Benoît XVI: vive la liberté religieuse

Posté le avril 23, 2008, 12:00
5 mins

La France a toujours une forte tendance à se regarder le nombril et à ignorer le reste du monde. Parmi les événements majeurs de la semaine, dont les médias français n’ont guère parlé, figure la visite du pape Benoît XVI aux États-Unis, dont nos journaux n’ont retenu que le scandale des prêtres pédophiles.

Or, au plan géopolitique, ce voyage est d’une grande importance : il confirme la forte convergence entre l’administration Bush et le Vatican, sur un certain nombre de sujets.

Naturellement, la situation en Irak reste une pomme de discorde – mais beaucoup moins qu’il y a cinq ans, puisque le Vatican admet volontiers que la présence américaine est aujourd’hui un moindre mal.

Mais, sur bien d’autres sujets, Bush et Benoît XVI semblent en accord profond. Tout d’abord, bien sûr, sur la question de la vie et de la famille. On sait que le Président américain avait gagné l’élection notamment sur ce thème. La réception triomphale (et tout à fait impressionnante par rapport aux « standards » des visites d’État) confirme cette convergence. Peut-être s’agit-il également d’un petit coup de pouce au candidat républicain peu connu pour être en phase avec l’électorat républicain sur ces questions…

Mais, surtout, il est intéressant de remarquer les convergences sur le « choc des civilisations ». Comme Bush, Benoît XVI souhaite travailler à l’émergence d’un islam éloigné des tentations radicales et mûr pour les discussions rationnelles avec les autres civilisations. C’était le sens de son discours de Ratisbonne. C’est également le sens probable du baptême qu’il a conféré à Magdi Allam, musulman italien, dans la nuit de Pâques. Il s’agissait ici de montrer que la liberté de changer de religion était décisive pour un dialogue apaisé des civilisations.

Et c’est également ce qu’il a été dire à la tribune de l’ONU, chantant les louanges de la liberté religieuse. Ceci s’entend à la fois contre l’islam radical et contre la laïcité agressive que certains pays d’Europe connaissent.

Reste à savoir si une réponse favorable viendra du monde islamique. Reste également à savoir si cet accord de plus en plus visible au sein du monde occidental sur la liberté religieuse ne risque pas de cristalliser, paradoxalement, le « choc des civilisations », en en faisant non plus une croisade du christianisme contre l’islam, mais une croisade de la liberté contre l’islam. En tout cas, dans ce débat sur le dialogue des civilisations se joue une partie décisive de notre avenir et l’on comprend mal que la presse française l’ignore…

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

17 réponses à l'article : Benoît XVI: vive la liberté religieuse

  1. IOSA

    22/05/2008

    J’oubliais……les écrits fait de la main de l’homme ne sont absolument pas une preuve !!!

    Répondre
  2. IOSA

    22/05/2008

    Tiens donc un chrétien qui a bien appris ses leçons et qui n’a pas hésité une seconde de pourfendre l’infame Lucifer, tout en décrétant que celui-ci avait la main mise sur beaucoup de monde…..

    Quelle évidence que Jésus soit la Lumière de la chrétienneté et pas du monde et quelle évidence aussi que de savoir que c’est Dieu qui a dressé Lucifer contre lui même…

    Une certaine forme de paranoïa pour que les homme l’adorent sous peine de finir en enfer.

    Et après vous allez me dire que Dieu est amour ???

    Donc selon votre logique les pauvres seraient de mauvais croyants parce que Dieu ne fait rien pour eux !

    Ou alors c’est expres qu’il le fait, il adore faire souffrir les hommes et pour preuve il a envoyé son fils à la mort…..oui oui vous allez dire que c’ était un grand sacrifice pour lui.

    Quel sacrifice de sa part…ce n’est pas lui qui souffre, par contre il aime ca, la souffrance des autres.

    Bon donnez moi une preuve que ce que vous avancez est vrai ….

     

    Répondre
    • Arthur Gohin

      05/10/2018

      Ce que vous croyez vous, vous ne le prouvez pas; alors pourquoi me demander de prouver ce que je crois moi ?
      Je n’ai pas appris de leçon, j’ai simplement dit là ce que j’ai vécu. Aujourd’hui je l’ai vécu dix années de plus, différemment.
      Dieu donne la lumière à qui la désire, je n’ai pas à me soucier de personne.

      Répondre
  3. Arthur Gohin

    21/05/2008

    Jésus Christ est la lumière en personne, et non pas celui qui porte la lumière.
    Le nom Lucifer vient effectivement de ce qu’il a pour mission de porter la lumière, dans l’idée de ce que Jean Baptiste et bien des chrétiens ont fait. Ce Lucifer donc préfère utiliser cette lumière, qu’il a comprise et rejetée, pour se faire aduler des hommes, et construire un royaume dont il est le dieu.
    Il a beaucoup de disciples et son affaire est florissante.

    Répondre
  4. IOSA

    20/05/2008

    La traduction de Lucifer est le porteur de lumières……Sic !!!!  Un pseudo de Jésus….

    Répondre
  5. Arthur Gohin

    19/05/2008

    …depuis toujours l’Eglise Catholique professe la même doctrine, d’amour et de tolérance ? Le Christ seulement, comme nous l’allons voir.
    Saint Augustin a entamé la doctrine de la guerre sainte que Saint Thomas d’Aquin a portée à son apogée. Ce dernier a aussi expliqué la raison de la peine de bûcher pour les hérétiques. De fait l’Eglise Catholique a mis des siècles à sortir de ses pratiques guerrières et d’intolérance criminelle. Se souvient-on du conseil donné par le pape de Catherine de Médicis à propos des protestants? "Si vous voulez régner, débarrassez-vous de ces gens là".
    Pour voir un virage un peu net il faut attendre 1914 avec le fameux "Le pape ne bénit que la paix" de Pie 10 en réponse à l’empereur d’Autriche qui lui demandait de bénir ses armes. Ceci dit cela n’a pas empêché au même moment certain archabbé allemand de demander à se mettre sous les drapeaux sans qu’on le lui demande. Ni non plus peu après l’Evêque de Soissons de fustiger en chaire les soldats révoltés.
    Les indiens des Caraïbes ont été exterminés jusqu’au dernier, sans que le monde catholique ne s’en inquiète beaucoup. Il avaient frappé Las Casas par la douceur de leur tempérament. Exterminée aussi l’église cathare, dont la hiérarchie était strictement non violente. Comment pouvons nous nous inquiéter de ce que notre civilisation de brutes sophistiquées disparaisse à son tour? Quel orgueil ! Selon toute évidence ceux qui s’inquiètent ne croient pas en Christ.
    Saint Paul l’a pourtant dit: "Nous ne combattons pas des êtres de chair, mais les puissances des ténèbres" ,en écho au Christ: "Ne craignez pas ceux qui peuvent tuer le corps, et après ne peuvent plus rien; craignez plutôt celui qui a le pouvoir de précipiter et le corps et l’âme dans les ténèbres".
    Mais l’Eglise Catholique a inversé les dangers.
    Il ne sert à rien que Benoît 16 soit, soit disant, un bon politicien. Lucifer se rit bien de son intelligence, et Dieu vomit les tièdes.

    Répondre
  6. Gérard Pierre

    28/04/2008
    «  …… on comprend mal que la presse française l’ignore. »
     
       La presse française est majoritairement constituée d’ignares des questions théologiques s’adressant à des indifférents en matière religieuse, le tout sous couvert de laïcité et de …… liberté de penser. Or, pour penser, faut-il encore disposer d’un minimum de matière. On comprend dès lors que les plumitifs et les bavasseurs préfèrent focaliser sur les 6 pages traitant de sexualité d’un catéchisme qui en comporte 750. On ne peut pas être surpris qu’ils ne retiennent que le scandale des prêtres pédophiles, le reste échappe à leur domaine de compétence.
     
       Benoît XVI est non seulement un théologien éminent, c’est aussi un politique avisé. Il ne commettrait pas l’erreur d’attaquer l’islam de front dans le contexte occidental actuel où la caractéristique dominante est l’inversion de la pensée rationnelle (1). Il choisit, sous couvert d’une proposition de dialogue, de laisser l’islam étaler au grand jour, de façon éclatante, son incapacité à se réformer. Il sait parfaitement qu’aucun « docteur » musulman ne transigera jamais sur la liberté de passer de l’islam à une autre foi, ceux-ci n’admettant le changement de religion que dans l’autre sens. Il n’ignore absolument pas l’incapacité idéologique de l’islam à emprunter la voie du rationalisme et de la modération. L’habileté de Benoît XVI réside dans la démarche qu’il entreprend, visant à amener les responsables musulmans à proclamer haut et fort ce qu’ils n’ont jamais cessé d’être : LES PROMOTEURS D’ UN SYSTEME POLITIQUE TOTALITAIRE ADOSSE A UN PRETEXTE RELIGIEUX !
     
       Autre facette de son talent politique, le fait de choisir les Etats-Unis pour entamer un processus de clarification. La « fille aînée de l’Eglise » ferait bien de réfléchir aux raisons d’un tel choix !
     
       ………………………  à suivre !
     

     
    (1) INVERSION : Les pacifistes soutiennent les pires totalitarismes, les crapules sont les victimes des « braves gens » qui ne les comprennent pas, l’hétérosexuel est un ringard intolérant, le couple fidèle est un produit de l’étroitesse d’esprit, le patriote français est un fasciste, le croyant est un attardé mental lorsqu’il est chrétien mais un représentant du multiculturalisme s’il est musulman, l’automatisme de langage relève de la pensée « hardie », la démocratie israélienne est nazifiée tandis que les dictatures criminelles qui l’environnent suscitent notre compassion, ………… et la liste est loin d’être exhaustive !
    Répondre
  7. UN chouka

    28/04/2008

     IOSA @, C’est dans la nature de l’homme de défendre sa vie,son territoire,ses possétions  etc………..meme si ceux ci sont des mirages puérils ?.

    Cela se fait souvent pas la mort de l’un ou de l’autre  des advèrsaires , par  divèrses stratégies il me semble?( les conséquences du meurtrier ne sont pas forcément mortelles d’ayeur ,mais potentiellement mortelles , mais souvent différés   : èsclavagisme ,dépendance ,mutilations divèrses et variées etc…… ) .

    Les kamicazes ne sont rein d’autre que le fruit de l’expression du chacun pour soi "étèrnel et naturel"différé par les croyances, les lois, les cultures ,me semble t’il ?

    Le kamicaze fait payer casch,et sans retour , mais sait’il toujours bien pour qui,il "travail "?

    Pour moi, c’est la vie,ou tout est pèrmis pour l’homme libre et lucide ,il me semble?

    Répondre
  8. IOSA

    28/04/2008

    pour Un chouka…

    Le mensonge est dans la nature de l’homme et les kamikasés musulmans appliquent à la lettre les préceptes du Coran….du moins une traduction édictée par un ou des hommes et en comparant la Bible dont les textes furent rédigés aussi par des hommes, on comprend le pourquoi de cette expansion d’asservissement de l’homme par l’homme.

    Pour la gloriole et le pouvoir absolu, les religions existent. Un mixte des deux et voilà comment on fait des kamikasés qui sont des hommes prets à mourir volontairement pour une idéologie, comme le firent les missionnaires.

    Parfois, ceux qui meurent….meurent parce qu’il n’est plus possible de reculer, de refuser ce suicide par peur des représailles envers leurs familles.

    En effet, si tous nous ouvrons nos esprits au monde qui nous entoure, si tous nous appliquons le concept du bien sans faire valoir une légimité tirée d’une quelconque divinité, alors je pense que la race humaine aura une chance de voir l’avenir.

    Mais faut pas rêver, les mulsumans feront comme les chrétiens d’avant….les mêmes erreurs, les mêmes massacres.

    Le MEA CULPA des religions n’est pas pour demain…

    Répondre
  9. UN chouka

    25/04/2008

    @ Aregundis , je n’ai pas fini de lire votre comm,que déjas ,pour ne pas m’embrouiller, j’entrevois la collusion entre Britaniques, De Gaulle,et les sèctes ,opposés qu’ils doivent etre a la pensée fondatrice des USA?(Libèrté ,et élévation des peuples,connaisance pur  chacun ……..?)

    Veut’on confiner les" populations exclues "dans le cloaque mystique dévoyé par la soumition aux dogmes qui arrangent ?(exotérisme ?;-)

    Le sieur "Jesus", ne serait il pas plutot, un mage "qui ne dit pas sa fonction" ?;-)Ne trouvez vous pas que tout cela sent "la sorcellerie" ?:-)

    Craignez vous que les gens qui ont entre leurs mains le Coran pour les "guider " et se regrouper pour se défendre contre" l’ordre mondial" lequel se fiche de leurs intérets,se prènent l’envie de nepas  plier  les genoux devant le dogme du fric,et de la dépendance  ?:-D

    Vous devez savoir que pour con-vaincre les gens ,il suffit d’utiliser la violence ,et leurs aprendre a concidérer la justice comme une vérité incontournable dictée par un dieux tout puissant ?

    Bien sur ,je ne vois tout ça que de trés loin.

    __________________________________________________________________________________

    @ IOSA,je crois que tout un chacun ouvre les yeux , et les oreilles ,qu’a  chaque fois que ça l’arrange,meme s’ils n’ pas tous les éléments pour juger entre les  mains pour prendre parti ?

    Parfois, dans une situation,plusieurs obtions rèstent valables ,meme si elle nous paraissent incompatibles ?

    Ainsi placer le fric au dessus de tout, ne rèste valable, que si la  volonté de ses opposants ,est  repousée par" la force "?

    Tout cela rèste  légitimes ,tant que la domination est accèptée ,mais surtout aussi longtemps qu’elle arrange" tout le monde  "?(toussent ensemble ,et basta les victimes )

    Pour "les attentats",qu’ils soient guerrires ou malveillants contre les civiles (générateurs de terruere  qui condit a la soumition aveugle  " a l’ordre  violent ",mais sèrt aussi de tremplin au désordre social ,institutionel établi  ) ,je rèstes pèrsuadé que ces gens ( kamikases ) ne sont des instruments (missils télécommandés par plus malins qu’eux  qui se sèrvent de leurs désèspoires légitimes sans qu’ils ne connaisent ceux qui leur donnent les coups ?S’ils savaient d’ou viènent les coups, peut etre n’auraient pas les memes volontés ?)

    Toujours le mensonge et la tromperie (ouvrir l’oeil,et l’oreille  ?:-)

    Répondre
  10. IOSA

    24/04/2008

    Non ! pas aveugle…juste idiot de suffisance en pensant que le dialogue est possible.

    Encore et toujours la suprématie de l’homme blanc catholique, bienfaiteur de l’humanité ouvrant les portes en grand à ceux qui sont l’ennemi de toutes les religions, y compris de ceux qui en ont pas.

    Mais en y regardant de plus près les aides financiaires que l’Europe ( donc la France) donne pour armer le bras du bourreau, il ne faut plus s’étonner de récolter une tempête sur notre sol.

    Aucun média n’ose le dire par peur des associations anti-racistes qui vivent par nos impôts, peur aussi des attentats que l’ont voit tous les jours en Irak, peur que celà revienne chez nous.

    Où sont donc les hommes ?

    En 39 les allemands sont passés par le même pont de 1914 pour envahir de nouveau la France, alors pensez bien que pour l’Islam…. nous avons des autruches aux commandes du gouvernement qui préfèrent construire des mosquées que d’affronter la réalité de l’invasion qui est déjà dans nos murs et celà de longue date !

    Répondre
  11. Aregundis

    24/04/2008
    Bon papier de Jean Rouxel. « Reste à savoir si une réponse favorable viendra du monde islamique. » se demande t-il, dubitatif. C’est toute la question, en effet. Je dirais même que la réponse me semble incluse dans la question. Le « dialogue » ne sera pas facile entre deux conceptions du monde que tout oppose. Est-il seulement envisageable ? On en revient toujours à l’aristotélisme d’Averroès (12e s.) pour nourrir les espoirs d’un rapprochement de l’islam avec la pensée occidentale issue du monde grec. Espoir régulièrement déçu. Averroès fut persécuté sur la fin de sa vie, c’est à des juifs et à des chrétiens attachés à conserver et traduire ses œuvres qu’il doit d’être connu (au moins de nom). L’Occident chrétien a poursuivi sa quête philosophique, l’islam ouvert un moment s’est refermé peu à peu comme une huitre dans l’obscurantisme coranique. S’il ne s’agissait que de religion…
    Il faut d’abord saluer l’initiative du Saint-Père de se rendre aux États-Unis. Elle fait suite aux initiatives du président Sarkozy pour clore le contentieux né au temps du tandem Chirac-Villepin à propos de l’Irak. En réalité, les dissensions venaient de beaucoup plus loin dans le passé : du général De Gaulle qui, le premier à l’issue de la guerre des Six jours, a initié une politique pro-arabe délibérément hostile à l’État d’Israël, s’inspirant elle-même d’un antiaméricanisme né de la Libération. Le général n’a jamais pardonné « aux anglo-saxons » d’avoir libérée la France. Réflexe d’une vieille droite maurassienne à laquelle il appartenait culturellement ? Alors, le temps serait-il enfin venu de resserrer les liens qui n’ont jamais été rompus entre nos amis naturels d’outre-Atlantique, et la France « fille aînée de l’Église » (comme on n’ose plus dire) et l’Église-mère de Rome ? Le temps serait-il venu d’une grande réconciliation entre membres turbulents d’une même famille chrétienne que les séquelles de « l’ost-politique  » ont tenus éloignés trop longtemps ?
    Et rappeler aussi ce que fut le discours de Ratisbonne, car c’est un élément important dans la tentative d’approche inter religions initiée par l’Église romaine et les polémiques qui s’en suivirent. Le 9 septembre, Benoît XVI entame une visite en Bavière, sa région natale.  Le 12, il prononce à l’université de cette ville une conférence sur le thème de la foi et de la raison dans la tradition chrétienne. Pour illustrer son propos il cite un passage d’une discussion tenue en 1391 entre l’empereur Manuel II Paléologue et un érudit persan.1
    Évoquant la question de la guerre sainte, l’empereur s’adresse à son interlocuteur et dit : « Montre moi ce que Mahomet a apporté de nouveau et tu ne trouveras que du mauvais et de l’inhumain comme ceci, qu’il a prescrit de répandre par l’épée la foi qu’il prêchait. La conversion par la force est contraire à la raison et ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu." Le pape commente : « Pour la doctrine musulmane, en revanche, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n’est liée à aucune de nos catégories, fût-ce celle du raisonnable. »
    Les réactions musulmanes ne tardent pas. Insinuer que le Dieu du Coran n’est pas raisonnable, dépasse ce qu’un bon musulman peut supporter de la part du chef des Roumis. La presse française  sort le tam-tam des grands jours. Les autorités religieuses et politiques des pays musulmans dénoncent les propos du pape. En Irak et en Palestine, des églises font l’objet d’attaques et, le 17, une religieuse italienne travaillant à l’hôpital de Mogadiscio (Somalie) est assassiné (ce qui est conforme au Coran). Le 17 également, Benoît XVI se déclare « attristé par les réactions suscitées par un bref passage de [son] discours » relatif à « une citation d’un texte médiéval qui n’exprime en aucune manière [sa] pensée personnelle ». Une reculade regrettable.
    Car « la rue musulmane » – chauffée à blanc par la presse arabe, n’a que faire des subtilités diplomatiques.Le contentieux israélo-palestinien, la poudrière libanaise, les talibans, le 11 Septembre… Le contexte général de « l’Orient compliqué », tout ça exaspère le sentiment antioccidental et provoque un exode massif des communautés chrétiennes. Les plus anciennes installées au Moyen-Orient depuis deux millénaires sont obligées de fuir, de tout laisser pour refaire une vie incertaine, ailleurs, loin de leurs racines ancestrales. Car l’expansion islamique depuis l’Hégire s’opère d’invariable façon : conversion ou mort ou esclavage. Récemment, c’est Mgr Faraj Rahho qui est assassiné en Irak. Le 5, c’est un prêtre qui tombe à son tour à Bagdad. Une longue liste sanglante depuis le massacre des moines de Tibhirine en Algérie le 27 mars 1996. A quoi distingue t-on un fanatique de qui ne l’est pas ? Le mois dernier, on apprenait (dans le Figaro) que : « Les évêques d’Algérie ont été reçus par le ministre des Affaires religieuses pour exprimer leur inquiétude face aux expulsions, radiations et condamnations qui ciblent l’Église depuis l’adoption, en février 2006, de la loi réglementant les cultes non musulmans. ».
    Le 5 avril, Bernard Henri Lévy écrit dans son charabia : « Un bon film sur l’islam serait un film qui, à l’inverse, ferait le tri, au sens propre la critique, entre ce qui, à l’intérieur du texte ou des pratiques qui se sont instituées d’après lui, est, en effet, source de violence et ce qui, au contraire, va dans le sens de la paix et de l’élévation des âmes-le type de travail, ni plus ni moins, dont se sont acquittés, dans le passé, avec leur propre texte saint, les juifs et les chrétiens. Islam modéré contre islam radical ? Islam des Lumières contre cette caricature d’islam qu’est l’islam intégriste ? C’est cela. La grande question de ce temps. Le seul choc de civilisations qui vaille. » (Le Point)
    Je réponds le jour même pour lui indiquer que les « bons films sur l’islam » ne manquent pas. Il peut en voir quasiment tous les soirs sur Arte ; ce qui a d’ailleurs valu à la chaîne le délicat surnom de « Al Artezeera ».
    L’élévation des âmes ! Comprenons qu’il n’est pas dans l’idée de BHL de changer la nature de l’islam. Ce qu’il veut, c’est un islam présenté à sa convenance : un islam revisité, édulcoré et débarrassé de ses scories les plus archaïques, lavé plus blanc que blanc ; bref, un « islam des Lumières », comme il dit. L’Histoire réécrite en version tiers-mondiste dont les intellectuels de gauche se sont fait une spécialité depuis les années 60. Belle trouvaille en vérité ! On peut dire de l’islam tout ce qu’on veut sauf d’y voir la moindre affinité avec la pensée déiste ou athée du 18e siècle ! L’expansion musulmane s’est faite dans la violence ; son corpus doctrinal est d’une rigidité de fer. Qu’on voit là des traits communs avec la Terreur jacobine, certes, mais y trouver des affinités avec la pensée de d’Alembert et Diderot semble quelque peu surréaliste !
    J’en termine là pour préciser que je m’en prends à l’islam en tant que système de pensée totalitaire et non aux musulmans, ces « musulmans malades de l’islam », de la même façon que j’ai combattu autrefois le communisme et non point les militants communistes, eux-mêmes victimes consentantes de la propagande mensongère du Parti.

    1 Manuel II Paléologue 1348/1391-1425. Empereur byzantin. En guerre contre le sultan ottoman Bayezid Ier… Vaincu, il doit se reconnaître son vassal et payer tribu. Plus tard, ce Bayezid sera lui-même vaincu par le mongol Tamerlan, et la chute de Constantinople. La guerre des civilisations ne date pas d’aujourd’hui.On ne sait pas qui pouvait être cet « érudit persan ». L’idée de s’adresser à un interlocuteur fictif muet ou censé lui apporter la réplique était un procédé littéraire très répandu. Ex: Le Dialogue de Galilée ; Les Provinciales de Pascal ; Utopia de Thomas More ; ou Candide de Voltaire, et quantité d’autres récits célèbres.

    Répondre
  12. HansImSchnoggeLoch

    24/04/2008

    atonael a dit: <<Sommes-nous donc tous sourds et aveugles ?>>

    oui, sans aucun doute!

    Ils ont des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas écouter. Ce verset est  cité dans le Nouveau Testament.

    Je pense que nous nous situons pour le moment dans la phase qu’on appelait il n’y a pas si longtemps la "drôle de guerre", l’enfer va bientôt se déchainer et il faudra bien alors utiliser les yeux et les oreilles pour survivre. Entretemps, let’s dance the last  tango sur le Titanic, bassiné par les voix suaves et onctueuses des media.

    Répondre
  13. ange Botherel

    24/04/2008

    Convergence de Busch vers la doctrine de l’église catholique oui, l’inverse non.

    Le monde d’aujourd’hui recherche dans l’Eglise catholique la réponse au déréglement de la société, cette société qui s’emballe dans l’europhie de la consommation.

    Depuis toujopurs, et nous pouvons trouver ces enseignements dans les quatre évangile qui sont là pour irriguer notre foi, depuis toujours l’Eglise Catholique professe la même doctrine, d’amour et de tolérence.

    Certe au cours des 20 siècles les mots n’ont pas toujours été les mêmes, mais les fondemants de l’enseignement de Jésus reste les mêmes.

    Depuis Saint Pierre et après lui tous ces sucesseurs ont eu la mission d’expliquer le message de Jésus afin de le rendre compréhensif aux hommes.

    Les valeurs restent les mêmes, la mission de l’Egise reste la même, partager l’amour et travailler au rapprochement des hommes.

    Les hommes politiques se tournenyt vers le sens spirituel de la vie, c’est une bonne chose

    Répondre
  14. UN chouka

    24/04/2008

    ATONAEL,c’est de la pure et impitoyable logique ce Coran !

    La loi des uns ne peut etre la loi des autres justement ?

    Qui dit loi et plus encore dogme religieux, dit mensonges et tromperies,a l’adresses des ignards pourtant ?

    Ces gens se regroupent arbitrairement sous leur banière,et l’ouest sous la sienne?Ou est le mal de ne pas accèpter les injonctions des autres (ennemis )qui souhaitent vous assèrvir  ?

    C’est bien au "début", le bon chacun pour soi qui régit les rapports entre les etres vivants il me semble,et le nier ne constitut ‘ il pas un pitoyable mensonge qui ne pèrsuade que les croyants ?

    Pour ceux qui se fichent des sèctes,des politiques,ou est le danger réel ?

    La collusion (tendème ) Mafias / Sèctes rèste encore le pire ennemi du citoyen indifférent ,il me semble ?

    A chacun ses idées ?

    Répondre
  15. UN chouka

    24/04/2008

    Là encore, nous retrouvons la rechèrche d’une légitimité indiscutable dans l’aplication de cette " justice"  qui pèrmet les plus iniques injustices ,en toute justasse ,il me semble?

    Cest encore ce rapport de force violent avec ce  support l’irrationel qui favorise les émotions craintives inconscientes?

    Répondre
  16. atonael

    24/04/2008

    Je suis tout à fait d’accord avec votre article et je n’ai cesse de m’étonner de la naïveté de nombre de mes compatriotes et de chrétiens qui me paraissent ne pas avoir conscience de la dangerosité du Coran et de ses thèses et de l’invasion progressive et insidieuse de l’islam  en Europe et dans le monde.

    Lisez le Coran ! Ce livre soi-disant écrit de toute éternité dans le ciel et dont pas un iota ne peut être changé (C’est là le point essentiel du problème..) . Il y est écrit en toutes lettres qu’un bon Musulman doit éradiquer de la surface de la terre tous les dénégateurs, tous les juifs et tous les chrétiens. Il y est même écrit qu’il faut tous les tuer jusqu’au dernier (Sourate 33 verset 61) . De nombreux imans intégristes ne se gènent d’ailleurs pas pour le crier haut et fort dans les mosquées.

    Sommes-nous donc tous sourds et aveugles ?

     

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)