Cette Europe dont nous ne voulons pas

Posté le mai 22, 2014, 10:28
4 mins

En 2005, pour que les peuples puissent s’exprimer, les ténors politiques avaient soumis à référendum une Constitution pour l’Europe, compilation de nombreux traités signés entre les États avant Maastricht, mais surtout depuis 1992 (Amste­rdam et Nice) et fruit des synthèses obtenues par l’ex-Président français Valéry Giscard d’Estaing au sein d’une commission spécialement dédiée à ce projet.

Malheureusement, les citoyens de mon pays, la Belgique, ont été privés de ce référendum, car jugé « dangereux » et « inopportun » par MM. Reyders, Di Ruppo, Steyvaert et Sommers, éminences aux manettes du plat pays.

Il est lamentable de constater que les sénateurs belges dans leur unanimité – sauf le FN et le VB, ainsi que Paul Galand défiant l’oukase PS – ont approuvé ce texte, que la plupart d’entre eux n’avaient même pas lu ! Ce vote a été un camouflet pour la démocratie… À qui pourrait-on faire croire que cela reflétait l’expression des électeurs ?

Une forte proportion des sympathisants d’ECOLO, une grande partie des troupes socialo-marxistes, une majorité des militants syndicaux, à gauche comme à droite, et d’importants contingents libéro-chrétiens n’approuvaient pas les articles de cette Constitution qui nous imposait une Europe inféodée aux USA, ouverte aux pays d’Orient et porteuse d’un choc de civilisations à moyen terme.

Tous les articles du Titre III devaient être retirés, car, à eux seuls, ils définissaient la politique future de l’Europe et constitutionnalisaient celle-ci, en interdisant toute orientation nouvelle à l’avenir, et en la figeant définitivement.

Et ceci serait déjà une raison suffisante et valable pour punir la mafia socialo-écolo-capitaliste.

Mais, non contents de détruire notre économie, les gnomes de Bruxelles et leurs affidés du Parlement européen ont délibérément favorisé l’immigration-colonisation dans nos pays, en ouvrant toutes grandes les frontières à une déferlante d’individus inassimilables et opposés à cette réalité : « L’Europe est une terre de cathédrales et de beffrois, et non pas de mosquées ou de minarets. »

En votant le 25 mai, nous devons à nouveau exprimer notre colère et brandir un carton rouge.

Face au rejet des électeurs de certains pays, cette Constitution eu­ropéenne a été remplacée par le traité de Lisbonne – non soumis à référendum – et entré en vigueur le 1er décembre 2009.

L’Europe n’avait pas réglé les problèmes des 15 quand, en 2004, elle a accepté 10 nouveaux membres et annoncé l’arrivée de la Bulgarie et de la Roumanie pour 2007. Il fallait arrêter ce délire des eurocrates !

En 30 ans, ceux-ci ont muré les mines (charbon, fer, potasse et zinc), coulé les chantiers navals, sinistré la sidérurgie et la métallurgie, condamné l’agriculture et l’élevage. Et, en 2005, ces fonctionnaires bruxellois ont, à nouveau, assassiné froidement l’industrie textile, à cause d’accords de l’OMC mal négociés !

Ces eurocrates, complices des gouvernements mondialistes, et les commissaires européens, adoubés par le Conseil, ont construit des cimetières industriels, avec une vue imprenable sur un désert économique.

Année après année, les médias, aux ordres nous ont pourtant dit et répété que l’Union européenne « allait nous apporter un niveau de vie meilleur et le plein emploi » !

Europe, libère-toi !

Pieter Kerstens

12 réponses à l'article : Cette Europe dont nous ne voulons pas

  1. lesaffre

    26/05/2014

    Le NON à l’Europe est en marche : le Front National est arrivé en tête aux élections européennes de dimanche dernier … les Français commencent à ouvrir les yeux…. il était temps…. mais certains dégâts s’avéreront irréversibles. Je reste néanmoins confiante en mon parti qui saura je l’espère « sauver les meubles » !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/05/2014

      les Français n’ont ouverte qu’ UN OEIL , puisque avec un vote Front National , ils ont SURTOUT voté pour un Etat protecteur, on peut même prendre ce mot dans son sens le plus usuellement utilisé dans la rue Saint Denis … je vais en surprendre plus d’un … il faut soutenir Manuel Valls qui est le seul homme politique qui ait pris l’exacte mesure de notre effondrement économique et surtout de ses causes , la preuve en étant que les socialistes français font unanimement corps son … obstination à réformer le pays, chose que n’ont fait ni Fillon, ni Juppé , ni Raffarin le triumvirat de la géante blanche qu’est devenue l’U.M.P. …. LaDroite est un Sahel ravagé par les criquets politiques chiraquiens puis sarkozystes

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27/05/2014

        car soutenir Manuel Valls ( dans son programme économique s’entend ) c’est lutter contre le  » Tout Etat  » socialiste ou gaulliste en un mot marxisant , cette idéologie politico-économique ne créant aucune richesse pérenne, que ses instigateurs soient de Gauche ou de… Droite … cette précision pour ceux qui n’auraient pas compris la manoeuvre ( je pense qu’ils ne sont pas nombreux sur le blog ) l’autre avantage étant de scinder le P..S. entre une avant-garde moderniste et une arrière garde marxiste

        Répondre
  2. goufio

    24/05/2014

    « L’Etat moderne est inefficace et nuisible. Puisqu’il est inefficace on pourrait se passer de lui, puisqu’il est nuisible on devrait le faire » Murray Rothbard -L’homme l’économie et l’Etat-Tome I

    Répondre
  3. Kim Kardashiasse

    22/05/2014

    « cette Constitution qui nous imposait une Europe inféodée aux USA »: en quoi est-ce le cas, M’sieur Piépierre Kerchteuch? En quoi l’UE est-elle « ultra-libéraaaale » et comment devrait-elle être à votre avis? Votre Belgique est non-pays. De quoi parlez-vous enfin? Votre « réflexion » devrait trouver sa place sur des blogs de losers genre « salon beige » (on a failli écrire « salon belge ») ou tout autre site étatiste « conservateur ». Votre texte est une insulte à notre intelligence car il est auto-contradictoire. En effet, d’un côté vous dénoncez la crise, mais pour la résoudre vous refusez le libéralisme. Vous êtes un de ces p’tits belges complexés et coincés dans leurs certitudes du café de la gare de Mons. Les choses que vous décrivez ne sont que la conséquence du problème et non la cause. Vous êtes à côté de la plaque. Quant à votre pays de losers, je vous invite à voter NVA au lieu de veauter PS, PTB, CDH, PP, CVP, VLD, Ecolo ou MR (MdR).

    Répondre
    • Kim Kardashiasse

      25/05/2014

      Nous, la NVA, avons gagné les élections en Flandres. Nous sommes le 1er parti de Belgique. Nous sommes à droite. Alors c’est quoi, le problème? Hein, Français socialos (pléonasme), c’est quoi? Nous, les Belges, on vous EMMERDENT.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/05/2014

      tiens, j’ai bien aimé  » veauter  » , sans doute un verbe d’herbage, mais qui illustre à la perfection le conformisme du votant lambda

       » changement d’herbage réjouit les veaux  » chantait un comique régional de Saône et Loire ( Rice et Barrié ou quelque nom comme ça , dans les années 60 )

      Répondre
    • LE KET

      27/05/2014

      @Kim Kardashiasse : OUI, l’Europe du traité de Lisbonne est inféodée aux USA ! La commission de l’ex-Baroso négocie à huis-clos- le traité transatlantique sans l’avis des euro-députés… et pour le plus grand bénéfice des multinationales yankees. Et ce ne sont pas les ultras du libéralisme qui vont défendre les intérêts des peuples européens. Les électeurs l’ont bien compris et viennent d’infliger une raclée mémorable à cette oligarchie arrogante et incompétente.
      Bon appétit !

      Répondre
  4. LE KET

    22/05/2014

    OUI, cette usine à gaz où les euro-mondialistes sacrifient les intérêts vitaux de nos peuples doit être totalement détruite !
    Dimanche je voterai pour le FN.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)