Commémoration du 6 juin et paix mondiale

Commémoration du 6 juin et paix mondiale

Ce 6 juin 2014 a été le 70e anniversaire du débarquement en Normandie. Pour fêter l’événement, François Hollande a invité 18 chefs d’État, parmi lesquels la reine d’Angleterre et son Premier ministre, le président des États-Unis et le président russe.

Or les dirigeants occidentaux sont actuellement persuadés que la Russie utilise des éléments de son armée pour soutenir les Ukrainiens qui se battent depuis deux mois pour qu’une partie de l’Ukraine rejoigne la Grande Russie. Ce qui semble être exact, mais que Poutine nie très calmement, tout en accusant Obama d’avoir un comportement encore plus antidémocratique que lui.

Le G7, qui s’est déroulé à Bruxelles les 4 et 5 juin 2014, a décidé de ne pas intervenir militairement, mais de livrer un combat politique et économique contre la Russie de Poutine – par exemple en ne lui livrant pas les produits de haute technologie dont elle a besoin.

François Hollande a invité tous les participants du G7 à se retrouver le lendemain 5 juin à 18 heures sur la plage de Ouistreham en Normandie.

Mais Vladimir Poutine est aussi invité à cet anniversaire, car des millions de Russes, civils ou militaires, ont trouvé la mort dans leur combat contre le nazisme. Barack Obama annonce alors haut et fort qu’il veut totalement ignorer la présence de Vladimir Poutine. Il ne veut pas le voir, pas le rencontrer et encore moins lui parler. Ce qui pose d’énormes problèmes aux responsables du protocole.

François Hollande ne peut pas les asseoir à la même table. Il décide donc de faire deux repas, l’un à 20 heures avec Obama baptisé « dîner », et l’autre à 22 heures avec Poutine baptisé « souper ». Et un troisième repas aura lieu le 6 juin au château de Bénouville.

À 19 h 20, Poutine rencontre Cameron à Paris et ils discutent de l’Ukraine.

À 20 heures, Hollande invite Obama au Chiberta, restaurant trois étoiles, situé tout près de l’Élysée, et tenu par le célèbre chef Guy Savoy. Au menu, bar de ligne de Normandie avec de la terrine d’orange et de pamplemousse au thé. Le tout arrosé de vins français. Ils sont 8 participants assis autour d’une petite table ronde et le restaurant reste ouvert pour d’autres clients.

Le fromage n’était pas prévu au menu. Barack Obama dit alors qu’il est impossible de faire un bon repas en France, sans avoir du fromage. Immédiatement Guy Savoy présente le plateau de fromages – non sans annoncer qu’il ne demandera pas de supplément.

A 21 heures, Hollande accueille Poutine sur le perron de l’Élysée. Ils ont un long entretien sur l’Ukraine. Ils discutent ferme et Poutine accepte finalement de négocier avec les Ukrainiens le rattachement de leur pays à l’Europe. Bravo la France !

À 22 heures, commence le souper, au salon des portraits de l’Élysée, un salon intime où une table ronde de 8 couverts a été dressée. Au menu, salade de homard bleu, puis bar de ligne de Normandie grillé, jus aux épices douces. Mais se trouve aussi au menu le problème des deux croiseurs Mistral commandés par la Russie à la France, commande que la France a décidé de continuer à satisfaire. Ces deux bateaux de guerre vont renforcer la puissance militaire russe en mer Noire.

Le lendemain, un troisième grand repas est offert au château de Bénouville. Il y a des petits salons accolés à la salle à manger. Et, selon François Hollande, dans un de ces petits salons, Barack Obama et Vladimir Poutine se sont rencontrés et ont discuté plus d’un quart d’heure… La paix risque de revenir en Ukraine. Bravo la France.

Les Russes et les Ukrainiens ont pris rendez-vous. Obama et Poutine ont discuté entre eux. La gastronomie française a été très utile à la paix mondiale…

Bernard Trémeau

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • DESOYER Répondre

    Je ne crois pas qu’il faille porter Hollande aux nues et le prendre pour un de Gaulle.
    Obama et Poutine ne s’entendront jamais, mais je compte sur une certaine « sagesse » de Poutine.

    12/06/2014 à 18 h 28 min
  • zézé Répondre

    Ouistream je connais et cela il y a + de 40 ans !!!!!! redorer notre blason ? avec notre argent !!! oui ! quel rang ? lorsque tout mou 1er n’a aucune éducation envers celles et ceux qu’il reçoit ? quelle ignorance (pardonnez-moi) ! mais je ne vois pas en quoi !!!!! tout le monde se moque de nous cela oui ! il n’est pas difficile de recevoir du monde avec l’argent des autres ! lorsque l’on voit dans les unes de ce jour que c’est grâce au football que tout mou 1er espère remonter sa côte de popularité on a de quoi s’étonner du sens du blason ; encore faudrait-il qu’il ait un blason et comme de tout ce qui a fait notre histoire il n’a de cesse de le gommer et de faire croire que tout ce que l’on a acquis au prix du sang nous avons été pire que les nazis et il faut se flageller … bref. J’arrête là.

    12/06/2014 à 13 h 47 min
  • Agathe Répondre

    On a réussi à redorer un peu notre blason…
    Les manifestations pour l’anniversaire du débarquement n’ont jamais été aussi grandioses, et les médias n’en ont jamais autant parlé. Qui connaissait Ouistreham, à part les normands, avant cette semaine?
    18 chefs d’Etat sont venus.
    La France a retrouvé, pour un temps, son rang et son rôle international traditionnel.
    Continuons !

    12/06/2014 à 12 h 00 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      C’est cela , continuons le  » barnum  » *** ! ! !

      Pour mémoire De Gaulle refusait de participer à ces commémorations normandes et  » anglo-saxonnes  » car il savait qu’elles célébraient l’asservissement de la France à la City , à Wall-Street et à l’O.T.A.N.

      @ Agateh il faut être au delà de l’émotion , du factuel, du médiatiquement imposé … il faut faire travailler sa mémoire historique !

      *** Barnum célèbre cirque ambulant américain d’avant guerre et d’immédiate après-guerre

      12/06/2014 à 16 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: