me range au nombre des "NOBAMA" !) eût "déclaré la guerre" par avance à la RUSSIE  au cas où elle toucherait à la Géorgie(2) (c’était pourtant déjà fait !) et à l’Ukraine(2). Voilà notre homme qui, lui aussi, menace la RUSSIE ! Comme si les ETATS-UNIS n’avaient déjà pas suffisamment de guerres sur les bras ! Comme s’ils ne manquait pas de G.I.’s (de plus en plus, en IRAK ou ailleurs, l’Armée US est obligé de faire appel à des volontaires chez les immigrés, ou à des mercenaires) pour mener à bien ces guerres, comme s’ils n’étaient pas eux-mêmes au bord de la faillite !

    Alors, Guy MILLIERE, selon une méthode qui a cours chez les politiciens, peut toujours, pour se donner bonne mine,  dénoncer "la lâcheté socialiste (je le cite-là), les vestiges de la politique arabe héritée du gaullisme, les invocations vides concernant l’Europe, etc." (fin de citation) même, pourquoi pas ? l’antisionisme, il peut toujours brouiller les cartes et les esprits, les faits sont têtus : les ETATS-UNIS sont englués, par la faute de George W. BUSH et de ses conseillers (neoconSS, et autres), et sous la pression d’un allié dont il semble être à la remorque, dans des bourbiers pires encore que le VIETNAM. Quel NIXON osera y mettre fin ?

    Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Je serais curieux de lire dans un prochain article ce que pense G.M. du refus du Gouvernemebnt américain d’armer l’ISRAËL pour mener "sa" guerre contre l’IRAN ? Cette décision serait-elle le commencement sinon de la sagesse du moins de la clairvoyance ?

    (1) comme tout correspndant de guerre qui se respecte, a-t-il seulement entendu siffler quelques balles ailleurs que dans un stand de tir ? 

    (2) ol me paraît bon de rappeler ques les Services spéciaux américains (sur ordre, j’imagine, de leur Gouvernement) ont actionné le Gouvernement GEORGIEN pour envahir l’Ossétie, comme ils l’avaient fait naguère, lors de la Première Guerre du Golfe, avec Saddam HUSSEIN (qui fut longtemops leur allié, notamment contre l’IRAN !) à propos du KOWEIT qui, mieux que l’Ossétie pour la Géorgie était bien, lui, une province irakienne. Et que ces mêmes Services font tout pour détacher l’UKRAINE de la mouvance russe. Un attachement qui remonte bien avant l’URSS. Que les ETATS-UNIS et leurs soutiens ne s’étonne pas que l’Ours russe voit rouge quand on agite devant lui le chiffon… rouge !

     

     

     

     

    Répondre
  14. Aregundis

    14/09/2008

     

    Bonjour à tous,
     
    A Saint-Tex : nous nous sommes bien compris, c’est le principal.
     
    A Vitruve :
    Primo : d’abord mon post n’évoque pas le mot « terroriste ». Même si ce mot s’applique bel et bien à des organisations criminelles qui – dans le cadre du conflit israélo-palestinien – envoie des zombies endoctrinés se faire sauter avec la promesse de déflorer des vierges au paradis d’Allah. (la chose s’avérant plus compliquée si le kamikaze est une femme…)  
    Secundo : personne de sensé ne veut, secrètement ou non, « exterminer » quelque population que ce soit, où que ce soit. Je suis convaincu que les Palestiniens ne souhaitent que vivre tranquillement, et en paix avec Israël. Ils sont exténués d’un conflit qui ne mène nulle part. Car ils savent bien que leur survie économique dépend du dynamisme économique d’Israël. Et ne peux dépendre QUE d’Israël. Pourquoi ?
     
    Depuis l’implosion du grand frère soviétique, les potentats arabes savent qu’ils ne peuvent plus compter que sur eux-mêmes. La situation au Moyen-Orient a considérablement évolué depuis le 11 Septembre. Les « Infidèles » occidentaux ne sont pas seuls menacés. Les Musulmans le sont aussi. La Syrie (sunnite) de Bachar redoute le nucléaire iranien (chiite) d’Ahmadinejad. Bachar sait qu’il ne gagne rien à se mêler aux sanglantes querelles irako-irakiennes. Forcée de quitter le Liban, la Syrie souhaite maintenant sortir du clan des « États voyous » pour se rapprocher de l’Occident. Parce qu’elle y voit son intérêt. La Jordanie, qui a expulsé l’OLP de son territoire en 1970, ne souhaite pas recommencer et tient les Palestiniens à distance. L’Égypte surpeuplée vit sous perfusion de l’aide américaine et du FMI. Les autres pays arabes sont trop loin et ont leurs propres emmerdes politico-sociales ; et tous vivent sous la menace des attentats islamistes. Telle est la réalité.
    Comprenez-moi bien, Vitruve, je ne reproche nullement à Arte d’avoir ses préférences. Je lui reproche de faire l’amalgame permanent entre ce que souhaite le peuple palestinien et les exigences des factions qui veulent imposer les leurs par le crime. Ce n’est pas du tout la même chose ! Non, le peuple palestinien n’a rien de commun avec ceux qui le maintienne dans la peur, la misère et la crasse. Des valeurs typiquement orientales, certes, mais dont sa jeunesse estudiantine aspire à sortir enfin. 1 400 ans de chape de plomb coranique, c’est long pour des gens qui aspirent à vivre comme on vit à Tel-Aviv, à Rome, à Paris, à New-York.  
     Le pire ennemi du « peuple palestinien »* n’est pas Israël, peuple avancé s’il en est, mais bien les factions fanatisées et corrompues de l’un et l’autre camp : le Hamas qui maintient sur le territoire de Gaza un régime de terreur dirigé contre les « traîtres » de l’autre camp, c’est-à-dire de : « l’Autorité » palestinienne de Mahmoud Abbas qui a bien du mal à l’assurer cette autorité.
    Quant au soutien des pays arabes à la « cause », il est purement verbal. Le souvenir de cuisantes déculottées militaires suffit à les tenir à l’écart du problème. Faute de mieux, ils laissent les États-Unis tenter d’accorder les uns et les autres. Accords constamment remis en cause par les tirs de roquettes et les attentats des islamistes du Hamas. Il s’agit pour le terrorisme « de tuer le plus de juifs possible ». De Juifs ! (et non d’Israéliens). Des attentats aveugles dont la motivation est la pure haine antisémite. Un antisémitisme de nature hitléro-bolchevique dont la racine se trouve d’ailleurs écrite en toutes lettres dans le Coran. Mais je ne confonds pas la population palestinienne qui ne souhaite que vivre tranquillement au côté d’Israël, avec des tueurs illuminés qui rêvent de revenir au temps des califes et leurs guerres d’extermination au nom d’Allah le Miséricordieux.
     
    Enfin, je ne vois pas le moindre inconvénient à ce que vous critiquiez mes écrits. Les forums sont faits pour ça. Malheureusement, on y lit plus d’invectives, d’éructations, d’affirmations péremptoires, que de propos argumentés. Mais ne vous en prenez pas au bonhomme. D’autant que me concernant vous avez tout faux. Je ne vois pas nécessité d’en dire davantage à mon sujet. D’ailleurs, je vous le dis ici, comme je le dis à d’autres. J’ai de moins en moins envie de participer à des discussions qui n’en sont pas.
    * Au sens ethnique, il n’y a pas plus de « peuple palestinien » que de « peuple corse ». Dès le début de l’ère chrétienne, le terme « Palestine » désignait communément le pays biblique, de part et d’autre du Jourdain. C’est aux Grecs (Hérodote), qu’on doit le terme, qui est devenu celui des Romains après la deuxième révolte juive, 135 ap. J.-C., de Syria Palaestina. Une terre d’invasion, un brassage multiséculaire de toutes sortes d’envahisseurs : Perses, Assyro-Babyloniens, Macédoniens, Hébreux, Égyptiens, Séleucides, Lagides, Romains, Arabes, Byzantins, Turcs ottomans, Britanniques,… Les israélites, présents sur cette terre depuis 3000 ans, sont tout aussi « palestiniens » que ceux qui se disent tels pour des raisons géopolitiques dont l’origine est la Déclaration Balfour de 1917.
     

     
    Répondre
  15. Jaures

    14/09/2008

    "Il faudrait expliquer que le terrorisme peut être vaincu, souligner qu’il l’a été en Irak…"

    Aujourd’hui, 5 policiers ont été tués par une bombe à Bagdad, 8 autres blessés.

    Hier, 8 morts.

    Avant hier, 25 morts et 40 blessés…

    A partir de combien de morts Millière considère t-il que le terrorisme est vaincu ?

    Répondre
  16. Drakkar

    14/09/2008

    "Pour le reste, des flingues rustiques comme les kalashnikov sont enfantins à reproduire pour eux.  Leurs gosses de 6 ans le font à l’aise.  Surtout, ce sont d’excellents tireurs qui font mouche à 400 m sans lunette.  "

    Mouche à 400 m sans lunette ?

    Cette affirmation doit faire lever les sourcils à ceux qui ont déja tiré à cette distance. En tout cas, impossible avec une kalashnikov, même neuve, alors avec un engin de fabrication artisanale vous plaisantez.

    Répondre
  17. EIFF

    14/09/2008

    Jaurés, le camarade Jospin et les socialistes nous expliqueront peut-être un jour pourquoi ils se sont engouffrés dans cette guerre en Afghanistan comme des toutous, aujourd’hui pour Sarkozy le problème n’est plus d’ordre moral mais d’ordre technique soit il met les moyens suffisants pour mettre la pâtée à ses fils de pute, soit on retire nos troupes immédiatement, certains experts parlent de 400 000 soldats supplémentaires pour pouvoir gagner cette guerre, apparemment on est loin du compte, c’est donc l’impasse ……. ne faudrait-il pas déployer l’aviation lourde et les chasseurs plutôt que de jouer au chat et à la souris dans les rues de Kaboul ?

    Répondre
  18. Anonyme

    13/09/2008

    JAURES : " Et oui ! La guere est sale et laide. Si quelques Français pensaient encore que nos soldats étaient en Afghanistan de simples instructeurs adulés par les autochtones, ils tombent de haut. Quelle information avions nous émanant de l’armée sur l’activité de nos soldats ? Qui savait qu’on envoyait au combat des gamins de 19 ans après 6 mois de stage ? Quel entrepreneur embaucherait un jeune même pour une tache subalterne avec un tel C.V ?"

    Pertinente remarque.  A force de vouloir jouer les gentils-sympas-socialos-cools, et de se croire respectés ainsi comme tels, on se prend de sérieuses baffes.  Et je suis sûr que beaucoup n’ont pas encore compris que pour les islamistes/talibans, gentils ou pas gentils, nous ne sommes tous (les chrétiens ou laïcs) que des fils de chiens justes bons à nourrir les vautours, point barre.  Le coran est très clair, non ?  Et il y en a encore des pauv’ cons qui croient qu’on va les épargner ?!!!!

     

    A AREGUNDIS : je me refuse à prononcer le nom de cet enfoiré, mais je le connais.  Et ne vous inquiétez pas, je ne suis ni surpris ni choqué.  Je suis simplement moqueur de la faiblesse de la plupart des Français à tous les niveaux.

    Quant aux armes, je suis sûr que les Afghans savent même fabriquer des Stinger d’artisanat…  Pour le reste, des flingues rustiques comme les kalashnikov sont enfantins à reproduire pour eux.  Leurs gosses de 6 ans le font à l’aise.  Surtout, ce sont d’excellents tireurs qui font mouche à 400 m sans lunette.  Pauvres petits soldats Français à peine sevrés de maman et au ventre aussi tendre que leur mental…  Déjà aux J.O., nos athlètes sont du genre : "beeeeeeeen, on va essayer de gagner quelque chose", alors imaginez à la guerre….  Dans la tête, nous sommes des touristes de la guerre…

    Répondre
  19. VITRUVE

    13/09/2008

    AVE

    à Aregundis

    heureusement qu’Arte parle encore des Palestiniens qualifiés du générique de " terroristes "par vous-même (qui veut noyer son chien…c’est tellement plus facile et cela permet de dormir tranquille) car ils seraient exterminés depuis longtemps si on posait une chape de plomb sur ce réel ( quoi que vous en pensiez) problème, mais je n’ose penser  que c’est ce que certains espérent secrètement.

    Quand aux Afghans, pas d’ironie, au contraire, les ayant vus , à l’époque, reproduire des Mauser "schnellfeuer" à la lime , je ne puis que renouveler mon admiration à ces ingénieux combattants.

    Leurs armes, de plus en plus sophistiquées,  viennent aussi bien du camp occidental( voir article de Courrier International ( à gauche?) sur les trafiquants de Floride et de Suisse  ) que de "l’axe du mal"…idem pour la revente de la drogue (interdite sous les talibans, rappelons-le) qui voyage maintenant dans les cargos de l’Air Force…

    Enfin, ça devient lassant de retrouver ces profs en retraite qui notent chacun sur ses écrits et ressentiments ( la force de l’habitude?), il y a parmi les 4V des correspondants qui ont voyagé et qui ont des opinions qu’ils se sont forgées sur le tas… souvent bien différentes de celles professées par les théoriciens …rester à l’écoute de l’autre, beau programme, encore faut-il avoir conservé son libre arbitre. 

    VALE

    ergo glu capiuntur avis

     

    Répondre
  20. Aregundis

    12/09/2008

     

    Bonjour,

    A Vitruve,

    — Que vos amis trouvent que Arte est « pro-allemande » n’aurait, a priori,  rien d’étonnant puisque cette chaîne est née d’un consortium – d’un GIE, précisément, franco-allemand. Pro-allemande ? Je ne vois pas en quoi. Mais il est clair que les dossiers traités se ressentent de cette alliance. A tort ou a raison, nos amis allemands cultivent une repentance permanente de leur passé nazi. Ce qui conduit à un curieux mélange d’écolo-pacifisme peu en phase avec la vraie mentalité germanique historique, plutôt belliqueuse.  Personnellement, je suis opposé à toute repentance. Les générations d’aujourd’hui n’ont pas à se reprocher les égarements idéologiques de leurs grands-parents. A persister dans cette aberration de demander pardon à la terre entière, un jour on se repentira d’avoir appris l’écriture et apporté les antibiotiques aux tribus nègres.  Il reste qu’Arte est nettement de gauche. Arte est à la télé ce que le Nouvel Obs est à la presse écrite. La Chaîne n’a pas son égale, même si je trouve qu’elle fait la part trop belle aux factions palestiniennes, et quelle joue trop souvent le rôle de « lessiveuse » pour des intellectuels qui furent en occident les pires propagandistes de l’esclavagisme stalinien : Berthold Brecht, Günter Grass, Toni Negri, Sartre, et tant d’autres, qui se sont vautrés dans l’adoration stupide du communisme – et qu’elle nous abreuve de niaiseries sur un islam culturel prétendu « tolérant ». Arte n’en est pas moins est une télé de qualité, incontestablement, surtout les soirs ou les chaînes concurrentes n’ont rien à dire. C’est-à-dire presque tout le temps.

    — Je pense que vous avez tort d’ironiser au sujet de l’Afghanistan. Le vrai génie des tribus arriérées, pashtouns, tadjiks, etc… pour se bricoler des armes à partit de bouts de ferraille ne doit pas cacher une situation globale très inquiétante. Les talibans se procurent des armes sophistiquées. Reste à savoir auprès de qui. Corée du Nord ? Arabie saoudite (en sous-main) ? Soudan ?

     A Saint-Ex,

    Le type à qui vous faites allusion, vous pouvez le nommer sans problème.  Il s’agit de Georges Boudarel, décédé en 2003, militant communiste, commissaire politique du Viêt-Minh. Au camp de « rééducation » 113, il a torturé et fait exécuter 278 prisonniers français sur 320. Il fit l’objet d’une plainte pour crimes contre l’humanité, rejetée en Cassation en 1993 sous Mitterrand.
    Sur Boudarel voir : http://www.denistouret.net/textes/Daoudal.html

     Vous vous dites surpris et choqué que… Mais, mon ami, avez-vous déjà oublié qu’on était alors dans l’ère mitterrandienne, que François Mitterrand avait été élu, en 1981, avec le soutien communiste du Programme commun de la gauche, et réélu, en 1988, avec celui de la « gauche plurielle » avec les communistes, les Verts, les trotskistes ? Comment faire de la peine à un brave militant qui avait combattu « l’impérialisme » au Viêt-Nam, voyons ? Et ce d’autant que la notion de « crimes contre l’humanité » s’appliquait alors aux seuls crimes nazis. Il a fallu la chute de l’empire soviétique en 1990 et la sortie du Livre Noir du communisme (Robert Laffont, 1997) pour qu’apparaisse en plein lumière, pour le grand public, la parenté criminelle des deux socialismes ennemis.

     A Laudance,

    Vous faites une bonne analyse de la nécessité de combattre le fanatisme en Afghanistan. Il est impossible à la conscience morale des nations civilisées de laisser se réinstaller dans ce pays un abominable régime de terreur qui serait alors impossible à éradiquer. Un régime qui serait une menace directe contre les pays arabes voisins, accusés d’être complices des « mécréants occidentaux », et une forteresse imprenable pour Al Qaïda dans sa guerre contre l’Occident. Les pacifistes sont des couilles molles ; pire, des irresponsables. On ne gagne rien à négocier avec des gens qui ne rêvent que de vous crever la peau. Israël ne doit sa survie qu’à son intransigeance à ne jamais négocier avec le terrorisme. Le grand tort de l’Occident, c’est d’avoir trop hésité à soutenir le commandant Massoud. Mais je crois que vous trompez sur le compte de l’opposition. Les socialistes sont bien conscients de la menace. Au fond, ils ne font des pati-patia ridicules sur le sujet que pour la seule raison que la traque des talibans, dans laquelle sont engagés de nombreux pays, est sous commandement américain.

    Répondre
  21. HansImSchnoggeLoch

    12/09/2008

    En tant de guerre toute connivence avec l’ennemi aboutit en cours martiale et nous en guerre avec les terroristes talibans.  La presse ne pourra  pas prétendre que cette loi ne la concerne pas. Seulement voilà, les lois n’existent plus dans ce pays de droits acquis.

    Répondre
  22. Laudance

    11/09/2008

    Alors que pour certains elle semble irrationnelle et que pour d’autres elle est considérée comme exceptionnelle, la présence française en Afghanistan est, à mon avis, tout simplement naturelle. En effet, la guerre ne se livre pas dans les salons parisiens réservés à la cinquième colonne, mais bien sur le terrain, là où il est normal que la France assume sa part du travail. Certes, elle nous avait habitués, ces dernières années, à tirer dans les pattes de ses alliés, afin de soigner son image auprès de qui vous savez, croyant ainsi échapper à des retombées sur son territoire. Mais Nicolas Sarkozy a peut-être compris qu’il s’agissait là d’une attente illusoire.

    En retrait jusqu’il y a peu, l’armée française est donc montée au créneau face aux talibans lesquels ont, évidemment, aussitôt spéculé sur l’émotion suscitée par les pertes inévitables consécutives à un engagement enfin véritable. Bien sûr, cette émotion ne les concerne en aucun cas, eux qui n’hésitent pas à massacrer leurs semblables, à les sacrifier sur l’autel de leur cause totalitaire. Mais ils en connaissent le mécanisme et l’utilisent habilement, au détriment de l’Occident dont les médias amplifient le moindre événement, à grand renfort de reportages orientés, et dont les élites rêvent encore à des combats qui, selon leurs règles imaginaires, excluraient la  mort.

    Aujourd’hui, on comptabilise les tués à l’unité et par dizaines dans les cas extrêmes, alors que jadis et même naguère on les dénombrait par dizaines… de milliers. Les Occidentaux ont donc beaucoup progressé, afin de réduire leurs pertes en vies humaines, ce qui les honore  mais ne les exonère pas du prix à payer pour leur liberté. Or, il se fait que celui-ci va augmenter aux enchères des guerres qui leur sont imposées par des fanatiques pour qui les morts ne comptent pas, tout à la joie qu’ils éprouvent à l’idée de massacrer des infidèles et se retrouver près d’Allah.

    Voilà pourquoi il ne faut pas faire la guerre diront  les esprits imprégnés de pacifisme et d’angélisme, parmi lesquels il doit bien s’en trouver qui sont grassement payés pour cela. Comme si l’on avait, selon ces principes-là,  un choix autre que celui entre la peste et le choléra, c’est-à-dire entre abandon  et capitulation. Alors non, il n’y a pas d’alternative au front, à un front loin du pays, sauf à courir le risque insensé de l’accepter à ses frontières ou, pis encore, à l’intérieur de celles-ci. Et si l’on négociait, rêvent éveillés les agneaux hypnotisés par le loup entré dans la bergerie.

    Négocier avec qui ? Avec des gens assoiffés de domination et veulent détruire notre civilisation, et pour qui une telle démarche soulignerait la faiblesse de l’Occident et servirait leurs intérêts, car elle leur permettrait de mener les Européens par le bout du nez et de rallier des partisans. Mais les talibans obscurantistes représentent-ils vraiment un danger pour le Vieux Continent qui se considère éclairé ? Non, estiment à tort tous ses penseurs forts… de toutes leurs erreurs accumulées avant chaque dégelée. Mais oui, à mon humble avis partagé par des gens qui ne vivent pas enfermés dans une société autiste.

    Pourquoi oui ?  Parce que, s’il certain que loin de leurs montagnes, dans une guerre classique, les talibans ne feraient sûrement pas le poids face à l’armée française, par exemple, il n’en demeure pas moins vrai que leur victoire là-bas aurait des conséquences désastreuses, notamment en France. En effet, elle confirmerait la fragilité des démocraties, dès qu’une résistance leur est opposée, et leur incapacité à gérer à l’intérieur un conflit se déroulant à l’extérieur.  Ce serait la porte ouverte à un harcèlement de plus en plus proche et pressant, puis au cœur même d’un territoire déjà occupé par une importante minorité acquise à la cause de l’islam conquérant.

    Serais-je donc un vulgaire va-t-en-guerre ? Bien sûr, soutiendront les descendants des Munichois et les collabos infiltrés : « C’est un nazi contrarié dans son enfance, un fasciste imperméable à la repentance ». « Je dirais même plus », ajouteront à tour de rôle les Dupont(d) : « C’est un Américain, un suppôt de George Bush ». Suprême injure dans la bouche des bien-pensants. Et encore ils ne savent pas tout, sans quoi leur sentence tiendrait compte du fait que chaque matin, lors du petit-déjeuner familial, je transforme l’ancien slogan « Y’a bon Banania » en « Y’a pas bon Obama ».

    Pour la Nouvelle France construite par ceux qui sont une chance pour l’ancienne et l’actuelle, je suis donc irrécupérable. Ceci dit, trêve de plaisanteries. Alors je précise que je n’aime pas la guerre, mais que le moment est venu de la faire, non pas en marche-arrière mais en allant de l’avant, sans mettre de gants, en se disant qu’un succès, impossible à moins de se plonger les mains dans le cambouis,  remettrait les pendules à l’heure et calmerait quelques ardeurs. Pour cela, il faudrait que l’Occident soit uni, ce qui est loin d’être acquis.  En France comme ailleurs, car la majorité y meurt de peur et l’opposition y est contre tout, et surtout en dessous de tout.

    Répondre
  23. Feravec

    11/09/2008

    Sur l’Afghanistan :

    L’opposant le plus efficace au pouvoir central afghan lors du 11 septembre était l’Alliance du Nord ( Massoud avait été assassiné le 9 septembre ).

    L’Alliance du Nord était soutenue par l’Iran, le Tadjikistan, l’inde et la Turquie, chacun pour des raisons qui lui étaient propres. Faut-il ajouter que l’Alliance du Nord associait Tadjiks, Shiites Hazaras et Uzbeks. De son côté, Al-Qaida était soutenu par de larges secteurs du pouvoir pakistanais. 

    Les Etats-Unis ont préféré constituer une autre alliance avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite contre Al-Qaida et pousser à l’arrivée au pouvoir du Pashtoun Hamid Karzaï. Cette nouvelle alliance a éjecté l’Iran ( shiite ), le Tadjikistan ( proche des Tadjiks ), l’Inde ( qui n’aime pas trop le Pakistan ) et écarté les membres de l’Alliance du Nord. On peut noter que 15 des 19 pirates du 11 septembre étaient Saoudiens, ce qui n’implique pas le gouvernement saoudien mais indique la fragilité du soutien saoudien à la lutte contre Al-Qaida.

    On a découvert plus tard que beaucoup de membres d’Al-Qaïda s’étaient réfugiés à la zone frontalière entre le Pakistan et l’Afghanistan, ce qui laisse sceptique sur l’efficacité réelle du Pakistan. Le pouvoir de M. Karzaï semble s’arrêter à la banlieue de Kaboul. Encore faut-il mentionner le rôle des chefs de guerre féodaux.

    La question n’est pas de lutter ou non contre le terrorisme islamique, mais de trouver la bonne politique et les bonnes alliances pour y arriver.  En 2006 : 1931 attaques par explosif au bord des routes. 2007 : le chiffre est monté à 2615 ( rapport du Pentagone Juin 2008 ). Il n’est pas trop tard pour prendre les bonnes décisions.  A condition de voir la réalité et non de tout réduire à un choix binaire entre le bien et le mal.

    Répondre
  24. Jaures

    11/09/2008

    Et oui ! La guere est sale et laide. Si quelques Français pensaient encore que nos soldats étaient en Afghanistan de simples instructeurs adulés par les autochtones, ils tombent de haut. Quelle information avions nous émanant de l’armée sur l’activité de nos soldats ? Qui savait qu’on envoyait au combat des gamins de 19 ans après 6 mois de stage ? Quel entrepreneur embaucherait un jeune même pour une tache subalterne avec un tel C.V ?

    Le ministre de la défense continue de prétendre que nous ne sommes pas en guerre.Comment s’étonner dés lors que des feuilles de choux comme P.M s’engouffrentdans ce vide médiatique, ce permanent mensonge par omission ?

    Quant aux cris d’orfraie de Millière, qui peut encore les prendre au sérieux ?

    Quand les soviétiques occupaient l’Afghanistan, seul "L’Humanité" qualifiait les djihadistes de "barbares". Quel stratégie aboutit au terrible constat actuel ?  Bush n’a jamais compris que la force brutale. Aujourd’hui, chacun peut qualifier l’autre de barbare. Abou Ghraib, les centaines de milliers de civils innocents victimes des uns ou des autres: les djihadistes ont réussi à amener un Bush consentant sur leur terrain.

    Comme si il suffisait de quelques missiles pour vaincre l’islamisme radical. Il aurait fallu aider les populations civiles, investir dans l’éducation, éradiquer le traffic de drogue, aborder globalement le problème de la région en tenant compte notamment du conflit latent entre l’Inde et le Pakistan qui fait, pour ce dernier, du Pakistan un enjeu stratégique…

    Bref, il aurait fallu agir, mais aussi réfléchir. Or Bush et ses amis, même en France, en sont incapables.Voilà pourquoi nous enterrons de jeunes Français pendant que Millière écrit chaque semaine depuis 7 ans que le terrorisme est vaincu en Irak et que nous sommes tous des laches. 

    Répondre
  25. Anonyme

    11/09/2008

    Aregundis & Eric ont raison.

    Les Français sont en majorité émasculés. Tout justes bons à se disputer un ballon de foot.  La plupart sont prêts à collaborer avec les terrosites pensant tirer leur épingle du jeu perso.  Mais ils ne comprennent pas que, pire qu’avec les nazis (National Socialistes), ils ne sont que des chiens d’infidèles juste bons à nourrir les vautours. Vous allez voir qu’on va se tirer de là bas la queue entre les jambes. 

    Quant aux journalistes-reporter, moi je ne pleure pas quand certains prennent du plomb.  Et quand on voit le comportement de certains avec les terroristes, on ne peux s’empêcher de penser au tortionnaire des prisonnier de Dien Bien Phu, le sinistre salopard Français que je ne nomeerai même pas qui les tortura avec les viets.  Je suis surpris que ce type là n’ait pas été kidnappé, torturé et liquidé à son retour en France.

    Répondre
  26. VITRUVE

    11/09/2008

    AVE

    Aregundis trouve qu’ ARTEserait pro-arabe et devrait être nommé "Al artezeera" alors que certains de mes amis trouvent ce média trop pro-allemand et pro OTAN dans sa ligne éditoriale, bref des opinions totalement opposées.

    Cela me rassure et me conforte dans l’idée que je me fais de cette chaîne qui me semble être la plus objective et la plus honnête de notre paysage télévisuel.

    Concernant l’Afghanistan, nous sommes pris dans un guêpier sans nom… Comme le dit si justement SAINT TEX ce ne sont pas des rigolos et ils sont nés avec un fusil Lee Enfield entre les mains , de plus s’ils venaient à en casser une pièce, il vous refont cela en trois coups de lime sur n’importe quel marché…idem pour les Kalash! en plus l’intendance fonctionne au tel portable sur les fréquences GSM allouées par les states, ironie de la mondialisation…

    VALE

    ergo glu capiuntur avis

    Répondre
  27. Drakkar

    11/09/2008

    Belle analyse, comme toujours.

    Néanmoins, comme toujours, je reste en désaccord avec la notion d’islam radical que M. Millière oppose à l’Islam "tranquille", fréquentable.

    Les événements passés et futurs nous montreront qu’il n’y a qu’un islam avec de multiples facettes juste destinées à tromper le gibier occidental.

    L’ennemi est l’ennemi et il faut cesser de lui faire des courbettes de couloir d’ambassade.

    Répondre
  28. Anonyme

    11/09/2008

    Paul : " Chine et USA ne se feront jamais de guerre militaire. La Chine est trop étendue pour etre conquise, l’Amérique trop armée pour etre vaincue sans que ses adversaires soient eux aussi ravagés. "   " A terme, soyez sûr qu’ils se partageront le monde !"

    –        Intéressant commentaire, thanks.  Ou voyez vous l’Islam la dedans?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  29. COLSON

    11/09/2008

    …Et ce devoir d’ explication incombe évidemment à notre Président, lequel, à mon sens, circonscrit par trop son discours sur le combat contre l’islamisme radical en Afghanistan alors que, vérité d’évidence, la menace est planétaire. Les Français doivent supporter la vérité. A Sarkozy et à lui seul (notre ministre des armées semblant hélas dénué de cette capacité…erreur de casting évidente) de le faire.

    Répondre
  30. Eric

    10/09/2008

    Mr Milliere, La majorite des Francais etant devenus des invertebres gauchisants, encore 10 morts de plus et l armee francaise quittera deja l Afghanistan sous la pression de l opinion publique composee en majorite de: gauchistes, collabos, Musumans, Francais(es) de souche marie(es)a un(e) Musulman(e) et donc convertis ou sur le point de l etre, anti-Americains d extreme droite preferant faire alliance avec les Islamistes qu avec les Americains (ex Le Pen pour la bombe iranienne). Le peu qui restent lucides sont taxes de fachos. N est- il pas eclairant que seulement 10 % des Francais voteraient Mc Cain, 80% Obama le Carter bis bien sur? En resume on est plus proches de la France collabo que de la France heroique jadis mais morte depuis bien lontemps 1918 je dirais.

    Répondre
  31. Sebaneau

    10/09/2008

    Tiens, pour une fois il y a moins de demeurés  pour commenter les articles de Guy Millière.
    Pourvou qué ça doure…

    Répondre
  32. Aregundis

    10/09/2008

     

    Bonjour,

    Il n’y a rien de critiquable dans l’exposé de Guy Millière. Son analyse est tout-à-fait remarquable et juste. J’approuve entièrement. Un autre auteur faisait la même analyse, quoique dans des termes différents et dans un autre contexte. Que ce soit dans La Tentation totalitaire, La Connaissance inutile et bien d’autres de ses ouvrages, J.F. Revel l’aura souvent répété et démontré : il y a dans notre pays une foule de gens de tous les bords politiques, mais principalement à la gauche du PS, dans les franges trotskistes du parti, et à l’extrême-gauche qui souhaitent – plus ou moins ouvertement – l’instauration d’un "régime nouveau". Non pas stalinien, ni même communiste au sens classique, mais plutôt une « démocratie directe » anarcho-libertaire et bref, populacière. Une soviétisation de la société sur le modèle des conseils ouvriers. Un vieux rêve trotskiste. Une dictature, quoi !  Il suffit de lire attentivement Edwy Plenel, JF Khann, Laurent Joffrin ; la littérature altermondialiste ; de regarder les émissions d’Arte qui à force de platitudes respectueuses envers le monde musulman et de commentaires pro-palestiniens, a fini par mériter d’être appelée « Al artezeera ». Il s’agit toujours de dénigrer l’Occident, ses valeurs, d’encourager le relativisme moral et culturel, l’indifférentisme religieux. De se livrer à une sotte apologie négrophile des mœurs primitives.
    Je me contrains à lire ou écouter ces gens-là, non sans dégoût, car il nécessaire de savoir comment évolue la pensée de gauche pour mieux s’y opposer. Et que dire des nombreux sites gaucho-anarcho-libertaires qui pullulent sur le net ? Là, plus d’analyses savantes et de discours frauduleux et sophistiqués. Là, le niveau intellectuel est proche de zéro. Des porcheries. Seul mot d’ordre : encourager par tous moyens tous les désordres possibles. Y compris par la violence.
    La faillite totale des économies dirigées, l’Afrique noire retombée en sauvagerie pour cause d’idéologie tiers-mondiste teintée de racisme tribal, les bagnes chinois, nord-coréens et vietnamiens, les tristes pantalonnades castristes puis sandinistes, les clowneries de Chavez, la chute de l’empire soviétique… Tous ces désastres n’ont fait qu’exacerber la rancœur, la haine de la démocratie et de l’État de droit. Comme il n’est plus possible – sauf à sombrer dans le ridicule – de faire l’apologie du communisme, les penseurs de gauche s’accordent à en faire l’éloge indirectement en dénonçant les effets néfastes, selon eux, du libéralisme « sauvage ».
    Alors, à défaut de ressusciter le communisme, on en a fabriqué un nouvel avatar ; non plus étatique, mais populacier, anarchique : l’altermondialisme écolo-libertaro-égalitariste avec pour emblèmes dérisoires Hugo Chavez et le « sous-commandant » Marcos. Le populo n’a pas suivi. Nouvelle faillite. Alors, les ennemis jurés de la liberté – et la cohorte d’imbéciles moutonniers qu’ils traînent derrière eux – se sont alors tournés vers un allié quasiment naturel : l’islam. Pourquoi naturel ? Parce que l’islam fait depuis 1400 ans ce que le communisme à échoué à réaliser en soixante-quinze ans : le totalitarisme parfait engendrant la soumission aveugle des masses. Il va de soi, si on entre dans cette aberration mentale, ce suicide intellectuel, qu’en lorgnant vers les dictatures arabo-musulmanes, on en soutient du même coup les pires dérives : islamisme radical et terrorisme. Il serait trop long dans le cadre présent d’en examiner en détail les prémisses : proclamation de l’État d’Israël en 1947, Nasser, panarabisme, naissance du terrorisme palestinien, antisionisme, FLN, guerre d’Algérie, porteurs de valises, mai 68, terrorisme d’extrême-gauche, immigration nord-africaine en France… jusqu’au 11 Septembre et les événements qui en ont découlés.
    Mais quel rapport en ce qui vient d’être exposé brièvement et les clichés de Match ? Même si sa rédaction  héberge quelques gauchistes (comme il en est dans tous les journaux), cet hebdo n’a en soi rien de révolutionnaire. Un contenu genre people, des paparazzis, un lectorat plutôt populaire. Non, c’est que les idées ravageuses et mensongères de la gauche anarcho-libertaire ont fait leur chemin dans les consciences et plus particulièrement dans la jeunesse qui n’a rien connu de l’hitlérisme, de la collaboration, du stalinisme et de la guerre froide. Une grande partie de l’opinion française, trompée par une propagande grossière et incessante (Canal Plus, en particulier), en est venue à prendre G.W. Bush pour un ennemi du genre humain, la guerre contre Saddam une agression, et nos forces en Afghanistan comme une occupation à visée impérialiste. De même que peu à peu s’insinue dans les esprits l’idée qu’il n’y aucun danger à construire une mosquée par ici et une école coranique par là, et ainsi de suite. L’ennemi musulman a admis l’impossibilité de conquérir l’Occident par les armes. Il a choisi d’autres méthodes bien plus efficaces : le peuplement accéléré de nos banlieues aidé de la polygamie islamo-africaine, et le discours « modéré », « tolérant », de « l’islam paisible » répercuté en écho par la cohorte des béni-oui-oui médiatiques.
     
    Gia Tien Nguyen m’excusera, j’ai quelque peine à saisir la logique de son propos. Comment peut-il se dire d’accord avec Guy Millière et puis dire l’inverse ? Comment soutenir une chose et son opposé ?
    S’il pense vraiment que le monde libre n’est libre qu’entre guillemets, en quoi le Viêt-Nam communiste était-il despotique, alors ?  C’est l’un ou l’autre.  La politique, ce n’est pas ménager la chèvre aux dépens du chou ; c’est accepter la réalité telle qu’elle est. Guy Millière souligne avec pertinence les incohérences de notre politique étrangère. Oui, dans quel camp sommes nous ? Comment ne comprenez-vous pas qu’en médisant ainsi de G.W. Bush et des États-Unis, vous vous faites le porte-parole docile de la propagande antidémocratique ? Par exemple, il fallait choisir entre Saddam Hussein et G. Bush. La gauche française, sans surprise, a choisi le premier, j’ai opté pour le second. Saddam est mort. L’Irak connaîtra t-il un jour la paix ? Personne n’en sait rien. Sera-t-il démocratique ? Non, jamais. Démocratie et islam sont incompatibles. Mais ce n’est pas parce que Sunnites et Shiites s’étripent en Irak que les États-Unis ont eu tort d’éliminer un tyran sanguinaire. Avec ou sans l’Amérique les musulmans s’entr’égorgent depuis le temps des califes.
    Un jour sonnera inéluctablement l’heure du choix définitif : ou accepter l’asservissement ou se battre pour la liberté. Le même choix qu’en 1940. Mais je crains que cet asservissement n’ait déjà commencé et que, pire encore, nous l’ayons déjà accepté.
    Répondre
  33. François

    10/09/2008

    Bouffe a tous les rateliers Millière. Voilà qu’il instrumentalise la triste mort de jeunes soldats français pour promouvoir comme toujours la démocrassie US et sans rire nous faire croire que les terroristes ont disparu d’Irak et que tout va bien Madame La Marquise.

    Comme tu dis Guy, abject…

    Répondre
  34. Louis Canbron

    10/09/2008

    Lors d’un interwiev  sur la radio 93.3 à Québec, à l’émission "Bouchard en parle", Eric de Lavarène, le reporter photo de Paris-Match, a indiqué qu’il n’était pas gêné de serrer la main des assassins des soldats français… Qu’il faisait son travail de journaliste… Il a précisé être en Afghanistan depuis 7 ans pour enquêter sur les bavures de l’OTAN…

    Sylvain Bouchard, le journaliste animateur de l’émission, a demandé à de Lavarène si, par exemple, il était témoin de l’agression d’une personne en pleine rue il préfèrerait prendre des photos plutôt que de défendre l’agressée ? De Lavarène a répondu que la question ne se posait pas…

    Pas habitué à ce qu’un confrère lui pose de bonnes questions, de Lavarène a laisser comprendre en filigranne sa préférence à être du côté des terroristes pour attaquer les libertés !

    Répondre
  35. DMB

    10/09/2008

    « Qu’aurait-on dit si, pendant la guerre d’Algérie, des criminels du FLN avaient pu non seulement donner des rendez-vous à des journalistes français, mais poser pour faire la première page d’un magazine et donner des interviews « exclusives », leur permettant d’insulter l’armée et le peuple français ?  » Monsieur Millière, relisez la presse de l’époque ( le Monde, L’Express, Nouvel Obs, l’Humanité, etc) et vous verrez….. Bien souvent nos intellectuels se chargeaient eux-mêmes de la besogne.

    Répondre
  36. alf007

    10/09/2008

    Jamais le gouvernement français de droite ou de gauche durcira le ton envers ceux qui trouvent des "avantages" aux talibans, l’Algérie veut la repentance, le sujet divise.

    Si la france était claire pour une fois, les futurs porteurs de valise aux talibans seraient mis hors circuit, ne parlons pas des émules de ces tueurs qui sont a l’affut dans ce pays???.

    Cela s’appelle avoir des C…, il y a longtemps que ce pays dit, et ne fait pas.

    Répondre
  37. Anonyme

    10/09/2008

    On ne peut faire de guerre sans morts.  Ceux qui ont signé dans des régiments d’élite doivent assumer.  Mais ils ont besoin du soutien de l’arrière et de politiciens cohérents, déterminés et clairs dans leurs démarches et propos diplomatiques, pas de pleureuses ni de pleurnichards adèptes de la tyrannie des émotions dont on nous abreuve chaque jour.  Les Européens sont devenus gras et mous du bide au point qu’ils ont peur de se casser un ongle… et de faire la guerre.

    Celà dit, combattre en Irak n’est pas la mêmes chose qu’en Afghanistan.  Pas le même terrain.  Et les Afghans sont des combattants nés avec un fusil dans le berceau.  Ils ont cassé l’armée Britannique, puis l’armée la plus puissante du monde (URSS) et se préparent à avaler la coalition.  Ce ne sont pas des rigolos.

    Celà dit, en effet, sois un les combat, soit on laisse proliférer derrière nous le grand nid de terroristes. Si on ne les combat pas, la guerre viendra à nous.

    Mr Millière a raison, en tous cas.

    Quant à cette pauvre fille de Paris-Match, elle a fait passer sa carrière avant tout, pour le scoop.  Elle n’a même pas dû se rendre compte qu’elle était manipulée comme une conne (surtout par des islamistes pour qui les femmes sont du bétail).  Mais beaucoup de journalistes ne sont pas très futés.

    Répondre
  38. Joris

    10/09/2008

    Rappelons que la pensée géopolitique de Guy Millière se résume dans cette phrase toute en nuance (voir l’article précédent):

    "La Russie n’est pas seulement un pays qui a renoué avec l’autoritarisme. C’est un pays qui fonctionne sur un mode fasciste, comme la Chine, comme l’Iran, comme le Venezuela – tous pays qui sont présentement ses alliés."

    L’emploi du mot "fasciste" à tort et à travers pour désigner ses adversaires rappelle étrangement la rhétorique gauchiste fondée sur l’amalgame, la confusion, l’anachronisme etc… Des souvenirs de jeunesse peut-être?

    Si les mots ont un sens, quelle valeur a la pensée de Guy Millière?

    Répondre
  39. Anonyme

    10/09/2008

    A l’attentinon de Gia Tien Nguyen,

    Il y a une confrontation amicale entre la Chine et les Etats-Unis, les deux superpuissances de demain. Et cela explique les conflits actuels à travers le monde.

    La Chine soutient, équipe et achete le pétrole de l’Iran, du Soudan ou de la Syrie. Les USA s’opposent donc à ces pays, avec l’argument qu’il s’agit de pays non-democratique et souvent intolérants envers leurs population. Argument valable, mais qui s’accompagne de considérations économiques tout à fait normales.

    Chine et USA ne se feront jamais de guerre militaire. La Chine est trop étendue pour etre conquise, l’Amérique trop armée pour etre vaincue sans que ses adversaires soient eux aussi ravagés. La guerre économique n’est qu’une façade. La Chine achete la dette américaine, et les américains achétent la moitié de la production chinoise. La Chine ne peut pas voir s’écrouler le dollar ou l’économie US sans voir sa propre économie sombrer (les federal bunds ne vaudraient plus rien si une importante partie était vendue, ce qui réduirait l’investissement chinois à zéro et ses ventes de moitié). Les USA veulent une Chine assez forte pour payer leurs investissement d’armement. A terme, soyez sûr qu’ils se partageront le monde ! La Russie passera sous influence chinoise (ca a commencé), l’Europe s’accrochera aux USA pour sauver ses pions. Si l’Europe fait le choix de l’euroméditerranéee, elle est condamné à devenir la nouvelle Amerique du sud.

    Ne prétez donc pas trop d’importance aux "conflits" entre américains et chinois: c’est de la poudre aux yeux, un peu comme une concurence entre Nestlé et Danone. On se concurence, mais on s’entend en coulisse pour ne pas trop se géner.

    Pour ma part, je préfère Danone comme les états-unis, parce que le produit me convient mieux. Mais chacun est libre de son choix. Seuls les nationalistes moisis (EIFF et SAS) choisiront l’Europe (traduisez: blanche et catholique) en pensant que le pays de vos ancêtres pourrai redenir la colonie tonkinoise… Rions-en ensemble, si vous en êtes d’accord 🙂

    Paul

    PS: félicitation pour votre maîtrise du français. Etes vous un réfugié de 1946 ou  de 1975 ?

     

    Répondre
  40. Gia Tien Nguyen

    10/09/2008

    Tout a fait d’accord avec Guy Milliere dans cette analyse de l’avenir sombre du monde, entre d’une part, les dictatures montantes (Russie, Chine…), et d’autre part, le monde "libre" avec les USA comme locomotive.

    Mais que pense-t-on de ces USA dont les leaders récents comme W. Bush, que G. Milliere n’avait pas tari d’éloges, et qui se sont comportés comme des plus opportunistes de par le monde? Voyons l’attitude pro-Pekin de Bush d’il y a quelques années dans la crise entre Taipei et la Chine, sa complaisance avec les despotes de Hanoi, de Pekin (lors de l’APEC et des JO). Et les exemples n’en manquent pas… On dirait qu’aux USA même, cette espèce de dirigeants (qui montre une certaine cohérence) est aussi en voie de disparition!

    Alors on voit les "petits" dans ce peloton  du monde "libre" s’arranger comme ils peuvent pour survivre dans cet avenir incertain!

    Gia Tien Nguyen, Suisse

    Répondre
  41. Jean-Pierre

    10/09/2008

    Il y a déjà longtemps que je ne lis plus ce torchon qu’est devenu parismatch,  mais j’ai vu sur internet la torchoniste néo pét (pétasse pétainiste)  affublée du torchon djihadiste (le torchon d’arafat et autres terroristes islamistes en vogue chez nos jeunes collabos et néo con(vertis))  pour se faire porte parole des menaces délirantes contre la France des talibans pour qui elle a pris fait et cause.

    Elle ne mériterait que le sort d’une mata hari.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)