Attaque chimique en Syrie et bienpensance médiatique

Posté le mai 23, 2017, 5:26
5 mins


À mon tour d’être stupéfait par le contenu de l’article de M. Roger Saint-Pierre dans le n° 1093, contestant lui-même les propos de Mme Merlin-Chazelas tenus au titre du n° 1092.

Cet article semble emporté par la vision manichéiste de l’Europe des Lumières, où des procureurs et censeurs patentés devant l’Éternel désignent, sans complexe et à l’emporte-pièce, les bons (les gentils rebelles de l’ex Front al Nosra ou, aujourd’hui, du Front Fatah al-Cham, d’Al-Qaïda, etc.) et le méchant (du nom de Bachar al-Assad).

S’agissant des attaques au gaz sarin, il faut rappeler les résultats de deux années d’enquêtes menées par l’Oiac (ou OPCW en anglais) (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques), confirmé également par le prestigieux Massachusetts Institute Of Technology (MIT), faisant suite à la précédente attaque au gaz sarin du 21 août 2013 à Ghouta (faubourg de Damas), occasionnant tragiquement environ 1 400 morts.

Des commentaires horrifiés s’étalaient dans la presse parisienne à l’époque : le « boucher de Damas » avait commis l’irréparable. La directrice du journal Le Monde réclamait même une riposte armée…

Seulement, la réalité fut tout autre : les experts de l’OPCW rappellent dans leur rapport qu’après analyse de la nature du gaz, notamment par des prélèvements sur les corps des victimes, sa composition révèle que ce gaz était différent de celui trouvé dans les stocks de l’armée syrienne.

Ainsi, ils reconnaissent que Ba­char al-Assad était bien innocent du crime qui lui était imputé.

Le rapport précise que ce gaz proviendrait du stock de feu le colonel Kadhafi, vendu après sa mort à des « groupes anti-Assad », transporté en bateau vers des ports turcs, puis acheminé jusqu’aux fiefs rebelles de Syrie. La composition du sarin libyen est la même que celle du sarin jeté sur Ghouta.

Nos journalistes inféodés au système de la « grosse presse financiarisée » se garderont bien de rétablir la vérité, toute la vérité et rien que la vérité – que Charles Péguy repose en paix !

S’agissant, enfin, de la nouvelle attaque, ô combien tragique, perpétrée il y a quelques semaines, la médiacratie française s’est, à nouveau, aveuglément engouffrée dans la désignation du coupable prêt à l’emploi idéal du nom de Bachar al-Assad, dont je passerai ici, par courtoisie, les qualificatifs proférés par cette « grosse presse » de haute culture, à son endroit.

Leur idéologie d’occultation des faits, via le diable de l’immédiateté et du flot continu d’informations non vérifiées, ne doit pas nous faire oublier la nécessité du temps long de l’enquête – a fortiori dans une région de la planète qui est en guerre.

Il n’existe pas, dans ces territoires, d’individus en observation permanente, se promenant tranquillement au milieu des champs de bataille, comme voudrait nous le faire croire l’auguste Observatoire syrien des Droits de l’Homme (un seul « observateur » !), dont les bureaux confortables sont situés à Londres.

Enfin, l’ONU (le machin du Général de Gaulle), se trouve dans une posture hautement condamnable, quant à son impartialité et sa pertinence de jugement et d’analyse, par le seul fait qu’aujourd’hui, en son sein, la « bonne » Arabie Saoudite siège à la Commission du Droit des Femmes. Or, nous savons tous ce que ce pays est l’exemple même d’une démocratie éclairée et sans défaut !

8 réponses à l'article : Attaque chimique en Syrie et bienpensance médiatique

  1. BISTOUILLE POIROT AIX EN PROVENCE

    03/06/2017

    En fin de compte (si tel pouvait être le cas !), « Tout baigne », ou comme dit le bon peuple: « Ca gaze », « A la prochaine », « Pourquoi se gêner ».
    Ne manque qu’un incident aérien sur le territoire syrien où les états majors russes et américains ne semblent plus collaborer et coordonner leurs opérations. A des vitesses supersoniques avec des rayons de courbure supérieures à deux km dans un espace aussi réduit que celui de la Syrie où l’EI se replie sur Rakka, les radars de bord ont intérêt à renseigner les pilotages automatiques et éviter des collisions qui pourraient être interprétées comme de actes guerriers volontaires avec toutes les surenchères que nous pouvons imaginer.
    Bon, d’accord, nous possédons l’arme nucléaire mais c’est le détenteur de ses codes qui m’inquiète même si l’ancien « habilité » s’est relevé de ses fonctions. Cependant si la décision était calquée sur l’opportunité de réaliser ou pas l’aéroport de « Notre Dame des Landes », nous avons une petite chance d’éviter le pire et de commettre…. une bonne action.

    Répondre
  2. lavandin

    31/05/2017

    la première question qu’auraient du se poser nos « zélites » est : à qui profite le crime ? On sait pertinemment que l’EI et ses affidés n’ont jamais hésité a se servir de la population comme bouclier humain en Syrie comme en Irak , et que la vie humaine n’a aucune valeur quand il s’agit de servir les intérêts de l’islam

    Répondre
  3. Jacky Social

    24/05/2017

    Ce qui me rend stupefait, c’est que l’on ne fasse jamais de rapprochement avec la soudaine apparition d’ADMs au M-O après la chute suspendue de M’sieur Saddam. Si Bachar a des ADMs, Saddam en avait aussi. Ils sont du meme parti Baath, membre de l’Internationale socialisse (comme un cul de none). Cela meriterait d’etre investigue, non? Les medias sont de mauvaise foi, c’est vrai. Mais ca on le savait deja . Quant a ceux qui les denoncent, ils ne sont guere mieux informes, on dirait.
    Ch’tite question subsidiaire: ou est passé le Jaures?

    Répondre
    • Drakkar

      28/05/2017

      De grâce, ne l’appelez-pas !
      Il a du trouver un job de fonctionnaire propaganda-staffel en macronie. Mais CHUT !

      Répondre
    • BISTOUILLE POIROT AIX EN PROVENCE

      03/06/2017

      ….Dans le Aures.

      Répondre
  4. N'DOBIN

    24/05/2017

    …Et les « nouveaux saints  » de posture de s’auto-censurer sur les plateaux T.V. avec la modestie de pharisiens respectueux de la « loi ».. Loi qui n’est autre que celle , éternelle, du bouc émissaire : consensus scélérat , stratégie diabolique capable de souder des coupables entre eux avec le maximum d’efficacité !

    Répondre
  5. Janvier

    23/05/2017

    👍
    C’est rare , de nos temps, un homme libre !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/05/2017

      deux choses sont rares de notre temps :

      – 1° des faits et des données qui aient été vérifiés

      – 2° que ces faits et ces donnés puissent être exprimés

      essayez de dire cela sur un plateau T.V. … comme pour les Armes de Destruction Massive

      au mieux vous trouverez les résultats de l’ enquête du M.I.T. dans un entre-filet en coin et en bas de page du  » Monde  » et qui si il est lu et commenté ( ce qui a du être le cas ) le sera … défavorablement : les nouveaux Saints sont eux aussi intouchables

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)