Démocratie, extrémisme, racisme : veillons à ce que les symboles ne soient pas détournés de leur sens

Démocratie, extrémisme, racisme : veillons à ce que les symboles ne soient pas détournés de leur sens

Démocratie : l’histoire nous a malheureusement appris les sinistres déviations de cet idéal. Ce furent hier les démocraties populaires avec le stalinisme et le maoïsme responsables de dizaines de millions de morts, c’est encore aujourd’hui le cas en Biélorussie, en Corée du Nord et dans nombre de pays africains.

La démocratie est aujourd’hui célébrée dans les pays arabes et les pays occidentaux fêtaient hier la fin des dictatures. Mais que signifient en réalité ces démocraties ? Nous avons déjà mis en garde contre la dérive d’un symbole qui recouvre en priorité pour des millions d’affamés une demande de pain et de travail.

La démocratie est l’aboutissement d’un long processus historique et sociologique. Dans ces pays du Maghreb, ces deux conditions ne sont pas réunies et l’actualité démontre hélas que les révolutions en cours n’ont encore rien construit.

En Tunisie, grèves et pillages ont mis l’économie à genoux. Le pays perd des emplois chaque mois et le ministre des finances craint de ne plus pouvoir payer les fonctionnaires. Devant ce risque de faillite et la récession économique, on assiste à une poussée migratoire irrépressible vers l’Europe.

En Egypte, la situation est encore plus préoccupante, car elle touche 85 millions d’habitants qui vivaient avec un dollar par jour, dollar qui n’est plus garanti. Face à cette situation, les fanatismes renaissent avec l’incendie d’églises et des persécutions contre les Coptes.

Dans l’avenir, il faut craindre malheureusement des chaos économiques et sociaux qui feront regretter les anciens régimes. Démocratie sert malheureusement de chiffon rouge pour des fanatismes incontrôlés.

Rappelons que nous avions proposé des aides immédiates à La Tunisie et à l’Egypte pour donner sa chance à la petite flamme démocratique qu’il était peut-être encore possible alors de faire vivre.

extrémisme et racisme

Encore une fois méfions nous des mots érigés en symbole vide de contenu. En dehors du terme démocratie, deux autres mots font souvent la une des médias : extrémisme et racisme.

Le terme « extrême gauche » vise la gauche révolutionnaire. Pourquoi ne pas employer un adjectif mieux approprié comme « gauche révolutionnaire » ? Concernant l’extrême droite, pourquoi ne pas utiliser l’expression « droite nationaliste » ? Pour la majorité actuelle, « droite libérale » ; pour l’opposition, « socialisme moderne », etc… Les mots et la pub veulent remplacer la réalité par des excès : cela ne dure qu’un temps.

Cela nous conduit à parler de l’autre vocabulaire abhorré : le racisme. Bien entendu, le racisme est condamnable, mais surtout lorsqu’on se réfère aux horreurs du nazisme, soyons clairs. Par contre, débattre de l’islamisme et de ses dangers ne met en cause ni l’Islam, ni le racisme : c’est une réalité géopolitique. Attentats et persécutions sont malheureusement des drames quotidiens : ces sont les attentats contre la cathédrale de Bagdad, c’est la catholique Asia Bibi condamnée à mort pour blasphème, ce sont les église brûlées du Caire, etc…

La démocratie ne se grandit pas en se transformant en incantation et à fortiori en inquisition. Récusons les pharisiens, car l’histoire et les écritures les ont toujours condamnés. Crises économiques et géopolitiques ébranlent notre époque et ce n’est pas par le vocabulaire que nous traiterons les nouveaux défis que nous avons à affronter.

Lucidité, vérité, courage restent les trois seuls garants du passé, du présent et du futur.

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • UANECNARUAL Répondre

    Les trois piliers de la Démocratie demeurent :

    LIBERTE,  SECURITE ET RESISTANCE A L’OPRESSION, PROPRIETE.

    Il faut y ajouter deux corollaires : TRAVAIL  et  SCIENCE.

    Hélas, ces Principes ou Lois Légitimes, ne sont même pas respectées dans les pays qui les ont vues naître et se developper… IL y a donc encore beaucoup à faire, ne serait-ce qu’en France, pour revenir à ces principes et simplifier de manière drastique la vie politique !

    11/01/2012 à 10 h 38 min
  • ozone Répondre

    Des mots détournés de leur sens?

    Ceux qui ne le sont pas deja les escrocs de la com s’en chargeront bientot…

    L’avenir de nos societés entre les mains de vendeurs de savonettes

    Pouah…

    10/01/2012 à 21 h 23 min
  • IOSA Répondre

    Il manque dans votre analyse cousin Hubert, la résolution de l’ ONU perpétrée par notre p’tit Sarko à l’encontre de la Lybie…donnant ainsi l’approbation pleine et entière de notre gouvernement à l’ islamiste du printemps arabe.

    Et n’oublions surtout pas, que pour achever le leader lybien, le p’tit n’ a pas hésité à fournir des armes aux extrémistes.

    Il est fort dommage que cet épisode ne soit pas mentionné dans votre article.

    IOSA

     

    10/01/2012 à 19 h 24 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    " Honneur et Fidélité" me semblerait être LA devise à remettre au gout du jour !

                                   nota bene : pour le reste rien que des banalités

    10/01/2012 à 14 h 19 min
  • Daniel Répondre

    Monsieur Hubert De Beaufort, écrire qu’il ne faut pas employer les mots s’ils ne sont pas à leur juste place ressemble  également à une incantation. Et pour quel pays pouvons nous parler de démocratie? Est ce que ça existe quelque part? … à part pour la caste de ceux qui sont au pouvoir et veillent à conserver ce juteux pouvoir par toutes les tromperies et manipulations nécessaires!.  y compris quand prés de la moitié des électeurs se détournent  de leur droit de vote pour blanc bonnet ou bonnet blanc. Ou du rare référendum ou le peuple n’a rien compris et n’a pas voté comme on le lui avait pourtant si bien expliqué!.

    Ne parlez pas non plus du racisme vous mêmes si vous pensez qu’il ne faudrait retenir que le nazisme comme référence violente du racisme.  A chaque époque suffit sa peine!. Et la nôtre vous parait peut être relativement douce et distinguée alors qu’elle est en passe de réussir ce que les nazis n’ont pu faire aboutir... juste la vaseline en plus et un peu plus de patience et de sournoiserie.  Si vous ne comprenez pas ce dont il s’agit, changez de mesure et imaginez que votre idéal pourrait n’être, en fait, que le résultat d’une réflexion dépassée, donc insuffisante  sur les immenses capacités humaines de l’humain qui évolue et étend son champ de possibilités positives et négatives.
     
    Si on avait intégralement analysé la chaine de pensées fausses dés leur origine, entérinées par des millions de personnes, mensonges bénins qui se sont matérialisées dans les fours nazis, on ne serait pas en train de refaire l’expérience des petits mensonges "innocents" qui mènent inéluctablement une civilisation dans le mur.

    Les mots sont mal employés quand on n’en connait plus le sens vital;  mais les souffrances,  venant naturellement à la suite des mensonges,  rechargent les mots de leur sens. C’est le rôle de la mort physique.
    09/01/2012 à 22 h 37 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Lucidité, vérité, courage>>

    Avec le ventre plein et un peu de culture ces trois mots sont mieux assimilés. Est-ce vraiment le cas dans les pays arabes?

    09/01/2012 à 16 h 21 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: