Contre l’anti-américanisme primaire – Version libre

Posté le juin 14, 2016, 10:08
6 mins

Je constate depuis des an­nées une prolifération de textes violemment anti-américains dont, trop souvent, l’argumentation se limite à une accumulation de mensonges, d’outrances, d’approximations historiques, d’éructations haineuses, et même d’évocations moyenâgeuses d’un complot mondial qui appelle en renfort Belzébuth et les Illuminati.

C’est l’antienne des suppôts de l’ultra gauche qui toléraient si bien naguère les excès communistes, mais aussi d’un certain nombre de soutiens du FN – ce qui me surprend davantage.

En ce moment, c’est notre appartenance à l’OTAN qui cristallise les critiques de tous bords. Je les résume : l’OTAN, sous la coupe des USA, est devenu inutile depuis la disparition de l’empire soviétique ; il est même nuisible, nous maintient dans un état de subordination, et présente un risque car il peut nous entraîner dans des conflits que nous ne voulons pas. Enfin, et surtout, il nous empêche d’avoir une défense indépendante.

La menace soviétique semble, en effet, avoir disparu. Mais d’autres se font jour et l’Occi­dent est toujours l’ennemi désigné. Une alliance est-elle superflue ? Évidemment non.

Certains regrettent le « bon vieux temps » quand le général De Gaulle avait retiré la France de l’OTAN. Là encore, ignorance et caricature. Nous ne sommes jamais sortis de l’OTAN, même sous De Gaulle. La France n’était plus dans le commandement intégré, ce qui est très différent.
Et il est vite apparu aux militaires que c’était une contrainte qui nuisait à notre propre efficacité. Le retour dans le commandement intégré n’a rien changé à notre « dépendance », mais a facilité l’exercice du commandement et la collaboration avec les alliés. Alors, oui, comme nous ne sommes plus une grande puissance, l’OTAN, à défaut d’un autre système d’alliance plus adapté qui reste à imaginer et créer, demeure nécessaire.

Si l’Europe, globalement plus riche que les USA, s’était décidée à prendre réellement en main sa défense, la sortie de l’OTAN aurait pu se concevoir. Ce n’est pas le cas. Il n’y a plus aucune armée digne de ce nom en Europe (la France est seulement parmi les moins mal nantis), et une somme de faiblesses ne fait pas une force.

Quant à l’argument que l’OTAN pourrait nous entraîner dans des guerres décidées ailleurs, je rappelle que l’OTAN est une alliance défensive contre une attaque qui viserait l’un quelconque de ses membres. Nous nous en sommes très bien portés durant toute la période de guerre froide. Car imagine-t-on un instant que les seules armées européennes auraient pu empêcher la guerre froide de se changer en guerre chaude ? Et quand les USA sont intervenus en Irak, à part la Grande-Bretagne, aucun des autres pays de l’OTAN ne les a suivis, pas même le Canada si proche d’eux à tous égards. Alors, contrainte automatique de l’OTAN ?

Enfin, on entend que « réintégrer l’OTAN », c’était renoncer à notre totale indépendance militaire. À part quelques rares très grands pays, aucun n’a les moyens d’une totale indépendance militaire. Et cela restera ainsi demain pour la France, même si nous consentons enfin à augmenter substantiellement le budget de la défense.

Je rappelle aussi que la France n’a été contrainte par personne pour signer tous les traités qui la lient, en particulier sur le plan européen. Si certains lui paraissent maintenant contraires à son intérêt, elle peut les renégocier ou les dénoncer. Mais, je l’espère, pas sur un coup de tê­te ; seulement après en avoir bien mesuré les conséquences.

D’une façon générale, l’anti-américanisme primaire, systématique et sans nuance, qui surgit de plus en plus, est incompréhensible et, en grande partie, infondé et injuste. Quand ils ne sont pas là, les Américains sont espérés. Mais quand ils sont là, ils sont trop là ! Un peu de mesure ne nuirait pas. Les États-Unis font des erreurs comme les autres. Elles sont plus graves parfois, parce qu’ils sont puissants. Mais on peut être critique sans être hostile.

J’espère que la menace islamique va nous mettre tous d’accord sur l’essentiel. Nous aurons besoin de tous dans le combat qui s’annonce – Russes et Américains compris. Pas la peine de s’inventer des adversaires. Nous allons avoir ce qu’il faut !

18 réponses à l'article : Contre l’anti-américanisme primaire – Version libre

  1. Magne

    22/06/2016

    @ »Jean Meslier

    Il est normal que cela pue : Brenus est près de breneux ou brenneux… qui ne signifie rien d’autre que merdeux ! »

    Détrompez – vous J. MESLIER , Bren , Brennus n’a pas la sigification que vous lui donnez .

    Au cinquième siècle avant Jésus – Christ , les Celtes occupent par centaine de milliers le Plateau Bavarois .

    Cette période est connue par tous les archéologues , comme l’âge du Fer , faisant suite à l’âge du Bronze . .

    Probablement trop nombreux , ils vont partir à la conquête de l’Europe , envahissant sans coup férir la  » France ‘ qui deviendra la Gaule Burdigala , Bordeaux , l’Espagne ( Celtes – Ibères ) , le Portugal ( Port des Gaules ), l’Italie oû ils fonderont Mediolanum , la ville du milieu ( Milan ) , la Grande – Bretagne …

    Ils feront trembler Rome pendant des siècles jusqu’au moment où un homme ( peut -être en cheville avec César , cf De Bello Gallico , La Guerre des Gaules , Vercingétorix ) , leur donnera la victoire .

    Les chefs Celtes sont appelés par leurs hommes , Bren , le Chef , et les Romains croyant avoir affaire à un prénom , les appelleront Brennus .

    Vous n’en entendrez jamais parler ; il n’y a pas d’Institut du Monde celtique à l’instar de l’Institut du Monde arabe ( peut -être nécessaire ) , .ni ailleurs …

    Pourtant cette civilisation qui fut celle de nos ancêtres n’a d’équivalence que celle de la Grèce et il aurait peut -être été bon de s’y intéresser un minimum pour comprendre l’Histoire de France :

    Répondre
    • Jean Meslier

      22/06/2016

      Magne

      – Je n’ai pas donné de « signification » à Brenus. J’ai bien pris soin de dire, au contraire, que ce pseudo ėtait « près de » breneux ou brenneux, ce qui veut dire merdeux. J’ai jouė sur la presque paronymie comme on le fait pour n’importe quel jeu de mots…

      – Vous accordez trop aux Celtes dans l’histoire « nationale » de la France, ce qui n’avait d’ailleurs aucun sens ã l’époque. Il est absurde d’attribuer aux Gaulois un sentiment national « français » rétroactif.

      – Et je vous signale que la civilisation celtique a disparu alors que la civilisation arabe, elle, est bien vivante et qu’il est chimérique d’imaginer que la France ne sera pas métissée avec elle – comme, d’ailleurs, avec d’autres peuples ou cultures du tiers monde…

      Répondre
  2. BRENUS

    19/06/2016

    Tiens, jean merdier est de retour. Ca pue. Normal.

    Répondre
    • Jean Meslier

      22/06/2016

      Il est normal que cela pue : Brenus est près de breneux ou brenneux… qui ne signifie rien d’autre que merdeux !

      Répondre
  3. Jean Meslier

    16/06/2016

    Il n’y a jamais eu de menace soviétique : de 1945 à 1991, les armées occidentales ont toujours été largement plus fortesque celles de l’URSS ou du pacte de Varsovie, et ce dans tous les secteurs – et sous tous les points de vue.

    Je rappelle que l’OTAN est née 6 ans avant le pacte de Varsovie, preuve de ses intentions agressives, et que lorsqu’elle s’est décidée à combattre, ce fut seulement après la chute du communisme, contre des adversaires bien plus faibles, et qui ne la menaçaient nullement.

    Répondre
    • Jacky Social

      16/06/2016

      Non, il n’y a jamais eu de Printemps de Prague, d’evenements en Georgie, dans les Pays Baltes, a Varsovie ou a Gdansk. Budapest, c’est rien non plus. Tout ca, c’est des bobards. La menace russe existe depuis plus longtemps que l’URSS. Du temps de l’empire, la guerre russo-finlandaise, ben c’est de la foutaise egalement. La Baie des Gros Cochons, on n’en parle meme pas. La main mise sur l’Algerie, on s’en fout aussi. Non, non, il n’y a jamais eu de menace de la part de l’URSS. La Russie est le pays le plus imperialiste qui soit. Si les USA sont imperialistes, en Russie, c’est une maladie mentale. On le voit encore avec l’Ukraine et la Crimee. Elle a besojn de ca, car c’est sa fuite en avant, histoire de faire oublier son inutilite et son incapacite a regler ses problemes internes.

      Répondre
      • Jean Meslier

        16/06/2016

        Jacky Social

        1. L’Union soviétique a été agressée dès les débuts de son histoire par les Occidentaux qui sont intervenus dans la guerre civile russe en faveur des Blancs alors que, je le rappelle, l’URSS ne les avait nullement agressés. La paix de Brest-Litovsk, conclue à l’avantage de l’Allemagne – et non dénoncée par les Occidentaux – a arraché un million de kilomètres carrés à la Russie.

        2. De même, entre les deux guerres, la France et le Royaume-Uni ont rejeté toutes les demandes de renouvellement de l’alliance de 1914 proposées par l’URSS, car ces pays n’avaient qu’une idée, qu’une obsession : que l’URSS et l’Allemagne se saignent à blanc pour pouvoir, eux, ramasser les morceaux. Et, durant la guerre d’Espagne, la France et l’Angleterre, par leur non-intervention, se sont placées objectivement du côté de Franco, c’est-à-dire de Hitler.

        3. Quant à la Baie des Cochons, je vous le rappelle aussi, c’est une agression de Cuba, pays indépendant, par une troupe de mercenaires soutenus par les États-Unis : en vertu de quoi ?

        Répondre
        • Jacky Social

          17/06/2016

          Vous avez tout faux. Meslier de ce qe vous connaissez. Apparement, ce n’est pas l’URSS, ni la geopolitique internationale. Si c’est la votre analyse, c’est assez mediocre, comme d’hab. Bon, je vais au boulot pour payer les Jaures et autres sinecuriens. On verra plus tard pour une reponse subtantiee eventuelle.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            17/06/2016

            d’[email protected] vous avez la mémoire ( des noms ) courte … le Curé Meslier du blog n’ est autre que le Siamois de @ Jauresse ( … pas du naître ! ) en … pire : un bolchevik … sanguinaire !

            on ne discute pas avec eux on les combat pour que, comme dit le confesseur @ Jocrisse,  » il’s) se taise(nt) à jamais « 

          • Jacky Social

            17/06/2016

            Je sais QC. Mais je n’ai pas vraiment le temps. Je ne crois pas d’ailleurs que je vais repondre. C’est perdre mon temps tellement ces deux kloufs sont biaises.

          • quinctius cincinnatus

            17/06/2016

            ne perdez pas votre temps et tenez vous en à cette pensée de De Bonald ( je me répète )

             » il y a des gens qui ne savent pas perdre leur temps tout seuls , ils sont le fléau des gens occupés  »

            contentez vous de tourner en ridicule et avec esprit leur logorrhée mais avec cette concision nerveuse que possédait un Voltaire parlant de Rousseau

          • Jean Meslier

            17/06/2016

            Jacky Social

            – Je note que, de façon révélatrice, au lieu de me répondre sur le fond (car il vous faudrait justifier deux agressions – précisément injustifiables – l’une contre la jeune république bolchévique, l’autre contre Cuba) vous vous réfugiez dans les diatribes…

            – Il ne faut pas manquer d’air, en effet, pour porter à la charge de Cuba l’opération de la Baie des Cochons, menée, financée et encouragée par les États-Unis, pays qui, de 1898 à 1959, n’a cessé d’envahir, d’occuper, d’exploiter, d’humilier et de rabaisser l’île des Caraïbes…

  4. A.F

    15/06/2016

    Un article ridicule, mais assez typique de ce site grotesquement pro-américain…
    Essayez d’être un peu plus fin dans la propagande, svp.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/06/2016

      il ne faut pas demander à des  » Texans  » d’ être subtiles, ils ont heureusement la diaspora israélite pour ça …  » ça passe ou ça casse  » ,  » les affaires sont les affaires  » ,  » les étoiles et les raies  » etc …

      Répondre
    • Jacky Social

      16/06/2016

      Petition de principe. Essayez d’etre un peu plus fin dans votre post, svp.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)