Arrêtez de dire que Donald Trump est un abruti !

Posté le janvier 16, 2018, 2:33
9 mins

Tous les médias en France disent et écrivent que Donald Trump est un abruti. Il serait une sorte de débile mental à placer d’urgence dans une maison de santé. Eh bien, soyons pragmatiques et voyons quel est, à ce jour, le bilan de cet « abruti ».

En premier lieu et surtout, Donald Trump a rétabli le plein-emploi aux États-Unis. En tout cas, le chômage est au plus bas. La bourse américaine n’a jamais été aussi bonne. Le Dow Jones et le Standard & Poors vont de record en record et il a fortement diminué les impôts, tenant – lui ! – ses promesses, ce qui est tout à fait extraordinaire, et renforçant ainsi l’économie des États-Unis.

Des « abrutis » comme cela, il en faudrait beaucoup, notamment en France où, à la tête de l’État, nous trouvons, nous, un président supérieurement intelligent dont, jusqu’ici, le bilan est le suivant : un chômage massif, avec 6,5 millions chômeurs, 11 % de la population active avec les DOM-TOM (4 % aux USA), un marché qui se traîne gagnant parfois 1 % pour le perdre le lendemain, la fiscalité la plus lourde et la plus envahissante de toutes les fiscalités dans le monde qui, en 2019, ne sera pas déclaratoire, mais confiscatoire, c’est-à-dire que, par le prélèvement à la source, l’État se servira directement sur les salaires et les pensions. À cette situation s’ajoute une dette en constante augmentation de 2 226 milliards d’euros, qui augmente de 80 milliards par an. Celle de la Sécurité sociale est de 223 milliards d’euros, celle des assurances chômage, de 34 milliards, et celle de la SNCF, avec ses problèmes, de 44 milliards, etc.

Mention spéciale doit être faite des armées qui, pour être vraiment à niveau, devraient recevoir 35 milliards d’euros, en particulier l’armée de l’air. Ceci n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait que les dépenses sociales représentent 34 % de la richesse nationale, contre 3 % seulement pour les dépenses régaliennes – où se trouve le budget des armées que l’on désarme !

Comment et quand va-t-on rembourser de telles dettes, preuves d’une stupéfiante incurie ? La croissance en France est, dit-on, de retour. Et il est vrai qu’elle se chiffre aujourd’hui à 1,9 %, mais ce que l’on se garde bien de publier, c’est qu’elle est la plus faible de la zone euro qui est, en moyenne, de 2,4 % (2,6 % en Allemagne, 3,1 % en Espagne).

Le déficit commercial est à l’unisson : 78,3 milliards d’euros en 2016. Alors qu’on célèbre la visite d’Emmanuel Macron à Pékin pour rééquilibrer nos échanges avec « l’Empire du Milieu », on apprend que le déficit commercial de la France avec la Chine s’élève à 30 milliards d’euros, alors que l’Allemagne engrange, elle, avec la Chine, un excédent de 20 milliards d’euros.

En réalité, la France ne cesse de s’appauvrir. Son système de redistribution de la richesse nationale aux quelque 11 millions d’immigrés qui se trouvent en France, presque tous assistés, est ruineux. Les bénéficiaires du RSA sont aujourd’hui au nombre de 2,2 millions, soit 10 milliards d’euros par an. Avec 100 000 nouveaux gagnants du droit d’asile (nouveau record en 2017), notre pays est en voie, non seulement de se ruiner, mais de devenir un immense bidonville. Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, vient d’avouer que l’on compte déjà 100 bidonvilles dans la seule région parisienne.

De surcroît, la France socialiste est de tous les pays développés celui où l’on travaille le moins, en moyenne 32 heures par semaine – auxquelles s’ajoutent les congés maladie et surtout 3 millions de journées de grève, alors que plus de 130 milliards d’euros par an sont remis aux syndicats, dont la CGT communiste. Ainsi trouve-t-on également 53 000 retraités centenaires, citoyens d’Afrique du Nord, parmi lesquels un retraité algérien de 117 ans.

De la sorte, on peut se maintenir au pouvoir indéfiniment. Macron promet et annonce à tours de bras. Il est tout sourire. Mais, en fait, il ne changera rien. Le « politiquement correct » de convenance est et sera respecté. Ses vœux à la nation, longs et ennuyeux, le démontrent. Une heure après les avoir entendus, 95 % des Français ne s’en souvenaient même plus. Le papier cadeau a été changé. Il est agréable à regarder. Mais, à l’intérieur, le produit est le même. Il est fait de démagogie et d’impuissance, entourées de rubans ornés de mots rassurants.

À vrai dire, il en est un peu ainsi dans la majorité des pays occidentaux. Tous doivent respecter les usages, le « politiquement correct ». Ceux qui s’en écartent sont généralement efficaces, mais les bien-pensants les montrent du doigt. Donald Trump est jugé comme étant un crétin mal élevé. Les responsables hongrois, polonais, tchèques, etc., qui ont pour priorité l’indépendance de leurs pays sont considérés comme des fascistes. Ils sont mis à l’index. On cherche à les sanctionner. Macron, lui, est le modèle à suivre. Il veut transformer les voies de l’immigration en « voies de la liberté », a-t-il dit. L’expression est belle. Elle est très appréciée des terroristes et autres djihadistes qui empruntent ces voies-là. Macron dit aussi vouloir donner un toit à ceux qui n’en ont pas. Il aura alors beaucoup à faire. Parce que si l’on ajoute aux 100 bidonvilles parisiens, les bidonvilles provinciaux, ce seront des milliers de toits à construire.

Mais il ne coûte rien de formuler un espoir, et politiquement, ça rapporte. Comme rapporte, beaucoup plus encore, l’impôt sur les successions, impôt final dont l’État s’empare, alors que céder à sa descendance ce que l’on a acquis pendant toute une vie de labeur est un devoir qui vient du fond des âges. Cet impôt-là, c’est purement et simplement du vol. Il est, pour chacun, l’achèvement de tous les impôts qui l’ont précédé dans une injustice évidente et un déséquilibre, signe d’une administration agressive. 367 000 ménages sur une population de 66 millions d’habitants acquittent à eux seuls 30 % de l’impôt sur le revenu. De façon générale, plus des deux tiers de l’impôt sont acquittés par seulement 10 % des foyers fiscaux.

La France, on le voit, vit sous un régime d’inspiration communiste désordonné qui dissimule la « haine sociale » par ce mensonge permanent que l’on appelle la « communication ». Seuls les imbéciles peuvent se laisser prendre à ce mauvais jeu-là.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

14 réponses à l'article : Arrêtez de dire que Donald Trump est un abruti !

  1. Ben

    24/07/2020

    Bilan 2 ans plus tard. 140 000 mort. Non c est pas un abruti c est un tueur en série. Tu devrais avoir honte de ton article avec tes chiffres bidon que tu tire de nul part et ton resonnement qui cautionne Trump.

    Arrêté le journalisme tu es pas fait pour

    Répondre
  2. Zimbolaktus

    13/11/2018

    Bien sur que c’est un abruti, d’ailleurs sans ses collaborateurs il aurait bien du mal à gouverner et à diriger les USA. D’ailleurs si une crise arrive il y a tout à craindre car il est fort probable qu’il fasse n’importe quoi……

    Répondre
  3. betsynette

    20/01/2018

    On est sali que par la m..de, messieurs mesdames les merdias.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    19/01/2018

    Donald Trump est un homme qui souffre de troubles importants du comportement et de la personnalité … comme … Hitler… Millière ou Brenus : impulsif, coléreux, ne souffrant pas la contradiction ; cet homme est potentiellement dangereux ; d’ ailleurs ses chefs militaires ne s’ y sont pas trompés qui l’ ont mis sous surveillance

    son échec ridicule devant Kim le rend encore plus imprévisible

    Répondre
    • jacqueline PONT

      22/01/2018

      a choisir, je prefere mon President qui fait ce qu’il a promis,malgre
      toutes les objections de ces S—–s de socialos
      au votre qui me donne l’impression d’avoir arrete son developpement
      a ses 15 ans,

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22/01/2018

        quel serait , selon vous,  » mon  » président ? soyez clair !

        Répondre
        • pont jacqueline

          22/01/2018

          de qui est-il question dans les commentaires et article qui precede?
          faites marcher vos meninges de temps en temps vous aurez la reponse.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            23/01/2018

            votre réponse apporte encore un peu plus de confusion !

            exprimez clairement votre pensée ! ne restez pas dans l’ ambiguïté ou la supputation !

            la question est : de qui s’ agit i

            si vous ne le savez pas vous même, ou que vous hésiitez sur deux personnes dites le !

            p.s. : les méninges ne servent pas à penser

  5. BRENUS

    19/01/2018

    L’immigration est une chance pour la France, na! . La gôche et Q.C. l’ont dit. Point, barre. Les européens « de souche » n’ont qu’à se tirer car seuls les bronzés sont chez eux ici. Picétou !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19/01/2018

      quant à Brénus il est intellectuellement très limité et pour tout dire un con achevé

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        19/01/2018

         » l’ anarchie c’ est le désordre … c’ est un Jules César par village et vingt Brunus *** par canton  » ( l’ affreux Céline )

        *** j’ ai remplacé Brutus par Brenus c’ était trop tentant

        Répondre
  6. G De Sorne

    16/01/2018

    Il faudrait que les journalistes français en poste aux US arrêtent de faire du couper-coller des journaux US qui eux, ont décidé de bouffer du Trump du p’ti dej au souper!
    En attendant je note que l’abruti de Washington diminue mes impôts, augmente ma petite SS et donne à mes comptes de retraite une vitalité jamais vue depuis Bush l’Ancien. Le nombre de textes de lois passé depuis un an est plus important que celui d’Obama dans les même temps. Le chômage est au plus bas depuis 40 ans (ou plus), on rapatrie les industries, les mexicains non qualifiés rentrent chez eux et on voit les « noirs » retrouver leur job « d’avant ».
    Je l’admets volontiers, je voudrais voir un président US plus « présidentiel », et qu’il control mieux son tempérament. Mais n’est-ce pas pourquoi les « masses » l’ont élu ?
    Finalement, quand j’entends Macron, je me dis que je ne perds RIEN au change et, à exception du camembert, n’envie pas mes concitoyens de France.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/01/2018

      allons, allons ! il est plus que vraisemblable que Donald Trump ne fera pas un second mandat et cela quelle que soit l’ influence du Media

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)