Après la mort de Moussab al Zarqawi

Posté le juin 21, 2006, 12:00
6 mins

Immédiatement après l’élimination de Moussab al Zarqawi, nombre de journalistes français ont commencé à minimiser l’événement. « Zarqawi est déjà remplacé », ont dit certains. « Il ne représentait que l’une des factions engagées dans la rébellion en Irak », ont dit d’autres.

Le suicide de trois djihadistes incarcérés à Guantanamo est vite devenu un sujet plus important. Nul ne parle plus de la cellule terroriste démantelée à Londres ou des dix-sept terroristes arrêtés à Toronto. Une nouvelle chasse l’autre. Qu’importe la vérité, pourvu qu’on ait la rumeur à faire circuler.

J’ai cessé de m’interroger depuis longtemps sur les raisons qui poussent les compagnons de route de l’islam radical à se comporter ainsi. Certains d’entre eux sont ce que Lénine appelait des « idiots utiles », d’autres détestent tellement la liberté et la civilisation qu’ils ont hâte de voir venir le chaos. D’autres encore ont tellement de crasse idéologique dans la tête que leurs neurones ne fonctionnent plus normalement. Ne leur parlez pas de différence entre démocratie et dictature, entre liberté et oppression, ils vivent dans un monde magique où les mots se mélangent comme dans le 1984 de George Orwell.

Ils sont en manque s’ils n’ont pas leur dose quotidienne de mensonges télévisés. Ils sont imperméables à la réalité. La réalité est pourtant que nous sommes en guerre, comme, hélas ! nous l’avons presque toujours été, tout au long de l’histoire de l’humanité. La réalité est que la guerre oppose les forces de la dignité humaine aux forces du nihilisme et de la destruction. La réalité est que les hommes au fil du temps ont préféré la dignité à l’indignité, même si parfois le réveil a été tardif et douloureux.

Il a fallu la boucherie absurde qu’a été la Première Guerre Mondiale pour qu’on commence (à peine) à comprendre en Europe l’absurdité des nationalismes conflictuels. Il a fallu la Seconde Guerre Mondiale pour qu’on prenne pleinement conscience de l’abomination absolue qu’était le nazisme et pour qu’on discerne l’inanité lâche des postures munichoises : entre-temps, des millions de gens, dont les six millions de morts de la shoah, avaient payé au prix fort cette inanité lâche. Il a fallu la fin de la Guerre froide pour discerner les horreurs commises par les adeptes du marxisme-léninisme.

Dans chaque cas, les forces de la dignité humaine l’ont emporté, et elles étaient coalisées autour des États-Unis. Il faudra la fin de la guerre contre le terrorisme djihadiste pour qu’on discerne pleinement qu’il constitue la force de nihilisme actuelle. Comme les Munichois se félicitaient des accords avec le chancelier Adolf, certains rêvent aujourd’hui d’un sourire du président Mahmoud de Téhéran. Les mêmes craignent que la mort de ce bon Moussab ne rende les djihadistes violents, comme s’ils avaient besoin d’un prétexte pour cela. Les mêmes encore vous diront qu’il y a des « résistants » en Irak ou que les cellules de Londres et de Toronto n’ont rien à voir avec une internationale djihadiste.

La réalité est que cette internationale existe, mais qu’elle s’est mise à l’heure d’internet et du réseau. La réalité est qu’elle vient de recevoir des coups très durs. La réalité est que l’Irak avance vers la paix et la stabilité. La réalité est que le régime de Téhéran est profondément déstabilisé. La réalité est que les gens de l’Autorité palestinienne s’entretuent, ce qui leur laisse moins de temps pour tuer les autres.

Les forces de la dignité humaine avancent, même si le combat risque d’être encore long. Le front principal de la guerre en cours est l’opinion américaine : bien que nombre de journalistes américains semblent détester leur propre civilisation, je pense que ce front tiendra. Les États-Unis sont indissociables des valeurs éthiques de leurs pères fondateurs. Un autre front de la guerre est l’opinion européenne, et là, je suis bien plus pessimiste. Les journalistes qui colportent les rumeurs n’ont aucun souci à se faire, le djihadisme a déjà gagné sur ce continent. Si la liberté revient, ce sera par surcroît, de l’extérieur. La ferveur d’ivresse qui entoure la Coupe du monde de football est un symptôme : on oublie tout. On tolère même la vraisemblable venue du président Mahmoud, à Nüremberg sans doute, soixante-dix ans après les Jeux Olympiques à l’ombre de la Croix gammée. Certains comportements ne changent pas…

-Voir aussi : « La mort de Zarqawi, plus que la fin d’un symbole » 17 juin 2006Par Guy Millière © Metula News Agency

36 réponses à l'article : Après la mort de Moussab al Zarqawi

  1. raptor

    16/07/2006

    Petites précisions pour le désinformateurs professionnels Jaures: ce ne sont pas 150000 mais environ 30 ou 40ààà morts civils en Irak. Enfin, puisque ça vous parait un argument irréfutable, sachez que les bombardements de Dresde et autres villes Allemandes ont tué plus de 100000 personnes, il faut donc condamner le débarquement américian en Normandie? Quant à la Turquie démocratique, arf très bonne blague, au moins vous avez de l’humour. Je crois que les écrivains turcs qui croupissent en tôle depuis un an pour avoir oser évoquer le génocide Arménien ne doivent pas avoir la même opinion, mais bon peut être que le reflet des minarets d’Istanbul et d’Ankara vous ont aveuglé. Quant à l’Europe qui fait du bien aux pays, oui comme un chat affamé ferait du bien à une souris paralytique. Amicalement PS: pour l’Irak, la démocratie ne semble effectivement pas très bien marché, peut être pour plus tard, mais en attendant, si on leur restituait leur monarchie conservatrice, ça leur permettrait de renouer avec leur histoire et leur culture, pas bête, hein? Mais Jaures ne doit pas apprécier en bon nostalgique de Saddam, normal vu que c’était un socialiste, hé oui, comme Benito Adolph et les autres.

    Répondre
  2. grandpas

    27/06/2006

    Jaures A la différence de la Turquie,la Pologne est avant tout chrétienne ce qui dans votre dogmatisme rouge-rosé est une hérésie,un comble pour un athée et que l’Europe est avant tout d’essence judéo-chrétienne.Si dans l’histoire l’empire ottoman fut appelé le vieil homme malade de l’europe car il occupait militairement des états balkaniques et on obligeait certains des habitants à se convertir à l’islam,cette situation ne vous rappelle rien mis à part le coté guerrier.

    Répondre
  3. grandpas

    27/06/2006

    Jaures La turquie de nos jours est dirigée par un islamiste,dans le cas où Ataturk revenais en son pays,il reviendrait rapidement à sa bonne vieille dictature.Savez vous que l’ armée est garante de la démocratie dans ce pays.Vous devriez lire l’histoire de la confédération suisse de la ligue Hanséatique,des villes de Flandre où d’Italie du Nord. Enfin la démocratie selon vos concepts,vous avez raison il faut nous l’imposer.

    Répondre
  4. sas

    27/06/2006

    Avé gaius, spartacus,marius….tu nous cite en comparaison la démocratie hellenestique….j’ose espérer que tu ne la compare en rien avec la soupe réchauffée servie en france dite républicaine….où les enclumes initiées de services n’on retenu qu’un piètre bouture de la notion: d’un homme une voix….et responsable égal coupable…..sans cela on ne vaut rien de mieux que le système bricolé de SADAM; et c’est au nom de cette simple raison, que nous n’avons rien à fouttre en IRAK et les yankees non plus….avec leurs vrais fausses cartes perforées electorales…. sas le juste

    Répondre
  5. Jaures

    27/06/2006

    A gaius: Les chrétiens n’ont pas accepté la démocratie de gaieté de coeur. Elle leur a été imposé. Les pays musulmans devront connaître la même révolution. La Turquie est musulmane et démocratique. Certes la religion y est encore prégnante mais c’est le cas également en Pologne. Je pense que l’Europe fera beaucoup de bien à ces 2 pays.

    Répondre
  6. gaius

    26/06/2006

    Je pense aussi que l’intervention américaine en Irak est une erreur , mais bon dieu pourquoi vouloir à tout prix IMPOSER la démocratie aux musulmans ??? Ils n’en veulent pas , il faut bien se mettre cela dans la tête , et puis c’est leur droit non ? La démocratie n’est pas une idée universelle , c’est une idée occidentale , une expérience politique parmis tant d’autre inventée par la Grèce antique , la démocratie a été bien vite mise de côté car les grecs y voyaient UNE VÉRITABLE DICTATURE , lire « La politique » d’Aristote entre autre . Ces gens avec leur propre culture pensent différement de nous , laisons ces musulmans tranquilles chez eux ,chassons ceux qui vivent en Europe , chacun chez soi et tout ira bien mieux .

    Répondre
  7. Jaures

    25/06/2006

    A grandpas: Les dictatures communistes ne sont pas plus les miennes que les vôtres. Mais peut-être vous attribuez vous les autres ? A Helios: Vos arguments irréfutables ont dû m’échapper, à moins que le post les contenant se soit égaré.

    Répondre
  8. Helios

    25/06/2006

    À Jaurès, Vous n’avez assurément pas grand chose à répliquer aux arguments irréfutables que je vous ai opposés, alors vous avez recours au dénigrement de votre interlocuteur. Comme procédé de débat ce n’est pas très fort, et c’est d’habitude les perdants qui y ont recours. Soyez bon perdant Jaurès! Helios

    Répondre
  9. Eric

    25/06/2006

    Enfin Zarkaoui a ete elimine, qu il grille en enfer c est certain, les familles de ses nombreuses victimes doivent etre un peu consolees. C est un grand succes pour l US Army et pour le monde libre, et une grande defaite pour le terrorisme Islamiste et ses allies dont la France.

    Répondre
  10. Jean-Claude Lahitte senior

    24/06/2006

    « Les forces de la liberté progressent… ». Il y a du Paul Reynaud de 39/40 là-dessous. Rappelez-vous ses « la route du fer est coupée », « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts », etc. Semaine après semaine, selon les règles de la méthode Coué, Guy Millière s’efforce de se persuader, et de persuader les gogos qui le lisent, ainsi d’ailleurs que ceux de mon espèce qui espèrent que les Etats-Unis sauront se tirer sans déshonneur (tout en pensant au Vietnam, mais aussi à la Somalie, ou à la Baie des Cochons) du pétrin irakien dans lequel Geroges W. Bush et ses faucons es ont inconsidérément jetés. On en est loin. Surtout quand on constate en lisant les journaux (pas seulement français) que la première chose qu’exigent les Irakiens « gouvernementaux » (en particulier les chiites, prétendues victimes des sunnites de Saddam Hussein ) qui devraient être les premiers soutiens des G.I’s qui s’efforcent de ramener (à leurs risques et péril) l’ordre et la paix, EST LE DEPART DES TROUPES AMERICAINES. Ce qui devrait être l’occasion pour des dirigeants moins entêtés que BUSH et ses conseillers, de saisir la perche qui leur est offerte en décampant avec la bénédiction des Irakiens… Question : qui sera le dernier, de GWB ou de G.M. à s’apercevoir de cette opportunité ? Par ailleurs, on vient d’apprendre que, lors de la réunion qui s’est tenue à Vienne, Manfred Nowak, rapporteur spécial de l’ONU (mandaté par Bush ?), a demandé aux gouvernements européens d’envisager de prendre la charge d’une bonne partie des prisonniers de Guantanamo au cas où le Président américain déciderait de les élargir… Voilà qui ne manque pas d’air. Car, de deux choses l’une, ou bien ces « déportés » sont des terroristes, et les Américains se doivent de les juger, ou bien ils doivent être renvoyés dans leurs pays d’origine(1). Garder des innocents au motif qu’ils constituent un danger potentiel me paraît assimilable aux nationaux-socialistes qui avaient parqué dans des camps des individus jugés indésirables ou dangereux pour l’Allemagne, ou aux soviétiques (autre forme du « socialisme ») qui avaient créé des camps de rééducation pour les « ennemis du régime », où l’on périssait autant que dans les camps de concentration « nazis ». Et si, d’aventure, l’Europe devait récupérer les « terroristes potentiels » en provenance de Guantanamo, je suggère que ce soit l’Angleterre. Ce pays, outre qu’il est un fidèle soutien des Etats-Unis, aussi bien en Irak que dans l’Union européenne, je rappellerai qu’elle se fait toujours tirer l’oreille pour extrader (pas seulement vers la France) des terroristes avérés qui ont commis des attentats causant des morts et des blessés. (2). Alors, pourquoi ne garderait-elle pas chez elles des gens dont il n’est pas certain qu’ils aient réellement commis des actes de terrorisme ? Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) de dois reconnaître que la Franvce n’a pas de leçon à donner dans ce domaine. Ne protège-t-elle pas (grâce à Hollande, Jospin, etc.) je ne sais quel terroriste italien condamné dans son pays pour avoir assassiné de braves gens étrangers tant à la politique qu’à la finance ? (2) qu’on ne me dise pas que ces « pays d’origine » sont des foyers de terrorisme. Outre que ce serait faire injure aux dits pays et à leurs gouvernements respectifs, tous les pays (pas seulement la France) qui ont accueilli sans limitation ni contrôle, certaines populations « à risque », sont des foyers potentiels de terrorisme. A commencer sans doute par les Etats-Unis qui viennent de « sortir » un projet « terroriste » de faire sauter un « gratte-ciel ». Est-ce simplement pour réveiller les Américains ?

    Répondre
  11. grandpas

    24/06/2006

    Jaures Coté cynisme,vous êtes notre maître à tous. Serviteur. Pourquoi vos dictatures communistes investisse plus dans la recherche militaires que dans la recherche médicale. Vous habitez Bagdad,pour affiremer ce que vous dites plus haut ou alors vous tenez vos informations des jouraleus de la gôche caviar.

    Répondre
  12. Jaures

    23/06/2006

    A Helios: Je suis effaré par votre cynisme assumé. Bientôt 150 000 civils sacrifiés en Irak mais quelle importance: ils seraient morts de toute façon.Bref, remplacer la dictature par le chaos et la guerre civile est un jeu à sommes nulles.Dès lors,pourquoi une telle intervention ? Si sauver des vies était le but de guerre, que n’a t-on investi les milliards de dollars perdus dans la lutte contre la famine ou le SIDA ? Continuer à accuser un Saddam emprisonné depuis 3 ans et probablement bientôt exécuté ne suffira pas à apaiser les familles irakiennes décimées. Je le répète, maintenant que les américains sont intervenus, ils doivent aller jusqu’au bout et sécuriser le pays. Cela ne pourra se faire en restant reclus dans la « zône verte » et en envoyant au massacre des policiers mal formés.

    Répondre
  13. Helios

    23/06/2006

    « …pourquoi une certaine presse se délecte t-elle de cette histoire à Guantanamo ? Une réponse peut-être : quand un pays représente d’une certaine manière notre civilisation, quand il a la prétention de diffuser des valeurs comme la démocratie et tout le package qui va avec, qu’il le crie haut et fort, qu’il revendique une moralité au-dessus des autres, alors faut pas s’étonner qu’on mette l’accent sur ses déviations et ses égarements. » Les questions que personne ne se pose sont les suivantes: – Les victimes potentielles des terroristes détenus à Guantanamo doivent-elles être ignorées? – La présomption d’innocence des terroristes détenus à Guantanamo a-t-elle prééminence sur le droit à la vie de leurs victimes potentielles? – Est-il raisonnable de traiter des terroristes programmés à haïr et formés pour massacrer comme s’ils étaient de simples délinquants? – N’aurait-on pas épargné beaucoup de souffrances et de massacres si Zarkaoui n’avait pas été libéré de la prison jordanienne où il était détenu? – Comment inculper un terroriste avant qu’il ne commette son attentat suicide sachant que l’on ne peut rien retenir contre lui tant qu’il ne s’est pas fait exploser? Personne parmi notre intelligentsia et nos faiseurs d’opinion ne se pose ces questions, non qu’elles ne soient pas pertinentes mais parce que dans le contexte de l’hyperterrorisme islamique elles nous amènent inévitablement à envisager d’établir une hiérarchie dans les droits et de légaliser les mesures préventives dont la détention des personnes présentant un risque élevé. Le pays qui représente d’une certaine manière notre civilisation et qui fait la promotion des valeurs comme la démocratie et les droits humains a aussi le devoir de protéger les citoyens innocents où qu’ils se trouvent de la haine meurtrière des terroristes islamistes. Ceux dont la fonction est de donner des leçons et de critiquer n’assumeraient aucune responsabilité concrète et déclineraient toute responsabilité morale si « par hasard » un ex-détenu libéré de Guantanamo se faisait exploser dans un wagon de métro ou dans un TGV. Qui mettrait alors « l’accent sur leurs déviations et leurs égarements »? Les sépulcres blanchis et ceux dont la gymnastique favorite est de déchirer leur chemise se lamentent avec délectation sur le sort des détenus de Guantanamo. Cependant si on leur offrait la garde ne fut-ce que d’un seul de ces détenus et qu’on leur demandait de s’en porter garants ils s’empresseraient de déclarer forfait. Car c’est une chose de défendre les droits humains des assassins et c’en est une autre de le faire au péril de sa vie. Helios

    Répondre
  14. sas

    23/06/2006

    1 zarkaoui d’exterminé…..100 de renouvelés… sas

    Répondre
  15. Helios

    23/06/2006

    « …Question: A partir de combien de morts devra-t-on admettre que l’invasion U.S en Irak est un échec: 150 000, 200 000,…Je laisse la réponse à votre conscience. » Je vous redonnerai ma réponse que vous n’avez probablement pas lue, à moins que vous l’ayez lue et aussitôt refoulée dans votre subconscient. Je profiterai de l’occasion pour vous poser une question: À partir de combien d’irakiens massacrés le régime de Saddam méritait-il d’être renversé? 1 million, 2 millions, 3 millions, je laisse la réponse à votre conscience. Les massacres perpétrés en Irak depuis plus de 25 ans par Saddam et ses sbires ont produit des charniers qui couvrent le pays au complet, les villages kurdes décimés à l’arme chimique sont encore frais dans notre mémoire, et cela sans compter les centaines de milliers de soldats irakiens tués au combat dans les guerres d’agression de Saddam. On peut aussi calculer les personnes mortes de maladies non soignées ou à cause des conditions sanitaires déplorables dans les années qui ont précédé l’intervention de 2003, Saddam en est aussi responsable dans la mesure où il a détourné l’argent à son profit et à celui de sa clique. Vous faites appel à ma conscience et je tiens à vous assurer qu’elle se porte aussi bien que la vôtre, ma conscience est révoltée des morts que les sbires de Saddam et leurs complices zarkaouiens provoquent tous les jours, sauf que je ne me trompe pas délibérément de responsable. Les victimes des actes terroristes en Irak sont les victimes des terroristes et des baasistes, ces massacres découlent en droite ligne de la terreur institutionnalisée sous le règne de Saddam et qui s’est perpétuée clandestinement dans le triangle sunnite peu de temps après la déroute de Saddam en 2003. Votre propension à déplacer la responsabilité des crimes vers ceux qui sacrifient leur vie pour les prévenir est remarquable. C’est exactement comme si vous reprochiez aux carabiniers italiens d’avoir débarrassé les villages siciliens de la mafia pour la raison que cette dernière assassine régulièrement des villageois en représailles! Cette inversion des responsabilités est un phénomène étrange de notre temps et il est justement caractéristique du mode de pensée islamo-marxiste. Si vous avez à coeur la vie des irakiens, commencez par faire votre examen de conscience, arrêtez de donner des leçons à qui n’en a que faire, et réclamer à votre gouvernement d’appuyer la coalition en Irak à tout le moins sur le plan moral. Helios

    Répondre
  16. grandpas

    22/06/2006

    Jaures Et vous à partir de combien de mort,comprendrez vous que cette intervention était necessaire,Saddam a tué plus d’ Irakiens que toutes les interventions américaines dans toutes les régions du monde. Les français votent d’aprés leur appartenance politique,un certain J Lang s’est fait elire député dans le Pas De Calais aprés avoir ruiné la ville de Blois. Puique vous savez tout quelles sont les méthodes que vous utiliseriez,les menaces du type: « Saddam si vous êtes méchant,on lache les élépants du PS.Si vous partez,on vous donne le RMI ». A propos,pourquoi devrait on repondre à vos questions puisque vous ne repondez pas aux notres. Mais c’est une vieille habitude de gauchiste.

    Répondre
  17. Jaures

    22/06/2006

    Pour que la démocratie puisse servir à l’Irak comme un nouveau point de départ, il aurait fallu que les forces en présence proposent au peuple des projets politiques. Or, les irakiens se sont prononcé en fonction de leur appartenance ethnique ou religieuse. Leur vote ne gène d’ailleurs en rien les terroristes dont les activités ont redoublé depuis les élections. Evidemment, tous les démocrates souhaitent que l’Irak, ainsi que toutes les dictatures, accèdent à la démocratie. Les moyens utilisés par les E.U ne sont pas les bons. Et je reposerai ma question: a partir de combien de morts remettrez-vous en cause l’intervention américaine: 150 000, 200 000,… ?

    Répondre
  18. Le celte

    22/06/2006

    encore un très bon article qui va surment faire eclater les emoroides de nos amis les gaucho-troskiste-stalinien…islamophiles pour charle Martel va lire le dernier livre de jean-François revel « l’obscession anti américaine » tu va adorer et mieux comprendre ce qui se passe en Europe et en particulier en France oui nous sommes en guerre et je vois plein de petits soldats parmis les ennemis de la liberté qui font régulièrement leurs commentaires anti millière qui reste le dernier combattant pour la liberté en France nous les bretons qui existons depuis près de 2000 ans on sait ce que veux dire ce combat pour la liberté et pour la vérité de l’histoire pour exister tout simplement pas comme ces arabes immigrés récemment en palestine et qui prétendent être des palestiniens pour mieux justifier la destruction d’israel et la conversion de force des derniers chrétiens en palestinne kenavo les idiots utiles

    Répondre
  19. Jean-Claude Lahitte senior

    22/06/2006

    A Gia Tien N’Guyen. Qui vous permet de jouer les Millière (lequel déblatère pratiquement chaque semaine contre un pays dont il est le salarié, sans avoir le courage ni de démissionner de son poste, ni, véritablement, de quitter la France pour émigrer aix Etats-Unis, en Israël, ou même, pourquoi pas, en Irak où il pourrait donner un coup d’accélérateur au processus de « démocratisation ». Est-ce le fait que vous soyiez vietnamien ? français, suisse ? Personnellement, bien qu’ayant beaucoup connu (et aimé) votre pays d’origine, je ne me permettrai pas, après des années d’un régime communiste qui n’est pas complètement terminé, de tenir des propos aussi préremtoires sur votre pays d’origine. Pas plus que sur la Suisse (dont les banques ne font plus forcément rêver)(1) ou tout autre pays. Et, plutôt que d’affirmer de façon préremptoire que « La France ne fait plus rêver »(2), je dirais plutôt, les dirigeants français ne vont plus rêver les Français. Sans doute parce que, comme le disait si bien Shakespeare, « ils ont eux-même échoué parce qu’ils n’avaient pas commencé par le rêve. » Cordialiement, Jean-Claude Lahitte senior (1) en admettant qu’elles l’aient fait ! (2) personnellement – sans doute parce que je suis moi-même Français, sans la moindre « double nationalité » qui ouvre la porte aux profiteurs (mais oui !)- et, surtout pas un utopiste qui croit aux chimères du style « liberté-égalité-fraternité », ou encore « démocratie », je n’ai jamais pensé qu’elle ait fait rêver, tout au plus qu’elle a pu servir de modèle

    Répondre
  20. angelaume

    22/06/2006

    Bonjour, Premièrement, dire que la mort de Zarkaoui ne résoudra pas la crise Irakienne, ce n’est pas faire un jugement moral ou autre sur cette ordure, , c’est simplement relater des faits et dire la vérité !!! Il faut bien entendu se réjouir que ce type soit hors course mais on sait bien malheureusement qu’il ne représentait qu’une faction de la résistance. Deuxièmement, pourquoi une certaine presse se délecte t-elle de cette histoire à Guantanamo ? Une réponse peut-être : quand un pays représente d’une certaine manière notre civilisation, quand il a la prétention de diffuser des valeurs comme la démocratie et tout le package qui va avec, qu’il le crie haut et fort, qu’il revendique une moralité au-dessus des autres, alors faut pas s’étonner qu’on mette l’accent sur ses déviations et ses égarements. Les terroristes, eux ne peuvent faire que du mal! J’ai pas eu besoin de refaire le monde et l’histoire pour exprimer une opinion simple sur un sujet précis. Pas besoin de cracher mon venin. Pas besoin de crier. Comme d’habitude, les articles de Mr millière sont décousus, partent dans tous les sens et manquent complètement de mesure. En définitive, à force de traiter tout et n’importe quoi en quelques lignes, Mr Millière ne traite plus rien du tout… slts

    Répondre
  21. Feravec

    22/06/2006

    On peut apprécier différemment l’influence de la disparition de Zarqaoui sur l’avenir de l’Irak. La question est : Ou va l’Irak ? Pour GM, « vers la paix et la stabilité ». Pour M Allaoui, ancien premier ministre irakien, « Il est malencontreux que nous soyons en pleine guerre civile. Nous perdons chaque jour, en moyenne, 50 à 60 personnes dans tout le pays, si ce n’est pas plus. Si ce n’est pas la guerre civile, alors Dieu seul sait ce qu’est la guerre civile ». Il fait pourtant partie des « forces de la dignité humaine coalisées autour des Etats-Unis » . M. Allaoui n’aurait-il pas les informations dont dispose M. Millière ? La grande icône de la démocratie est apparemment à géométrie variable : bonne en Irak, mauvaise quand elle élit le Hamas ou Ahmadinejad, discutable si elle amenait des majorités islamistes en Egypte, en Syrie ou en Jordanie. C’est un argument à utiliser avec précaution. Nous connaissons en France ce genre de difficultés quand nous constatons que le résultat du référendum du 29 mai 2005, pourtant démocratique, est remis en cause par la quasi-totalité des politiques représentés à l’Assemblée. La pratique de votes n’empêche pas hélas la guerre civile, quand bien même la majorité des Irakiens veulent passionnément l’éviter.

    Répondre
  22. Helios

    22/06/2006

    Peu de gens réalisent à quel point l’islam politique mène en Irak un combat existentiel. L’ennemi mortel à abattre c’est la DÉMOCRATIE. C’est pourquoi le terrorisme islamique qui est le bras armé de l’islam politique a mis toutes ses ressources dans cette bataille. Le baasisme version irakienne sunnite a autant de raisons de s’opposer à la démocratie il s’est donc allié avec l’islamisme terroriste dans cette lutte commune et cette alliance, faut-il encore le répéter, remonte AUX ANNÉES PRÉCÉDANT L’INTERVENTION EN IRAK. Les mollahs iraniens sont aussi très inquiets de voir une démocratie tolérante prendre forme dans leur voisinage, le risque de contamination de l’Iran est bien réel, tout danger doit être écarté, c’est pourquoi ils se sont alliés avec Zarkaoui et les bassistes leurs ennemis de toujours. L’on réalise aussi que les « faucons » américains avec Wolfowitz à leur tête avaient tout à fait raison de plaider pour la démocratisation des pays arabes comme seul moyen efficace pour faire échec à long terme à l’islamisme terroriste. La rage et la barbarie avec laquelle l’islamisme et le baasisme, alliés circonstanciels dans cette guerre à outrance, s’acharnent sur les civils iraquiens désarmés, en est une preuve éclatante. Mais la rage des uns et des autres est devenue inextinguible du moment où les écrans TV nous ont montrés les millions d’irakiens alignés calmement dans une discipline irréprochable devant les bureaux de vote. Défiant les menaces et les intimidations, les irakiens sont allés voter n’en déplaise aux esprits chagrins non pas une fois mais trois fois et avec la même conviction et le même enthousiasme, et cela ni les islamistes ni les bassistes ni les mollahs iraniens ne sont prêts à le digérer ou à l’oublier (il se trouve que dans ce forum même, certains des commentateurs éprouvent la même difficulté). Ces scrutins et réferendum n’ont pas uniquement de valeur symbolique, la structure politique de l’Irak contemporain a ainsi été établie, cependant la puissance du mouvement populaire et la conviction profonde du peuple irakien constituent un rejet non équivoque de l’islamisme politique et du baasisme tant dans leur version originale que dans leur avatar terroriste. Le peuple irakien a parlé trois fois, mais les bien-pensants en occident font la sourde oreille et pour cause: ils DÉTESTENT la démocratie. Oserait-on le dire? Nos bien-pensants de gauche sont les alliés tacites des tyrans et des assassins! Il est temps que chacun jette le masque et choisisse son camp. Je n’ai pas entendu parmi les bien-pensants aucun qui déclare haut et fort son appui au peuple irakien et à son droit de vivre dans le cadre démocratique qu’il s’est choisi. La haine des américains sert d’écran pour cacher la haine profonde mais inavouable de la démocratie! Helios

    Répondre
  23. Jean-Claude Lahitte senior

    21/06/2006

    Si, comme le relève Guy Millière, la presse française a souligné – avec sans doute une certaine malice – que la mort de Zarkaoui n’est pas la fin du terrorisme en Irak, pourquoi ne rappelle-t-il pas que, dans leur ensemble, les journaux américains – sans doute parce qu’ils ont été eux-mêmes échaudés par les nouvelles officielles triomphales (du style de Reynaud : nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts !)- ont fait preuve de la même réserve. Tout comme d’aolleurs le premier des Américains lui-même. Dont il est permis aujourd’hui de penser qu’il se demande tout bas comment faire pour se tirer élégamment du bourbier (euphémisme !)irakien. Comme il vient de le faire à demi-mot, certes, à Vienne, à propos des prisonniers de Guantanamo dont il a eu l’honnêteté de dire qu’il fallait savoir, avant de s’en débarrasser, où les envoyer, et quel pays (même parmi les repaires de terroristes nommémment désignés à la vindicte américaine)(1) accepterait de les accueillir. En admettant que les internés (ceux vêtus de blanc, comme ceux vêtus d’orange !) acceptent d’être expulsés vers des pays frères !(2) Pour en revenir à Zarkaoui, tous les spécialiste du terrorisme, pas seulement islamique, mais aussi irlandais, basque, tamoul, etc. le savent, la disparition d’un chef – même charismatique – n’est jamais la fin du terrorisme. Surtout en Irak, quand ont sait que Ben Laden n’a absolument pas pleuré sur la mort de ce fanatique que fut incontestablement Zarkaoui ! Alors, quelles que soient les mauvaise raisons qu’ont pu avoir les journaux ou les politiciens français, de limiter les conséquences de ce (bon) »débarras », je pense qu’il y a bien d’autres sujets plus importants pour justifier l’ire du professeur millière… Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) rappel : tout pays occidental qui a acceulli sans le moindre contrôles des populations exogènes est, potentiellement, un « repaire de terroristes », n’en déplaisent à tous les idiots utiles ! (2) cela me fait penser aux communistes chiliens qui soutenaient Allende avaient choisi majoritairement des pays occidentaux (3) plutôt que des pays communistes. Notamment le paradis soviétoque ! (3)particulièrement la France où certains d’entre eux font encore de l’agit-prop, en se gardant bien de retourner au pays après le départ de Pinochet. Il est vrai que nombreux, parmi ces pseudo-résistants qui avaient commencé à instituer un régime de terreur avec la bénédiction d’Allende, n’avaient de chilien qu’un passeport de complaisance !

    Répondre
  24. Gia Tien Nguyen

    21/06/2006

    Voici un commentaire, non pas sur cet article de Guy Milliere, mais sur le titre de son dernier livre « Pourquoi la France ne fait plus rever ». Je pense que la France ne fait plus rever,non seulement maintenant, mais deja depuis 1940 ! Gia Tien Nguyen Suisse

    Répondre
  25. R. Ed.

    21/06/2006

    «  » » » Le cochon est mort «  » »

    Répondre
  26. D.m

    21/06/2006

    Voila un résultat digne a être souligné, ce type a fait assez de mal, les médias francais sont a la solde du gouvernement, lui même ne voulant pas facher les musulmans. affligeant, pire que sous vichy

    Répondre
  27. Scottkiller

    21/06/2006

    A jaures, Et si les armes de destructions étaient passées du coté de la syrie ??? Je ne vois pas pourquoi les Irakiens seraient plus cons que d’autres, ils ont anticipé, c’est tout… Moi je serai pour une intervention : en syrie, en libye, au liban, dans un premier temps…

    Répondre
  28. grandpas

    21/06/2006

    Jaures et paul en un mot bravo!!!! si seulement je pouvais prédire avec autant de lueur les numéros de l’euro-million. Enfin,je n’ai aucune gloire,c’était tellement prévisible.

    Répondre
  29. charles martel

    21/06/2006

    Mr milliere , pourriez vous dans un prochain article nous exposer les fondements idéologiques et historiques de l anti américanisme primaire des hommes de l etat francais

    Répondre
  30. Paul

    21/06/2006

    Que voulez-vous qu’on dise, grandpas? Des sentences prophétiques du genre « La réalité est que l’Irak avance vers la paix et la stabilité » en valent n’importe qu’elle autre. On pourrrait dire « La réalité est que l’Irak avance vers la guerre civile et l’instabilité » ou encore « L’équipe de France va gagner la coupe du monde » sans que ca n’aie plus de pertinence. J’espère sincèrement que l’inférence bayésienne de Guy Millière est la bonne, mais je ne vois pas bien ce qui motive cet optimisme, sinon une autre inférence du même type, à savoir que du fait de la mort de Zarqawi « les vocations à rejoindre les rangs du djihadisme seront vraisemblablement désormais moins nombreuses » (Millière, 17 juin 2006 -© Metula News Agency). J’espère là encore que Guy Millière a raison, mais il me semble douteux de parier sur la psychologie des djihadistes pour justifier un quelconque optimisme en Irak. Quant à des phrases du genre « Si la liberté revient [en Europe], ce sera par surcroît, de l’extérieur », je vois assez mal ce que cela peut vouloir dire. L’Europe n’est pas l’Irak.

    Répondre
  31. Jaures

    21/06/2006

    L’invasion de l’Irak devait permettre de faire refluer le terrorisme dont Bagdad disait-on, forte de ses armes de destruction massive et de ses camps d’entrainement était l’organe vital. 3 ans, plus de 100 000 victimes civiles, 2500 soldats américains tués et des dizaines de milliers de blessés plus tard, il s’avère que ce conflit était vain et contreproductif. Zarqawi a été immédiatement remplacé par Mouhadjir avec une vague d’attentats et 2 soldats américains sauvagement assassinés pour asseoir sa crédibilité. Si Millière n’avait pas abandonné ses recherches philosophiques pour sombrer dans le conservatisme le plus obtus, il se souviendrait que c’est le contexte qui crée les leaders et non l’inverse. Zarqawi et son successeur sont des créatures de la guerre qui se renouvelleront à l’infini tant que le conflit s’éternisera. Comme les prises de drogues ne sont que l’indicateur d’un important traffic, les démantellement de réseaux montrent que leur vitalité n’est en rien atteinte car les E.U se sont trompées de stratégie. Enfin, il ne suffira pas toujours de qualifier de « propagande rouge » les avis qui s’expriment de plus en plus nombreux, et notamment aux E.U, pour mettre en cause le chemin miné sur lequel Bush a embarqué son pays.

    Répondre
  32. Scottkiller

    21/06/2006

    Pour monter en pression, allez voir ce site : http://oumma.com Il va falloir que les français blancs et chrétiens se serrent les coudes…

    Répondre
  33. Scottkiller

    21/06/2006

    Je constate comme vous que nos informations concernant l’actualité mondiale sont pipees, il y a toujours la propagande rouge…

    Répondre
  34. david martin

    21/06/2006

    Notons encore cette « polémique » sur le fait que Zakaoui aurait été achevé par les américains . Les vilains !! Achever un bon soldat du Djihad qui faisait tirer sur des civils et égorgeait le étrangers. Un terroriste de moins, c’est toujours un peu de liberté en plus. Et qu’importe s’iil est remplacé. Son remplaçant tombera aussi.

    Répondre
  35. grandpas

    20/06/2006

    J’attends avec impatience les commentaires de notre rose ami Jaures et de quelques un de ses amis amis où sont ils passés!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)