Un an de présidence Trump : premier bilan

Posté le 05 décembre , 2017, 3:56
6 mins

À la fin de la troisième semaine du mois de janvier, cela fera un an que Donald Trump est à la tête des États-Unis.

À de très rares exceptions près, les commentateurs français se refusent toujours à comprendre qui il est, ce qu’il fait et quelles sont les lignes directrices de sa politique intérieure et de sa politique étrangère.

J’ai expliqué tout cela dans un livre, « La révolution Trump ne fait que commencer », mais il semble que les commentateurs français ne l’ont pas lu et préfèrent continuer à recopier les inepties qu’ils trouvent dans le « New York Times » et le « Washington Post ».

Redisons, dès lors, ce qui doit l’être.

Donald Trump est un homme d’affaires qui a géré une entreprise valant plusieurs milliards de dollars pendant plus de quatre décennies, avant de considérer que son pays était en danger et devait être sauvé de la perdition.

Ce qu’il fait en découle et a été conçu en concertation avec quelques-uns des meilleurs esprits américains.

Il entend remettre de l’ordre à l’intérieur des États-Unis, ce qui implique de redonner confiance à la police et à la justice, après huit années d’une présidence qui a soutenu des organisations criminelles, telles que Black Lives Matter, et de remettre l’économie en bon état de marche.

La remise en ordre à l’intérieur du pays est en cours, même si le « New York Times », le « Washington Post » et la plupart des commentateurs français ne le disent pas, et préfèrent s’obnubiler sur le fait que l’Obamacare n’a pu être ni aboli ni remplacé (non pas par la faute de Donald ­Trump, mais par celle de sénateurs républicains qui ont choisi de voter avec leurs adversaires) ou sur l’obsession anti-russe d’une gauche américaine en proie au délire.

Donald Trump n’a jamais été protectionniste. Il entend créer des rapports de force dans les relations commerciales internationales : c’est ce que font les hommes d’affaires.

Sur un plan international, Donald Trump entend aussi remettre de l’ordre, et revenir à un ordre du monde où les États-Unis assument leur rôle de principale puissance du monde libre.

Cela implique de soutenir et récompenser les amis des États-Unis et de faire face et de punir les ennemis des États-Unis, ce qui, par-delà les fluctuations, a été la ligne directrice de la politique étrangère des États-Unis jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Barack Obama.

Ce qui en découle est la volonté d’endiguer la Corée du Nord, et le récent voyage de Donald Trump en Asie avait essentiellement ce but.

N’en déplaise aux aveugles, ce voyage a été un succès.

Le Japon et la Corée du Sud ont compris qu’ils pouvaient compter sur les États-Unis face au danger, et le discours prononcé par Donald Trump à Séoul a été un discours majeur.

Donald Trump a demandé à la Chine de Xi Jinping de contribuer à asphyxier le régime nord-coréen et l’asphyxie est en cours.

Les étapes vietnamiennes et philippines du voyage avaient pour but de circonscrire la volonté chinoise de mainmise sur le trafic maritime en Asie orientale.

Au mois de mai dernier, Donald Trump avait fait un voyage qui l’avait conduit à Riyad et à Jérusalem.

L’objectif, dans ce cas, était d’endiguer l’Iran.

Donald Trump entendait mettre en place à cette fin une coalition regroupant les pays sunnites, avec pour chef de file une Arabie Saoudite rompant avec l’islam radical, et ouvrant les perspectives d’une alliance entre pays sunnites et Israël.

La révolution en cours en Arabie Saoudite est la suite logique de ce voyage. L’alliance entre pays sunnites et Israël s’esquisse.

En fin stratège, Donald Trump n’a pas voulu de confrontation avec la Russie, et considère que la Syrie est un pays sous la coupe conjointe de la Russie et de l’Iran.

Il laisse la Syrie à la Russie, mais lui demande, en échange, de contribuer à l’endiguement de l’Iran, et c’est ce que fait Vladimir Poutine, qui appuie la révolution actuelle en Arabie Saoudite et ne veut pas d’une guerre régionale.

N’en déplaise aux aveugles, là encore, les effets du voyage de Donald Trump au Proche-Orient en mai dernier sont féconds.

Donald Trump n’est pas isolationniste.

Il veut la paix par la puissance, une formule qu’il a empruntée au grand Ronald Reagan.

Le « New York Times », le « Washington Post » et la plupart des commentateurs français ont cesse d’informer et ont choisi le camp de la désinformation.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

12 Commentaires sur : Un an de présidence Trump : premier bilan

  1. Jacky Social

    11 décembre 2017

    Bonjour, Prof. Millière. Comme nous entrons dans la période de Noël, temps de Paix et de Pardon, pouvons-nous nous réconcilier, ne fût-ce qu’au nom de ces Valeurs que nous partageons et partageons? Nous sommes du même bord. Pourquoi se faire du mal? Je ne fais plus de commentaires de toutes façons. Toujours impatient de vous lire.

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      12 décembre 2017

      Pour ma part, à la parution de chacun des articles de notre apôtre, je me précipite d’abord au terme de sa prose sans la lire et constate que “le Temps des imposteurs est revenu”, est de …retour comme l’indique le titre de l’ouvrage. Dans les quelques mille publications de Charlie Hebdo que je possède, je n’ai jamais vu ça? Un record. Une publicité si souvent renouvelée couvrirait la totalité des 8 pages du prochain numéro. Mon abonnement devrait en tenir compte.
      Un bon point cependant, résidant désormais aux USA, notre Millière est à même de faire comprendre aux français ce qui se passe dans son nouvel environnement. Pour l’actualité politique française, sorti des lieux communs, l’immigré enfonçait des portes ouvertes. En resterait il encore ?

      Répondre
  2. Gérard Pierre

    9 décembre 2017

    Je suis toujours consterné par l’ampleur disproportionnée que l’intelligentzia internationale islamogauchiste cherche à donner aux propos du président Donald Trump !

    Un exemple : il vient de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël ! …… et toutes les vierges folles de la ‘’bienpensance mahometophile‘’ poussent des cris d’orfraie !

    Et alors ? …… c’est un scoop ?

    La Bible, qui, …… qu’on m’accorde au moins cette évidence, …… n’a pas été rédigée hâtivement la semaine précédant l’élection du président américain, ni sur l’intervention personnelle de Vladimir Poutine, mentionne plus de six cent fois le nom de Jérusalem !

    Les Évangiles, …… dont la rédaction est antérieure de sept à huit siècles à celle du coran, …… mentionnent une bonne centaine de fois le nom de Jérusalem.

    En revanche, le nom de JÉRUSALEM FIGURE ZÉRO FOIS DANS LE CORAN ! …… Cherchez l’erreur ! …… Pour une ville soit disant sainte de l’islam, vous repasserez !

    Et d’ailleurs, comment cette ville est-elle devenue le troisième ‘’lieu saint‘’ de cette idéologie politique totalitaire adossée à un prétexte religieux ? ……

    Réponse : grâce à une supercherie dont les muzz ne sont jamais avares lorsqu’il s’agit de s’approprier le bien d’autrui :

    Qu’on se le dise une bonne fois pour toute, Mahomet n’a jamais mis les pieds à Jérusalem !

    Que NON ! ……

    Une nuit, en songe, Mahomet chevauchant un blanc destrier ailé se rendit sur un mont de Jérusalem aujourd’hui qualifié abusivement d’esplanade des mosquées ! …… Je dis bien « en songe » ! …… Le lendemain matin, à son réveil, il était déjà de retour chez lui !

    Et, depuis l’invention de cette histoire grotesque, personne n’ose dire franchement aux affabulateurs mécanisés : « Vous vous foutez du monde ! »

    Il m’est arrivé à peu près la même chose ! …… Dernièrement, en songe, moi aussi, …… [comme ‘’l’autre là‘’ !] …… assis à l’indienne sur mon tapis volant acquis en promotion chez Saint Maclou (publicité gratuite) je me rendis à Hollywood et, par le plus grand des hasards prémédités, je me retrouvai dans la couche de la délicieuse Sharon Stone ! ! ! …… Puisque j’vous l’dis ! … je suis crédible tout d’même ! …… en tout cas au moins autant que ‘’l’autre là‘’ !

    Par respect pour l’accorte personne autant que par un sens inné du savoir vivre, je ne vous narrerai pas par le menu la palette des privautés dont me gratifia la délicieuse Dame ! … Je ne dirai qu’une chose : « elle sait recevoir ! », dans tous les sens du terme !

    Comme ‘’l’autre là ‘’, le lendemain, à mon réveil, j’étais de retour chez moi ! …… J’avais pris un aller & retour open en TGV (Tapis Grande Vitesse).

    À l’instar de ‘’l’autre là‘’, j’ai tenté de faire prévaloir, depuis, quelques droits sur la Dame !

    Ses avocats m’ont d’abord expliqué que nous n’étions plus au VIIème siècle, mais au XXIème, et que désormais ça ne fonctionnait plus comme ça ! … J’ai quand même insisté ! …… Ils m’ont alors fait comprendre que je n’allais pas tarder à voir arriver des messieurs solides et en bonne santé, tout de blouses blanche vêtus, et qu’ils me feraient monter dans une grande et confortable automobile pour m’emmener dans une grande maison posée au milieu d’un parc abondamment arboré, lui-même ceint par un grand mur très haut, …… afin que je m’y repose longtemps, longtemps !

    Alors qu’on m’explique pourquoi, pour Mahomet, tout le monde feint de croire à sa baliverne, et pourquoi pour moi ça ne fonctionne pas !

    Répondre
    • Jaures

      10 décembre 2017

      Gerard Pierre, on peut toujours trouver grotesques les textes religieux, quels qu’ils soient. La croyance n’est pas rationnelle.
      Se référer à des textes religieux, bibliques ou autres, pour justifier une occupation est arbitraire. De même que mettre en avant une “loi du premier occupant” avec des discours du genre “c’est notre terre ancestrale”: si toutes les terres actuelles étaient remises à leurs premiers occupants, je vous laisse imaginer le chaos.
      D’autant que Jérusalem est déjà occupée et administrée par Israël. La reconnaitre comme capitale n’est qu’une humiliation de plus exercée par le fort sur les faibles.
      Car la seule chose qui justifie cette proclamation est la force. Israël avec son allié américain est le plus fort et peut donc occuper et déclarer cette occupation légitime. ” Ne pouvant faire qu’il soit force d’obéir à la justice on a fait qu’il soit juste d’obéir à la force” dit Pascal.

      Répondre
      • Gérard Pierre

        10 décembre 2017

        Ratiocineur chronique inguérissable !

        Sans intérêt !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          11 décembre 2017

          tout comme Gérard Pierre à un autre pupitre !

          à noter aussi que Jérusalem a de fait un statut de ville internationale

          Répondre
      • Bistouille Poirot

        12 décembre 2017

        Vous vous fîtes rare Mr et ne vous réponds jamais. Je deviens patron de l’autorité palestinienne par l’opération du St Esprit et décide un Etat musulman allié à installer son ambassade à Jérusalem Est.
        Est ce que cette décision sera dictée par la force ou la ruse? Et si il était vraiment question de force , de quelle façon Israël userait de la sienne pour en demander l’évacuation en sonnant à une porte dont l’accès lui est interdite.
        Maintenant si comme vous le dîtes, toutes références à des textes bibliques et religieux ne peuvent justifier une telle occupation, il reste les “autres” si je vous ai bien lu. Encore un peu et toute la France qui voterait contre ND des Landes ne pourrait obtenir grâce vos yeux….

        Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 décembre 2017

      le C.R.I.J.F. lui aussi demande à Macron de reconnaître Jérusalem pour capitale de l’ Etat Hébreux , lequel Macron demande ” humblement ” à Benjamin d’ être … clément avec ceux qu’ il dépossède de leurs terres

      oui Trump est un crétin !

      Répondre
  3. AMA

    8 décembre 2017

    Tout à fait plausible. Mais cette agitation anti-Trump, tout à fait organisée a bien un organisateur, a priori ni russe, ni chinois, ni japonais etc… Alors QUI?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11 décembre 2017

      pas besoin de chercher des comploteurs Trump se suffit largement à lui-même ! dommage pour les ” petits blancs ” américains qui croient encore en lui !

      Répondre
  4. Jaures

    6 décembre 2017

    ” avec pour chef de file une Arabie Saoudite rompant avec l’islam radical,” écrit Millière.
    Je crois effectivement que l’Arabie Saoudite autorise désormais les femmes à conduire.
    La rupture avec l’Islam radical est donc avérée.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 décembre 2017

      Guy c’ est notre Johnny à nous aux ” 4 Vérités ” !

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)