Coup d’État aux États-Unis d’Amérique

Posté le novembre 10, 2020, 10:25
6 mins

Les grands médias français mentent sur l’élection présidentielle américaine et ne disent pas ce qui doit l’être. Je le ferai donc ici.

Donald Trump a gagné le 3 novembre au soir.
Ce à quoi le monde entier a assisté ensuite a été la plus grande opération de fraude électorale des temps modernes.

Si cette opération de fraude réussit, les États-Unis auront cessé d’être une démocratie et seront devenus une dictature qui ne dira pas son nom.

Les conséquences pour le monde seront effroyables.

La gauche planétaire aura gagné. Il n’y aura plus personne pour défendre la liberté. La civilisation occidentale glissera vers un crépuscule accéléré.

Le pire n’est pas encore sûr, car Donald Trump se bat, avec, à ses côtés, des juristes, des dirigeants politiques imprégnés de courage et d’intégrité, la Cour suprême, gardienne du droit et des institutions, des millions de citoyens américains en colère et bien décidés à ne pas rester passifs face à la destruction de leur pays.

Ce qui se passe est un coup d’État qui pourrait réussir et abolir la république créée en 1787.

Le coup d’État vient de loin. La gauche américaine a tenté de prendre le pouvoir dans les années 1945-1950 sous le visage du parti communiste.

Elle a échoué. Ses agents ont été démasqués et condamnés.

Pendant une décennie aux États-Unis, être communiste a été une marque d’infamie.

Se dire socialiste impliquait de se trouver marginalisé.

La gauche américaine a alors décidé d’utiliser une stratégie plus sournoise, empruntée au communiste italien Antonio Gramsci, mais jamais affichée comme communiste : l’infiltration et la prise de contrôle graduelle des institutions infiltrées.

Cela a remarquablement fonctionné.

La gauche américaine a pris les universités, le secteur de l’enseignement, et depuis ce secteur crucial, la culture, les postes les plus importants de très grandes entreprises, les grands médias, puis le parti démocrate.

Elle a, pour avancer, utilisé les tactiques définies par un homme qui est resté jusqu’à ce jour son maître à penser, Saul Alinsky.

Elle a réussi à s’emparer de la présidence du pays avec l’élection de Barack Obama.

Celui-ci a nommé des gens dévoués à la cause dans toutes les institutions du pays, et ces gens constituent ce qu’on appelle aux États-Unis l’État profond.

Hillary Clinton devait continuer ce qu’a fait Barack Obama.

Donald Trump a été élu en promettant de démanteler l’État profond et de briser l’infiltration.

Il est devenu l’ennemi à abattre.

Les tentatives incessantes de le faire tomber depuis le 8 novembre 2016 ont toutes échoué, jusqu’à l’élection du 3 novembre dernier.

La gauche américaine savait que Donald Trump allait être réélu. Elle a jeté toutes ses forces dans la bataille, et utilisé tous les moyens pour que l’élection soit une imposture et que son candidat l’emporte. Elle a quasiment réussi.

Elle a recouru à la fraude massive, oui, et cela en deux temps. Le premier temps a été l’envoi dans tous les États démocrates de millions de bulletins de vote par correspondance qui, pour nombre d’entre eux, ont été récupérés par des militants démocrates qui en ont fait des bulletins pour le candidat de la gauche.

Cela aurait pu être suffisant, mais pour être sûre de parvenir à ses fins, la gauche américaine a mis en réserve des centaines de milliers de bulletins à utiliser au dernier moment en cas de besoin.

Quand il est apparu que Donald Trump avait gagné, tard le soir le 3 novembre, elle a demandé l’arrêt du comptage des voix dans plusieurs États clés, et ajouté le nombre de bulletins nécessaires pour que Donald ­Trump perde.

Avant que la gauche américaine tienne les grands médias américains, tout cela aurait été dénoncé, mais la gauche américaine tient aujourd’hui les grands médias américains.

Donald Trump se bat, disais-je.

Il se bat pour sauver la démocratie américaine, pour la liberté, pour la civilisation occidentale.

Il n’est pas sûr de gagner tant la gauche américaine tient d’institutions.

S’il tombe, les conséquences pour le monde seront effroyables, oui. La civilisation occidentale glissera vers un crépuscule accéléré, oui.

Les grands médias français mentent et ne disent pas ce qui doit l’être, non. Ils se conduisent par conséquent en complices du coup d’État.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

12 réponses à l'article : Coup d’État aux États-Unis d’Amérique

  1. vozuti

    14/11/2020

    les cris hystériques des médias contre le documentaire « hold up covid » montrent à quel point tous ces médias se sentent menacés par une analyse des faits différente de leur propagande.
    que pèse un documentaire de 2h30,censuré presque partout, comparé aux dizaines de milliers d’heures de propagande diffusée sur l’ensemble des médias dominants, pour faire accepter le confinement et le vaccin ?
    2h30 de logique et de cohérence représentent elles vraiment un danger pour les dizaines de milliers d’heures d’absurdités et d’incohérences dégueulées par les médias et le gouvernement ?
    si c’est le cas, c’est la preuve que la lumière disperse les ténèbres.

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    11/11/2020

    Copie de l’article « États-Unis : Trump ne doute pas de la victoire ! » de Maxime Lèpante sur le site Riposte Laïque »

    // **
    En ce mardi 10 novembre, l’écart de voix, entre le sénile Biden et le Président Trump, dans l’ensemble des 6 États (Swing States) où le décompte n’est pas achevé, est de moins de 280 000 voix :

    Pennsylvania 46 256
    Georgia 12 291
    Michigan 146 123
    Wisconsin 20 540
    Nevada 36 186
    Arizona 14 746
    TOTAL 276 142
    **//

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    10/11/2020

    Je ne suis pas convaincu que Biden ait gagné l’élection à la régulière ! … et d’ailleurs, dans un pays comme les États-Unis où les Institutions sont très chatouilleuses sur le respect de leurs prérogatives constitutionnelles, ce n’est pas la presse (quelle que soit son poids dans l’opinion) qui décrète le résultat officiel des élections ! … ainsi qu’elle a présentement tendance à le faire, comme pour jouer le fait accompli aux yeux de l’opinion mondiale, … à l’instar d’un autre précédent historique, celui de l’élection du démocrate (est-ce fortuit?) John Kennedy !

    Alors attendons ! … attendons les résultats des enquêtes en cours ! … les démocrates américains ne sont pas à l’abri d’une « journée des dupes » à la Richelieu !

    Répondre
    • Gérard Pierre

      11/11/2020

      « Le procureur général William Barr, dans un mémo publié lundi, a autorisé le Ministère de la Justice (DOJ) à se pencher sur les irrégularités de vote lors de l’élection présidentielle de 2020.

      Le mémo a été adressé aux procureurs américains, aux assistants des procureurs généraux de la division criminelle du DOJ, de la division des droits civils, de la division de la sécurité nationale et au directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), Christopher Wray. » – Source DREUZ.Info

      Y aurait-il déjà comme un … « frémissement » … comme dirait l’une de nos éminentes zélite ?

      Répondre
    • ELEVENTH

      14/11/2020

      Biden,…. »gagné à la régulière… »
      Vous pouvez même être certain du contraire.
      Le discours de Trump retransmis, au moins en partie vendredi soir, sur les chaines TV françaises, accompagné des commentaires des vendus et des demandes d’opinions de citoyens US en France ou correspondants, a été dénigré et l’on comprend pourquoi. Seul les guignols « démocrates » et leurs séides sont interrogés . Exemple, l’inénarrable Bacharan, une pétasse ex-conseillère d’Obama, et l’ancien petit jeune J.E. Branaa dont, dès qu’il apparait , on sait d’avance le sens de ses conclusions – et dire que c’est maitre de conférence à Assas, maintenant que cette Université a été elle aussi noyautée par les soit-disant « progressistes », alors qu’elle était un fief de droite…jadis.

      Répondre
  4. vozuti

    10/11/2020

    les preuves de fraudes sont nombreuses, mais les médias continuent à parler d’accusations sans preuves.
    pour les médias, la seule preuve recevable serait l’aveu,il faudrait que biden déclare publiquement que le parti démocrate fraude… ah,non pardon, ça il l’a déjà déclaré.
    non, quelques soient les preuves, pour les médias la fraude électorale n’existe pas…sauf en biélorussie. mais malgré le couillonavirus,le président biélorusse avait refusé d’abolir les libertés dans son pays, c’est bien la preuve qu’il fraude aux élections… finalement c’est ça, la seule preuve de fraude électorale recevable, c’est le refus du confinement.

    Répondre
    • ELEVENTH

      11/11/2020

      En fait de « preuves » que les BLM-gauchistes nient et dont le seul nom fait ricaner les idiots du PAF (un beau nom en argot), je suis tombé sur un clip récent de Asselineau sur le sujet.
      Bien que je ne sois pas un fan de ce type avec son projet d’union europe-maghreb ultra dangereux, je ne peux m’interdire d’apprécier sa mémoire, son intelligence et, souvent, sa clairvoyance. Bref, dans ce clip axé sur le sujet des fraudes pro-Biden, il présente des documents officiels indiscutables sur la réalité des magouilles, leurs modes d’emploi, etc… que personne ne peut discuter ( sauf ce faux-cul de Q.Q., bien sur, qui, ,lui aussi, doit penser que la Harris lui ressemble).
      Je n’ai pas l’adresse Y.T. mais comme c’est récent, si vous bidouillez un peu Y.T. – que je n’arrive plus à enregistrer – vous allez tomber dessus.
      Pour le moment, le clip est relayé par le site 🙁 marc candelier.com) qui traite de tout y compris l’immobilier, mais sélectionne des morceaux que vous ne trouvez pas souvent ailleurs.
      D’ailleurs, et je ne sais pas si cela est possible, mais je pense que les 4V professant des idées auxquelles j’adhère, aurait peut être intérêt à inclure de temps à autre des clips ou articles divers qui vont dans son sens. Je ne vois pas d’autre méthode pour lutter contre le matraquage mental des merdias meanstream actuels.

      Répondre
      • vozuti

        11/11/2020

        guilliani a présenté des preuves montrant qu’après avoir stoppé le dépouillement le soir de l’élection,le parti démocrate a expulsé les observateurs républicains, si bien qu’à la reprise des dépouillements seuls les démocrates étaient autorisés à compter les bulletins. ce sont donc un demi million de bulletins qui devront être invalidés.
        le soir de l’élection,en fin de dépouillement, les démocrates se sont rendu compte que leur fraude sur les bulletins par correspondance ne suffirait pas, ils se sont donc permis des fraudes grossières de république bananière qui risquent de ne pas passer devant la cour suprême.
        donc rien n’est joué pour l’instant.

        Répondre
  5. François JACQUEL

    10/11/2020

    En revoyant avant-hier soir le film « Pearl Harbour » de 2001, je faisais un parallèle entre l’attaque lâche et sournoise des Japonais le 8 décembre 1942, mais due à un ennemi extérieur, et l’attaque d’autant plus lâche et sournoise du 3 novembre qu’elle a été commise par une camarilla de traîtres, en partie financés par les magouilles de la famille Biden en Ukraine ou en Chine.
    Dans ce dernier cas, on est même en droit de se demander si le virus de Wuhan n’a pas été lâché au moment opportun pour ruiner les 3 premières années consacrées par le Président Trump à la reconstruction des États-Unis après 8 ans d’Obama.
    Second intérêt de la chose : terroriser des dizaines de millions d’Américains et les convaincre de voter par correspondance avec les conséquences que l’on sait…

    Répondre
  6. HansImSchnoggeLoch

    10/11/2020

    Alors que le vote présidentiel US n’est pas encore validé la presse “mainstream” française s’interroge déjà sur l’épouse de l’ami Joe, celle qui sera bientôt la “first lady”.
    Typique réaction des “zélites” de la presse des boulevards.
    On fait avec ce qu’on a!

    Jusqu’à l’investiture du nouveau ou de l’ancien président en janvier 2021 pas mal d’eau va encore couler sous les ponts du Potomac.

    Répondre
    • ELEVENTH

      11/11/2020

      Notre « missié prézidun » s’est dépéché d’envoyer ses felicitations à Biden et aux démocrates-antifas .
      En même temps il fait relancer les histoires de la guerre d’Algérie par le trotskyste de service pied-noir , porteur de valises STORA ( mais qui n’était même pas adulte quand il a du se tirer de « là-bas, dis » comme les autres, pour ne pas y laisser ses couilles…s’il en a.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        11/11/2020

        « il fait relancer les histoires de la guerre d’Algérie par le trotskyste de service pied-noir  »

        Les anciens d’AFN dont c’était aussi la comémoration aujourd’hui 11 novembre appprécieront de s’être laissés couper les c…. pour des queues de prune.
        J’ai des cousins qui sont revenus presque fous après 36 mois (classes creuses) de service là-bas.
        Ils sont déjà morts et on ne les a jamais remerciés pour services rendus.
        C’est tout juste si les « gens de bien » ne vont pas cracher sur leur tombe.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)