Chirac responsable de la situation en Côte-d’Ivoire

Posté le novembre 28, 2004, 12:00
7 mins

Peu de temps après la chute de l’URSS, lors de la brève phase de « démocratisation », j’ai travaillé en Afrique subsaharienne. J’ai, entre autres, fait plusieurs séjours au Congo-Brazzaville. Le pays sortait exsangue de plusieurs années de dictature, de pillage, de contrats léonins, tels ceux liant le pays à la société Elf, qui pouvait acheter le pétrole à des prix très inférieur à ceux des marchés mondiaux.
Le Président élu a décidé de revoir les contrats pétroliers et de placer Elf en situation de concurrence. Ce qui eût été jugé ailleurs décision légitime d’un gouvernement souverain fut considéré, là, comme un acte d’insubordination intolérable, et déboucha sur un coup d’État qui remit en place l’ancien dictateur et permit à Elf de retrouver tous ces privilèges.
Dois-je le dire ? Chirac était déjà à l’Élysée à l’époque… Je suis libéral, défenseur du droit des hommes et de la liberté d’entreprendre. La France à l’époque a violé ces principes qui me sont chers, agi au mépris complet des populations locales et de leurs intérêts, foulé aux pieds les intérêts des Français installés alors au Congo.
Je ne peux m’empêcher, en observant ce que je vois se passer depuis des mois en Côte-d’Ivoire, de me dire que j’assiste à une nouvelle version du même scénario. Lors des élections de 2002, après une période trouble qui a vu Konan Bédié remplacer Houphouët Boigny, puis se trouver remplacé lui-même par une junte militaire commandée par Robert Gueï, une nouvelle constitution a été adoptée, des élections ont eu lieu où, pour la première fois, plusieurs courants ont pu se présenter, Laurent Gbagbo, socialiste, devint premier Président démocratiquement élu du pays. Mamadou Coulibaly, économiste libéral devint, lui, Président de l’Assemblée Nationale.
La notion d’« ivoirité », en place depuis Konan Bédié, est aujourd’hui présentée comme une notion « raciste » et placée au centre des griefs : elle correspond en fait à la volonté des Ivoiriens de naissance d’endiguer une immigration massive venue des pays musulmans du Nord, qui risque de submerger l’identité nationale. Elle n’a pas posé de problème aux commentateurs jusqu’à ce qu’une autre question surgisse : les dirigeants élus du pays ont voulu, après l’élection, revoir des contrats anciens liant la Côte-d’Ivoire à des entreprises françaises ; comme par hasard, quelques semaines plus tard, des putschistes armés par la Libye et on ne sait qui (mais on s’en doute) sont descendus du Burkina Faso pour tenter de prendre le pouvoir par la force à Abidjan. Les putschistes ont échoué, ont été repoussés au Nord par l’armée ivoirienne et des mercenaires appelés en renfort.

La France n’a pas soutenu le Président élu


Prenant au mot les accords de défense en place, le gouvernement ivoirien a demandé l’aide de la France, qui s’est « interposée », a évacué les Français du nord du pays, sous occupation depuis, et a exigé à Marcoussis que le gouvernement intègre des putschistes en son sein. Le cynisme néo-colonial aurait voulu que la France remplace les dirigeants élus par des putschistes à sa solde, mais c’eût été trop « voyant ». Une attitude respectueuse du droit aurait voulu que le pays retrouve son intégrité territoriale et que la France appuie les dirigeants élus : elle ne l’a pas fait, espérant obtenir par la pression ce qu’elle n’a pu obtenir par le putsch.
Au bout de deux ans d’un statu quo destructeur pour le pays, les dirigeants élus du pays ont voulu libérer le Nord. La France a mis des entraves. Une bavure militaire, qui aurait dû faire l’objet d’une enquête, lui a servi de prétexte pour détruire sans attendre le potentiel militaire ivoirien, des émeutes ont suivi au cours desquelles l’armée française a tiré dans la foule. Les émeutes se sont aggravées, et le rejet du néo-colonialisme français a débouché sur des exactions envers la communauté française. Je ne sais ce que sera l’issue. Ce que je sais est que si le gouvernement français avait respecté les décisions des dirigeants élus de Côte d’Ivoire, si la France n’avait paru favoriser les putschistes, et si elle avait respecté les accords de défense, nous n’en serions pas là.
Le peuple ivoirien n’a rien contre les Français : il a des griefs légitimes contre une politique sans scrupules qui est celle de Chirac. Chirac est responsable de la mort de soldats français et de la situation globale en Côte d’Ivoire. Le voir traiter les dirigeants ivoiriens de « fascistes » après avoir aidé des putschistes et avant de rendre visite à Khadafi serait risible, si ce n’était à ce point sinistre.

29 réponses à l'article : Chirac responsable de la situation en Côte-d’Ivoire

  1. Jean

    16 mai 2005

    Comme beaucoup de théoriciens universitaires français, votre volonté d’absoudre coûte que coûte l’Africain d’une responsabilité qui est également la sienne dans un conflit de basse intensité, débouche immanquablement sur une nouvelle attitude paternaliste dont le continent se passerait volontiers. Bien que le comportement de la France soit plus que contestable dans le scénario ivoirien, vous oubliez rapidement les exactions commises dès les premières heures du coup d’état par les forces gouvernementales sur des civils burkinabés, puis sur des « blancs », fait que vous mentionnez mais que vous attribuez à Jacques Chirac, au néocolonialisme français, bref à tout le monde sauf aux têtes vides « fascistes » qui servent la voix de leur maître. À vous lire, je suppose que vous ne condamneriez pas non plus à Paris, une descente de skinheads orchestrée par le gouvernement pour lyncher, piller et accessoirement violer des étrangers civils habitant dans l’hexagone, qui ne seraient en rien responsables d’un différend politique entre deux Nations. Simple politique de défense de l’identité nationale nous direz-vous ! trop de bougnoules, de bamboulas, de juifs aussi pourquoi pas… Pour vous, l’ivoirité est anodine ? Un simple épiphénomène permettant d’endiguer l’immigration massive ? Vos raccourcis tueraient une seconde fois mes meilleurs amis ivoiriens réfugiés politique en France, et chassés de chez eux par cette ivoirité assassine justement, qui a considéré que leurs origines étaient douteuses, au point de les menacer de mort. À vous lire, je retrouve l’esprit des Lamirand (père et fils), Lugan, splendide mélange issu de l’héritage de Vichy et du mouvement Occident qui approuve intégralement l’action du FPI en rêvant qu’elle puisse un jour inspirer la politique française. Oui Monsieur, les Africains peuvent être également bêtes et méchants comme nous, cessez d’en faire les victimes expiatoires d’un prétendu système visant à les maintenir au rang de sous homme, quand on épouse les thèses les plus abjectes, on a pas besoin d’aide, on le devient tout seul.

    Répondre
  2. ASSI

    10 décembre 2004

    Merci Mr MILLIERE si seulement votre article pouvait toucher les millions de francais qui pensent que les ivoiriens en veulent aux francais j espere que les incapables que sont les opposants du RDR ne vont pas encore dire que le pouvoir en palce vous a payé pour ecrire cet article

    Répondre
  3. Ancien abidjanais

    6 décembre 2004

    Cher Europe, je suis desolé, mais vos informations sont fausses, notamment la repartition des ivoiriens par groupe ethnique! De plus, la reprise des elections en 2000 n’etaient pas desirés par les ivoiriens neutres (ie qui ne sont pas partisans dans un des 3 grands partis…) car pour memoire, aucuns bailleurs internationaux n’a voulu subventionner l’organisation de ces elections, ce sont les ivoiriens à coup de 500Fcfa qui ont financés cette election pour avant tout, fermer la parenthese militaire du Gl Guei (qui etait le candidat des grands groupes francais). Quand à vos pseudos sondages concernants le poids politiques des 3 grands candidats, je vous renvoie aux differentes elections qui ce sont tenus entre 2000 et 2002, notamment les municipales ou les 3 partis avaient des scores autour de 30%…

    Répondre
  4. Minus

    4 décembre 2004

    Remercions Jacky pour sa connaissance des problèmes africains. Puisqu’on est en train de charger la barque de la France, n’oublie pas l’Apartheid en Afrique du Sud, le Zimbabwe, le Congo, les guerillas à travers le monde et les morts du communisme. La France est également responsable d’Hiroshima, Nagasaki, la Shoah, la disparition de l’homme de Néanderthal etc. Pauvre pays.

    Répondre
  5. jacky.a

    2 décembre 2004

    Merci Monsieur Millière…Merci… vous soulignez ce triangle des bermudes qu’est la politiques française…avec l’Afrique: Rwanda…génocide…par non assistance… Darfour…génocide…par non assistance…. Côde d’Ivoire…gens…occis…avec assistance…

    Répondre
  6. Minus

    1 décembre 2004

    Pour Isabelle: j’ai bien lu votre réponse. Cependant à part éduquer les masses arabes, pas d’Etat Palestinien en vue, si je comprend bien? La paix au Proche-Orient n’est donc pas pour demain…

    Répondre
  7. Minus

    1 décembre 2004

    Grâce à la Côte d’Ivoire on repère clairement sur ce forum, qui défend l’intérêt national français et qui défend une nation étrangère… Mr Millière, avec tous ces efforts vous devriez obtenir votre green card!

    Répondre
  8. Un simple étudiant en quête de compréhension

    30 novembre 2004

    Enfin un article qui ne tient pas de la désinformation…. A un moment oû l’on parle de “Choc civilisationel”, que pensez vous de l’analyse du président Gbagbo a propos du changement des rapports entre pays nouvellemt déconolisé et ancienne métropole…? peut t on effectivement établir une corrélation entre Mugabe et Gbagbo?

    Répondre
  9. sas

    30 novembre 2004

    ….il n’y a pas de droit,ni en afrique ,ni en france….voyez comment les elections sont pipées en ukraine,en france c’est exactement la même chose avec un peu plus d’entrainement (depuis 1789)et plus de fioritures…en bref chirac et son olligarchie mafieuse à entraîné la france dans une aventure pétrolo/financière avec en toile de fond des intérêts privés au profit des frères maçons(très certainement)….et les ivoiriens exclus de toutes ces richesses nationnales (comme de très nombreux français en france)se sont révoltés… …en france , ce sont les gaulois de souche chrétienne , sans déviances, ni tares,et surtout sans casiers qui devraient en faire autant….et à coup de bâton…c’est celle la la grande France majoritaire.

    Répondre
  10. eric

    30 novembre 2004

    Merci Mr Milliere, Ainsi apres la Garde Ripoublicaine pour enterrer le babouin en keffieh, voila que Benchirak le Calife D Eurabia utilise les troupes francaises en Afrique pour defendre les rebelles musulmans voulant renverser un regime elu democratiquement en Cote D Ivoire!!! Mais je comprends pourquoi ces derniers sont furieux contre la France. Quant a la France, soutient a Saddam, a Arafat, au Hizbollah avec la chaine al Manar autorisee a emettre etc, a part cela la France n est ni antisioniste ni antisemite….mon oeil, quelle hypocrisie. Et maintenant le soutient aux rebelles musulmans de Cote d Ivoire, l armee francaise bien utilisee par le sheikh de l Elysee, il ne lui manque plus que le fez et la djellabah, le reste il l a deja!

    Répondre
  11. Stéphane

    30 novembre 2004

    Et si les Français imitaient les Ivoiriens, c’est-à-dire chassaient l’infâme Chirac ?… Qui parmi vous se sent bien représenté par Chirac ? Personne. Qu’a-t-il fait pour la France ? Rien. Que veut-il ? Se poser en rival des Etats-Unis, grâce au soutien politique que lui apportent les pays du tiers monde à l’ONU. Et tant pis si de Durban à New-York l’intérêt des Occidentaux est piétiné et si la démagogie consiste à tirer contre son camp et à frayer avec les plus sanglants dictateurs. Plus ça va, moins je crois que le renouvellement politique en France se fera par les urnes. J’ai perdu cet espoir en 2002. Il y a en France une situation pré-révolutionnaire (crise politique, économique, sociale et morale) qui ne devrait pas s’arranger. Devant l’absence d'”homme providentiel” (la bulle Sarkozy ne peut qu’éclater car les résultats réels ne correspondent pas aux annonces), 2007 ne peut que rééditer 2002. Il suffira alors d’une étincelle… En tout cas les Ivoiriens ont commencé à faire le ménage…

    Répondre
  12. T.LARGER

    29 novembre 2004

    le grand mérite de MR Millières c’est d’apporter un éclairage différent du message officiel véhiculé par les médias français. Finalement on s’aperçoit qu’on ne fait pas mieux que les américains lorsqu’il s’agit de défendre les intêrets de la France. Les armes françaises sont simplement plus perfectionnées que les américaines: quand on tire dans le tas, on ne tue que des assassins et des émeutiers, alors que les américains tuent des civils en pareille circonstance…. et ce n’est qu’un exemple du génie français face au crétinisme américain

    Répondre
  13. EUROPE

    29 novembre 2004

    “Gbagbo a été installé à la tête du pays grâce au soutien d’un groupe d’amis socialistes en France, alors que sa victoire était contestée par les Nations unies, l’Afrique du Sud, l’Union européenne et les Etats-Unis ! Tous ont demandé de nouvelles élections, sans exclusion. Car il ne faut pas oublier que, lors de ce scrutin, quatorze des dix-neuf postulants avaient été écartés de la course. Le résultat de cette élection n’avait aucun sens. Malheureusement, en Côte d’Ivoire, les élections ont toutes été biaisées. En Afrique, les scrutins sont généralement basés sur des critères ethniques : on choisit d’abord un homme avant de choisir un programme. Or la Côte d’Ivoire est, de fait, divisée en trois grands groupes. On distingue le groupe Akan, celui auquel appartient Bédié (ancien Président), qui représente 35 à 40 % de la population. Ensuite, le groupe ” nordiste ” qui lui aussi regroupe à peu près 35 à 40 % de la population. Dans le troisième groupe figurent l’ethnie du général Gueï et celle du président Gbagbo, chacune rassemblant à peu près 5 %”. Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, tous deux exclus du dernier scrutin présidentiel auraient pu regrouper à eux deux plus de 75% des suffrages tandis que si l’on est optimiste, Gbagbo ne pourrait pas lors d’élections transparentes et sans pression obtenir plus de 15 à 20% des suffrages loin derrière M. Ouattara ou M. Bédié. A lire cet article, je me demande s’il n’a pas été co-écrit par Arlette Laguiller et Henri Emmanuelli qui, bizarrement, développent à peu près les mêmes arguments pour défendre leur cher ami de l’International Socialiste rodé aux méthodes soviétiques en matière d’organisation d’élection présidentielle. M. Millière, faites ce que vous savez le mieux faire, c’est-à-dire parler des Etats-Unis et laissez tomber les sujets que vous connaissez très mal.

    Répondre
  14. Kouissanou

    29 novembre 2004

    M. Milliere, Je voudrais en ma qualité d’Africain de ce 21eme siècle, vous dire merci. Des sons de cloche comme celui ci sont rares face aux medias à la solde de l’Elysée. Ma tristesse vient du coté des chefs d’Etats Africains. C’est triste ce qu’est l’Union Africaine. S’il y a une union.Quel manque de courage et quelle tristesse pour l’Afrique. Rassurez vous, pour parvenir à ces fins, Chirac devra tuer tous les patriotes.

    Répondre
  15. amin woody gbi

    29 novembre 2004

    MERCI LA BAS. C’EST AINSI QU’ON LE DIT DANS MA COTE D’IVOIRE PROFONDE A UN WOODY, UN GARCON QUI PREND SA RESPONSABILITE. OUI LES IVOIRIENS NE SONT PAS CONTRE LES FRANCAIS MAIS CONTRE CONTRE LA POLITIQUE SANS SCRUPULE DE CHIRAC QUI PREND LE MONDE ENTIER POUR ENTIER. ALORS QUE C’EST LUI L’IDIOT CROYANT QU’IL VA S’EN TIRER COMME CELA DANS CE MONDE OU LA TECHNOLOGIE DOMINE TOUT ET DONC RIEN N’EST CACHE. CHIRAC EST CUIT, QUE SON SUCCESSEUR SE PREPARE CAR LA VERITE VA L’EMPORTER CE POURRI.

    Répondre
  16. Romain T

    29 novembre 2004

    Merci pour cette article, qui confirme le vieil adage qui dit qu’aussi lente soit la vérité elle finit toujours par rattraper le mensonge! Chirac ne l’avait pas compris le peuple ivoirien, est assez mature pour savoir ce qui il veut comme dirigeant, qui peut défendre au mieux ses intérêts. Maintenant les ivoiriens n’auront de cesse que lorsqu’ils se entirons réélemment indépendant visi à vis de la France. La France à d’ores et déjà perdu une ses principale sources financière d’afrique. Les français vivant en Côte d’Ivoire et les entrepreneurs Français n’ont qu’a s’en prendre à Chirac et Alliot Marie qui pensent encore aujourd’hui que le sang des africains ne vaut pas celui des français. Sinon comment expliquer que pour 9 français tués dans le cadre d’une erreur millitaire, les soldats Français tuent 64 ivoiriens et en blesse plus de milles?

    Répondre
  17. el_del_momento

    29 novembre 2004

    Merci monsieur, pour l’analyse que vous venez de faire. Enfin quelqu’un de courageux. L’Ivoirien n’est pas anti-français, mais anti Administration Chirac, tout comme Michael MOORE est anti-Bush et non anti-américain. Je me fais un immense plaisir de “fowarder” votre point de vue à toutes celles et ceux que je connais dans le monde.

    Répondre
  18. ASSEMIEN

    29 novembre 2004

    Au debut de la rebellion un ami Congolais m’avait dit que la France etait le catalyste de cette rebellion; j’ai failli me battre contre lui. Je lui ai dit de me fournir quelques evidences competentes et valides pour corroborer a ses conclusions. Il a cite le cas de son pays c.a.d de Lissouba au pantin sassou N’Guesso. Les informations sur la crise en CI deviennent de plus en plus limpides et celles-ci me font rappeller l’adage de mon oncle qui stipule que les plumes de l’oiseau qui meurt sur un arbre finissent toujours par tomber.

    Répondre
  19. EUROPE

    29 novembre 2004

    Je suis ahuri par les contre-vérités de cet article de Guy Millière dont je partage pourtant les vues sur plusieurs points dont la politique internationale de Bush. Je développerai mes arguments plus tard mais en attendant je tiens à préciser que jamais Gbagbo n’a été élu démocratiquement puisque l’un de ses principaux rivaux (M. Ouattara) s’est vu refuser sa candidature sous prétexte qu’il ne serait pas 100% ivoirien bien qu’il eut été Premier Ministre. M. Gbagbo est crédité de 10 % des intentions de vote selon des sondages effectués par des ONG mais celui-ci risque fortement d’être réélu puisqu’il a éliminé les principaux candidats (par intimidation) en brulant les sièges des partis politiques et en laissant saccager les résidences des opposants (je ne parle pas ici des rebelles). Soit Mr Millière est un menteur, soit il est mal informé. Quant à moi, je le suis très bien puisqu’une grande partie de ma famille y vit (seul les femmes et les enfants ont été rapatriés). J’y suis né et y ai vécu de nombreuses années et en lisant M. Millière je ne peux m’empêcher d’être scandalisé et déçu. Je suis prêt à discuter avec les forumistes de ce sujet sans me baser sur les informations de nos chaînes que vous semblez, pour une fois à tort, accuser de partialité.

    Répondre
  20. Paul

    28 novembre 2004

    Je serais curieux de savoir ce que vous pensez de cela: http : // radioci.embaci.com/englishdownload/ Les soldats français ont-ils vraiment tiré sur les étudiants ? Des tireurs d’élite français ont-ils vraiment essayé d’assassiner Gbagbo?

    Répondre
  21. caraibe 64

    28 novembre 2004

    Depuis les années 60 l’Afrique est mal partie,comme l’a écrit Dumont.Ce n’est pas une petite vitrine comme la CI qui pouvait faire oublier cela.Congo, Biafra,Tchad,Libéria(pan pour les ricains),Sierra Leone,Angola…etc…etc maintenant CI.J’y ai vecu dans des séjours de 32 mois sans vacances,avant les “évènements”.Mon coeur se serre quand je pense à toutes les infrastructures que nous avons créées et entretenues avec notre sueur et l’argent de la France. Tout cela cassé comme un jouet par la mitraille,le vol,le pillage,la prévarication;à mes copains qui trop nombreux ont été atteints par les maladies de ces pays insalubres pour mourir dans un hopital africain. Je pense que l’histoire repasse toujours les mêmes plats,que nous étions avertis 2 siècles en arrière par l’histoire de Haiti:”Comment une riche colonie est devenue une république misérable”. Il faut laisser les Africains construire eux-mêmes leur destin.Pour notre part plus un sou,plus un homme,occupons nous de la Corrèze avant le Zambèze.

    Répondre
  22. Jean-Claude Lahitte

    28 novembre 2004

    Bravo Monsieur Millière, une nouvelle fois, avec une argumentation sans faille, vous “dénoncez” (au demeurant fort justement) certaine politique “néocolonialiste”. Mais ignorez-vous que, particulièrement dans le domaine du pétrole, les anglos saxons – notamment les USA certes plus “souterrainement” car ils n’ont pas eu officiellement de “colonies” – se comportent – sans doute avec plus d’efficacité, et d’intelligence car leur gouvernement n’apparaît généralement pas – de la même façon partout où il y a des odeurs de pétrole. Cela a coûté la vie naguère à Mossadegh en Iran…Cela a failli coûter son poste à l’actuel président vénézuélien. Et puisque vous parlez de la Côte d’Ivoire, pensez-vous faire un prochain papier sur le rôle de certains services iraëliens (dont une bonne partie des hommes présents dans ce pays au moment de l’attaque aérienne contre nos forces, sans parler de leur drones, vient de rembarquer subrepticement) dans ce pays. L’Israël n’a-t-il pas intérêt à faire déconsidérer, voire détester, la France (pas seulement CHIRAC II que je n’apprécie pas pour des tas de raisons) partout où elle est présente. Et pas seulement en France, pays désormais par les instances israëliennes considéré (certains cas de vandlisme aidant) comme anti-israëlien, donc comme antisémite. Cordialement, Jean-Claude Lahitte

    Répondre
  23. Groingro

    28 novembre 2004

    Pfff… que viennent faire les 35 heures là-dedans ? Pathologie obsessionnelle ?

    Répondre
  24. R. Ed.

    28 novembre 2004

    N’y a-t’il pas des lois en France qui permettent la destitution du président ? La royauté, elle au moins, permet l’abdication du souverain ! Un meilleur système quoique l’on dise, Messieurs les Républicains!

    Répondre
  25. Le singe malin

    28 novembre 2004

    Mr milliere, vos voyages a travers le monde ne vous a rien servi car vous n avez rien pigé de ce vous vu. c est dommage.Mr Melliere souvenez vous de ces notions terribles que sont ;genenocide en afrique de l est,epuration ethnique et autres conneries “gregaristes ” qui isolent les hommes, les peuples,les cultures,les competences economiques les un des autres et fini par les detruire definitivement. Vous etes inapte a un raisonnement du type sapiens . Peut miex faire.

    Répondre
  26. MEDDA

    28 novembre 2004

    Analyse tout à fait corect et très proche de la réalité. Il faudrait développer pour bien comprendre, mais cela pourais s’apparenter aux volumes du Larousse. Je vous invite sur le site du MEDDA qui traite des facteurs de blocage de l’économie africaine entretenu par la belle et grande France. http://www.medda.fr.st Les derniers évenements dramatiques doivent faire prendre conscience aux européens, qu’il est temps de changer de politique avec l’Afrique, de créer un partenariat épuré de toutes les mesures pernicieuses et systèmes d’asservissement mis en place dans les années 1960 lors de la pseudo indépendance de ces pays.

    Répondre
  27. Khamus

    28 novembre 2004

    Enfin un éclair dans cette face sombre du monde politique français. Un pays se meurt et personne n’ose lever la voix. Chirac se trompe de siècle et la puissance médiatiatique devient autiste avec lui. Merci pour cette article et pour la clairvoyance de votre analyse.

    Répondre
  28. Stéphane

    28 novembre 2004

    Bravo pour votre article. La thèse officielle est que la France ne pouvait pas empêcher la participation des rebelles au gouvernements, que la France a agi en accord avec l’ONU, etc. Quand sera-t-on enfin débarassé de Chirac ?

    Répondre
  29. alain D

    28 novembre 2004

    Merci monsieur Milliere de remettre les evenements dans l ordre chronologique et de me conforter dans ma propre analyse de la situation en Cote d Ivoire. Que font les “journalistes” francais? Est ce la faute aux 35 heures qu’ils ne peuvent plus faire leur boulot correctement?Il m a fallut aller sur la tele suisse pour avoir des elements sur les soldata francais tirant dans la foule d abidjan….

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)